Un retour inattendu - Eden

 :: Hors-Jeu :: Corbeille :: Eden "ED" Jones Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 1 Mar 2018 - 23:04
Le jour des habitués. Depuis qu’elle tenait la boutique, Léo avait remarqué que si chaque jour amenait son lot de surprises, le mardi était souvent le jour des habitués. Ils fuyaient le bruit des enfants du mercredi après-midi, les curieux du lundi et vendredi et les fournisseurs du jeudi. Le mardi était donc une journée calme, au cours de laquelle le silence régnait dans la boutique pendant que quelques habitués se concentraient sur les nouveaux modèles. Les visites étaient donc limitées mais souvent fructueuses car synonyme de nombreuses commandes. Léo réfléchissait d’ailleurs à instaurer des réunions d’habitués le mardi soir, afin qu’ils puissent échanger leurs impressions.

Elle l’avait proposé à ses parents quand ils tenaient encore la boutique mais ces derniers avaient refusé. Mais à présent que Léopoldine était seule maîtresse à bord, il était beaucoup plus facile de faire appliquer ses décisions. C’était décidé, il fallait qu’elle lance une consultation générale auprès d’habitués triés sur le volet. Il fallait qu’elle note cela, qu’elle s’écrive un rétro planning afin de s’organiser. Elle pourrait faire imprimer de jolies invitations sur papier cartonné, avec une petite énigme à l’intérieur qu’il faudrait avoir décryptée avant le rendez-vous. Elle avait d’abord songé à faire en sorte que l’énigme indique la date du rendez-vous mais elle ne souhaitait pas que qui que ce soit se sente délaissé si jamais il ou elle n’arrivait pas à décrypter l’énigme.

En attendant de réaliser ces grands projets, il fallait faire tourner la boutique, même si le fait que la clientèle soit constituée d’habitués aujourd’hui réduisait considérablement les tâches de Léo. Deux d’entre eux arpentaient la boutique, tout en admirant de loin le superbe paon qui trônait sur son socle d’honneur. D’habitude Léo n’était pas du genre à se vanter, mais elle avait fait fort. La lumière douce qui éclairait la boutique mettait en valeur les couleurs chatoyantes, l’effet soyeux du bois. Il faudrait faire mieux, la prochaine fois, plus beau, plus délicat…

- Et comment elle va la gosse ?

Léo se tourna vers son client en souriant et donna des nouvelles d’Adèle. Oui, elle était toujours aussi énergique. Oui, elle à l’école, et non, la danse c’était le mercredi et le vendredi soir après l’école. Léo en était là de sa discussion quand elle entendit la cloche sonner pour annoncer un visiteur. Elle termina d’abord sa conversation qui avait dérivé sur l’état de santé de ses parents (excellents) la réussite professionnelle de Victor (excellente) et le nouveau thé au gingembre de sa boutique préférée (exécrable), avant de se tourner vers la personne que venait d’entrer.

-Bonjour, que puis-je faire pour vous ?

Elle venait à peine de prononcer ces mots qu’elle réalisa qu’elle parlait en fait à une personne connue. Une personne qui n’avait pas mis les pieds dans la boutique depuis longtemps.

- Un visage connu, c’est un plaisir de vous revoir !


Là était l’art, il fallait souligne qu’on s’était rendu compte de l’absence de la personne, sans pour autant que cela ait des airs de reproche. L’équilibre était important, voire vital, il ne fallait surtout froisser personne !
Léopoldine Sheller
Sphère Economique
avatar
Messages : 66
Etat Civil : Célibataire avec un enfant à charge
Pouvoirs : Résolution des puzzles
Revenir en haut Aller en bas
Mer 7 Mar 2018 - 16:42
UN RETOUR INATTENDU

LEOPOLDINE




Mr Jones entamait le septième mois de désintoxication avec de sensibles améliorations. Les muscles affaiblis par la drogue et la fatigue retrouvaient du tonus. Le souffle était meilleur lui aussi. Mr Jones se réappropriait son propre corps tout en tentant de le respecter. Cependant Mr Jones avait pris des habitudes dont il peinait grandement à se défaire. Il lui arrivait donc encore régulièrement de préférer le confort du lit à la chaise d'une salle de cours. Il ne faisait aucun effort non plus pour manger ce qui était proposé au réfectoire. Mr Jones passait au Reggie au moins deux fois par semaine, pour prendre un repas à emporter.

