Ready to go || Leopoldine

 :: Édimbourg :: Old Town :: Autres lieux Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 27 Nov 2018 - 21:42

ft. Leo

ft. Scavenger

「Ready to go」
Chers lecteurs,

C’est une vérité universellement reconnue qu’un petit Barthram en léger déficit d’attention est à la recherche constante d’activités pouvant le stimuler. Et, ma foi, qu’il pouvait passer rapidement de l’une à l’autre, si ladite activité lui semblait dépasser le cadre de sa patience à plusieurs vitesses. Je pouvais me passionner pour quelque chose, disons les oiseaux d’Amérique du Nord, et ne vivre que de ça pendant des semaines. Et puis, d’un seul coup, trouver un intérêt particulier à la natation synchronisée –qui présente le double avantage de me dépenser physiquement et mentalement. Et puis, la roue tournait encore. Parfois, mon attention pouvait être captivée pendant deux secondes, d’une manière particulièrement intense, et puis c’était l’ennui.

Heureusement, la vie était une source continue de découvertes, et je trouvais toujours quelque chose pour m’occuper. Déjà, se promener, cela faisait voir plein de choses. Et prendre l’air. Que de bonnes choses ! Le regard pouvait se poser sur un milliard de détails, et vous entraîner vers de nouvelles aventures. J’avais bien commencé ma matinée, m’arrêtant à un café pour siroter thé sur thé et discuter avec une vieille médium aveugle. Elle me prévoyait de grands accomplissements pour très vite. Aujourd’hui même. Surtout si je lui payais son verre de gin matinal. C’était plutôt pas cher payé, pour une belle journée.
J’avais ensuite dévalé Calton Hill depuis l’observatoire avec mon skateboard, embarquant un groupe d’écureuils pour leur faire découvrir les plaisirs de la glisse. Heureusement que mon skate était tout terrain, ce fut assez mouvementé à certains moments, et on faillit même foncer droit dans le cimetière qui se trouve au pied de la colline. Mais quoi qu’on dise, on peut pas vraiment réveiller les morts, alors ça aurait pas été plus grave que ça.
J’avais déposé les écureuils dans les jardins de Princes Street, profitant d’être à côté des artères commerciales pour m’acheter un autre thé et continuer ma balade. Je montais sur la colline du château, et achetais une mini lance de chevalier en plastique. Parfait pour un petit numéro sur la place du monument, où je réussis à divertir tout un groupe de touristes asiatiques, qui me donnèrent même de quoi payer mon thé pour le reste de la journée.
Je descendis finalement dans Old Town, ma lance sous le bras, en chantonnant des mélodies des années disco. Très grande crue, les années 80, y a pas à dire !
Mon regard fut attiré par une vitrine colorée, et qui mettait en scène d’étranges objets en bois. Cela ressemblait beaucoup à des jouets, aussi, je rentrais avec bonne humeur.
"Bonjour !" déclamai-je, cherchant du regard qui pouvait tenir la boutique. Mais tout de suite, mon regard fut attiré par une construction en bois qui représentait un paon chatoyant. Je tournais autour, m’extasiant sur la beauté de l’objet, sans savoir ce que c’était. Un objet de décoration ? Un outil de parade nuptiale ? Une reproduction animalière à l’échelle 1:1 ?
Il m’en fallait vraiment peu pour me faire sautiller partout. Surtout après mon troisième thé de la journée.

