Curiouser and Curiouser! [Scénario]

 :: Édimbourg :: New Town :: Dean Village :: Alice's Club Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 11 Avr 2018 - 10:38
« Je vais bien aussi. Le Harrington est prêt à entrer officiellement en service, je pars pour ma première rotation dans quelques jours. » C'était toujours plus facile pour Amelia de parler boutique quand elle était un peu nerveuse, autant dire souvent. La situation avec Fawn était compliquée, c'était un fait. Amelia devait encore se faire à cette idée, conciliant l'appartenance de son amie à un tel groupe et son respect des règles. Mais elle était au moins arrivée à une conclusion : cela ne changeait rien à leur amitié, qui resterait présente quoi qu'il arrive. Le lieutenant était déterminée à aider Fawn à surmonter tous les obstacles qui se trouveraient sur son chemin. Elle n'était pas femme à abandonner une camarade.

« L'univers a un sens de l'humour un peu étrange... Mais il n'a pas l'air si mal, derrière l'exubérance. Et ça doit être quelque chose, que de retrouver son père biologique. J'ai beau être heureuse et complète avec les parents que j'ai, je ne peux pas m'empêcher d'être curieuse... » C'était un autre point commun qui les avait rassemblées : deux filles élevées par des parents adoptifs, aux racines perdues. « Je suis contente que vous vous soyez trouvés. »

Autour d'elles, la soirée battait son plein. Un homme ailé vint s'adresser à Fawn, et Amelia rejoignit Lexy, qui lui indiqua un homme qui venait d'entrer : elle l'identifia comme un des dirigeants d'Arkadia, un certain Rackham. Puis vint le gâteau. Un excellent gâteau. Mais un gâteau très particulier. La pâtisserie n'était pas censée vous précipiter dans un puits sans fond. Ce n'était pas une manière efficace de fidéliser ses clients en tout cas. Et pour quelqu'un qui aimait autant voler, Amelia n'aimait pas du tout tomber. Comme beaucoup de monde, en fait. Cependant, cela avait plus à voir avec la perte de contrôle qu'une fin inéluctable et humide sur le pavé. Elle essayait de regarder tout autour d'elle, pour trouver Lexy et Fawn, mais peine perdue. Elle ferma les yeux. Quand elle les rouvrit, elle était à une longue table, et tous les autres invités étaient présents également. Mais...différents, non ? Ou peut-être pas.

« Dieu merci, du thé ! » fut les premiers mots qu'elle prononça. Elle avait l'impression que sa voix avait changé un peu, comme si sa prononciation était un peu changée. Elle se tapota les dents, et découvrit que ses deux dents de devant étaient allongées...oui, une sorte de dentier en plastique, du genre qu'on enfilait à Halloween pour se déguiser en vampires, mais agencées façon rongeur. Quelque chose la gênait sur le nez, et là aussi, comme un masque : un cône de carton pointu qui tenait avec une ficelle élastique, avec des fausses moustaches effilées. Le reste de sa tenue consistait en une sorte de pyjama gris, à l'arrière duquel se trouvait une queue. Bon. Une queue. Parfait. Rien d'anormal. Elle se rabattit sur le thé, se sentant aussitôt mieux. Rien de tel qu'une bonne tasse de thé pour réduire tous les maux, et pour se calmer. C'était un breuvage magique, un nectar divin. Elle ne pouvait pas s'en passer. D'autant qu'elle se sentait nerveuse, il fallait bien l'avouer. Nerveuse comme...et bien, comme une petite souris.

« Au pire, je peux toujours essayer de monter dans une tasse si on manque de se noyer... Que personne ne se mette à pleurer ! » Elle vit que Lexy était à côté d'elle, dans son propre costume. Elle lui sourit, heureuse de la savoir à ses côtés. Puis elle avisa le bout de papier dans son assiette : « Oh, une énigme ! » Amelia aimait bien les énigmes, et résistait difficilement à un défi. Du thé et des énigmes : le monde était merveilleux ! Il ne manquait plus qu'un bout de fromage...

Résumé:
 
Solaris
Sphère Militaire
avatar

Messages : 87
Etat Civil : en couple
Pouvoirs : absorbtion et projection d'énergie solaire
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 12 Avr 2018 - 12:46
Une des raisons pour laquelle James aimait tant participer à de telles occasions, c'était qu'un tel rassemblement de gens heureux de se retrouver avait de quoi faire agréablement fonctionner son empathie. C'était comme évoluer à travers un arc-en-ciel de sentiments chaleureux, les lueur d'âmes réagissant les unes aux autres comme des dauphins jouant dans l'océan. Ce kaléidoscope pouvait donner le vertige lorsqu'on n'y était pas habitué, mais il était aussi salutaire pour l'âme. C'était presque comme une occasion de recharger ses batteries dans un monde parfois cruel et souvent compliqué. Aussi était-il ravi de s'être arraché à ses responsabilités pour venir fêter l'anniversaire d'Alice. C'était quelque chose qu'il avait retrouvé lors de sa brève journée de mariage avec Barthram : il était parfois important de lâcher prise, de ne pas s'oublier dans le travail. De prendre le temps de se détendre, qui plus est en bonne compagnie. Il avait salué avec joie ses nombreux amis et connaissances réunis ce soir. Et puis il y avait la mystérieuse jeune femme du jour de l'exposition, dont il avait guéri les blessures. Il était rassurée de savoir qu'elle était à l'abri à la Potential Home, même si elle ne semblait pas entièrement ravie de la situation. Mieux valait ça qu'autre chose, cependant. Et puis il y avait chez elle quelque chose qui l'intriguait ; elle était plus que ce qu'elle voulait bien laisser paraître.

« Euh, je crois oui. Qu'on est le soir. C'était une question ? »
Il était rarement doué pour percevoir les subtilités du langage, et les banalités d'usage lui échappaient la plupart du temps. « Je suis heureux de vous revoir. En forme je veux dire. J'espère...j'espère que vous avez trouvé un peu de paix. »

Le gâteau fut délicieux, mais ses effets hautement imprévisibles. Les défenses de Castiel furent submergées, le plongeant lui aussi dans un profond sommeil. Et dans la chute. Ses ailes étaient droites dans son dos, mais ne contribuaient guère à la ralentir. Il aurait pu tenter d'en battre, mais à quoi bon ? Cette descente semblait inéluctable. On finissait toujours par atterrir. Généralement. Parfois pour prendre le thé, ce qui était une raison aussi bonne qu'une autre. Meilleure que la plupart, même. Ce n'était pas facile de boire en volant, Castiel le savait d'expérience. Le thé d'autant plus : l'altitude et les liquides bouillants ne faisaient pas bon ménage, et puis le sucre n'arrêtait pas de tomber des poches. Assis à la table avec les autres, il entreprit du coup de sucré son thé. Morceau après morceau, jusqu'à ce qu'il puisse presque planter sa cuillère dans la boisson. Il portait un costume saugrenu, entre le lion et l'aigle. Ses ailes passaient à travers des ouvertures ménagées dans le vêtement, mais il ne ressentait plus les émotions des autres. Quelque part, c'était un peu reposant.

Ce fut quelque chose d'autre qui attira toute son attention : un mot déposé dans l'assiette. Fallait-il le manger ? Généralement, c'était ce qu'on faisait des choses disposées dans les plats, non ? Mais cela ne lui paraissait pas très digeste. Il lut les mots qui s'y trouvaient, et fronça les sourcils sous le bec du costume, qui faisait office de visière. De sa main libre, il porta sa tasse à ses lèvres, tandis que de l'autre il tenait le papier. Il était confus ; enfin, plus que d'habitude. Au moins avec les gens, ils pouvaient se replier sur leurs émotions pour mieux cernier leurs intentions. Une feuille n'en avait aucune, et les mots pouvaient être plus indéchiffrables que tout. Voilà pourquoi il n'avait jamais été très doué pour les énigmes. Pourtant elles le fascinaient, exerçant chez lui un attrait considérable. Complètement concentré sur la note, il ne réalisait même pas le grabuge autour de lui, qu'il s'agisse de sa patiente d'un jour voulant décapiter une chenille, ou de celles et ceux qui s'efforçaient d'atteindre le sommet de la table géante. S'il avait fait attention, il aurait pu essayer de s'envoler. Mais il était comme hypnotisé par la devinette : un corbeau et un bureau ? Mais cela n'avait aucun sens! A ce stade, il allait bientôt falloir redémarrer le guérisseur...

