Retour d'exposition

 :: Édimbourg :: Old Town :: Autres lieux Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 18 Mar 2018 - 22:37
Les talons de Léo claquaient sur le pavé de sa rue. De loin, elle avait repéré l’enseigne rassurante. La porte de l’appartement se situait juste à côté de la vitrine de la boutique. Le rideau de fer était baissé et la lumière éteinte. Tandis qu’elle sortait ses clés, Léo fit un rapide inventaire mental : elle avait nettoyé la cuisine après le gouter d’Adèle et Victor, à qui elle avait confié sa sœur pour la soirée jusqu’à ce qu’elle dorme, avait probablement passé un coup d’éponge après le repas. Le salon avait été rangé le matin même : l’appartement des Sheller était donc présentable pour des inconnus. Elle ouvrit donc la porte qui menait dans l’escalier. Elle y avait mis sous cadre quelques dessins maladroits mais enthousiastes et colorés d’Adèle, ainsi qu’une photo des trois Sheller junior réunis. En dehors de ça, il y avait juste un placard à chaussures sur le palier de la porte.

- Si vous voulez bien me suivre, indiqua t’elle en ouvrant la porte.

En mettant le pied dans le salon, un doute l’assailli. Malgré la pénombre, elle distinguait pouvait voir que les fauteuils avaient été déplacés et recouverts d’une couverture comme pour former une tente rudimentaire. Victor n’aurait jamais laissé une telle trace de désordre, cela avait dû être fait après son départ.

Adèle était encore réveillée.

Léo eut le sain réflexe d’ôter rapidement ses chaussures et d’adopter une position qui lui assurait des appuis solides au sol comme si elle s’apprêtait à réceptionner un boulet de canon, avant que la lumière s’allume brutalement et qu’une silhouette blonde surexitée se jette dans ses bras en hurlant quelque chose du genre

-Lééééééééééééééééééééééééééééééoooooooooooooooooooooooooooooooooooo !

Adèle ressemblait à sa sœur, du moins physiquement. Elle avait de grands yeux bleus et un visage rond, mais des pommettes hautes et des cheveux d’un blond plus foncé. Et surtout… un caractère très affirmé.

- Alors ? C’était comment ? Tu as vu des gens riches ? Et célèbres ? Et il était comment ton cavalier ?

La jeune fille avait les bras enroulés autours du coup de sa sœur et ses jambes autours de sa taille. Léo tentait de réajuster son envahissante sœur tout en lui faisant comprendre qu’il y avait du monde à la maison. Adèle acquiesça et tendit son pied droit en direction des invités. Cette initiative lui valut une petite tape sur les orteils, elle se décida donc à tendre une main.

- C’est mieux, confirma Léo. Puis elle se tourna vers ses invités

-Je vous en prie, installez-vous, je vais préparer le thé.


Elle se dirigeait vers la cuisine quand elle se souvint d’un détail : Adèle était toujours accrochée à elle à la manière d’un bébé Koala. Elle se racla donc la gorge et écarta les bras. Sa sœur, en grande spécialiste, se décala jusqu’à être accrochée au dos de Léo. Toujours aussi lourde, mais au moins Léo avait les bras libres. Elle sélectionna dans son placard trois tasses pendant qu’elle mettait l’eau à chauffer. De temps en temps, Adèle tendait une main pour ouvrir un placard. Elles choisirent ensemble trois thé différents : un au citron, un à la cannelle et un à la fleur d’oranger. Après avoir disposé quelques gâteaux sur une coupelle et rempli les tasses d’eau fumante, Léo revint dans le salon pour déposer sa sœur sur le canapé avant de présenter son plateau aux invités.

- Bon, ce n’est pas grand-chose comparé à l’exposition mais j’espère que ça vous plaira.

Adèle en profita pour demander encore une fois :

-Alors, c’était comment ? Racontez !

