Pourquoi le ciel pleure ?

 :: Édimbourg :: New Town :: Autres lieux Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 19 Juin 2018 - 10:49
OCEANE
Prénom Nom : Emma Rivers
GROUPE : Habitants
SPHERE : Savoir
AGE : 22 ans
ETAT CIVIL : ici
PROFESSION : Institutrice
POUVOIRS : Régénération au contact de l'eau, respiration aquatique, contrôle de l'eau
ETAT DE SANTE : Excellente
LIENS : ici



- Les enfants, dîtes bonjour à Madeline, qui a eu la gentillesse de nous rendre visite. C'est une scientifique qui analyse la météo. Cette science s'appelle la météorologie. Vous pourrez lui poser des questions en levant la main, après son exposé. Je compte sur vous pour l'écouter sagement.

Tous les regards des petits chérubins se posèrent sur la jeune femme. Ils étaient extraordinairement sages pour leur âge de 7 à 8 ans. Leur maîtresse Emma avait un don pour les captiver. Elle avait rarement besoin de lever la voix pour se faire respecter.

Elle était contente que son amie ait accepté de venir à sa classe faire ce petit exposé sur la météorologie. Elle avait pris l'habitude de faire ce genre de rencontres avec les enfants, la dernière en date étant avec celle de Kevin sur ses travaux au Muséum.

Après l'exposé de Madeline, les questions fusèrent, preuve que les enfants étaient très intéressés sur ce sujet. Une des questions "Pourquoi le ciel pleure" déclencha un petit fou rire dans la classe. Il eut aussi des questions plus sérieuses sur les catastrophes naturelles que subissent les Arches.

La clochette retentit à l'extérieur, signe que les cours de l'après-midi étaient terminés. Les enfants applaudirent l'intervention de Madeline, avant de déguerpir avec leur cartable sur l'épaule.

- Un grand merci Madeline pour ta visite. Les enfants ont adoré. Tu es douée avec eux. Alors quoi de neuf ?

Madeline n'eut pas le temps de répondre car quelqu'un venait de frapper à la porte. Un jeune homme rentra. Il avait le regard pétillant et un sourire sincère de gentillesse. Il présenta ses excuses, prenant conscience qu'il avait interrompu une conversation.

- Mais non Kevin tu ne nous déranges pas. Tu peux rentrer. Je te présente Madeline, une amie , qui a eu la gentillesse de venir comme toi faire un exposé aux enfants sur le sujet de la météorologie. Et Madeline, je te présente Kevin, mon ami, qui lui est historien et traducteur au National Muséum.

Les joues d'Emma prirent un ton pourpre en parlant de Kevin. Il n'y avait des signes qui ne trompent pas entre les deux, notamment qu'il y avait quelque chose de plus fort que l'amitié entre eux. Pourtant, aucune embrassade ou geste d'affectation. Etrange ? Tout était dans le regard, le sourire, la respiration...

- Madeline, tu nous accompagnes boire un petit verre ? Il y a une petite cafétéria sympa en bas de la rue.








Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 516
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Mar 26 Juin 2018 - 0:33
Emma m'avait contacté quelques jours plus tôt. Je lui avais évidemment dit que j'étais de retour à Edimbourg. C'était une de mes plus ancienne amie, après tout. Et malgré le fait que je donnais des nouvelles clairement sporadiquement, parce que je voyais rarement l'utilité de parler d'un quotidien banal, on avait réussi à ne pas se perdre de vue pendant mes trois ans à New Victoria. Un miracle, dirait ma mère. Elle n'a peut-être pas tord.

Au détour de la conversation, elle m'avait demandé si j'acceptais de venir dans sa classe, faire un exposé à ses petits. Je pense qu'elle avait dû m'entendre rougir au travers du téléphone. Je n'avais rien dit pendant quelques secondes, puis finit par donner mon accord. Je me voyais mal lui dire non, malgré le fait que je n'étais clairement pas à l'aise devant une foule. Enfin, celle-ci serait composée d'enfants, qui, même s'ils possédaient dix fois plus d'attentions que les adultes, n'avaient en revanche pas les connaissances pour juger de mes compétences. Ça avait un côté rassurant. Enfin. Il allait quand même que j'adapte mon discours à des enfants, et ça, ça n'allait pas être si simple. J'avais un peu du mal à me plier à cet exercice, de manière générale. Je ne savais pas expliquer. Enfin, ce n'était pas tout à fait vrai. Je ne savais pas expliquer quelque chose à des néophytes. Parler avec des collègues au courant des dernières théories, et pour qui les mathématiques ressemblaient à des tableaux couverts de symboles, et pas seulement des additions et des soustractions, ça, je savais faire.

