Curiouser and Curiouser! [Scénario]

 :: Édimbourg :: New Town :: Dean Village :: Alice's Club Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 11 Mar 2018 - 1:23
D'un pas alerte, le professeur de musique se dirigeait vers son point de rendez-vous où il devait passer prendre sa cavalière et amie. L'air qui s'échappait de ses lèvres formait une vapeur blanche alors que son nez et ses oreilles avaient pris une jolie teinte rouge malgré le bonnet et l'écharpe qu'il avait pris soin de passer. Heureusement, quelques minutes plus tard il était arrivé à destination et après avoir complimenté la jeune femme sur sa tenue, il n'en avait fallu que quelques-unes de plus pour qu'ils rejoignent le lieu de la fête. C'était avec un plaisir certain que Vox avait débarqué au Alice's Bar pour célébrer l'anniversaire de la patronne. Le lieu était loin de lui être inconnu et il y avait passé de mémorables soirées, notamment en compagnie de Gear, toujours partant pour faire la fête. Il avait mis un point d'honneur pour être là à l'heure et avait été émerveillé par les efforts mis dans la décoration du lieu ainsi que dans le buffet. Habillé de manière décontractée comme à son habitude, il avait tout de même tenu à coller au thème. Il avait réussi à attacher une fausse fleur aux couleurs vives à ses cheveux désormais blond platine et il arborait un t-shirt jaune avec une immense marguerite dessus, partiellement cachée par l'un de ses fameux gilets qu'il avait choisi rouge pour l'occasion.

Après s'être débarrassé de son manteau, il glissa une main sur la taille de la photographe et l'entraîna vers Alice à qui il tendit un magnifique bouquet de fleurs colorées en lui souhaitant un joyeux anniversaire et en lui claquant la bise. Il présenta ensuite Grace à la propriétaire et à sa compagne avec un sourire, ravi que l'occasion réunisse des personnes qu'il appréciait tant. La liste d'invités était d'ailleurs remplie d'amis et de membres de la PH ce qui promettait une belle ambiance et une soirée mémorable ! De plus c'était une bonne occasion pour que sa cavalière rencontre enfin ses proches et collègues. Après tout, cela ne faisait que peu de temps qu'elle était de retour à Edimbourg et ils ne s'étaient toujours rencontré qu'aux quatre coins du monde. Elle ne connaissait pas grand chose de sa vie actuelle mise à part ce qu'il avait pu lui en dire et il souhaitait rectifier le tir. Au-delà de l'aspect sexuel de leur relation, il avait un profond attachement pour elle et la considérait comme une amie précieuse.

Il poursuivit donc son tour des invités après avoir attrapé une bière au passage et se dirigea vers Alex et Charlie qui formait un couple des plus attendrissant à ses yeux. Il avait beau ne pas vouloir de relation sérieuse, cela ne l'empêchait absolument pas d'être heureux pour son collègue qui semblait avoir trouvé chaussure à son pied. Il rayonnait littéralement de bonheur, ce qui contrastait fortement avec Cooper et son air renfrogné. Owen lui fit un signe à travers la pièce et le rejoignit, son bras toujours autour de la taille de Grace. Il lui susurra quelques mots avant d'arriver à sa hauteur.


- J'espère que tu ne m'en veux pas de te faire courir à travers la pièce...

Il lui fit un sourire moitié charmeur, moitié désolé en la serrant un peu plus avant de saluer Data. Celui-ci aurait pu se trouver à un défilé militaire qu'il aurait eu la même expression neutre et peu avenante. Mais le musicien le connaissait assez bien pour savoir comment le prendre et qu'au-delà de cet air bougon se cachait un chic type. A nouveau il fit les présentations mais à peine eut-il terminé que la tempête Elias fonçait sur eux, ayant tout de même la présence d'esprit de ne pas s'en prendre à leur ami commun. Le regard que ce dernier lui lança fit lever les yeux au ciel à Vox mais il se tut et se concentra sur Gear qui le fit éclater de rire.

- Je te l'accorde, ce n'était pas gagné. Il lança un clin d’œil à Dany avant de reporter son attention sur le fondateur de la PH. C'est évident oui ! Un rire fusa de sa gorge et il reprit son sérieux quelques instants après une gorgée de bière. Elias, je te présente Grace. Grace, voici le mec le plus dingue que je connaisse. Il avait en lui cette folie douce qui mettait du baume au cœur et il était impossible selon Owen de ne pas se dérider en sa présence. Mais comme il fallait toujours une exception à la règle, le détective semblait endosser ce rôle avec un naturel déconcertant.

