Soigner le mal par le mal

 :: Édimbourg :: New Town :: Autres lieux :: Elféa Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 6 Juil 2018 - 23:11






Cela faisait trop longtemps que cette phobie lui empoisonnait la vie. Embrasser sa petite amie, faire un match de foot, même serrer les mains pour saluer quelqu’un, était encore du domaine de l’impossible. Il avait pourtant fait quelque progrès notamment grâce à la danse, mais il avait l’impression d’avancer au ralenti. Puis, il avait rechuté après avoir passé le deuil de son père. Il était tombé dans le fond du trou. Il

Autrefois il s’en était fait une raison de cette phobie mais maintenant il y avait quelqu’un qui le motivait pour la surpasser : Emma, une institutrice de son âge, pour qui il avait des sentiments très forts. C'était son rêve d'avoir une femme à chérir et d'avoir des enfants, une grande famille ! Il était quasi persuadé qu'Emma serait la femme de sa vie. Il espérait la réciprocité mais il comprenait que sa phobie puisse faire renoncer à toute relation.

Alors, lorsque son ami russe chorégraphe lui avait suggéré de consulter une Kiné thérapeute, il avait rejeté dans un premier temps l’idée absurde. En effet, comment un « guérisseur » par la manipulation de ses mains allait pouvoir soigner une haptophobie ? Cela paraissait absurde, non ? Et, à force d’écouter les arguments vendeurs de chorégraphe, il fut persuadé de faire l’essai. Qu’avait –il finalement à perdre ?

Il avait rendez-vous à 9h30 du matin. Il avait choisi une tenue très soignée, portant un costume, car après la consultation il devait rentrer au Muséum pour son travail d'historien. Il aimait aussi être coquet, et prendre soin de lui. Ce n'était pas une question de séduction mais de respect et d'estime de soi.

Comme d’habitude, il est toujours en avance, attendant dans la salle d’attente. Son visage était pâle comme un linge blanc. Il avait l’air d’un enfant qui va se faire soigner une carie chez le dentiste. Il avait fait l’erreur de venir trop tôt car il commençait gamberger beaucoup trop, s’imaginant comment aller se passer cette séance.

Le médecin le réceptionna à l’heure pile. Un bon point ! C’était une jeune femme, plutôt belle à son goût. Sa jeunesse ne le rassura pas. Il hésita encore à rentrer dans son bureau. Il n’avait pas prononcé un seul mot. Et si la jeune femme lui avait tendu la main pour le saluer, il l’aurait totalement ignorée. Ce qui pourrait paraître bizarre car Kevin n’a pas l’air d’être un goujat ou un méchant bonhomme. Il inspirait naturellement la sympathie. Il finit par lâcher quelques mots.

- Bonjour docteur, désolé mais je ne suis pas sûr d’avoir ma place ici... Vous n’en êtes pas la cause, soyez en rassurée, mais ce n’est que moi et ma phobie.




Iron Will
Sphère Savoir
Iron Will

Messages : 536
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Mer 11 Juil 2018 - 18:46



Soigner le mal par le mal


Iron WIll & Lydia



Ce matin j'avais un nouveau patient. Un civil cette fois. Et d'après le dossier que lui avait remis sa secrétaire ce matin, il souffrait d'une phobie assez sévère : une haptophobie. Soit une peur irrationnelle des contacts physiques ou tout simplement d'être touché. Comment j'allais gérer ça moi? Comment soigner un patient que je ne peux pas toucher?

Il était 9h00, j'ai une demi-heure pour trouver comment l'amener à accepter le toucher médical? Sûrement d'abord avec du dialogue... Il me fallait surtout éviter qu'une panique ne crée une réaction brutale de rejet. Je savais aussi que l'haptophobie était rare et qu'elle pouvait être sélective. Il faudrait que je lui demande si sa phobie était généralisée ou pas.

