Vingts minutes | Iron Will

 :: Édimbourg :: Old Town :: Autres lieux Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 25 Jan 2017 - 0:37


Vingts Minutes

Lieu :

Rues dans Old Town

Date de l'événement :

Janvier 2016

Participants :

Iron Will

Précédemment :

La belle et le génie.

A suivre :

L'heure de la discussion





Une berline de luxe noire se faufilait dans les rues étroites de la vieille ville. Le soleil pâle d'hiver se levait paresseusement sur la capitale et peinait à réchauffer la pierre rude et grise avec laquelle avait été construit le coeur historique de la ville.
Le véhicule, dont la conduite était souple, sillonnait les rues vides avec une aisance plutôt discrète. A vrai dire, les habitants des Arches avaient abandonnés les voies terrestres depuis plusieurs décennies pour leur préférer celles des airs, plus rapides et plus directes. Ce choix pratique avait eu pour conséquence de libérer les rues encombrées au profit des piétons et de ceux qui affectionnaient tout particulièrement les voitures, qui, à défaut d'avoir évoluée de façon aussi fulgurante que les VAP, avaient gagné en confort. Objet de luxe au charme désuet.

Bien que l'heure fut matinale, une porte s'ouvrit sur la rue au même moment où la voiture sombre se garait le long du trottoir, devant l'une de ces petites maisons à deux étages, mitoyennes et en enfilade qui caractérisaient le quartier de Old Town.

Un homme à la carrure impressionnante en était sortie avec une facilité presque déconcertante au regard de son gabarit visiblement peu adapté à ce genre de véhicule.
Il était venu ouvrir la portière arrière et avait fixé son regard de jais sur le jeune homme qui sortait à peine de son logis.

Monsieur Scoltly. S'il vous plaît.

D'un geste calme, il avait désigné d'un bras massif - et probablement mortel - la porte ouverte et invitait le jeune homme à monter dans la berline. Son ton était des plus polis, mais n'invitait nullement à ne pas s'exécuter sur le champ.

Alexander Feuerbach avait fait le choix d'accepter d'accéder à la requête de son ancien assistant.

A l'intérieur du véhicule, l'allemand en question refermait d'un geste mesuré l'écran d'un micro ordinateur à tungstène, une petite merveille de techonologie nucléaire. De marbre, l'industriel avait mentalement placé au second plan sa préoccupation première afin de porter son attention sur celui qui venait de le rejoindre.

-Monsieur Scoltly, j'ai exactement vingts minutes à vous accorder, avait-il annoncé au concerné avec une neutralité parfaite.
D'un geste lent, il avait posé son regard d'onyx sur sa montre au prix exorbitant. 8h20.
Dans l'intérêt de Kevin, il était recommandé à ce dernier d'aller droit au but.

Dans le même temps, la voiture avait repris la route et semblait suivre un itinéraire quelconque.
Verstand
Sphère Economique
avatar

Messages : 123
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Intelligence hors du commun
Revenir en haut Aller en bas
Mer 25 Jan 2017 - 19:39






Kevin était depuis quelques jours dans une mauvaise passe. Il était triste et angoissé. L'assassinat de son amie russe l'avait secouée comme jamais. Lorsqu'il avait ensuite découvert que son amie danseuse avait eu un grave problème de santé lors d'une représentation, il avait senti le sol se dérober sous ses pieds. Il était vraiment attaché à elle. Il l'aimait comme si elle était sa grande sœur. Kevin n'avait pas cinquante amours dans sa vie. Ses relations étaient rares et précieuses, même s'il était facile de vite se lier avec le jeune homme dont la bonté et l'empathie étaient ses principales qualités.

Il avait normalement coupé tout contact avec le milliardaire allemand en donnant sa démission. Mais là il y avait un cas de force majeure. S'il y avait bien quelqu'un qui devait savoir comment Nikiya allait, c'était bien l'allemand. Alors, tôt le matin, il avait appelé son assistante pour le voir. Et là il se tenait à ses côtés comme il l'avait désiré. Son message avait donc quelque part fait mouche.

L'allemand essayait déjà lui mettre la mettre la pression, en lui donnant seulement vingt minutes pour s'entretenir avec lui. Mais Kevin ne se laissa pas déstabiliser car il savait exactement ce qu'il voulait. Il n'avait pas usurpé pour rien son surnom de "Volonté de Fer".

