A l'abordage! [Rackham]

 :: Monde :: Vers d'autres arches Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 13 Sep 2018 - 19:38
Cela n'aurait pas dû se passer comme ça. Assise dans le fauteuil de commandement sur le pont de son bâtiment, le lieutenant de vaisseau Amelia Caine se rendait une fois de plus compte à quel point sa carrière active consistait en un complexe enchaînement d'imprévus. Elle se massa brièvement les tempes des poings, mais quand elle rouvrit les yeux l'affichage tactique n'avait pas changé. Ce geste mis à part, elle faisait tout son possible pour paraître imperturbable, et ne s'autorisa même pas un soupir, pas le moindre tremblement. Il fallait qu'elle reste aussi composée et sûre d'elle que possible pour son équipage, un domaine où elle n'arrivait à ses fins que lorsque la situation l'exigeait. Rien de tel que ne pas avoir le choix pour se dépasser, même si elle aurait nettement préféré avoir pu éviter le conflit en cours. Elle l'aurait pu, sans doute, si elle s'était strictement contentée de suivre le protocole. Le Harrington était parti d’Édimbourg pour sa première mission active de longue portée : il avait pour mission d'apporter de l'équipement sensible à un avant-poste de la flotte situé sur ce qui n'était finalement qu'un gros caillou volant. L'endroit était dirigé en jonction avec la République Impériale de Chine, dans le but d'une collaboration active entre les deux flottes. Le plan de vol faisait traverser l'espace aérien international à l'aéronef, et l'état-major avait jugé bon de choisir un trajet peu usité, comme ils le faisaient aléatoirement de temps en temps. C'était une manière pour les équipages de varier leurs trajets, et puis cela permettait aussi s'assurer de l'état des voies aériennes peu employées.

Et évidemment, il avait fallu que le Harrington tombe sur quelque chose de louche.

Le signal repéré sur le radar n'aurait jamais pu être lu si le vaisseau n'avait pas été équipé de la dernière technologie de reconnaissance à l'essai, fournie par Arkadia. La flotte écossaise avait passé un marché avec la compagnie pour concevoir le Harrington ; si tout allait bien, il deviendrait le premier vaisseau de tout une escadre de ses semblables, et personne n'avait jusqu'ici eu à se plaindre cette collaboration. Si Amelia était au courant de certaines activités plus...officieuses de la société, c'était uniquement parce que Lexy avait fini par se confier sur le rôle qu'elle y jouait. La discussion avait été intense et Caine apprenait encore à s'y faire, mais elle pouvait comprendre ce qui avait poussé sa compagne à rejoindre ce groupe. Ce n'était peut-être pas très réglementaire au sens strict du terme, mais Lexy ne l'avait jamais été. Et la lieutenant était particulièrement reconnaissante envers Arkadia pour avoir équipé aussi bien équipée le Harrington : ils allaient avoir besoin de tous les avantages possibles... Pourtant, quand ils avaient repéré ce curieux écho, ils l'avaient remonté à la source pour tomber sur un unique aéronef. Plus gros que le le vaisseau de la flotte, il était néanmoins agile et, surtout, discret. Sa coque d'un noir mât était dépourvu de marquage, et il fonctionnait uniquement aux moteurs anti-gravité, sans voiles solaires. Ses capacités de dissimulations étaient impressionnantes également. Amelia aurait pu ordonner au Harrington de continuer sa route, mais quelque chose l'avait arrêtée. Son instinct l'avait toujours servie, même et surtout dans les situations les plus complexes, et puis il était de son devoir d'enquêter. Si des engins se cachaient le long des voies aériennes, ils pouvaient avoir de mauvaises intentions. Qu'il ait refusé de répondre quand elle avait demandé à son officier de communications de le héler l'avait confortée dans son opinion, de même que sa soudaine accélération. Mais le Harrington n'était pas en reste, et Amelia avait ordonné la poursuite.

Le deuxième appareil inconnu était arrivé de nulle part. Il était sans doute en patrouille dans une orbite large autour du premier, et ses capacités furtives étaient encore supérieures, ce qui était déjà effrayant. Plus effrayant encore étaient les signes d'un armement et d'une vitesse conséquentes ; il était plus petit et plus élancé que le Harrington, mais visiblement capable d'une grande marge de manœuvres. Les bases de données de la flotte ne contenaient aucune informations sur ces mystérieux modèles, et aucun ne répondait aux tentatives d'engager le dialogues. Puis la section tactique du lieutenant Caine avait repéré les signatures d'impulsion classiques d'un navire qui mettait en route son système de combat. Et voilà comment elle se retrouvait harnachée dans son fauteuil, sa combinaison étanche fermée, à l'image du reste des hommes et des femmes qui servaient avec elle. Le Harington était pris entre deux feus, et son commandant ne savait pas à qui ils avaient affaire : des contrebandiers n'auraient sans doute pas engagé le combat, préférant d'abord tenter de s'esquiver, et les pirates vous tombaient directement dessus. Une chose était certaine : ils n'avaient aucune intention de la laisser partir, ce qui indiquait qu'il avait quelque chose de particulièrement important attaché.

« Manœuvre Tango deux, monsieur McKeo. » dit-elle d'un ton ferme mais calme à l'adresse de son second. Killian McKeon et elle avaient appris à bien travailler ensemble depuis l'inauguration du Harrington, et s'il avait plus d'ancienneté qu'elle, il ne lui avait jamais tenu rigueur du poste qu'elle avait obtenu à bord. Ils formaient un duo efficace, et elle savait qu'elle pouvait compter sur lui. De même que sur le reste de son équipage, qui avait toujours excellé dans les simulations. Mais les simulations étaient une chose, et la réalité souvent tout autre. Et Amelia Caine aurait bien voulu profiter de circonstances plus favorables pour le baptême du feu de son nouvel aéronef : il était sorti des chantiers il y a plusieurs mois, et il était temps pour lui de faire ses preuves. Intérieurement, le lieutenant passait en revue ses précédents engagements réels : le terrible qu'elle avait connu lorsqu'elle servait à bord de son premier engin, puis les quelques escarmouches qui avaient suivi au cours de sa carrière. Les pirates de l'air étaient plus fréquents qu'on ne le pense, surtout dans l'espace international. Mais là, c'était différent... Quelque chose dans l'attitude de ces vaisseaux inconnus la mettait mal à l'aise, d'une manière qu'elle n'arrivait pas vraiment à s'expliquer...

