Quelques petites choses à se dire. (Caleb)

 :: Édimbourg :: Eastside :: Portobello :: Maison Kent-Carso Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 1 Oct 2018 - 11:05



“ Viendra ce temps où la meute se rassemblera à la lisière du monde. ”

Eliott Eirik



CALEB - ODIN - TOHUM



    Les nomades profitaient d'une double conjoncture favorable, pas d'expédition prévue, un passage éclair d'Eliott à Édimbourg, pour se retrouver comme cela avait été convenu. Car, après avoir accompagné Caleb jusqu'aux Urgences, Odin s'était éclipsé sans prévenir. Allez savoir pourquoi ! Ce qui s'était passé dans le hangar des Lampeduza l'avait visiblement fait réagir... Bien entendu, il avait été impossible d'obtenir la moindre réponse de sa part sur le sujet. Enfin, il s'était manifesté quelques jours plus tôt pour relancer l'idée de cette rencontre, ce qui avait à la fois, plut et étonnée Sveda. Ce vieux loup ne l'avait pas habitué à rechercher ainsi un rendez-vous.

    Tous les trois s'étaient calés, jugeant dans un commun accord, que ces retrouvailles seraient plus agréables à vivre dans un endroit tranquille. Tohum avait proposé la maison, s'imaginant pourtant que l'homme préférerait ne pas entrer dans leur intimité. Mais, encore une fois, il l'avait pris de court en acceptant. Ce serait donc dans le sanctuaires des voyageurs qu'ils se rassembleraient. Pour l'occasion Sveda s'était mis en tête de faire de la pâtisserie. Cela faisait des années qu'elle n'avait pas eu l'occasion de faire de ces petits délices qu'elle mangeait étant enfant.

    Elle arrivait dans le salon où se trouvaient déjà les garçons, avec le biberon de quatre heure, destiné au plus jeune. Celui-ci était tellement concentré sur son jeu qu'il ne remarquait même pas l'arrivée de sa mère. Sveda ralentissait pour regarder ce petit air déterminé et farouche qui lui plissait le nez. Samuel changeait chaque jour. Recherchant continuellement à avoir plus autonomie et de liberté ce qui n'était pas sans occasionner les caprices et des colères à présent.

    -
    « Il est bien parti ? » Demandait-elle à Dante en reprenant le pas. Le jeu de construction était normalement prévu pour les enfants de deux à trois ans. Mais Sam avait tellement insisté qu'ils le laissaient tenter. Un puzzle de bois qui venait d'une petite boutique du centre-ville et dont la vendeuse était charmante. « Sammy ? »

    Le blondinet avait le nez obstinément penché, tentant de faire entrer une pièce rectangulaire dans une forme carrée. A la diziéme tentative, il lançait l'objet dans un geste de colère et croisait les bras contre sa poitrine.

    -
    « C'est cassé ! » Il levait un menton boudeur vers son père, répétant plus fort encore. « Papa le jeu cassé !! » La frustration faisait rougir des joues et brûler ses yeux de la teinte de l'eau claire. On sentait déjà chez lui l'obstination propre aux Carso et aux Kent.

    La mère allait posait le biberon sur la table basse pour avoir les mains libres, Samuel était vif quand il piquait une crise de colère. Les parents échangeaient un regard, décidant silencieusement de qui interviendrait pour cette fois. Dante empathe qu'il était, avait un don pour apaiser les esprits. Pour Sveda son instinct maternel lui permettait d'avoir un effet canalisateur. A eux deux ils apprenaient au petit à maîtriser ses émotions en toute sécurité.



Odin
IDENTITE : Eliott
GROUPE : Haute société
SPHERE : Culturelle
AGE : 65 ans
ETAT CIVIL : Célibataire sans enfant
PROFESSION : Antiquaire reconnu. Cuisinier haute gastronomie
POUVOIRS : Contrôle élémentaire de la foudre et de la pluie. Communication avec la faune. Immortalité.
ETAT DE SANTE : Un peu de fatigue. Mal de dos.
LIENS : Ami de Strega et Beleth. Connaissance de Tohum. Protecteur de Hellequin.



- Bonjour ? C'était ouvert... Le vieux Eirik était planté sur le seuil de la cuisine, un baklawa dans la main. Le parfum de l'amande chaude avait eu raison de la bienséance. Il souriait, paisible, regardant avec curiosité le trio qui le fixait. Ses yeux gris s'attardaient une seconde de plus sur Caleb avant qu'il reprenne. Je suis un peu en avance. S'excusait-il sereinement, tout en pénétrant dans le salon.

Odin portait son sempiternel imperméable et l'un de ses chapeaux melon noir. Il avait derrière ses rides un teint légèrement halé qui lui venait d'une semaine passée dans la province de Rio. Comme il l'avait annoncé à ses amis, l'antique loup était toujours en chasse de son trésor. Il avait d'ailleurs tenu sa promesse et raconté son périple sur les cartes qu'il envoyait à une charmante habitante de cette arche.

Dante. Bonjour. Heureux de vous voir en meilleure forme que la dernière fois. Reconnu-t-il en tendant une main au blond. Il ôtait ensuite son chapeau face à la rose et lui donnait la bise. Ils partageaient un sourire amical. J'ai senti l’ingrédient secret. S'amusait-il.

Enfin, bien entendu, le Nordique ne pouvait ignorer le petit garçon, qui s'était finalement désintéressé de son jeu pour le regarder lui. Samuel l'observait, alors qu'il allait chercher la main de son père, en soutien face à l'inconnu. Il ne se souvenait probablement pas de leur première rencontre, pendant l'été, qui avait été très brève.

Bonjour bonhomme. Il lui posait son chapeau sur le crâne, qui bien trop large s'enfonçait pour lui couvrir le haut du visage. Hum. Il va falloir grandir encore jeune loup !

Odin avisait la table du salon, où attrapait une serviette en tissu, pour essuyer ses doigts couverts de miel. Du coin de l’œil, il observait le couple, la façon de Sveda de caresser le dos de Dante. Leurs regards, la complicité qui se dégageait de leur silence. Voilà longtemps qu'il n'avait pas vue la rose des sables aussi apaisée.

- « Eliott installe toi où tu veux. » L'encourageait-elle tout en relâchant tendrement le bras de Caleb. « Il fait un peu frais pour la coure, non ? » Lui demandait-elle en suivant Samuel du regard. Il s'était levé et approchait pour monter sur le canapé juste à côté du vieux Prodige, se dandinant d'avant en arrière en le scrutant avec curiosité.

- « Bonjour ! » Maintenant que l'inquiétude était passée le petit blond affichait un grand sourire un peu édenté.


Tohum
Sphère Savoir
Tohum

Messages : 1378
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Sam 13 Oct 2018 - 21:51

Quelques petites choses à se dire.Odin & Tohum & Dante<< Ça aurait pu mal finir...

La rencontre avec Strega avait été un peu violente pour notre loup. Se retrouver aux urgences n'avait clairement pas été de ses projets, mais c'était dans un lit d'hôpital qu'il avait ouvert les yeux à nouveau. Sa tête lui faisait plus mal que son dos, ce qui était potentiellement une bonne chose. Cela voulait dire que ses blessures se soigneraient vite. Il avait demandé à Sveda ce qu'il s'était passé. Il comprenait que quelque part, il en devait une à cet inconnu. Tout en se demandant quels étaient ses liens avec une sorcière comme Nikolas. Pouvait-il réellement lui faire confiance? Sa compagne semblait dire que oui, alors quand ce dernier avait recontacté la petite famille pour qu'ils puissent se voir, Dante avait finalement accepté. Sans être trop certains de ce qui allait se passer. Il risquait d'être un peu sur la défensive, parce qu'il ne connaissait pas cet homme et qu'un ami des Lampeduza, pouvait potentiellement être un danger pour les siens. Il n'oubliait pas les menaces que Strega avait faites à l'encontre de son fils et de sa rose. Il serait donc prêt à tout pour les protéger.

Installé dans le salon avec son fils, ces menaces dans le coin de son esprit, il restait pourtant concentré sur lui. Impressionné de le voir aussi vif et aussi envieux de réussir. Alors qu'il n'avait pas encore l'âge. Il le trouvait précoce. Mais cet immortel ne savait pas si cela était une bonne chose ou non ou si simplement, en père poule, il se faisait des idées et que le gamin était simplement comme les autres, mais il le voyait exceptionnel parce qu'il était de son sang. Carso avait encore beaucoup à apprendre sur les enfants, heureusement que Sveda l'accompagnait dans cette découverte, elle calmait souvent ses angoisses sur ce point.

A l'instant, il ne pouvait pourtant pas s'empêcher de trouver amusant cette façon têtue qu'avait son fils de vouloir absolument mettre une forme dans une autre qui ne lui correspondait pas. Bien entendu, cela lançait un début de crise. Il parlait déjà, il grandissait tellement vite. Caleb voyait à quel point le temps passait trop rapidement. Il quitterait sans doute la maison bientôt à cette vitesse. Levant les yeux vers sa belle qui arrivait, il lui faisait un petit sourire tout en lui faisant signe que ce n'était pas encore gagné, avant de poser doucement une main sur la tête de son fils.