Résumé:
 
Castiel
Sphère Savoir
avatar

Messages : 150
Etat Civil : célibataire
Pouvoirs : immortalité - ailes (vol) - empathie - guérison/évacuation - empreinte
Revenir en haut Aller en bas
Ven 13 Avr 2018 - 11:58
Miranda contemplait le fond de son verre, ne jetant que de temps en temps un œil au reste de la soirée. Elle n'était pas ivre, et ne comptait pas le devenir, mais autant focaliser son attention sur quelque chose de concret. Sur le comptoir, à côté de sa boisson, toute une rangée d'ombrelles en papier étaient alignées. Dinah avait réussi à lui en fournir à chaque fois une différente, ce qui amusait la blonde. Elle appréciait ce type d'effort, du genre de ceux qui vous mettent à l'aise sans pour autant forcer la conversation. En fait, elle était reconnaissante à Alice et Dinah de l'avoir toujours accueillie dans leur bar sans jamais avoir cherché à la brusquer. Voilà pourquoi elle aimait autant l'endroit. Elle pouvait se permettre d'y être elle-même. L'ennui, c'était qu'elle ne savait pas vraiment qui elle était, en-dehors de son travail à Arkadia. Éteindre son mode agent était difficile, avant tout parce qu'elle cherchait encore qui se trouvait dessous. Elle avait été faite pour servir, pour être efficace, pour être l'agent de terrain ultime. Son père n'avait jamais envisagé qu'elle aurait eu une vie en dehors de tout cela. A bien y réfléchir, elle non plus. Encore moins maintenant qu'elle en avait l'opportunité. Qu'est-ce qu'on était censé faire, quand on ne travaillait pas ? Quand il était question de vie ou de mort, les décisions étaient faciles. Au-delà de commander un cocktail, bavarder n'était pas son fort. Elle avait apprécier son échange avec Cooper, ceci dit : voilà une manière de communiquer qui lui venait naturellement. Parfois, on n'avait pas besoin de plus. Elle avisa l'arrivée de Rackham ; elle n'était pas surprise, le directeur de la Sky Division était un habitué lui aussi. Il avait une personnalité parfois trop flamboyante -et bavarde -pour elle, mais elle l'appréciait, et respectait ses capacités. Elle hocha sa tête à son attention, et leva son verre pour le saluer.

Le gâteau, voilà autre chose de concret. Déjà, on essayait généralement de ne pas parler la bouche pleine, ce qui facilitait ce détail. Avec son métabolisme, Miranda était ravie de voir que la nourriture restait un tel plaisir. Toutes les années qu'elle avait passées dans le complexe souterrain de son père, les menus variés et appétissants n'étaient pas la priorité. Tout y était conçu pour le rapide et l'efficace, des mélanges protéinés sans saveurs aux shakes du même tonneau. Une fois à l'extérieur pour de bon, la liberté de choisir ses menus avait été la plus vertigineuse dans ses implications. Percy l'avait emmenée dans le restaurant de sa sœur Agrafena, où elle avait dévoré au moins la moitié du menu. Sans se soucier de l'ordre des plats, commençant avec un milk-shake à la vanille avant de se jeter sur le poulet rôti, puis la purée de pomme de terre, la confiture maison, et le reste. Et le gâteau. Les pâtisseries étaient très vite devenues son pêché mignon, et elle avait choisi son appartement en ville en fonction de la disposition des meilleures boulangeries. Celui de ce soir était une réussite, aussi se laissa-t-elle tenter par plus d'une tranche. Jusqu'à la perte de conscience, jusqu'à la chute...

Bon, elle était assise à une longue table. Une grande table se dressait un peu plus loin, et une grande table ce n'était pas tout à fait pareil qu'une longue table. A moins que ce ne soit l'inverse. Sur la longue, il y avait du thé, et tout ce qui allait avec, ainsi qu'une collection saugrenue de costumes sur le dos des invités de la fête. Sur la grande, elle n'en avait pas la moindre idée, vu qu'elle était, et bien, vraiment grande. En parlant de costume, Miranda en était également affublée. Un costume on ne peut plus royal : une longue robe rouge, des escarpins qui l'étaient tout autant, et une petite couronne ornée de rubis. Pas son genre de garde-robe habituelle, mais ce n'était pas une soirée habituelle, alors autant jouer le jeu. Elle n'était pas habituée à un tel standing, cependant. Être la dirigeante, être la reine, ce n'était pas son genre. Elle préférait rester dans l'ombre, faire office de bras droit. Les responsabilités du commandement, elle ne savait pas si elle était prête pour elles, quoi qu'en dise le patron. Mais ce soir, elle était la reine. Ou une reine, en tout cas. Il semblait y en avoir plusieurs présentes, ce qui pouvait s'avérer compliqué, un peu comme forcer des chats à se rassembler en meute. Elle se demandait si elle devait intervenir d'un côté ou de l'autre, quand quelque chose d'autre attira son regard : des cookies, au pied de la grande table.

« Place , place ! » lança-t-elle tandis qu'elle se levait pour se diriger droit sur eux. Elle en saisit une poignée, qu'elle se mit à dévorer avec bonheur. Elle se mit à grandir, ce qui ne la perturba pas plus que ça. Les reines, ça regardait les gens de haut, non ? Elle saisit Kevin, l'écartant de l'échelle humaine. « Ce n'est pas très chevaleresque de votre part ! Donnez-nous un coup de main, plutôt ! »

Et sans attendre, elle se glissa sous la pile, soulevant tout le monde sur ses épaules, rapprochant un peu plus Alice de son but : Arkadia et ses buts, c'était bien beau, mais si on ne pouvait même pas retrouver un chat perdu, à quoi bon ?

Résumé:
 
Alpha
avatar

Messages : 31
Etat Civil : célibataire
Pouvoirs : capacités physiques améliorées, résistance mentale


Thème: Canta Per Me - Yuki Kajiura




“There’s no way things should be. There’s just what happened and what we do.” Terry Pratchett
Revenir en haut Aller en bas
Ven 13 Avr 2018 - 12:11
Libérée du fardeau de ces armes de destructions podologiques, Lexy laissa Amy s'aventurer dans le bar. La pilote avait repéré une attraction plus intéressante encore : le Karaoké ! Ni une ni deux, entre deux "Bonsoir !"guillerets et quelques bises claquées ici et là, Ace atteignit enfin l'estrade et la scène. En compagnie d'autres gens qu'elle salua chaleureusement, elle se mit donc à chanter – très faux – dans le micro sur des chansons pop ou rock. Elle s'amusait. Elle se détendait enfin complètement, un lâché-prise qui lui faisait du bien. Les vacances en famille, c'était chouette, ça faisait plaisir au cœur et renforçait les liens familiaux, mais on était aussi très bien chez soi, juste à deux. Dans sa famille à soi. Cependant, loin d'aimer rester en place, l'invitation à la soirée avait été bien accueillit dans leur foyer. Lexy profitait donc de ses dernières heures de liberté, d'insouciance, si elle osait y croire, avant la reprise du boulot et des choses sérieuses.

Boutée hors de scène, mais hilare, Lexy retrouva sa compagne dans la foule aussi aisément que le levier de vitesse de son VAP. Alors qu'elle s'assurait qu'Amy allait bien, elle avait bien aperçut et reconnu de loin ses interlocuteurs, elle en vit un autre dans la foule. Il s'agissait de Rackham, un directeur de division chez Arkadia. Ace se disait que le monde était décidément trop petit. Néanmoins, chose promise, chose du, elle souffla aux creux de l'oreille de son aimée l'identité de cet homme à la tenue extravagante, ou comme elle dirait : datée. Il prenait son métier de pirate à cœur semblait-il. Mais les deux jeunes femmes ne s'attardèrent pas sur le sujet car on leur mit une part de gâteau dans les mains et il aurait été malpoli de refuser pareille offrande. Lexy trinqua comme si elle tenait une flûte de champagne et cogna doucement sa part à celle d'Amy et en mangea un morceau.
Ace était une jeune femme dynamique, un carburateur de compèt. Mais soudainement, elle eut un énorme sentiment de déconnexion. Elle ne se souvenait même pas si elle s'était consciemment assise ou si c'était le sol qui était venu à sa rencontre. Elle sombra dans le sommeil, la tête posée sur l'épaule d'Amélia.

La pilote adorait voler. Sans l'ombre d'un doute, une nécessité comme de respirer. Mais le sentiment qui l'étreignait à cette instant était plutôt de l'ordre de la chute libre. Hors de contrôle. Rien de déplaisant en soi, mais ce n'était pas fantastique non plus. Surtout quand tout autour d'elle n'était que noir absolu. Elle aurait aimé admirer un paysage au moins, histoire de rendre le tout plus agréable.