Le Harington roula sur le côté avant de s'élever après qu McKeon eut relayé les ordres au timonier. Le but était de présenter le moins de surface possible à leurs deux adversaires...qui s'employaient bien sûr à faire de même plutôt que de présenter leurs côtés. L'armement du deuxième arrivant était concentré à la proue, ce qui était inhabituel, et potentiellement dévastateur si bien utilisé. Le premier avait cessé d'avancer pour couper la route au Harrington et l'empêcher de se dégager. Amelia consulta une nouvelle fois l'affichage tactique sur son écran, et serra les dents : les premiers missiles étaient partis. La bordée passa le long du flanc du Harrington, éraflant son flanc dans un sinistre gémissement de métal mais sans causer de réels dégâts.

« Tactique, plan de tir alpha quatre. » lança-t-elle. Aussitôt, l'aéronef de la flotte se mit à pivoter légèrement pour présenter ses sabord à l'ennemi, et les missiles avancés -eux aussi des prototypes- filèrent à la rencontre de leurs cibles, une bordée sur chaque adversaires. Plusieurs coups touchèrent au but sur le plus gros vaisseaux, des flammes déchirant plusieurs plaques de blindage sans pour autant le stopper : il avait été construit pour être robuste. A l'arrière, son compagnon plus agile réussit à manœuvrer pour passer sous la solution de tir, et des lasers à courte portée -un concept d'anti-missiles encore tout neuf et normalement peu répandu- arrêtèrent plusieurs autres missiles.

« Alpha cinq, puis tire sept. »
fit Amelia sans se laisser démonter. Elle ne pouvait pas se le permettre. Et si pour le moment elle arrivait à faire front, elle était aussi douloureusement consciente de son désavantage : pour permettre au Harrington de s'en sortir -et probablement pas intact- elle devoir user de tous les avantages qu'elle allait pouvoir déceler au cours du combat...et même là, elle n'était pas certaine que ce soit suffisant.

PNJ - Killian McKeon:
 
Solaris
Sphère Militaire
Solaris

Messages : 96
Etat Civil : en couple
Pouvoirs : absorbtion et projection d'énergie solaire
Revenir en haut Aller en bas
Dim 18 Nov 2018 - 12:48
L'équipage du Walrus:
 

Quand j'avais entendu dire que le Harrington devait aller livrer une cargaison loin d’Édimbourg, je m'étais arrangé bon gré mal gré avec le nouveau Boss d'Arkadia pour lui filer le train. J'avais soutenu l'endroit hostile car peu usité par les marins mais repaire incontestable de pirates en tout genre. Surtout vers la Mer de Chine. Et en même temps, je m'assurai que la nouvelle technologie mise au point par Arkadia pour le Harrington fonctionnait bien et bien entendu qu'il fallait que je teste le nouveau prototype de bouclier que la Head Division avait installé quelques jours plus tôt sur le Walrus. En bon pirate que je suis, j'aurai inventé n'importe quoi pour y aller, quitte à nous mettre, l'équipage et moi, en froid avec la nouvelle directrice. C'était ma fille par Poséidon...

Et j'avais bien fait! Voilà-t-y-pas que deux bâtiments non identifiés avait vu le jour une heure à peine après avoir pénétré les Eaux Internationales. Avec la Jumelle (oui je sais...C'est d'un vieux jeu mais c'est tout moi que voulez vous. Je suis un grand sensible.), je pouvais apercevoir que le Harrigton se faisait prendre à revers. Mais ils vont l'arraisoner! BANSHEEE!! Regarde! T'en penses quoi? Banshee s’approche de moi rapidement, il n'est jamais très loin. regardant à son tour dans la jumelle Pas de pavillon, aéronef nouvelle technologie... Oh pas de voile... Ohhhhhh c'est Loco qui va êter contente! Des lasers courtes portée! Pas de doute Cap'tain, c'est un guet-apens. Et c'est pas des pirates! Aucun pavillon, aucune signature et surtout out ce matos coûte cher.Pas dans les moyens d'un honnête pirate... Un mercenaire par contre...

On est bien d'accord! Sonar! Sonar!!Scanne moi les deux vaisseaux et trouve moi où ils ont planqué leurs systèmes de navigations.
Tracknar! Tiens toi prête à pilonner le gouvernail du plus gros. Interdiction de les couler! Faut en garder un max en vie donc tu vises les propulseurs, le gouvernail MAIS PAS les moteurs anti-gravité.

Flûte...
Banshee, contacte Arkadia, on se porte au secours du Harrington.
Fayot! Prépare nous tes encas exoplosifs.
Gentil!!! Ton matos. Risque sérieux de blessés chez nos camarades de la flotte.
Loco? Ma puce, bouclier à fond! On va leur rentrer dedans!


Tout ce petit monde s'affairait sur le pont comme des fourmis. Comme à son habitude Tracknar ronchonnait. Donc Cap'tain on aborde ou on saborde? Faut savoir
Cookie, prépare toi à prendre la Barre pour l'abordage. Erin... Tu neutralises toute possibilité de fuite.. A ton avis on va faire quoi?
Les saigner à blanc! Le rire que Tracknar eut sonna à mes oreilles comme un cri de joie, mais je pense que pour un humain lambda cela devait ressemblait à un rire de psychopathe. J'eus un sourire Ah bah voilà! C'était pas compliqué...
Erin, chérie... Oublie pas qu'on fait des prisonniers.
Oh ça va Blanc-cul! J'ai déjà pris mon p'tit déj
Non sans déc. me dit il en me montrant son cou où deux petites marques rouges étaient encore visibles. Sonar se manifeste alors pour me transmettre les information en passant une musique mièvre qui signifiait clairement qu'elle souhaitait que Banshee et Tracknar se taisent.
Pfff. Jalouse va! Ce qui fit que Sonar entama la Marche funèbre pendant que Tracknar et Gentil étaient pliés de rire sur le pont.Ah bah voilà! Là tu me fais plaisir mon chaton!