Pour ce premier entretien, j'avais choisi une petite robe d'été sous ma blouse. Il faisait beaucoup trop chaud pour continuer les jeans. Noire avec des motifs floraux dans les tons estivales, elle avait des manches courtes, un col bateau et s'arrêtait en dessous du genou. J'avais relevé mes cheveux en chignon de danseuse, des petits escarpins noirs, un maquillage discret et mes bijoux habituels finissaient ma tenue.

9h30 Pile, un jeune homme d'à peu près son âge se tenait devant moi. Plutôt élégant dans son costume. J'étais sûre de l'avoir déjà vu quelque part mais impossible de me rappeler où je l'avais vu. Ce n'était pas le plus important. Je devais lui poser problème car il hésitait à entrer dans mon cabinet. Ma jeunesse ? Le fait que je sois une femme ? Ou juste mon travail ? Il me fallait le mettre à l'aise. Je lui fis donc un sourire rassurant à défaut de lui tendre la main. Je me doutais que mon geste aurait été mal perçu au vu de sa phobie.

Bonjour Monsieur Scoltly. Entrez et installez vous je vous prie.

Il finit par me décrocher quelques mots qui me confirmèrent qu'il n'était pas du tout à l'aise. Je lui fis un sourire.

Je me doute, qu'avec votre phobie, je ne suis pas votre premier choix. Je suis d'ailleurs étonnée de vous voir devant moi. Mais puisque vous êtes là autant essayer de vous soulager un peu. Souhaitez vous boire quelque chose ? Thé, café ? Une fois ma réponse obtenue, j'enchainais. Pourriez vous m'en dire un peu plus ? Vous êtes resté plutôt évasif sur l'étendue de votre Haptophobie. Vous n'êtes pas sans savoir que mes soins se prodiguent par contact. Souhaitez vous que je vous en expose le fonctionnement ?




made by guerlain - epicode

Lydia O'Neill
Sphère Militaire
Lydia O'Neill

Messages : 166
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Apaisement
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 12 Juil 2018 - 21:27






Parler, cela, Kevin pouvait le faire. La Kiné était plutôt rassurante, démontrant qu’elle détenait quelques informations sur le jeune homme, mais sûrement pas tout. Il prit place sur une chaise, se tenant maintenant en face d’elle. Il se permit avant d’observer tout autour la pièce, qu’il considérait actuellement comme une salle de torture. Et maintenant, son regard d'ébène ne la lâcha plus.

- Vous comprenez que je meurs de trouille. Je ne suis en effet pas un patient comme les autres. Pourtant, je veux mettre tout en œuvre pour surpasser cette phobie. Vous imaginez quelle souffrance c’est de ne pas même pas pouvoir embrasser sa petite amie ou tenir dans ses bras ? Comme aussi ne même pas pouvoir serrer la main de quelqu’un pour le saluer ?
Avec ces quelques phrases, la jeune femme pouvait apprécier que sa phobie fût majeure. Comment cela avait pu l’atteindre autant ? Elle allait bientôt avoir la réponse à sa question.

- Vous allez peut être me prendre pour fou mais quand on me touche cela peut me procurer l’effet de me jeter dans un brasier. C’est irréel mais pour moi ça ne l’est pas. Cette phobie s’est déclenchée lors de la mort de mes parents qui ont succombé à un incendie de leur restaurant. J’avais dans les dix ans, un âge où perdre ses parents n’est normal. Lorsque leur vie a été dérobée, je n’étais pas là, quoique…

Il se demanda si la Kiné n’allait pas le prendre pour un illuminé. Il hésita à continuer mais l’attitude de la jeune femme compatissante et à l’écoute l’encouragea à poursuivre.