Léopoldine Sheller
Sphère Economique
avatar
Messages : 59
Etat Civil : Célibataire avec un enfant à charge
Pouvoirs : Résolution des puzzles
Revenir en haut Aller en bas
Lun 19 Mar 2018 - 19:26
Il fallait bien avouer que sans la présence de sa sœur, pas sûr que Léon aurait accepté une telle invitation. Il appréciait Léopoldine pour sa gentillesse et sa manière de parler de peinture, mais au-delà de ça, elle restait une quasi inconnue. Il sortait clairement de sa Hamster Ball de sa zone de confort et il ne put s'empêcher de chercher du courage en tentant de trouver de temps à autre le regard de Dahlia tout au long du chemin. Il resta silencieux, laissant le soin aux dames de faire la conversation alors que lui fixait un point dans le vague, ses muscles légèrement tendus. Heureusement pour lui, il avait au moins les idées claires, même s'il se posait pas mal de questions à présent quand aux événements de la soirée. Pourquoi diable avait-on arrêté le peintre ? Il avait déjà entendu dire qu'il n'était pas vraiment du côté de la loi, mais jamais les autorités n'avaient réussi à l'avoir. L'artiste se demandait ce qu'il avait bien pu faire pour se faire attraper cette fois-ci.

Arrivés dans le quartier qu'il connaissait bien, il se détendit quelque peu et suivit leur hôtesse dans l'escalier, notant au passage les différents cadres disposés ça et là. Lorsqu'elle ouvrit la porte, il lui fallut quelques secondes pour s'habituer à la pénombre juste avant que la lumière jaillisse en même temps qu'une boule d'énergie emprisonnée dans le corps d'une fillette. Cette dernière ne pouvait être que la sœur de la vendeuse au vu de la ressemblance. Une gamine curieuse qui la bombardait littéralement de questions alors que son aîné avait à peine eu le temps d'ôter ses chaussures. La scène était à la fois attendrissante et rigolote et Zephyr ne put empêcher un éclat de rire de s'échapper de sa gorge peu avant que ses joues rosissent lorsqu'il fut mentionné dans la conversation. Avait-il été un bon cavalier ? Il avait suivi tous les conseils de sa jumelle et avait été attentif à entretenir la conversation et à ne pas délaisser Léo. Cela avait-il suffi ? Il se connaissait assez pour savoir qu'il était capable de commettre des impairs en société, alors il n'était pas rassuré.

Son visage prit une expression un peu inquiète qu'il chassa rapidement en affichant un petit sourire gêné. Lorsqu'Adèle lui présenta son pied, il ne comprit pas très bien ce qu'elle attendait de lui, mais cela se clarifia lorsqu'elle se fit gentiment réprimander et qu'elle lui tendit sa main. Il la serra en se présentant, un peu plus à l'aise et regarda les Sheller partir vers la cuisine avant de jeter un regard amusé à sa jumelle. Sur l'invitation de Léo, il s'installa sur le canapé et attendit sagement en observant la pièce avec attention. La cabane improvisée le ramena à ses propres souvenirs lorsque, avec Ava, ils en bâtissaient de semblables dans la salle de jeux de l'orphelinat ou dans leur chambre. Ils pouvaient passer des heures là-dessous à discuter et à rêver, coupés du monde, à l'abri. Il adorait se retrouver ainsi, caché au regard de tous mais pouvant les observer par un interstice dans les draps. Il essayait de les comprendre et d'assimiler des connaissances sur les conventions sociales avec la précieuse aide de sa sœur de cœur qui prenait toujours le temps de répondre à ses interrogations.

Son sourire s'agrandit alors qu'il se remémorait ses instants passés et il accueillit les sœurs avec un regard doux et détendu. Il avait ôté sa veste qu'il avait déposé sur le dossier du canapé et retroussé ses manches pour se sentir plus à son aise, étant donné qu'il n'était pas un habitué des smokings. Il était réellement attendri par leur complicité qui faisait plaisir à voir et il prit la parole d'une voix qui se voulait rassurante.


- Oh c'est parfait, merci beaucoup.