Dépendamment de l'heure, Mr Jones allait dans un parc, au zoo, voir dans le quartier étudiant. Mr Jones avait définitivement renoncé à son petit trafic de stupéfiants le mois précédent. Une certaine connaissance du milieu lui avait permit d'éviter les ennuis en sortant du circuit. Seuls quelques anciens clients venaient parfois tenter leur chance auprès de Mr Jones. Mais Mr Jones, du jour où il avait pris la décision d'arrêter ce commerce, avait retrouvé une sorte de sérénité.

Mr Jones profitait d'un rayon de soleil pour s'attarder dans Old Town. Il avait le pas traînant d'un vagabond sans itinéraire. Un casque auditif sur la tête, Mr Jones gardait le volume au maximum, donnant à la musique un nouveau rôle. Le son, les basses, étaient maintenant un catalyseur, qui l'aidait à contenir la masse de donnée intégrée par son cerveau. Mr Jones s'aidait également en gardant une casquette qui obstruait sa vue panoramique. Cet accessoire l'aidait à minimiser les contacts visuels et donc l'activation de sa capacité.

Mr Jones avait également trouvé que les jeux de logique lui permettait de gagner en concentration. Quand il était arrivé sur l'Arche Mr Jones avait trouvé une boutique qui vendait des casse-têtes, des puzzles, fait sur mesure. Mr Jones y avait passé pas mal de son temps, dans il était encore assez conscient pour comprendre le mécanisme du jeu. Mr Jones n'y avait pas été depuis le début de sa cure. En effet, les sorties en solitaire étaient encore très ressentes dans le panorama des possibles.

Mr Jones contemplait la façade du château écossais qu'il n'avait pas encore pris la peine de visiter. Mr Jones avait avec la religion et tout ce qui s'y rapportait un rapport très ambiguë. Élevé par une mère bouddhiste et fanatique de Mister Marley, Mr Jones était plutôt un pacifiste sans Dieu, ni maître. Mr Jones mangeait l’équivalent d'une barquette de frites en déambulant en direction du carrefour où se trouvait la boutique. Mr Jones avait un petit sourire en se demandant quel thé Miss Sheller aurait sorti cette fois.

Mr Jones poussait la porte et s'engouffrait dans la boutique. Dans les endroit circoncis, clos, Mr Jones était plus rapidement confronté à des situations périlleuses. A la base de son crâne Mr Jones pouvait déjà ressentir le petit fourmillement annonciateur d'une activation du « don ». sur les conseils des pyscologues Mr Jones avait donné ses propres noms à tout ce qui entourait sa capacité. C'était ainsi que les données récoltées malgré lui étaient « des fiches ». et les individus qu'elles concernaient étaient des C.I. -Cibles involontaires-.

" B'jour ! Ouais, j'sais. J'ai... désolé. J'étais pas mal occupé. " (Éden afficha un sourire sympathique et certainement plus éveillé qu'avant.)

Mr Jones sentait la présence de l'autre client car dans un coin de son esprit une « fiche » essayait de s'imposer. Mr Jones pressait doucement sur le bouton de son MP4 pour arrêter la lecture en cours, inspirant profondément pendant le geste. Une autre des tactiques était de mettre en place des rituels pour circonscrire l'angoisse.

* Casse-toi mec, j'ai pas envie d'avoir une migraine. *


" Vous avez des nouveaux casse-têtes ? " (Éden lança un regard circulaire dans la pièce.)


