I want to have fun ( Junior)

 :: Édimbourg :: New Town :: Autres lieux :: The Caledonian Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 10 Juil 2018 - 14:26
Tigress
IDENTITE : Jessica Keenan
GROUPE : Haute société
SPHERE : Juridique
AGE : 32 ans
ETAT CIVIL : Célibataire et sans enfant
PROFESSION : Avocate privée
POUVOIRS : Aucun
ETAT DE SANTE : Fumeuse, droguée, insomniaque
LIENS : Employée de Beleth, membre de l'Ordre, Amie de Junior, Adversaire d'Hellequin



Jessica était en entretien quand son smartphone vibrait sur le bois de cerisier laqué. La photographie de William attirait son regard une seconde. Voilà la première chose un tant soit peu intéressante qui se passait dans cette pièce depuis environ deux heures. Pour que cette chose se trouve être un SMS de Junior c'était dire l'ennuie de la rouquine...

Elle n'en prenait dûment connaissance qu'encore trois quart d'heure plus tard. Assise d'une fesse sur le bord du bureau, elle tirait son agenda jusqu'à elle et le tournait dans sa direction. Il se trouvait que son mardi soir était libre. Les soirs de semaine de Keenan était bien souvent aussi chargés que ses journées. Son métier impliquait certaines disponibilités nocturnes. Cela faisait partie des éléments qu'elle aimait.

« IT » ne la tentait que moyennement... Mais elle avait assez envie de voir Will et de passer un peu de bon temps. L'été débutait fort et elle savait que ça n'allait pas aller en s'arrangeant. Alors autant s'offrir une petite soirée sans prise de tête. Un sourire sur le coin de la bouche Jess répondait donc à l'affirmative. Voilà qui lui donnait un bon alibi personnel pour finir un peu plus tôt et aller se faire dorloter par son esthéticienne.

La journée se poursuivait ainsi mieux qu'elle n'avait commencée. Les rendez-vous étaient même moins ennuyeux. Keenan rêvassait pensant à la robe qu'elle allait pouvoir porter pour la soirée. Quel string elle avait envie de mettre pour s'amuser. Elle quittait le bureau à dix-huit heure pour filer faire ses soins en centre-ville. Elle revenait ensuite chez elle, dans son splendide appartement de riche, se prendre un bain et se préparer.

Un taxi la déposait devant chez le plus jeune des Franklin de début de soirée. Elle payait le chauffeur avec la désinvolture que lui permettait seulement son nom. Elle avait opté pour une robe noir moulante au possible et fendue au niveau des cotes. Les hauts talons aux lanières de cuire remontait sur ses chevilles. Ses cheveux roux étaient lâchés, cascadant sur ses épaules jusqu'au milieu de son dos. Elle bipait son cavalier de la soirée pour qu'il se tienne prêt. Ils prendraient un premier verre chez lui. Elle en avait envie.

Dans l’ascenseur l'avocate observait sa silhouette. La petite trentaine se devinait surtout à la forme de son corps. Elle était mince, encore attrayante et d'un sex-appeal indéniable pour son âge. Sans enfant, célibataire devant l'éternel, cette femme était l'une des héritières les plus scandaleuse de Los Angeles. Son nom était à la fois associées à ses frasques personnels et à sa carrière prestigieuse dans le monde du Droit. C'était ce qui faisait fantasmer pas mal des bons partis. Keenan était aussi vulgaire qu'elle était diplômée.

_ «  Tiens. »  Se moquait-elle d'entrée de jeu en tendant un cliché polaroïde au financier. Elle avait demandé à l'un de ses voisins de la prendre. On la voyait de dos, une main sur la poitrine, nue. Un sourire provocateur sur les lèvres elle pénétrait le lieu. «  IT hein... »  Jess avait cette capacité à reprendre des conversations comme si celles-ci avaient été interrompues la veille. Alors que cela faisait presque un mois qu'elle ne l'avait pas vu.

Elle faisait le tour du salon comme si elle cherchait des changements de décoration. Toujours avec cette démarche qui donnait l'impression de vous appeler pour jouir de la vie. Son sac, tombait négligemment sur l'un des sofa, avant qu'elle se mette en quête d'une bonne bouteille à consommer. Car oui, cette Tigress était la consommatrice de tous les vices cités dans la Bible.



Strega
Sphère Artistique
avatar

Messages : 427
Etat Civil : Mariée au Duc Lampeduza
Pouvoirs : Inibition du gène x chez autrui
Revenir en haut Aller en bas
Sam 14 Juil 2018 - 0:47
J'ai reçu son message avant mon téléphone. Cela m'arrivait de temps en temps, maintenant. Trop rarement à mon goût, et uniquement sur mon téléphone. Celui d'Ezekiel, une fois, si. Comme si cette manifestation de mon pouvoir nécessitait une vraie proximité. J'espère que rapidement, je pourrais faire pareil avec d'autres téléphones. Une petite voix dans ma tête serine qu'il y a peu de chance pour que ça arrive.

Jess a dit oui. Ça sonne très matrimonial, dit comme ça. Et pourtant, on en était presque à l'opposé. Une soirée en boîte de nuit, entre promiscuité et décadence. Sexe, drogue et électro. Mon trio préféré. Pas le genre de soirée qu'on propose à sa tendre épouse, donc. Quoique, tout bien considéré, si je devais me marier un jour (même si les scénarii dans lesquels cet évènement se produisaient n'avaient un rapport que d'1 sur 67), je pourrais faire bien pire que Jessica Keenan. Elle était délicieusement scandaleuse, et une véritable emmerdeuse. Une nana digne de moi. Probablement pour ça que je revenais toujours vers elle. De la même manière qu'elle revenait toujours vers moi, malgré tout. Oh, il n'était pas question d'amour, je ne me serais pas permis cette erreur grossière, et elle non plus.

J'ai un petit rire, et lui réponds, à mon tour. Puis, je repose mon téléphone, et me concentre de nouveau sur l'écran de mon ordinateur, où un homme grisonnant avec des petites lunettes à montures métalliques me regarde, interloqué. J'hausse les épaules alors qu'il grince:


- Je suppose que votre téléphone est plus important que notre discussion, malgré le fait que vous ayez insisté pour avoir de mes nouvelles le plus rapidement possible, et qu'il soit actuellement 7h du matin à New Victoria. Il faut croire que le sujet ne vous...