Il attendit que tout le monde soit installé avant de choisir le thé à la fleur d'oranger et le laissa infuser en lançant un regard à Adèle qui repartait à la charge. Il ne savait pas trop quoi répondre et il se doutait bien que de toute manière, la fillette souhaitait entendre le récit de sa sœur. De toute façon, il n'aurait certainement pas eu le tact d'omettre certains détails comme l'arrestation de l'homme mis à l'honneur durant cette soirée. Autant il pouvait être la discrétion incarnée, surtout lorsqu'il partait en mission pour l'Organisation XIII, autant il pouvait parfois mettre les pieds dans le plat. Lequel, ça il ne l'avait jamais compris, mais il saisissait ce que l'expression voulait dire. Il préférait laisser le soin à Léopoldine d'assouvir la curiosité de sa cadette et entamer les délicieux biscuits à la place. Après les efforts que lui avait demandé ce vernissage, il n'était pas mécontent de se retrouver au calme et de partager cette collation en bonne compagnie. Il était toujours ravi d'avoir Dahlia auprès de lui et il se surprit à véritablement apprécier la présence de sa cavalière.
Zephyr
Sphère Artistique
avatar

Messages : 89
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Dissociation de molécules - Asymbolie à la douleur


Revenir en haut Aller en bas
Mar 27 Mar 2018 - 22:05
Malgré les étranges événements auxquels nous venions d’assister à ce vernissage, la soirée n’était pas encore terminée pour nous. Ce n’était pas prévu, mais je me retrouvais à suivre mon frère et sa cavalière pour boire un thé chez cette dernière. Changement de plan qui n’était pas pour me déplaire, et me permettrait de faire davantage connaissance avec cette Leopoldine. Léon semblait l’apprécier et elle donnait l’impression d’être une personne tout à fait charmante. Aussi, je ne me faisais pas trop de souci, au contraire, j’étais ravie de pouvoir retrouver une ambiance plus calme et intime après ce vernissage bondé. Souriante, j’avais donc entretenu la conversation durant le trajet, croisant de temps à autre le regard de mon frère pour essayer de le rassurer.

Nous avions survécu à un une réception remplie de requins et une arrestation musclée ; qu’est-ce qui pouvait nous arriver de pire ce soir ? Suivant la jeune femme, j’eus le temps de jeter un bref coup d’œil à la devanture du fameux magasin de puzzle qu’elle tenait. C’était original, et un peu intriguant également. Tout comme ce qui entourait la cavalière de mon frère. A l’instar de Léon, je remarquais les différents cadres et dessins dans l’escalier, parvenant à situer notre hôtesse sur les photos. D’autres membres de la famille se trouvaient à ses côtés, selon toute vraisemblance.

"Merci beaucoup de nous recevoir." dis-je en inclinant légèrement la tête avant d’entrer suite à son invitation.

Cependant, quelque chose semblait ne pas aller. Léopoldine se figea d’un seul coup, et je m’apprêtais à être aux aguets lorsqu’une forme inconnue vint la percuter de plein fouet. Je remarquais alors la tente rudimentaire, avant d’entendre la voix et de remarquer la tignasse blonde qui s’agitait désormais dans les bras de notre hôtesse. Deux sœurs, j’en étais presque certaine. Je me détendis légèrement, observant ce curieux spectacle avec un léger sourire. La nouvelle posait tout un tas de questions à sa sœur, tout en s’accrochant à elle comme à un arbre. Je remarquais alors la gêne de mon jumeau, et lui donnai un léger coup de coude et un sourire rassurant. Tout allait bien se passer.

A sa suite, je serrai la main de l’enfant avec un sourire.

"Dahlia, enchantée. Je suis la sœur de Léon."

Léopoldine repartit ensuite en direction de la cuisine, Adèle sur le dos. Je tournai la tête vers mon frère, partageant son sourire.

"Je ne sais pas si je serais capable de te porter comme ça." dis-je avec amusement. "Mais elles ont l’air de très bien s’entendre."