- Mon père n’est pas mort sur le coup. Il a été conduit aux urgences. J’ai donc pu le voir. Je voulais encore tenir sa main. Et là mon pouvoir s’est déclenché pour la première fois de ma vie. Ce pouvoir me fait lire les pensées de la personne que je touche. Malgré moi, j’ai été replongé dans l’incendie comme j’y étais, comme voir ma douce mère hurler et se …

Kevin n’eut pas la force de continuer la suite de l’histoire. Sa voix était éteinte. Il était facile de comprendre sa douleur et l’épreuve qu’il avait vécue alors qu’il n’était que gamin. Il inspira fortement pour rendre de la consistance et de l'aplomb.

- Je veux guérir. Je ne sais pas si vous pourrez m’y aider mais pour le savoir il n’y a qu’en venant et en essayant que je le saurai. On m’a dit beaucoup de bien de vous et que vous n’étiez pas une kiné comme les autres. Alors oui je veux bien vous écouter et savoir comment vous allez procéder.




Iron Will
Sphère Savoir
Iron Will

Messages : 536
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 19 Juil 2018 - 15:44



Soigner le mal par le mal


Iron WIll & Lydia



Ce que me disait le jeune homme en face de moi aurait pu me fendre le coeur s'il était encore en état de l'être. Oui en effet, je pouvais comprendre à défaut de savoir. Ainsi il avait un don et son contrôle avait l'air de lui poser problème. Je me contentais de lui donner un sourire bienveillant et rassurant tout en écoutant son histoire. Je prenais des notes au passage. Ca pouvait toujours s'avérer utile.

J'avais déjà vu des cas comme le sien. Enfin pas avec ses dons à lui, mais des gars qui souffraient après un trauma psychologique. j'avais pas encore eu l'occasion de soigner des traumas d'enfance mais j'étais plutôt du genre à m'adapter. Et le point positif c'est qu'il voulait guérir. Apparemment j'avais été recommandé. Ca me fit plaisir. Bon j'avais eu quelques cours de psychanalyse militaire pour pouvoir m'occuper des PTSD dus à la guerre. Mais allais je réussir à aider le jeune homme en face de moi?

Je vais vous parler franchement. je pense que vous soufrer de PTSD. En gros, je pense que ce que vous avez vécu à la mort de votre père a associé le contact physique à la douleur qu'a ressenti votre père. Je pense que la sensation que vous avez de brûler c'est le souvenir de ce jour là. J'aimerai vous proposer d'essayer de substituer au sentiment de douleur au toucher à celui de détente et de repos.

Je lui montre alors mes mains. Je me concentre et un léger rayonnement apparaît.

Si vous mettez vos mains au dessus des miennes sans les toucher, vous sentirez une chaleur. C'est mon don. j'ai la capacité de détendre les muscles, d'apaiser les tensions et les douleurs dans le corps et si le patient est vraiment réceptif je répare les muscles.

Je regardais mon client puis lui soumettais mon idée avec douceur. Je ne voulais pas le brusquer ni le braquer.

Ce que je vous propose c'est de tenter avec moi de vous réadapter au toucher. On instaure une relation de confiance entre nous. On essaie de faire en sorte que vous veniez ici sans une boule au ventre. Vous m'avez dis que vous lisiez les pensées des gens en les touchant. Je vous propose donc de commencer par moi. Je pense à des choses agréables et vous posez votre main sur la mienne. Mon don devrait aider à apaiser vos pensées. Vous tomberez peut être sur des expériences un peu moins joviales vu mon passé dans l'armée mais j'ai quand même mon lot d'instants de joie. Si cela vous tente on peut déjà commencer en s'appelant de manière moi formelle. Mon prénom c'est Lydia.




made by guerlain - epicode

Lydia O'Neill
Sphère Militaire
Lydia O'Neill

Messages : 166
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Apaisement
Revenir en haut Aller en bas
Lun 30 Juil 2018 - 10:11






Le diagnostic de la Kiné était à quelque chose près ce que Kevin avait conclu sur les causes de sa phobie, sauf qu’il n’avait pas le mot scientifique pour PTSD pour les qualifier. Il est clair qu’à la fin de la visite, il irait taper ce mot sur un moteur de recherche internet pour avoir plus de connaissances à ce sujet.