Je lève les yeux au ciel. Le Dr Gull a toujours été susceptible. Je le coupe avant le sermon. Je n'ai plus douze ans.

- Désolé, Doc. Je devais répondre à ça, c'était important. Vous disiez?

Le vieux se tait et me regarde, avec un air de reproche. Mais il finit par reprendre.


- Nous soupçonnons une croissance exponentielle.

Je me tais à mon tour et hoche doucement la tête.

- Comme prévu. Dites-moi quelques chose que je ne sais pas, Doc. Ça prendra longtemps?
- La détérioration totale devrait survenir d'ici un an et demie, deux, peut-être, selon l'évolution. Difficile de prévoir avec précision.
-Combien de temps?

Il marque une pause, gêné par mon ton direct. Il a toujours été professionnel, ce bon Dr Gull. Je balaie l'air de la main, l'invitant à s'activer. Je n'ai pas toute la journée.

- Trois ans. Au maximum.

Je clôture rapidement la conversation. J'ai ce qu'il me faut. Trois ans... C'est énorme, trois ans. Ça sera bien suffisant.

Je me rejette dans mon fauteuil, et regarde par la fenêtre. Ma vue est imprenable sur le château d'Edimbourg. Les touristes adorent ça... Rien de tel pour emballer une minette en mal de sensation. L'hôtel, la vue, le champagne... tout ça leur fait tourner la tête. C'était si simple. Trop, parfois. J'éteins mon ordinateur, et envoie distraitement un message à mon frère pour le prévenir que je bosserais de chez moi. A vrai dire, je commence à considérer les deux pièces de ma suite scandaleusement chère comme mon foyer. Tout y est immaculé, d'un goût impeccable et fait pour me faciliter la vie. Que demander de plus?

L'après-midi passe à toute vitesse. Il faut dire que j'ai à faire ... malgré ma réputation de petit con, je suis un bourreau de travail. Il faut, pour rester à la hauteur. Mais bientôt, je préfère penser à Jessica. Le sujet est plus plaisant. Elle m'avait manqué. Nous avons une relation particulière, elle et moi. Faite de pas mal de drogue, de baise, de jeux de dupe et de séduction. La Femme. Peut-être une des rares personnes que je respectais. J'aimais sortir en sa compagnie. Que ce soit quand on jouait solo ou en équipe, la soirée finissait toujours de manière agréable : avec elle ou une autre. Les deux, parfois.
Elle était définitivement une des rares personnes que j'avais envie de voir ce soir.

Lorsque je sors de la douche, mon costume m'attends sur mon lit. Parfait. Ezekiel a un goût irréprochable, et un don pour l'à-propos. Je me sais chanceux de l'avoir avec moi ici. Et chanceux qu'il soit aussi doué pour rester dans l'ombre tout en gardant un œil presque constant sur moi. Cela allait devenir de plus en plus indispensable, vu les projets que j'avais en tête.

Mon téléphone entame une sonnerie qu'il ne termine pas. La façon de Jessica de m'annoncer qu'elle attends l'ascenseur. Je sors deux verres à fonds épais que je pose sur la table basse. Puis je vais lui ouvrir, pour la trouver, un cliché entre les doigts qu'elle me tends, naturelle. Un coup d'œil voulu rapide, mais qui s'éternise quelques secondes de plus. Je ne suis pas homme à résister à des courbes comme les siennes.


- Tu es merveilleuse.

Je laisse ma main courir sur sa hanche, et l'attire à moi, rien qu'un instant, pour embrasser son cou. Puis je m'écarte, et vais nous servir deux verres. Lui tendant le sien, je m'assieds dans un fauteuil à bras et croise négligemment les jambes, regardant son va et viens.

- IT. Le propriétaire m'a a la bonne.

Je lui ai fait gagner un demi-million en un mois. Ça joue. Mais son club, flambant neuf ou pas, n'est pas à la moitié de son potentiel, et je prévois de le couler d'ici deux mois, maximum. Et quand il me l'aura cédé pour rien, je lui montrerais une boîte de nuit digne de ce nom. Je méprisais avec intensité ceux qui ne savaient pas reconnaître la beauté et gâchaient des opportunités. Felix Eisenstein était de ceux-là.

- Je te demande une heure. Et comme IT n'est définitivement pas un écrin suffisant pour ta beauté, Princesse, on s'éclipse et je t'emmène où tu veux. J'ai entendu dire que Keith Harrington organise une soirée au Palladium. T'auras peut-être de quoi te mettre sous la dent.

Un taxi-VAP, quelques minutes et on serait sur le dirigeable-appartement de ce bellâtre d'Harrington. Un artiste peintre surévalué, qui détestait l'ombre que je lui faisais et avait épinglé Jessica sur son tableau de chasse. Une autre option qui me tentait bien. IT, ça n'était que pour le business, rien de plus.
Junior
Sphère Economique
avatar

Messages : 43
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Détection et lecture de signaux électroniques
Revenir en haut Aller en bas
Lun 16 Juil 2018 - 13:02
Tigress
IDENTITE : Jessica Keenan
GROUPE : Haute société
SPHERE : Juridique
AGE : 32 ans
ETAT CIVIL : Célibataire et sans enfant
PROFESSION : Avocate privée
POUVOIRS : Aucun
ETAT DE SANTE : Fumeuse, droguée, insomniaque
LIENS : Employée de Beleth, membre de l'Ordre, Amie de Junior, Adversaire d'Hellequin



Le sourire en coin demeurait un instant de plus. Elle n'en attendait pas moins de la part de son hôte qu'un « Tu es merveilleuse ». Et parce qu'il le disait sur ce ton et avec cette intention familière, il la mettait de bonne humeur. Jess se laissait alors happer sans résister. Elle offrait son cou, comme le reste de son corps d'ailleurs, à tous les plaisirs qui passaient. Ce qui contribuait à nourrir sa sulfureuse réputation.

_ «  Hum. »  Ponctuait-elle distraitement avant de porter le verre à ses lèvres.

Keenan connaissait très bien le milieu du divertissement qu'il soit Écossais ou Américain. Elle avait fait ses premières soirées à 13 ans comme toute enfant de riche qui se respecte. Commencé à fumer de la drogue la même année et poursuivit avec du lourd peu de temps après. Et elle ne se voyait pas vivre au-delà de quarante ans. Elle voyait donc vaguement qui était ce Félix Eisenstein. Et il ne l'intéressait pas. Mais le second...