L'ambiance dans cette voiture exceptionnelle lui rappela un souvenir pas si lointain lorsque Nikiya l'avait raccompagné jusqu'à chez lui. C'était plutôt rare ce mode de transport et encore plus avec une telle voiture.

Un autre événement récent stressait également Kevin. Il était sur le qui vive et fort heureusement il avait reconnu le garde du corps de son ex patron lorsqu'il s'était approché de lui.

- M. Feuerbach, je sais que vous tenez beaucoup à Nikiya. Je ne sais pas quelle relation vous lie mais pour moi le principal c'est que vous l'aimez comme je l'aime. Elle est pour moi comme une grande sœur. J'ai essayé d'avoir de ses nouvelles depuis son incident au spectacle et j'en ai aucune. Je sais que ce n'est pas normal car elle a un pouvoir qui l'aide physiquement. Je suis donc meurt d'inquiétude à son sujet. S'il vous plaît donnez moi de ses nouvelles. Je veux la voir. Vous savez que j'agis toujours avec honneur et probité. Je suis peut être en mesure de l'aider grâce aux travaux scientifiques de mon père naturel. En effet...

Le jeune homme ne finit pas sa phrase. Il regarda derrière lui comme s'il voulait vérifier que personne ne les suivait. Il était tendu comme un arc et ce n'était pas à cause de cet entretien.

- Nous sommes protégés des écoutes dans la voiture ? Personne nous suit ? Je suis prudent car je me sais espionné...




Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 383
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Ven 10 Fév 2017 - 19:28
Au moins, le jeune homme ne montra aucune difficulté à prendre place dans le véhicule de l'allemand. Voilà qui leur ferait gagner un temps précieux.

Une fois installé aux côtés de son ancien employeur, Mr. Scoltly eut la présence d'esprit de ne pas gaspiller les précieuses minutes qui lui avait été accordées par le milliardaire en prenant derechef la parole. Certes, le jeune prodige ne semblait pas encore rodé à l'art d'entrer dans le vif du sujet, cependant, Feuerbach le laissa déblatérer sans chercher à le couper ou à l'inviter à aller à l'essentiel. Après tout, le cerveau du genie traitait avec une rapidité remarquable les informations fournies par Kevin, triait les données, conservait ce qui méritait d'être retenu et évacuait le reste.

Aussi, il était tout naturel que l'industriel ne prête son entière attention à Kevin qu'au moment -approximativement- où celui-ci affirmait qu'il était peut-être en mesure d'aider la danseuse.
Le regard acéré de l'allemand était alors venu se poser avec une intensité étrange sur le garçon. Il fixait le jeune homme sans sourciller. Au moment même où le prodige avait franchi le seuil de son domicile, Verstand avait remarqué l'anxiété qui transparaissait de son comportement, les regards fuyant aux alentours, les sens en alerte, le corps légèrement plus tendu qu'à l'habitude, la réactivité. Autant de signes qui ne trompaient pas et qui donnaient à comprendre la question de son ancien assistant. L'allemand, pour sa part, n'eut aucune réaction.
Il ne s'étonnait plus de cette forme de naïveté qui caractérisait Mr. Scoltly. Aussi, il se contenta de hocher brièvement de la tête. Il était impensable que le milliardaire sorte de chez lui en négligeant sa sécurité et celle de ses secrets. Et puis, la voiture ne tournait pas de façon aléatoire dans les petites rues de la vieille ville pour le simple plaisir de faire voir un peu de cet urbanisme typique edimbourgeois à nos deux protagonistes !

Aussi, lorsque Feuerbach repris la parole, c'était avec un ton patient quoi qu'indiferent :

-Je ne doute pas qu'en apprenant que les travaux de votre défunt père n'avait pas tout à fait disparu avec lui, ceux qui avaient, par le passé, commandité son assassinat tentent aujourd'hui de récupérer ce qu'ils recherchent depuis longtemps.

Alexander laissa planer un silence calculé, avant de reprendre, un peu plus fermement :

-Je dois vous informer que je ne suis pas en mesure de vous permettre de voir Lotte.

