Lex Remotionem -Un nouvel ordre- Septiéme Partie (Les rebelles)

 :: Monde :: Vers d'autres arches :: Europe Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 10 Juil 2018 - 14:22
Lex Remotionem





June, Leila & Kleidukos

Feat. NIKIYA ALPHA PERSONA



    Leïla et June arrivaient ensemble dans la grande citée de Paris. C'était leur première visite sur cette arche historique.
    La raison qui les amenaient en ce lieu pouvait s'avérer l'être tout autant.
    Elles avaient pris toutes les précautions habituelles pour ne pas se faire repérer par les espions de Strega. Pourtant une grande nervosité les maintenaient dans le silence. Dédéniant les transports en commun, si souvent surveillés, elles se déplaçaient seulement à pieds, marchant l'une prés de l'autre, sous un ciel sans lune.

    Cette ville était également celle où une certaine Abygaël avait fait ses premiers pas.
    En effet, sa mère alors infirmière de guerre, y avait trouvé refuge peu de temps sa naissance. Aussi la jolie blonde n'avait eu aucune peine à retrouver l'endroit prévu pour le rituel.
    Elle arrivait à peine quelques minutes après l'instigatrice et sans un mot allait poser ses affaires dans un coin en attendant les autres.

    -Tu crois qu'on va voir des vampires ? Plaisantait June, alors qu'elles arrivaient sur le lieu du rendez-vous.

    Les filles avaient eu très peu d'information et sans la présence d'une rune arménienne à la gauche de la porte d'entrée, elles n'auraient pas été certaines de se trouver au bon endroit.
    Sa coéquipière, Leïla, levait les yeux au ciel en prenant les devants. Un foulard dissimulait ses longs cheveux noirs de même que son visage atypique. Mais ça ne suffisait pas à cacher toute sa détermination.

    Les filles empruntèrent l'escalier de pierre, humide et sombre, pour atteindre la cave. Là où le Destin attendait de se réalisé.

    Effectuer lex remotionem n'était pas commun.
    De fait, les gardiens du savoir avaient répertorié trois cas, au cours des trois derniers siècles, dont deux avaient échoués.
    La magie à laquelle Nikiya voulait faire appelle était l'une des plus rares et l'une des plus exigeantes. Pas moins de quatre niveaux de pouvoirs étaient combinés, dans un même espace temps, ce qui multipliait les risques de façon exponentielle. De plus les ingrédients à utiliser étaient très spécifiques et très durs à trouver depuis le soulèvement des terres dans le ciel.


***

Un gigantesque pinacle fait du sel de la mer rouge était dessiné sur le sol de pierre. Le dessin était de plus de vingt mètres de diamètre. La complexité des lignes était à l'échelle de tout le reste et la moindre erreur s'avéreraient fatale pour les sorciers. L’instigatrice serait donc la meneuse du rituel qui se trouvait être en Crétois antique la langue maternelle de Strega elle-même. Ironique.

Au centre du Cercle reposaient les trois matériaux, le sang du Descendant, un objet appartenant à la Destituée, et un autre de celle qui allait prendre sa place.

Les douze participants devaient tous avoir les yeux bandés et les mains enduit d'un onguan particulier qui amplifierait la circulation de l'énergie dans le cercle.
Le rituel était long, intense, difficile, il réclamait une véritable endurance et mettrait à l'épreuve chaque participant. Aussi leur fût-il fourni une drogue qui renforcerait leurs capacités.
La plus petite erreur sonnerait la mort du groupe. La voix de Nikiya serait le guide, qui soutenu par tous les autres allait briser les liens de pouvoirs ancestraux.

Au premier son entonné l'avenir fût scellé car seule la victoire était possible.
Une voix basse et rythmée entonnait l'incantation, rejointe par un chœur de douze voix. Très vite, une onde et s’amplifiait pour sortir des limites du cercle et faire vibrer les murs de la cave.
L'énergie déployée coupa l'électricité sur l'ensemble de l'île.