Enfin. Maman m'avait aidé. Elle était douée pour ça. Alors, le jour venu, je me suis plantée devant une classe de gamins sages comme des images, qui levaient tous leurs yeux avides vers moi. Au moins trente yeux qui me regardaient. Respire, Madeline. Tout va bien se passer.

Et, de fait, je crois que je m'en suis bien sortie. Même avec les questions, que je redoutais un peu. J'avais bien précisé que je n'étais encore qu'étudiante, mais je crois que les petits se foutent de détails comme ça. C'était étonnant, la lucidité qu'ils peuvent avoir sur certains sujets, en fait. Un peu effrayant, aussi. J'avais fait du mieux que je pouvais, a force de schémas pas trop compliqués dessiné à la craie sur le tableau noir.

Mais, si fascinante que je leur paraisse sur le coup, ils déguerpirent rapidement quand la fin de l'école sonna. Je pousse quand même un soupir de soulagement. J'essuie consciencieusement mes mains pleines de craies sur mon jean tout en souriant à Emma, m'apprêtant à lui répondre, quand un coup sur la porte retentit. Et entre un jeune homme poli comme il faut. Mon amie fait les présentations, et je lui fais un signe de main, avec un petit sourire. J'suis pas trop contact physique, de manière générale.

Un ami, hein... Mais je connais Emma, depuis le temps. Et si j'avais, par le plus grand des hasards, manqué la rougeur sur ses joues, le prénom "Kévin" me disait quelque chose. Elle m'en avait parlé, quelque fois. C'est marrant, je pensais qu'ils seraient ensemble maintenant. Toujours pas. Enfin, ça les regarde. Mais je ne peux empêcher de glisser un petit sourire à l'institutrice. Je réponds, assez enthousiaste:


- Volontiers. On a du temps à rattraper. Et puis ça me permettra d'en apprendre plus sur Kévin.


*** Elle s'était retenu de dire "le fameux Kévin". Peut-être que son amie ne s'en rendrait pas compte, mais difficile de me le cacher à moi. Après tout, je connais sa voix par coeur. C'est la mienne, de temps en temps. Mais pour l'heure, je me contente de rôder, loin d'elle et de sa vie. On voit plus de choses sous cette forme. Notamment l'amour naissant entre ces deux jeunes gens. Ils étaient si évidents. Oh, je ne parlais pas de langage corporel. Mais de liens, invisibles à l'oeil nu, qui se tissaient entre eux. Je voyais ces choses-là. Après tout, j'étais au delà de la déesse de l'eau, une déesse nourricière, et une femme de plus de 3000 ans. Je sentais ces choses-là.

J'appréciais Emma. C'était une jeune fille assez discrète, mais loin d'être bête, et avec un don qui avait éveillé mon intérêt. Ses pouvoirs étaient directement liés à l'eau, et je me prenais parfois à penser à ce qu'elle aurait pu devenir, si c'était en elle que je m'étais incarnée.

Je regarde Madeline les regarder, et je sais ce qu'il se passe sous son crâne tondu. Connaître Kévin... Certes, mais pas que. Elle est curieuse. De ce qui les pousse à rester à distance, alors qu'il semblerait assez clair qu'ils se plaisent. Elle allait les mettre, en toute innocence, sur la plaque de son microscope et les observer, pour les comprendre. Parce que c'est ce que Madeline fait.
***


Je rassemble mes quelques affaires et prends la brosse pour effacer le tableau. Puis, mon sac sur l'épaule, et ma veste à la main, je suis Emma et Kévin jusqu'à sortir de l'école.

Une fois dans la rue, je lance à mon amie :


- Au fait,Em', t'as le bonjour de Maman.

Maman, en français, c'était Charlotte. Gaby, c'était Mom. Le petit truc que mes interlocuteurs finissaient par deviner, quand je parlais d'elles.

On a atterri rapidement dans le petit café au coin de la rue, et choisi la banquette près de la fenêtre. Prenant l'air de rien une chaise pour poser mes affaires, et l'autre pour moi, je les ais laisser s'asseoir sur la banquette, l'un à côté de l'autre. J'ai fouillé un moment dans mon sac, pour y piocher mon portefeuille.