Mr Jones avait en effet encore plus de mal à fixer quelqu'un dans les yeux durablement. La « fiche » de Léopoldine Sheller était déjà en train de s'afficher devant sa pupille interne. Mr Jones apprenait ainsi que la jeune femme était en assez bonne condition physique et qu'elle était elle aussi une prodige. Mr Jones ne pouvait contenir une réaction aussi franche que positive.

Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mar 10 Avr 2018 - 20:17
La question de Mr Jones fit sourire Léo. On reconnaissait bien un habitué, avide de nouveautés. Léo acquiesça et se permit, avant toute chose, de lui proposer la formule de bienvenue rituelle.

- J’ai en effet créé de nouvelles pièces, je vais vous faire faire un petit tour d’horizon. Est-ce que vous souhaitez prendre une tasse de thé ? C’est un thé fumé, un peu particulier mais le goût est vraiment agréable.

La théière fumante, ainsi que la tasse, étaient toutes prêtes. Léo désigna tout d’abord la pièce qui trônait au centre de la boutique. Le paon, sa fierté. Vu le temps qu’elle avait passé dessus, on ne pouvait pas lui en vouloir. Même si elle réfléchissait déjà à la prochaine merveille de la boutique.

-Alors, tout d’abord, dans la catégorie volume vous avez ici ma dernière réalisation. Elle est disponible en plusieurs niveaux de difficulté, mais elle demande tout de même une certaine expertise donc je pense qu’elle est dans vos cordes. Le matériel est en bois peint et les délimitations des pièces ne gâchent en rien la perspective globale à mon avis, c’est une belle pièce de décoration. J’ai apporté un soin particulier au choix de la peinture pour permettre de belles gammes de reflets avec la lumière.

Elle lui laissa le temps d’admirer la pièce, avant de se diriger vers les puzzles.

- Dans la catégorie des puzzles, j’ai un peu développé la gamme des reproductions de tableau, avec notre technique de découpage on a réussi à tenter de plus en plus d’amateurs d’arts. J’ai notamment sorti les saisons d’Arcimboldo qui sont disponibles soit séparément, soit en lot, en plusieurs tailles. Pour votre niveau, je recommande la fresque de 900 pièces. Là encore, on conserve un certain intérêt décoratif, mais surtout c’est le genre de pièce qui vous occupe pendant un bon bout de temps, croyez moi. Si vous préférez, il y a aussi les 4 séparés, chacun en 250 pièce qui pourrais vous occuper pendant un temps. Mais je ne descendrais pas en dessous au niveau du compte des pièces, vous risquez de finir ça un peu vite.

Tout en parlant, elle lui désignait les boites qui étaient bien en vue sur l’étagère. Chaque puzzle était dans une boîte en bois sur le couvercle de laquelle figurait une illustration du tableau en question. Chez les Sheller, l’emballage était presque aussi important que le produit.

- Je pense développer la gamme Arcimboldo prochainement, qu’en pensez-vous ? Ses tableaux sont vraiment propices à l’exercice. J’ai aussi de nouveaux impressionnistes, si cela vous tente.


Enfin, on s’approcha des casse-tête. Cette fois-ci, Léo décrocha du mur deux petites mallettes élégantes qu’elle ouvrit.

- Dans cette catégorie, j’ai commencé à proposer des nécessaires de voyage, disponibles pour plusieurs niveaux. Les casse-tête sont rassemblés par thème, et surtout rangé selon la difficulté. Comme ça, on s’améliore de jour en jour. Bon, si on est bloqué…


Elle avait ouvert une mallette pour montrer les modèles. Délicatement, elle découvrir une poche secrète dans la doublure. Il contenait un petit livre.

-Il y a les solutions illustrées. Avant d’y arriver, il y a plusieurs indices qui permettent de partir sur de bonnes bases et d’arriver à la solution tout seul.

Une fois la démonstration terminée, Léo revint vers son comptoir pour montrer à Mr Jones ce qui ressemblait de loin à un bloc note.

- Je vais bientôt lancer un défi : le mois mystère. Chaque dimanche, les participants viendront récupérer ici leur énigme. Ils auront une semaine pour la résoudre. Selon la vitesse et bien sûr la correction de la réponse il y aura un classement, cela vous intéresse ?