 Αδελφή της νύχτας σας δικαιολογείται. Το όνομά σας είναι απαγορευμένο. Για αιωνιότητα. Η αδελφή της νύχτας αποκηρύσσει τον τίτλο σας. Αδελφή της νύχτας σας έχει τελειώσει.

(Sœur de la nuit tu es excusée. Ton nom est banni. Pour l'éternité. Sœur de la nuit renonce à ton titre. Sœur de la nuit ton temps est achevé.)


***


    A environ une trentaine de mètres plus haut en surface Kleidukos entrait à pas de loup dans le salon de l’hôtel particulier parisien. Ce bâtiment avait été racheté par sa famille au début du XX siècle. Sa mère, Hécate, et elle y avaient vécu pendant des années. A présent l'endroit été vide, froid et triste, mais il était parfait pour tenir première réunion du Nouvel Ordre.

    Avec l'aide de quelques filles, Kleidukos et sa mère avaient réhabilité le lieu. Après un grand nettoyage et un peu de rangement les pièces communes étaient un peu plus attrayantes. Elles avaient transformé le salon principal pour qu'il puisse accueillir tout le monde. Une des filles avait amené un projecteur. Une autre s'était chargée de l'impression des documents. Elles avaient réussi à organiser la réunion dans le plus grand secret grâce à Nikiya.

    Kleidukos sentait les poils de sa nuque se hérisser. Elle comprit... Le rituel était bientôt terminé. Les invitées allaient bientôt arriver. Elle devait être prête à les recevoir, en attendant que Lotte puisse se joindre à eux. Aussi la jeune sorcière s'avançait jusqu'au tapis persan, de sa démarche canine. Elle posait ses quatre pattes et inspirait à fond. Revenir à l'état humain était la transformation la plus douloureuse de toute.

    Le processus pouvait prendre de longues minutes. Lentement le duvet de poils laissait la place à une peau claire. Le museau s’aplatissait et la queue rétrécissait. Peu à peu les contours d'une jeune fille se devinaient. La belle se redressait sur ses pieds encore fragiles et marchait vers la chaise où reposait une robe d'été. Elle l'enfilait, allait coiffer ses cheveux et maquiller ses yeux.

    Quinze minutes plus tard, elle se tenait dans le hall d'entrée, pieds nus certes, mais prête à remplir sa mission. Ses yeux gris verts se dardaient sur les premières femmes.

    - Bonsoir mesdames. Bienvenue à Paris. Je vais vous demander de laisser vos appareils électroniques dans le bac en fer sur votre gauche. Le hall était la seule pièce équipée par des brouilleurs puissants. Elles ne pouvaient prendre aucun risque d'être repérées par les alliées de Strega. -Et puis je vais vous demander de vous rendre dans le salon. Tout droit. Et d'attendre quelques minutes. La réunion ne va pas tarder à commencer. D'ailleurs les lumières revenaient dans le quartier.

    Le salon ainsi éclairé était plus chaleureux. Les murs étaient habillés de tableaux. Des portraits qui représentaient majoritairement des femmes de l'Histoire, en réalité les membres de l'Ordre premier. Il y avait des fauteuils confortables et bien sûr de quoi se restaurer pour tout le monde. Il y avait aussi une grande table ronde au centre de laquelle trônait un vasque en étain... vide.

