We are not heroes. Feat Red

 :: Édimbourg :: New Town :: New Scotland Yard Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 25 Nov 2018 - 1:00


We are not heroes. WATCHMAN & RED

Je sens que cette journée va être longue. Du genre très longue. Je ne sais pas ce que fou le service info depuis trois jours, mais ils me cassent les burnes, avec leurs nettoyages réseaux. On en est au deuxième plantage serveur de la matinée. La récup' de données ne donne rien. L'envie de jeter le clavier au sol me démange pas mal. Non, je ne suis pas à prendre avec des pincettes en ce moment. J'ai du boulot. C'est comme ça.

_ Fais CHIER ! Je recule pour ne pas balancer les trucs qu'il y a sur le bureau. Le chef de service m'a prévenu. Le prochain matos cassé, j'ai une retenue sur salaire. C'est pas sur le sien que ça ferait un trou. Comme s'ils manquaient de fric. Sérieux. Le net n'est déjà pas mirobolant. Donc on va éviter... D'autant que si je veux avoir ma prochaine tour faut mettre du fric de côté. Chacun ses plaisirs. Jouer en réseau avec les potes ça reste l'un des miens.

Ça va encore mettre dix minutes à se relancer. Je ne vais pas attendre dix minutes devant l'écran. Sinon je vais le bouffer. Bon... autant improviser. Ça fait une semaine que je dois monter au à la Crim'. Je crois que l’ascenseur a été réparé. Me semble. On est jamais sûre. C'est un vieux système. Je vais tenter. J'ai promis à « RED » de lui passer les codages pro pour installer mon logiciel d'identification. C'est un logiciel libre, sur lequel j'ai participé. C'est un bon truc. Le Bureau refuse de mettre en place ici. Les cons. Ils ont pas compris que le Free-net va dépasser les multinationales.

Je chope la clef d'installation dans le tiroir et en route mauvaise troupe. Il fait encore froid dans les couloirs. Ils vont encore attendre le premier décembre pour nous allumer le chauffage. Perso je m'en fou j'ai toujours chaud. Mais les nanas du standard doivent se les cailler grave. Je leur ai déjà dit de gueuler. Le syndic ne bouge pas son cul. Sa priorité c'est de négocier la prime de Noël pour les garder. Y a qu'à voir. C'est partout la même merde.

Je viens pas souvent dans le service en lui-même. Ça pourrait plus se mélanger. Mais y a que sur les grosses affaires que ça arrive. Depuis « l'Attentat de Marvel » comme on dit entre nous, pas vraiment eu d'occas'. On a évité deux, ou trois, catastrophes. De toute façon, ça va péter. Je ne suis pas le seul à le penser. Grace, Danny, Ian. On est tous d'accord. L'archipel est un poudrière depuis deux ans. Faut juste voir qui va craquer l’allumette en premier. Perso, je penche pour London. Ils sont chauds là-bas depuis octobre.

_ Yop ! Je lance à la rangée de bureau. Pas de bise avec moi. Pas de d'accolade non plus. Pas plus de signe de ralliement. Je suis un « ours ». Ils le savent. Je le sais. Tout le monde s'adapte. Je suis au courant, bien sûr, des surnoms, des rumeurs, des plaisanteries. Ça me passe au-dessus à trente mille de long. Les petits cons comme ça je ne perd pas mon temps avec.

Je retrouve la Suédoise. Elle est derrière son bureau. J'entre, silencieux comme un ninja. Avec « T » on ne m'entend pas. Je reconnais que parfois j'en joue. Bon là, je ne suis pas vraiment dans le mood. Je ne sais pas si la rouquine le prendrait hyper bien en plus de ça.

_ Hey. Je profite d'un plantage pour passer. T'as une minute là ? Je t'ai amené le code dont on avait causé au bar. Je lui montre la clef que j'ai en main. Je roule pour stopper juste à côté de la chaise d'accueil.

_ Il fait meilleur chez vous. Bah oui. La chaleur monte du con. Je me redresse pour étirer mon dos. Le froid commence à avoir ses effets sur mon squelette. C'est souvent à cette période que les blocages commencent. T'as vue la note de service ? On nous colle des heures sup amoindrie. Histoires d'économies. Je me demande bien à quoi va servir le fric qu'ils vont récupérer.