Léopoldine Sheller
Sphère Economique
avatar
Messages : 66
Etat Civil : Célibataire avec un enfant à charge
Pouvoirs : Résolution des puzzles
Revenir en haut Aller en bas
Mer 25 Avr 2018 - 11:01
UN RETOUR INATTENDU

LEOPOLDINE





Mr Jones n'était pas un amateur de thé dont il trouvait souvent le goût insipide. Mais Mr Jones faisait un effort quand il venait dans cette boutique de la demoiselle, car il savait que cela pouvait faire plaisir. Mr Jones passait le casque autour de son cou, tout en s'exerçant à repousser la pression contre son cerveau. Mr Jones profitait des distractions que lui proposait son environnement pour mettre la fonction d'analyse en second plan. Cette méthode pouvait plus ou moins fonctionné. La chance voulait que Mr Jones eu le regard attiré par la pièce en bois. De ce pas lent il entamait une rotation autour de la table centrale.

* C'te nana a un truc... *


Mr Jones scrutait la reproduction d'un visage à base de raisins et de pommes, pendant un long moment. Il tentait de se faire une impression. Ce n'était pas la première fois qu'il voyait ce genre de tableau. Sans doute Mr Jones avait-il vu ça dans un musée pendant une sortie scolaire. L'école avait été, pour ainsi dire le seul pourvoyeur de repères artistique classiques pour Mr Jones. Aucun des parents de Mr Jones ne voulait des connaissances appartenant à une classe sociale qu'ils méprisaient ouvertement.

* Comme un Mr Patate... en meilleur pour la santé. *

" Ouais c'est... coloré. " (Éden fixait un peu plus d'Hiver en cherchant à savoir ce qu'il en pensait.)


Mr Jones suivait son guide avec obéissance. Il avait une inclinaison à la passivité, qui faisait de lui un excellant second. Mr Jones écoutait le plus attentivement dont il en était capable. C'était encore un effort conscient pour lui qui avait longtemps préféré le confort de ses pensées, aux bruits de ses interlocuteurs. Mr Jones sentait ses neurones s'échauffer à l'idée d'achever tous les niveaux que contenait la mallette.

* Les vieux auront tellement la paix en bagnole haha. *

" Pour partir en vacances. " (Éden plaisantait. Il ne parlait pas en vacances. )


Mr Jones était loin de tout sentiment de compétitivité. Ce qui s'était renforcé avec l'apparition d'un don. Mr Jones ne jouait plus aux jeux vidéos depuis un moment. Ce genre d'activité induisait un stress que Mr Jones avait trop de mal à gérer sans ses substances. Mr Jones prenait le temps de considérer l'offre de la créatrice. Il savait que l'échec ici ne serait pas grave.

" Why not. J'aime bien ce genre de truc. J'peux donner un surnom plutôt ? "


Mr Jones avait toujours une préférence pour la double-identité. Cela lui apportait un certain sentiment de sécurité et de liberté. Aussi Mr Jones existait sous un nombre assez conséquent d'Alias, chacun réservé à un aspect bien spécifique de sa vie. Mr Jones était ainsi un élève sous le nom d'Edy, un prodige surnommé ED, un DJ JO, et il en avait un pour les jeux aussi.

" J'veux bien tester le 900 pièces pour voir. J'peux me poser à la table ?" (Éden achetait peut-être un peu moins qu'il testait, mais il avait déjà donné l'adresse à plus d'un pote.)


Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 17 Juin 2018 - 23:28
- Le 900 pièces ? Tout de suite.

Léo s’empressa d’aller chercher le modèle d’exposition.

-La plupart des parents qui ont emmené la mallette ont en effet eu des retours très positifs sur le fait que ça garde les enfants, et même les adultes occupés pendant un long trajet.