Strega
Sphère Artistique
Strega

Messages : 452
Etat Civil : Mariée au Duc Lampeduza
Pouvoirs : Inibition du gène x chez autrui
Revenir en haut Aller en bas
Lun 16 Juil 2018 - 13:08
Paris. L'arche du romantisme, comme on la désignait souvent dans l'imagerie populaire. Pour Miranda Lockhart, peu encline au romantisme, ce n'était qu'une ville comme les autres. S'il y avait un symbolisme particulier qui l'avait désignée pour ce fameux rituel, il lui échappait ; le symbolisme, ce n'était pas son genre non plus. Elle aimait ce qui était clair, dépourvu d'artifices. Elle préférait les situations qu'elle pouvait confronter directement, les problèmes qu'elle pouvait affronter à mains nues, les yeux dans les yeux. Autant dire que la magie n'était pas son domaine, et qu'elle n'y entendait pas grand chose. Bon, si elle était parfaitement honnête, elle devait bien avouer qu'elle ne faisait pas beaucoup d'efforts pour comprendre non plus. Là où Dahlia avait sans doute cherché à s'informer le plus possible, à comprendre son sujet, elle avait préféré se reposer sur l'expertise de Lotte. L'académique ne lui faisait pas peur, mais sa méfiance envers le monde de la magie était si ancrée en elle qu'elle ne savait pas comment réagir autrement. C'était...et bien, comme un instinct qu'elle ne s'expliquait pas vraiment.

Pour la énième fois, elle se demandait ce qu'elle faisait ici. Si elle avait pris la bonne décision. Soutenir Lotte lui paraissait juste, du moins étant données les circonstances. Il était temps de s'opposer pour de bon à Cnossos, et de faire choir la harpie de son perchoir. Seulement...et bien, elle n'était pas encore certaine de pouvoir faire entièrement confiance à la danseuse. Certes, le contact avait été renoué, mais on ne pouvait pas dire que leur relation était revenu à la normale. Cela n'arriverait sans doute jamais ; Miranda préférait l'imaginer comme une nouvelle relation, avec un paradigme différent. Mais comme toute nouvelle relation, cela impliquait à chacune d'elle de faire ses preuves... En tous les cas, il valait mieux que Lotte l'ait au près d'elle pour ce qui allait suivre, et Miranda n'aurait pas aimé rester sur la touche. Elle interrompit sa marche sans fin : elle avait passé son temps dans la chambre à faire les cents pas, incapable de rester en place. Quand elle reçut la convocation, elle poussa un bref soupir de soulagement. Au moins, les choses allaient pouvoir avancer.

Vêtue d'un chemisier blanc tout simple et d'une jupe noire, elle se dirigea dans les couloirs de l'hôtel jusqu'à arriver à sa destination. A l'entrée, une femme brune accueillait les arrivants. Elle était d'une grande beauté, à l'image de toutes les autres sorcières du convent qu'elle avait pu apercevoir ; à croire que c'était un critère d'entrée... Quand on lui demanda de laisser téléphone et appareils électroniques, Miranda obtempéra sans mot dire, confiant son smartphone. De toute façon, elle avait l'appareillage d'Arkadia incrusté dans la tempe ; elle pouvait difficilement se taillader le crâne pour le laisser dehors. Bah, le système était aussi sécurisé que possible de toute façon, il n'y avait pas de risques et il ne crut pas bon de le mentionner.

A l'intérieur, le salon était agréable à l’œil, comme tout ce qui touchait de près ou de loin à l'Ordre. On était loin de la vieille chaumière dans les bois, même si Miranda n'aurait pas dit non au pain d'épice et aux sucreries. Elle était parmi les premières, parfait : elle aimait avoir le temps de repérer les lieux et d'observer l'arrivée des autres. Le temps de faire un balayage de la salle, ce qui relevait pour elle du mode de vie aussi bien que de la déformation professionnelle. Tout lui paraissait en ordre. De toute façon, elle était bien obligée de se reposer sur les capacités des magiciennes rebelles pour assurer leur sécurité, surtout d'un point de vue magique...