Alors qu'ils étaient passé de groupe en groupe, la salle s'était peu à peu remplie et tout autour de lui le professeur posait les yeux sur des visages connus. Il salua chaleureusement la femme de Grimm, malheureusement malade, puis se dirigea vers le buffet pour picorer quelques canapés et faire le plein de bière. Après ça, il était prêt à suivre son ami sur scène et à partager le micro dans des prestations endiablées. Aucune fête n'était complète sans un karaoké et il s'amusait comme un petit fou, d'autant plus que beaucoup d'invités qu'il ne connaissait pas se prêtaient au jeu avec enthousiasme. Comme il le disait toujours, la musique rassemblait et c'était un excellent moyen selon lui pour briser la glace et entamer une conversation. Il enchaîna donc de nombreux titres en utilisant parfois son don pour s'amuser encore un peu plus et s'arrêta lorsque son verre se retrouva à nouveau vide et sa gorge particulièrement sèche.

Il descendit donc de scène et s'approcha des cocktails en lançant un regard à la ronde pour retrouver sa cavalière. Il croisa celui de Sveda qu'il salua d'un geste de la main et d'un sourire avant de se reconcentrer sur ses recherches qui furent interrompues par la voix d'un homme qu'il ne connaissait pas. Il se retourna lentement pour lui faire face et lui lancer un regard charmeur. Il savait qu'il avait en face de lui Charles Whitmore qui était venu accompagné de sa sœur. Vox n'avait jamais eu l'occasion de travailler avec la chanteuse, mais c'était une artiste de talent qu'il respectait. Quand à son frère, il l'avait vu dans plusieurs films mais son intérêt n'avait jamais été au-delà. Jusqu'à ce moment, maintenant qu'il lui faisait face et lui offrait un verre.


- Connaissant Alice, le contraire m'aurait étonné Il lui tendit la main en lui rendant son sourire. Owen Morrison. Et je prends volontiers un mojito.

Séduire était une seconde nature pour le musicien, mais bien que le comédien soit des plus attirants, il n'oubliait tout de même pas qu'il était venu accompagné d'une amie qui ne connaissait pas grand monde dans cette foule. Il prit donc son cocktail et scanna à nouveau les lieux pour la retrouver. Il crut l'apercevoir vers la grande table où le gâteau fut amené et il s'approcha rapidement pour vérifier. Quelqu'un lui colla dans les mains une assiette dans laquelle une énorme tranche débordait presque. Machinalement il l'entama tout en lançant des coups d’œil à la ronde. Il eut le temps de constater que le dessert était délicieux avant de sentir sa tête tourner légèrement et une grande lassitude l'envahir. Adossé contre un mur, il glissa à la fois à terre et dans un profond sommeil sans avoir retrouvé Grace.

Résumé:
 
Vox
Sphère Artistique
avatar

Messages : 111
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Charme par la voix, imitation, transmission de sentiments par le chant, facilité dans le domaine de la musique
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Mar 2018 - 14:58
J’étais rarement invité à des soirées. Ce n’était pas un constat défaitiste, car de toute manière, je préférais rester chez moi avec un paquet de biscuits et des partitions d’orchestre à bosser plutôt que de sortir. Donc au final, ça ne me dérangeait pas vraiment. Mais quand même, de temps en temps, les conventions sociales faisaient qu’il y avait quelques exceptions. Et les anniversaires en faisaient généralement partie. Surtout lorsque la moitié de la PH y allait, je pouvais tout de même dire que ce serait malvenu de refuser. Et c’était en partie réconfortant, car je saurais qu’il y aurait au moins quelques personnes connues.

Mais en dehors de cela, j’étais aussi désemparé que d’ordinaire. Déjà, comment fallait-il me préparer ? Que fallait-il apporter avec moi ? Que dire à tous ces gens ? Est-ce qu’on était obligé de jouer au mambo durant ce genre d’événements ? Je connaissais un peu les propriétaires, mais est-ce que j’allais devoir leur parler ? Si oui, de quoi et pendant combien de temps ? Est-ce que j’allais devoir apporter un cadeau ? J’avais décidé de commencer par le thème de la soirée, relisant les deux livres de Carroll qui constituaient les aventures d’Alice. Plus une biographie de l’auteur, et une analyse des œuvres musicales tirées de ses contes. Au moins, cela me donnerait un sujet de discussion qui me semblait approprié à la soirée.

