Like a tree, ability will bloom and grow || Charadh

 :: Édimbourg :: Southside :: Autres lieux Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 30 Juin 2018 - 12:24
Je trouvais toujours délicat d’avoir un nouvel élève chez moi. Surtout un adulte. Ils étaient plus rares que les enfants à se lancer dans l’apprentissage de la musique, par manque de confiance. Il était vrai que la plasticité cérébrale des jeunes était un atout pour apprendre un instrument, mais on pouvait obtenir de très bons résultats avec des âges plus tardifs. Surtout si le but n’était pas d’entrer dans des concours ou de devenir professionnel. Quoi qu’il en soit, ce n’était pas tant au niveau du cours que cela posait problème, mais plutôt, de comment m’adapter à avoir un ou une inconnu-e chez moi. Les enfants, je commençais à avoir l’habitude, surtout à force de travailler à la Potential Home. Et puis, les jeux sociaux n’étaient pas pareils avec les jeunes, c’était un peu plus simple. Un adulte, il fallait faire la conversation, à un niveau plus soutenu, et risquer d’avoir à répondre à certaines questions personnelles.

Mais, dans le cas présent, je me sentais un peu plus serein. Je connaissais Claire Richards –et son mari, mais bon, c’était un peu moins pertinent-, et savais qu’elle était une personne patiente et compréhensive. Ce qui ne m’empêcha pas de ranger à fond mon appartement, un peu comme quand on recevait la visite d’un inspecteur des impôts. Sauf que c’était tout de même beaucoup plus agréable, dans le cas présent. Il fallait tout de même que je range toutes ces partitions qui traînaient un peu partout, jusque sous le piano et dans les toilettes. J’avais aussi été acheté des fleurs à la fleuriste du quartier pour les mettre sur la table du salon, où se trouvait également le piano à queue qui servait pour mes cours et mes répétitions.

Car il fallait bien dire qu’autrement, mon logement était assez simple et neutre. Il n’y avait pas grand-chose pour décorer, et le tout restait majoritairement utilitaire. La grande majorité de l’espace était occupé par des armoires de CD, de partitions ou de quelques livres. Un canapé, une télévision que j’utilisais uniquement pour regarder des concerts ou quelques films, le coin de Liszt, et l’endroit où je rangeais quelques instruments. Et, c’était tout. Il y avait bien quelques photos, notamment du conservatoire ou de la Potential Home. Ou encore de mes parents et de mon frère, assez récentes. J’en possédais quelques-unes avec ma sœur, mais je les gardais dans des albums, pour éviter des questions d’invités. Cela jetait toujours un froid de parler de sa jumelle décédée, aussi je préférais éviter.

Un dernier coup d’œil pour l’inspection avant l’heure du cours. Tout semblait en place, propre, normal. Au moment où la sonnette résonna en un fa dièse, je réalisais que j’aurais pu essayer de me coiffer un peu mieux. Mes cheveux résistaient toujours désespérément à toute tentative pour les dompter, à moins d’y passer des heures avec des tonnes de gel pour les plaquer en arrière. Je gardais ça pour les concerts, surtout que ça me faisait ressembler à une poupée en plastique. J’avais opté pour une simple chemise blanche et un jeans, tout ce que je portais en dehors de mes concerts. J’avais hésité à porter la tenue que m’avait confectionné Claire, mais cela aurait fait trop étrange et formel, sans doute.

J’allais donc ouvrir à mon élève, la saluant d’un hochement de tête et d’un petit sourire.

"Bonjour Claire." Pause, le temps de faire le tour de la to-do-list des obligations sociales correspondant à cette situation. "Comment allez-vous ? Et votre famille ?"

Bon, ça se passait bien. Jusque-là. Je la fis rentrer, lui proposant à boire, avant de lui montrer le chemin jusqu’au piano. Je remarquais alors que mon écureuil s’était endormi dans l’un de ses nombreux paniers, sur le piano. Pelotonné sur lui-même, il ne cilla même pas lorsqu’on approcha. Normal, quand on venait de finir un paquet de noisettes qui faisait trois fois sa taille.

"Il a l’habitude, ça ne va pas le déranger." assurai-je à Claire. Je la laissais s’installer devant le piano, alors que je prenais le siège à côté. Je ramenais une mèche rebelle derrière mon oreille, et observai ma nouvelle élève. "Alors, rappelez-moi quel niveau en solfège vous avez ? Vos expériences en musique ? Et ce que vous voudriez apprendre avec moi ?"