_ «  D'accord. Une heure... » 

Ayant achevé sa ronde, et n'ayant rien trouvé d’intéressant, elle revenait vers la partie salon pour prendre le fauteuil face à Junior. Assise avec nonchalance, les coudes posés sur les accoudoirs, elle croisait ses jambes, tout en observant son vis-à-vis. Elle le détaillait du regard, notant quelques signaux de fatigue. Will était aussi fou qu'elle. Il lui semblait un peu plus vieux, mais toujours très attractif. Ce qu'elle ne manquait pas de souligner d'un regard.

_ «  Tu pars cet été ? »  Une façon de dire que Keenan n'avait encore aucun plan.

Tout comme sa famille les Franklin avaient des propriétés disséminées sur l'Archipel. Il n'était pas rare que la rouquine s'invite, préférablement dans un endroit avec du soleil et des plages. Car si elle était capable de faire des semaines de 70 heures, elle était aussi une déesse du farniente. Elle buvait une autre gorgée sans jamais le quitter des yeux. Avec cette façon très directe d'évaluer un individu sur la grille de ses désirs.

Elle s'était demandée oui, ce qui avait maintenu William loin de leurs soirées. Mais, elle ne posait pas de question sur ça. Elle lui laissait la liberté, de choisir, ce qu'elle devait savoir et inversement. Cela fonctionnait très bien comme ça. Le sourire à ses lèvres s'étirait avec une pointe narquoise.

_ «  Je devrais demander des conseils de mode à Ezekiel. » C'était un jeu entre eux. Le garde du corps de Will avait la sympathie de la rouquine. Elle regrettait un peu qu'il soit de l'autre bord. Mais, cela lui donnait aussi un petit côté charmant. Souvent les deux s'alliaient pour taquiner le financier. «  Quel effet veux-tu que je fasses sur ton Félix ?»

Ils étaient si accoutumés à ce genre de soirées, qu'elles n'avaient de l'intérêt qu'avec un jeu sous-jacent. Jess était extrêmement joueuse. Elle était capable d'aller très loin. Elle n'avait pour ainsi dire aucune retenue, si ce n'est quand elle risquait de mettre son travail en difficulté.

Être employée, par la famille Sicilienne la plus dangereuse d'Occident, n'était pas sans quelques contraintes. Pour autant cela allait très bien avec la façon qu'avait Jessica de passer sa vie à la brûler par les deux bouts. Il se pouvait qu'un jour, elle disparaisse, et que son cadavre soit jeté d'une arche. Mais c'était ce qui rendait ce poste si existant. Tout en reprenant un peu de sa boisson, elle cadençait ses hanches de gauche à droite, vraie tigresse au repos.



Strega
Sphère Artistique
avatar

Messages : 427
Etat Civil : Mariée au Duc Lampeduza
Pouvoirs : Inibition du gène x chez autrui
Revenir en haut Aller en bas
Ven 27 Juil 2018 - 13:11

Elle s'assied finalement. Ce qu'elle cherchait, elle ne l'a manifestement trouver. Quant à savoir ce qu'elle cherchait... Mystère. Elle aurait autant pu fouiner à la recherche de documents concernant mon business, que de sous-vêtements féminins, ou encore d'un truc, un machin, une connerie, n'importe quoi qui la sortirait de son ennui habituel. Parce que si je la connais suffisamment, j'aurais tendance à dire qu'elle et moi, on se ressemble. Beaucoup. Trop. Elle est aussi ambitieuse que moi, presque aussi riche, aussi dédaigneuse de sa santé, de sa vie. Alors si on se ressemble tant, elle aussi doit s'ennuyer atrocement. Ce n'est pas un monde digne de nous que ce monde. Des êtres comme nous sont condamnés à errer au milieu des fêtes, surconsommer le loisir, se remplir d'alcool, respirer plus de cocaïne que de CO2 pour espérer... survivre. Vivre à 300 à l'heure pour oublier la médiocrité des gens autour. Se détruire pour oublier le reste. Mourir jeune, mourir vite. Laisser une empreinte sur une ville, un pays, un monde. Oublier, mais ne pas se laisser oublier.

Il me reste trois ans.

Je lève mon verre à sa santé alors qu'elle accepte de m'accompagner, et savoure mon whisky, tant que je le peux encore. Bientôt, je ne saurais pas différencier un grand cru d'une piquette. Je ferme les yeux, et un vague sourire monte à mes lèvres, alors que j'analyse la palette gustative. Des couleurs, des sons, un mélange artistique. J'en suis encore au stade ou mon hybridation est intéressante. Plus d'avantages que de désavantages.

Je pose mon regard clair sur ma délicieuse compagne. Soudain, l'envie me prends de la goûter, elle aussi. Même si je ne peux plus profiter de son parfum, sa peau a encore pour moi cette saveur... Plus tard. Se précipiter ne mène qu'aux déceptions. Jessica ne disparaîtra pas.


- J'ai accepté de passer une petite semaine aux Cyclades, à la demande de mon père. Pour... chaperonner Jewel et sa semaine de vacances.

Je laisse échapper un rire désabusé. Je ne sais pas ce que le vieux s'imagine. Jewel, alias Wendy, ma petite soeur, est... comment dire. Presque aussi décadente que moi. Et j'ai 5 ans d'avance. Elle collectionne les relations, aime faire naître des scandales. Chaque année, elle réunit la fine fleur de la jeunesse désabusée des nantis sur une de nos propriétés, pour une soirée de sept jours. Alcool, musique, soleil... Beaucoup ne louperaient ça pour rien au monde. Cette année, c'était sur notre île privée en Grèce. D'ordinaire, c'était Walt' qui jouait les chaperons. Le si sérieux Walter. Mais il avait d'autres plans cette fois-ci. C'était tombé sur moi. Je ne savais pas si le paternel avait fumé ou n'en avait simplement rien à foutre, mais nous mettre, Wendy et moi, avec des gosses de riches, de la drogue et de l'alcool en huis-clos sur une île, c'était réunir les ingrédients d'un cocktail explosif. Il me donnait accès à toutes les informations des familles de ces petits cons. A un marché d'essai royal. Et à de jolis nanas par dessus le marché. Quant à Wendy... elle savait qu'elle n'aurait pas à attendre de moi de véritable supervision... Autre qu'empêcher un de ces mômes de mourir bêtement, et encore, c'est Ezekiel qui se chargerait de ça, à la tête du système de sécurité de l'île. Bref. Une belle connerie.