Cookie est arrivé près de moi. J'ai un grand sourire sur les lèvres. Mon équipage est prêt, concentré. Ils aiment Amélia autant que moi. Leurs petits échanges sont des échauffements. Cookie intervient. Je crois que Ban a toujours pas décrypté les codes musicaux de Dany Cap'tain. Paroles qui provoquent un fou rire chez Tracknar. T'as rien compris Cookie! Je préfère quand Sonar a envie de me tuer! Ses musiques sont alors plus... épiques! Les premières notes de la Marche des Valkyries se font alors entendre. Tu vois que Sonar et moi on se comprend! Suivi de la musique de Casimir.

Pendant ce temps là, je me rajuste. Je n'allais pas apparaitre défroqué devant ma fille! Un peu de tenue que Diable! Sonar? Ma chanson de bataille ma chérie... Annonçons leur que la récréation vient de commencer... La musique s'élève forte et claire. Nous avons révélé intentionnellement notre position. C'était plus drôle comme ça. Sur le pont, ma famille s'active. Tiens bon ma fille... Papa arrive! Je donne un coup de barre et amorce l'abordage.

Rackham
Sphère Savoir
Rackham
Messages : 81
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Immortalité, Énergie cinétique, Mémoire visuelle parfaite et Orientation infaillible
Revenir en haut Aller en bas
Dim 18 Nov 2018 - 13:56
TRACKNAR
IDENTITE : Erin Von Drachnar
GROUPE : Voyageur
SPHERE : Militaire
AGE : apparence 27 ans
ETAT CIVIL : Célimordante
PROFESSION : Artilleur-Canonnier du Walrus
POUVOIRS : Vampirisme, don au Tir.
ETAT DE SANTE : Excellente
LIENS : ici


La musique épique du capitaine résonnait dans tout le Walrus, et même dehors. Chaque matelot était à son poste pour une manoeuvre bien rodée chez les pirates. Erin avait repris son sérieux et son travail. Ce n'était ni la première fois, ni la dernière qu'ils allaient à l'abordage d'un navire. Mais c'était peut-être la première fois qu'ils le faisaient pour protéger et défendre un vaisseau de la Flotte. Comme quoi, il y avait un début à tout. Mais c'était un cas particulier. Erin se pinça les lèvres et se concentra sur sa console. Il s'agissait du Harrington, le vaisseau de la petite Amy. Quiconque s'en prenait à elle pouvait compter ses abatis. Tracknar rageait un peu de ne pouvoir faire un bon vieux touché-coulé, simple et efficace. Un abordage, c'était plus technique, plus compliqué à réaliser, mais les ordres du Capitaine étaient irrévocables.
Sonar, véritable maetro devant son écran, envoyait les informations demandées à la seconde. Erin, elle, faisait voler ses doigts sur son écran tactile, mettant en place sa stratégie et celle de son Capitaine.
Le Walrus hissa le pavillon noir. Les tirs commencèrent et sans l'ombre d'un doute, firent mouche. Le gros vaisseau noir ennemi devenait leur cible, permettant un basculement de forces pour le Harrington. Deux contre deux.
Le vaisseau ennemi "Le blindé" avait prit cher lors de cette attaque éclair du vaisseau pirate. Et c'était loin d'être fini. Il tentait une manoeuvre d'esquive ou de fuite mais c'était précisément ce que Tracknar voulait qu'il fasse. Elle les avait forcé à prendre une route, la seule possible et viable à l'instant T pour eux. Mais directement dans la gueule du Walrus. Sans plus de cérémonie, après l'aval de Loco en salle des machines, le Capitaine Rackham bascula sur la trajectoire donnée par Erin et fonça droit devant. Le Walrus harponna violemment le vaisseau noir de plein fouet. Le choc fut brutal.

L'équipe d'intervention quitta alors rapidement le poste de commandement et fila vers le pont d'abordage du vaisseau pirate. Si ce dernier portait le nom de cet animal, c'était aussi pour cette particularité qu'il possédait. Il pouvait pourfendre et perforer toute sorte de blindage à deux endroits différents en même temps, telle les défenses du Walrus.
L'une des brèches donnait sur le vide aérien des Eaux internationales. L'autre permit à Rackham, Banshee, Tracknar et Sonar de pénétrer à bord du vaisseau ennemi. L'abordage venait de commencer.

Rackham était devant, suivit de Banshee. Sonar s'était placée derrière le second et d'une main dans le dos de ce dernier, elle donnait les directions à suivre. Elle utilisait à fond son pouvoir personnel. Elle écho-localisait le groupe et les lieux, leur permettant une progression sans heurts ni surprise. Tracknar, armée littéralement jusqu'aux dents, fermait la marche.


Ace
Sphère Militaire
Ace

Messages : 46
Etat Civil : En couple
Pouvoirs : Légère prescience et des sens surhumains
Revenir en haut Aller en bas
Mer 21 Nov 2018 - 21:23


_____________________________________________

« Ils font...quoi ? » demanda Amelia Caine, les sourcils relevés, les yeux légèrement écarquillés. Elle avait parfaitement compris la réponse la première fois, mais elle était du genre dont on demandait la répétition, histoire de s'assurer quand même si on avait bien entendu.

« Ils passent de la musique, pacha. La bande-originale d'un film de pirates, d'après nos banques de données. » Il fallait le lui reconnaître, Killian McKeon savait garder son sérieux en toutes circonstances. Mais sa supérieure croyait bien déceler dans ses prunelles une lueur d'amusement malgré le côté tendu de la situation. Elle ne savait pas si elle devait l'en blâmer ou l'imiter. De la musique de pirates... Là aussi la précision avait été inutile : dès que les récepteurs sonores du Harrington avaient perçu les premières notes et les avaient diffusées sur le pont pour que l'équipage puisse s'en faire une idée, elle les avait reconnues. Les films de pirates, c'était un de ses pêchés mignons, parfois un un peu coupable, du genre qu'elle n'aurait pas osé avouer dans un briefing, par exemple. Sa carrière avait beau consister à empêcher les pirates modernes de nuire, elle ne pouvait pas s'empêcher d'apprécier leurs aventures une fois mises à l'écran. Même si elle avait souvent tendance à se ranger du côté de leurs poursuiveurs. Elle était d'ailleurs secrètement flattée de partager le même prénom qu'une de ses héroïnes d'enfance, une certaine capitaine Amelia dans un dessin animé.