Scavenger
Sphère Economique
Scavenger
Messages : 90
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Immortalité, Persuasion
Revenir en haut Aller en bas
Dim 30 Déc 2018 - 19:39
Jusqu’au moment ou la porte s’ouvrit pour laisser entrer le client le plus surprenant qui ait jamais mit les pieds dans la boutique, Léo passait une journée calme et agréable. Elle était vêtue d’une robe pull blanche et rouge aux motifs hivernaux, d’une paire de collants blancs et de bottines d’hiver marrons. Elle avait coiffé ses cheveux en chignon et mit des boucles d’oreilles ornées de bonshommes de neige. Elle avait orné la vitrine de guirlandes en papier et d’origamis sur le thème de noël et une douce odeur de thé aux épices flottait dans l’air tandis que des petits gâteaux à la cannelle étaient posés sur une petite assiette.
La boutique était en ordre, les nouveautés prêtes et les commandes, toujours plus nombreuses, étaient en bonne voie. Tout serait fait en temps et en heure. Si la boutique était vide, ce n’était pas plus mal. Cela permettait à Léo de souffler un peu. Le chiffre d’affaire était bon, il n’y avait pas de quoi s’inquiéter. Les dispositions de la jeune femme étaient excellentes quand elle fut témoin de l’arrivée d’une tornade humaine dans sa boutique. Tornade était le mot juste, il avait l’air d’avoir suffisamment d’énergie pour en fournir à une ville entière.

- Bonjour Monsieur, puis-je vous aider ?

Léo s’approcha doucement de son nouveau client. Sa tête lui disait quelque chose, elle l’avait déjà vu. Mais pas dans la boutique. Accueillante, elle ajouta :

- Souhaitez-vous une boisson chaude ?

Après réflexion, vu son état, le thé n’était peut-être pas une bonne idée. Il aurait lieux valu une bonne camomille, ou un somnifère. En attendant, il avait l’air d’avoir jeté son dévolu sur le paon.

-Il s’agit de la dernière création de la maison. C’est un Puzzle en volume de haute difficulté mais une fois monté, comme vous le voyez, il peut très bien servir d’objet de décoration selon votre bon plaisir.

Léo n’annonçait jamais de but en blanc qu’elle était la créatrice des puzzles. Elle préférait que les gens le comprennent par eux-mêmes sans passer par le stade gênant où ils se sentaient obligés de lui faire un compliment.

- Si vous souhaitez faire ce modèle, toutes les informations sont là, ajouta t’elle en indiquant l’étiquette qui informait du nombre de pièces. Si vous êtes coincés ou perdez une pièce n’hésitez pas à nous contacter, nous vous aideront.


Si elle employait le nous, ce n’était pas par orgueil mais ses parents possédaient encore la boutique. Elle les incluait par habitude, même s’ils ne se mêlaient plus trop des affaires, sauf pour déplorer de temps en temps les changements apportés par Léo.
Elle laissait un peu de temps à son interlocuteur pour qu’il enregistre les informations qu’elle venait de lui transmettre. En attendant, elle essayait de se souvenir d’où elle avait bien pu le voir la dernière fois. Il ne fallut que quelques secondes au petit fil rouge pour pointer le bout de son nez. En quelques secondes elle avait fait le tour des différentes possibilités.

-Excusez-moi, ma question vous semblera peut-être un peu étrange mais n’étiez vous pas à ce vernissage où le peintre a été arrêté ?
Léopoldine Sheller
Sphère Economique
Léopoldine Sheller
Messages : 85
Etat Civil : Célibataire avec un enfant à charge
Pouvoirs : Résolution des puzzles
Revenir en haut Aller en bas
Sam 26 Jan 2019 - 17:34

ft. Leo

ft. Scavenger

「Ready to go」
Chers lecteurs,

Je suis toujours à la recherche de nouveautés et d’attractions pour me divertir. J’avais peut-être l’habitude de me lasser rapidement, mais j’étais également une personne de nature curieuse, avec des intérêts aussi variés que divers. Le tricot, la planche à voile, les courses de chevaux en bois, la musique Disco, les concours de gobage de flans, le lancer de bûches, les courses en talons aiguilles –j’ai déjà plusieurs trophées sur mes étagères !-, les fêtes costumées, les cours de cuisine indienne… Non vraiment, largement de quoi ne pas m’ennuyer. Et parfois, cela venait simplement en me promenant dans la rue.