Autant mettre les choses directement au clair. Je pourrais prévoir mon cours en conséquence.
McGrenouille
Sphère Artistique
avatar
Messages : 73
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Synesthésie accentuée
Revenir en haut Aller en bas
Lun 9 Juil 2018 - 21:34



« Il jouait du piano debout. C'est peut-être un détail pour vous. »

Michel Berger



    L'été venant la gestion de la boutique était sensiblement différente. Les horaires changeaient pour diminuer le temps d'ouverture. Une façon de s'adapter à la fois à la fréquentation estivale et aux besoins de l'équipe. De fait, que la propriétaire du lieu, pouvait ainsi réaménager son emploi du temps. Même prendre un peu de congé quand la relève était sur place. Claire avait autant besoin de passer une partie des vacances scolaires avec ses enfants, que de profiter de leur absence en compagnie de sa moitié.

    C'était une période propice pour reprendre des activités personnelles. Des choses qui devaient être mise de côté pendant l'année. Comme par exemple tout ce qui avait attrait à ses activités personnelles. La photo et la musique étaient en tête de liste. Elle avait reprit contact avec Sebastian MacGregor l'un des collègues de Lewis pour relancer l'idée de prendre des cours de piano avec lui.

    Andy et Élise étaient à Flow depuis quelques jours. Colm était allé à Londres passer une semaine chez son oncle. Leur père avait une émission à boucler pour la radio. Charadh pouvait se rendre chez le musicien l'esprit tranquille. Elle avait prit son VTT et avait choisi l'itinéraire pour profiter du bord du fleuve. Elle était arrivée en avance à proximité de l'habitation et avait fait le tour du quartier. Elle avait ainsi déniché une petite librairie dans laquelle elle avait acheté des polars et des romans d'amour.

    « Bonjour Sebastian. » Lui répondait-elle alors qu'elle entrait dans le patio. Le sourire qu'elle avait au visage prenait une teinte bienveillante. Elle avait vu cet artiste évoluer dans son atelier aussi se doutait-elle quel effort celui lui demandait de la recevoir. « Tout le monde va bien. Ils profitent du soleil à la campagne ! Lewis vous passe le bonjour. » Sur les conseils de Grimm Claire ne lançait pas immédiatement l'idée qu'il vienne partager un repas chez eux. Elle s'avançait en lui renvoyant la question. Elle posait un grand sac sur un espace libre sur une table et sortait un plat en verre rectangulaire, qui contenait un crumble aux cerises. « Je vous ait fait un crumble. Il est aux cerises. Vous aimez ça ? »

    Une fois la question sucrée résolue, la blonde sortait un passe vue du fond du sac et allait jusqu'au piano. Son regard émeraude se plissait en découvrant le rongeur en pleine sieste. Au moins n'était elle pas dépaysée de chez elle. La demeure des Richards était une maison du bonheur des grandes et des petites bêtes. En plus d'une vieille chienne, d'un chat, d'une tortue de deux poissons rouges et de tous les piafs blessés, ils avaient maintenant un rat.

    « Comment est-ce qu'il s'appelle ? »

    Charadh se retenait d'aller caresser le dos de l'écureuil. Elle plaquait sa robe contre ses cuisses arrières avant de prendre place devant l'instrument à corde. Ses pieds se posaient à proximité des pédales. Elle caressait le clavier des yeux avant de porter son regard sur le jeune prodige.

    « Un peu moins de deux ans pendant les cours à l'université. J'avais deux heures par semaine. J'ai validé de niveau 1 de solfège. J'ai essayé de passer le 2 il y a 8 ans. Mais ça n'a pas marché. » C'était à l'époque où elle était tombée enceinte des derniers. La grossesse multiple lui avait demandé de l'énergie très tôt. « J'essaye de rejouer de temps en temps mais... j'ai perdu toute la technique. »

    Pour ce qui était de la dernière question... La réponse se matérialisait par ce passe vue qu'elle avait amené. Il contenait les partitions des morceaux qu'elle avait travaillé. Ils étaient classés de façon chronologique et ensuite par nom de compositeur et quand le cas se présentait par niveau de difficulté. Le panel était large. Il y avait du classique et du contemporain.