© CRIMSON DAY
Watchman
Sphère Militaire
Watchman
Messages : 175
Etat Civil : /
Pouvoirs : Magnétisme
Revenir en haut Aller en bas
Lun 31 Déc 2018 - 20:07

We are not heroes
Elle n'était pas une grande adepte des open-spaces, Sigrid. Elle trouvait que ça rendait le travail difficile, et la concentration inutilement compliquée. Plusieurs équipes de flics qui bossent sur différentes affaires dans le même espace, c'était un appel au vagabondage mental. Et elle ne pouvait se permettre d'essayer de travailler sur tout à la fois, comme elle en aurait l'envie. Même pour elle qui avait ce "don" de pouvoir effacer à peu près tout ce qui était autour d'elle pour ne focaliser son esprit que sur quelque chose, c'était trop tentant. On entendait par hasard deux collègues échanger sur un cambriolage, ou une agression, et aussitôt, on y réfléchissait, rien qu'un peu. Vu le binôme qu'elle se traînait, c'était de toute manière difficile de compter uniquement sur sa capacité de concentration. Pour ça qu'elle travaillait désormais avec des écouteurs et un bruit de fond. Le bruit, ok, mais l'humour macho de Doherty... Déjà que l'avoir en face et le voir mater Waterford dès qu'elle se levait de sa chaise, ça n'était pas idéal, alors l'entendre commenter en plus...

Oh, elle aurait probablement pu changer de binôme. Mais ça aurait été lui faire trop plaisir. Il se serait imaginé que c'était parce qu'il l'intimidait, ou une connerie du genre. Puis le commissaire avait sans doute autre chose à faire que de baby sitter leur relation. Ils ne s'entendaient pas, c'était un fait. Mais il restait un bon flic à défaut d'être un collègue agréable. Il lui avait appris quelques trucs. Oh, elle ne l'avouerait probablement jamais, mais c'était la vérité. Mais pour un truc bien qu'il faisait, il ouvrait la bouche et sortait une horreur sexiste. Trop dur à supporter pour quelqu'un comme la rouquine, et son mépris le plus total pour les hommes qui haïssent les femmes.

Les yeux fixés sur son écran, elle le voit bouger les lèvres. Sa voix lui parvient malgré la musique.


- Ikea. Ikea. Ikea!

Elle l'ignore. Il est le seul a utiliser encore ce stupide surnom que ses camarades d'école lui ont attribués sans lui demander son avis. Elle avait pourtant été claire : elle ne répondrait plus à quiconque l'appellerait comme ça. Fallait croire que ça n'était pas rentré dans sa tête. Sur son écran apparaît soudain une fenêtre de l'utilitaire de messagerie qu'ils utilisaient tous. La plupart des flics avaient pigés que c'était plus simple d'attirer son attention par ce biais plutôt qu'en lui tapant sur l'épaule. Moins risqué, surtout. Elle soupire en regardant le "Putain, Eriksson, je te cause!". Un vague sourire. C'est lui qui avait cédé. Elle retire un écouteur en posant des yeux blasés sur lui.

- Quoi?
- T'as un admirateur.

Elle fronce les sourcils, peinant à comprendre la nouvelle idiotie du jour. De quoi est-ce qu'il parlait?

- McMillan vous as vu à la dernière soirée au pub. J'savais pas que t'avais un truc pour les handicapés. C'est pour ça que ni moi ni aucun des autres n'a jamais pu t'approcher?

Son regard glisse sur l'allée et elle voit Miller approcher. Elle lève les yeux au ciel. C'était quand même dingue que dans un commissariat, certains s'intéressent plus aux histoires de cul de leur collègues qu'à faire leur boulot. D'autant qu'il n'y avait rien eu à voir. Elle s'était laissé entraîner par Lexy à une des soirées entre collègues qui se proposaient parfois spontanément. Après avoir passé une demi-heure à siroter sa bière en silence, écoutant juste les autres parler, Miller avait mentionné elle ne savait plus trop quoi, et ils en étaient venus à parler technologie au service de l'ordre. Elle-même n'était pas une spécialiste, mais Sean avait l'air de s'y connaître un peu, et c'était intéressant de l'écouter. Plus que d'entendre McMillan parler de sa énième rupture. Le pauvre : il avait dû être vexé. Elle coupe la musique et pose les écouteurs sur le bureau avant de répondre, avec un sourire ironique, au moment ou Sean se gare près de leur bureau.