Plutôt que de se choisir un fauteuil ou une place sur un canapé, elle s'adossa contre le mur qui lui permettait d'englober toute la pièce. Les bras croisés sur la poitrine, ses cheveux noués en chignon, elle attendait que la réunion commence ; jusque là, elle n'avait pas grand chose à dire...
Alpha
Sphère Militaire
Alpha

Messages : 158
Etat Civil : célibataire
Pouvoirs : capacités physiques améliorées, résistance mentale


Thème: Canta Per Me - Yuki Kajiura




“There’s no way things should be. There’s just what happened and what we do.” Terry Pratchett
Revenir en haut Aller en bas
Dim 20 Jan 2019 - 12:41
Comme Nikiya l'avait projeté au travers de ses nombreuses études du Lex Remotionem, le Rituel avait été une Épreuve. Une épreuve à laquelle, jusqu'à ce qu'elle ne rouvre les yeux dans le salon bourgeois haussmannien, elle n'avait eu la certitude de survivre.

Au bord de l'inconscience lorsque la dernière vague de magie avait parcouru l'assemblée tel un éclair foudroyant, la Sorcière avait senti, sous l'accomplissement de leur ambition, ses dernières forces se dérober à elle. Diluée dans l'anéantissement des derniers filets d'énergie qui parcourait son corps, la peur de l'échec, de la mort et l'horreur d'avoir pu entraîner avec elle toutes ces femmes se logeait dans le creux de sa poitrine, tandis que ses jambes se dérobaient sous elle.
«Dahlia».
Sa dernière pensée avant l'évanouissement s'était tournée vers cet être cher, sans qu'elle ne su si son nom avait passé, ou non, la barrière de ses lèvres, alors que sa tête venait heurter le sol dur et froid de la cave où, pour la seconde fois seulement de l'histoire, elles avaient accompli l’irréalisable.

Dans la chaleur relative du salon, Lotte avait retrouvé quelques forces. Allongée sur une large méridienne, elle sentait le sang battre régulièrement à ses tempes douloureuses et elle su qu'elle avait réussi. Si elle n'avait pas été si vidée de toute énergie, elle aurait esquissé un sourire victorieux, carnassier. Elle avait vaincu, destitué. Certes, elle n'avait pas été seule et ce parachèvement n'aurait pu être possible sans l'aide et la force combinée des sorcières qu'elle avait été en mesure de rassembler à sa cause, mais elle savait également que c'était sa force à elle, qui les avait guidé vers le succès de leur entreprise.

Dahlia.

Pour la seconde fois, l'image brûlante de la jeune femme s'était imposée à son esprit et la fit se redresser mécaniquement, puissant dans ses dernières réserves.

-Dahlia. Elle appela d'une voix inquiète, sa vision encore parsemée d'éclats lumineux balayant la pièce qu'elle reconnaissait à peine et cherchant des yeux cette amie précieuse qu'elle avait entraîné avec elle dans cette folie.

La Tête du Nouvel Ordre avait conscience que leur réussite n'avait été possible que grâce à l'engagement de la Fleur. Il avait fallu du temps, des études poussées et un travail acharner pour transmettre à Dahlia de participer au Rituel. Plus important encore, pour façonner le cérémonial de façon à ce que le pouvoir de la Destituée soit transmis, non pas à son Héritière, mais à deux Descendantes. C'est d'ailleurs cette division qui avait probablement sauvé l'ancienne apprentie de Cnossos et sauvegardé le groupe. Mais Lotte n'avait qu'une idée théorique de ce que la modification du sort avait provoqué, et elle voulait voir son amante, en vie, de ses yeux, avant d'être certaine qu'elles avaient triomphé.
Nikiya
Sphère Artistique
Nikiya

Messages : 466
Etat Civil : Mariée
Pouvoirs : Conscience et contrôle du fonctionnement physiologique de son corps