Elle s'arracha à ses pensées pour se concentrer uniquement sur l'instant et la bataille en cours. Une bataille qui avait pris une tournure des plus improbables quelques minutes plus tôt, quand un nouveau participant s'y était lancé avec ce qui ressemblait bien à de allégresse. Il s'agissait d'un de ces antiques aéronefs à voile solaire, mais visiblement bien entretenu et hautement modifié. Le type de bâtiment qu'elle aurait aussitôt pris pour un pirate...s'il ne s'était pas précipité à la rescousse du Harrington. Avec de la musique. Une fois seulement, songea le lieutenant de vaisseau, elle aurait bien aimé qu'une mission se déroule sans accrocs. A croire qu'elle était abonnée aux situations imprévisibles et un brin désespérées. Ce qui était certain, c'était qu'elle n'était pas vraiment en position de refuser de l'aide, d'où qu'elle vienne. Elle jeta un nouveau coup d’œil aux données qui s'affichaient sur son écran. Si le transpondeur de l'autre était correct, il s'agissait du Walrus, un bâtiment de la flotte privée d'Arkadia qui partageait son nom avec un célèbre vaisseau pirate de la bonne vieille époque flibustière. L'univers avait décidément un drôle de sens de l'humour... Mais qui qu'il soit, son capitaine et son équipage faisaient preuve d'une certaine adresse qui confinait à l'impétuosité voire à l'inconscience...mais ils savaient ce qu'ils faisaient. Ils avaient pris en chasse le plus gros des deux bandits, soit celui avec le moins de manœuvrabilité. Ce qui laissait un peu de marge au Harrington pour reconfigurer son approche maintenant qu'un allié était de la partie.

« Plan zéro-six, monsieur McKeon. Tactique, concentrez-vous sur bandit un, c'est celui qui risque de nous poser le plus de problèmes. Communications, ouvrez moi une ligne avec le Walrus. »

« Bien madame. »

« Walrus. » commença-t-elle de sa voix de soprano, qu'elle conservait aussi calme que possible. « Ici le lieutenant de vaisseau Amelia Caine, de la flotte écossaise. Mon équipage et moi vous remercions de votre intervention bienvenue. Restez en contact, je vous prie, il vaut mieux que nous puissions nous coordonner. Veuillez vous référer à mes instructions. »

Elle leur était peut-être reconnaissante de leur arrivée qui tombait pile au bon moment, mais elle restait l'officier de la flotte présente, et elle ne pouvait pas témoigner de leur expérience, ni de leurs capacités. Elle n'allait pas tout risquer en se mettant au pas d'un élément inconnu, même s'il donnait l'impression de se montrer plutôt capable. « Gardez le gros en chasse, pendant que nous tenons le petit à distance. »

Amelia sentit le Harrington rouler sur le côté tandis que le timonier effectuait l'ordre zéro-six. L'aéronef se réaligna avec la cible furtive, s'interposant entre elle et le Walrus. Une nouvelle bordée de missiles partit à la rencontre de l'ennemi ; il en arrêta la plupart avec ses lasers à courte portée, mais cela avait le mérite de le tenir occupé. De son côté, le Walrus ne lâchait pas le morceau. Caine en était même plutôt impressionnée, elle n'avait pas à faire à des amateurs. Elle savait bien qu'Arkadia n'était pas du genre à engager n'importe qui ; après tout, son ancien commandant et mentor commandait aujourd'hui le Balance Point, le quartier-général volant de l'organisation. Et puis il y avait Lexy, qui en faisait partie également. C'était une découverte qu'elle avait toujours un peu de mal à assimiler, mais la confiance qu'elle avait pour sa compagne n'avait pas diminué pour autant. Elle ne savait tout simplement pas trop se placer vis-à-vis d'un groupe comme Arkadia et la manière dont ils s'accordaient ou nom aux règlements en vigueur. Elle se demanda un instant si Alexis se trouvait à bord du Walrus, mais c'était peu probable. Amelia ne l'avait pas mise au courant de son itinéraire précis, le secret de ce genre d'opération étant de vigueur. Elle ne doutait pas que la pilote aurait traversé la moitié des cieux et plus encore pour vole à sa rescousse...si elle avait pu être mise au courant. Quelque chose lui disait cependant que la présence du Walrus à cet endroit précis n'était absolument pas un hasard, et elle n'était pas sûre d'en apprécier les implications. Elle s'en inquiéterait plus tard, cependant : pour le moment, elle avait une bataille à remporter. Elle inspira profondément à plusieurs reprises, faisant de son mieux pour se recentrer, comme elle avait appris à le faire en thérapie. Pour dépasser les angoisses, les blocages. Les souvenirs de sa dernière bataille rangée, qui avait failli la tuer et qui avait coûté la vie de plusieurs hommes et plusieurs femmes sous ses ordres. Un combat qu'elle relivrait sans cesse dans un coin de son esprit. Un combat auquel elle ne pouvait pas s'abandonner maintenant.

« Tactique, plan de missiles deux. Faites attention à leur intervalle de défenses, leurs lasers sont rapides mais ils ne peuvent pas être partout non plus. Et puis, nous avons plus d'un tour dans notre manche, nous aussi. »

Il fallait reconnaître que du point de vue matériel, le partenariat de construction avec Arkadia avait rempli son pari : le Harrington était doté de capacités qui n'étaient pas encore répertoriées officiellement au niveau international, histoire de garder un avantage sur les pirates et autres trouble-fêtes du même acabit. Comme un nouveau système de leurre pour leurs missiles, qui faisaient office de contre-mesures face aux systèmes anti-armement. Seulement, le Harrington n'était doté que d'un petit nombre de ces nouveaux systèmes. Des systèmes encore expérimentaux...mais qui n'allaient pas le rester longtemps. Malgré l'angoisse, la partie purement tacticienne de l'esprit d'Amelia se réjouissait à l'idée de les voir enfin en action : il lui suffirait de choisir le bon moment et...