Comme aujourd’hui. J’observais avec émerveillement la boutique et ses étranges objets de toutes les formes et couleurs. Tellement de minutie, cela ne pouvait être que des artefacts faits avec passion et amour ! Et heureusement, la propriétaire se matérialisa à mes côtés.
"Très volontiers ! Je voulais savoir qu’est-ce que c’était que toutes ces merveilles ? Des sculptures ? Des tirelires ? Des robots en bois ? Et c’est vous qui les avez fabriqués ? Ça se mange ?" Ma longue de questions fut interrompue par une proposition que je ne pouvais décemment pas refuser, foi de Babar ! "Oh, c’est ça qui sent si bon ? Du thé ? J’adore ça, avec grand plaisir !"
Mais une partie de mes questions trouvèrent rapidement réponse, alors que la jeune fille m’expliquait plus en détails en quoi consistait le paon que j’admirais. Je fus cependant un peu surpris d’apprendre quelle était sa véritable nature, et regardais l’oiseau de plus près, à la fois subjugué et abasourdi.
"Un puzzle, vraiment ? Vous voulez dire que c’est un assemblage de pièces ? C’est fou, on ne dirait pas ! C’est vraiment bien fait !"
Je détaillais l’étiquette, sans parvenir à y croire. Je n’étais pas trop puzzles, soyons clair. Ma patience était rapidement mise à l’épreuve, et j’avais rarement réussi à en finir un jusqu’au bout. Mais peut-être était-ce parce que je n’avais pas croisé THE puzzle. Celui qui m’était destiné. L’ultime puzzle qui révélerait un double surdoué et lointain pharaon qui ferait de moi le Dieu des cartes, comme dans Yu-Gi-Oh… Se trouvait peut-être devant moi !
L’espace d’un instant pourtant, mon regard quitta celui du paon pour revenir sur la vendeuse. Elle était au vernissage du Duc ? Je plissai les yeux, essayant de me rappeler pourquoi, maintenant que j’y pensais, son visage me disait quelque chose. Jusqu’à ce que la lumière soit. C’était la cavalière de mon petit Leon ! Mais oui bien sûr. Enfin, on n’était pas censés se connaître, alors je ne pouvais pas vraiment en parler.
Cependant, mon enthousiasme remonta en flèche, et j’adressai un sourire encore plus radieux à mon interlocutrice. Que j’appréciais tout de suite. Mon petit Leon l’avait choisie, ce devait être une chic fille.
"J’y étais oui ! Barthram Einar, mais vous pouvez m’appelez Babar, Miss… ?" Et une manière subtile de lui demander son nom, une ! Dire que j’étais entré ici par hasard, ce devait être un signe. Mais cela ne m’empêcha pas de regarder à nouveau le paon, curieux. "Et qu’est-ce qui se passe si on fait ça…"
Je le touchais du bout du doigt. Une simple pression, mais qui fit s’écrouler l’édifice instantanément. Je savais que j’avais un truc pour toucher les weak spots, mais je ne pensais pas que ce serait aussi… littéral.
"Oups, désolé…" m’excusai-je en observant la vendeuse avec mes yeux de chiots tout mignons pour me faire pardonner. Je rassemblais les pièces et commençai à essayer de les remettre en place. En vain… "Ah ça pour être difficile, c’est difficile…"
Adieu mon rêve de roi des cartes…

Scavenger
Sphère Economique
Scavenger
Messages : 90
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Immortalité, Persuasion
Revenir en haut Aller en bas
Mer 13 Fév 2019 - 23:23
Décidément, drôle de personnage que celui qui faisait face à Léo. Elle avait l’impression qu’il allait si vite qu’elle n’avait même pas le temps de communiquer avec lui. Il passait d’une question à l’autre alors qu’elle était en train de répondre à ses questions. Il accepta bien volontiers le thé qu’elle proposait.