- Mais le reste de mon été est plutôt libre. Je pensais aux Caraïbes. Il y a toujours une place pour toi.

Je lui souris, amusé, alors que nous nous évaluons, nous dévorons presque du regard.

- Dans mon lit ou dans ta propre chambre, évidemment.

Je ris, un peu. Jessica m'avait manqué. Mais j'avais eu besoin de prendre du recul. De disparaître un peu du monde de la nuit. Pour comprendre et gérer les derniers éléments que j'avais appris sur mon pouvoir. Et préparer un come-back retentissant.

- Je voulais faire l'ouverture de la saison d'automne à Paris. Quelques directrices de lignes ou de boutiques me doivent une faveur ou deux... ou aiment celles que je leur donne. Si tu trouves le moyen de te libérer, viens. Ezekiel pourra te faire part de ses avis éclairés, même si, de ce que j'ai pu voir, tu n'a jamais fait de fautes de goût. Oh, éventuellement mixer une robe Chanel avec une ceinture Versace. Et encore, le mariage n'est pas toujours hérétique...

Je la taquine. J'avais moi-même une véritable fascination, héritée de ma mère probablement, pour l'univers de la mode. Bien sûr, les mannequins participaient au décorum, mais elles n'étaient souvent que des cintres dénués d'âmes pour des vêtements exquis. Un amusement passager. Le véritable trésor naissait sous les mains des designer.

Je la regarde, ma tigresse, entrer dans la partie. Elle savait que mon sms n'était pas innocent. Que j'aurais parfaitement pu faire cette inauguration tout seul. Il était difficile d'imaginer que j'avais simplement... voulu sa compagnie. Un être calculateur dans mon genre ne cède pas à ses propres caprices. Oh, bien sûr, sa présence était l'assurance d'une bonne soirée. Mais je comptais aussi sur son caractère, sur ce petit plus qu'elle résumait exactement par cette phrase. Quel effet j'avais besoin qu'elle fasse sur Félix?

- Je veux qu'il oublie jusqu'à ma présence. Subjugue-le, ma belle. Et si en une heure, tu arrives à le rendre fou de désir pour toi et en plus à briser sa confiance en lui, je t'offres ce que tu me demanderas. N'importe quoi qui soit dans mes moyens.

J'avais besoin de détruire Félix Eisenstein. Un chef d'entreprise en plusieurs morceaux, surtout à cause d'une femme, prenait de mauvaises décisions. Et c'était de ça dont j'avais besoin. Qu'il se saborde lui-même. Lorsque ma cible était une femme que mon corps intéressait, je n'avais besoin de personne. Pour un homme gay, il m'était arrivé de jouer le jeu... ou d'envoyer Ezekiel. Mais pour un homme libidineux, c'était de Jessica dont j'avais besoin. Une femme qui m'aidait chaque jour à prouver que le sexe était la meilleure arme de destruction massive. Elle était Merteuil, j'étais Valmont. Deux libertins. Deux manipulateurs.
Junior
Sphère Economique
avatar

Messages : 43
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Détection et lecture de signaux électroniques
Revenir en haut Aller en bas
Dim 29 Juil 2018 - 0:07
Tigress
IDENTITE : Jessica Keenan
GROUPE : Haute société
SPHERE : Juridique
AGE : 32 ans
ETAT CIVIL : Célibataire et sans enfant
PROFESSION : Avocate privée
POUVOIRS : Aucun
ETAT DE SANTE : Fumeuse, droguée, insomniaque
LIENS : Employée de Beleth, membre de l'Ordre, Amie de Junior, Adversaire d'Hellequin



Keenan avait connu la cadette avant Junior en réalité. Sauf qu'à l'époque, elle ignorait encore que William prendrait une place plus importante dans ses relations. Il n'en restait pas moins, que la rouquine appréciait la jeune femme, à sa juste valeur, dans ce monde d’excès et de paillettes. Pour preuve, elle avait déjà été aux fêtes de Miss Franklin... plusieurs fois. Wendy savait y faire. En fait, il n'y en avait qu'un qui sortait du cadre.

_ «  Réserve moi un lit, pour les trois derniers jours alors. Et deux après, que je profite de toi sans personne autour. »  Répondant par la même, à l'envie qu'elle avait deviné chez son compagnon de déroute. «  »

Même s'il y avait des chances qu'ils finissent dans le même, Jess était une personne faite pour le confort et le luxe. Après tout ainsi l'avait-on modelée. Et elle tenait très bien son rôle. Ses amants la surnommait Princesse et elle portait le diadème avec une certaine insolence. Son manque total de scrupule avait d'ailleurs tendance à plaire à tous ces mâles.

Quant aux Fashon Week, l'avocate gardait encore un œil sur les calendrier. Comme pas mal de Fille De, elle avait été appelée par le milieu. D'autant que sa physionomie se prêtait assez rapidement aux jeux des flashs. Elle était tombée sur des photographes, des artistes, déstructurés par Hollywood. Ils ne s'étaient pas privés de l'entraîner dans la chute avec eux. Elle avait sali son corps et son âme avec la passion de son jeune âge. Les deux cures avaient été des échecs retentissants puisqu'elle en était ressortie avec la ferme conviction qu'elle été la seule à avoir les yeux grands ouverts sur le cirque du monde.

_ «  Paris-Milan, les deux plus sexy. … J'adorais cette ceinture... »  Relevait la belle avec un regard rêveur, en repensant à toutes les façons dont elle avait réussi à s'en servir, avec un splendide ingénieur Argentin. « Libère toi... on fera la tournée des Grands Ducs. »

L'expression « croqueuse d'hommes » avait toujours plut à Jessica. Quoi de l'expression en elle-même, ou de sa nature profonde, l'ait faite ainsi ? Il était difficile de le savoir. Elle même ne savait probablement pas si elle était nymphomane, ou si l'univers dans lequel elle évoluait, lui en avait donné le goût. L'être humain était disposé à beaucoup de compromissions pour survivre. Mais cette avocate avait très tôt renoncé à survivre pour vivre.