Je débarquais donc au bar à l’heure exacte, habillé avec un costume en queue de pie, n’ayant rien d’autre qui fasse habillé mais pas trop. Et puis, pour un événement aussi Angleterre victorienne, cela pouvait passer, non ? Comme il y avait peu de monde, j’en profitais pour tout de suite aller m’acquitter de mes devoirs sociaux en saluant Alice et sa compagne. Je leur offris mon cadeau, un étrange chat de Cheshire en peluche qui souriait d’une manière qui m’avait tout de même un peu inquiété lorsque la vendeuse me l’avait proposé. Mais c’était un peu le but du personnage, alors j’avais tenté le coup. Et à en croire le sourire de sa nouvelle propriétaire, je ne m’étais pas trop planté. J’allais commencer une discussion sur l’héritage des studios Disney dans l’héritage musical de l’histoire de Carroll, mais d’autres invités firent leur entrée. Je battis donc en retraite, me retrouvant naturellement vers le buffet.

Cela aurait pu être pire. Tout en remplissant régulièrement mon assiette, j’observais les gens arriver. J’en profitais pour saluer ceux que je connaissais, d’un petit signe de la main pour les connaissances lointaines, et plus pour les personnes plus proches. Ce fut le cas pour James, à qui je passais le bonjour de Liszt et m’enquis de l’état de ses abeilles. Je ne me servais plus que de son miel, et je lui admis même que je pensais qu’il avait un rôle dans la légère amélioration que j’avais constaté dans mes défenses immunitaires de ses derniers mois. Selon certaines études, c’était de plus scientifiquement possible et prouvé.

Je passais ensuite auprès de Mme Richards, et j’appris que Lewis était malheureusement malade et donc logiquement absent.

"Il faudrait qu’il essaie le miel de James, il fait des merveilles contre les maladies." dis-je à sa femme. "Comment va la boutique ?"

Plus le monde arrivait, plus l’ambiance était bruyante et chargée. Plusieurs personnes s’étaient d’ailleurs emparé de la scène, à commencer par l’excentrique fondateur. Le choix des chansons était discutable, mais les fausses notes étonnamment assez absentes. Et puis, l’art du karaoké permettait de chanter faux, avais-je compris. Je parvins à saluer Owen avant son passage sur scène, qui lui allait assurément n’émettre aucune anicroche musicale. Un peu par la force des choses, je me retrouvais vers Angie et sa sœur, ainsi qu’un jeune homme qui me rappelait quelque chose.

"Salut Angie, Death." Je fronçais les sourcils pour me concentrer et essayer de retrouver d’où le visage du garçon me disait quelque chose. Avant de situer. Elève. "Ah, Jones, c’est ça ? L’amateur de Bob Marley ?"

Je décidais de rester auprès de ce groupe quelques instants, ayant abandonné l’idée de comprendre comment fonctionnait la logique des soirées d’anniversaire et des temps de paroles que je devais accorder à chacun. D’autant que le buffet n’était pas loin, c’était pratique. Et je me sentais bien avec les deux sœurs. La serveuse faisait d’excellent pancake et me donnait justement l’impression d’être léger comme un pancake. J’avais aussi des discussions intéressantes avec sa sœur, même si les sujets pouvaient parfois apparaître un peu morbides. Ce fut également une excellente compagnie pour apprécier les différentes performances au karaoké. Evidemment, Owen se démarqua au niveau technique, quoique certains ne s’en sortaient pas trop mal non plus.

Vint ensuite le moment le plus important : celui du gâteau. Malgré le fait que j’avais déjà bien vidé le buffet, en compétition avec la professeure d’anthropologie, j’avais encore largement de la place pour une dose de sucre en plus. Sans une once d’hésitation, j’attaquais ma part. J’étais toujours en train de manger lorsque le sommeil me tomba dessus comme une masse, m’endormant dans mon assiette.

Résumé:
 
McGrenouille
Sphère Artistique
avatar
Messages : 73
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Synesthésie accentuée
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Mar 2018 - 15:03
J’aurais souvent l’occasion de me poser cette question durant la soirée, mais tant pis, j’allais encore le faire : bordel, qu’est-ce qui m’avait pris d’accepter et de me pointer ici ce soir ? Je connaissais très bien la raison, et elle était implacable : parce qu’Alice me l’avait demandé. Parce que « cela me fait plaisir d’avoir mon meilleur ami présent, aussi grognon et insortable soit-il ». Déjà, d’où cela venait cette idée de meilleur ami ? On n’était plus au lycée. Et, comme je lui avais si bien signalé, contrairement à tous les autres invités, je ne faisais pas partie de l’élite de la Potential Home. Pas vraiment. Je ne me mélangeais en tout cas pas avec ses membres, et cela me convenait tout à fait.