- Non. Ça c'est parce que je méprises l'intégralité de ta personne, Doherty. Le fait que tu ais, ou non, tes jambes, n'a rien à voir là-dedans.

Il a un sourire goguenard. Il est persuadé que c'est un jeu, elle en mettrait sa main à couper. Et malheureusement, ça veut dire que ça finirait probablement devant les ressources humaines. Un jour, peut-être. Pour le moment, elle n'a pas de temps à perdre avec ses conneries.

- Salut. Pas de soucis, t'as bien fait. T'excuseras Doherty, il est né comme ça. Les médecins ont rien pu faire.

La Suédoise s'étire à ton tour, pendant que son binôme lui envoie un simulacre de baiser. Vu ses réactions, pas étonnant que tout le monde pense de même qu'il s'agissait de leur dynamique de duo. Enfin, ça n'était peut-être pas plus mal. Elle se tourne vers Miller, et dérive sur ses collègues, la plupart avec pulls et écharpes ou en train de sautiller sur leur chaise pour se réchauffer. Elle même est en tee-shirt, les bras nus, et ne semblait pas avoir remarqué la température avant que son collègue ne la mentionne.


- Je dois être encore habituée aux températures scandinaves.

Elle n'avait jamais été frileuse de toute manière. Devoir régulièrement se planquer sur le balcon en plein hiver pour éviter son père alcoolique, finalement ça avait au moins eu un bon côté.


- Ouais.

Les yeux bleus s'assombrissent.

- Ça en fait râler plus d'un.

Ceux qui avaient une famille à nourrir, principalement. Des vacances à s'offrir. Ce genre de trucs qui préoccupaient peu Red. Enfin. Sauf pour le principe. Mais bon. Elle avait malheureusement l'habitude de bosser énormément pour une paie qui n'était pas reluisante. Elle l'avait fait toute sa vie. Et tant qu'elle pouvait en retirer quelque chose, ça ne la dérangeait pas plus que ça... Parce qu'elle pouvait se le permettre, évidemment. Dans une autre situation, ça n'aurait probablement pas été la même chose. Elle jette un regard à son écran.

- T'as l'air d'avoir besoin d'une pause, toi aussi. Café?

Elle montre d'un signe du menton la porte de l'open space. Fallait qu'elle sorte de là avant que Doherty sorte une nouvelle connerie. Elle sentait la fatigue accumulée derrière ses globes oculaires, et, à tous les coups, à la prochaines vanne insultante, il en prendrait pour son grade.

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Red
Sphère Militaire
Red

Messages : 144
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Vision périphérique supérieure - Réflexes surdéveloppés


Revenir en haut Aller en bas
Dim 13 Jan 2019 - 22:53


We are not heroes. WATCHMAN & RED
Je sens bien les rires en quinconce dans l’assistance. Je prends. Sûrement. Pas comme s’il y avait une rivalité débile entre les services. Mais presque quand même ! Je croyais que c’était réservé à l’armée. Rien du tout. C’est le même bordel avec ou sans uniforme. Je ne suis pas d’humeur. Ça doit se voir sur ma gueule comme le nez au milieu de la tronche. Je n’ai pas le temps pour les primates de bas étage. Il devraient tous économiser leur salive.

_ Salut Tity. Ouais, je donne des surnoms. C'est à l'échelle de ce qu'ils me font chier. Je laisse le gars comprendre tout seul. Comme un grand. Visiblement, t’as pas réussi à faire monter ta force musculaire jusqu’à ton cerveau. Un petit clin d’œil pour la route balourd. Ironie mon ami. Ce trou du cul. Je me fais pas de souci. Un jour sa connerie le bouffera. J’espère être dans le coin pour profiter spectacle. Parce que je prendrais mon pied. Sans mauvais jeux de mots. Je me tourne alors vers Sigrid. Je lui souris. C'est une fille cool Sigrid. Elle est... efficace. Elle a manqué dans le service pendant son arrêt. Surtout qu'on a du se farcir l'autre con en permanence. Pas de souci. Red n’a rien à voir avec son binôme. Ça tout le monde le sait. Y a pas de lézard. C’est comme si je mettais toutes les conneries de Zach sur le dos de Rylee. Non mais la pauvre. Ceci dit la Strike c’est un cas à part. il fleurtent avec la merde. Même pire que l'équipe spéciale. M'enfin ce qui compte c'est que les méchants soient derrière les barreaux... non ?