Tout en parlant, elle fit signe à son client de la suivre vers le fond de la boutique où se situaient les tables d’essai. Là, elle se contenta de poser la boîte sans l’ouvrir. Même si elle savait se maîtriser, elle préférait ne pas tenter le diable. Histoire d’éviter les désastres, elle avait réservé le privilège d’essayer avant d’acheter à des joueurs autonomes. L’avantage avec eux, c’est qu’ils ne risquaient pas de lui demander de l’aide. C’était le genre de client qui aimait avancer tout seul. Le plus délicat était toujours de trouver un temps juste, histoire que le client puisse apprécier la complexité du modèle sans qu’il ait trop le temps d’avancer non plus sinon elle risquait de passer à côté d’une vente.

Que voulez-vous, il fallait bien qu’elle vive, non ? Elle était commerçante, pas bénévole. Bon, dans le cas de ce client, c’était différent. La moitié du temps, au bas mot, il n’achetait pas la pièce. Mais il avait déjà transmis l’adresse à une connaissance, avait-il affirmé à Léo. Et puis au fond, il rendait un peu service à Léo en testant ses modèles, ainsi elle pouvait avoir le point de vue de ses clients. Son éventail de testeurs était un peu réduit vu qu’il était pratiquement impossible de forcer Adèle à s’assoir devant une énigme plus de 10 minutes. Victor n’avait pas le temps, il fallait alors à Léo quelqu’un de confiance. Pourquoi pas un ancien client ?

Revenons-en à nos moutons. Enfin surtout à notre tasse de thé, que Léo préparait tranquillement, tout en discutant avec son client.

- J’ai tendance à privilégier les pièces colorées pour mes puzzles, je vais bientôt faire une série Mucha d’ailleurs, je pense que ça devrait vous plaire, je prépare encore des petits séparés ou des grands thématiques, un peu comme dans ce cas, il faudra que vous veniez tester.

Elle alla déposer rapidement la tasse de thé sur la table du testeur, en prenant bien soin de ne pas regarder le puzzle sur la table. Elle crut en posant la tasse sentir le picotement familier mais heureusement, elle s’éclipsa très vite, sous prétexte de ranger l’étagère juste à côté.

- Mais si vous préférez les monochromes, les tons pastels ou plus sombres n’hésitez pas à me le dire, cela pourrait me permettre de proposer de nouveaux projets et d’étendre la gamme.

Toujours écouter les suggestions des clients. Le père de Léo était peu enclin à la faire, mais Léo avait souvent pensé que cela créait une relation de confiance entre elle et ses plus anciens clients. Ils se sentaient plus impliqués. Et puis c’était toujours bon d’avoir un retour.

- Vous pouvez vous inscrire sous pseudonyme, je devrais juste enregistrer qu’il vous correspond, si jamais vous remportez le prix je préfère être capable de me souvenir à qui le pseudonyme correspond, dit-elle en souriant.
Léopoldine Sheller
Sphère Economique
avatar
Messages : 66
Etat Civil : Célibataire avec un enfant à charge
Pouvoirs : Résolution des puzzles
Revenir en haut Aller en bas
Ven 29 Juin 2018 - 10:22
UN RETOUR INATTENDU

LEOPOLDINE





Mr Jones scrutait l’illustration sur le dessus du couvercle. Le focus était rapide. Les détails du dessin s’incrustaient dans sa pupille. Mr Jones, sans être un expert, était pourvu d’une certaine méthode. Il savait débusquer les difficultés, ce qui l’aidait à penser la façon de commencer le puzzle. Ensuite seulement Mr Jones soulevait le carton, lentement, à la façon de quelqu’un qui découvre un cadeau. Il posait le boîtier sur une chaise voisine. L’ouïe attirée par les remarques de Miss Sheller, il l’écoutait. Cette femme faisait attention à tout ce qu’il lui disait. Ce qui était plutôt agréable quand on n’en avait pas eu l’habitude.

Mr Jones adressait un sourire à la dame quand elle lui servait un thé. Une fumée blanche montait de la tasse. Les arômes arrivaient progressivement à ses narines. Une sensation de chaleur doucereuse se propageait de la base de sa nuque jusqu’à son ventre. En peu de temps Mr Jones retrouvait l’atmosphère de chez sa mère. Celui des après-midis, de fin de semaine, quand son père était absent. La mère de Mr Jones avait toujours été plus détendue sans son mari.