- Vous prenez quoi? C'est pour moi.
Siren
Sphère Savoir
avatar

Messages : 28
Revenir en haut Aller en bas
Ven 29 Juin 2018 - 21:33
OCEANE
Prénom Nom : Emma Rivers
GROUPE : Habitants
SPHERE : Savoir
AGE : 22 ans
ETAT CIVIL : ici
PROFESSION : Institutrice
POUVOIRS : Régénération au contact de l'eau, respiration aquatique, contrôle de l'eau
ETAT DE SANTE : Excellente
LIENS : ici



- Ah chouette tu lui feras un gros bisou à ta maman. Mes parents me manquent, tu sais. J'aimerai bien les faire venir jusqu'ici . Moi
je prendrais bien une citronnade. Et toi Kevin, tu as perdu ta langue ? Madeline , t'impressionne tant que cela ? Oh pardon...Que je suis bête parfois...Kevin a perdu récemment son père, une tragédie...Tu dois penser à lui.


Emma venait de comprendre trop tard que l'évocation de leurs parents avait forcément conduit Kevin à penser à son père récemment décédé. Elle se retint de le prendre dans ses bras pour le réconforter.

- Ca va Kevin ?




Kevin la rassura finalement d'un grand sourire à fendre les coeurs. Comment pouvait il lui reprocher de parler de ses parents ? Au contraire, il aimerait tout savoir d'elle. Mais, il remarqua qu'elle savait lire en lui comme dans un livre ouvert. Comment avait elle deviné qu'il avait pensé à ses parents ? Peut être qu'une question de logique.

- Madeline, je suis très heureux de faire ta rencontre. Une citronnade bonne idée, ça me rappellera la Sicile. Ne vous privez pas de parler de votre famille. Je suis heureux de vous voir heureux. Et puis je suis curieux d'en savoir plus sur toi et ton amie. Mais avant, je préfère tout de suite aller droit au but pour éviter toute maladresse de ma part qui pourrait Madeline vous heurter. Je souffre d'haptophobie, une phobie du contact physique, d'autant que lorsque je touche quelqu'un je peux lire les pensées de celui-ci. C'est incontrôlable et je n'aime pas cela. J'essaie de me soigner...Mais bon je ne suis pas là pour vous raconter ma vie...Si je comprends bien, on forme un trio américain à Édimbourg. Cette ville ne laisse personne indifférente.

Kevin sentit son portable vibrer dans sa poche de sa veste en cuir. Il hésita à décrocher mais Emma lui jeta un regard d'approbation. Il présenta ses excuses pour s'absenter quelques minutes dehors, laissant les deux amies seules. En effet, cet appel était important. Le serveur vint apporter leurs boissons.


OCEANE
Prénom Nom : Emma Rivers
GROUPE : Habitants
SPHERE : Savoir
AGE : 22 ans
ETAT CIVIL : ici
PROFESSION : Institutrice
POUVOIRS : Régénération au contact de l'eau, respiration aquatique, contrôle de l'eau
ETAT DE SANTE : Excellente
LIENS : ici



- Je n'ai jamais vu un garçon aussi gentil et courageux. Ah si les hommes étaient tous comme lui, notre monde s'en porterait mieux... Alors raconte moi ta vie. Je veux tout savoir ! Je suis trop contente que tu sois là

Emma s'approcha de son amie pour la serrer très fort dans ses bras. Aucun doute sur la sincérité de son amitié.

- Tu m'as trop manquée !





Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 516
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Sam 7 Juil 2018 - 22:44
Je souris quand mon amie me parle de ses parents. Je sais ce que c’est. Au moins un peu. En trois ans et demie, je ne suis rentrée que trois fois. Et une fois, mes parents sont venues me rejoindre à New Victoria, pour fêter mon anniversaire. Un coup de Juno, ça, elle avait réussi à organiser ça tout en révisant ses partiels de Master. Une déesse. Tout ça pour dire que Mom et Maman m’avaient manqué. Enormément. Tout comme June me manquait, actuellement. Alors…