- Sammy, regarde... il prenait la forme qui avait été jetée et la plaçait à l'endroit où elle était voulue. Tu vois, là ça marche... lui montrant le contour du plot, puis de l'endroit où il rentrait. Parce que c'est la même forme, alors que là... il faisait pareil avec son doigt. Ça ne marche pas. Regarde. Lui rendant le jouet dans les mains, qu'il fasse par mimétisme comme son père. Un moyen comme un autre de calmer la crise en devenir.

Avant même que la voix ne se fasse entendre, Caleb avait senti la nouvelle présence dans la maison. Parce que des émotions plus inconnues faisaient leur apparition autour d'eux. Son regard se leva alors sur Eliott qui apparaissait dans le cadre de la porte, s'excusant d'être entré sans qu'on l'y invite, en plus d'être en avance. Le calme qu'offrait ce vieil homme, laissait notre protagoniste perplexe, ainsi que la confiance que semblait avoir Tohum à son encontre. Mais il était toujours prêt à faire confiance à cette femme, il offrait donc une chance à cet homme de s'expliquer un peu mieux que l'échange rapide qu'ils avaient eu au hangar.

Se redressant tranquillement, il attrapait son fils pour le prendre dans ses bras, mais ce dernier préférait avoir les pieds parterre, alors il lui laissait ses mains, qu'il les utilise pour porter plus facilement son poids, avant de serrer la main tendue par leur invité, un léger sourire aux lèvres.

- Eliott, oui, je m'en suis remis. Merci d'être... intervenu. Finalement, il n'avait jamais réellement eu le temps de le lui dire. Bienvenue chez nous.

C'était quand même important qu'il le lui dise, souriant un peu à le voir agir avec Sam'. Le garnement semblait être impressionné par cet inconnu, tout autant que fasciné. Carso faisait alors un petit regard à sa compagne pour lui dire que ça irait. Qu'il n'était pas non plus sur la défensive et qu'il était prêt à prendre les choses comme elle viendrait, parce que finalement, ce loup-ci, avait un trop bon fond. Une main se posait sur la sienne et la serrait. Avant que les attentions ne reviennent sur Eliott et Sam, qui assis l'un à côté de l'autre, semblaient faire connaissance.

- Oui, on est bien à l'intérieur. Pour répondre à Sveda. Eliott, qu'est-ce que je vous sers? Ne connaissant aucunement les goûts de cet homme, il commençait par le commencement. Et si ce jeune garnement se montre trop collant, dites-le nous.

Samuel était comme ses parents, un petit garçon sociable et toujours prêt au contact, il était déjà prêt à monter sur les genoux d'Odin même, tel le lionceau qu'il était.
© Justayne
Caleb
Sphère Savoir
Caleb

Messages : 210
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Lun 15 Oct 2018 - 9:34



“ Viendra ce temps où la meute se rassemblera à la lisière du monde. ”

Eliott Eirik



CALEB - ODIN – TOHUM – SAMUEL


    Il n'y avait qu'une brève conversation téléphonique entre Sveda et Eliott pour convenir du moment des retrouvailles. En dehors de cela le Nordique n'avait rien voulu lui dire de plus. Il n'était pas bavard de nature. Mais la belle l'avait trouvé particulièrement mystérieux ce jour-là. Cela la rendait donc très curieuse. Elle en avait un peu parlé avec Dante avant de poser la date. Tous les deux étaient conscients que les connexions d'Odin avec les Lampeduza étaient potentiellement dangereuses. Cependant le vieux loup adoptait depuis des siècles une posture de neutralité.


    -
    « Là...» Répétait Samy en refaisant les gestes de l'archéologue. Le plot s'incrustant dans le creux sans complication cette fois. Le visage du petit garçon s'illuminait d'une joie sans limite. - «Là ! Ça va ! Pas cassée ! »

    Tohum ralentissait son pas pour regarder le père et le fils. Elle était ravie de pouvoir assister à ces moments. L'arrivée de Samy n'avait pas été prévue. Mais enfin de compte, ils s'étaient adaptés à cette vie. Dante était un homme bon et il s'avérait être un père tendre. Patient devant l'éternel et souvent plus intuitif qu'il ne le voyait peut-être.

    -
    « Tu vois. Tu as compris. Maintenant le bibe... »

    Eh bien Odin n'avait pas pris une ride de plus. Enfin cette fois le délais entre leurs dernières rencontres étaient un peu plus court. Kent surveillait encore les cicatrices dorsales de Dante chaque matin. Elle était plus tourillonneuse qu'avec ses propres patients. Mais, on parlait quand même de Dante, l'homme qu'elle aimait.

    -
    « Oui bienvenue. Il y a eu encore des changements depuis la dernière fois. »

    Le chapeau et l'imper' disparaissaient dans les mains de la nomade. Elle les rangeait dans une penderie et en profitait pour aller chercher le « goûter » des plus grands.




Odin
IDENTITE : Eliott Eirik
GROUPE : Haute société
SPHERE : Culturelle
AGE : 65 ans
ETAT CIVIL : Célibataire sans enfant
PROFESSION : Antiquaire reconnu. Cuisinier haute gastronomie
POUVOIRS : Contrôle élémentaire de la foudre et de la pluie. Communication avec la faune. Immortalité.
ETAT DE SANTE : Un peu de fatigue. Mal de dos.
LIENS : Ami de Strega et Beleth. Connaissance de Tohum. Protecteur de Hellequin.



Odin souriait un peu plus à s'entendre remercier par le jeune archéologue. Il appréciait mais n'était pas venu les visiter pour obtenir de la reconnaissance. Il en avait tout son comptant et bien plus, là où il gouvernait dans le Nord de l'Archipel.

C'est tout naturel. Nikolas n'avait pas à agir comme elle l'a fait. Ce qu'Eliott avait d'ailleurs dit très clairement à sa vieille amie, juste avant de repartir pour son arche.

Ce que vous aurez Dante. Un thé sera très bien. Précisait le vieux loup tout en souriant à Samuel. Oh, ne vous en faite pas pour ça. Bien qu'il n'ait pas joué le rôle de père depuis une éternité, l'homme ne semblait pas malalaise. Il aidait d'ailleurs le petit à venir sur ses genoux. Hum. Odin qui avait pu par des temps immémoriaux, voir nombre d'enfants évoluer notait l'éveil de celui-ci. Indéniablement avoir des parents comme Sveda et Dante favorisait l'évolution.

Voyant la belle blonde apporter un biberon il le prenait sereinement. Samuel était un peu grand pour se faire donner la tété. L'ancien et le jeune échangeaient alors un regard. Samy prenait vivement son bien. Posé, comme un petit prince, sur les cuisses du dieu, il s'abreuvait goulu. Eliott lui caressait paternellement l'arrière du crâne tout en s'adressant à son père.

J'ai été désolé d'ailleurs que les choses en soient arrivées à une telle extrémité. Mais, comme je le disais à Sveda pendant que nous vous veillons il n'y a plus de danger.

« Disons que pour l'instant, nous sommes tranquilles. C'est vrai. Nikolas n'a rien tenté. » Et Strega ferait mieux de s'y tenir pour un moment encore car à présent Odin était éveillé aux affaires du Monde. Cela aussi c'était nouveau.

Je tenais à saluer votre... bravoure. Vous savez peu de personnes, immortelles ou non, auraient tenu tête comme vous l'avez fait. C'est … assez remarquable.

Cette remarque faisait automatiquement réagir la Rose. Bien entendu elle était admirative, personne n'aurait pu concevoir plus de fièreté. Mais cette mauvaise rencontre l'avait également effrayée. S'il arrivait quelque-chose à Dante ou à Samuel, ou à n'importe lequel de ses enfants d'ailleurs... Une chose que Eirik savait.

« Je lui ai raconté de quoi Strega est capable. » Ce qui avait probablement demandé plusieurs conversation au couple étant donné l'historique. Odin savait que son amie manquait cruellement d'objectivité à ce propos.

Tu as donné ton point de vue oui. Enfin, ce n'est pas pour parler des Lampeduza que je suis venu. C'est pour parler de vous deux. Dante, je suis un vieil homme et je crois pouvoir dire sans me tromper que je connais la majorité des Prodiges Immortels. Pourtant vous... Chose rare, Eliott s'était senti le droit de dire « Tu » au jeune homme. Il lui souriait calmement. Pourtant, je n'ai jamais entendu parler de vous. Tohum n'avait rien dit, décrétant, et il le comprenait que Carso était le seul possesseur de son Histoire. Accepteriez-vous de m'en dire un peu plus sur vous ?