_ Ouais. Je pense à ce que Sanders m’a dit. Le Conseil partirait sur une politique plus écolo. Pas sûre que le syndic bouge des masses pour nos jolis culs. Ecolo. Ça fait un moment que les gouv ne se préoccupent plus de l’état de l’Arche. Perso, je dis que c’est l’histoire de la Bolivie qui les a fait chier dans le froc. Alors que ça fait 30 ans qu’on nous prévient. On va tous faire plouf. A un moment donné il y a les lois de la physique. Ils ne peuvent plus rien y faire. A mon sens les riches irons se faire une colonie dans l’espace. Les autres ? Bah ils iront nourrir les alligators mutants. C’est quoi le nom de ce jeu déjà ? C’était pas mal. Une sorte de dystopie. M'enfin tant que le job est fait. Hein.

Une pause café. … C’est le genre de truc qui peut vite me mettre mal à l’aise. Ceci dit avec Sigrid ça passe. Elle n’est pas prise de tête. Elle demande moins d’efforts que beaucoup d’autres. Je lui montre la clef et je la lui lance. Au moins on sera sûre de ne pas zapper ça.

_ Je te suis. Lui dis-je en refermant ma main sur la balle antistress que je viens de trouver. J’ai pété la mienne à cause d’un mouvement de colère. Et encore, depuis que je ne suis plus en service, j’ai fini par me calmer. ' Fin quand je suis bien. Quant à savoir si je vais bien ? J’ai connu une période pire. Mais ce n’est pas la panaché. Entre Data et Lydia. Y a pas vraiment de quoi avoir la banane dans le paysage. Cet hiver va être bien pourri je le sens. J'essaye de ne pas garder ça en tête.

On arrive dans l'une des salles de repos. Des salles ouvertes en permanence et mise à dispos des agents. Ça ressemble un peu à la salle d'attente d'un dentiste. Au moins il y a le minimum vital : une cafetière. Je roule jusqu'au meuble pour activer la machine. Maintenant qu'on est ici, au calme, je sens que mon agacement retombe doucement. Je fais virer « T » sur la gauche. Je tire sur mon dos pour soulager la tension.

_ Ça va avec Doherty ? Tu dis sinon... Il y a tout un tas de façon pour calmer les hardeurs d'un « camarade ». Je le fais volontiers pour elle. Un mot. Il lui suffit d'un mot. Je lui souris avant de chercher deux tasses propres dans lesquelles servir notre café. Je râle bien sûr personne n'a trouvé bon de se faire sa putain de vaisselle. J'avise l'évier. Il est à taille classique. Oui l'accessibilité à ses limites. Putain de valides.

© CRIMSON DAY
Watchman
Sphère Militaire
Watchman
Messages : 175
Etat Civil : /
Pouvoirs : Magnétisme
Revenir en haut Aller en bas
Dim 27 Jan 2019 - 22:56

We are not heroes
Une chose que l'on ne pouvait définitivement pas reprocher à Sean, c'était de se laisser abattre. Et heureusement pour lui parce que dans un monde ou se moquer de son prochain est un sport international, il n'aurait probablement pas survécu dans le cas contraire. Mais non. Il réponds, rétorque et pique à son tour. Peut-être pas dans la bonne humeur, mais avec une aisance déconcertante. Et triste. Triste, parce que ça montre qu'il à l'habitude. Qu'il a suffisamment entendu de piques pour savoir y répondre sans même vraiment avoir besoin d'y réfléchir. C'était un mécanisme de défense comme un autre. Ceci dit, celui-ci, elle le connaissait bien, l'agent Eriksson. Elle le pratiquait depuis un certain nombre d'années.

Qui était le plus triste à présent?