Elle avait raison, elle avait bien croisé ce drôle d’olibrius au vernissage où elle avait accompagné le charmant Leon. Ce n’était pas le moment de penser à lui, elle allait se mettre à rougir et son client la prendrait pour une dingue. Mais elle ne pouvait s’empêcher de se replonger l’espace d’une seconde dans les souvenirs de cette étrange soirée, qui s’était quand même conclue sur une démonstration des forces de l’ordre !

Elle en était là de ses réflexion quand … Babar… (s’il préférait ainsi, Léo aurait franchement du mal, non pas Babar… Monsieur Einar, c’était très bien). Bref, Monsieur Einar était déjà passé à l’étape suivante de la conversation. Et Léo n’eut même pas le temps de lui désigner la petite broderie en rond accrochée à la stèle qui invitait à Ne pas toucher la sculpture. Jolie broderie dont le modèle avait été composé par Léo et réalisée par une de ses voisines. Autours des lettres fleuries volaient de petits papillons de toutes les couleurs. Un très joli avertissement.

Qui visiblement ne protégeais pas de grand-chose, en tout cas pas d’un Monsieur Einar enthousiaste. Mais, en même temps, peu de choses devaient être capables de vous protéger d’un Monsieur Einar enthousiaste, vu le personnage. Comme dans un rêve, Léo vit son édifice basculer et se transformer en une multitude de petits morceaux colorés. Le vacarme fut épouvantable. Des pièces volèrent dans tous les sens. Le choc figea littéralement Léo, qui, une fois le silence revenu, ne put articuler que :

-Léopoldine Sheller monsieur. Enchantée.

Un champ de ruine. Elle était au milieu d’un champ de ruine…son chef d’œuvre, sa merveille était éparpillée tout autour d’elle. Elle prit discrètement une grande inspiration. Il ne fallait pas qu’elle perde son calme, elle devait se maîtriser. Mettre ce client dehors au plus vite et fermer le rideau. Surtout ignorer le fil rouge. Il ne fallait pas que son don se réveille, pas maintenant. Depuis des années, elle avait réussi à ne jamais le manifester devant des clients, mais jamais elle ne s’était retrouvée dans une situation aussi critique. Il fallait qu’elle se maîtrise.

Pourtant, elle sentait des picotements dans ses petits doigts agiles. Le fil rouge était là, prêt à bondir entre les pièces pour l’amener à la solution mais elle savait qu’au moment où il apparaitrait, ce serait fini. Elle ne pouvait pas se laisser aller.

-Ne vous inquiétez pas, je vais ranger,
réussit-elle à articuler d’une voix faible.

Elle tremblait, ses mains, ses jambes, tant l’effort était intense. Le don était là, prêt à se manifester. Elle n’allait pas résister bien longtemps.

- Ne vous embêtez pas…articula t’elle avec peine au travers de ses dents serrées.

Puis ce fut le coup de grâce.

-Les pièces que vous tenez ne vont pas ensemble.

Elle désigna les pièces entre ses doigts.

-Celle-ci va sur la tête, celle-ci sur le coup, là c’est un morceau du ventre.
Elle s’accroupit et poursuivit d’une voix mécanique.

-D’abord, regrouper les différentes parties. Le plus facile ce sont les pattes, grâce à la couleur.

Tout en parlant, elle avait déjà formé un petit tas avec les pièces brunes qui formaient les pattes.

- Il m’en manque la moitié, ma pile n’est pas complète.


Avec rapidité et efficacité, elle formait des tas de pièces dont pourtant les coloris voisins ne laissaient pas deviner qu’ils allaient sur différents endroits. La rapidité de son geste démontrait qu’elle savait parfaitement ce qu’elle faisait. Tout s’enchainait avec fluidité, elle choisissait toujours précisément dans l’océan de pièce celle qui devait aller sur une pile précise, énonçant à voix haute le nombre de pièces manquantes pour que le tas sur lequel elle travaillait soit complet