Odin ne manquait pas de noter le regard de la nomade pour l'archéologue. Elle n'était visiblement pas certaine qu'il se laisse aller à des confidences. Mais, le vieux loup ne s'y fiait pas. Il avait l'intuition que cet homme allait s'ouvrir tout comme le faisait son petit garçon.


Tohum
Sphère Savoir
Tohum

Messages : 1378
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Mar 13 Nov 2018 - 19:20

Quelques petites choses à se dire.Odin & Tohum & DanteDante souriait à son fils, tout en lui caressant les cheveux. Il avait l'air fier de ce qu'il avait compris et son père était fier de le voir avoir compris les choses.

- C'est bien Sammy. Tu comprendras plus tard que parfois, un rond entre dans un carré et inversement, mais pour le moment, il faut apprendre les bases, sinon, tu vas pas t'en sortir dans la vie.

Bon certes, c'était sans doute un peu trop philosophique pour un gamin de son âge, mais il le savait intelligent et même si les choses ne lui disaient rien pour le moment, peut-être qu'un jour, il y aurait une sorte de réminiscence de ce moment et il comprendrait. Ou alors son père prendrait le temps d'en parler avec lui, surtout en fait. Mais ça, il fallait le garder pour plus tard, il était trop jeune pour comprendre les nuances, déjà qu'il était trop jeune pour des échanges qui avaient réellement un sens alors... ne pas brûler les étapes vieux loup.

Mais les relations parentales attendraient, voilà que leur invité était donc déjà présent. Le regard de l'archéologue le suivait, il cherchait à comprendre ce qui pouvait pousser un homme comme lui à vouloir être neutre au milieu de ces conflits. Parce que finalement, c'était ce qu'il était. Mais être neutre, c'était aussi prendre parfois parti. Il haussa légèrement un sourcil.

- Mmm... elle ne devrait pas faire ce qu'elle fait. Préféra-t-il corrigé.

Tout comme sa compagne, Carso n'était pas franchement ravi de ce que Strega pouvait être capable de faire. Voilà pourquoi il avait décidé de lui mettre des bâtons dans les roues et pourquoi il s'était retrouvé ainsi à sa merci. Mais qu'importe les marques dans son dos. Elle n'avait pas récupéré l'objet si précieux à ses yeux. En partie, aussi, grâce à cet immortel qui se trouvait chez lui. Mieux valait ne pas se montrer trop agressif ou méfiant, surtout qu'il ressentait tout le calme de cet homme, ce qui était... surprenant tout aussi qu'apaisant, il fallait bien l'avouer.

L'hôte allait donc faire chauffer de l'eau pour le thé, revenant avec un thé maison, des saveurs qui rappelaient des pays d'ailleurs. De quoi voyager avec ses papilles, ce que certains appréciaient tout particulièrement et ce n'était pas ce cuisinier de renom qui allait s'en plaindre, n'est-ce pas? Il posait tranquillement la tasse vide et la théière sur la table, observant son fils installé sur les genoux du plus vieux. Décidément, ce dernier n'était pas farouche. Il donnait l'impression d'avoir déjà adopté cet étranger.

- Pour combien de temps surtout? Le fixant, tout en s'installant face à lui, sur un fauteuil, faisant signe à Sveda de suivre le mouvement, ils avaient tout ce qu'il fallait sur la table, pour prendre une pause. Tout en montrant qu'il n'était pas dupe, il comprenait que la sorcière reviendrait à la charge. Il lui faudrait prendre une décision pour ce boitier, mais il ferait en sorte qu'elle ne mette jamais la main dessus. Disons que je sais être une tête de mule. Avec un petit sourire de filou, tout en posant doucement sa main sur celle de sa Rose, elle n'avait pas à s'inquiéter, il s'en était sorti et s'en remettait bien.

Eliott restait quand même à défendre cette femme qui était sans doute une sorte de mal incarné. Qu'y gagnait-il, vraiment? Pouvait-il croire un seul instant qu'ils étaient amis? L'aventurier observait ce vieil immortel avec un regard curieux, vraiment, parce qu'il voulait savoir comment l'on pouvait apprécier de telle personne. Sans doute qu'il avait la vision de Sveda, mais cela n'empêchait pas que les actions de cette femme parlaient d'elles-mêmes et ça n'allait clairement pas en sa faveur. Enfin, le sujet n'était pas ce qui semblait intéresser leur hôte, il voulait parler d'eux, ce qui ne manqua pas de lui faire hausser un sourcil.

- Pourquoi parler de nous? Il l'écoutait alors, sans trop comprendre où il voulait en venir. Ce n'est pas parce que vous ne connaissez pas tous les immortels qu'il faut spécialement vous déplacer pour cela... servant le thé qui devait être prêt, il resta silencieux quelques secondes. Caleb n'aimait pas parler de lui, sa compagne connaissait une grande partie de son histoire, mais il avait fallu le temps que ce loup soit prêt à en parler. Alors avec un mec qu'il ne connaissait pas... Tout dépend ce que vous voudriez savoir... votre méconnaissance de ce que je suis est réciproque, je ne vous connais pas plus. Pourquoi ferais-je une pareille chose?

Est-ce qu'Odin trouverait les mots? Rien n'en était moins sûr, Dante avait du mal à oublier que quoi qu'il ait fait pour lui, il était quand même une connaissance des Lampeduza, prêt à les défendre si nécessaire. Ca ne jouait pas totalement en sa faveur.
© Justayne
Caleb
Sphère Savoir
Caleb

Messages : 210
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Sam 17 Nov 2018 - 17:46



“ Viendra ce temps où la meute se rassemblera à la lisière du monde. ”

Eliott Eirik



CALEB - ODIN – TOHUM – SAMUEL


Odin
IDENTITE : Eliott Eirik
GROUPE : Haute société
SPHERE : Culturelle
AGE : 65 ans
ETAT CIVIL : Célibataire sans enfant
PROFESSION : Antiquaire reconnu. Cuisinier haute gastronomie
POUVOIRS : Contrôle élémentaire de la foudre et de la pluie. Communication avec la faune. Immortalité.
ETAT DE SANTE : Un peu de fatigue. Mal de dos.
LIENS : Ami de Strega et Beleth. Connaissance de Tohum. Protecteur de Hellequin.



Eliott surveillait le gamin du coin de l’œil. Il gardait une main posé dans le creux de son dos pour l'aider à se maintenir droit. Il sentait bien qu'il aurait pu virer culbuto d'une seconde à l'autre.

Oui ? Selon quels critères ? Demanda-t-il paisiblement au jeune père de famille. Il ne se départissait pas de son sourire, quand il croisait le regard de l'un ou de l'autre de ces jeunes gens. Il disait à Caleb ce qu'il avait déjà dit à Tohum. Il y a des actions dont on découvre réellement les effets que bien plus tard.

« C'est aussi pour cela qu'on n'aimerait qu'elle arrête ses manigances. Elle n'a jamais rien fait qui aide l'Humanité. »

Un vieux passeur comme Odin avait regardé l’enchevêtrement des événements plus souvent qu'à son tour. Il savait que les anciens Siren, Wairua, Strega, étaient de ces éléments qui font driller le court des choses. Étonnant que tant d'individus extra ordinaires soient assemblés sur un même cailloux. Cela n'était pas arrivé depuis très longtemps.

Qui peut le dire... Fit le loup avec la rhétorique d'un homme politique. On ne peut pas réellement anticiper les actions de cette femme.

C'était là une demie-vérité. Certains coups d'échec de la Sorcière étaient très vite interprétables par un œil avisé. Voilà bien l'une des raisons qui l'avait sorti de sa longue retraite, quelques mois plus tôt. Un élément que le vieux loup gardait pour lui. Il n'en avait pas même parlé à Beleth. Alors que ce dernier en serait forcément impacté.

« Le résultat sera le même que chaque fois si elle parvient à ses fins. Nikolas n'a qu'un seul but. » Comme la belle Rose n'en avait qu'un seul elle aussi.

Chacun choisissait son camp. Il n'y en avait pas un bon ou un mauvais selon lui. Il n'était pas pour l'extinction de l'espèce humaine. Mais, il la vivrait pleinement si elle devait arriver un jour. C'était une attitude que Sveda ne comprenait pas encore. Elle ne l'entendrait sûrement jamais. Mais cela faisait partie de ses forces propres.

Et vous avez trouvé une des immortelle les plus déterminée que je connaisse. Et qui est encore en vie aujourd'hui. Eh bien Samuel aura de qui tenir. Il posa de nouveau une main paternaliste sur la tête blonde. C'est une qualité nécessaire par les temps qui courent.

Le peuple n'était pas dés plus tendre avec les Prodiges. La recrudescence de la violence ne faisait aucun doute. Elle contaminait toutes les strates. L'Archipel était une poudrière. Il en allait ainsi tous les deux ou trois siècles.