_ «  Tout ? » S'amusait-elle, alors que son regard se faisait plus insistant.

Les gens comme les Keenan ne manquaient de rien. Ils ne manqueraient jamais de rien. Jess sans doute encore moins que les autres, car, contrairement à sa mère, à sa tante, elle avait un métier. Et pourtant, ils manquaient d'une chose, une chose essentielle qui aurait pu les ancrer dans la simplicité d'une réalité qu'ils exécraient. Jessica avait néanmoins suffisamment d'imagination pour trouver une récompense digne de son challengeur. Ce que promettait d'ailleurs une pupille rieuse.

Elle terminait donc son verre en fantasmant sur des idées farfelues de cadeaux. Elle songeait aussi en parallèle à sa proie de la soirée, fouillant sa mémoire pour retrouver les indiscrétions qu'elle pouvait avoir sur la victime. Elle se levait, féline, déposait le verre vide sur la table qui se trouvait sur le trajet de la salle d'eau. Elle s'enfermait un instant pour accomplir un besoin naturel. Avant de faire un rapide tour devant le miroir, pour accentuer légèrement le maquillage autour de son regard.

_ «  Il a des enfants ? » Interrogeait-elle son commanditaire, alors qu'elle sortait de la pièce.

Le plus naturellement du monde, Américaine allait prendre une jolie boîtes à pilule dans son sac à main pour se servir. Les coupes-faims faisaient parti de son mode de vie depuis aussi loin qu'elle se souvenait de sa tante. D'ailleurs, de pilules à proprement parlé, Jess n'en avait plus l'usage. Puisque après des années de stérilet, elle était passée par une ligaturisation pure et simple deux ans plus tôt. Il avait fallu trouver un chirurgien arrangeant, heureusement l'argent faisait des miracles.

Elle trouvait ensuite son paquet de cigarette et en coinçait une au coin de sa bouche, les mains libres pour chercher un briquet dans le fond du sac. Elle extirpait la première bouffée sur le balcon, s'appuyant de dos à la balustrade.



Strega
Sphère Artistique
avatar

Messages : 427
Etat Civil : Mariée au Duc Lampeduza
Pouvoirs : Inibition du gène x chez autrui
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 16 Aoû 2018 - 1:03
Dans mes souvenirs, Jess et Wendy s'entendaient bien. Enfin, de la manière dont deux mondaines pouvaient bien s'entendre. Elles allaient aux soirées l'une de l'autre, prenaient des selfies ensemble, des traces de coke à l'occasion, se souriaient, passaient "la meilleure soirée de leur vie" et critiquaient tous les défauts de l'autre une fois séparées. Enfin, tout ça, ça n'était que des suppositions. Je ne parlais pas franchement de ce genre de trucs, ni avec l'une, ni avec l'autre. Wendy avait montré un fort potentiel très jeune. Dès quatorze ans, elle s'invitait dans mes propres soirées, et faisait déjà parler d'elle. J'avais décidé de la prendre sous mon aile, avant qu'elle n'aille se fourrer dans des situations merdiques pour une ado. Quitte à explorer le milieu des nuits friquées et décadentes, autant que ça soit en ma compagnie. Elle l'aurait fait, avec ou sans moi, de toute manière. Jewel était comme ça. Elle n'en faisait qu'à sa tête. Je préférais lui montrer comment sniffer plutôt que de lui interdire, comme l'avait fait Walter, d'utiliser de la drogue et de risquer de la voir récupérer de la saloperie en se mettant en danger. Je lui avait appris ce que je savais. Ce qu'il fallait pour intriguer, et pour survivre dans le monde dans lequel on évoluait. Elle se révélait presque plus douée que moi sur certains sujets. Du coup, on se complétaient bien, elle et moi. C'était toujours prometteur, quand on sortait tous les deux. Et toujours un évènement quand elle décidait d'organiser une fête.

J'ai un sourire de prédateur à sa réponse. Trois jours pendant, deux jours après. Bien assez pour la boire jusqu'à ne plus avoir soif. Même si je doutais de me lasser de Jessica un jour. Elle à mes côtés, ma soif ne s'apaisait que momentanément. Ça n'étais pas juste qu'elle était une femme incroyablement sexy. C'était surtout qu'avec elle, j'avais l'impression d'avoir trouvé mon égale. La seule femme qui comprenne vraiment qui j'étais, au-delà de ce que je montrais. Et qui aime ce qu'elle voyait en moi, comme j'aimais ce que je voyais en elle. Apprendre le début de ma fin me faisait réaliser à quel point je tenais à elle. Loin de ces conneries fleur bleues, loin même d'un romantisme malvenu, Jessica avait toujours été pour moi une bouffée d'oxygène. Une femme avec qui je pouvais être moi, simplement. Je ne jouais aucun rôle avec elle. C'était rare. Et j'avais besoin de ça, parfois. Non pas que le vrai moi soit un être sensible, mignon, adorable, un pendant à mon attitude en société, ceci dit.


- Tout ce que tu veux, ma belle. Jewel sera ravie de te revoir. Elle dit régulièrement que tu es l'une des rares femme à coucher avec moi qui ne manque ni d'intelligence, ni de sens de la fête. Enfin, je reformule, tu la connais.

Je crois que les mots exacts sont plutôt "Pour une fois que tu en baises une qui a un cerveau et qui sait s'amuser..." Wendy ne retenait jamais son langage en ma présence. Ni ses sous-entendus, d'ailleurs...


- L'avantage de mon boulot, c'est que je peux bosser à distance.

Tout en profitant des défilés. Joindre l'utile à l'agréable. Il avait gardé quelques contacts à Paris. Des gens utiles, de temps en temps. Notamment pour avoir de bonnes places pour ce genre d'évènements, ou être invité aux soirées.

Je ris, finalement, et boit une nouvelle gorgée. Sa manière de dire "tout"... Je comprenais aisément pourquoi n'importe quel mec se damnerait pour elle.


- Tant que tu ne me demandes pas de guérir le cancer, de porter tes sous-vêtements ou de briser le secret professionnel.

Ce qui laissait tout de même un large éventail de possibilité. Et la connaissant, elle allait trouver quelque chose. Enfin, si j'avais crains sa demande, je ne lui aurait pas promis ce qu'elle voudrait. Mon air amusé réponds à son regard. Mes yeux la suivent alors qu'elle s'isole dans la salle de bains, et, à mon tour, je finis mon verre.