- C’est ce que je crois aussi. Les impressions de brûlures sont comme celles que j’avais ressenties en touchant mon père. Il y a forcément un lien. Je ne connaissais pas ce terme de PTSD.

Il écarquilla ses yeux lorsqu’il vit apparaître le rayonnement autour des mains de la jeune femme. Les pouvoirs de prodiges révélaient toujours des choses incroyables. Lui, aussi pouvait produire une aura, de couleur bleu nuit, mais avec des pouvoirs différents. Quoique son aura avait des qualités curatives et biokinétiques exceptionnelles.

Il se rendit compte que la jeune femme avait adapté son don pour réaliser un métier au profit des autres, et donc faire le Bien. Cela rejoignait son idée que l’utilisation des pouvoirs de prodiges dépende de leur possesseur. Ils ne sont ni bien ni mauvais.
C’est maintenant que tout allait se jouer. Kevin regardait ce rayonnement, pensif. S’il renonçait à toucher cette main, il savait que la kiné ne pourrait plus rien pour lui. En revanche, s’il osait, peut être qu’il se donnait une chance de trouver un moyen de guérir. La jeune femme s’y prenait bien avec lui car elle prenait son temps sans brusquer les choses. Avec Kevin, il fallait envisager que cela serait un travail de long haleine !

- Je vais essayer de vous toucher mais je ne vous promets rien quant à ma réaction. Je dois me forcer si je veux trouver le chemin de la guérison. Je n'ai pas le choix.

Il prit sa décision. Il inspira fortement. C’est avec une lenteur incroyable qu’il avança son index de la main droite vers la main de la Kiné. Il était maintenant à fleur de peau, encore hésitant à aller jusqu’au bout. Il ressentait une certaine chaleur mais pas désagréable, et loin des brûlures qu’il pouvait ressentir. Il ferma les yeux et enfin la toucha mais en retirant rapidement son doigt. Il renouvela l’expérience en gardant le doigt plus longtemps, jusqu’à finalement à ne plus le retirer. Tôt ou tard, les pensées de la jeune femme allaient l’envahir. A voir comment il allait réagir…




Iron Will
Sphère Savoir
Iron Will

Messages : 536
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Ven 10 Aoû 2018 - 0:39



Soigner le mal par le mal


Iron WIll & Lydia

Je souris à mon patient. Ce qu'il allait faire nécessitait du courage. Il en fallait pour affronter ses craintes. Aussi le laissais je aller à son rythme. Je ne voulais pas le brusquer. Cela devait venir de lui. Il fut très hésitant et mit un certain temps avant de poser intégralement son doigt sur ma main sans chercher à l'enlever. C'était maintenant à moi de me concentrer. Il me fallait un souvenir heureux. La première image qui s'imposa à moi fut Sean. Lui et moi endormis dans un hamac de fortune à l'ombre d'une tente dans notre base en Syrie. Mais je savais que ce n'était pas le genre de souvenirs qu'il fallait lui montrer. Ca finissait toujours par une crise de larmes intérieure.

Alors je me concentre sur mes frères. Myers, Misha et Oliver jouant au basket sur la base. Je dois avoir 4 ou 5 ans. Moi j'étais encore trop petite pour comprendre ce que c'était. Mais voir mes frères jouer ensemble me donnait envie de jouer avec eux. Alors je les ai harcelé jusqu'à ce qu'ils me laissent joué. J'étais déjà têtue pour mon âge. Et ils n'arrivaient jamais à me tenir tête bien longtemps. Myers me portait sur ses épaules pour que j'atteigne le panier. On a joué comme ça une heure ou deux. Puis on avait mangé un énorme cheesecake au citron. A la fin de la journée Papa était rentré et j'avais eu droit à une histoire pour m'endormir.