Une pointe d'amertume s'était immiscé dans sa voix à ces mots

-Mais la question que vous devriez vous poser, Monsieur Scoltly, est: êtes-vous réellement certain que Lotte ait le désir d'être aidé...

Alexander avait, pour sa part, beaucoup de certitudes sur un grands nombres de choses, mais de cela, il n'aurait pu en jurer. Sa cadette avait agit d'une façon, non pas qu'il n'aurait pu prévoir - Il envisageait toujours toutes les options - mais qu'il avait, pour une raison obscure, fait le choix d'écarter. Une erreur de jugement, vraisemblablement. Son jugement pourtant infaillible...
Il ne pouvait plus que reconnaître que, pour la première fois depuis bien longtemps, il s'était trompé. Le constat n'était pas des plus agréables et avait considérablement obscurci son humeur depuis que Nikiya avait fait le choix - hors statistique - de fuir.

L'allemand restait persuadée que la Duchesse (qu'il devinait, et à son plus grand damne, plus vive que morte) avait toute sa responsabilité dans cet événement. Ses renseignements ne tarderait pas à lui confirmer ma présence de sa sœur à la Villa Sofia, fief de l'antique momie...
La rencontre entre la femme de Wang et la supposée nièce de la Lampeduza avait porté ses regrettables fruits.

Alexander reprit finalement la parole :

-Vous avez renoncé à votre travail à mes côtés en même temps que ma protection en arguant vos valeurs et vous êtes sur le point de vouloir me révéler des informations sensibles sur les travaux de votre père. Je vous conseil de réfléchir à deux fois.

Il n'y aurait pas de possibilité de retour en arrière
Verstand
Sphère Economique
avatar

Messages : 123
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Intelligence hors du commun
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 9 Mar 2017 - 22:05






Faire confiance au riche allemand ? Kevin avait été averti un nombre incalculable de fois qu'il devait se méfier de lui. Son père était le premier à lui dire. Kevin ne prenait pas à la légère ses avertissements d'autant qu'il avait vu un visage glacial et dangereux de l'homme lors du mariage de Nikiya. Pourtant, il avait une petite voix intérieure qui lui dictait d'amener son ex patron sur une bonne voie car il avait les capacités d'accomplir de grandes choses.

- M. Feuerbach, pour savoir si Nikiya accepte de l'aide il faut au moins qu'on puisse déjà lui proposer. Elle est en effet libre de ses choix. Aimer quelqu'un c'est aussi respecter cela. Pour autant, il ne faut pas se résigner à montrer ou éclairer des voies ou des chemins plus heureux ou qu'on estime meilleur

Son message avait une double destination car quelque part ce qui était vrai pour Nikiya l'était aussi pour Verstand. Il inspira un grand coup car il allait dire quelque chose qu'il regretterait peut être plus tard...

- Je ne vais pas tout vous divulguer pour l'instant mais vous donner les grandes lignes. Mon père a en effet de nombreuses recherches sur le pouvoir des prodiges, mais il s'est focalisé sur un pouvoir et notamment le mien, qu'il appelle la biokinésie. Lorsque j'active l'aura que vous avez déjà pu observer, elle me procure entre autre un certain pouvoir de régénération de mes cellules. Et mon père après plusieurs tests et expériences il a découvert que mon sang conserve dans un temps bref cette capacité et qu'il permet donc de soigner de façon temporaire des effets secondaires que souffrent des prodiges à cause de leur pouvoir. Malheureusement ce n'est que temporaire et qu'il faut donc reproduire au moins une fois par semaine une transfusion de mon sang à peine affecté par mon aura. S'il avait pu continuer ses recherches au delà, il aurait peut être découvert une façon d'optimiser cela. Ses travaux sont très convoités, notamment pour la Fédération, responsable de assassinat de mes parents. Depuis mon agression qui a fait la une des journaux, la Fédération a fait le rapprochement entre mon père et moi et m'espionne. Je dois donc me montrer prudent. Pour revenir à Nikiya, si elle a besoin de moi, je peux donc l'aider même si j'avoue que la procédure reste très contraignante comme pour elle et comme pour moi.