Lorsqu'elle reprit ses sens, Lexy était à table. C'était l'heure du thé. Son moment préféré ! A ses côtés, se tenait son Amy-Souris. Ace lui sourit, on-ne-peut-plus-heureuse. Des gens parlaient à droite et à gauche, une jolie blonde voulait monter sur la grande table. Lexy n'en vit pas l'intérêt. D'autres voulaient l'aider. D'autres encore voulaient l'en empêcher. Y'avait des têtes qui demandaient à être coupées... ou à en couper d'autres, elle n'aurait su le dire proprement. Tout son attention était porté sur les biscuits cuillères qui trônaient à l'autre bout de la table.
Lexy se leva alors et remarqua sa tenue. Elle portait un chapeau haute-forme noir ciré, sous lequel ses cheveux coiffés en chignons étaient gentiment rangés. Une redingote bleu-roi en guise de veste, dont les manches étaient piquetés de plumes aux couleurs bariolées, chatoyantes, lui donnant des allures d'ailes lorsqu'elle battait des bras, recouvrait une chemise blanche avec des froufrous sur le devant. Son pantalon, bleu-roi lui aussi, s'arrêtait à mi-mollet et laissait voir sa peau nue jusqu'aux pieds, nus aussi. Et pas un poil ne s'exhibait sur ses magnifiques jambes ! Un Léger maquillage sur son visage et le tour était joué.
Lexy-Lori battit des « ailes » tout en riant et en faisant le tour de la table. Elle mit finalement la main sur l'assiette de biscuits et repartit avec s'asseoir aux côtés de sa petite souris. Elle lui donna même un baiser sur la joue, entre les deux élastiques de son masque-nez de souris. Elle posa les biscuits pour elles deux et en mangea un en sirotant son thé. Et qu'il était bon en plus ! Tout était appétissant à cette table. Le thé, les gâteaux, la petite souris. Vraiment, Lexy-Lori était aux anges.
Elle était d'ailleurs tellement occupée à picorer qu'elle ne fit même pas attention au papier dans son assiette, qui finit enterrer sous les miettes de gâteaux à thé. De toute manière, les énigmes et sa cervelle d'oiseau, ça ne faisait pas bon ménage.


Résumé:
 
Ace
Sphère Militaire
avatar

Messages : 22
Etat Civil : En couple
Pouvoirs : Légère prescience et des sens surhumains
Revenir en haut Aller en bas
Ven 13 Avr 2018 - 15:02
“ La voie entre les mondes est peuplée de merveilles, mon amie. ”

Kussi Tenobi




Sveda



L'espace se remplissait à vue d’œil. Tohum était une amatrice du grand vide, comme on le trouvait dans les déserts par exemple. Heureusement sa légère claustrophobie était tout à fait maîtrisable, quand elle était en terrain amical. Ce qui était encore facilité quand Carso et son aura bénéfique se trouvaient dans les parages.

« Bonjour Charlie ! » Reprenait la rose avec un petit sourire amusé.

Elle s'était acclimatée au tempérament de celle que Dante surnommait souvent sa « petite loutre ». Cette jeune femme était un véritable rayon de soleil. Elle était une merveille avec Samuel. Pour tout le bonheur qu'elle apportait aux siens, Sveda ne pouvait que l'en aimer davantage. Et sans s'en rendre compte, sans doute la considérait-elle comme quelqu'un de sa propre famille.

Tout comme Castiel d'ailleurs, dont la présence était une touche de couleur en plus pour la soirée. Il y avait longtemps que tant de monde ne s'était pas rassemblé. Catherine embrassait le guérisseur avec affection. Son sourire s'accentuait un peu à la remarque de celui-ci.

« Ça ne me surprend pas... S'il est trop insistant n'hésites pas à lui dire d'arrêter surtout. »

L’intéressé arrivait un temps plus tard. Ce fût avec un bonheur irrépressible que Sveda regardait ses enfants approcher d'eux. Elle les enlaçait tout les deux, chacun leur tour, avant de se reculer pour les observer. Ils étaient sains, en bonne santé, ils rayonnaient littéralement. Rien de plus ne pouvait la combler en tant que mère. Elle caressait sa fille du regard avec tendresse.

« Bonjour ma douce, je suis contente de te voir. » Pour ne pas mettre Riley mal à l'aise, elle s'avançait et parlait plus bas pour lui faire un compliment. « Tu es très belle ce soir. »

Tohum battait lentement des paupières, avec l'impression étonnante de se réveiller d'un long sommeil. Elle manquait de repères. Rien ne correspondait à ce qu'elle avait en mémoire. Tout à coup une inquiétude la pris en assaut. Elle se redressait d'un bond sur sa chaise. Ses yeux épiaient le salon de thé.

« Dant' ? » En cherchant son compagnon des yeux regard, Sveda s'avisa de l'étrangeté du lieu, et de la scène dans son ensemble. Cela lui coupait presque la chique. Voilà que tout le monde était costumé. Son tempérament cartésien était mis à rude épreuve. Par chance, elle vit Caleb non loin et se rassurait de le savoir là. L'immortel était lui aussi tombé dans le puits noir. « Où est Ava ? … Ava ? »

Par réflexe, elle baissait les yeux sur ses propres vêtements.
« Je suis la... » Sa main palpait sa taille rebondit par un surplus de tissus. Elle était dans une robe dont le motif lui rappelait vaguement des illustrations pour enfant. « Oh non, pauvre Alice... Il faut l'aider ! » S'alarmait la rose en apprenant la nouvelle de la disparition du chat !

Soudain, une jeune femme vêtue en reine-de-coeur apostrophait toute la tablée. Sveda eu un sursaut de peur avant d'oser l'observer. Elle reconnaissait la fille d’Élias Dewey, son vieil ami. Encore une fois et même déguisée, cette jeune enfant lui provoquait une sensation incompréhensible, comme si elle avait envie de la connaître et de la protéger.
« Lui couper la tête ! Mais quelle horreur ! » La répartie de la reine Angie soulageait Tohum immédiatement. Ce n'était pas très festif de décapiter les invités...

Impactée, dans sa robe, Sveda quittait son siège et prenant fermement la main de Carso, elle l'entraînait à sa suite vers le groupe qui partait en quête de Dinah. Ils n'allaient tout de même pas rester sans rien faire. Avant que Miss Lockart ne soit trop loin, Kent la héla avec énergie pour la faire patienter. Sans la force herculéenne de la jeune femme, comment allaient-ils monter.





VIKING
IDENTITE : Elias Tanit
GROUPE : Gouvernement
SPHERE : Armée
AGE : 405 ans/ 35 ans
ETAT CIVIL : Union libre
PROFESSION : Soldat
POUVOIRS : Régénération cellulaire : Elias jouie d’un héritage génétique qui empêche ses cellules de vieillir. ; Force décuplée : Elias est pourvu d'une force musculaire plus élévée que la moyenne. ; Lecture du sable : Élias peut interpréter des signes dans la nature pour donner des indications sur le futur proche.
ETAT DE SANTE : Bon
LIENS : Fils de Tohum, Frère de Riley, Aby, Kim, Samuel, Sahar. Camarade de Luke Brown Sean Miller, Ami de la PH, voisin de Kali.



Élias était le plus souvent en chemise à carreaux et jeans, tant par aisance que par flemmardise. Mais pour aller à la soirée, il avait suivi l'idée d'Ava et fait un petit effort vestimentaire. Le jeans était noir, un peu plus élégant et sur un t-shirt en V tombait une veste noire. Appréciant la fantaisie de sa sœur, il lui avait piqué un peu de cette peinture bleue, pour colorer les poils de sa barbe. Ainsi accoutré, il accompagnait le petit flocon dans le club.

« Hello les anciens ! » Fût sa façon à lui de saluer leur mère et le père de Samuel. Il leur offrait une accolade, en maîtrisant sa force, quoique peut-être un peu moins avec Caleb. Il fit la ronde des salutations, jovial et fanfaron. Un peu comme son homonyme qu'il ne manqua pas d'embrasser. Avec un grand sourire il poursuivait son chemin.

« Jimmy ! Ça va mon pote ! ? T'es venu alors ! » Tanit remarquait ainsi que l'ange était déjà lancé dans une conversation avec une jeune femme. « Oups... Salut. Désolé ! Je repasserais ! » Dit-il en glissant une œillade taquine aux deux jeunes.