Mais j’étais tout de même venu. Parce qu’au final, je ne raterais pas une occasion de boire. Et qu’il y aurait tout de même une ou deux personnes avec qui je pourrais avoir une discussion un tant soit peu intéressante. Et bon, si cela faisait plaisir à Alice et Dinah, tant mieux. Je m’étais donc pointé en début de soirée, profitant du peu de monde pour directement aller m’asseoir au bar à l’écart. Roxy avait préféré passé la soirée avec ceux qui étaient restés à l’école, et ne pas avoir mon assistant extroverti n’allait pas m’aider à aller vers les autres. J’avais tout de même été vaguement salué Alice et sa compagne. On lui avait déjà donné notre cadeau avec Roxy, quelques disques à ajouter dans son vieux jukebox que la propriétaire des lieux avait retapé et améliorer.

J’observais ensuite les invités entrer, restant à distance. Je n’avais pas envie de me mêler à eux, et pour leur dire quoi, de toute façon ? J’avais beau être engagé pour surveiller qu’aucun dingo n’allait se faire sauter dans leur école, cela ne faisait pas vraiment un bon sujet de discussion. J’eus cependant un hochement de tête en direction du soigneur ailé, par politesse. De même pour la serveuse du diner où j’allais parfois et qui faisait un excellent café. Et puis, il y avait la blonde assise pas loin de moi et qui semblait aussi apprécier la notion de tranquillité. Après quelques instants, je reconnus l’assistante du patron d’Arkadia, et levait brièvement mon verre à sa suite, dans un salut silencieux. On se comprenait.

Malheureusement pour moi, rester seul avec mes bières ne semblaient pas être possible à long terme. Owen débarqua, avec la jeune femme qui l’accompagnait. Une journaliste photographe que je connaissais de réputation, me semblait-il. Je poussais un profond soupir, et essayais d’au moins sembler de bonne humeur. Ce qui échoua assez lamentablement, mais on ne se refaisait pas.

"Salut." dis-je simplement au musicien, m’attardant un instant sur sa nouvelle coupe de cheveux avec un froncement de sourcils, avant d’hausser les épaules. Et de me concentrer sur la dénommée Grace. "Enchanté."

Mais lorsqu’Elias arriva à leur suite, je sus que j’avais définitivement gagné le gros lot. Il me fallait une nouvelle bière d’urgence. Après lui avoir bien signalé de garder ses distances, leur discussion me fit lever les yeux au ciel.

"Pourtant, je me serais bien passé de vos commentaires. Pourquoi vous n’allez pas vous amuser avec vos amis, plutôt que de rester avec un vieux con comme moi ?"

Je regardais tout particulièrement Elias en disant cela, qui répondit comme à son habitude avec un rire. Sa bonne humeur me fatiguait. J’entamais une nouvelle bière, les suivants du regard alors qu’ils montaient sur scène avec d’autres, plus exaspérés et bougon qu’avant. Je vis ensuite Charles Whitmore discuter avec Owen, me demandant bien ce qu’une star comme lui pouvait faire ici. Puis de me rappeler ses salutations chaleureuses avec Elias précédemment. Evidemment. Inutile de dire que j’avais encore moins envie de le croiser. Au moins, sa sœur était agréable à écouter.

Alice, malgré le fait qu’elle était assaillie de partout, trouva un moment pour venir me parler. Je roulais des yeux, la fixant avec une moue.

"A quoi tu t’attendais ?" répliquai-je en continuant ma bière, espérant me noyer dedans et pouvoir oublier que j’étais ici. A la mention d’Elias, je me renfrognais encore plus. "Je suis pas sa nounou. Et il a tous ses autres plans cul pour lui tenir compagnie, il a pas besoin de moi."