Pour commencer parce que je suis d'un naturel curieux. Un fait simple et avéré. Odin se tenait à l'écart du monde. Cependant lorsque quelque-chose touchait à sa curiosité...





    Sveda tendait la main pour récupérer le biberon de Samuel, qui avait l'air un peu empêtre. Elle se réinstallait ensuite et reprenait sa tasse de thé. Voyant la mine de leur invité elle sourirait un peu. Bien entendu ce vieux loup cherchait une façon d'entrer dans l'univers de l'aventurier. Ce n'était pas aisé. Dante était un homme prudent et sage et il avait ses raisons à cela.

    « Tu peux comprendre sa réserve n'est-ce pas ? » Intervenait donc la nomade. Elle savait qu'il n'allait pas renoncer pour autant à sa petite investigation.

    Naturellement l'homme attrapait une serviette pour aider Samy à essuyer sa bouche couverte de lait. Il opérait avec une délicatesse qui avait de quoi faire sourire la lionne. Odin aurait pu passer pour un vieux sage, un ermite, détaché de son prochain. Mais, il prenait soin des autres... loin des regards. Et la Rose en avait été une témoin par le passé. Aussi elle savait qu'il y avait plus qu'un loup mystérieux devant eux.

    Oui je comprends. C'est équitable. Je peux vous en dire un peu plus sur moi avant tout. Je viens de ce que l'on nommait la Norvège. J'y suis toujours depuis. Je mène là-bas une vie tranquille. Je n'ai pas d'aspiration à intervenir dans les affaires des Hommes. Mais j'aime connaître ceux de notre caste. Nous nous faisons de plus en plus rares nous autres les Immortels. Or nous sommes derniers garants du passé.

    Cette dernière phrase attirait une gentil moquerie de la part de la fille des sables. Car le Nordique parlait de quelque-chose qui appartenait à un vieux -vieux- passé. Elle était surprise qu'il en parle. Cela faisait bien longtemps que les membres s'étaient éparpillés.

    « C'est bien joliment dit. Enfin tu fais parti des derniers à penser ainsi Eliott. Beaucoup ont renoncé depuis Armageddon. Même la Famille n'intervient plus. Anima a totalement abandonné. Je n'ai plus de nouvelles de lamanja depuis une éternité. L'époque de la « Guilde » est révolue. Il n'y a plus vraiment d'esprit de groupe. » Tohum parlait ici d'un qui remontait au temps médiévaux du monde. Quand certains Prodiges avaient conjugués leurs efforts dans une visée commune.

    Mais ce qui a été peut être à nouveau Sveda. Je pense qu'une synergie est possible. Je ne parle pas de bouter Strega. Je vous parle d'une menace plus concrète... Eliott n'avait pas encore partagé son inquiétude avec beaucoup de ses semblables.

    Mais, pourtant, ils ne pourraient en faire l'économie ad vitam. Le champ magnétique était défectueux. Un beau jour peut-être bien qu'il n'y aurait plus de civilisation à protéger d'une vieille Sorcière. Une pensée qui créait une ride de souci sur le front du visiteur. Du même coup les émotions environnantes changeaient. Sam s'agitait sur les genoux du loup. Il descendait de lui-même pour venir se réfugier contre l'autre loup son père.

    « … L'Arche ? » Plusieurs personnalités avaient déjà sonné l'alarme. Sveda se souvenait d'un article qui avait fait beaucoup parler durant l'été précédant. Ce qui était arrivé en Bolivie n'était donc pas un cas isolé...

    Oui l'Archipel... les îles... enfin c'est ce que nous prévoyons depuis longtemps. Enfin avant tout de même Dante je ne voulais pas vous parler de cela tout de suite. Je me demandais si vous aviez vécu en Italie ? Cette fois la rose se retrouvait perplexe. Quelle était la raison de cette obstination biographique. Il lui, enfin leur, cachait quelque-chose celui-là.
Tohum
Sphère Savoir
Tohum

Messages : 1378
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 6 Déc 2018 - 15:52

Quelques petites choses à se dire.Odin & Tohum & DanteCaleb fixait son vis-à-vis, en se demandant toujours pourquoi il tentait d'une façon à protéger un personnage tel que Strega. La neutralité, était à son sens, quelque chose d'impossible. On finissait toujours par prendre parti. Même si on ne le souhaitait pas et à ne pas voir les problématiques de danger comme cette sorcière.... c'était être de son côté. Enfin à ses yeux, bien entendu.

- Les critères de la vie communautaire, le respect des autres, ce qui devrait être une norme et qui ne l'est pas, bien entendu. Je suis parfaitement au fait que le mal et le bien ne peuvent pas exister l'un sans l'autre, mais quand on persiste à vouloir persécuter le reste du monde, c'est qu'il y a un problème.

Enfin, on ne ferait pas changer d'avis deux pacifistes comme l'était Tohum et Caleb. Et vu l'âge de leur invité, ce dernier aussi, ne changerait pas d'avis. Cette conversation risquait de tourner longtemps en rond. Se mettre d'accord sur le problème de Lampeduza était sans aucun doute impossible entre eux. Il suffisait d'entendre les réponses du nordique pour s'en rendre compte et Dante n'était pas stupide, il ne perdrait pas son temps sur ce sujet.

- J'espère juste qu'il pourra être en paix le plus longtemps possible.

Comme tout parent, il souhaitait le meilleur pour son fils. Il voulait qu'il grandisse dans un monde qui ne serait pas totalement pourri, même si ce n'était pas la voie qu'il était en train de prendre malheureusement. Même si son fils en ce moment, était bien sur les genoux de cet inconnu à boire son lait, presque tranquille. Comme si cet immortel avait une aura apaisante. Mais il était vrai que l'homme ne dégageait pas grand-chose de plus que ce calme dont ses traits étaient parés. Ce qui était plutôt surprenant. Sveda montrait tout son soutien à son compagnon, puisqu'elle faisait la remarque à son vieil ami qu'il pouvait comprendre la réserve que notre aventurier montrait face à lui.

- Et pourquoi aimez-vous bien les rencontrer? Vous semblez apprécier la vie d'ermite plus que celle qui consiste à rencontrer les autres?

Le loup n'attaquait pas son vis-à-vis. Il posait ses questions tout aussi posément que lui. C'était de vraies questions, pour comprendre au mieux son mode de penser. Il comprenait qu'à force de déception, de frustration, de fatigue aussi, on souhaite ne plus avoir à faire à la nature humaine en général. Mais... il était présent aujourd'hui, parce qu'il s'était mêlé de leur histoire alors... cela méritait quelques explications. Il écoutait donc attentivement l'échange entre sa compagne et cet ami. Ne comprenant pas tout ce qu'ils étaient en train de dire. Lui ayant toujours été loin de toutes ces affaires, ne connaissant que peu d'immortels. Ayant toujours eu ses propres histoires à gérer. Il sentait l'inquiétude du plus vieux et elle était fondée, qui n'avait pas entendu parler de l'effondrement des Arches?

Sam' revenait vers lui, il l'attrapait pour le mettre sur ses genoux et lui caressait doucement les cheveux, lui faisant comprendre que tout allait bien. Restant calme de son côté. Quand il était allé faire des tours rapides et dangereux sur ce qu'il restait de la Terre, il n'avait rien trouvé qui concrètement pouvait expliquer le pourquoi d'un tel risque de chute, si longtemps après que tout ait explosé. La question d'Eliott le prit un peu par surprise, il le fixa un instant.

- Oui, il y a quelques siècles de cela.

Quand il était encore un enfant recueilli par ces moines. Une fois qu'il avait quitté l'habit de prêtre, il n'y était plus revenu. Son seul lien avec l’Italie, résidait dans le fait que l'un de ses points de chute se trouvait dans la partie italienne de la Suisse. C'était tout.

- Nous nous sommes déjà rencontrés et je ne m'en souviens pas, c'est ça? Fit-il avec un semblant d'humour, cherchant à savoir ce que cherchait vraiment celui qu'ils accueillaient chez eux.
© Justayne
Caleb
Sphère Savoir
Caleb

Messages : 210
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Mer 2 Jan 2019 - 22:06



“ Viendra ce temps où la meute se rassemblera à la lisière du monde. ”

Eliott Eirik



CALEB - ODIN – TOHUM – SAMUEL


Odin
IDENTITE : Eliott Eirik
GROUPE : Haute société
SPHERE : Culturelle
AGE : 65 ans
ETAT CIVIL : Célibataire sans enfant
PROFESSION : Antiquaire reconnu. Cuisinier haute gastronomie
POUVOIRS : Contrôle élémentaire de la foudre et de la pluie. Communication avec la faune. Immortalité.
ETAT DE SANTE : Un peu de fatigue. Mal de dos.
LIENS : Ami de Strega et Beleth. Connaissance de Tohum. Protecteur de Hellequin.



