Red fogg : rapport de mssion [One Shot]

 :: Zone Quantique :: Machine à remonter le Temps Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 19 Sep 2018 - 22:40

Capitaine Sean Miller

Je suis dans le service des grands blessés. Ici rien ne bouge à l'exception des blouses blanches et des chariots. Tout est chronométré comme dans une maison de retraitre. On nous dit à quelle heure nous lever, nous laver, chier... Je voudrais seulement qu'on me donner des nouvelles de l'équipe. C'est tout. Et qu'après on me fout la paix. Une paix royale. Je pense que ça n'est pas trop demandé ? Si ?


Extrait de rapport Mission Red fogg. Montagnes Djebel Nefoussa Libye Années 2010.


    _ Pouvez-vous nous dire comment cela s'est passé ?

    Le mec vient tout droit de Londres. Il fait bien attention à ne pas regarder plus bas que ma poitrine. Il passe en revue les documents qu'il a sous les yeux. Les rapports de l'équipe. Le mien, que j'ai du faire à l'oral à Mike. Je me souviens pas de la moitié de son contenu. Faut dire, j'étais dans le gaz.

    _ Vous étiez dans une mission de sauvetage... Red Fogg ?[/b] Ponctue encore le type pour me pousser à ouvrir ma gueule.

    Ouais. Ça tout le monde le sait. On nous avait envoyé là-bas pour faire l'évacuation des civiles. Et si au passage on pouvait faire du nettoyage c'était tant mieux. Ils voulaient défaire la poche de rebelles avant qu'elle gagne la ville. Le problème, c'est qu'on avait été repérés. Ils nous avaient au train depuis quatre jours. Nous forçant à accélérer, à une tension continue. Nous ressources commençaient à manquer. Quand on a atteint le village en question on était loin d'être soulagé. On était épuisé.

    Je me souviens d'une nuit courte. Lydia était venue dans ma tente. On avait parlé tard. Le ton était un peu monté. Je voulais la convaincre de refuser la prochaine mission, de rentrer... sans moi. Nous n'avions pas eu de perm' depuis février. Ses frères lui manquait, je le savais. Moi, je ne supportais plus de la voir là, risquer sa peau tous les jours. J'essaye de ne pas penser à elle et aux gars là-bas.

    J'avais tenu le dernier quart. Je me rappelle que le levé de soleil était superbe. L'ocre des montagnes, l'air encore frais, le café de merde. Je me souviens m'être dit « Ce monde n'est pas si pourri. » Quel con.

    Ce qu'on ne savait pas. Ce que personne ne savait. C'est qu'il y avait en fait deux proches de rebelles. Et que bien évidement, ils s'étaient donné le mot. Alors, quand on a commencé à organiser l'extraction, autant vous dire que ça a vite tourné vinaigre. Genre en dix minutes.

    _ A ce moment, vous n'avez pas prévenu le Commandement...

    Pour quoi faire ? On était le seul bataillon déployé sur plus de cent kilomètres à la ronde. Le temps que des renforts arrivent... Mais, je crois que Lydia a fini par lancé le message. Moi j'étais trop occupé à contenir l'arrivée des soldats.

    _ Il est dit que vous n'êtes pas le meilleur conducteur... dans ce cas pourquoi est-ce vous qui avait été envoyé aux véhicules ?

    Ah ouais, donc je suis l'accusé en fait. Mais c'est parfait ça ! Je le fixe le pingouin. Je me demande depuis quand il n'est pas aller sur le terrain. Ça doit faire un baille. Connard... Je lui répond le plus platement possible. C'est tout con mec. On avait pas de temps à perdre. J'étais celui qui courrait le plus vite. Ironique, hein. Ma plaisanterie ne semble pas lui plaire.

    Je lui explique par le menu. J'avais la clef. L'idée c'était de faire un effet bélier. Voir même de faire péter le moteur au milieu du groupe, si j'en avais l'opportunité. On ne saura jamais. J’ai entendu la déflagration au moment où j'ouvrais la portière. Un lance-roquettes. Le Rover s'est renversé sur moi. A partir de là... Il n'y avait plus rien à faire.

    Je ne sais pas, par quelle miracle j'ai eu le temps de reculer pour ne pas l'avoir direct sur la gueule. C'est ce qui m'a sauvé la vie. Je le sais.

    _ Et ensuite ?

    Ensuite ? Ensuite c'est de la boucherie. Ma jambe droite était moins bloquée. J'ai essayé de la bouger. Putain ce que j'ai pu essayer. Il y a Lydia qui est arrivée je ne sais pas comment à côté de moi. Je ne comprenais pas la moitié de ce qu'elle me disait. Je crois que les endorphines me shootaient. D'ailleurs, à ce moment, je ne sentais absolument rien. ah... il n'a pas l'air de vouloir ce genre de détail.