« Tactique: fantôme un... maintenant! »

Le nouveau barrage de missiles partit cette fois-ci avec sa surprise : les petits fantômes qui avaient pour but de semer la pagaille chez les détecteurs adverses. Enfin, petits... Chaque fantôme était relativement conséquent, et plus encore par son prix. C'était le moment ou jamais de voir s'ils les valaient... Amelia Caine serra les accoudoirs de son fauteuil, et réalisa qu'elle retenait son souffle, suivant les tracés du visuel tactique..

« C'est parti. » fit McKeon à mi-voix, aussi concentré qu'elle.

Comme prévu, les fantômes perturbèrent la visée ennemie, qui ne put diriger ses lasers aussi efficacement. Le furtif avait gardé jusqu'ici un certain avantage, comme s'il connaissait bien les capacités de la flotte et de son matériel. Trop bien. Sauf que les fantômes, c'était le petit truc que personne ne savait...et cela se confirmait. Plus de la moitié des missiles atteignirent leur but : des explosions fleurirent tout le long de leur cible, dont plusieurs fragments de blindages s'arrachèrent sous les flammes, se mettant à tourbillonner dans les airs pour tomber plus bas, toujours plus bas... De la fumée s'élevait à de nombreux endroit, et le vaisseau avait perdu de sa vitesse et de sa mobilité : il avait été conçu pour l'attaque surprise plus que pour la résistance, ce qui s'ajoutait à l'avantage des fantômes. Il fit de son mieux pour s'éloigner et présenter son flanc intact, mais le Harrington ne lui laissait guère de répit : Amelia ordonna deux nouvelles bordées, de missiles purs cette fois-ci. Les moteurs du furtif crachotèrent avant de s'arrêter, mortellement touchés. L'aéronef ennemi se mit à dériver, visiblement impuissant. Quelques cris de joie résonnèrent sur la passerelle du Harrington, et Amelia échangea un sourire avec McKeon : ils pouvaient bien se permettre un peu d'exubérance... Mais elle ne comptait s'arrêter en si bon chemin : « Tactique, quelle est la situation avec bandit deux et le Walrus ? »

« Il... » L'officier tactique, une jeune femme blonde, s'éclaircit la gorge. « Il a éperonnée bandit deux, madame. »

Elle faillit lui demander de répéter, mais réussit à se retenir ; elle n'allait pas en faire une habitude... Elle allait bien devoir s'habituer à ce genre d'informations. Et puis les données faisaient le reste : la manière d'agir du Walrus était brutale, mais pas dépourvue d'une certaine élégance. A croire qu'il était fait pour se genre de choses.

« Autre chose, pacha... »

« Dites moi. » Elle haussa un sourcil, s'attendant à tout.

« L'équipage du Walrus... Ils sont en train d'aborder bandit deux, madame. »

Bon, peut-être pas tout à fait à ça... Elle fit de son mieux pour rester imperturbable tandis qu'une successions d'émotions contradictoires défilait sous la surface. Elle ne perdit pas de temps à prendre sa décision pour autant : « Et bien nous n'allons pas rester en reste. Monsieur McKeon, je vous confier le pont. Gardez l’œil sur bandit un. Communications, donnez l'ordre à l'équipe des fusiliers de préparer la navette d'abordage, et dites leur que j'arrive : j'en prendrai le commandement. » Il était de son devoir d'assumer la direction de son premier abordage d'une part, et elle voulait s'assurer de garder le contrôle sur la situation d'autre part, y compris concernant le Walrus. Elle n'avait pas du tout envie que les sauvages d'Arkadia fassent n'importe quoi une fois à bord du navire ennemi... Il ne lui fallut que quelques minutes pour enfiler sa combinaison souple de combat ; plus légère que celles du détachement de fusiliers qui l'accompagnait, elle était néanmoins assez renforcée pour la protéger dans la plupart des circonstances. Le bref trajet dans la navette lui parut interminable : elle détestait ne pas être au contrôle de la situation. Le véhicule d'assaut finit par se greffer le long d'une coursive de la cible, et les fusiliers en charge de l'ouverture la découpèrent vite et bien ; au moins l'équipage était-il rôdé pour un premier abordage.

Chaque fusilier était engoncé dans une armure blindée, avec des casques en cas de brusque décompression due à l'altitude, et tous étaient armés d'armes automatiques dernier cri. Amelia, pour sa part, avec son sabre de fonction et, surtout, le pistolet qui allait avec. Elle n'était pas mauvaise tireuse, mais elle était plus à l'aise aux commandes d'un navire. Et si elle dirigeait les fusiliers au niveau de leurs objectifs globaux, elle s'en remettait à leur sergent pour prendre la tête de l'opération sur le moment, comme le voulait le protocole. Elle voyageait au milieu de la colonne des dix soldats... et c'est au détour d'un couloir qu'ils se retrouvèrent nez-à-nez avec l'équipe du Walrus...et, de l'autre côté, d'un groupe de combattants ennemis en combinaisons intégrales noires qui firent feu d'une volée de leurs armes à énergie.