Odin n'était pas venu pour porter l’étendard de quelques uns devant d'autres. S'il défendait Nikolas Cnossos c'était surtout parce qu'il possédait une vision plus large. Tout comme Perceval Rose semblait en avoir eu une... de son vivant. La réputation de l'Immortel était arrivée jusqu'aux oreilles du vieil homme. Il était dommage qu'ils n'aient pas eu le temps de se rencontrer tous les deux. Ils avaient eu des bons communs, dont un qui ne pouvait se deviner.

J'ai l'air d'un ermite ? Le portrait qu'il venait faire de lui-même donnait probablement cette impression. Ceci dit Dante n'était pas le premier à lui en faire la remarque. Nikolas y allait de ses élégantes piques. Cependant, à la belle Gabrielle elle l'avait fait revenir dans le XXI éme siècle. Ça n'avait pas été volontaire. Mais ça n'était pas un mal. Ainsi Odin pouvait reprendre là où il s'en était arrêté.

De son côté, le plus jeune faisait sa vie. Il babillait encore beaucoup à son âge. C'était sa façon de participer à la conversation.

« Oui... un peu. » Approuvait la compagne de Caleb un rien moqueuse. Avant cet été le Nordique ne s'était pas manifesté pendant quasiment un siècle. Il était comme cela. Un beau jour, il apparaissait et disparaissait aussi naturellement. « On ne voit pas souvent ton chapeau sur les routes. »

J'aime la tranquillité. Mais je ne suis pas Misanthrope pour autant. L'Humain m'intéresse depuis toujours. Je le trouve assez... fascinant. Il employait les mots d'un ethnologue. Un métier qu'il aurait pu exercer avec plaisir. D'ailleurs, il savait que son interlocuteur était un explorateur renommé. Sveda lui avait parlé de ces voyages sur la croûte terrestre. Là où il n'y avait « plus rien ». De plus, votre nom est revenu à mon oreille plusieurs fois ces dernières années. De quoi piquer la curiosité.

Leur discussion pouvait paraître décousue. Ils parlaient de trois sujets à la fois. Eliott écoutait la jolie rose. Toujours là pour tenter d'anticiper les catastrophes. Elle passait son temps à essayer de sauver le « monde ». Comme si elle s'en était fait un devoir sacré. Odin trouvait cela très chevaleresque.

« Tu parles de tout cela comme si c'était une simple nouvelle. » Il savait qu'en l'évoquant devant elle Eliott lancerait le mouvement. Il pouvait voir dans les yeux de la nomade que la graine était plantée. Ce qui voulait dire qu'il avait posé un premier galon pour la suite. Il souriait mais ne montrait pas son plan. «Ceci dit ce n'est pas la politique de cette arche qui m’inquiète le plus à ce sujet. Le Conseil actuel est plus lucide que le dernier. »

Samuel profitait éhontément des bras et de la chaleur de son procréateur. Eliott voyait en eux une fresque de son passé. L'une des plus belle qu'il avait vécu et dont malheureusement les protagonistes étaient éteints.

Parce que c'en est une. La Nature n'a pas besoin de nous. Elle fera bien ce qu'elle veut. Cette gravité nous la perdrons de toute façon. Maintenant reste à savoir si les Hommes iront plutôt haut. Ou si au contraire ils retourneront en bas. Odin virait son regard sur l'homme de cette maison. A présent, il fallait le galon numéro deux. Dante, vous connaissez le terrain m'a t’ont dit. La Terre pourrait-elle nous héberger à nouveau ?

La voix du garçonnet brisait le calme de la tablée une fois encore. Il frappait dans ses mains sans raisons apparentes. Sveda lui souriait, lui caressant la joue d'un doigt. Elle posait ensuite sa main sur la nuque de Dante. Etait-ce un simple geste d'affection ou son inuition l'encourageait-elle à appuyer son soutien ? Odin ne pouvait le dire.

Quelques siècles ? C'est à dire ? Vous auriez une date ? Une ville ? Odin se redressait sur le canapé. Un sourire lui tirait lentement les traits. Il voulait adoucir sa charge. Il ne voulait pas que le jeune loup s'échaude devant lui. Car l'autre raison de sa visite était celle-ci. Il ne pouvait pas le dire ouvertement. Même s'il sentait que la blonde avait un soupçon naissant. C'est une forte probabilité en effet. Étant donné votre métier. J'ai pu être un acheteur de vos trouvailles. Mais avant tout... je dois dire que quand Sveda m'a montré votre portrait j'ai été interpellé... Bien entendu, les faits remontaient bien trop en arrière sur la frise du temps, pour qu'il existe encore des preuves physiques, de son hypothèse. Vous ressemblez beaucoup à une femme que j'ai connu. Elle vivait dans un petit village... au nord du Duché de Benevent. Se souvenait-il en revoyant la silhouette de la belle qui lui avait ravie le cœur au cours d'un de ses voyages.




Tohum
Sphère Savoir
Tohum

Messages : 1378
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 17 Jan 2019 - 22:31

Quelques petites choses à se dire.Odin & Tohum & DanteLa question d'Odin fit sourire l'archéologue. Etait-elle rhétorique? Non parce qu'avec tout ce qu'il venait de dire, comment ne pas le voir autrement que comme un ermite, qui descendait parfois de sa montagne, pour voir comment le commun des mortels s'en sortait, avant de repartir tout aussi vite, toujours aussi dégoûter du monde des hommes. Bon ce dernier, avait plutôt l'air d'apprécier le genre humain, quand même. Sinon, il ne se serait sans doute jamais interposé pour l'aider face à Strega.

- Un peu quand même, oui.

Dante n'était pas du genre à mentir. Bon sauf quand c'était plus qu'impératif de le faire, comme il l'avait effrontément fait face à Nikolas, mais c'était pour une question de survie. Non de protection plutôt. Il savait quand c'était nécessaire de le faire. Mais pas face à cet homme, qui finalement, lui avait sauvé la mise et qui en plus, ne dégageait rien de mauvais. Même s'il avait des amitiés pour le moins discutable.

- Ah oui? Dans quelles circonstances avez-vous entendu parler de moi?

Qui n'était pas curieux de savoir par quel biais on pouvait entendre parler de soi? Et de quelle façon aussi. Dante n'était pas un idiot, il savait parfaitement qu'il avait une petite renommée, mais surtout dans son milieu. Voilà pourquoi il était intéressé de savoir comment un homme comme son interlocuteur, pouvait avoir eu vent de lui. Mis à part par les Lampeduza ou Sveda, bien entendu.

- Peut-être que nous ne la perdront pas. Ne soyons pas aussi pessimistes... il comprenait pourtant les remarques du plus vieux. Parce qu'il y avait de quoi s'inquiéter et craindre le pire. Si toutes les arches finissaient par s'effondrer... et aller plus haut. Mais vers où? Personne n'avait encore le matériel, voir même la connaissance nécessaire pour cela. Il passa une main sur la tête de son fils, père tranquille et heureux, malgré tout. Mmm.... pas encore non... l'air y est irrespirable. Mais peut-être que si nous arrivons à créer des sortes... d'environnements adaptés, ce pourrait être possible. Mais cela voudra dire vivre dans des bulles. Ce qui ne plairait pas à tout le monde.

Après tout, l'homme était fait pour vivre à l'air libre. L'aventurier espérait que jamais l'Humanité ne devra en arriver là, mais.. il ne pouvait prédire l'avenir. En tous les cas, de son côté, il ferait tout pour protéger son fils et lui permettre de pouvoir s'épanouir avec le moins d'inquiétude possible. Voilà pourquoi il était prêt à aider à trouver des solutions à ce problème qui se profilait très sérieusement à l'horizon.

Mais la suite de la conversation le fit oublier un instant ses considérations, cherchant de plus en plus où voulait en venir cet homme. Ou ne voulant peut-être pas comprendre les possibles sous-entendus. Après autant de temps... il continuait de le fixer de ses yeux bruns.

- Cela remonte aux Croisades. J'y ai grandi, et j'ai dû y rester jusqu'à ma vingtaine. Haussant un sourcil. Vraiment? Carso devenait de plus en plus curieux. Et bien, peut-être que vous avez eu plus de chance que moi, à avoir connu quelqu'un à qui je ressemble. Parce que je suis un orphelin qui a été élevé par des moines... mais si vous connaissez un bout de mon histoire... je serai curieux de l'entendre.

Tout comme il avait offert des débuts de réponses aux questions de Tohum, il serait sans aucun doute intéressé d'en savoir plus sur ses racines. Chose qu'il avait toujours estimé impossible, vu le temps qu'il s'était écoulé. Entre autre.
© Justayne
Caleb
Sphère Savoir
Caleb

Messages : 210
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Dim 20 Jan 2019 - 18:44



“ Viendra ce temps où la meute se rassemblera à la lisière du monde. ”

Eliott Eirik



CALEB - ODIN – TOHUM – SAMUEL


Odin
IDENTITE : Eliott Eirik
GROUPE : Haute société
SPHERE : Culturelle
AGE : 65 ans
ETAT CIVIL : Célibataire sans enfant
PROFESSION : Antiquaire reconnu. Cuisinier haute gastronomie
POUVOIRS : Contrôle élémentaire de la foudre et de la pluie. Communication avec la faune. Immortalité.
ETAT DE SANTE : Un peu de fatigue. Mal de dos.
LIENS : Ami de Strega et Beleth. Connaissance de Tohum. Protecteur de Hellequin.