Le regard d'ébène du jeune homme guetta la réaction de son ex patron. Il savait maintenant beaucoup de choses. Comment allait il réagir face à cette révélation ? Il y avait un moyen très efficace de le savoir mais Kevin ne pouvait pour l'instant s'y résoudre...Il préférait croire que tout homme peut choisir le bien.



Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 383
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Mer 22 Mar 2017 - 15:37
Les paroles de Kevin au sujet de sa cadette laissèrent Alexander de marbre. Et puisqu'il estimait que le jeune homme n'était en mesure de saisir la complexité de sa relation et le lien qui l'unissait à la danseuse étoile, l'allemand ne se donna pas la peine de détromper le garçon dans ses idées. En réalité, l'opinion du jeune Scoltly sur le sujet des décisions prises par sa sœur ne lui importait que peu. Quoi qu'en pense Kevin, rien, ni personne, ne pourrait empêcher sa jeune sœur de faire ce qu'elle avait en tête. Mais peut-être n'était-elle pas perdue. Pas encore, pas tout à fait. Il suffisait de trouver les bons arguments mais surtout de jouer ses cartes au bon moment.
Ce qui lui importait, en revanche, était les secondes qui s'égrainaient inexorablement. Verstand n'avait une minute à perdre et Lotte était un sujet de préoccupation qui accaparait bien trop de ce temps précieux dont il manquait cruellement. De fait, chaque instant comptait et devait être rentabilisé.

Mais l'aparté de Mr. Scoltly ne dura heureusement que quelques secondes avant qu'il ne reviennent au sujet qui intéressait réellement notre protagoniste. Son visage inexpressif détaillait d'un regard constant et indéchiffrable son interlocuteur. Finalement, lorsque son ancien assistant eu fini sa tirade, un fin sourire aux accents très légèrement ironique s'étira sur ses lèvres exsangues.

-Je m'étonne qu'Arkadia ne vous ait pas encore assigné une protection.

La lueur dans l’œil de du milliardaire avait quelque chose d'inquiétante, de cet éclat qui indiquait qu'un millier de pensées s'organisait dans son vaste esprit génial.
Alexander avait cru à un instant de lucidité de la part du jeune homme lorsque celui-ci lui avait présenté sa démission, et maintenant, il était prêt à se jeter dans la gueule du loup, affirmant avec une sincérité déconcertante les propriétés de son don et donc de son organisme. Kevin était-il véritablement inconscient ? Avait-il seulement la moindre idée de quel genre d'homme était l'industriel ? Pensait-il qu'il aurait des scrupules à se servir de lui ? A l'enlever, l'étudier comme un rat de laboratoire, le saigner et le maintenant en vie autant de temps que cela serait nécessaire, et ce, dans le seul but de pouvoir guérir ? Quoi, imaginait-il que l'allemand n'était pas capable d'une telle chose ? Si c'était le cas, le jeune homme se trompait lourdement. La seule raison qui retenait le génie était le pragmatisme. Cette solution n'était pas la plus viable, la plus pratique, la plus propre et donc pas celle qu'il retenait, mais si les autres possibilités qu'il envisageait échouait, il n'hésiterait pas plus longtemps qu'un battement de cil d'opter pour cette option.

Le très fin rictus qu'Alexander plaqua sur ses lèvres avait quelque chose de carnassier.

-Ne vous a-t-on donc jamais appris à faire attention à ce que vous dites et d'autant plus, à qui ? Reprenant un air beaucoup plus froid et dénué d'émotion. Qui d'autre est au courant ?

Kevin était un atout précieux, prendre le risque que quelqu'un d'autre tente de s'en servir avant lui ne faisait pas parti des plans de l'industriel.

-Je m'occuperai de tenir ceux qui voudraient s'en prendre à vous à l'écart. Ajouta-t-il froidement. Mais à présent, gardez-vous de criez sur tous les toits ce dont vous êtes capables, faites profil bas.

Il n'eut pas besoin de porter un nouveau regard à sa montre pour savoir que les vingts minutes étaient sur le point d'être écoulée. Le véhicule s'était immobilisé de nouveau devant le petit immeuble où vivait le jeune homme. Aussi, Alexander reprit :

-Je pense pouvoir affirmer que Lotte va bien, qu'elle a fait son choix en toute conscience et que son absence de nouvelle est voulu. Si vous veniez à la croiser, mon seul conseil sera de prendre garde.