Le suivant et selon l’invitation de notre hôtesse, je m’assis aux côtés de mon frère, en profitant pour détailler un peu le salon. Mon regard tomba sur Léon, et je remarquais qu’il semblait plus détendu, ce qui me rassura. Très vite, les deux sœurs revinrent avec du thé et des biscuits.

"C’est vraiment parfait." confirmai-je avec un sourire reconnaissant. "Beaucoup mieux que là-bas, c’est certain."

Il n’y avait pas photo. Je choisis le thé à la cannelle, alors qu’Adèle nous interrogeait sur le déroulement de la soirée. Je jetais un coup d’œil à mon frère, puis à Léopoldine, avant de répondre avec un sourire :

"C’était… mouvementé. Et il y avait beaucoup de monde. Mais Léopoldine et Léon ont eu l’air de bien apprécier les peintures. Ils pourront peut-être nous apprendre des choses là-dessus ?" J’attrapais un biscuit, et me tournai vers les deux intéressés, un petit air malicieux dans le regard. Puis, je me concentrais à nouveau sur Adèle : "Tu aurais aimé venir ? Pourtant, ta cabane a l’air très bien aussi. Bien plus confortable."
Persona
Sphère Artistique
avatar
Messages : 157
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : /
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 12 Avr 2018 - 23:29
Léo avait déposé son plateau et s’était installée sur un fauteuil face à ses invités. Enfin un instant de répit.
Qui ne dura que quelques secondes.

Vivre avec Adèle, c’était vivre avec une bombe à retardement. Un peu comme dans ces récits d’aventure où le héros découvre un engin explosif avec un minuteur qui affiche quelques secondes seulement. Sauf que, pour le héros, une fois la bombe désamorcée, l’angoisse pouvait disparaitre et on revenait à une situation calme. Léo, elle, avait l’impression de désamorcer des bombes plusieurs fois par jour. Et, en démineur aguerri, elle voyait poindre le début d’une explosion dont Adèle avait le secret. Déjà, la jeune fille s’était tue. Chez Adèle, c’était signe de sommeil ou de catastrophe imminente. Ensuite, elle avait dévisagé sans discrétion aucune la sœur de Leon avec une certaine insistance.

Très vite, Léo avait compris le danger imminent. Sa sœur avait reconnu Dahlila, c’était évident. D’une seconde à l’autre, elle allait exploser : cela donnerait un feu d’artifice de questions, entrecoupées de hurlements divers le tout saupoudré de sursauts et sautillements hystériques. Léo redressa légèrement son dos, prête à intervenir en cas de débordement.

Et le miracle eut lieu. C’est-à-dire rien. Pas de sautillement, pas de hurlement juste :

- Moi c’est Adèle, je suis la petite sœur de Léo. Il parait que ça se voit et qu’on se ressemble un peu.

Franchement, c’était d’une étonnante sobriété, pour Adèle. Léo aurait pu mettre ça sur le compte de la fatigue, mais son instinct lui disait qu’il y avait autre chose derrière cette docilité toute nouvelle. Il faudrait qu’elle creuse ça. En attendant, elle tendit la soucoupe à Leon en lui adressant un petit sourire puis à sa sœur. Ils étaient vraiment sympathique tous les deux. Pendant ce temps, Adèle poursuivait, avec certes une pointe d’excitation dans la voix, mais pas autant qu’on aurait pu attendre d’elle :

- J’ai fait ça quand Victor est parti, je voulais attendre Léo et lui faire une surprise.


Elle ajouta à l’attention de Leon :

-Victor c’est notre grand frère.

Elle désignait du doigt une photo où on les voyait tous les trois, Adèle était au centre, à cheval sur un genou de Léo et un de Victor. Si les aînés affichaient un sourire mesuré mais franc, Adèle affichait fièrement toutes ses dents. Léo eut une bouffée de tendresse devant cette photo. Adèle ajouta :

-Je ne sais pas trop, moi je préfère la danse, mais ma sœur adore la peinture !