Être Immortel dans ce monde morcelé était une chance et un fardeau. Ce que concevaient aisément les ôtes d'Eirik. Lui même avait trouvé une façon de survivre à son éternité et celle-ci se trouvait en effet dans le replie.

« Il y a moi... je lui ai parlé de toi. Enfin de nous. Nous trois. » Le Nordique approuvait ces paroles d'un sourire bienveillant. Il était vrai qu'il avait quelque peu usé de son charme sur cette jeune lionne lors de leur dernière entrevue en cette ville. Non pas d'un charme charnel mais de celui de vieux sage qui faisait écho à son âme positive et lumineuse.

J'ai donc ainsi appris que vous êtes « Caleb ». Mais votre nom m'ait venu aux oreilles pendant mes recherches. Eliott n'en avait touché mot à la compagne du loup. Il sourit en voyant l'étonnement malicieux se glisser dans ses prunelles claires. Je suis un grand collectionneur. Un vieux collectionneur qui sait que certains des plus beaux trésors que nous ayons créé sont enfouis sous la terre. Votre nom a été cité, en Victoria une fois. Il y a quelques années.

C'était aussi au cours de voyages sur les îles volantes que le vieux Prodige avait pu observer les changements dans la nature. Il n'était pas un scientifique comme ce fou de Wairua ou Sveda. Ses outils se résumaient à sa connaissance empirique de cette planète bleue qui s'était déjà disloquée une fois.

Oh mais non mon brave. Vous vous méprenez. Il ne s'agit pas de pessimisme. C'est tout simplement une réalité. La nier ne serait utile à personne. Eliott souriait alors patiemment au jeune couple. A la nouvelle génération encore moins.

Il sentit plus qu'il ne vit la lionne s'agiter à ses côtés. Elle réagissait sensiblement de la même façon que lors de leur première conversation à ce sujet. Odin s'attendait donc à son intervention. Il se tournait de quelques degrés pour mieux l'observer, sans cacher combien il était amusé, voir attendrit.

« C'est du fatalisme. Je t'ai déjà entendu parler ainsi à la chute de Byzance. » Il était alors bibliothécaire pour l'Impératrice. … La mère de Sveda ce qu'Odin avait soupçonné, sans en posséder la preuve. Il n'avait donc jamais parlé de cela avec la nomade. Cependant, il notait en ce jour l'étrange expression de son visage alors qu'elle suspendait sa voix. « J'étais presque une enfant. Lui et le père d’Élias étaient de terribles »

Ainsi le vieux loup ne s'était pas trop trompé concernant cet aventurier. Il avait de la suite dans les idées. Rien d'étonnant que lui et la rose se retrouvent.

Des bulles... Hum. N'est ce pas la science fiction qui fait cela ?

Samuel réclamait de l'attention. Il allait d'un parents à un autre. Il demandait les bras de sa mère. Elle se penchait pour le porter sous les bras et le poser sur ses genoux. Il n'avait plus besoin d'aide pour tenir assit. Il pouvait le faire seul. Encore fallait-il qu'il ait envie de le faire. Une impatience d'enfant le poussait à bouger au bout d'une poignées de secondes pour demander à retourner par terre. Une fois stabilisé il se dirigeait tout de suite vers son père.

Les Croisades... oui. Redites-moi... 1190... Questionnait le loup, l’œil attiré par l'agitation du petit blond.

« 95 pour la première. » Précisait Tohum avec certitude. Odin vira son regard gris sur elle. Elle était d'une exactitude étonnante. Les faits ne s'étaient-ils pas passés avant sa naissance ? Peut-être pas très longtemps avant. Il ne pouvait pas dire exactement quand cette femme était née. Elle non plus probablement ne pourrait rien affirmer. Cependant cela confirmait pour Eliott l'une de ses petites hypothèses. Il attendrait donc de voir si la graine allait germer sans qu'il n'ait à faire plus. « J'ai fais des recherches... »

Oui alors dans ce cas c'est bien ce que je pense...

Brusquement, tel un génie qui surgit de sa bouteille, la lumière se faisait dans le regard de la nomade. Cela avait été vite. Plus vite que ce à quoi Odin aurait songé. Il retenu pourtant son sourire taquin. Il valait mieux que ces deux-là n'aient pas encore conscience de tout. Comme par exemple du fait qu'il venait de donner une clef de compréhension à la belle, dont il avait lui-même installé les bases, bien des années auparavant.

« Les Croisades ! Mais oui ! Pourquoi je n'y ai pas pensé plus tôt ! L'Ordre des Templiers. Ils avaient trouvé un moyen pour arrêter les Prodiges Immortels. Mais oui ! On pourrait utiliser cela contre Marisa et Nikolas. » La soudaine vigueur de la lionne surpris d'ailleurs son fils qui la fixa avec des gros yeux pleins de questions. Eliott quant à lui demeurait silencieux. Il ne pouvait intervenir plus à moins d'outrepasser l'équilibre qu'il désirait respecter. Il adressa donc un sourire conciliant à sa jeune amie et rassurant à son fils. Tout se passait comme il l'avait envisagé.

Elle vient de comprendre ce que je tentais déjà de lui faire dire la dernière fois. Les chevaliers avaient découvert ine source dont les propriétés pouvaient, dit-on, privé un Prodige de ses dons. Eliott termina tranquillement sa tasse. Il s'e débarassa pour continuer. Il est possible que je sois votre géniteur Dante. Que les choses soient dites.


Tohum
Sphère Savoir
Tohum

Messages : 1378
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Lun 21 Jan 2019 - 20:13

Quelques petites choses à se dire.Odin & Tohum & DanteBien entendu, ça lui paraissait évident que sa compagne ait parlé de lui, de leur famille à cet homme qui était un ami pour elle. Mais ce qui intéressait plus Caleb, c'était bien de qui d'autres il avait pu entendre parler de lui. Après tout, c'était toujours surprenant de savoir qu'on avait une réputation, que le nom que l'on portait, pouvait traverser les frontières. Voir les siècles, surtout si ce mec avait entendu parler de lui il y a longtemps. Il finirait par avoir les réponses à ses questions, il le sentait.

- Je m'en doute oui, que tu lui as un peu parlé de nous. Avec un petit sourire, plutôt tendre envers sa compagne, avant de reporter son attention sur leur invité. Alors comme ça, lui aussi aimait les vieilleries... ils auraient de quoi s'entendre là-dessus. Ce n'était pas pour rien que notre homme était un archéologue. Oh... je vois. Mais vous savez qu'il est presque impossible de retrouver quoi que ce soit sur cette bonne vieille Terre...

Beaucoup avait été détruit, perdu, pour de bon. Et il y avait des endroits beaucoup trop dangereux pour tenter de les approcher. Car même si Carso était un aventurier, il n'était pas fou non plus. Il prenait des risques, mais il savait quand il devait s'arrêter, pour ne pas risquer de perdre la vie. Car même s'il faisait partie des "immortels", il pouvait parfaitement mourir. Et il en était totalement conscient. Voilà pourquoi il faisait attention, encore plus maintenant qu'il était père de famille. Il ne se voyait pas rendre Sam' orphelin de père et faire subir une telle douleur à Sveda. Alors pour eux deux, il prenait la peine de réfléchir au pour et le contre, deux fois plus. Il parait moins aussi, moins sur ce qui restait de la Terre en tous les cas.

- Voir ce qui est vrai, n'empêche pas d'être fataliste, Eliott. Hochant de la tête aux paroles de sa compagne. Lui prenant doucement la main un instant, avant d'hausser un sourcil. Ne vivons-nous pas sur des Arches qui flottent comme par magie dans les airs? Cela aussi, ça pourrait être de la science-fiction et pourtant, tout le monde trouve cela normal. Pour les générations qui n'ont connu que ce que nous vivons maintenant, oui cela pourrait être étrange, mais les futures générations, trouverons cela tout à fait normal. Il faut bien que nous nous adaptions à ce que nous offre la nature, ou l'Humanité finira par s'éteindre inlassablement...

Ce qu'il ne souhaitait pas, personnellement. Il avait une profonde affection pour les gens. C'était ainsi. Voilà aussi pourquoi, il se retrouvait tant sur la même longueur d'onde que Sveda. Ces deux-là était des humanistes bien trop prêt à vouloir croire en un sauvetage du monde. Parce que c'était ce à quoi ils aspiraient et à une paix... une vraie. Mais ils n'étaient pas naïfs pour autant. Il laissait échanger sa compagne et Eliott, cherchant toujours à comprendre, ne voyant pas trop où va donc cette conversation, avant que quelque chose ne s'illumine chez la belle blonde. Il attrapait son fils pour le mettre sur ses propres genoux, qu'il arrête cinq minutes de bouger dans tous les sens. Mais cela allait commencer à être difficile, vu l'excitation de sa mère d'un coup. Le petit était déjà sensible aux émotions que ceux qui l'entouraient dégageait.