Je me contente de regarder Emma et Kevin tour à tour lorsqu’ils annoncent le décès du père du jeune homme. Sans rien dire. Je ne sais pas trop si ça me concerne, ni ce que je pourrais ajouter. Ni même s’il est bien à l’aise avec le fait que je sois au courant, à vrai dire. Et puis… il s’en fout, des condoléances d’une inconnue, non ? Je ne connaissais pas son paternel, pas plus que je ne le connais lui. Et j’ai pas l’impression d’être à ma place à exprimer des mots dénués de sens, juste parce qu’une convention sociale le veut. Je suis assez nulle avec les conventions sociales. Pas mon truc. J’essaie, mais je me plante régulièrement. Alors à force, j’évite…

Je fais juste une petite grimace, laissant à Em’ le soin de voir si son ami à besoin de soutien. Mais il n’a pas l’air de nous en vouloir. Tant mieux. Enfin, je suppose que si ça avait été quelqu’un d’autre qu’Emma, le pardon aurait peut-être été accordé un peu moins vite. Il avait l’air de sincèrement tenir à elle. Qu’est-ce qui les retient ?

Mes yeux bruns se posent vers le jeune homme quand il s’adresse à moi. J’ai un air un peu gênée, contrebalancé par un sourire sincère, et ma main passe dans mes cheveux tondus, comme à chaque fois que je ne suis pas tout à fait à l’aise. Il à l’air très à l’aise avec plein de trucs, lui. Jamais je balancerais mon don à une inconnue, moi. Pas moyen. Mais s’il est si ouvert que ça, tant mieux, au fond. Il faut un type comme ça à Em’.


- Euh, si tu veux bien, tutoie-moi, d’accord ? Et tu peux m’appeler Maddie, si tu veux. Ouais, je sais ce que c’est l’haptophobie. On a cru que je l'étais, gamine. Je… Ecoute, t’en fais pas pour moi, ok ? Sois comme t’es. C’est pour ça, je pense, qu’Emma t’apprécie, alors… Je me vexerais pas.

Je me dandine d’un pied à l’autre, et décide de couper court, en allant commander nos boissons. Deux citronnades, tiens, ils allaient bien ensemble. Pour moi, ça sera thé glacé. On se serait retrouvé une heure plus tard, j’aurais sans doute pris une bière, mais là… J’voulais pas passer pour une alcoolo à côté d’eux.


*** Madeline et cette peur d’être jugée. Même par sa famille, même par ses amis. Et surtout par les inconnus. Le jour où elle s’en affranchirait, elle deviendrait invincible. Pas pour tout de suite, encore. Elle est jeune. Elle apprendra à se détacher du regard des autres. Il le faudra, où elle n’avancera jamais. Et elle a trop de potentiel pour que je le permette. Je la regarde revenir à la table, et j’hocherais la tête avec indulgence si je possédais une enveloppe charnelle. ***

Je retourne me poser sur ma chaise et reprends, pour corriger un détail important pour moi.


- A vrai dire, je suis d’Edimbourg. J’étais partie à New Victoria pour mes études, uniquement.

Être née en Louisiane ne veut rien dire. Je ne me souviens pas de mes parents biologiques, et à peine de la rivière qui, à ce qu’on m’a dit, passait derrière la cabane où j’ai vécu mes trois premières années, et dans laquelle je suis tombée. Ma vie a commencé à Edimbourg, en arrivant avec mes mères. Avant, je ne faisais qu’attendre d’éclore.


- Tu es d’où, en Amérique ? T’es arrivé ici y’a longtemps ?

Il n’a pas le temps de répondre que son téléphone l’interrompt. Vache, ce type était tellement poli qu’il hésitait même à décrocher son téléphone en présence d’autres personnes. Impressionnant. Suspect, même, dirait ma June. Mais elle adorait chercher des conspirations et en construire, juste pour prouver que ça ne serait pas si dur. Pour moi, Emma fait confiance à ce mec. Alors, ça me va. Juste, si un jour il lui fait du mal intentionnellement, je lui pète les rotules à coup de batte de baseball. J’dis ça, j’dis rien, hein. Et surtout, je dis rien. Mon amie a pas besoin de savoir que je menace déjà son –espérons- futur copain dans ma tête.

Je lui fais un vague signe de tête alors qu’il s’éloigne, et laisse un sourire goguenard s’étendre sur mes lèvres quand ma pote lui tire un portrait vachement élogieux. Je lui rends son étreinte. Elle fait partie des gens avec qui le contact est presque facile. Ils sont pas si nombreux.


- A moi aussi !