Assez naturellement le Viking trouvait sa voie jusqu'à la scène mise à leur disposition. Lui aussi était très loin du talent de Sahar, son aîné. Il s'en sortait avec un basse. Il avait fait un peu de saxo. Mais surtout, il aimait chanter. Chanter des chansons paillardes, des chansons à boires, des chansons pleines de vies et de rires. Enfin, toute cette énergie débordante disparaissait au moment où notre gaillard enfournait une troisième bouchée de gâteau.

Il reprenait connaissance, alors qu'il descendait, vers un endroit inconnu. Cela ne l'effrayait pas réellement. Ce qui était un peu bizarre quand on y pense. Il attérissait dans une scène totalement burlesque. Plutôt que de se poser des questions dans tous les sens, il suivait des yeux une demoiselle-oiseau qui faisait le tour de la table, visiblement pour retrouver quelque-chose.

De son côté, il ne savait pas pourquoi, mais il avait une drôle d'envie de danser. Oui, il voulait danser un quadrille !

« Qui danse avec moi ? Ava ! On se fait un petit quadrille ? Je te montre le pas de base. » Avec un grand sourire, il lui prenait la main et l'embarquait pour une chorégraphie des plus homardesque.


Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 1088
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Lun 23 Avr 2018 - 19:04
Il y avait beaucoup de monde. Mais aussi beaucoup de choses à manger, donc ça compensait un peu. Et puis, il y avait quand même quelques visages connus vers qui je pouvais me tourner sans avoir l’impression d’être un intrus. Même si la PH était un endroit accueillant et tolérant, j’avais toujours cette impression d’être étranger à tout cela. Différent. Parce que mon cerveau ne percevait pas la réalité de la même manière. On apprenait à vivre avec, même s’y on ne s’y faisait jamais vraiment. Heureusement, tomber sur Madame Richards m’empêcha de tomber dans des pensées trop sombres.

"Je suis content également." répondis-je donc à la couturière avec sincérité, ravi également d’avoir pu l’aider. Elle avait quelque chose de doux et de très maternel qui la rendait immédiatement sympathique et de confiance. C’était la première fois de ma vie que j’envisageais de retourner plus souvent que nécessaire dans un magasin qui ne vendait pas de la nourriture ou des produits en rapports avec la musique de près ou de loin. J’hochais donc la tête. "Je viendrai alors, la semaine prochaine si je trouve un peu de temps."

Autant faire les choses bien et ne pas passer en coup de vent. Mais pour l’heure, la fête continuait et je me résignais à écouter les différentes prestations chantées sur scène. Au moins, il y avait de l’énergie et de la motivation, mais mes oreilles décelaient la moindre fausse note. J’eus cependant la présence d’esprit de ne faire aucun commentaire. Je passais un moment vers Angie et sa sœur, remarquant un de des élèves.

"Sebastian McGregor. J’enseigne la musique, parfois." J’haussais les épaules. Ce Jones avait toujours l’air un peu… dans la lune ? Et puis, je ne me démarquais pas toujours, il fallait dire, alors je pouvais comprendre qu’il ne me remette pas tout de suite.

La dégustation du gâteau fut cependant interrompue par une drôle d’expérience. Après une chute dans ce qui semblait être un terrier et qui dura de longues minutes, on se retrouva tous attablés pour un thé. J’eus à peine le temps de remarquer la drôle d’allure de chacun qu’un immense bâillement me prit. Je posais mes bras sur la table pour y reposer ma tête, en profitant au passage pour attraper des choses à manger. J’avais drôlement sommeil, mais cela ne diminuait en rien mon appétit. Je remarquais alors les drôles d’oreilles dont j’étais affublé, mais me contentais une nouvelle fois d’hausser les épaules.

Tout le monde sembla alors d’agiter pour plusieurs raisons : il fallait retrouver un chat, récupérer une clé, couper des têtes, manger une chenille… Mouais. J’allais les laisser à ces choses beaucoup trop fatigantes. Je battis tout de même la mesurer avec le pied lorsqu’un homard proposa de danser un quadrille, et remarquai alors la perplexité du griffon devant le bout de papier qui contenait une énigme.

"Tu ne vois pas la réponse ? " Nouveau bâillement. "Personne ne la connaît. C’est ça, la réponse. Parfaitement logique, non ? Reprend donc un peu de thé."

Mollement, je lui remplis sa tasse. C’était l’évidence même, pourtant, cette énigme. Mon cerveau s’embrouilla alors, et je m’endormis pour de bon, tout en continuant à taper du pied en rythme. Si j’avais pu, je me serais lové dans la théière vide, cela aurait fait un lit parfait. Loin de toute cette agitation.

Résumé:
 
McGrenouille
Sphère Artistique
avatar
Messages : 68
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Synesthésie accentuée
Revenir en haut Aller en bas
Dim 29 Avr 2018 - 12:31
Je n'avais pas la moindre idée du temps qu'avait durée la chute. L'espace d'un instant, j'ai même cru que j'avais à nouveau perdu le contrôle. L'emprise sur la réalité.

Mais non.

La chute était simplement très longue.

Je me suis demandée ce qu'il y aurait, en bas.
Et puis, je me suis demandée s'il y aurait un,« en-bas ». Et si ce n'était pas le cas, est-ce que j'allais continuer à tomber pour l'éternité. Pour les mortels, la situation était plus simple. La question ne se posait pas vraiment. Ils finiraient par vieillir et mourir. Mais pour moi. Qui ne connaîtrait ni l'un ni l'autre. A quoi allais-je passer l’éternité, en outre tomber ?
Il y avait bien, autour de moi, des objets, qui semblaient observer la même course descendante - probablement tombé là à un moment où à un autre. J'en dépassais certains, tandis que d'autres filaient encore plus rapidement.
Peut-être pourrais-je au moins réussir à me saisir d'un livre, histoire de m'occuper ?

Pendant tout ce temps, je n'ai pas pu m'empêcher de songer à ce que ma mère penserait de cela. Du fait que j'étais bêtement tombée. Pas fichue de ne pas dégringoler dans un fichu terrier.
Oh et puis zut !


L'avantage résidait dans le fait que l'arrivée s'était faite pile à l'heure du thé. Il fumait dans les théières disposées sur la grande table de banquet, entre les pâtisseries et autres petits sandwichs qui l'accompagneraient à merveille.
C'était déjà ça.

Installée entre Elias et Sveda, je constatais avec un certain soulagement que tout le monde étaient là. Visiblement, je n'étais pas la seule à être tombée dans le terrier et cela me rassurait un peu.
J'avais l'intention de me servir une tasse de breuvage mais mes ailes ne tenaient pas en place dans mon dos. A cause, principalement du dossier de la chaise. Et probablement aussi du fait que la morphologie d'un papillon n'est pas particulièrement adapté à la position assise. Chaque fois que je tentais de tendre les bras pour saisir la théière, elles se déplaçaient en haut. A droite. A gauche. Après un savant pliage qui me permettrait enfin de tendre les bras, je m'avançais pour tenter d'attraper le contenant rempli de thé parfumé. C'était sans compter sur l'agitation qui régnait autour de moi et qui me détourna ma tâche. Certains se levait pour aller chercher un chat, d'autres voulait couper des têtes (celle de mon ami Ed !) j'allais protester à cette sentence injuste mais Elias s'était levé à mes côtés, accaparant mon attention.

Ses jambes ne tenaient visiblement pas en place, ce qui était plutôt grotesque avec sa queue de homard. Il me proposait alors de danser un quadrille et bien que nous étions qu'au quart du nombre des participants de ce que voulait la tradition pour ce genre de performances, je n'y voyais pas un handicape majeur ; ils nous suffirait d'intervertir les rôles toutes les deux figures. Ou bien de ne pas danser l'été avant la poule, en intervertissant les chassés à droite et à gauche.

Aussi, je me levais d'un bon joyeux, à défaut de pouvoir véritablement voler et lui tendait une main gracile et colorée de la même teinte chatoyante que mes ailes. Commença alors une danse endiablée. D'une façon ou d'une autre, les gesticulations auxquelles nous nous adonnions me donnait l'impression que je maîtrisais parfaitement cet art du bal de salon.

Lorsque mes ailes devinrent trop lourdes d'avoir exécuter cette contredanse étrange, je délaissais mon demi-homard pour tomber sur une chaise vide, entre un Loire endormi et un Griffon. J'observais le jeune homme dont le pied battait une mesure régulière et qui semblait, dans son sommeil, vouloir entrer dans un théière, en commençant par l'oreille. S'inquiétant de la situation du pauvre bougre, je demandai à l'homme au bec d'aigle :

-Peut-être que ce serait plus confortable si la théière était vide, ne pensez-vous pas ?