Pourtant, notre loup n'eut guère le temps de dire quoi que ce soit, car les dernières paroles de son interlocuteur, le laissèrent sans voix. Ses sourcils se froncèrent légèrement. Puis il battait des paupières, tout en le fixant, sans réellement percuter complètement. Se demandant si tout ceci.... bon ce n'était qu'une supposition mais...

- Mon... géniteur? Mon père? Haussant les sourcils. C'est une blague? C'est une blague c'est ça? Comment... Secouant un peu la tête. Chérie? Il avait l'air un peu perdu notre homme...
© Justayne
Caleb
Sphère Savoir
Caleb

Messages : 210
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Mar 29 Jan 2019 - 21:00



“ Viendra ce temps où la meute se rassemblera à la lisière du monde. ”

Eliott Eirik



CALEB - ODIN – TOHUM – SAMUEL


Odin
IDENTITE : Eliott Eirik
GROUPE : Haute société
SPHERE : Culturelle
AGE : 65 ans
ETAT CIVIL : Célibataire sans enfant
PROFESSION : Antiquaire reconnu. Cuisinier haute gastronomie
POUVOIRS : Contrôle élémentaire de la foudre et de la pluie. Communication avec la faune. Immortalité.
ETAT DE SANTE : Un peu de fatigue. Mal de dos.
LIENS : Ami de Strega et Beleth. Connaissance de Tohum. Protecteur de Hellequin.


Ils ressemblaient à trois vieux sages, attablés comme ils l'étaient à parler d'un temps dont on ne parle plus que dans les manuels scolaires.

Hélas oui. Cette Catastrophe nous a séparé de fantastiques trésors... Rien à voir avec la disparition l’Atlantide ou des Astéques ou de l’île de Paque... qui étaient déjà marquant. Non ! La montée des Arches avaient amené la Civilisation humaine dans une autre Ère. Peu d'entre eux pouvaient témoigner de ce qu'avait été la planète bleue.

« J'ai parfois aussi la nostalgie d'avant. Mais ensuite je vois tout ce que nous avons créé ici. » L’émergence de l'industrie avait propulsé une partie de la population dans le monde moderne. L'imagination humaine ne s'était jamais tant exalté que durant les décennies qui avaient suivie Armageddon, que ce soit pour la technologie, la science, les arts. 1900 avait été foisonnante. Tohum avait le sourire rien qu'en repensant à ces folles années.

« Mais oui ! Bien sûre ! Il n'y a qu'à voir tout ce qui a déjà vu le jour. N'as-tu pas entendu parler de ces portails dont parlent les journaux ? Ceux qui permettent de voyager dans l'espace. » L'exposition universelle avait permit de dévoiler au grand jour une invention grandiose. L'information était passée sur toutes les chaînes. Même sur les îlots les plus minuscules on avait entendu parler de la Mesa Corporation. C'était un véritable tour de force. Odin devait rien reconnaître qu'il n'avait pas vu un tel tapage depuis Oppenheimer.

Hum. Selon mes sources c'est encore très incertain. Si Eliott se souvenait bien des faits la démonstration avait été un échec. Pie il y avait eu des morts et des traumatismes. Le système avait l'air instable. Ceci dit, les grandes découvertes connaissaient toujours des débourds à leurs débuts. La bombe A par exemple avait bien failli ne jamais exister.

«... et peut-être que cela nous permettrait de relancer « Énée ». On pourrait enfin découvrir ce qui bloc. Mais il faudrait savoir qui a pu garder un échantillon. J'imagine que c'est un secret bien gardé et...» L'esprit de la scientifique allait à trois cent chevaux à la seconde. Quelqu'un venait de nourrir sa réflexion en lui donnant le seul coup de pouce qu'elle n'aurait pas pu demander. Le Nordique était donc satisfait. Il se concentrait sur l'aventurier maintenant. Lui dont il n'avait pas recherché la trace et qui s'était naturellement mis sur son chemin. Ce n'était pas un hasard.

Ce n'est pas une plaisanterie. Affirma le vieux loup en regardant l'archéologue droit dans les yeux.

Il lui souriait posément. Ce n'était pas la première fois pour lui. Il avait retrouvé des enfants au fur et à mesure des années. Ce qui était moins commun c'était de retrouver un immortel. A bien y regarder d'ailleurs n'avaient-ils pas des traits en commun tous les deux ? La forme du menton. Il y avait la couleur des iris aussi. Mais ce qui avait donné un véritable indice à Eliott c'était la frimousse de Samuel. Il lui ressemblait comme deux gouttes d'eau à son âge.

« Oh... OH ! » Bondissait la belle, lorsque lui revenait en mémoire quelques détails de sa rencontre avec Odin, quelques semaines plus tôt. Elle attrapait la main de son homme pour le soutenir dans son trouble. Pour être passée par là, elle savait bien dans quel drôle d'état on se retrouvait. Avec la tête et le cœur à l'envers. Ses doigts se contractaient en petite pression affectueuse. Elle alpaguait leur invité : « C'est pour ça que tu voulais que je te donne des cheveux de Sammy. » Elle baissa la tête pour regarder l’intéressé sur les genoux de son père. La lumière se faisait peu à peu. Toutes les questions d'Eliott. Tout ce mystère, d'abord, sur le pourquoi de son arrivée à Édimbourg.

Ce que tu n'as pas fait. Sveda tourna son visage vers Dante. Elle lui frottait doucement le bras le plus proche, à la recherche des bons mots, pour l'accompagner. Ce n'était qu'une hypothèse. Mais Odin n'aurait pas fait tout cela s'il n'était pas à peu près sûre de lui. Un point dont Caleb devait se douter.

« Bien entendu ! Sans vouloir d'offenser Eliott, j'ai eu beaucoup trop de mauvaises surprises avec vous les magiciens. » Un état de fait que le Nordique ne cherchait pas à contredire. Il savait que ceux de son espèce étaient souvent des êtres de calcul et de malice. Rien qui puisse réellement plaire à la petite rose du désert. Enfin, Eliott attendait plus après le jeune Dante pour le moment. Il voulait se rendre compte par lui-même si cette filiation pouvait être prise de façon positive. « Il y a un moyen simple d'être fixés. Un test. Il en existe un en sciences anciennes mais...»

Oui.

« Mais, je ne l'ai pas fait depuis des années... » Sveda s'en excusait presque. Elle avait suspendu toutes ses activités dites magiques depuis très longtemps. Abygaël aurait pu les aider peut-être. La blonde pratiquait encore de tout cela même si sa mère le lui déconseillait souvent. « Je peux prélever vos échantillons sanguins et faire le test au labo de l'école. Ça prendra quelques jours. »

Ou bien je fais l'autre test. Proposait le plus expérimenté de la pièce. Tohum avait peut-être un peu de réserve à cette idée. Odin pouvait le sentir. Il n'en prenait pas ombrage. Avec un passif aussi compliqué que le sien il était normal de se montrer prudente. Ceci dit le jeune Carso n'avait pas eu de très bonnes expériences non plus s'il pouvait se fier à l'énergie qu'il sentait incrustée en lui.

« Chéri ? C'est toi qui choisi. » Le pouvoir de décision au plus jeune. C'était justice étant donné la situation. Aussi le Prodige ne s'opposait pas à ce compromis. La vérité n'était plus à quelques jours prés. Saluel se retournait alors sur les genoux de son père. Avec une puissante intuition, il étirait ses petits bras, pour le serrer avec la force d'un amour inconditionnel.


Tohum
Sphère Savoir
Tohum

Messages : 1378
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Mar 12 Fév 2019 - 0:23

Quelques petites choses à se dire.Odin & Tohum & DanteDifficile d'aller à l'encontre de ce que disait son interlocuteur. Caleb était même d'accord avec lui. Ils avaient perdu des trésors inestimables. Mais il aurait été difficile de tout sauver, quoi qu'il en soit. Et en tant qu'archéologue, il ne pouvait plus se permettre de pleurer sur tout ce qu'ils ne verraient plus. Par contre, tenter d'en trouver le maximum et d'en apporter les preuves, voilà ce qu'il pouvait faire et ce dont il s'appliquait à faire, de la meilleure des façons. Ou du mieux qu'il pouvait, en tous les cas.