Revenir en haut Aller en bas
Lun 21 Jan 2019 - 18:32
Je n’avais pas compté les heures de travail et d’études que j’avais dû passer avant d’en arriver au moment fatidique. A tel point que je n’avais pas vu le temps passer, et qu’au moment de réaliser le rituel, j’avais encore du mal à réaliser que le moment était venu. Je m’étais plongée corps et âme dans l’apprentissage de la magie, tâchant de rattraper le retard que j’avais par rapport à Lotte. Si cette dernière avait pu partager certaines de ses connaissances, j’avais dû apprendre le reste par moi-même, me passant d’une maîtresse d’apprentissage comme la Duchesse l’avait été pour elle. Mais au final, c’était une méthode qui me convenait bien. J’avais toujours eu cet esprit méthodique et studieux, surtout lorsque quelque chose m’intéressait. J’avais rassemblé toute la documentation à ma portée sur la magie, et pratiqué autant que je le pouvais.

Très rapidement, j’avais trouvé un lien entre mes nouvelles études et ce que m’avaient appris mes pères, hippies dans l’âme et adeptes de différentes pratiques païennes. Leur courant était proche de la Nature, ce que je retrouvais dans mes lectures et rituels. Mais j’avais très vite dérivé vers une pratique plus féminine, tournée vers le pouvoir féminin. On ne se refaisait pas, après tout. Chaque instant à ma disposition, je l’avais passé à me plonger un peu plus dans cette pratique, cette religion même. La tâche avait été facilitée certes par la motivation finale, mais également par un intérêt sincère de ma part.

Je n’avais pas pris vraiment attention à la ville lorsque nous étions arrivées, trop occupée à me concentrer sur le rituel de destitution. Et puis, Paris me rappelait trop de souvenirs, des perturbations inutiles dans ces moments de concentration. Et puis, j’étais aux côtés de Lotte, à quoi bon ressasser le passé maintenant ? Je ne prenais d’ailleurs pas garde à grand-chose en dehors d’elle, prenant à peine un instant pour observer le bâtiment où allait se dérouler le rituel de destitution. Ma concentration s’accentua encore une fois dans la cave, maintenant que les choses devenaient sérieuses. Ce n’était pas le moment de douter, bien que je sois consciente de la dangerosité de ce que nous allions faire. Cela allait réussir, j’en étais certaine et déterminée.

Pour le reste, je ne me souvins pas de grande chose. A part d’être restée auprès de Lotte, physiquement et en pensées. La tête du Nouvelle Ordre allait pour la première fois être séparée en deux, et mon rôle était donc d’être aux côtés de ma binôme. Mon sang se mélangeait au sien dans les matériaux nécessaires au rituel, ainsi que la boîte à musique qu’elle m’avait offert, que nous avions toutes les deux possédé. Jusqu’au bout, quoi qu’il arrive, nos destins étaient désormais liés. Lorsque le rituel s’acheva enfin, je faillis vaciller, envahie par quelque chose de nouveau. Quelque chose de puissant. Qui me disait que Lotte avait réussi. Que nous avions réussi.

L’instant d’après, sans savoir si j’avais réussi à marcher ou si on m’y avait aidé, je me retrouvais dans un salon, à reprendre mes esprits. Ma première pensée alla à la danseuse, et je me levai d’un coup pour finalement la trouver allongée plus loin, à se remettre également. Le soulagement et la fierté se mélangèrent dans ma poitrine, et lorsqu’elle appela mon nom, je fus à ses côtés pour prendre sa main.

"Je suis là." Je lui adressai un léger sourire, doux et fatigué. Victorieux. "Je serai toujours là."