- Probablement une demi-douzaine, et autant de MST. Mais aucun qu'il n'ait reconnu, en tout cas.

Felix me ressemblait beaucoup. Sans mon charme naturel, ma classe innée et ma prudence inhérente. Je la rejoins sur le balcon, avec mon propre paquet, et la laisse allumer ma cigarette, avec un clin d'oeil.

- Tu as un angle d'attaque? Je serais toi, je viserais dans le domaine sexuel. Il semble éprouver une grande fierté à l'idée d'être un homme viril entourée d'une foule de nanas.

Il semblait juste ne pas se rendre compte qu'aucune d'elle n'était là pour ses prouesses ou sa personnalité charmante, mais plutôt pour son fric et son stock de cocaïne. Moi, j'avais au moins le mérite d'être un bon amant, et doté d'une culture générale bien plus qu'acceptable.
Junior
Sphère Economique
avatar

Messages : 43
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Détection et lecture de signaux électroniques
Revenir en haut Aller en bas
Lun 20 Aoû 2018 - 16:03
Tigress
IDENTITE : Jessica Keenan
GROUPE : Haute société
SPHERE : Juridique
AGE : 32 ans
ETAT CIVIL : Célibataire et sans enfant
PROFESSION : Avocate privée
POUVOIRS : Aucun
ETAT DE SANTE : Fumeuse, droguée, insomniaque
LIENS : Employée de Beleth, membre de l'Ordre, Amie de Junior, Adversaire d'Hellequin



Jessica eu un rire qui s'achevait en expression moqueuse. Junior qui reformulait la langue de sa sœur quelle attention mignonne. Ce n'était pas pour épargner leurs ouïes. De son côté, la rouquine n'avait qu'un frère aîné, dont elle ne parlait jamais. William ne l'avait même jamais rencontré depuis le temps. La raison en était simple. Ils ne s'entendaient pas du tout. Beaucoup la pensait ainsi fille unique. Ce qui lui convenait très bien.

La flexibilité était relative sous la coupelle des Lampeduza. Cependant, après l'année écoulée Keenan avait fait plus d'heures que ne pouvaient en compter les chefs d'entreprise les plus zélés. Elle savait que son patron serait plus enclin à lui libérer des jours par ci par là. Un séjour dans ces métropoles pourraient d'ailleurs servir également sur le plan professionnel, si elle le souhaitait.

_ «  Je te dis ça en fin de soirée.» Promettait la belle au milliardaire.

L'air du soir faisait du bien à la belle. La tête chargée par le travail, elle appréciait de pouvoir regarder le temps défiler sans le compter. Elle écoutait la voix de son comparse d'une oreille. Les sens plus préoccupés par l'odeur d’après rasage.

_ «  Je peux faire l'escorte sexy-dévouée. Mais un peu facile. » 

Jess aspirait et recrachait de la nicotine en direction du ciel gris. La fumée s'évanouissait. Le regard de la belle était perdu dans le vide. Elle était plongée dans des réflexions purement stratégique. Keenan appliquait parfois des tactique dont elle se servait devant les jurys.

_ «  Comme d'hab. Tu feras l'élément perturbateur.» Disait-elle en caressant la poitrine de Junior.

En bas, le bruit d'un moteur cylindrique attirait l’ouïe de Keenan. Elle détournait son regard taquin de son charmant partenaire pour scruter la rue. Le taxi se garait devant l'immeuble. Jessica l'observait, un instant, elle en jaugeait la facture, l'esthétisme, avec une mimique finalement appréciatrice. Elle reprenait ensuite la cigarette entre ses lèvres pour tranquillement l'achever.

_ «  Ça veut dire que je ne vais pas voir mon beau Ezekiel ce soir ? Elle allait écraser le mégot sur la rambarde, avant d'entrer dans le salon, pour le jeter dans l'un des cendrier.

Il était donc temps de se mettre en route pour la soirée. L'avocate se préparait pour sortir. Elle retournait devant l'une des glaces de la pièce pour inspecter son apparence une dernière fois. Narcisse était probablement l'encetre de cette femme, qui avait pour son corps, un plaisir inaltérable à le contempler.

_ «  Si tu tu me l'avais dis, j'aurais mis du rouge...Je n'ai pas laissé un string ici la dernière fois ? » Alors qu'elle faisait coulisser le dessous noir le long de ses cuisses pour qu'il tombe à ses pieds. Une culotte en dentelle noire classique et élégante. Bien trop sage pour le plan que Jess avait en tête.


Strega
Sphère Artistique
avatar

Messages : 427
Etat Civil : Mariée au Duc Lampeduza
Pouvoirs : Inibition du gène x chez autrui
Revenir en haut Aller en bas
Ven 21 Sep 2018 - 1:20
Je continue de fumer tranquillement , en regardant la vue d'Edimbourg. Sur plein d'aspects, cette ville ne valait pas New Victoria. Mais y'avait rien à dire sur la vue de ma fenêtre... Et puis, j'avais fini par m'y faire.

- Je te fais confiance. Tu as un don pour l'improvisation.

Ma main effleure sa taille, s'attarde une seconde sur la courbe de ses reins alors que la sienne passe sur mon torse. Je pourrais la prendre, là, sur le balcon. Pas sûr qu'elle m'y autorise, cependant. Pas sûr non plus que nous ayons le temps. Ma soif attendra. Je ne suis pas un animal, après tout. Je lui adresse un sourire charmeur alors qu'elle finit sa cigarette pour rentrer dans la suite, déplorant l'absence de mon homme de main.

Je continue de fumer tranquillement, l'observant s'observer dans le miroir. Les regards de nos reflets se croisent, se parlent, se tentent.


- Si, mais je l'ai fait encadrer, et l'ai vendu à ce connard d'Harrington.

Mensonge, évidemment. Je n'aurais jamais fait ce plaisir à cet imbécile. Qui sait ce qu'il en aurait fait. Je me refusais à nourrir les perversions d'un homme... Enfin, uniquement quand elles visaient une des seules personnes de ma vie que je n'avais pas l'intention de virer. L'une des rares auxquelles je tenais. Jessica était définitivement trop bien pour Keith Harrington. Si elle décidait de s'abaisser à son niveau, ça la regardait, mais je n'allais clairement pas l'aider lui à monter jusqu'au sien. On a son orgueil.