Mais ce dernier semblait complètement absorbé par le papier qu'il tenait entre ses doigts, dans une posture de profonde réflexion.



Spoiler:
 
Riley
Sphère Economique
avatar

Messages : 148
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Indéfinis(ables)
Revenir en haut Aller en bas
Dim 29 Avr 2018 - 12:34
Le rêve commençait toujours de la même manière. Une chute. Une terrible chute et le cœur qui se décroche dans sa poitrine. Elle se réveille alors en sursaut et en sueur.
Mais cet fois, il n'y a pas de réveil. Pas de sursaut non plus. Alors elle sait que quelque chose cloche.
Elle essaie de se souvenir où elle se trouvait. Juste avant.

Est-elle encore en Bolivie ? Non, elle est à Édimbourg.
C'est donc ça, de tomber d'une arche ?

Elle sait que la réflexion est absurde. Elle n'est pas en train de tomber d'une arche, puisqu'elle est dans un terrier. Elle n'a cependant pas davantage d'idée de la raison de sa chute. Ni de sa présence dans ce terrier - particulièrement profond au demeurant.

Quel type de lapin peut bien vivre dans un tel terrier ?

La table est dressée pour une trentaine de convives. Elle reconnaît les visages qu'elle a croisé plus tôt et Owen est également là, à ses côtés. Ses cheveux blonds ont toujours l'air aussi ridicules, même sous le chapeau haut-de-forme dont il est coiffé.
Elle se souvient à présent. Elle le cherchait parmi la foule amassée dans le bar.
Voilà qui est réglé.

Lorsque la tenancière demande où est son chat Dinah, Grace a le réflexe de soulever la nappe. Parce que l'on est jamais trop consciencieux.
Pas l'ombre d'une moustache. Visiblement, la chatte n'est pas là.
Elle sait que Dinah est la compagne d'Alice. Mais qu'elle est également un chat. Ce qui n'est apparemment pas un problème. Elles étaient d'ailleurs ensembles toute une partie de la soirée, pourquoi Dinah s'est-elle volatilisé exactement à l'heure du thé ? Il y aurait pourtant beaucoup d'autres moments propices pour se faire la malle.

Grace trouve ce genre de situation pénible.
Parce qu'à présent, une partie des invités se lèvent pour partir à la recherche de Dinah et elle sait qu'elle ne pourra déguster sereinement son thé qu'à la condition que tout le monde soit correctement installé.
Ne pas se lever pour participer à l'effort collectif fait naître en elle un vague sentiment de culpabilité. Pourtant, elle n'a pas la moindre envie de partir à l'aventure. La complication qu'apporte sa carapace à toute tentative de se lever est une bonne excuse pour ne rien en faire.
Étrangement, elle n'a pas le souvenir d'être venue déguisée en tortue à la fête d'anniversaire. Pourtant, elle se rappelle à présent qu'elle a passé plusieurs heures à confectionner cet accessoire en papier mâché pour la soirée. Elle a même été obligée de découper, en petits bouts, le journal dans lequel était paru son article, parce qu'elle n'avait que ça sous la main.

Elle observe la tour humaine qui commence à se constituer et il lui semble qu'elle n'a pas la moindre intention de manger un gâteau qui risquerait de la faire grandir. Déjà, parce qu'elle trouve sa taille actuelle parfaitement correcte comme elle est. Ensuite, parce que la porte qui se situe à l'autre bout de la pièce et qui est, à l'évidence, celle qui se déverrouille avec la clé tant convoitée, est beaucoup trop petite. En conclusion, il est hors de question de devoir faire un exercice de contorsion pour passer de l'autre côté. Elle frissonne rien qu'à l'idée de tenter d'y passer la tête et d'y rester coincée.

Tout ce qu'elle veut, c'est pouvoir prendre le thé. D'ailleurs, l'un des amis qu'Owen lui a présenté plus tôt dans la soirée et assis à leur proximité, en verse une bonne rasade dans sa tasse, accompagnant son service d'un clin d’œil et d'un compliment. Elle rougit. Mais le large sourire qu'il aborde fait éclore en elle un léger sentiment d'angoisse. Mais peut-être est-ce seulement lié au costume à rayure violettes.

Spoiler:
 
.
Grace
Sphère Artistique
avatar
Messages : 43
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : /
Revenir en haut Aller en bas
Lun 30 Avr 2018 - 18:41
Après la première bouchée de gâteau,j'étais tombé. Littéralement. Je tombais, tombais, tombais... Il me sembla que je tombais pour l'éternité et, par Poséidon, je savais que l'éternité ça pouvait être trèèèèèèèèès long. Au bout d'un moment je me suis réveillé assis sur une chaise. Mon esprit était engourdi... Mes sens me disaient que quelque chose n'allait pas.... Et je n'arrivais pas à mettre le doigt dessus. 

Me voilà assis à un table, une tasse de thé fumante devant moi... Face à moi, des drôles de gens.... Un homme oeuf... que je connais... j'en suis sûr... ainsi qu'une tortue qui parle... un type avec un drôle de chapeau... et bien d'autres... Je tourne mon regard vers le reste de la salle... et je vois une montagne humaine... 

Tiens c'est quoi cette tenue? Me voila tout de blanc vêtu avec un gros coeur rouge en plein milieu du torse... Bizarre... Ah j'ai de belles bagues à mes mains.. Ca je suis plutôt content... Je me tâte la tête et j'y découvre une couronne. Tiens je suis le roi de Coeur...

Soudain la Reine de Coeur, ma femme, hurle qu'on leur coupe la tête... Ma femme??? Quelle femme? j'ai pas de femme.... Pourtant cela me semblait logique... 

Oui ma chérie on va leur couper la tête mais comment tu veux le faire? Guillotine? Sabre? Épée? Hache? Mais bon dis toi que si tu continues à tuer tout notre personnel, on n'aura plus aucun serviteur digne de ce nom? Ne veux tu pas prendre un thé plutôt ? il est délicieux et les petits gâteaux sont à tomber...


Je prends ma tasse et bois une lampée du breuvage... Humm... Quel dommage qu'il manque un peu de... de... Rhum? Je regarde autour de moi et vois le lapin blanc s'affoler...Il doit encore être en retard... Je souris aux pitrerie de la petite souris. Puis j'appelle à la cantonade les gens qui reste pour une tasse de thé.


Aller! Tout le monde vient boire une tasse de thé et manger des petits gâteaux. 
Rackham
Sphère Savoir
avatar
Messages : 33
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Immortalité, Énergie cinétique, Mémoire visuelle parfaite et Orientation infaillible
Revenir en haut Aller en bas
Sam 5 Mai 2018 - 11:39
Au-delà de la musique qui prenait la place la plus importante dans sa vie et de ses conquêtes qui la complétaient agréablement, Owen n'était jamais plus heureux qu'entouré de sa famille de cœur. Celle qu'il s'était choisi au fil des années, ses amis qui étaient en grande partie réunis à cette soirée. Même si certains se moquaient clairement de sa nouvelle couleur de cheveux ou tout du moins paraissaient dubitatifs. Ce qui ne l'offensa pas le moins du monde mais le fit au contraire éclater de rire. Pas d'histoire de pari derrière ce changement capillaire, mais une simple envie subite qui le ramenait à ses jeunes années. La crise de la quarantaine qui approchait peut-être ? Quoiqu'il en soit, le musicien n'était pas du genre à s'inquiéter de ce genre de choses. Il préférait profiter du moment présent sans penser à un futur trop éloigné. Et à cet instant, rien ne le ravissait plus que la mauvaise humeur de Dany et le bagou charmeur d'Elias à l'encontre de la journaliste qu'il tenait dans ses bras.

Après des salutations lancées à droite à gauche à travers la pièce, notamment à son collègue Sebastian qui ne semblait pas des plus à l'aise, il fut temps de prendre d'assaut la scène pour un karaoké endiablé. Les voix s'entre-mêlaient, pas toujours justes, mais avec un enthousiasme communicatif et c'était là le plus important dans ce genre d'événement. Ça et le gâteau qui ne tarda pas à être servi. Et quel gâteau ! Non seulement il était magnifique et appétissant, mais également succulent. Tout du moins c'est ce qu'il parut à Vox juste avant qu'il ne se sente partir dans un sommeil incontrôlable. Il n'avait même pas eu le temps de voir les autres invités tomber comme des mouches qu'il les suivait au sol avant de faire une longue, longue chute.