- Tant qu'il n'y a pas de grève, je doute que quiconque se bouge pour "nos jolis culs".

Elle mime les guillemets et tâche d'ignorer Doherty qui lance en rigolant à son collègue le plus proche "le tien, je sais pas, mais moi je me bougerais bien pour celui de Waterford!". Une inspiration profonde. Et nécessaire. Histoire de ne pas lui foutre un poing dans la gueule. Elle attrape la clé au vol et la fout dans la poche arrière de son jean. Des fois que quelqu'un soit capable de fouiner. Sait-on jamais...

Elle ouvre la marche, donc, et sort de l'open space, alors que seul les rires de son binôme et de quelques mâles de l'assemblés résonnent encore. Dieu merci, il y a toujours quelques pros à Scotland Yard. Ils arrivent dans la triste salle de pause et Red pousse un soupir, remarquant immédiatement la vaisselle dans l'évier. Alors que son collègue va allumer la cafetière, elle choppe une feuille de papier, un feutre, et écrit quelques mots, efficaces. "La vaisselle, putain. Vous êtes pas chez vous.". Elle signe. Elle signe toujours quand elle gueule. Ça rends pas les choses plus efficaces, mais au moins, elle assume d'être la chieuse.

Elle relève la tête lorsque Miller lui parle de Doherty et lui rends son sourire. Et quand il râle pour le contenu de l'évier, elle placarde de deux coups rageurs la feuille au mur.


- Doherty, c'est mon problème. C'est gentil de proposer, hein, mais j'ai jamais compté sur quiconque pour régler mes emmerdes.

Elle s'empare de l'éponge et désigne du menton le placard sous la cafetière.

- Tu peux chopper une boîte de gâteau dans le placard? Faut que je mange un truc.

Un bref regard à son collègue, des fois qu'il ose sous-entendre que son besoin de sucre est directement lié à un syndrome prémenstruel. Ça n'a pas l'air d'être le genre de Sean, mais elle se tient prête à tout.

Rapidement, elle nettoie deux tasses. Pas plus. Il ne faut pas exagérer. Elle ne va pas se taper la vaisselle de tout l'étage. De toute manière, si ça continue comme ça, elle va commencer a foutre des mugs sales au milieu de l'open space. Ou repérer les coupables et leur foutre directement sur leur bureau. Elle pouvait être très butée quand elle le voulait. Et il n'était pas question qu'elle cède sur la question, de toute manière. Elle reprends, presque tranquille.


- Si ça doit se terminer sur un ring avec Doherty, et bien ça se terminera sur un ring. S'il faut que je lui botte le cul pour qu'il me respecte, ça ne me fait pas peur. J'ai survécu à pire que lui.

Doherty était un pisseux à l'échelle de sa vie. Un désagrément mineur. Simplement, quand elle l'avait face à elle, il était parfois difficile de relativiser.


- Tu prends du lait?

Elle demande, debout devant le frigo, se servant une rasade de lait dans un mug à fleurs vertes. Puis, interroge.

- Ça se passe comment chez vous? A part les ordis qui plantent je veux dire. Tu bosses sur quoi? J'ai demandé à être mise sur l'attaque de Cooper. Hors de question que je laisse passer ça. C'était ça ou des emmerdes de voisinages, et j'dois dire que j'ai eu ma dose de la petite vieille qui appelle pour annoncer que sa voisine prépare probablement un mauvais coup parce qu'elle est rentrée tard trois fois dans la semaine. Tout ça parce que la nana a fait de la taule y'a quinze ans.

Je te jure. Des fois y'a des gens qui ont que ça a foutre d'appeler les flics. Comme si on avait pas assez de boulot.



code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Red
Sphère Militaire
Red

Messages : 144
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Vision périphérique supérieure - Réflexes surdéveloppés


Revenir en haut Aller en bas
Mer 30 Jan 2019 - 19:22

[url=https://youtu.be/wagn8WrmzucLady Gaga[/url]


We are not heroes. WATCHMAN & RED
Je ne suis pas certain qu’il y ait une conscience écolo dans les rangs de la Yard. En entendant les commentaires des bastringues de derrière je me demande parfois s’il y a une conscience tout court. Les gens, les civils croient souvent que les soldats sont des bœufs dans cervelle. Ils devraient venir faire un tour dans le coin. C’est quand même hyper instructif.