" Mettez… Marley. " (Eden souriait, repensant à sa conversation passée avec Mr Richards.)


Mr Jones commençait par séparer les pièces par teinte. Les piles s’amoncelaient en arc de cercle devant lui. Il trouvait ensuite les pièces qui faisaient le cadre de l’image. Ses doigts d’artiste volaient d’un monceau à l’autre. Les traits de Mr Jones étaient raidis par la concentration et le sérieux. Un silence de mort entourait alors le joueur. Il n’ouvrait plus du tout les lèvres.

Mr Jones en était à un bon tiers du cadre lorsqu’une vibration dans sa poche de jeans le prévenait de la réception d’un message. Il terminait de placer ce qu’il avait en main avant de consulter son téléphone. A la lecture du message le visage de Mr Jones se décomposait doucement. Son teint foncé devenait étrangement blanc.

" Shit. M’dame, j’ai une urgence. " (Eden attrapait le sac qui croulait au pied de la chaise.)


Le corps dégingandé de Mr Jones passait déjà la porte de la boutique. Les baskets foulaient à peine le bitume tant Mr Jones accélérait le pas. Mr Jones n’avait pas été capable de faire pareil sprint depuis des lustres. Il dévalait la rue avec une célérité telle qu’il bousculait coup sur coup deux passants. Il faisait à peine volte-face pour s’excuser tant il était préoccupé. Les frontières d’Old Town se présentaient devant lui. Mr Jones avançait directement vers le centre de la ville.

Mr Jones voyait un bus passer sous son nez. Il avait beau héler le conducteur avec une énergie de lion, l’homme n’avait pas ralenti. Mr Jones, heureusement, connaissait maintenant les raccourcis. Il coupait par un bloc d’immeubles pour accéder plus rapidement à la zone. Tout en courant, Mr Jones attrapait son téléphone pour appeler son oncle. La boîte vocale s’enclenchait instantanément, Brown avait oublié son communicateur personnel chez lui le matin même. Mr Jones hésitait à appeler l’école, mais ne le fit pas.

Mr Jones freinait des quatre fers au moment où il identifiait l’une des voitures à l’arrêt de l’autre côté de la rue. Alors l’attitude de Mr Jones changeait totalement. Il voutait le dos, jusqu’à se déplacer accroupi, dissimulé par les voitures parquées contre le trottoir où il se trouvait. Ainsi il arrivait à progresser sur une cinquantaine de mètres sans être vue du groupe rassemblé dans la ruelle. Le regard de Mr Jones épiait la zone avec une nervosité de plus en plus forte. Soudain, l’estomac de Mr Jones se soulevait jusqu’à sa poitrine. A travers les jambes de l’un des hommes il avait aperçu son copain. Le jeune était étendu, immobile, les yeux grands ouverts, une plaie béante saignait encore de son ventre. Ian était mort.

Mr Jones relevait les yeux pour tenter d’identifier le gang. Il reconnu le tatouage sur la nuque de l’un d’entre eux : les slaves.

« Tiens tiens tiens… »

Un grand roux bardé de cicatrice fixait Mr Jones à quatre mètres de là. Le temps que Mr Jones comprenne ce qui se passait une détonation, puis une seconde tonnait dans l’air. Mr Jones tombait en arrière. Les balles propageaient leur mal et avec ironie Mr Jones se rendait compte qu’il savait exactement combien de temps il avait à vivre. Ses pensées l’embarquaient de sa mère, à Riley, à Fawn, à Luke… à sa tante.

* Fait chier. *




IDENTITE : Lin-Gon XUOBO
GROUPE : VOYAGEUR
SPHERE : Economique
AGE : 43 ans
ETAT CIVIL : Marié
PROFESSION : Garde du corps, homme de main
POUVOIRS : Aucun
ETAT DE SANTE : Correct
LIENS : Protecteur de l'héritier du Samouraï, Protecteur de Riley, ancien camarade de formation de Pelletier.