Tout autour de lui était plongé dans le noir avant que des lueurs de différentes couleurs ne s'invitent à la fête. Il se sentait tomber à une faible allure sans vraiment comprendre comment cela était possible. Et puis il se dit que ça n'avait pas d'importance au final et qu'il valait mieux en profiter. Après tout, ce n'était pas tous les jours qu'on avait l'opportunité de faire une telle chute libre ! L'atterrissage, il n'y pensait pas. Comme à son habitude, il profitait simplement et il commença donc à tenter de nager, de faire des sauts périlleux, des pirouettes. La seule chose qui manquait était un fond sonore, une musique pour accompagner cet étrange ballet. Il remarqua bien quelques instruments autour de lui mais il ne fut jamais assez rapide pour les attraper. Peut-être qu'à force d'essayer, il y parviendrait ? Surtout si la chute se prolongeait...

Il ne sut pas comment, mais il se retrouva tout à coup assis à une grande table avec le reste des convives, tous attifés de costumes des plus extravagants mais qui lui paraissaient somme toute logiques. Certains semblaient perplexes et d'autres étonnamment à l'aise, comme par exemple Elias, assis à côté de lui et qui contemplait le spectacle complètement hilare. Il ne fallut pas longtemps à Owen pour le rejoindre dans un grand rire, surtout lorsqu'il eut posé ses yeux sur Dany et Grace en acquiesçant aux diverses remarques du fondateur.


- Parfait pour notre cher Cooper ! Il pouffa sans retenue puis se tourna vers son amie. La plus resplendissante en effet !

Tout autour de lui, les formes et les couleurs des différents costumes se mélangeaient et il inspecta ses vêtements ainsi que les environs avec soin. Il portait une veste jaune, un nœud papillon vert et il sentait que sa tête était légèrement enserrée. En tâtonnant du bout des doigts il découvrit un chapeau de taille appréciable qui en plus, selon une note qu'il trouva accrochée dessus, ne coûtait que 10 shillings et 6 pences ! Une affaire ! Et puis cette énigme dans son assiette était tout à fait appropriée et il la contempla d'un air appréciateur. Elle était d'une logique à toute épreuve, comment ne pas connaître la réponse ? Sebastian sembla penser la même chose et donna cette dernière à un Griffon particulièrement perplexe avant de s'endormir en battant la mesure. Musicien jusqu'au bout !

Tout se déroulait rapidement et il eut à peine le temps de sourire au charmant Whitmore que celui-ci sortait de table avec sa jumelle pour aider Alice. Cette dernière cherchait visiblement Dinah, son chat, qui pour une raison inconnue, était introuvable. Ils furent nombreux à aller lui prêter main forte en créant une pyramide humaine, mais cela ne l'intéressait pas à vrai dire et il préférait prendre le thé. Après tout, il était l'heure et tout était en place, pourquoi ne pas en profiter ? Surtout que la compagnie n'était pas désagréable, si ce n'était cette petite hystérique qui demandait à ce que l'on coupe des têtes. Cela lui rappela des mauvais souvenirs et il fut heureux de constater que plusieurs convives avaient justement décidé de lui tenir tête.


- Cette Reine de Coeur est réellement infernale. S'énerver pour si peu ! C'est comme vouloir me couper la tête pour une chanson, n'est-ce pas ?

Il se tourna vers son ami le détective pour recevoir son approbation avant d'être distrait par la danse du homard et du papillon qui fut des plus divertissante, suivie de près par l'énigme de Humpty-Dumpty.

- Excellente, vraiment excellente ! Mais vous savez qui raconte de belles histoires aussi ? C'est notre ami ici présent...

Il pointa du doigt Sebastian déjà endormi à ses côtés et qu'il secoua afin de le réveiller. Après une danse et des devinettes, une histoire serait parfaite pour la suite. La fin de journée se déroulait agréablement car oui, il était l'heure du thé, toujours, et Owen était heureux de le passer en si belle compagnie. La seule chose qui manquait, selon lui, c'était un peu de musique. Pourquoi diantre n'y avait-il pas de musique au Pays des Merveilles ? S'il y avait bien une merveille dans ce monde, c'était elle, sa maîtresse favorite ! Le 4ème Art ! Il y avait une table géante et des cookies qui permettaient de doubler de taille, mais pas de musique ? Si ça continuait, il devrait y remédier par ses propres moyens. Mais peut-être attendrait-il que la Reine de Cœur se soit un peu éloigné... On n'était jamais trop prudent !

Résumé:
 
Vox
Sphère Artistique
avatar

Messages : 77
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Charme par la voix, imitation, transmission de sentiments par le chant, facilité dans le domaine de la musique
Revenir en haut Aller en bas
Dim 6 Mai 2018 - 13:00
La chute devenait ennuyante, à force de durer. Pire, je sentais toute ma colonne me démanger, tant j’avais besoin de faire quelque chose. Tout sauf ce sentiment de plus en plus insupportable de laisser-aller et d’inactivité. Putain, jamais un lapin aurait pu construire un terrier aussi long, on aurait logiquement dû passer le centre de la terre depuis longtemps maintenant… Pourtant, au bout d’un moment, tout s’arrêta. Mais en me réveillant, je craignais que la nouvelle situation ne soit pire. Nous étions tous autour d’une table, affublés d’étranges costumes. Mais évidemment, le mien n’était pas en reste. Le Lièvre de Mars. Il me restait un vague souvenir, à propos de ce mois et de la période des chaleurs de ces animaux, mais qui fut très vite balayé par une évidence : nous étions beaucoup trop nombreux à cette table. Pourtant, c’était pas compliqué de voir qu’il n’y avait plus de place…

"Et il n’y a même pas de vin…" dis-je en grommelant, mes grandes oreilles baissées avant de me rabattre sur le thé. Ce n’était pas une si mauvaise idée, en fait. Je lançais un regard noir à Elias et à Owen, dont les sourires m’irritaient tout particulièrement. Je les snobais donc, profitant qu’un loir se soit endormi à côté pour m’accouder dessus. Ce qui ne sembla pas le déranger.

Alice s’agitait de son côté, pour retrouver son chat. Mais elle avait bien assez de personnes pour l’aider, et le thé n’allait pas se servir tout seul. D’autant que nous avions notre propre chat aussi. Avec un sourire un peu flippant, mais pour une raison que je ne m’expliquais pas, je n’arrêtais pas de le fixer. Même en essayant de regarder ailleurs, mon regard semblait toujours se diriger vers Elias. Qui était toujours autant de bonne humeur et agaçant, voire même plus que d’ordinaire. Et pourtant… c’était le mois de mars, peut-être… La remarque du Chapelier et la crise de nerf de la Reine Rouge détournèrent cependant mon attention un instant.

"Ce qu’elle n’aurait pas bon goût en musique. Et je la forme mieux que ça." commentais-je en me servant une nouvelle tasse de thé. Former à quoi ? Je ne m’en souvenais plus… Je me tournai vers Sean, qui avait l’air sacrément… rond d’un coup. "Elle est pas mal ouais. Tiens, reprend donc un peu de thé."

J’avais vraiment l’impression d’y tenir, à ce service… Au moins, ça me permettait de me concentrer sur autre chose que sur ce Chat de Cheshire. Jusqu’à ce que ce dernier n’apparaisse subitement derrière mon épaule avec un grand sourire. J’en fus tellement surpris que j’en sautais de ma chaise, comme un jouet à ressort.

"Ne t’approche pas !" lui hurlai-je, plus perturbé et apeuré que je pensais de le voir si près de moi. Je ne savais pas pourquoi, mais sa présence me rendait dingue… Pourtant, à voir de la tristesse s’insinuer dans son sourire, je regrettais immédiatement cette réaction. Ne pas comprendre et ne pas contrôler… cela me mettait immédiatement sur les nerfs. Pourtant, c’était naturel, comme réaction… Trop naturel.

Je me rassis à la table, trop heureux de pouvoir répondre à la remarque d’Owen sur notre compère Loir. Je l’aidais à réveiller le dormeur, histoire d’avoir notre histoire. Et cacher à quel point je me sentais honteux envers Elias, même si mes oreilles de lièvres s’affaissaient malgré moi. Mais pourquoi, dans le fond ? C’était plutôt ça, la grande énigme.

Résumé:
 
Data
Sphère Economique
avatar
Messages : 87
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Télékinésie
Revenir en haut Aller en bas
Dim 6 Mai 2018 - 18:07
Gin
IDENTITE : Alice Moore
GROUPE : Habitants
SPHERE : Economie
AGE : 36 ans
ETAT CIVIL : En couple
PROFESSION : Barwoman et tenancière du Alice’s Club, inventrice et mécanicienne
POUVOIRS : Peau résistante au feu et à la chaleur
ETAT DE SANTE :Bon
LIENS : Dinah – Compagne. Data – Meilleur ami. Gear – ancien mentor. Dastan – Ami.