Je dégage doucement une mèche de cheveux de devant son visage et hausse les épaules.


*** Je sourirais, si j'avais les lèvres pour le faire. Emma avait été, non pas le premier amour de Maddie, mais sa première…attirance. Nul doute qu’elle avait découvert l’amour avec Juno, et c’était à vrai dire parfait : sa copine était la femme qu’il lui fallait. J’espérais que les deux s’en rendaient compte… Mais Emma avait été la première amie… proche de mon hôtesse. Et pour Madeline, il y avait eu un mélange de sentiments divers et variés. Et assez ambigu, à vrai dire. Oh, elle ne lui avait jamais avoué. Principalement parce qu’elle ne se l’était pas vraiment avoué elle-même. Mais au final, quelle importance ? C’était mieux comme ça. Emma lui aurait brisé le cœur, bien involontairement, et c’était la dernière chose dont Maddie avait besoin durant son adolescence, déjà bien tumultueuse. Mais tout ça, c’était du passé. ***

- Boh, ma vie, tu sais… Ce que je t’ai déjà dit. Je commence mon Master en septembre, et Juno va peut-être venir un moment pendant l’été. J’aimerais bien. Ha si ! J’ai eu un stage chez Feuerbach Corporation. Ça m’occupera un peu. Puis, je vais essayer de contacter le Directeur de la PH, voir s’il veut bien échanger une chambre là-bas contre de l’assistanat en cours de Sciences pour les étudiants. J’adore Maman et Mom, mais après avoir été indépendante, c’est un peu dur de retourner chez elles. Mais et toi, quoi de neuf ?

Je prends le temps de vérifier si Kevin n’est pas dans le coin, ni en train de revenir, pour rajouter, avec un petit sourire, et à voix basse.

- Enfin, à part le fameux Kevin. Tu lui as dis, que tu craquais totalement pour lui ?

Je lui fais un clin d’œil.
Siren
Sphère Savoir
avatar

Messages : 28
Revenir en haut Aller en bas
Dim 8 Juil 2018 - 0:09
OCEANE
Prénom Nom : Emma Rivers
GROUPE : Habitants
SPHERE : Savoir
AGE : 22 ans
ETAT CIVIL : ici
PROFESSION : Institutrice
POUVOIRS : Régénération au contact de l'eau, respiration aquatique, contrôle de l'eau
ETAT DE SANTE : Excellente
LIENS : ici



Lorsque Madeline posa la question à Emma au sujet de sa relation avec Kevin, ses joues devinrent rouge tomate. C'était une jeune femme plus que timide.

- Ça se voit tant que cela que j'éprouve de forts sentiments à son égard ? Tu sais pour moi c'est une première. Je n'ai jamais connu l'amour. Je suis dans un chemin inconnu et j'ai un peu peur. C'est une relation en plus qui sera compliquée avec Kevin. Un garçon classique aurait déjà essayé de m'embrasser dix fois. Avec Kevin et sa phobie... il n'y a jamais un geste déplacé. En plus, tu ne le connais pas encore mais tu verras par toi même qu'il n'est comme les autres. Il est né dans l'Arche de la Fédération des Etats Unis. comme moi. Encore enfant, il s'est exilé à Édimbourg après la mort de ses parents. Je ne vais pas tout te raconter sur leur mort mais j'ai cru comprendre que ce n'était un accident. Ils ont été victimes d'une organisation anti prodige. D'ailleurs, j'ai peur qu'il arrive un jour la même chose à mes parents. Ils m'ont exilé ici d'ailleurs à cause de cela pour que je sois en sécurité, depuis que mes pouvoirs se sont révélés...

Elle chcuchota la dernière phrase puis marqua un temps de silence, dévoilant son inquiétude de ce qu'il se passe dans son pays.

- Et là il vient de perdre son père adoptif, assassiné lui aussi. Cela a fait la une des journaux. Quand le sort s'acharne sur quelqu'un...Bon faut que j'arrête de parler de lui, tu n'es pas là pour écouter mes histoires de coeur ! J'adore mon boulot et les enfants. Je ne veux pas me vanter mais le feeling passe bien. Bon, il y a encore un truc qui me manque et je pense que je vais me remettre à la natation. Peut être pas la compétition, comme dans ma jeunesse. Mais au moins pour le plaisir. Ah tiens, revoilà Kevin !




Kevin revint à sa place.