    « Pour que vous puissiez vous faire une idée.» Disait-elle en lui offrant le document. « En fait, j’aimerais être capable de jouer un morceau en particulier... d'ici octobre. » Carène Chevalier, adorait la musique de Claude Debussy. Claire s'était toujours dit qu'un jour elle arriverait à lui jouer son morceau préféré. « Vous connaissez les Arabesques ?» La partition était l'une des plus annotées du cahier.
Charadh
Sphère Economique
avatar

Messages : 267
Etat Civil : Mariée à Lewis Richards
Pouvoirs : Soin
Revenir en haut Aller en bas
Mar 28 Aoû 2018 - 21:13
Toutes les craintes que j’avais encore pu avoir s’évanouirent en voyant le sourire bienveillant de ma nouvelle élève. C’était fou comme des muscles pouvaient changer complètement un visage, et apaiser les autres. Surtout quelqu’un comme moi. Mais tout chez Claire Richards respirait la gentillesse et l’équilibre. Pas que je pense qu’elle n’avait aucun souci dans sa vie, tout le monde en avait. Mais elle avait cet aura tranquille qui laissait dire qu’elle savait profiter de la vie et d’accueillir ce qui venait, quoi que ce soit. Comme par exemple, un cours de piano avec un homme plus jeune et un peu plus bizarre. Mais cela ne la dérangeait pas, visiblement. Et d’un autre côté, j’étais un bon musicien et un bon professeur, elle avait donc fait un choix logique.

Je hochais la tête. La vie de famille, ça me ramenait à loin. Et ma famille n’était pas vraiment du genre à partir à la campagne, ou très rarement. Ce qui m’allait aussi, vu qu’il me fallait toujours un piano et que ça ne se trouvait pas à chaque coin de rue. Mais nous avions eu quelques moments ensemble tout de même, et encore aujourd’hui. Mais sans ma sœur, ça n’avait jamais été la même chose qu’auparavant.

"Qu’ils n’oublient pas la crème solaire, ça peut taper fort. Et c’est gentil de la part de Lewis. Vous lui retournerez les salutations, si c’est possible ?" Peut-être que c’était étrange comme situation, c’était mon collègue, et j’étais le professeur de sa femme. Mais le connaissant, ce n’était sûrement pas le cas. Il était comme sa femme, ouvert et tolérant. Qui s’étaient bien trouvés. Mes yeux s’allumèrent un peu en voyant le dessert être sorti, et mes yeux passèrent du plat à mon interlocutrice. "J’adore ça, merci beaucoup. Il ne fallait pas, mais si vous voulez me payez comme ça…"

Cela méritait réflexion. Et je préférais clairement à manger que des bouts de papier. Et c’était aussi le cas de mon écureuil, que Claire découvrait endormi sur le piano.

"Liszt. Comme le pianiste et compositeur. Vous connaissez ?"

Mon originalité n’allait pas très loin. Ceci étant dit, nous n’étions pas là pour discuter de lui, mais pour prendre une leçon de piano. Je m’installais à côté de mon élève, commençant par lui poser des questions pour juger de son niveau. Histoire de pouvoir personnaliser les cours. Je hochais doucement la tête au fur et à mesure de ses explications.

"Vous avez les bases, donc. Vous savez toujours lire les partitions, donc ? Et la technique va revenir, avec un peu de pratique, et quelques exercices." Je pris un cahier où était noté son nom, et y pris quelques notes. "Vous arrivez encore à faire des gammes ? Et au niveau du rythme ? Et de l’agilité des doigts ?"

Suivant comment, il y avait différents moyens d’exercer ce qui était nécessaire à la pratique du piano. Même si le principal restait les morceaux. Et justement, Claire me sortit ses anciennes partitions. Je les pris, et les examinais avec soin.

"C’est très varié. Vous aviez bien avancé. Cela devrait revenir assez vite." J’observais plus en détails les Arabesques, essayant de déchiffrer les annotations. "Bien sûr. Ce sera un très bon morceau pour exercer la fluidité du mouvement. Comme le titre le suggère, des arabesques." Je posais la partition du premier, et en pointait quelques endroits. "La main gauche fait souvent des montées et des descentes, et la main droite aussi, mais la mélodie s’en dégage également. Il faut donc l’accentuer. Vous seriez capable de me jouer les premières mesures ? Lentement ? Les mains doivent avoir un mouvement léger."