Il ressentait bien l'excitation de sa compagne, elle se propageait aussi en lui, tout comme l'incompréhension, la sienne propre, à ce qu'il venait d'apprendre. Cela sortait tellement de nulle part qu'il ne savait pas comment le gérer. Certes, Tohum pouvait comprendre ce qu'il pouvait ressentir, cette sorte de renouement avec ses racines propres, mais elle ne pouvait pas espérer revoir ses géniteurs, voilà que celui qui se disait être potentiellement son père, se trouvait assis face à lui. Il le fixait avec force, comme s'il cherchait les traits similaires, sans pour autant les voir. Il n'aimait pas les menteurs, mais il ne sentait aucun sentiment de manipulation sortir de cet homme. Même si pour le moment, tout ceci lui semblait bien loin d'une quelconque vérité. Et en effet, seul un test pourrait réellement être productif.

L'aventurier sentait la main de sa compagne sur son bras, il entendait la voix, leurs voix, mais restait un peu dans son monde. Comme si tout était un peu étouffé. Ses sourcils se fronçaient quand il comprenait qu'on parlait de magie. Doucement, il se redressait, prenant son fils dans ses bras, comme s'il voulait l'éloigner de cette branche, elle faisait assez de dégât comme cela pour le moment.

- Je... j'ai besoin d'y réfléchir....

Peut-être aurait-il sauté de joie à une époque, différente, mais pas aujourd'hui. Peut-être parce qu'il était père et qu'il ressentait l'importance qu'il avait dans la vie de Samy et ce qu'il avait pu manquer dans sa propre enfance, même si le père Carso, avait été sa figure paternelle et qu'il l'avait réellement vu comme un père. Ne sachant pas ce que pouvait attendre Eliott d'une telle révélation, il se montrait discret, pudique et réservé. Peut-être aussi une certaine colère finirait par éclater, mais il n'avait pas envie d'en arriver là. Parce que cet homme n'aimait pas le conflit, il préférait la paix.

- Je vais aller le coucher.

C'était la seule porte de sortie valable qu'il trouvait pour s'échapper, pour quitter le salon. Pour avoir un peu de paix et réfléchir plus consciencieusement à tout ça. Juste avec son fils. Ce dernier babillait à nouveau dans ses bras, même si le tout était souvent entrecoupé de bâillement. Oui, il était temps que ce petit rejoigne son berceau, qu'il ne soit plus dérangé par les problématiques des adultes. Dante le couchait alors doucement, prenant son temps, lui parlant tout bas, faisant attention à l'emmener aux pays des songes, avec toute la douceur dont il était capable pour ce petit bout d'homme. Avant de l'observer dormir de longues minutes. Une façon comme une autre de perdre la notion du temps et là... il en avait besoin. Qu'importe les deux immortels qui pouvaient l'attendre dans le salon, avant de finalement les rejoindre.

- Je préfère la manière scientifique. Fit-il alors d'une voix assez sûr de lui. Parce que la magie, il en avait assez goûté pour le moment. Sans compter que cela lui permettrait d'aviser ce qu'il ferait ensuite, tout en attendant les résultats.
© Justayne
Caleb
Sphère Savoir
Caleb

Messages : 210
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Lun 18 Fév 2019 - 16:41



“ Viendra ce temps où la meute se rassemblera à la lisière du monde. ”

Eliott Eirik



CALEB - ODIN – TOHUM – SAMUEL


Odin
IDENTITE : Eliott Eirik
GROUPE : Haute société
SPHERE : Culturelle
AGE : 65 ans
ETAT CIVIL : Célibataire sans enfant
PROFESSION : Antiquaire reconnu. Cuisinier haute gastronomie
POUVOIRS : Contrôle élémentaire de la foudre et de la pluie. Communication avec la faune. Immortalité.
ETAT DE SANTE : Un peu de fatigue. Mal de dos.
LIENS : Ami de Strega et Beleth. Connaissance de Tohum. Protecteur de Hellequin.



Eliott n'insistait pas laissant l'affection de la jeune lionne faire son office sur son fils présumé. Intérieurement, il était désolé pour Dante, désolé qu'il vive un traumatisme de cet ordre à un âge aussi avancé de sa vie. D'ailleurs, Odin se serait volontiers tenu loin d'eux, s'il n'y avait pas eu autant de menace sur leurs têtes. La petite Nikiya était, à l'égal de Marisa avait fait basculer l'ordre naturel. Strega était en mauvaise posture et le danger l'avait toujours rendue plus dangereuse.

Tohum sentait le besoin de son compagnon. Comme elle sentait ceux de ses enfants avant même qu'ils ne les expriment. C'était l'amour qui rendait plus alerte. Elle baissait lentement sa main tendre et le suivait des yeux, voulant dissiper la confusion en lui. Cela pouvait se lire dans son regard clair. Ils n'avaient pas toujours recours aux mots pour s'exprimer tous les deux. Ils se connaissaient maintenant assez pour devenir des complices de silences. Sveda adressa un signe de paix au Nordique et se leva à la suite de Carso, alors qu'il prenait leur fils dans ses bras. Elle s'avança dans le dos de Dante, pour le lui frotter avec tendresse et compassion. Sammy se nichait alors contre son père. Il était soudainement redevenu calme.

« Bien sûre... Rien ne presse Dant'. Rien ne presse... » La rose se faisait la plus apaisante possible pour les deux hommes de sa vie. Au fait des pensées, enfin une partie, que son compagnon pouvait avoir, elle cherchait à l'aider. Elle lança un regard vers Eliott qui n'avait pas bougé d'un iota. Il restait là, assit, à observer la meute. L'esprit occupé à chercher une preuve plus concrète pour valider son intuition. Salambô lui avait un jour soufflé de tenir des registres. Il avait trouvé l'idée trop étrange. Face au cas de figure présent il en venait à se demander si sa princesse orientale n'avait pas eu raison.

Allez le coucher. Je serais là quand vous sentirez prés. Déclara donc le vieux Odin, sans quitter son calme olympien. Son regard grisé par les années était paisible. Il regardait, avec bienveillance, ce jeune père et son fils s'éloigner. Il se demandait s'il allait prendre part à la vie de ces deux hérités. Lui qui n’intercédait jamais dans la vie de ses descendants. Là était sa règle.

Dans l'intimité de la chambre d'enfant Samuel se montra particulièrement calme et docile. Son empathie le guidait encore une fois. Il câlinait son papa plus que d'ordinaire. Il acceptait d'aller au berceau, auquel il rechignait souvent pourtant, à cette heure de la journée. Sa menotte tenait fermement le bras de Dante alors même qu'il s'endormait. Il poussait encore des petits sons inaudibles en s'endormant. Des bruits de bébé paisible et en bonne santé, qui avaient un effet apaisant. Pendant qu'au bout du couloir Eliott et Sveda conversaient à mis voix.

« Oui. Je crois que c'est le mieux. » Approuvait Tohum en souriant doucement, posant une main sur celle de Dante. Elle sentait que cet isolement avait un peu aidé. Lentement, elle se levait pour aller chercher le matériel pour faire une prise de sang. Son pas léger était quasiment inaudible.

Je ne l'ai pas dit à Sveda. Mais je te le dit à toi. Nikolas est vulnérable. Ce que tu ne veux pas lui donner elle reviendra le chercher. Quant bien même, il l'aurait voulu Odin ne pourrait intervenir une deuxième fois entre les deux femmes. Lamanja pourra vous aider. Trouves-là. Un conseil avisé et qui mettait à mal la partialité du vieil homme. La preuve que son affection pour la rose était sincère. Tout comme il appréciait de retrouver ce fils perdu.

Kent revenait avec l'équipement. Elle libérait la table pour installer le tout. Elle vint se poser au côté d'Eliott. Ses gestes étaient d'une grande délicatesse, donnée par la confiance et le savoir-faire. Le prélèvement se fit en très peu de temps. Elle préparait le matériel pour la seconde piqûre et retrouvait sa chaise. Ses doigts étaient encore plus doux pour Dante. Elle échangeait des petits sourires avec lui. Une fois la solution d'alcool passée sur sa peau elle piquait une veine. Le sang s'écoulait paresseusement dans le récipient en verre.

« Si c'est vrai Sammy aura au moins un grand-père. » Lui soufflait-elle dans une langue commune. A défaut d'avoir pu grandir avec une famille ils pouvaient faire en sorte de faire exister la leur. Sveda avait déjà évoqué son désir d'avoir d'autres enfants avec Dante. « Voilà. C'est fini. » Un pansement sur la plaie. Elle effleura la joue de l'archéologue, allant embrasser sa tempe. Les échantillons finir dans une glacière pour être analysés au laboratoire le lendemain.

Quelque soit le résultat Dante, je serais heureux que tu m'accepte comme... disons comme un ami. Ce serait pas dans l'immédiat.

« Eliott peut-être que pour le moment... » La belle bifurquait vers Dant' pour avoir son ressenti. Mais il serait sans doute préférable d'en rester là, pour l'instant.


Tohum
Sphère Savoir
Tohum

Messages : 1378
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: Eastside :: Portobello :: Maison Kent-Carso-