Ce fut à son tour de lever les yeux, mais elle se contenta d’enlever mon chapeau pour m’ébouriffer les cheveux dans ce geste maternel qui m’énervait tant. Elle dût ensuite aller réceptionner le gâteau pour l’installer sur la table du buffet. Je me sentis un peu coupable de lui avoir parlé de la sorte alors que c’était son anniversaire, et fis donc un effort pour me lever et aller avec tout le monde –même Rackham était apparu, d’on ne sait où- auprès d’elle pour prendre une part. Toujours en traînant des pieds, mais je l’avais tout de même fait. De même, j’avais accepté une part de dessert. Malgré le fait qu’il soit surchargé, il ne semblait pas mauvais. J’en pris un petit bout pour le goûter, mais au bout de quelques secondes, quelque chose me dit qu’il se passait un truc anormal. Ce n’est qu’en sentant ma conscience chavirer que je parvins à faire le lien.

"Putain de…"

M’affalant à terre, je parvins à lutter quelques secondes avant de sombrer.

Résumé:
 
Data
Sphère Economique
avatar
Messages : 120
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Télékinésie
Revenir en haut Aller en bas
Sam 24 Mar 2018 - 23:07
À quoi pensait-elle ?
À quoi pensait-elle lorsqu'elle avait accepté l'invitation de son ami et amant régulier de l'accompagner à une soirée dans un club de Dean Village ?

Elle soupirait à présent, en descendant les marches des escaliers du petit immeuble un peu vétuste dans lequel elle sous-louait une chambre. Elle n'était pas encore dehors qu'elle sentait le froid s'engouffrer en elle. Elle n'avait plus la moindre envie d'affronter les températures glaciales de la capitale, et le thermomètre près de zéro accentuant son désir de rentrer se terrer sous la couette avec un bon bouquin ou à continuer d'écrire son article en préparation.
Qu'elle idée saugrenue également l'avait traversé lorsqu'elle avait sorti une robe de sa penderie. Même moelleux, ses collants de laines n'étaient nullement suffisant à protéger ses gambettes.
Elle regrettait parfois cet optimisme déplacé et pestait contre les saisons coriaces de l'hémisphère nord.
La rudesse du climat, l'absence de soleil et la morne luminosité la rendait maussade si ce n'était irritable.

L'hiver s'étirait et prenait ses aises, ce qui rendait folle notre protagoniste. Elle se sentait coincée dans une vie morose dont elle n'arrivait à se défaire.
Plus rien dans cette ville qui l'avait vu grandir ne semblait lui correspondre. Ni son rythme, ni ses habitants, qu'elle voyait à mille lieues de ses préoccupations.
Elle n'arrivait pas à entrer en phase avec Edimbourg. Elle avait perdu ses repères, les lieux qu'elle avait connu ne lui semblaient plus si familiers, les gens avec qui elle avait partagé son adolescence avaient prit d'autres chemins. Elle n'avait pas la moindre notion d'où il fallait "être", quelles soirée il fallait fréquenter, quelles choses il fallait aller voir, ou entendre.

Son cœur lui semblait encore vibrer à l'heure sud américaine et son esprit semblait bloqué dans une étape de sa vie qui s'était achevée prématurément, contre son gré, violemment.
Plus les jours passaient, plus elle se sentait étrangère à cette megapole.
Elle avait pourtant rencontré de nouvelles personnes, retrouvé d'ancienne, entrepris d'aller de l'avant dans son travail, et heureusement d'ailleurs, pour autant, il y avait toujours se vide qui la rattrapant et occupait l'espace de sa poitrine.
Dans le silence glacial des ruelles d'Edimbourg, elle entendait parfois la chaleur de sonorité d'une langue latin, les bruits de l'animation d'un là-bas... Mais ce n'était qu'une perception de son esprit.

Lorsque la silhouette emmitouflée d'Owen se présenta devant l'immeuble, son cœur se serra un peu. Elle n'avait pas eu le courage de refuser. Il avait cette façon. De vous exposer les choses qu'il était d'ailleurs rarement possible de lui refuser quoi que ce soit. Il était vrai que lorsqu'il l'avait invité à l'accompagner à cette soirée, avec son enthousiasme si caractéristique, elle s'était trouvée partante. Il lui avait assuré qu'il y aurait pleins de gens géniaux qu'il connaissait et qu'il voulait absolument lui présenter. Grace était un être social et n'avait jamais vraiment eu de soucis à faire de nouvelles rencontres. Elle aimait la diversité et l'humain.
Cependant, depuis plusieurs mois, elle n'avait tout simplement pas envie.
Elle n'avait pas osé décommander. Parce qu'elle n'était pas de ces gens qui changent d'avis, de ceux qui laissent en plant. Peu importait ce qui lui en coûterait, elle n'aimait pas l'idée de renvoyer l'image de quelqu'un qui lâchait la partie. Elle irait à cette soirée, boirait quelques cocktails pour se donner du courage, sympathiserait et ferait la conversation avec des inconnus même si c'était la dernière chose dont elle avait envie, puis, après une heure et demi où deux pour faire bonne mesure, elle rentrerait sans passer pour une rabat-joie.