Je lui montrais, plus haut sur le clavier. C’était à peine si mes doigts touchaient le piano, aériens et souples. Pour savoir si ce morceau était faisable d’ici octobre, je devais me faire une meilleure idée du jeu de mon élève. Mais hypothétiquement, c’était possible. Le morceau était répétitif dans sa forme, et d’une complexité adapté pour le niveau d’un élève qui avait déjà joué.
McGrenouille
Sphère Artistique
avatar
Messages : 73
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Synesthésie accentuée
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 30 Aoû 2018 - 14:21



« Il jouait du piano debout. C'est peut-être un détail pour vous. »

Michel Berger



    L'appartement du musicien était charmant, agréable à vivre. Charadh s'y sentait bien. Elle était plutôt sensible à ce genre de choses. Elle croyait au fait que les objets dégageaient des ondes. Son regard vert se posait de nouveau sur le jeune homme. Il lui faisait penser à Colm. Ces façons un peu décalées d'agir, de parler, l'attendrissait.

    « Oui, je le ferais. Il est content de savoir que c'est vous qui allez me donner des cours. » Grimm avait été un peu surprit. Mais comme elle il appréciait cet artiste un peu en dehors des normes.

    Claire était heureuse que son idée fonctionne. La cuisine était une activité qui lui plaisait beaucoup. Elle manquait seulement cruellement de temps pour pouvoir en faire autant qu'elle l'aurait aimé. Maintenant que les deux derniers étaient scolarisés à la PH il y avait un peu moins d'occasions de faire des petits atelier de cuisine ensemble. Mais, elle s'était promis de reprendre la liste de ces recettes étrangères, qu'elle avait goûté pendant son long périple de jeunesse.

    « Hahaha vous êtes gourmand ! Je peux faire les deux. Vous payer et vous faire des gâteaux. J'ai quelques recettes phares. » D'ailleurs, elle n'arrivait pas les mains vides. Il fallait qu'elle ait fait quelque-chose. Elle ne savait pas faire autrement.

    Un animal de compagnie original qui, lui aussi, attendrissait la fileuse. La Française observait un petit peu le rongeur. Dans la maison des Richards toutes sortes de bêtes étaient venues passer un séjour réparateur. Élise et Andrew revenaient régulièrement avec des animaux blessés. Il fallait alors déployer toutes leurs ressources pour sauver l'animal. Malheureusement, il arrivait que ça ne soit pas suffisant. Dans le petit bois, où ils promenaient souvent la chienne, avait émergé un petit cimetière.

    « Un petit peu... il a fait... Campaniles je crois ? »

    Claire observait le piano en répondant à son professeur. Sébastien avait des belles mains enlevées. Des mains qui étaient faites pour la musique. Les gestes étaient empli de délicatesse et même de grâce. Il lui rappelait parfois ceux des danseuses de ballet. L'art dans toutes ses expressions avait un charme fascinant pour cette créatrice.

    « Le décryptage me prend un peu de temps. Mais après j'ai une bonne mémoire donc ça aide. »

    Ils allaient avoir du travail. Si le métier de costumière avait bien appris quelque-chose à cette femme, c'était la patience et la détermination. La couture demandait énormément de pratique. Les erreurs étaient nombreuses. Il fallait parfois, défaire un travail de plusieurs heures, pour reprendre un mauvais calcul. La musique avait en elle le même genre d’exigence.

    « Mmm, j'ai essayé d'en faire il y a quelques jours pour me préparer à aujourd'hui... ce n'était pas fameux. » Elle levait la main droite pour élancer un mouvement. « Ma dextérité n'est pas mauvaise, grâce au travail. »

    L'optimiste du jeune artiste était agréable à attendre. Madame Richards se fiait à son jugement. Elle savait qu'elle avait besoin d'un guide bienveillant. Elle avait su qu'en demandant de l'aide à MacGregor l'exercice serait fait sur mesure.

    « J'espère que vous avez raison oui !! » Claire tendait son dos pour être bien droite. « D'accord. » Ses yeux scrutaient les premières lignes de la partition. « Essayons pour voir ! »

    Le pouce gauche effleurait une touche sur le clavier. La vibration sonore résonnait dans la pièce pour très vite être suivies d'autres. Les doigts de la fileuse cherchaient les notes. La gesticulation se faisait petit à petit plus rapide. Les fausses notes brisaient les lignes fluides. La grande blonde s'arrêtait au bout d'une page.

    « Je bloque sur ce passage. C'est bien une croche ? » Demandait-elle tout en simulant un geste au-dessus du clavier.
Charadh
Sphère Economique
avatar

Messages : 267
Etat Civil : Mariée à Lewis Richards
Pouvoirs : Soin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: Southside :: Autres lieux-