Si je me souviens aussi bien de cette journée, c'est parce que c'est la dernière fois que j'ai vu mes trois frères ensemble avant que Myers ne s'engage et ne parte. En définitive, il avait ouvert la voie pour mes frères et moi. Nos parents avaient en quelque sorte étaient nos modèles. J'aimais ma famille. Et j'espérai que mon patient le ressentirait.



made by guerlain - epicode

Lydia O'Neill
Sphère Militaire
Lydia O'Neill

Messages : 166
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Apaisement
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 30 Aoû 2018 - 12:06






Les yeux de Kevin se fermèrent. Aussitôt les pensées de la jeune femme l'envahirent. Ce fut au début un peu chaotique puis tout se précisa. Il était comme un étranger dans un moment intime et familiale de sa Kiné. Pourtant il ressentait aussi les émotions de la kiné, tout en gardant les siennes. Des larmes coulaient sur son visage. Ses larmes étaient celles de joie car Kevin était d'une sensibilité à fleur de peau, et notamment lorsqu'il s'agit de famille. Ils avaient perdu tous ses parents, naturels et adoptifs. Il aurait aussi adoré avoir des frères et sœurs. Il ouvrit ses yeux.

- Ne vous inquiétez pas, ça va. Ce sont des larmes de joie. Je dois apprendre à gérer les émotions des autres et les miennes. Vous avez beaucoup de chances d'avoir une si grande famille. J'appréhende encore mais je pense qu'on pourra renouveler l'expérience. Si vous voulez, on peut déjà fixer un autre rendez vous.

Kevin sortit son portable de sa veste pour y consulter son agenda afin de fixer une autre date. Il régla également l'heure de consultation.

Sept jours plus tard...

Le jeune homme était comme d'habitude à l'heure pour ce nouveau rendez-vous. Il était habillé bien plus décontracté par rapport à la dernière fois, avec un jogging. Ses cheveux étaient encore légèrement mouillés alors que dehors le soleil matinal tapait déjà très fort. Il portait également un grand sac de sport.

- J'espère que je ne suis pas en retard....Bon alors, si je comprends bien, nous allons passer aux choses sérieuses. J'appréhende toujours. D'autant qu'en ce moment, je n'ai pas trop de moral. Un de mes meilleurs amis a été agressé. Lui qui est un ange, l'être le plus gentil que je connaisse. Je ne comprends pas comment la haine et la violence peuvent atteindre un tel paroxysme.

Cette deuxième consultation allait être un vrai test pour lui. Il retira son haut, laissant découvrir une musculature digne des plus grands gymnastes. Et apparemment, il n'était pas du tout pudique. Kevin se laissa guider, pour aller s'allonger sur la table de massage. Il était encore loin d'être rassuré sur ce qu'il allait se passer. A tout moment, il pouvait se passer ce qu'il redoutait le plus : une crise d'angoisse. Mais il devait se battre contre cette phobie s'il voulait avancer dans sa vie. il n'avait plus le choix. Il avait décidé de parler pour ne pas se focaliser sur ce qu'il allait se passer.

- Je pense que c'est la peur et l'ignorance qui poussent à de telle crime. Certes, certains prodiges pourraient se montrer très dangereux, pour autant l'histoire a montré qu'il n'y avait pas besoin de l'être pour engendrer les pires crimes. Bon....je suis prêt....






Iron Will
Sphère Savoir
Iron Will

Messages : 536
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Mer 19 Sep 2018 - 12:33
[quote="Lydia O'Neill"]


Soigner le mal par le mal


Iron WIll & Lydia


Mince... Je n'ai pas du choisir le bon souvenir. Ah bah si en fait. Ca va. Je lui souris. Le premier exercice était passé. J'avais réussi à lui transmettre un peu de ma joie. Ca avait tellement bien marché qu'il prit de suite un autre rendez vous la semaine d'après. Il enchaina tout si vite que je ne pus réellement faire de commentaire constructif. Nous verrons bien la semaine prochaine. Le jeune homme parti, je me pris 10 minutes de pause le temps de boire un café et de prendre l'air.