D’où sortait cette poussée d’enthousiasme ? Et pourquoi Adèle avait l’air de s’adresser à Leon ? Léo préférait ne pas savoir ce qui se tramait dans la tête de sa petite sœur. Elle reprit la conversation en main et s’empressa de ramener sur la table le sujet de l’exposition.

-L’exposition était très belle, les peintures étaient grandes, tu aurais bien aimé, je t’ai ramené un flyers avec des reproductions ! Il y a eu une animation avec des danseurs, c’était très agréable.

Hors de question de parler de l’incident devant Adèle. On en parlerait peut-être dans les médias mais pas question de l’exposer à ce genre de récit, elle était encore trop jeune et trop sensible, même si elle pensait probablement l’inverse. Pour l'instant, on s'en tiendrait au récit de l'agréable soirée. Et il était vrai que Léo avait passé une excellente soirée, en compagnie d'un cavalier très gentil. Il avait réussi à la mettre à l'aise, ce qui relevait franchement de l'exploit et, en discutant avec lui, elle avait presque réussit à faire abstraction du cadre impressionnant auquel elle était si peu habituée.

- Il y avait même le président et son époux, ils étaient très élégants.


- Toi aussi, tu étais très jolie !
répliqua Adèle. Elle se tourna encore une fois vers le pauvre Leon, sa cible privilégiée pour le moment, comme si elle attendait une réaction. Léo passa par toutes les nuances entre le vert pâle et le blanc translucide. Elle n’aimait pas du tout la tournure des choses. Quand Adèle avait une idée dans le crâne, elle allait en général jusqu’au bout et tant pis pour les conséquences…Elle n’aurait jamais dû les ramener chez elle. Personne n'était jamais vraiment prêt à faire face à Adèle.
Léopoldine Sheller
Sphère Economique
avatar
Messages : 59
Etat Civil : Célibataire avec un enfant à charge
Pouvoirs : Résolution des puzzles
Revenir en haut Aller en bas
Sam 14 Avr 2018 - 21:29
Ce que Leon appréciait particulièrement avec sa sœur, c'était sa capacité à le rassurer d'un simple regard mais aussi à le faire gentiment sortir de sa bulle, toujours avec bienveillance. Comme au mariage de son amie Lotte par exemple ou lors de cette exposition à laquelle il avait accepté de se rendre en sachant qu'elle serait là. L'avoir à ses côtés à présent, plaisantant sur le fait qu'elle serait incapable de reproduire les acrobaties des Sheller avec lui, l'apaisait au plus haut point. Il ne put s'empêcher de rire en imaginant la scène avant de s'asseoir et d'attendre avec patience le retour de leurs hôtes. Bien qu'il ait les idées claires et les muscles un peu plus relâchés, il fut content qu'elle continue à entretenir la conversation et accepta avec un sourire timide la tasse que lui tendait Léopoldine, en prenant bien soin toutefois de faire en sorte que leurs mains ne se frôlent pas. Il n'était pas friand de contacts physiques, aussi minimes soient-ils, avec des gens qui ne faisaient pas parti de ses proches.

Cependant il aurait préféré ce petit désagrément plutôt que de subir la taquinerie de Dahlia qui n'hésita pas une seule seconde à renvoyer la balle de la discussion dans son camp. Il faillit s'étouffer avec un biscuit et fut prit d'une violente quinte de toux qu'il dut calmer à grand renfort de thé brûlant, ce qui n'arrangea pas grande chose à vrai dire. Son visage vira au cramoisi et après avoir relevé la tête un instant pour dégager sa trachée, il lança un regard paniqué à sa sœur avant d'essuyer les larmes que la toux avait provoqué. Il avait à peine entendu les questions qu'elle avait posé à Adèle mais il entendit les réponses enjouées de la fillette qui avait au préalable confirmé ce que les jumeaux avaient deviné, à savoir qu'elle et Léo faisaient bel et bien partie de la même fratrie. Tout comme le dénommé Victor qu'elle lui désigna sur une jolie photo de famille posée non loin. Leon, toujours incapable de parler avec sa gorge irritée hocha la tête en souriant en guise de réponse et écouta l'aînée des filles Sheller raconter leur soirée.