_Une grêve à Yard. T'as déjà vu ça ? Haha. Même les grands parents venaient trimer pour la veuve et l'orphelin.

Leur dernière remarque sexiste mérite tout de même une réponse. Je chope une gomme sur un bureau au passage. Je fais un trois quart de tour pour un lancé. Le projectile touche la poitrine du de Tity. Je suis déjà retourné pour reprendre la route. Je croise le regard d’un collègue qui se marre sous cap alors que l’autre gueule de l’autre côté de la pièce. Comme quoi il ne va pas s’en prendre à un handicapé devant tout le monde. Laisse-moi rire Bob l’Eponge.

Je referme lentement la porte de la salle sur notre passage. C’est l’un des rares endroits de l’étage qui peut encore fermer autant en profiter. Je souris en voyant Sigrid prendre le problème de vie collective en main. C’est comme ça que je comprends que c’est elle l’auteur de la plupart des petits mots qu’on trouve ici. Ça y aurait moyen de faire une formation interne sur le savoir-vivre. A l’armée jamais on aurait vu ça. Le partage des tâches c’est la base du fonctionnement du bataillon.

_Ok. C’est comme tu le sens. Sinon, tu sais où me trouver. . Je ne force jamais.

Je regarde la zone qu’elle me désigne et je souris.

_Wep. . Je regarde le contenu du placard. Y a pas des masses de choix ici. Tout est entamé et un peu sec. Je prends le paquet qui me paraît le moins dégeuex du lot. Ce sera des espèces de biscuits fourré aux spéculos. Ça revient à la mode cette merde ? Je pose le paquet ouvert sur la table. La prochaine fois, je nous descends mon stock. Parce que là… .Perso je carbure au sucre rapide. C’est depuis toujours. Depuis mon retour du service ça s’est renforcé. Les docs disent que je stocke moins bien. Résultat des courses je passe mon temps à bouffer. En ce moment je suis retombé dans le chocolat. Merci un certain panda aux cheveux roux.

Je vais préparer la zone de confort pendant qu’elle termine le lavage express. Il faut souvent pousser les trucs pour faire de la place. Au début ça me faisait chier. Maintenant je ne dis plus rien. Je laisse juste les choses en l’état comme je peux les utiliser. Sur les 600 qu’on est dans la boîte, j’ai regardé, on doit être une dizaine d’handicapés. Ça ne fait pas des masses. Le quota est loin. Pas grave ils payent les amandes.

_Ouais. Je me doute. Mais quand y a un moustique qui fait chier ça peut faire du bien de l’écraser. Et ce n’est pas qu’une métaphore. Un moustique ça peut rendre dingue quand il vous colle à la peau depuis trois jours, qu’il fait chaud, et que vous ne devez pas bouger votre cul de la zone de surveillance. Ca reste la méthode la plus efficace dans certains cas.

_Yes, lait, sucre maltesers.. Je me marre.

Je freine. Je profite de la pause pour faire jouer ma colonne vertébrale. Une suite de craquement m’indique que le mouvement a fonctionné. Si Lydia savait je me ferais engueuler. Je ne suis pas sensé faire ça. En théorie je devrais aller directement chez le kiné quand ça commence à coincer comme ça.

_ M’en parle pas. Les fausses alertes c'est de la polution de cerveau. Chez nous c’est plutôt les fausses alertes de piratages. Les « attaques » d’Anonymous. La détection des sites à potentiel dangereux. Pas de quoi faire bander un homme. Mais, faut bien que quelqu’un le fasse.

Je la remercie. Je l’attends et je demande.

_Tu le connais ? Cooper ? Je me demande combien de mecs de la boîte ont déjà croisé Danny et Rox’ sur le terrain. A force doit y en avoir un certain nombre. Mais, je suis content que Red soit sur le dossier. Parce que elle j'ai confiance. Je sais qu'elle va faire du bon boulot.

© CRIMSON DAY
Watchman
Sphère Militaire
Watchman
Messages : 175
Etat Civil : /
Pouvoirs : Magnétisme
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: New Town :: New Scotland Yard-