Sept jours plus tard...

Je reçus mon patient 7 jours plus tard en tenue beaucoup moins formelle que la dernière fois. Il avait l'air bien plus motivé que la première fois même s'il était toujours autant stressé. J'avais entendu parlé de l'agression. Mes frères et mes parents avaient tout de suite téléphoné pour les uns, débarqué chez moi pour les autres. J'avais ouïe dire que c'était aussi un genre de guérisseur et que c'est pour ça que Myers avait débarqué chez moi. Je ne cachais pas beaucoup mon don, je ne le criais pas non plus sur tous les toits, mais je n'avais jamais caché son utilisation, ni à l'armée, ni à mes patients. J'avais tenté tant bien que mal de les rassurer en leur disant que je n'avais pas de dons si intéressant que cela pour une quelconque attaque. Je sais que je n'avais pas rassuré ma famille mais en leur promettant de toujours garder mon portable sur moi et la petite balise qu'Oliver avait planqué dans le collier qu'il m'avait fait parvenir par l'armée, soit moins de 48 heures plus tard.

Mon patient semblait connaitre la prochaine étape, il tomba le haut sans autre forme de procès. Bon pas timide en fin de compte. Je l'invitais donc à s'installer. Je le laissais discourir. Apparemment il en avait besoin pour se concentrer. Mais je décidais de ne pas me laisser entrainer sur le terrain de la guerre. J'avais vu beaucoup trop de chose, avait eu beaucoup trop mal, pour transmettre ce genre de pensées à mon patient. Surtout que ce qui me revint en tête à ce moment là fut l'accident de Sean. Ce jour là j'ai cru que mon coeur s'était arrêté de battre. Oh il a surement du le faire vu que j'avais fini par tomber inconsciente après qu'il fut transporté en hélicoptère. J'avais trop forcé sur mon don. Bon je chasse vite ces pensées loin de moi. On ne refait pas le passé.

Ne m'en veuillez pas si je n'entre pas dans le débat. Si je commence à vous parler de ce que je pense sur le sujet, votre séance risque d'être ... désagréable. Nous ne sommes qu'au début et les émotions pourraient être trop fortes pour vous. Je m'assure que mon patient est prêt et vais prendre quelques huiles de massage dans mon placard. Je les lui présente pour qu'il choisisse le parfum qui lui convient. Une fois son choix fait, je lui parle.Alors aujourd'hui nous allons parler de tout et de rien. Je vais vous faire un massage des épaules et du dos. Et pendant ce temps là nous allons converser comme si nous étions autour d'une tasse de thé ou de café. Une banale conversation entre amis. Vous allez surement ressentir des émotions qui ne sont pas les vôtres. Vous allez les laisser venir et vous allez apprendre à contrôler le flux d'émotion. Il faut que vous appreniez à sélectionner l'émotion que vous voulez analyser et laisser de côté les autres. Quand vous arriverez à passer d'une émotion à une autre sans difficulté, nous essaierons de vous apprendre à complètement rejeter toute émotion qui ne vous appartient pas. On y va?

Doucement je pose mes mains huilées sur le dos de Kévin. Mon don est activé au minimum. Pas besoin d'une grosse activation. Le but ici est juste de lui transmettre des émotions. Et là je me mets à lui parler musique, je lui parle du dernier concert d'Owen que je suis aller voir, de mes groupes de rock préférés, de ceux de mes frères. Mais l'image de Sean n'a pas totalement disparu de mes pensées.



made by guerlain - epicode

Lydia O'Neill
Sphère Militaire
Lydia O'Neill

Messages : 166
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Apaisement
Revenir en haut Aller en bas
Sam 20 Oct 2018 - 11:14