La portière avait été ouverte par le garde du corps du milliardaire, comme une invitation à descendre. Feuerbach lança un dernier regard à Kevin :

-Voyez cela comme le prix de l'information que je viens de vous donner... et une assurance de mes bonnes dispositions à votre égard.

A ces paroles étranges, Kevin avait pu ressentir une légère piqûre au creux de son cou, là où une seringue hypodermique était venue se loger avec précision pour recueillir un échantillon de sang. Lars rangeait déjà la seringue en sécurité. Ils n'auraient besoin de plus pour le moment.

-Bonne journée, monsieur Scoltly.
Verstand
Sphère Economique
avatar

Messages : 123
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Intelligence hors du commun
Revenir en haut Aller en bas
Sam 1 Avr 2017 - 13:09






Le jeune homme était tombé dans un mutisme total en écoutant le milliardaire allemand. Il était concentré sur chaque mot qu'il prononçait et sur chaque expression du visage qu'il pouvait lire. L'allemand était plus bavard qu'expressif. Il abhorrait quasi tout le temps cette façade de glace qui décourageait les longues conversations avec lui. Kevin releva toutefois ce rictus de satisfaction qu'il n'aima pas du tout. C'était peu mais ça signifiait tellement. Il se sentit comme un objet convoité. Il était inquiet et peu rassuré. Il n'avait presqu'envie de vomir tellement qu'il était écoeuré par l'attitude du milliardaire. Ce rendez vous avait été une erreur. Dévoiler une partie des recherches de son père avait été une bêtise et une imprudence.

Il redoubla d'attention lorsque le prénom de Lotte fut évoqué. Au moins, il aurait un peu de ses nouvelles. Il était mitigé sur ce qu'il venait d'apprendre : content d'apprendre qu'elle est bien ; et très intrigué par cette mise en garde. Pourquoi devrait il se montrer prudent vis à vis d'elle ? Dans une même type de voiture, la danseuse lui avait fait la même mise en garde mais cette fois-ci vis à vis de l'allemand. Il avait l'impression de revivre une même scène. Le milliardaire avait réussi à insinuer un doute dans son esprit. Il se rémora le mariage , les invités et tout ce qu'il s'y était passé. Il s'était cru dans un film d'espionnage. Il n'aimait pas cela. Il était loin de tout cela. Lui, il aimait les choses simples tellement qu'une bonne pizza qu'il se lève dans le four.

C'est clair que l'allemand le prenait pour un imbécile en lui posant la question pour savoir s'il avait crié sous tous les toits des découvertes scientifiques de son père. Après tout, il en déduit qu'il le croyait comme tel puisqu'il lui avait dévoilé certaines informations. Il avait probablement raison maintenant qu'il y réfléchissait. C'est pourquoi Kevin décida que maintenant il redoublerait de prudence et qu'il fallait qu'il se pose en se confiant à des amis dont la sincérité ne peut être mise en cause.

Kevin ne répondit donc à aucune question de son interlocuteur. Il ne se fit pas prier pour sortir lorsque la portière fut ouverte. Le jeune homme avait passé toute une partie de sa vie à éviter qu'on le touche à cause de sa phobie, ce qui avait éveillé en lui un certain instinct pour ne pas se retrouver dans une telle situation. De plus, Kevin était sur le qui vive car cet entretien l'avait échaudé sur les intentions du milliardaire. Alors lorsque son garde du corps s' approcha pour le piquer, un champs de force à peine perceptible se manifesta aussitôt pour l'empêcher qu'on le touche. Kevin se retint d'exploser de colère et de faire voler la voiture ou le garde du corps car il en était capable. Il le défia du regard, comme pour l'avertir que s'il recommence, il y aurait une réaction la prochaine fois. De toute façon, en un éclair, Kevin disparut sous l'effet de la manifestation de son pouvoir qu'il s'intensifia avec une aura bleutée cette fois ci visible.

Kevin se dirigea rapidement sur le port. Il s'arrêta près d'un quai pour s'y asseoir. L'image de son visage miroitait dans l'eau. Il sortit son portable et envoya quelques textos au directeur de la PH. Il était temps maintenant de prendre certaines dispositions.



Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 383
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: Old Town :: Autres lieux-