-30…20…15…

La peur d’être découverte était oubliée…. Elle était à présent entièrement consacrée à la tâche.
Léopoldine Sheller
Sphère Economique
Léopoldine Sheller
Messages : 85
Etat Civil : Célibataire avec un enfant à charge
Pouvoirs : Résolution des puzzles
Revenir en haut Aller en bas
Dim 3 Mar 2019 - 19:56

ft. Leo

ft. Scavenger

「Ready to go」
Chers lecteurs,

Je ne croyais peut-être pas en Dieu, du moins pas de manière conventionnelle, mais je croyais en des forces supérieures. La magie n’était qu’une partie de cela, d’un tout qui faisait notre monde. On pouvait dire que je croyais au destin, mais dans le sens où les choses finissent par se mettre de la manière dont elles doivent. Il y a bien une raison derrière le fait que mon diner préféré soit à court de mon milkshake préféré, c’est parce que je devais découvrir une autre faveur, qui deviendrait ma préférée ! Ou alors, s’il pleut alors que je prévoyais un pique-nique dans le jardin, c’est parce que c’est l’occasion d’enfin sortir cette yourte mongole qui traînait dans la cave depuis des décennies.

Alors oui, peut-être que j’avais un petit peu cassé ce magnifiquement paon. Enfin, casser n’était pas vraiment le mot. Défait. Voilà. Malencontreusement défait. Mais quoi ? C’est pas le but d’un puzzle ? D’être fait et défait ? Bon OK, celui-ci était réputé très difficile. Mais pas tant que ça si quelqu’un l’avait monté ? Allez, ça ne pouvait pas être si difficile !
Et ce, même si la tête de la vendeuse n’était pas aussi optimiste que moi. La pauvre balbutia son petit nom, en contemplant les pièces comme s’il s’agissait d’un précieux vase qui venait de se briser. Peut-être ne connaissait-elle pas la colle forte ?
"Babar, tu peux m’appeler Babar, ma petite Leo !" dis-je avec un sourire.
Ce qui ne sembla pas vraiment la rassurer. Au contraire, on aurait dit qu’elle s’était transformée en automate. Ou en fantôme… Et ma tentative de recoller des pièces ensemble ne sembla pas arranger ça. Je fronçai les sourcils en fixant les pièces.
"Ah bon ?"
Elle arrivait à dire ça juste en les regardant ? Trop fort ! Je l’observais avec attention tandis qu’elle me montrait quels morceaux allaient avec d’autres, intrigué. C’était comme si elle s’était mise en pilote automatique d’un coup. Par réflexe, je sortis mon téléphone pour commencer à la filmer.
C’était dingue ! Elle continuait à parler, mais c’était comme si ses mains bougeaient toutes seules. Et à chaque fois qu’elle prenait une pièce, c’était la bonne. Ça ne pouvait pas être du hasard, clairement pas. Fasciné, je la fixais former des petits tas de pièces, retenant mon souffle pour ne pas la déranger dans son œuvre. On aurait dit de la magie ! Sauf que je n’avais jamais vu Oli faire quelque chose comme ça. Ou quoi que ce soit qui y ressemble en tous cas.
Au bout d’un moment, pris dans l’enthousiasme de la tâche à mon tour, je tentais une approche, lui tendant une pièce tout en continuant à filmer.
"Et celle-ci ? Elle va où ?"
Clairement, à la voir, ce puzzle ne semblait pas être si difficile. Mais je ne m’y trompais pas, il y avait quelque chose là derrière. Mais je ne voulais pas que le spectacle s’arrête non plus, surtout pas là.
"Et après, on fait quoi avec ces petits tas ? On les monte ensemble ?"
Petits bouts par petits bouts, pour remonter le puzzle. C’était une tactique de connaisseurs, assurément. Et ça tombait bien que j’ai ce réflexe naturelle de filmer tout ce qui semblait extraordinaire. Comme si j’étais né un téléphone dans la main. Remarquez, on ne devient pas pro des réseaux sociaux en regardant juste son téléphone.
Et dans le doute, tout était automatiquement copié dans le cloud. On est jamais à l’abri d’un accident. J’avais déjà perdu un téléphone en le faisant tomber dans le bassin des tigres au zoo, j’étais devenu plus intelligent depuis. On est jamais trop prudent avec ces choses-là.