    L''hélico est arrivé au bout d'une heure. Dans le laps de temps, les gars avaient réussi à refouler une vague. Ils ont tellement gérés. Quand j'y repense quelle bande de héros. Après ils ont voulu me désencastrer. Je pense que c'est à ce moment que j'ai compris que c'était moche. La tête qu'à fait XXX en voyant mes jambes m'a fait un peu baliser. J'ai vite compris pourquoi.

    _ Et donc le replis...

    Ouais... un escadron qui était remonté vers nous. Ils ont été rapide. Qu'est-ce que je peux vous dire d'autre ? Une fois dans le ciel, pour moi, la mission était terminée. Point.




Lieutenant Infirmier Lydia O'Malley


Lieutenant Infirmier Lydia O'Malley

Je me suis réveillée la tête prise dans un étau. J'ai eu du mal à me repérer. Mon dernier souvenir c'est l'hélico qui embarquait Sean. J'essaie d'ouvrir les yeux. C'est pas une bonne idée. Le néon au dessus de ma tête m'éblouit. J'essaie de porter la main à mes yeux mais je ne peux pas. Y a un poids dessus. Je m'habitue peu à peu à la lumière artificielle et regarde ma main. Y a une tête brune qui dort dessus. Sean ? Non ce n'est pas lui, ça manque de volume.
« Miky ? » Je ne reconnais pas ma voix. Elle est comme enrouée. J'ai la bouche totalement pâteuse. J'ai besoin d'eau. Entre temps, Michael s'est réveillé. Il passe sa main dans mes cheveux. Il a l'air rassuré. Il a les traits vachement tirés. Il se lève et m'apporte à boire. Je n'ai pas encore retrouvé le Nord alors je le laisse m'aider. Ca fait du bien. Mais j'ai encore un peu de mal à parler. « Sean ? » C'est tout ce qui sort. Il me répond que tout ce qu'on sait c'est qu'il est pas mort. Les Hauts Gradés nous disent rien d'autre. Je commence à me rappeler. Je m'agite parce que je veux sortir. Mike m'en empêche. Et il a une bonne poigne. En même temps je n'aurai pas été bien loin, je me sens faible. Il paraît que je me suis évanouie pendant la mission. « Combien ? » 3 jours qu'il me dit. Je m'attendais à des heures mais pas à des jours. 3 jours que je dors... J'avais jamais dormi aussi longtemps après avoir utilisé mon don. J'avais du bien taper dans les réserves. « L'équipe ? » Saine et sauve. Au final on avait perdu personne. C'était un soulagement.
Alors qu'il allait me raconter ce qui c'était passé, un type rentre. C'est pas un gars de chez nous. Trop propre sur lui, trop de gallons pour être dans ce trou paumé. A son accent quand il demande à Mike de sortir, il est Anglais. Je serre la main de Mike. Il me regarde. Je me sens las et ce type sent clairement les emmerdes. Il doit le voir car il refuse de partir. Il dit que c'est pas normal qu'on m'interroge maintenant, que je suis pas en état de répondre. Qu'il est désormais le plus gradé du bataillon et que je suis sous ses ordres. Du coup, j'ai le droit de l'avoir en référent et qu'il compte bien faire appliquer ce droit. Je ne comprends pas tout ce qui se déroule sous mes yeux mais ce que j'ai retenu de tout ce merdier c'est que je me réveille en plein interrogatoire.




Extrait de rapport Mission Red fogg. Montagnes Djebel Nefoussa Libye Années 2010.

Jour XX, Commandant Jefferson Clark à l'interrogatoire du Lieutenant Infirmier Lydia O'Malley.

    _ Pouvez-vous nous dire comment cela s'est passé ?

    On a été dépêchés pour une mission d'évacuation d'un village dans les Montagnes du nom de Djebel Nefoussa . On était le bataillon le plus proche de la zone. On avait ordre d'évacuer en priorité et de nettoyer quand c'était possible. On était à 5 jours de Jeeps et les autres à 6 jours. On s'est mis en route. On savait qu'une autre équipe nous suivait. On a été repérés et pris en chasse dès le deuxième jour. On a réussi à gagner une journée et demi parce qu'on ne s'est pratiquement pas arrêtés. Ca a commencé à se compliquer le quatrième jour. On avait plus grand chose comme réserve vu qu'on a pas pu faire le détour prévu pour le ravitaillement. Mais on est finalement arrivé dans le village avec assez d'avance pour préparer une défense, se ravitailler et dormir un peu.