L'abordage ne faisait que commencer.
Solaris
Sphère Militaire
Solaris

Messages : 96
Etat Civil : en couple
Pouvoirs : absorbtion et projection d'énergie solaire
Revenir en haut Aller en bas
Dim 6 Jan 2019 - 14:01
« Walrus. Ici le lieutenant de vaisseau Amelia Caine, de la flotte écossaise. Mon équipage et moi vous remercions de votre intervention bienvenue. Restez en contact, je vous prie, il vaut mieux que nous puissions nous coordonner. Veuillez vous référer à mes instructions. Gardez le gros en chasse, pendant que nous tenons le petit à distance. »

Je regarde Gentil avec un sourire. La miss était du genre à commander. Tout comme son Père. Je pouvais en être fier, ça aucun soucis. Mais clairement, si elle comptait commander des pirates... Je pris le prit la ligne. Ici Rackham, Capitaine du Walrus, Instructions bien reçues. Nous nous occupons du plus gros. Gentil me regarde dubitatif. Ben quoi. J'ai dis qu'on s'en occupait, pas comment on allait s'en occuper... Tracknar ! Aux commandes des Défenses. Banshee sort les armes non létales. Et Tracknar souffle pas ! Tu vas tester ton nouveau jouet. Sonar ? Tiens toi prête à suivre Banshee comme son ombre. Cookie tu te tiens prêt à agir dans la salle de tir. On sait jamais qu'on rencontrerait une résistance. Fayyooottt ils sont prêts tes Haricots magiques ? Bien tu restes sur le pont et tu sers à manger à tous les marins d'eau douce qui essaient de monter à bord sans permission. Loco pleine puissance on aborde! Du coin de l'oeil, je vois Banshee sortir un petit pot... Oh je vois qui prend ça super sérieusement. Quand il me fait face pour les dernières manœuvres, il arbore fièrement ses « peintures de guerre » comme dit Loco. Il faut dire que le gros trait noir qui lui barrait le visage d'une oreille à l'autre sous les yeux lui donne un côté... terrifiant. Ses yeux d'un bleu pure ressortent sous le maquillage noir. On ne voit plus que ça. Avec ses cheveux en pique, ses piercings, ses tatouages et ses vêtements de chanteur de Hard Rock, il n'est pas rassurant à regarder... Surtout avec ce sourire narquois qui lui mange le bas du visage. On est loin du gentil Alexander, Baudelairien dans l'âme, gentil comme pas deux. Quand je regarde Tracknar c'est pas mieux. Elle prend ça très au sérieux elle aussi. En faite, tous prennent ça très au sérieux. Après tout nous ne portons pas secours à n'importe qui. C'est notre bébé que l'on va secourir. Notre Petite Amélia. Le Soleil du Walrus.

Avant de descendre en salle de tir, Cookie hisse le drapeau noir du Walrus, signe que nous serons cléments avec ceux qui se rendront. Le vocabulaire d'un bâtiment pirate n'est pas compliqué : Blanc on vient en paix/on se rend, Noir on vous donne une chance de vous rendre et Rouge on ne fait pas de prisonnier. Au signal de Sonar et de Loco, je lance l'abordage. On éperonne violemment le gros blindé... Enfin blindé, ça dépend pour qui. Les Défenses du Walrus lui perce le corps comme un couteau rentre dans du beurre. La première ouverture le perce de par-en-par, ouvrant sur le ciel. Ouverture de Babord qui ne nous sert à rien. La deuxième, par contre, perce le Babord en son centre, nous offrant ainsi une voie royale. Je pose mon tricorne sur ma tête et m'élance prenant la tête de notre petite troupe. A l'Abordage ! Je suis rapidement suivi de Banshee qui lance ses armes à Tracknar. Derrière lui, Sonar nous fait le GPS et Tracknar couvre nos arrières. Nous pénétrons par la corne du Walrus sans rencontrer personne. On avance prudemment bien que rapidement grâce aux indications précises de Sonar.

Le peu de résistance qu'on rencontre est bien vite assommé par Tracknar. Une vraie promenade de santé. Le calme plat. Ca en devenait décevant... On remonte un loooonnnng couloir droit. Une vraie monotonie. Je me demande même si le vaisseau a pas été déserté. Soudain Sonar s'agite. Elle a repéré deux masses venant vers nous. Droit devant 11 personnes qui raisonnent bizarrement et sur notre tribord, une vingtaine d'hommes. Je souris. Elle avait pas pu s'empêcher de rappliquer. Les 11 devant ça doit être les Marsouins de l'équipage du Harrington. Tracknar tu leur tires pas dessus. Par contre t'as l'feu vert pour ceux qui arrivent à tribord. On continue d'avancer jusqu'à une intersection. On tombe alors sur l'équipage du Harrington engoncé dans des « armures ». Je ne peux m'empêcher de sourire en la voyant entourée de ses hommes. Je cherche quoi dire mais j'n'ai pas vraiment le temps de placer un mot qu'on se fait canarder. Direct Banshee se place en bouclier et crie en écartant les bras dans un mouvement vif. Ou plutôt il chante une note aigue. Les balles que nous tirent l'équipage d'en face rebondissent sur le bouclier d'air que nous a créé Banshee. On a cinq minutes grand max pour cleaner le couloir avant de perdre la Protection de Banshee. Tracknar se met à droite de Banshee, Sonar dans son dos et moi à sa gauche. Nous faisons barrage de nos corps entre nos agresseurs et les Marsouins. Je porte la main à la sacoche qui orne ma ceinture. J'en sors des cartes à jouer. Pourquoi faire me dirait vous ? Non je n'ai pas l'intention de leur proposer une belotte ou un poker. Je me sers de ces cartes pour exploiter un de mes dons. Je les charge légèrement en énergie sinétique. Alors que Tracknar se sert de ses jouets, je lance les cartes qui explosent devant les têtes des marins d'eau douce et de leur Amiral de Bateau-lavoir. Les cartes sont peu chargées quand elles explosent. Le but étant de les étourdir et pas de les tuer ou de percer la coque de cette coquille de noix. Les explosions dégagent beaucoup de boucane. Ce qui n'empêche aucunement Tracknar de faire son travail. Je suis même sûr qu'elle pourrait exercer ses talents les yeux fermés.

Quand la boucane se dissipe, Banshee arrête d'émettre et reprend son souffle. Peut être le seul inconvénient de cette défense, le souffle. Mais on est déjà bien content qu'il tienne aussi longtemps. Il y a 20 ans, il ne tenait que trois minutes. Je laisse mes membres d'équipage vérifier qu'ils sont bien étourdis et me tourne vers Amelia. Mais qu'est ce que vous fichez là ? C'est un coupe-jarret ce pavillon. Vous étiez pas sensé vous occuper du plus petit bâtiment ? On a la situation en main ici. J'étais un peu bourru mais là voir au milieu des tirs n'était pas des plus rassurants pour moi.