Mon regard la quitta et trouva celui de Miranda. Une autre femme essentielle à ce qui venait de se passer, et dont la présence me redonna également un peu plus d’énergie. Je lui souris également, hochant la tête pour la remercier d’être là. Marisa n’avait qu’à bien se tenir, désormais.
Persona
Sphère Artistique
Persona
Messages : 179
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : /
Revenir en haut Aller en bas
Mar 22 Jan 2019 - 12:50
Si Miranda avait laissé libre cours à son esprit, elle aurait passé son temps à faire les cents pas dans la chambre d'hôtel. Quelque chose crépitait dans l'air, elle pouvait le sentir. Elle n'était pas certaine qu'il s'agisse de la magie ambiante, qu'elle ne pensait pas être capable de percevoir : elle semblait toujours être dotée d'un certain blocage à ce sujet. Mais il y avait... quelque chose, c'était indéniable. Plus que de l'électricité, la naissance d'un courant qui s'apprêtait à tout renverser sur son passage pour changer le monde...ou à se briser contre les défenses de Strega. La confiance toute limitée qu'avait Alpha pour la sorcellerie étant relativement compensée par celle qu'elle avait en Lotte, elle voulait bien concéder au plan une chance de réussir. Et si participer au rituel n'était pas vraiment une option pour elle, elle pouvait au moins surveiller les environs et garder un œil sur tout ce petit monde. Tant qu'elle serait en vie, personne ne s'en prendrait impunément aux femmes rassemblées dans cette pièce.

Alors elle ne put qu'attendre, ce qui n'était pas son point fort. Elle était faite pour être au cœur de l'action, et elle n'appréciait pas de se dire que ses capacités n'allaient pas faire la différence dans un moment pareil. Elle voulait aider Lotte pour de bon, elle l'avait décidé au moment où elle lui avait pardonné, mais elle ne savait pas à quel point elle en serait capable. La danseuse s'était installée sur une large méridienne, entourée de celles qu'elle avait rassemblées autour de sa cause. Dont Dahlia, qui avait fait d'énormes efforts en peu de temps pour explorer l'apprentissage des bases de la magie, afin d'apporter son concours direct à celle qui voulait tant renverser Cnossos. Quelque chose que Miranda n'avait pas su faire, et elle ne savait pas si elle en était rassurée ou un peu jalouse. Bah, autant laissez les sorts aux autres...

Et puis tout à coup, quelque chose se produisit. Une vague d'énergie se répercuta à travers la pièce, secouant chaque femme d'une mystique qui échappa totalement à Miranda. Elle-même n'eut pas l'impression d'être affectée, ce qui confirma à quel point elle était peu sensible à toute manifestation de sorcellerie. Ses muscles se raidirent néanmoins, chacun de ses nerfs se préparant au combat, des fois que d'hypothétiques assaillants leur tombent dessus. Mais il n'en fut rien. Le calme revint aussitôt, Lotte perdant connaissance. Miranda voulut se précipiter à son chevet, mais elle s'en empêcha en voyant que Dahlia se trouvait déjà au côté de la ballerine. Le lien qui les unissait était fort, quoi que les deux femmes puissent en dire, et Lockhart ne put s'empêcher de ressentir...de la jalousie ? Quelque chose s'en rapprochant, en tout cas. Ces deux-là partageaient quelque chose qu'elle n'avait jamais connu, qu'elle n'avait jamais réussi à tisser avec qui que ce soit... Et qui la poussait à se sentir un peu en dehors, quand elle se trouvait avec ces deux femmes.

Elle secoua brièvement la tête, comme pour en chasser les sentiments qui s'y agitaient. La blonde s'assura une nouvelle fois que la porte était toujours fermée à clef et que l'entrée était sécurisée, puis elle fit quelques pas pour se rapprocher de Lotte et Dahlia, tout en gardant une certaine distance, l'habitude de se situer à l'endroit qui lui paraissait le plus stratégique.

« Ça a marché ? » demanda-t-elle. Il fallait bien que quelqu'un le fasse...
Alpha
Sphère Militaire
Alpha

Messages : 158
Etat Civil : célibataire
Pouvoirs : capacités physiques améliorées, résistance mentale


Thème: Canta Per Me - Yuki Kajiura




“There’s no way things should be. There’s just what happened and what we do.” Terry Pratchett
Revenir en haut Aller en bas
Sam 26 Jan 2019 - 18:24
Lex Remotionem





June, Leila & Kleidukos



    Le calme fût entrecoupé par l'ouverture de la porte. On venait de distribuer des décoctions fortifiantes à tout le monde. Les quelques membres qui n'avaient pas participé au rituel se chargeaient d'aller vérifier les boucliers. L’impulsion dégagée ici avaient forcément était ressentie sur toute l'arche française. Mais tant que faire ce peu, le secret devait être préservé. Nikolas ne devait surtout pas les retrouver aujourd'hui.