    (Je me souviens de la dernière fois que j'ai parlé à Sean seule à seul. C'était cette nuit là sous la tente. On s'était accrochés. Lui voulait que je raccroche, que je retourne à la vie civile. J'lui avais répondu que je re-signerai pas s'il faisait de même. L'argument à deux sesterces qu'il m'avait balancé à ce moment là m'avait fait rire jaune. Il se l'était repris en pleine figure : Monsieur n'était pas fait pour la vie civile ? Et bien moi non plus. J'avais passé ma vie sur les bases. La vie civile ? Kézako ? Je l'ai jamais connu la vie civile.)

    _ Vous avez été pris en tenaille, vous n'avez pas prévenu le Commandement tout de suite. Pourquoi ?

    On a prévenu. Peut être pas au début quand on pensait n'avoir à faire qu'à une seule poche. On était assez nombreux et armés pour cela. Mais quand la deuxième est apparue, j'ai envoyé le message.

    _ Pourquoi vous ? Vous êtes l'infirmier pas le chargé de communication.

    Parce que Jonas... Pardon, l'Officier Powell chargé des communication avait pris une balle et qu'il était sonné. Je n'allais pas attendre qu'il retrouve le Nord pour le laisser appeler alors qu'on était pressé de toute part.

    _ Il est indiqué que l'Officier Douglas ici présent est le meilleur conducteur... Dans ce cas pourquoi n'a-t-il pas été envoyé aux véhicules ?

    (Ah bah voilà on y arrive... Il veut me faire dire quoi ? Que Sean a pris de mauvaises décisions ? Il peut toujours courir. Je serre la main de Mike pour le retenir car je le vois serrer la mâchoire, signe qu'il n'apprécie pas du tout les sous entendus et qu'il va cogner. On l'appelle pas Mike les gros bras pour rien.)
    Oui, Mike (je ne m'embarrasse même plus des grades, il me fatigue) est sens conteste le meilleur pilote de l'unité mais ce n'est pas le plus rapide d'entre nous et c'est le Capitaine Miller qui avait la clé car il était du dernier tour de garde. On devait sortir les civils de là et il fallait le faire en perçant le mur rebelle.

    _ Que s'est-il passé ensuite ?

    Le Capitaine Miller est le plus rapide d'entre nous, que ce soit en réflexe ou en vitesse. Et surtout il était le plus prêt et avait les clés. On cherche pas le meilleur conducteur sous un feu ennemi nourri on cherche l'efficacité et la survie. Il a couru vers le Rover, il a ouvert la portière et c'est là que le camion a sauté. Je l'ai vu faire un bond en arrière comme un pXXXn de lapin ! (Je serre la main de Mike à me faire blanchir les jointures) Ca lui a permis de ne pas finir intégralement sous le camion. Mon rôle après ça a été de prodiguer des soins au Capitaine Miller et les autres ont tenu leur poste comme les héros qu'ils sont tous. Ils ont réussi à tenir en respect les rebelles jusqu'à l'arrivée des renforts.

    (Plus d'une heure qu'ils ont mis à arriver. J'avais activé mon don pendant plus d'une heure trente à pleine puissance. Je ne l'avais jamais fait avant...)

    _ Et donc la fin de la mission ?

    (Je suis las, tellement las. Ma main relâche celle de Mike. Je n'ai plus de force.) Mike s'énerve alors en me voyant fermer les yeux et lutter pour les rouvrir. « Elle ne l'a pas vu la fin de votre foutue mission » J'entendais la voix de Mike gronder mais le son se faisait de plus en plus lointain « C'est marqué dans le rapport que moi et l'équipe on vous a fait hier ! Dés qu'on a mis Miller dans ce pXXXn d'hélico, le Lieutenant O'Malley s'est effondré de fatigue. On vous a pas briefé sur le fonctionnement de son don ? Mais vous servez à quoi bordel ? Utiliser son don à plein régime comme le Lieutenant l'a fait et surtout aussi longtemps aurait pu la tuer ! Si Miller est encore en vie c'est parce qu'elle a failli y rester ! C'est une médaille qu'elle devrait recevoir pas un gratte papier qui a oublié ce qu'était la vie sur le terrain. Maintenant sortez d'ici ! Dehors ! » Je n'entendrai pas la réponse de son interlocuteur, Morphée est revenu me chercher.
Watchman
Sphère Militaire
avatar
Messages : 139
Etat Civil : /
Pouvoirs : Magnétisme
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Zone Quantique :: Machine à remonter le Temps-