De l'une des portes du salons, menant à sa propre habitation, Ezekiel émerge, silencieux, impeccable dans un costume trois pièces gris foncé. Ses lèvres s'étirent en un sourire lorsqu'il s'approche de Jessica.


- Je ne me serais pas privé du plaisir de votre visite, Miss Keenan. Et qui sait dans quel pétrin William et vous allez encore vous plonger.

Dans ses mains, un paquet enveloppé de papier de soie, qu'il lui tends avec un clin d'œil.


- 85C, taille 36, si je ne me trompe pas?

Dans le paquet, un ensemble soutien-gorge et string en dentelle noire de chez la Perla, venu directement d'Italie. Cadeau de ma part, mais le choix avait été fait par Ezekiel. Je lui avais fait confiance. Qu'il ait un goût sans faute pour les vêtements masculins, je le comprenais aisément. Mais il avait un sens inné de la mode féminine que même moi, j'admirais. Cet ensemble était parfait. Une combinaison équilibrée entre la classe innée du noire et de la dentelle et la sensualité avérée d'une coupe audacieuse. Aucun doute qu'il lui irait à merveille.

Je rentre à mon tour, délaissant mon mégot dans le cendrier.


- Je m'en voulais d'avoir... abîmé ton ensemble, au gala de printemps de la Franklin Financial. Voilà de quoi me faire pardonner.

Abîmé était un euphémisme. Je me souviens de pas mal de champagne, d'une culotte en dentelle arrachée et d'une trace de cocaïne sur ses seins, dévoilés par un soutien gorge à moitié enlevé. Le bon vieux temps.

Je m'approche encore et m'accroupit devant elle pour récupérer la culotte délaissée, déposant sur sa cuisse exposée un baiser.


- En rouge ou en noir, tu es invariablement, incroyablement, infiniment attirante, Princesse. Trop pour le bien-être des hommes qui ont eu la stupidité, à l'inverse d'Ezekiel, de ne pas être insensibles aux charmes féminins.

Je me relève lentement, ma main effleurant la peau douce de l'intérieur de sa cuisse, et murmure:

- Après tout, comment te résister...

Ma main libre passe dans ses cheveux, caresse sa nuque, alors que mes lèvres embrassent son épaule, sa clavicule, son cou... Derrière elle, mon garde du corps lève les yeux au ciel, amusé autant que désolé par mes frasques. Puis, sans prévenir, je m'éloigne avec un clin d'œil pour ma belle comparse, et lève la main qui tient toujours son dessous, que j'enferme dans un tiroir.


- Je garde ça. Tu la récupèreras si tu es sage.

Autant dire, jamais. Je m'empare de ma veste sur le dossier d'un fauteuil et la passe, en ôtant un grain de poussière invisible.

- Tu es prête, Princesse? A faire de ce pauvre type un idiot sans cervelle, uniquement voué à l'exécution de tous tes caprices?

Il lui suffirait d'un coup d'oeil pour qu'il ait le champ libre pour glisser à part égale billets et menace. Eisenstein ne verrait jamais venir l'ouragan qui l'emporterait.
Junior
Sphère Economique
avatar

Messages : 43
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Détection et lecture de signaux électroniques
Revenir en haut Aller en bas
Dim 30 Sep 2018 - 15:15

Tigress
IDENTITE : Jessica Keenan
GROUPE : Haute société
SPHERE : Juridique
AGE : 32 ans
ETAT CIVIL : Célibataire et sans enfant
PROFESSION : Avocate privée
POUVOIRS : Aucun
ETAT DE SANTE : Fumeuse, droguée, insomniaque
LIENS : Employée de Beleth, membre de l'Ordre, Amie de Junior, Adversaire d'Hellequin



Les fétichistes n'étaient pas les favoris de Keenan. Leur tendance au harcèlement avait rapidement raison de sa patience. La belle avait même du avoir recours à la Loi pour se débarrasser d'un parasite une fois. Le cas serait différent ici. Il n'était pas question d'une relation -si Jess parlait de « relation » avec ses semblables- mais d'une soirée jeu. La victime n'aurait pas la possibilité d'entrer dans la vie de la rouquine.

_ «  Ez te voilà ! » Un baiser était de rigueur. Tous les deux avaient un point commun très fort. Ils aimaient William. Assez pour supporter et accepter ses défauts. Cela rapprochait les gens. Mais en plus, ils aimaient ce qui était beau. C'était une qualité qui se perdait dans la jet-set. «  Hen tu Perla. » Le regard de la belle pétillait. La satisfaction donnait à son sourire une touche féline supplémentaire.

_ « Je crois que ton frère m'en veut encore pour cette fois-là. » Disait alors l'avocate en se remémorant le faste de la soirée. Ça ne remontait qu'à quelques mois. Tout était un peu flou. Si ce n'était cette impression d’excès et de plaisir. C'était souvent le genre d'ambiance qu'elle associait à Junior. Voilà pourquoi il l'avait un peu vexé à se faire ainsi désirer.

La belle suspendait la main dans ses cheveux alors que son ami s'abaissait à ses pieds. L'espièglerie dessinait un sourire au coin de ses lèvres peintes. Elle résistait à l'idée de pousser un peu plus loin l'audace de l'homme. Prompte à profiter de l'instant comme les enfants. Il revenait à sa hauteur et Jess attirait son visage pour échanger un sulfureux baiser. Pendant qu'une main coquine faisait mine d'aller effleurer ses parties. Elle fût coupée dans son initiative et rit.

_ «  Oui garde-là. Si tu es sage, je t'offrirais un joli cadre. » Provocante, Jessica replaçait ses cheveux le long de sa gorge. Retrouvant ses esprits en quelques secondes. Elle n'avait pas du tout l'intention d'être sage pour la soirée. Elle avait bien dit venir chercher un peu de détente. «  Prête. » Elle acceptait ensuite l'aide d’Ézéchiel pour passer sa veste de soirée. Elle lui renvoyait un petit clin d’œil amical. «  Je le surveillerais. »

Après avoir lancé un dernier regard sur l'appartement la rouquine le quittait. L'Américaine prenait les devants pour aller appeler l’ascendeur. A sa façon de marcher, elle trahissait une petite impatience. Une fois qu'une mission lui était donnée elle avait toujours hâte de la remplir. Voilà aussi pourquoi ses clients étaient satisfaits de son travail.