    -Oui. Répondit Leïla à l'amie de Nikiya d'une voix posée. Ses deux yeux verrons posées sur elle. Elle offrit un sourire apaisant avant de se détourner pour observer les deux autres femmes. Je sais que vous êtes fatiguées. Mais nous ne pouvons pas attendre. En réalité tous les participants venaient d'être vidés d'une partie de leur énergie vitale. C'était le prix pour accomplir Lex Remotionem. Plusieurs jours, voir semaines, seraient nécessaires pour récupérer la force volée par la Magie. Mais cela devait attendre. La Destitution de Strega était la première étape. Le plus important venait ensuite.

    Un léger grincement se fit entendre dans leur dos. Une frimousse au teint de pèche se pencha dans l’embarras de la porte entrouverte.

    - Lei ? Les filles de Kussi viennent d'arriver. On est au complet. June scruta alors Dahlia et lui lança un éclatant sourire trop heureuse de croiser l'une de ses tops modèles préférées. Elle ne résistait pas à lancer à la jeune femme : Dis Dahlia... tu pourras me sig Le regard assassin de sa colocataire lui coupa brusquement la chic. Son visage se métamorphosa en une seconde.Bon bon d'accord je me tais. Tout est prêt. On vous attend. Déclara-t-elle avant de filer rejoindre les autres.

    Le silence retomba alors dans le petit salon où les filles avaient été installées. C'était le petit salon le plus sobre de l'hôtel particulier. Également la pièce la plus isolée et donc la plus calme. Les filles avaient préparé de quoi se restaurer et se reposer. La lumière était très basse, presque tamisée, et les fenêtres ogivales calfeutrées avec de longs rideaux noirs. De sorte qu'il était rigoureusement impossible d'être vu ou de voir Paris.

    Le jeune trio pouvait profiter des quelques minutes de calme avant de découvrir ce qui les attendaient de l'autre côté du couloir. Il avait été décidé de rassembler toutes les Sorcières et Sorciers dissidents à cette réunion et ce que le rituel réussisse ou non. La tyrannie de Cnossos avait assez durée. Lotte représentait un nouvel espoir.



***



    Un doux brouhaha montait de la salle de réception. On pouvait entendre en plus du Français et de l'Anglais des langues usitées dans les quatre coins de l'Archipel. Parmi les rangs des participants se trouvaient des femmes de tous âges, toutes ethnies, toutes confessions. Leur unique point commun était leur lien avec la Science Ancestrale. Certaines, la plupart, étaient venues en prenant de gros risques. Kleidukos les observait en silence, nommant entre ses lèvres certains noms.

    - Wairua a été invité. Personne n'a trouvé Siren. La Rose est représentée par sa fille. Perceval a envoyé son bras droit. Ça fait déjà pas mal de monde. Expliquait la métamorphe à l'une des convives de ce conclave exceptionnel. Toutes deux marchaient tranquillement dans l'allée principale pour atteindre l'un des premiers rangs de chaises où se trouvaient encore quelques places libres. Kleidukos proposait son bras ferme à la Sorcière au teint gris. Elle lui souriait poliment avant de la laisser avec les autres pour rejoindre la table à laquelle se trouvaient les quelques organisatrices.


Strega
Sphère Artistique
Strega

Messages : 452
Etat Civil : Mariée au Duc Lampeduza
Pouvoirs : Inibition du gène x chez autrui
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Monde :: Vers d'autres arches :: Europe-