- Désolé pour cet interlude téléphonique. C'était la PH. Un prof malade rien de grave. Je vais devoir le remplacer, mais bon c'est loin d'être une corvée, j'adore le faire. J'aurai aimé être enseignant comme Emma mais vu que je n'ai aucun diplôme. Après j'aime bien mon boulot de traducteur et d'assistant au National Museum. Et toi Maddie, tu as des projets ici ?
Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 516
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Dim 15 Juil 2018 - 19:45
Si ça se voit? Elle plaisante, là? Je commence à sourire, prête à la rejoindre dans un éclat de rire. Mais elle non. Elle est sérieuse. Ça me désarçonne, et c'est en haussant un sourcil que je réponds. Son choix de vocabulaire me fait sourire. Aussi sérieux l'un que l'autre. Ils étaient fait pour s'entendre, je suppose.

- Comme le nez au milieu de la figure. Honnêtement.

J'écoute cependant le reste de sa tirade et quelques grimaces ou froncements de nez ponctuent ses mots.

- Un mec qui a pas de gestes déplacés... C'est plutôt une bonne chose, non? Et s'il est pas comme "les autres", si les autres sont une bande de queutards égoïstes, perso, j'trouve ça plutôt bien aussi.
Et si tu veux... plus, parle-lui. T'as rien à perdre.

Bon, ça n'était pas tout à fait exact. Elle pourrait le perdre lui. S'il n'était pas aussi mordu qu'elle.

- Tu l'intéresse aussi, Em'. C'est flagrant.

J'hausse les épaules et sourit aimablement au jeune homme qui vient nous apporter nos consommations. M'emparant de mon verre de thé glacé, je mordille la paille, tout en réfléchissant.


- Il a pas l'air d'avoir de chance, ton mec.

*** Gaffe dans 3 secondes. 2...1...***

- Y'a tellement d'assassinats autour de lui... il a pas intérêt à te porter la poisse.

Je rougis aussi sec, comprenant mon manque de tact au moment même ou mes mots franchissent mes lèvres. Voilà. C'est exactement pour ce genre de choses que je m'abstiens au maximum de toute interaction avec des êtres humains. Pas sûre qu'Emma apprécie ma réflexion. Ce n'était même pas un trait d'humour, en plus, juste une réflexion basée sur une hypothèse mathématique. Si B,C et D, fréquentant A, trouvent une mort violente et criminelle, de quoi à besoin E pour survivre? Bien sûr, on était pas loin du sophisme mathématique, mais... Je grimace et marmonne:

- Désolée. J'aurais pas dû dire ça.

Maman me disait souvient que je ne pouvais pas envisager les gens comme les variables d'une équation. Même si ça ne me paraissait pas toujours logique.
Je change de sujet, espérant qu'elle pardonnera ma bourde.


- Les enfants ont l'air de t'apprécier, ouais. Puis tu as l'air douée avec eux. C'est cool d'avoir trouvé ta passion.

Son ami revient et se rassied, et je lui offre un demi-sourire, la paille écrasée entre mes lèvres, le verre glacé entre mes mains.

- Ben qu'est-ce qui t'empêche de passer le concours? J'suis sûre qu'Em' serait d'accord pour te filer un coup de main. Et si t'as besoin d'un bachelor, pourquoi tu t'inscris pas à la Fac? Si t'es assistant à la PH et au musée, c'est qu'à priori, les connaissances, tu les as, non?

Une fois de plus, je me mêle de ce qui ne me regarde pas. Après tout, Kevin a peut-être plein de raisons qui l'empêchent de poursuivre des études. Des raisons auxquels moi, foutu golem sans empathie, je ne pense pas forcément. J'aspire une gorgée de thé glacée. Faudrait que j'apprenne à la fermer, des fois. J'hoche la tête à sa dernière question.

- J'entame un Master en Climatologie en double cursus avec un Bachelor en Maths en septembre. Et je teste l'assistanat pour Mrs. Kent à la PH, si j'arrive à tout cumuler. Et je commence un stage dans quelques jours...

Des projets, j'en avais plein. Mais peut-être que les balancer comme ça à un type qui paraissait vouloir faire des études sans pouvoir, ça n'était pas poli..? Je commence à avoir mal à la tête. C'est compliqué, de bien se conduire...
Siren
Sphère Savoir
avatar

Messages : 28
Revenir en haut Aller en bas
Sam 11 Aoû 2018 - 9:51
Kevin écouta l'amie d'Emma avec la plus grande attention, tout en buvant doucement sa boisson. Son visage était toujours aussi avenant et amical. Parfois son regard se perdait dans celui d'Emma, provoquant une petite rougeur sur les joues de la jeune femme.