Cet étrange trip avait beau les avoir complètement sortis du bar et de sa fête d’anniversaire, Alice ne s’en trouvait pas plus que cela étonnée. Bien sûr, tout cela était assurément… dépaysant. Mais après tout, cela ne manquait pas de logique. D’une logique propre. Pourquoi fallait-il qu’il n’y ait qu’une seule et unique logique ? Cela aurait été malpoli de poser trop de questions. D’autant que ses amis semblaient partager le même état d’esprit.
Et puis, Alice avait plus urgent à faire.
Retrouver son précieux chat Dinah lui occupait tout l’esprit, et la rendait particulièrement alerte. Aussi, elle n’hésita pas un seul instant avant de se lancer dans l’ascension de cette table-immeuble pour y récupérer la clé. Quitte à devenir plus grande pour y parvenir plus rapidement. Et à demander de l’aide. Si certains semblaient plus enclins à rester autour du thé, d’autres répondirent à son appel pour escalader la table. Alex, puis les jumeaux la suivirent donc, et Alice les salua d’un sourire reconnaissant.
Une fois grandi, ils firent tous une échelle humaine pour permettre à la barwoman d’approcher du sommet de la table. Le but s’approchait, lorsque soudain, la tour vacilla. Alice s’accrocha de justesse au bras du lapin blanc, manquant de peu de dégringoler. Son pied vint de plus frôler dangereusement le visage de Carmen, alors qu’elle se raccrochait au veston d’Alex pour ne pas tomber plus bas. Une fois stabilisée, elle put regarder plus bas pour découvrir la raison de ce déséquilibre. Le chevalier était en train de chatouiller la base de la pyramide ! Heureusement, deux fleurs, la duchesse et la reine rouge étaient en train d’y remédier, et Alice en profita pour remonter à nouveau jusque sur les épaules du lapin.
"J’y suis presque…" cria-t-elle, alors qu’il ne restait plus que quelques centimètres pour arriver en haut. Elle rassembla tout son courage, et sauta alors de la pyramide pour attraper le bord de la table. Après un dernier effort, elle se hissa à son sommet, et ne perdit pas un seul moment avant de se précipiter sur la clé. Elle était devenue toute petite, aussi Alice la rangea-t-elle précieusement dans la poche de son tablier blanc. Elle remarqua alors un panier rempli de petites fioles roses qui disaient BOIS-MOI. Cela pouvait toujours servir.
Avec prudence, elle redescendit de la table-immeuble, et prit le temps de se tourner vers ses amis.
"Vous avez été formidables, merci !"
Un autre problème survint rapidement. La porte était déjà petite de base, mais avec sa nouvelle taille, il était tout simplement impossible ne serait-ce que d’y passer une main. Que faire ? Alice lutta contre une furieuse envie de pleurer, avant de se rappeler des mystérieuses boissons. Si les biscuits les avaient fait grandir, les fioles pouvaient les rapetisser !
Ni une ni deux, Alice en distribua à chacun, en versant même dans le thé à table pour que tout le monde puisse en avoir. Enfin, elle but elle-même un peu de cet étrange liquide. L’effet fut alors immédiat. Elle rétrécit à vue d’œil, jusqu’à ne mesurer qu’une dizaine de centimètres. La clé était désormais parfaitement adaptée à sa taille, tout comme la porte. Elle s’y précipita pour ouvrir la serrure.
Un magnifique jardin apparut alors, et avant qu’elle puisse comprendre ce qui se passait, la porte l’aspira de l’autre côté. Comme tout le monde.
Lorsqu’elle se releva, elle réalisa que l’immense jardin était en fait un terrain de croquet géant. D’énormes cartes de jeux faisaient office d’obstacle, et une série de flamands roses les attendaient en guise de canne, à côté d’hérissons. Un peu plus loin, d’immenses rosiers blancs entouraient le terrain. Mais à bien y regarder de près, certaines roses étaient peintes en rouge. Comme en témoignaient plein de pots de peinture rouge et des pinceaux juste à côté.
"Peut-être qu’il faut terminer de peindre les roses, et d’aller au bout du parcours de croquet pour trouver Dinah…" hasarda Alice. Mais cette possibilité devint vite une évidence. C’était ce qu’il fallait faire pour trouver son petit chat. "Allons-y !"
Tandis qu’un groupe se chargeait des roses, Alice alla attraper un flamand rose pour essayer de faire avancer un hérisson comme une balle en dessous des cartes.
Mais la tâche s’annonça plus ardue que prévu, alors que les flamands roses et les hérissons étaient de toute évidence peu coopératifs. De même, les cartes se déplaçaient, rendant le jeu plus ardu encore.
"Ce n’est pas ça qui va m’empêcher de retrouver Dinah !" annonça avec force Alice, plus déterminée. Ce qui impressionna son flamand-canne, lequel accepta enfin de se mettre droit pour frapper la balle. La jeune femme s’’élança alors vers les cartes pour faire passer son hérisson en-dessous, quitte à y aller comme une brute et à tout écraser sur son passage.




Résumé:
 
Storyteller
Maître du Jeu
avatar

Messages : 85



]
Revenir en haut Aller en bas
Dim 6 Mai 2018 - 18:09
Malgré l’horrible impression que j’étais en retard pour quelque chose de terriblement important, je parvins à mettre cette angoisse de côté pour aller aider. Du moins, c’était provisoire. Et puis, à bien y regarder, quelque chose chez Charlie m’inquiétait un peu. Elle m’avait regardé assez étrangement, ou plus exactement, les deux oreilles blanches qui se dressaient sur ma tête. Et qui s’affaissèrent lorsqu’elle me dit que j’étais en train de tricher.

"Mais, je ne le fais pas exprès…" protestai-je, un peu penaud. Et c’était vrai : j’étais un lapin blanc, quel problème à avoir des oreilles ? "C’est comme ta corne… elle est très jolie, d’ailleurs…"

Je m’empourprais, jusqu’à ce que l’ascension de la gigantesque table pour aider Alice ne me détourne de cette discussion. On réglerait cela plus tard, sans doute. D’autant que plusieurs autres personnes se joignirent à moi pour créer une pyramide humaine et propulser la jeune femme en hauteur. Visiblement, la clé pour la seule porte de la pièce se trouvait tout là-haut. Avec l’aide des jumeaux, on fit monter Alice le plus haut que possible.

Ce fut sans compter sur un contre-temps, qui fit vaciller toute la tour humaine. Alice en perdit son équilibre et se rattrapa tant bien que mal à moi, tandis que la base de la pyramide était devenue peu assurée.

"Nous allons vraiment être en retard maintenant…" me plaignis-je, retrouvant une angoisse qui semblait primaire.

Je n’eus pas vraiment le temps de comprendre ce qui se passait, trop occupé à essayer de faire en sorte qu’Alice ne tombe pas plus bas, mais notre tour fut de nouveau opérationnel. Mon amie reprit alors place sur mes épaules et la pyramide s’agrandit encore, qui lui permit à la jeune femme de sauter pour parvenir au sommet de la table. Je poussais un soupir de soulagement, attendant ensuite que la clé soit récupérée pour faire redescendre Alice, puis moi et les autres.

Les remerciements de la barwoman furent cependant si enthousiastes qu’il était difficile de signaler à quel point toute cette entreprise aurait pu mal finir. Mais voilà déjà qu’Alice s’agitait pour nous faire retrouver une taille plus petite, et qui nous permettrait de passer à travers la porte. Je pris une fiole, un peu inquiet, avant de me tourner vers Charlie avec un petit sourire mal assuré.

"Plus grand ou plus petit… ça ne change pas grand-chose à ce que nous sommes vraiment, non ? Ni à ce que l’on ressent."

Le changement fut cependant plus brusque que prévu. Surtout qu’une fois notre taille rétrécie, la porte nouvelle ouverte sembla tous nous aspirer pour nous amener dans un étrange jardin. Du croquet ? Mince, cela faisait des années que je n’en avais pas fait… Mais Alice semblait convaincue que c’était le moyen le plus rapide pour faire revenir Dinah. Si toutefois le matériel était compréhensif.

Un peu dubitatif et prudent, j’attrapais un flamand rose, usant de politesse pour le convaincre de faire cela au plus vite. Car le temps pressait toujours, n’est-ce pas ? Cependant, le volatile ne fut visiblement pas convaincu, puisqu’il commença à m’attaquer en me picorant la tête et les oreilles. Paniqué, je fis de mon mieux pour essayer de le dégager, et manquait de marcher sur mon hérisson-balle. Pour l’éviter, je me mélangeais les jambes, m’effondrant sur le 8 de carreau qui faisait office d’obstacle. Désormais à terre, j’essayais de me dégager, alors que la carte m’écrasait à moitié et que le flamand continuait à me picorer le crâne.