Les choses sérieuses allaient commencer. Allongé sur la table, Kevin n'en menait en fait peu large à l'idée de ce massage. Peu pouvait imaginer la volonté de fer qu'il démontrait en ayant décidé de faire cette expérience. Il voulait absolument se battre contre cette phobie qui l'empêche d'avoir une vie normale. Et à vrai dire psychiquement, il n'était pas dans de très bonnes dispositions. L’agression de son ami Castiel, qu'il considère comme un grand frère, l'avait totalement chamboulé. Pour les enfants de la PH, il avait tout intériorisé pour soutenir leur peine et les aider. Mais c'était comme une bombe à émotions à retardement.

Il eut un petit sursaut dès qu'il sentit les mains de la Kiné sur ses épaules. Ses mains semblaient dégager une certaine chaleur qui s'intensifiait au fur et à mesure des frictions.

Puis il eut ce flash dans sa tête : des civils qui couraient dans tous les sens. Il entendait des explosions et des sifflements de balle, mais surtout les cris de panique des enfants et de leurs mères. Kevin se retrouvait en plein milieu d'une scène de guerre, dans la peau d'une autre personne. Des soldats européens tentaient d’évacuer ces civils à l'aide de camions blindés. Mais c'était un vrai chaos. Certains camions s'enlisaient dans le sable. Les manœuvres étaient très complexes et dangereuse. Un camion recula sur un des soldats européens, lui broyant les jambes...

Lydia put sentir au toucher que les muscles du dos de Kevin s'étaient tendus. Il manifestait également quelques tremblements. Clairement ce n'était pas normal. Kevin semblait ailleurs. Et à vrai dire, il l'était.

Elle vit les mains de Kevin s'agripper à la table de massage. Son instinct lui dicta d'arrêter d'imposer ses mains et de reculer. Bonne réaction ! A l'instant même, le corps du jeune homme se mit à s'auréoler d'une énergie couleur azur. La table de massage fut alors broyée là où Kevin s'agrippait. Et comme investi d'un pouvoir magique de lévitation, le corps de Kevin se leva à l'horizontale dans les airs, à presque d'un mètre de la table . Il flottait tout simplement. Cela dura à peine quelques secondes avant que l'aura se dissipe et que le corps de Kevin retombe comme une masse sur la table et avec le rebond se retrouve projeté au sol.

Reprenant ses esprits, Kevin semblait toutefois ne pas toujours réaliser où il se trouve. Il semblait réagir comme un enfant apeuré. Il se traîna au sol pour s'adosser à un mur nu et cacha sa tête dans ses bras et ses jambes repliées. Il tremblait comme une feuille morte.

Comment allait réagir la Kiné ? Elle n'avait probablement eu aucun patient qui lévite et qui avec la force d'un Hulk lui broie sa table de massage...



Iron Will
Sphère Savoir
Iron Will

Messages : 536
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Mer 5 Déc 2018 - 19:54

Soigner le mal par le mal


Iron WIll & Lydia



Il n’y avait aucun doute pour moi que mon client prenait énormément sur lui pour ne pas fuir à toute jambe. La séance avait bien débuté malgré le sursaut de mon client. Et ce jusqu’à ce qu’il aborde mon avis militaire. Je n’aurai pas dû penser à Sean, à Mike, au bataillon. Cela avait fait remonter des souvenirs dont je n’avais probablement moi-même pas conscience.

Ou alors cela venait de lui ? Je m’écarte vivement quand je sens que je ne contrôle plus la situation. J’assistais alors à une démonstration de la force de mon patient. C’était impressionnant mais j’avais vu pire. J’avais vu plus fort, plus monstrueux, plus destructeur. Les prodiges sur les champs de bataille sont légions. Ils défendent et perdent beaucoup plus que les autres. On attend d’eux toujours plus mais le remerciement n’est pas toujours là et les soins beaucoup plus difficiles à fournir.