Rackham
Sphère Savoir
Rackham
Messages : 81
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Immortalité, Énergie cinétique, Mémoire visuelle parfaite et Orientation infaillible
Revenir en haut Aller en bas
Dim 13 Jan 2019 - 11:41
TRACKNAR
IDENTITE : Erin Von Drachnar
GROUPE : Voyageur
SPHERE : Militaire
AGE : apparente 27 ans
ETAT CIVIL : Célimordante
PROFESSION : Artilleur
POUVOIRS : Vampirisme, don au Tir.
ETAT DE SANTE : Excellente
LIENS : ici



Et enfin les choses sérieuses commençaient. Au détour d'un couloir, Dany se raidit et transmit l'information à Ban qui nous annonça l'arrivée des autres joueurs. Erin sourit d'un air carnassier. Elle était un peu déçue tout de même de ne pouvoir qu'assommer ses cibles avec les armes que lui avait donné le Second, mais c'était les ordres du Patron aussi. La pirate n'aimait pas à se répéter, d'où le fait qu'elle rechignait à utiliser des armes à taser. Elle aimait le bruit d'un bon coup de feu, comme à l'époque. Mais il fallait s'adapter aux nouvelles technologies et à l'ère du temps, comme on disait.
C'était donc avec ses deux pistolets aux balles à décharges électriques (non lethal, juste paralysantes, ou étourdissantes) dans chaque main que la vampire marchait avec ses compagnons. Des couteaux de lancer étaient soigneusement rangés dans ses bottes, un plus gros se trouvait à sa ceinture. Elle portait également en bandoulière un fusil un peu plus costaud, mais l'étroitesse des lieux ne lui permettait pas d'en faire un bon usage. Ses longs cheveux blonds étaient attachés en queue de cheval pour ne pas gêner sa vision.

Le Bal fut ouvert ! Rackham annonçait la couleur. Droit devant eux se trouvaient leurs alliés et la P'tite, alors qu'à droite, se tenaient les pigeons d'argiles. Alors que l'assaut était donné par les abordés, Ban se mit immédiatement en position et chanta sa note. Dany se fit toute petite derrière son dos, essayant de ne gêner personne et de se protéger également. Elle n'aimait pas cette partie du travail.
Erin, elle, était au paradis. D'instinct, en moins d'une seconde, elle se positionna à la droite du Second et tira dans le tas. Le Captain attaquait lui aussi. Tracknar se mit en tête un petit défi : en abattre le plus possible, en tout cas plus que son chef. Les tirs fusaient. Les cartes de Rackham détonnaient et émettaient de la fumée. Erin faisait mouche encore et encore, si bien que finalement la bataille n'en fut pas vraiment une, et elle se termina aussi vite qu'elle eut commencer. Vingt cibles, c'était du gâteau.

Enfin le calme revint. Ban reprenait son souffle, Dany lui massait le dos gentiment en signe de soutien et Erin alla vérifier - toujours prudemment, mais sereinement - qu'elle avait bien eu tout le monde. Rackham était resté en arrière pour discuter - râler ? d'après les sons que l'artilleur entendait - auprès des membres de la Flotte. Erin donna de légers coups dans les corps inanimés de ses victimes. Et elle fit un compte. "5. 6. 7.... 12..13." Elle eut un sourire victorieux. Tracknar en avait abattus plus que son chef. Toute fière, elle annonça la nouvelle à la ronde "Assaillants hors d'état de nuire, Capitaine." clama-t-elle tout en tenant son poste. D'ici à ce que d'autres arrivent, il n'y avait qu'à espérer.


Ace
Sphère Militaire
Ace

Messages : 46
Etat Civil : En couple
Pouvoirs : Légère prescience et des sens surhumains
Revenir en haut Aller en bas
Lun 14 Jan 2019 - 10:51
Jusqu'ici, rien ne se passait vraiment comme prévu, songeait Amelia Caine avec ironie, elle qui était une fervente partisane de la phrase inverse. Elle aimait savoir où elle mettait les pieds plutôt que de les avancer au hasard dans le noir, dieu seul savait sur quoi on risquait alors de marcher... Mais en rejoignant la flotte et en acceptant les responsabilités d'un officier, elle avait su que l'improvisation aurait une certaine place dans sa carrière active. Les déploiements, les patrouilles et les entraînements c'était bien joli, mais dès que le combat commençait, les meilleurs plans pouvaient tomber à l'eau plus vite qu'on les ordonnaient. Alors il fallait savoir rebondir à chaque événement, s'adapter en toutes circonstances. Cela n'avait pas été le point fort du lieutenant, au début, et cela avait la raison de ses plus gros doutes concernant son choix d'avoir rejoint l'armée, et plus encore son programme de commandement. Mais elle avait persisté, elle avait appris, et derrière son anxiété se dissimulait un instinct affûté capable de prendre le relais dans les situations les plus difficiles.

Et si elle ne s'était certainement pas attendue à tomber sur...elle ne savait pas trop quoi (elle hésitait à les appeler des pirates, les deux vaisseaux noirs ne s'étant pas comportés comme tels), ni à être ainsi prise en défaut, le fait qu'elle était toujours dans la course. Elle avait réagi de son mieux, laissant ce fameux instinct prendre le dessus, faisant tout son possible pour repousser l'anxiété à plus tard, quand elle pourrait vraiment se le permettre. Plus que tout, son équipage avait obéi avec ses ordres dans la confiance la plus totale. Ils avaient toujours bien fonctionné pendant les exercices, mais il fallait un vrai baptême du feu pour savoir à quel point il était soudé ou non, et à quel point il faisait confiance en son nouveau commandant. Aussi était-elle tout à fait rassurée à l'idée de laisser McKeon aux commandes du Harrington tandis qu'elle se lançait à l'abordage avec son équipe de fusiliers. Un abordage... Encore une chose à laquelle elle n'aurait pas cru se livrer aujourd'hui, tiens.