Résumé:
 
Dastan
Sphère Technique
avatar

Messages : 775
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps




Don't waste your time or Time will waste you



Revenir en haut Aller en bas
Dim 6 Mai 2018 - 18:11
GEAR
IDENTITE : Elias Dewey
GROUPE : Potential Home
SPHERE : Technique
AGE : 154 ans
ETAT CIVIL : Célibataire
PROFESSION : Mécanicien, chercheur, directeur de diverses industries mécaniques
POUVOIRS : Vieillissement ralenti et capacité à voir à travers les différentes couches de la matière
ETAT DE SANTE : Bon
LIENS : Dastan : ami/mentor. Sveda : ami. Cheshire : père. Data : flou.


Des tous les visiteurs de cette étrange contrée, Gear semblait être celui qui s’habituait le mieux à son nouvel environnement. Normal, un chat retombait toujours sur ses pattes, c’était bien connu. Ou du moins, c’était ce qu’il tentait de faire croire. Cela ne l’empêchait toutefois pas de tourner autour de la table avec une démarche souple et rapide. A tel point qu’on aurait dit qu’il se matérialisait d’un coup de l’autre côté, son sourire plus grand que jamais.

"Au moins moi, je garde le sourire, très chère enfant." répondit-il à Fawn, malicieux. "Tu devrais prendre exemple sur ton daddy, au lieu de t’époumoner ainsi. Ou sur ton époux, regarde comme il a l’air de s’amuser, il a tout compris !"

Il adressa un signe au Roi de Cœur, dont la proposition était alléchante. Mais alors que la Reine de Cœur se défoulait sur un autre de ses sujets, le Chat de Cheshire trouva une autre source d’occupation autour du thé et de ses charmants invités. Le Chapelier était toujours de bonne compagnie, et sa bonne humeur était contagieuse. On ne pouvait pas en dire autant du Lièvre de Mars, qui boudait dans son coin. Pour ne pas trop y penser, Elias se concentra un moment sur la jolie Tortue qui accompagnait son ami, et qui semblait peu à l’aise en sa présence.

"Je ne vais pas vous manger, vous n’êtes pas une souris après tout…" Son regard se tourna un instant vers Amélia, avant de rire et de poser une main rassurante sur l’épaule de Grace. "Amusez-vous, vous l’avez bien mérité."

Il profita ensuite du spectacle assez distrayant de son homonyme dansant un quadrille dans un costume de homard, hésitant à aller intervenir au différend qui opposait sa fille et ses adversaires politiques. Mais sans doute n’apprécierait-elle pas trop. Embêter le Loir ou complimenter l’élégance du Papillon semblait plus sûr et agréable, mais son choix se porta finalement sur le Lièvre, le seul qui ne s’amusait pas visiblement. Seulement, apparaître à ses côtés pour le distraire un peu et lui donner un peu de son sourire ne fut pas vraiment une réussite. C’était même l’inverse.

Cachant sa peine sous un sourire qui ne trompait qu’à moitié, Gear s’apprêtait à s’excuser lorsqu’Alice débarqua pour leur faire boire à tous une fiole. Pourquoi pas, il ne disait jamais non à un bon verre ! Surtout un qui vous faisaient voler jusqu’à un terrain de croquet-jardin. Gear n’était pas très sport, du moins pas celui-ci. Aussi, proposa-t-il à ceux qui le souhaitaient :

"Allons donc peindre ces roses !"

Il tendit des pots de peintures et des pinceaux au Chapelier et à la Tortue, ainsi qu’à ceux qui le voulaient. Avec un sourire qui était un peu plus timide, il offrit un pinceau au Lièvre de Mars.

"Pas vraiment le calumet de la paix, il faudrait demander à la Chenille pour ça… mais l’intention y est. Promis, je resterai dans le champ de vision !"

Il se mit ensuite à la tâche, peignant les roses pour les faire devenir d’un rouge passion, tout en chantonnant une étrange chanson :

"Fleurageant les rhododendroves
Gyraient et gamblaient dans les vabes
Pour frimer vers les pétunioves
Et les momes raths en grabe."


De temps à autre, il jetait un regard en direction de sa fille, avant de le poser sur son compagnon de peinture. Son sourire se fit de plus en plus grand, retrouvant un peu plus de bonne humeur.




Résumé:
 
Dastan
Sphère Technique
avatar

Messages : 775
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps




Don't waste your time or Time will waste you



Revenir en haut Aller en bas
Ven 11 Mai 2018 - 17:28



Curiouser and Curiouser! WATCHMAN & EVERYBODY

Je suis au Cabaret. Non, mais vraiment, c’est ça. Le cabaret de Wonderland. Entre ceux qui sautillent, ceux qui dansent, ceux qui jouent. Y en a même un qui pionce un peu plus loin. Joyeux bordel au goûter. Je ne sais même pas par où regarder à force. Et pour une fois, cette agitation ne me met pas en boule. (Enfin pas au sens figuré.) Au contraire, je prends plaisir à regarder. Comme si je savais ce qui allait se passer et que j’attendais la fin de l’histoire. C'est chelou et en même temps je trouve ça totalement normal.

Y en a quand même un qui fini par apprécier mon énigme ! Ah quand-même ! Lui c'est mon pote. Je le fixe et je le reconnais. C’est l’un des musicaux de la PH. Enfin il me semble, parce que maintenant, tout le monde à une tête un peu bizarre. Même avec le costume il est pas mal fichu le rocker. Je devine que c’est un joyeux drille encore celui-ci. Je jette un œil à la jolie nana qui l'accompagne. Elle aussi me dit vaguement un truc. Mais où je l'ai vue... ? Bref ! Alice sait bien s’entourer.

En parlant d’Alice… Elle nous revient. Encore hyperactive et toujours aussi déterminée à retrouver chaton Dihna. Qu'est-ce qu'il ne faut pas faire pour une boule de poil. Je le dis souvent mais je le pense, les animaux de compagnie c'est que des emmerdes. Faut les laisser dans la nature les bêtes. Je l'interpelle avec un regain d'espoir :

_ Ah ! Tu nous amène le Whisky ! Nos prières ont été entendues !

Eh… non. Ce qu'elle nous file n'a même pas de goût particulier. Non, mais qu'est-ce que c'est que cette arnaque encore ? Combien de truc piégé on va me faire consommer avant que.... Houla. HOULA. Mais pourquoi est-ce que tout devient si... grand. J’ai juste l’impression que d’un coup le monde est devenu vachement trop haut. Tout est carrément disproportionné. Je vais finir en omelette avant la fin de l'histoire.

Mais quelle taille fait ce jardin ? Il y a de quoi mettre 30 terrains de foot ! Et puis, en fait, comment je suis arrivé dans ce jardin. Je sens mon jaune bouillir. Dire que je n'ai même pas une petite boisson pour me remonter. Boarf, ça m'apprendra à faire des efforts de sociabilisation. La prochaine fois je choisi WOW. Alors, soit un plan sport co. Soit un plan ravalement de façade. Dites donc on s'éclate ! Allez autant choisir le « moins » dangereux.

_ J’ai pas trop envie de taper dans le cul hérissons. Non mais les pauvres.

Je pique un pinceau dans le stock d’Élias D. et c’est parti pour de la peinture. Ça fait un moment que je n’en ai pas fait. Bizarrement, on ne m'appelle plus pour faire les déménagements/emménagement. Ça ne fait pas partie des trucs qui me manque. Dans tout ça, la partie la plus fun c'est toujours l'après, quand on liquide un stock de bière fraîches en bouffant de la pizza.

Je roule jusqu'à la rose blanche la plus proche. J'attrape sa tige pour retrouver un peu d'équilibre. Here we Go ! La couleur rouge est bien pétante. Ce n'est pas vraiment dans mes tons de prédilection. Je me souviens d'un gamin qui peignait une maison à oiseau. C'était dans les montagnes du sud. Les rebelles l'ont planté à coup de couteaux, juste devant chez lui. Mémoire de merde. Stop. Arrête. Pas de ça... peint tes putains de rose en rouge Sean.

© CRIMSON DAY


Résumé:
 
Watchman
Sphère Militaire
avatar
Messages : 59
Etat Civil : /
Pouvoirs : Magnétisme
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: New Town :: Dean Village :: Alice's Club-