Scavenger
Sphère Economique
Scavenger
Messages : 90
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Immortalité, Persuasion
Revenir en haut Aller en bas
Mar 9 Avr 2019 - 23:29
Il fallu quelques minutes à Léo pour revenir sur terre. En fait, ce fut grâce à Babar. Plus précisément, grâce au téléphone de Babar, qui avait surgit dans sa main comme par magie. Avait-il relié son téléphone à un élastique qui passait dans sa manche et qui lui permettait de le faire apparaitre ? Ou alors s’était-il fait greffer un aimant ?
Avec Babar, tout était possible. Après tout, en quelques secondes Il avait pulvérisé un puzzle qui avait nécessité plusieurs jours de conception et de réalisation.

Revenons-en à nos moutons.

Léo était complètement absorbée par sa réalisation. Rien d’autre ne semblait compter pour elle, elle ne voyait que les pièces arrangées par tas. Les tas eux-mêmes suivaient un schéma précis qui lui permettrait de reconstituer le tout plus rapidement. Les pattes étaient presque entièrement montées quand un rayon de soleil reflété par un écran de téléphone vint l’éblouir et surtout la ramener à la réalité.

Elle cligna des yeux comme si elle venait de s’éveiller et regarda autour d’elle.

-Oups.

Cela avait au moins le mérite de résumer la situation.

Déjà, la révélation de son talent devant un client, ce n’était pas terrible, mais si en plus c’était filmé là on atteignait tranquillement le gros lot niveau emmerdes. Il fallait que Léo trouve une solution, et vite. Son premier réflexe fut de regarder autours d’elle. Pas d’autres clients, pas d’autres témoins, c’était déjà ça. Ensuite, il fallait qu’elle s’occupe de…Babar.
Même mentalement ça passait mal. Non, décidément, Monsieur Einar c’était quand même bien mieux. Mais trêve de batifolage.

*Une solution, vite*

Très vite, même. Le premier réflexe de Léo fut d’aller fermer la porte et de retourner la petite carte avec indiqué : Fermé. Bon, si un habitué passait, il se poserait des questions mais il y avait peu de chance que ça arrive, après tout on était en heure creuse. Une fois la porte verrouillée, elle revint vers Monsieur Einar. Il ne fallait pas qu’elle se laisse faire, elle devait se défendre au moins pour Adèle. Si jamais elle se faisait pincer, qu’allait-il arriver à sa sœur ?

- Pourquoi est-ce que vous m’avez filmée ?


Elle essayait de garder un air calme et sympathique même si une certaine tension se lisait sur son visage.

-Pourquoi vous avez détruit ma statue ? Vous l’avez fait exprès ? Pourquoi vous êtes venu chez moi ?


Tout se mélangeait pour Léo, elle était complètement paniquée. Elle finit par s’assoir d’un air défait devant son drôle de client.

-Mais qu’est-ce que je vais faire moi maintenant ?

Léopoldine Sheller
Sphère Economique
Léopoldine Sheller
Messages : 85
Etat Civil : Célibataire avec un enfant à charge
Pouvoirs : Résolution des puzzles
Revenir en haut Aller en bas
Sam 22 Juin 2019 - 21:32

ft. Leo

ft. Scavenger

「Ready to go」
Chers lecteurs.ices,

La célébrité était un concept complexe. Pas tout le monde le vivait bien, il fallait le dire. Mais d’un autre côté, quand on avait un talent, il était dommage de le cacher ! Bien sûr, on pouvait créer des envieux et de la jalousie. Être une personne exceptionnelle pouvait être dangereux, encore à notre époque. Mais c’était ça aussi, le talent, c’était d’être courageux et de l’assumer pour être la personne incroyable que l’on était. Et je vivais dans cette optique depuis toujours, avec quelques ajustements tout de même. Pas besoin de courir dans le quartier en hurlant que j’étais immortel et à la tête d’une organisation criminelle. Mais bon, ça faisait partie intégrante du boulot, donc c’était normal de ne pas s’en vanter. Même si l’envie ne me manquait pas…