L'Asiatique approchait de la civière que deux hommes s'apprêtaient à soulever. Il les arrêtait d'un geste et fixait les traits du blessé. Une fois certain de l'identité du jeune homme Xuobo collait son cellulaire à son oreille.

Une voix froide et autoritaire rétorquait.

* Qu'il vive. *

Une sirène hurlait à deux rues de la scène de crime. Le vanne était déjà en route pour l'un des repère des Lotus.





[ DERNIER POST DU PERSO ]
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 27 Aoû 2018 - 23:16
Alors ça, on ne lui avait pas fait le coup souvent. Le client venait littéralement de disparaître avant même d’être arrivé à la caisse. Techniquement, ce n’était pas la première fois que cela se produisait. Parfois, certaines personnse, après avoir longuement monopolisé l’attention de Léo, changeaient d’avis avant d’atteindre la caisse. Elles cherchaient alors le meilleur moyen de s’éloigner de la boutique sans avoir à affronter le regard de la vendeuse. Léo avait eu le loisir d’observer différentes techniques de fuite, des plus sophistiquées au simple « Si je ne te regarde pas dans les yeux, tu ne me vois pas. »

Mais ça, c’était une première, le client s’était littéralement enfuit juste après s’être inscrit au concours. Ce n’était pas comme si Léo s’attendait à lui vendre une fortune, il préférait tester et achetait rarement. C’était tout de même étrange de voir quelqu’un sortir de la boutique comme s’il avait le diable aux fesses. Léo avait à peine eu le temps de lui dire au revoir. Résultat, ses salutations étaient sorties dans le désordre et ça avait dû former un drôle de gloubiboulgua à l’arrivée.

Tant pis, elle ferait mieux la prochaine fois qu’il viendrait. Elle le reverrait très prochainement, avec le début du concours. D’ailleurs, elle avait encore quelques détails à vérifier, quelques petits accessoires à remettre en place et surtout elle voulait revoir son plan une dernière fois, histoire d’être sûre de maîtriser son emploi du temps des prochaines semaines. Le concours, c’était bien joli mais cela ne devait sous aucun prétexte perturber l’activité de la boutique. Il ne fallait surtout pas que les clients habituels ou occasionnels soient pénalises vis-à-vis des participants.

Elle retourna à l’endroit où elle avait installé « Marley » histoire de débarrasser ce qu’elle avait sorti, avant de vérifier que les rares personnes présentes n’avaient besoin de rien. Elle emmena la tasse de thé pour la nettoyer dans son petit atelier tout en réfléchissant. Elle trouvait que l’avantage des tâche ménagères était qu’elles permettaient de se concentrer sur autre chose pendant qu’on les faisait. Enfin, quand on était Adèle, il valait mieux éviter de penser à autre chose. Léo avait perdu de très jolie tasses à cause d’un mouvement distrait d’Adèle.

Bref.


Tout de même, Léo espérait que son visiteur en coup de vent allait bien, Puet-être que ce coup de fil apportait des mauvaises nouvelles ? Peut-être l’un de ses proches avait-il des ennuis ? Léo espérait que non. Peut-être au contraire avait-il reçu une excellente nouvelle qu’il s’était empressé d’aller partager avec des amis ? Ou peut-être avait-il oublié un rendez-vous et avait été rappelé à l’ordre par son interlocuteur.trice.

Mais Léo n’avait pas à se mêler de ce qui en la regardait pas, c’était extrêmement mal poli. Non, elle prendrait des nouvelles la prochaine fois qu’il viendrait pour prendre l’indice, juste histoire de savoir s’il allait bien, et ce serait amplement suffisant.
Léopoldine Sheller
Sphère Economique
avatar
Messages : 66
Etat Civil : Célibataire avec un enfant à charge
Pouvoirs : Résolution des puzzles
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Hors-Jeu :: Corbeille :: Eden "ED" Jones-