- C'est vrai que je pourrais passer des diplômes en candidature libre. Sans me vanter, j'en ai les capacités. J'ai eu le meilleur professeur d'histoire qu'il soit : mon père. Je vais y réfléchir. Merci beaucoup Madeline pour éclairer ma lanterne. Remarque, j'ai bien peur d'avoir en ce moment un emploi du temps déjà très surchargé avec mes travaux de traduction au National Museum, mes cours à la PH et ma préparation pour le spectacle de danse. Et je dois aussi garder du temps à consacrer à Emma...

Emma et Kevin se jetèrent un regard très complice. La jeune femme ne savait plus cacher son émotion lorsqu'elle entendit cette dernière phrase, démontrant que si elle en doutant que Kevin tenait beaucoup à elle. Kevin embraya sur un autre sujet car lui aussi était trop pudique pour continuer sur cette voie.


- Madeline, nous allons être amenés plus souvent à nous voir alors si tu intègres la PH. Je connais bien Catherine Kent. C'est une femme exceptionnelle, autant par ses connaissances et que par sa personne. Je l'admire beaucoup. Tu vas beaucoup apprendre à ses côtés. Moi, je suis à la fois élève et assistant à la House Social. Je suis les cours donnés par mon ami James à la section réservée aux télépathes. Il est exceptionnel. Je crois que cela fait deux fois que je dis le mot "exceptionnel", mais tu comprendras quand tu auras intégré l'institut.

Dehors, le temps ensoleillé fut plus qu'éphémère. L'ombre de nuages couvrait la rue, annonciatrice d'une forte pluie. En effet, dans la minute qui suit, une averse se déclencha. Les badauds se réfugièrent là où ils pouvaient.

- Je crois que le ciel pleure. Je ne sais pas pourquoi la plupart des gens détestent la pluie. Moi je trouve cela beau et puis c'est la vie....Madeline, est ce que tu aimes la cuisine italienne ? Car j'aimerai vous inviter un soir toutes les deux à dîner. Ça nous laisserait plus de temps pour discuter.

Emma applaudit à cette proposition et lança un regard à Madeline , du genre tu ne peux pas me refuser cela. Elle reprit Kevin, en ajoutant que Madeline pouvait aussi venir avec une autre personne, ce qui l'air de rien était une façon de savoir si elle avait quelqu'un dans sa vie actuellement.

Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 516
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Dim 2 Sep 2018 - 18:47
J’avoue que je me sentais un peu de trop. Probablement que ça n’aurait pas été le cas si j’avais été quelqu’un d’autre que moi. Probablement. Je mettais régulièrement mes soucis sociaux sur le compte de mon manque d’aptitudes sociales, justement. Ça paraissait logique, et j’aimais tout ce qui était logique. Pourtant, les deux m’écoutaient, me regardaient avec attention. Mais il y avait ces petits regards qu’ils posaient l’un sur l’autre. Quelques secondes, trois fois rien. Mais c’était suffisant pour voir ces sentiments qui existaient entre eux, naturels. Evidents. Je ne comprenais pas pourquoi ils n’avaient pas encore agi en conséquence. Il devait y avoir une variable que je ne connaissais pas, ou que je ne prenais pas en compte, parce qu’elle ne me paraissait pas pertinente. A moi. J’avais parfois du mal à réfléchir à la place des autres. A penser comme eux, plutôt.

Je me demande si Juno et moi, on est comme ça, parfois.


*** Oh, oui. Juno était du genre « particulier » elle aussi. Pas tout à fait dans le même style que Madeline, mais tout de même. Elles avaient parfois des moments bien particuliers, ou elles partaient dans des plaisanteries scientifiques qui ne faisaient rire qu’elles, et que bien souvent, leur entourage ne comprenait pas. Ils avaient appris à faire avec, au fil du temps. Et au-delà de ça, ces deux-là avaient une manière de se regarder. Comme si rien d’autre n’existaient, que ce qu’elles voyaient l’une dans l’autre. Comme tous les gens qui s’aimaient d’un amour sincère. ***

Je fais un petit sourire et hausse les épaules.