La résistance à l'intérieur du gros vaisseau était féroce, mais méthodique. Les hommes et femmes en noir faisaient preuve d'adresse et de ténacité, agissant comme des unités très bien entraînées. Le tout sans dire un mot, à part l'occasionnel cri de douleur quand l'un ou l'une d'eux était touché. A part cela, leur silence en devenait glaçant, ainsi que leur refus d'engager la moindre communication malgré les demandes répétées de Caine. Alors elle fit ce qu'elle faisait le mieux : son travail. Entourée de ses soldats, elle se savait aussi en sécurité que possible, mais elle refusait de rester en arrière. Amelia Caine n'était pas du genre à ordonner quelque chose qu'elle ne ferait pas elle-même. Y compris prendre la vie d'autres êtres humains, même en cas de légitime défense. Les fusiliers avaient pour ordre de tirer pour paralyser, et Amelia avait paramétré son arme de même, mais elle se demandait si ce serait suffisant. Il y avait quelque chose...de trop dangereux chez leurs adversaires pour se dire que tout se finirait sans heurts. Et puis elle finit par tomber nez à nez avec l'équipage du Walrus.

« Je pourrais vous poser la même question ! » lança-t-elle à l'adresse de celui qu'elle identifia aussitôt comme Jack Rackham, le directeur de la Sky Division d'Arkadia. Elle rengaina son arme avant de croiser les bras sur sa poitrine, braquant son regard sur le sien, bien décidée à ne pas se laisser démonter. « La place d'un capitaine est au près de ses soldats. Je n'ordonne jamais quelque chose que je ne ferais pas moi-même. Et puis il fallait que je sois là, la situation est trop étrange pour que je ne m'en rende pas compte sur place. Et qu'est-ce que le fleuron des aéronefs d'Arkadia fait dans le secteur? Le timing me paraît...étonnant pour une simple coïncidence. »

Elle toisa le reste de l'équipage du Walrus, pensive, avant de continuer : « Cet abordage n'était pas très orthodoxe, et j'aurais préféré que vous me consultiez avant d'entreprendre une telle action, mais...nous sommes là, maintenant. Autant faire de notre mieux. Et... » Elle se détendit, et afficha un sourire sincère tandis qu'elle tendait une main à l'intention de Jack : « Je vous remercie pour votre aide, capitaine Rackham. Au nom de la flotte, de mon équipage et de moi-même. Votre arrivée inopinée aura sans doute sauvé beaucoup de vies dont j'ai la responsabilité, et je vous en serai éternellement reconnaissante. » Puis, à nouveau sérieuse, le lieutenant de vaisseau reprenant le dessus : « Mais je compte sur vous et les vôtres pour vous tenir tranquille pendant que nous continuerons de fouiller ce bâtiment, et de ne pas agir inconsidérément. »

« Madame ? » Un des fusiliers. « Ces gens... » Il désigna l'un des corps inanimés, à côté duquel il s'était accroupi pour l'examiner. « Ils sont morts. Tous. » Il indiqua d'une main les autres soldats qui examinaient le reste. « Le medic pense qu'ils ont fait ça eux-même. Un poison quelconque. Ils ne voulaient pas être pris vivants, madame. »

Voilà qui compliquait les choses sur plusieurs niveaux... Faire des prisonniers serait plus compliqué, voire impossible. Pire encore, cela démontrait d'un grand niveau de fanatisme chez leurs ennemis...et cela faisait souvent les plus dangereux des adversaires. En quelques secondes, Amelia imaginait plusieurs possibilités, affichant un air concentré pour cacher sa nervosité. Un imprévu de plus, à croire que rien ne pouvait jamais se passer correctement... Mais cela n'allait pas l'arrêter pour autant ; elle était même plus déterminée que jamais !

« Voilà qui est... fâcheux. Mais cela ne change pas les paramètres de la mission. Capitaine Rackham, j'aimerais que votre équipage et vous accompagniez le mien jusqu'au poste de commandement de ce bâtiment. Pour couvrir nos arrières, et vous assurez que personne ne nous prenne par surprise. Fusiliers, en avant ! »

Le cheminement jusqu'au prochain pont se révéla relativement sans histoires, les alliés de fortune n'ayant eux à affronter que trois petites attaques, cinq ou six assaillants à chaque fois. Tous morts dès qu'ils comprirent qu'ils n'auraient pas la victoire. Un peu plus loin, le technicien du groupe de fusilier avait réussi à se connecter à un terminal.

« Leur tech est extrêmement sophistiquée, pacha. Décrypter comment elle fonctionne prendra du temps. Et je ne parle pas d'heures, plutôt de jours. Mais j'ai pu accéder à un des systèmes vidéos, ils sont moins protégés, et on devrait pouvoir au moins trouver un plan et...mon dieu. » La voix glacée de son fusilier tira aussitôt la sonnette d'alarme dans l'esprit d'Amelia. Elle se pencha pour regarder l'écran par-dessus son épaule, tandis que l'homme se reprenait : « Des enfants, pacha. Ils ont des enfants. »

La vidéo montrait ce qui devait être une des cales, et dans cette cale, une grande cage fixée contre la cloison, dans laquelle se trouvaient effectivement plusieurs enfants, garçons et filles. Aucun n'avait l'air d'avoir plus de douze ans, et ils semblaient très effrayés. Plusieurs gardes en noir les surveillaient, l'air de plus en plus agités. Et si ces types étaient prêts à se tuer pour garder leurs secrets, alors...

« Changement de programme. » dit-elle d'un ton froid, sans appel. « Jenkins, trouvez-nous le chemin vers cette cale. Capitaine Rackham, si l'un des vôtres a de l'expérience avec les circuits de vaisseau, qu'il donne un coup de main à mon responsable. Que nous trouvions au moins le bon chemin sur leur ordinateur. »

Et vite, ajouta-t-elle pour elle-même. Il était hors de question qu'ils arrivent trop tard.
Solaris
Sphère Militaire
Solaris

Messages : 96
Etat Civil : en couple
Pouvoirs : absorbtion et projection d'énergie solaire
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Monde :: Vers d'autres arches-