Bref, devant un spectacle aussi magique et à l’ère de la technologie, sortir son téléphone et filmer était devenu un réflexe, autant que de mettre sa main devant sa bouche quand on éternue ou se brosser les dents le soir. Ce que je fis donc naturellement, en voyant la vendeuse s’affairer avec le puzzle, comme dans un état second. Soit elle entrait en transe chamanique, soit elle avait un petit don qui l’aidait… Et vu qu’on était pas sur les steppes de Mongolie ou dans un tipi, j’optais plutôt pour la seconde option.
J’aurais pu continuer à la regarder faire jusqu’à la fin du puzzle -ou sauf si une envie pressante m’aurait forcé à m’éclipser quelques instants-, mais la petite Leo revint d’elle-même parmi les mortels nuls dans la réalisation de puzzles. Et cela sembla être une réalisation, mais pas vraiment une bonne. Plutôt celle qu’on avait en se réveillant d’une bonne cuite ou d’un bad trip.
D’un seul coup, elle fut debout, et alla fermer la boutique, tandis que je la suivais des regards, perplexes. L’heure avait passé plus vite que prévu ? Ou la boutique avait des horaires vraiment particuliers et courts.
Fronçant les sourcils, je la regardais essayer de garder son calme, alors que c’était assez clair qu’elle était sur le point d’exploser. Et puis, l’enchaînement de questions n’était pas vraiment logique, j’avais de la peine à suivre…
"Parce que c’était trop cool ce que tu faisais. Non, je ne l’ai pas fait exprès. Pourquoi je l’aurais fait ? Et je suis venu ici parce que la boutique avait l’air sympa, sur un coup de tête… Mais comme tu le dis, ça fait un peu théorie du complot…" Tout à coup, mon esprit repartait sur des rails connus et mon visage s’éclaira dans un sourire. "Tu aimes ça aussi, les théories du complot ? Ma préférée, c’est quand même celle des reptiliens, ce serait bien trop cool si c’était vrai…"
Mais devant l’abattement de mon interlocutrice, je devais bien tempérer mon enthousiasme naturel. Je me déplaçais à côté d’elle pour tapoter son épaule, avec un air rassurant, puisque c’était ce dont elle semblait avoir besoin maintenant. Même si la raison m’en échappait, mais bon, je n’allais pas la laisser dans cet état non plus.
"Bah, tu vas continuer à faire ce que tu sais faire, pardi ! T’as un véritable don, et un qui est vraiment super ! Résoudre des puzzles, ça doit vachement bien occuper l’hiver ! Ça marche aussi avec le Cluedo, d’ailleurs ? Ou avec de vrais crimes ? Tu es déjà allée aux archives pour essayer de résoudre des crimes jamais résolus ?"
Mon enthousiasme revenait au gallot. Mais après tout, il y avait bien de quoi !
"Ce que tu sais faire, c’est génial ! Tu dois en être fière. En tous cas, je le serais à ta place, vraiment trop la classe !"
Déjà, j’imaginais toutes les possibilités si j’avais un tel don. Tous les jours, j’irai faire une démonstration dans la rue. Ou mieux, sur une scène chaque soir devant un parterre de spectateurs conquis et admiratifs. Pourquoi Leo restait-elle enfermée dans sa petite boutique, cachée du monde entier ? Cela dépassait l’entendement !
Du moins, le mien.

Scavenger
Sphère Economique
Scavenger
Messages : 90
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Immortalité, Persuasion
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: Old Town :: Autres lieux-