- J’avoue que lorsqu’il est question d’apprendre, j’ai du mal à mesurer et à me laisser du temps pour autre chose que mes études. En tous cas, oui, ça ne coûte rien d’y réfléchir.

C’était même quelque chose de très sain, à mon avis. Réfléchir ne faisait jamais de mal. Je rebondis sur quelque chose qui m’avait interpellée dans sa dernière phrase.

- Alors tu es danseur, du coup ? Ou ça ? Et par hasard, tu ne connaîtrais pas une bonne école, quelque part en ville ?

J’avais commencé la danse pendant ma première année de Bachelor. J’étais curieuse sur cette pratique à la fois sportive et artistique. Et m’étais dit que peut-être, ça pouvait être un moyen de m’exprimer, sans parler. Une manière de vaincre ma timidité. Le classique demandait trop de grâce, les danses latines, une sensualité naturelle que je n’avais définitivement pas, le hip-hop, un charisme qui me manquait. J’avais fini par jeter mon dévolu sur la danse contemporaine. J’y avais trouvé mon compte, et constaté une progression, certes encore minime pour qui ne me connaissait pas, dans ma manière de gérer mon corps et ma personne. Quant à savoir si j'aurais le temps de poursuivre mes efforts, cette année...

Le sujet retourne sur la PH, et je souris en hochant poliment la tête, lorsque Kevin décrit Mrs. Kent.


- Je suis d’accord. Elle a été ma prof pendant mes 7 années d’études à la PH, et prof principale pendant deux ans. C’est elle qui m’a proposé de travailler avec elle. J’ai une sacrée chance. Elle m’a aussi proposé d’appuyer ma candidature au Bachelor de Mathématique de l’Université. J’espère qu’elle pourra m’enseigner, bon, pas ses connaissances théoriques puisque son domaine d’étude me concerne moins, mais au moins sa pédagogie. Elle a toujours été une excellente prof, et tout le monde l’appréciait, à l’école.
J’ai hâte de retrouver le campus et mes anciens profs.


Une hâte qui se disputait à celle de commencer mon stage chez Feuerbach. Cela serait à coup sûr enrichissant, même si j’avais conscience de travailler pour les « méchants ». J’aurais préféré une boîte écolo ou éthique, au moins. De l’humanitaire, peut-être, dans l’idée. Mais ceux-là avaient pour la plupart trouvés leur bonheur, puisque je m’y étais attelée un peu tard, et puis… je trouverais probablement d’autres avantages à travailler pour une corporation. Je regarde à mon tour la pluie qui tombe, et aussitôt, dans mon cerveau, se font les connexions neuronales en arbre, caractéristiques de ma façon de penser. Je pense cycle de l’eau, recyclage, barrage, électricité, tempête, pouvoir… Heureusement, Kevin reprend la parole, me permettant de me réancrer dans la réalité. Il réutilise la phrase, par coïncidence, que le petit de la classe d’Emma avait utilisé.

- Euh, oui. Tu cuisines aussi ?

Je lance un petit regard amusé à mon amie, l’air de dire « tu t’es dégotté un type parfait pour toi. » Le regard que me lances Em’ me fait flancher. Je ne suis pas toujours à l’aise dans ce genre de situation… Espérons que ça ne soit pas un dîner formel, même si, au fond, je doute que l’un et l’autres s’embarrassent de cérémonie. L’invitation à amener quelqu’un à ce dîner me fit sourire. Emma était mon amie. Je lui avais forcément parlé de Juno, que j’avais rencontré peu après elle, d’autant que nous avions habité ensemble ces deux dernières années. Peut-être n’avait-elle pas compris que June était ma petite amie. Je ne prenais en général pas la peine de le préciser, tant ça me semblait naturel.


- Et bien, comme je t’ai dis, Juno n’est pas certaine de pouvoir venir cet été, il y a plein de choses à prendre en compte.

*** Et puis, Juno n’était peut-être pas la personne a présenter à n’importe qui. La doctorante pouvait se montrer cynique à souhait, voire cassante sur certains sujets, et commencer par un dîner me semblait, à moi, observatrice extérieure, un peu ambitieux. Enfin, qu’ils s’arrangent entre eux.***

- Mais si elle vient à Edimbourg, je lui proposerais.
Siren
Sphère Savoir
avatar

Messages : 28
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: New Town :: Autres lieux-