Bon d’accord, le coup du vol stationnaire au-dessus de ma table de soin, on ne me l’avait encore jamais faite… Le choc de sa descente avait au moins eu le mérite de réveiller mon client. J’avais l’impression d’avoir sous les yeux un enfant apeuré. Mais peut-être était-ce le cas ? Ne m’avait-il pas dit que ses parents avaient péri dans un incendie alors qu’il était plus jeune et qu’il avait tout vu à travers le corps et les yeux de l’un d’eux ? Et comment on soigne un enfant qui a peur ? On le rassure et on lui donne de l’affection.

C’est vrai que Kévin était un adulte maintenant mais là tout de suite, il ressemblait plus à son neveu Jonathan quand il se relevait la nuit après un cauchemar. Il me fallait donc laisser parler le côté « maman/tata gâteau » en moi. Doucement je m’approche de mon client, je lui parle comme à mon neveu, je l’appelle par son prénom. Je lui dis que tout va bien, qu’il n’a rien à craindre, qu’il est en sécurité. Que tout ce qu’il a vu n’est pas réel. C’était un cauchemar et que je connaissais la formule pour faire disparaître les mauvais rêves. Je n’avais pas vraiment le choix. Il me fallait le récupérer. Alors je me mets en danger et le prends dans mes bras. Je le serre fort. Je lui fredonne la berceuse que je chante à Jonathan et quelque fois à Aaron quand il fait une crise. Je passe ma main dans ses cheveux, sur son front, comme le ferait une mère. Ma main rayonne pour l’apaiser. J’entame un léger mouvement de balancier, comme pour le bercer en espérant que cela l’apaise. Je repense à toutes les histoires de nounours, de princesses, de héros, à tous ces contes que j’ai pu lire aux enfants de Myers pour l’apaiser.



made by guerlain - epicode

Lydia O'Neill
Sphère Militaire
Lydia O'Neill

Messages : 166
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Apaisement
Revenir en haut Aller en bas
Ven 28 Déc 2018 - 20:51






Kevin était revenu, peu à peu, dans le monde réel. Il était encore confus, mais il prit vite conscience de ce qu'il avait fait au lit de massage. Il était terrorisé à l'idée qu'il aurait pu faire mal à quelqu'un, et notamment à la kinésithérapeute. Il fut rassuré de la voir entière, sans blessures. Elle avait su bien gérer. Il ne s'était même aperçu qu'elle avait mis la main dans ses cheveux. Les personnes qui avaient pu déjà le faire se comptaient sur les doigts d'une main. Un exploit !

- Je suis désolé de cet incident, vraiment désolé. Je vous rembourserai des dégâts. Je ne pensais pas que je pourrais réagir de cette façon. Je me suis retrouvé en plein champs de bataille. C'était horrible. Je ne comprends pourquoi les hommes se font la guerre. Vous me promettez de m'envoyer la facture de rachat de ce lit.

Kevin se leva et se rhabilla. Il ne savait pas quoi conclure sur ce rendez-vous. Il paya sa consultation avant de partir en s'excusant une énième fois. D'ailleurs le lendemain matin, il lui envoya un panier garni de gâteaux italiens qu'il avait lui même cuisinés, avec un petit mot d'excuses. Il avait vraiment envie de progresser et il pensait que le pire s'était désormais produit. Il avait donc envie de continuer les soins, ce que la jeune femme lui consentit. Ils décidèrent de fixer pour l'instant un rendez vous par semaine. Kevin progressait. Pas de nouveau lit de massage pulvérisé ! Une relation de confiance s'était installée entre eux. La Kiné savait les limites à ne pas franchir et pouvait maintenant anticiper les réactions du jeune homme. Tout cela était de bonne augure !

[SUJET CLOS]





Iron Will
Sphère Savoir
Iron Will

Messages : 536
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: New Town :: Autres lieux :: Elféa-