Au vu de son intérêt visiblement peu marqué pour la peinture, il n'était pas sûr que la petite fille aurait apprécié l'événement. Cependant la danse improvisée l'aurait sûrement émerveillé à n'en pas douter. Surtout s'il s'agissait là de son domaine de prédilection comme elle venait de le leur apprendre. Zephyr essayait de se concentrer là-dessus, sur leur soirée, sur la peinture, s'il s'en tenait à ça, il pourrait reprendre contenance pour de bon. Cependant il avait soudainement chaud, peut-être était-ce dû au thé ou au manque d'air, il n'aurait su le dire. Il se passa une main dans les cheveux en lançant un regard furtif, mi-furieux, mi-implorant à sa jumelle, un regard empli de questions. Pourquoi diable avaient-ils accepté de venir ici ? Pourquoi l'avait-elle poussée à reprendre le flambeau de la conversation ? Pourquoi avait-il si chaud bon sang ! Il devait prendre du recul et se calmer. Après tout, il était entouré de personnes qu'il appréciait et qui n'étaient pas de complètes étrangères, non ?

La compagnie de Léopoldine s'était avérée très agréable et sa cadette dégageait une énergie et une curiosité propre aux enfants de son âge qui mettait généralement l'artiste à l'aise. D'autant plus qu'elle s'était adressé directement à lui à plusieurs reprises, comme si elle se sentait en confiance. L'idée même qu'elle puisse avoir une toute autre motivation en tête n'effleura pas Leon même lorsqu'elle se tourna vers lui après avoir fait un joli compliment à sa sœur. Il lui fit un large sourire sans pour autant pouvoir empêcher ses joues de rosir à nouveau. Il ne comprenait pas pourquoi elle le prenait ainsi à parti lui et non pas Dahlia par exemple. Peut-être parce que c'était lui son cavalier ? En tous les cas, il sentait le regard d'Adèle qui ne le lâchait pas et il avait dans l'idée qu'il ne le ferait pas tant qu'il n'aurait pas donné de réponse satisfaisante. Il se décida donc à prendre la parole après un petit raclement de gorge.


- C'est vrai oui.

Est-ce qu'il trouvait sa partenaire jolie ? Il posa son regard sur Léo qui était soudain devenue pâle. Malgré ça, la réponse était oui. Elle avait un visage harmonieux et une expression douce qu'il trouvait plaisante, bien qu'à cet instant elle ait plus l'air paniquée qu'autre chose. C'était pour cette raison qu'il n'en avait pas dit plus. Ils se ressemblaient sur beaucoup de points, il l'avait compris au fil de la soirée, et il ne souhaitait pas la mettre dans l'embarras. Il prit donc sur lui de changer de conversation afin de les sortir de cette situation gênante dans laquelle leur sœur respective avait trouvé amusant de les jeter.

- Le thé et les biscuits sont délicieux. Ils sont faits maison ?

D'accord, ce n'était peut-être pas très original, cependant il fallait noter le progrès qu'il venait de faire. Il avait détourné l'attention, tout du moins il avait essayé, en la concentrant sur lui, sur ce qu'il disait. Même si cela n'était pas très intéressant, ça permettait de rebondir sur autre chose. Il fallait maintenant espérer que Dahlia ne lui refasse pas un autre coup bas. Il lui lança un coup d’œil rapide en fronçant les sourcils avant de reporter son attention sur sa cavalière, attendant sagement une réponse à une question des plus banales. Voilà, rien de compliqué, rien de saugrenu, tout en simplicité. Tout pour retrouver son calme !
Zephyr
Sphère Artistique
avatar

Messages : 89
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Dissociation de molécules - Asymbolie à la douleur


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: Old Town :: Autres lieux-