Elle entrait la première dans le VNP, non sans, un sourire prometteur à leur chauffeur de nuit. Elle choisissait sa place comme un dû, laissant Will s'en arranger. Une fois installée elle ouvrait le mini bar pour en sortir la vodka et les glaçons. C'était probablement le deuxième plaisir coupable dont la rouquine avait la préférence. En vraie alcoolique, elle savait parfaitement comment gérer sa consommation pour fleurter avec le danger ultime. Après une première gorgée qui lui brûlait agréablement le palais, elle se renfonçait dans le siège de l'auto. Sa main libre venant négligemment caresser la cuisse à découvert sur ses jambes croisées.

_ « On finira la soirée chez moi. » Décrétait-elle avec son air de tigresse dominatrice. Il était hors de question qu'elle n'obtienne pas la concrétisation de leur petit jeu personnel.

Sirotant toujours son verre Jess contemplait le paysage urbain sans vraiment le voir. Elle n'aimait pas spécialement cette ville d'écossais. Il n'y avait pas assez de soleil, pas assez de faste, et beaucoup trop de problèmes à régler. Quand le véhicule s'arrêtait à un feu de croisement elle détournait ses yeux sur son camarade de soirée.

_ «  Tu ne vas plus t'envoler, hein. Sans toi cette ville est d'un triste !»


Strega
Sphère Artistique
avatar

Messages : 427
Etat Civil : Mariée au Duc Lampeduza
Pouvoirs : Inibition du gène x chez autrui
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Nov 2018 - 0:23
Ezekiel Nadjarian
IDENTITE : Ezekiel Nadjarian
GROUPE : Voyageurs
AGE : 40 ans
ETAT CIVIL : N.R.
PROFESSION : Garde du corps
POUVOIRS : N.R.


Ezekiel appréciait Jessica Keenan. Parce qu'elle voyait en William plus que la plupart des femmes. Parce que, d'une certaine manière, Junior lui faisait confiance. Pas assez pour tout lui dire. Non, "tout" ça n'était réservé qu'à lui, son homme de main. Le seul en qui le cadet des Franklin avait une confiance absolue. A raison. Jamais il ne l'aurait trahi. Et pourtant, les offres avaient parfois affluées. William n'en avait pas conscience, mais le tenir en sécurité avait parfois été très difficile. Il aimait s'attirer les ennuis. C'était aussi pour ça qu'Ezekiel l'avait poussé à accepter l'offre d'emploi de son père. Il devait se faire oublier à New Victoria, et l'Arche Ecossaise était aussi bien qu'ailleurs pour se faire.

Mais revenons à Jessica. Ezekiel l'aimait aussi, parce, qu'à l'instar de William, elle était plus fragile qu'elle ne le montrait. Et parce qu'il s'était souvent demandé, un peu fleur bleue, ce que ces deux-là attendaient pour tenter une aventure ensemble. Il était persuadé, après les avoir vus soirées après soirées, que s'ils revenaient systématiquement l'un vers l'autre, c'était plus que par amitié. Bah. Cela prendrait le temps qu'il faudrait. Pas trop longtemps, avec un peu de chance. Du temps, William n'en avait plus tant que ça.

Enfin.
Peut-être se trompait-il, après tout. Peut-être prenait-il ses espoirs pour des réalités.

Une chose sur laquelle il ne s'était pas trompée, en revanche, c'était sur la réaction de la tigresse au cadeau de William. Même si elle avait parfaitement compris qui avait fait le choix.

Il déposa sur sa joue un baiser, presque paternel. Il fut un temps ou il semblait que Jessica aurait aimé l'ajouter à ses conquêtes d'un soir. Mais au delà du fait que le corps d'une femme, aussi belle qu'elle soit, n'allumait pas ses ardeurs, il respectait bien trop William pour ça. Il avait été une cause perdue, à peine entamée. Mais il en avait été flatté. C'était toujours flatteur, d'être remarqué par une femme comme l'avocate.

Il lui sourit, et recule d'un pas, allant chercher la veste de Jessica. Elle le surveillerait...
Ce soir, ils joueraient en solo, elle et William. Ou du moins, c'est ce qu'ils croiraient. Ezekiel avait toujours su se montrer discret... et il était hors de question que William se balade seul. Surtout avec une telle démone à son bras.





J'hausse les épaules, fataliste.

- Que veux-tu. Walter est un rabat-joie. Enfin, c'est pas lui qui nous gâchera la soirée.

Je ne veux pas penser à mon frère. A vrai dire, il m'indiffère. Ce soir, j'ai autre chose à faire. Et Jessica est plus sulfureuse que jamais. Il va être difficile de lui résister. Je ris à sa phrase.


- Ouais. Autant dire qu'elle risque de rester longtemps dans le tiroir.

Parce que la "sagesse" était quelque chose de très relatif, finalement. Surtout quand elle et moi étions ensemble. Nous voilà partis dans la nuit, justiciers tordus, prêt à réparer les erreurs que nous jugions impardonnables. Un costume mal ajusté. Une piste de danse vide. Un patron de boîte de nuit trop con pour comprendre sa chance.

Jess sort la vodka. Je passe. Le Scotch a ma préférence, et je dois garder les idées claires. Du moins, pour la première partie de la soirée. J'aurais le temps de me rattraper après. J'ai un sourire presque indulgent lorsqu'elle m'informe que je n'avais pas d'autres choix que de la suivre chez elle après notre soirée. Comme si j'allais dire non.


- A tes ordres, Princesse.

Elle aimait ça, que je flatte son ego à coup d'obéissance. Toutes les femmes aiment ça. Mais il n'y avait qu'à Jess que j'offrais du "Princesse". Elle l'était. En d'autres temps, d'autres lieux, elle aurait mené un royaume par le bout de la... du nez. Capricieuse, voluptueuse, sulfureuse, impérieuse Jessica.

Une lueur étrange passe dans mon regard lorsqu'elle me demande de ne plus partir, à sa manière. De ne plus... l'abandonner, seule, dans cette ville grise. Elle saura. Mais pas maintenant.


- Ne t'en fais pas, ma belle. Je ne vais nulle part.

Pieux mensonge.
Junior
Sphère Economique
avatar

Messages : 43
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Détection et lecture de signaux électroniques
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: New Town :: Autres lieux :: The Caledonian-