En raison de la température et parce qu'il ne voulait trop tarder dans le froid, nos deux protagonistes échanger en des salutations rapides. Vox prit tout de même le temps de complimenter la jeune femme sur sa tenue et en quelques centaines de mètres ils rejoignirent le bar d'un bon pas.
Il était encore tôt, et la fréquentation calme. Grace ne savait dire si elle préférait arriver en avance, alors qu'il n'y avait trop de monde encore -moins de monde à saluer- ou en retard, lorsque les lieux étaient bondés -plus de monde mais beaucoup moins attentifs et déjà très occupés.
La nomade soupira intérieurement, elle ne devait pas réfléchir de cette façon, il y avait une grande probabilité pour qu'elle passe tout de même une bonne soirée. Sur ses lèvres, elle avait plaqué un petit sourire poli et son maquillage lui donnait une suffisamment joli physionomie pour qu'elle n'ait grand chose d'autre à faire.

Une fois à l'intérieur, la jeune femme avait noté le soin particulier qui avait été apporté à la décoration des lieux. Elle ne s'était pas attendu à autant d'efforts et se sentit presque immédiatement replonger dans les livres l'illustration de son enfance, qui contait en une version un peu abrégée mais avec des images magnifiques, l'histoire d'Alice.
L'atmosphère avait un peu apaisé l'humeur noire de la demoiselle et ses yeux balayant la salle lui faisait un peu oublier ce qu'elle ressassait. Son manteau et son écharpe en moins elle se sentait déjà un peu plus à même de passer une agréable soirée.
Il fallait également dire que la découverte de ce qui se trouvait sous le bonnet de son cavalier eu de quoi la mettre de bonne humeur ! En dépit de la fleur qui ornait la chevelure du musicien, c'était bel et bien la couleur de sa tignasse qui lui tira des yeux rond à la fois incrédule et amusée.

-Tu as perdu un pari ? Lui demanda-t-elle en se marrant -mais à moitié pour ne pas trop le vexer- peu convaincue par ce choix capillaire. Après tout, il lui offrait là matière à le charrier un peu, puisque qui aimait bien, châtiait bien.

Elle se laissa ensuite guider par son partenaire qui l'entrainait, d'un bras complice autour de la taille, à sa suite.
Ils saluerent en premier lieux et comme semblait le vouloir l'usage, la gérante des lieux dont l'anniversaire servait de prétexte à cette atypique soirée. La nomade en profita pour faire rapidement connaissance, souhaiter les formules d'usage en une telle occasion et congratuler la tenancière pour les efforts très réussis à recréer ce petit bout d'univers. Somme toute, la jeune femme qui partageait son prénom avec la jeune héroïne de Lewis Carroll et sa compagne lui étaient particulièrement sympathiques. Elle aurait plaisir à échanger d'avantage avec ces dernières si l'occasion se présentait, la soirée ne faisait que commencer.
Pour l'heure, ils avaient visiblement d'autres salutations à payer et après réflexion, Grace ne savait si elle aigoissait un peu à l'idée d'entrer autant dans le monde de son ami, ou si au contraire, elle en était profondément flatté. Son sentiment se trouvait probablement quelque part entre les deux.

Les présentations se succédèrent et la reporter faisait un véritable effort pour retenir les noms et les visages, un exercice dans lequel elle n'excellait pas toujours.

-Non, ça va. Répondit-elle a son partenaire alors qu'il lui murmurait dans le creux de l'oreille. Je pense qu'il me faudra juste une deuxième bière si tu veux que je tienne le rythme, renchérit-elle sur le ton de la plaisanterie, un large sourire coller sur les lèvres. Son verre n'en était pas moins au deux tiers fini, un bon moyen de garder Owen attentif à son taux... d'hydratation.

Visiblement, et ce malgré l'ambiance festive qui imprégnait les lieux, il y avait au moins une personnes en ces lieux dont le désir de se trouva là était inférieur au sien et ne prenait pas grand peine à le cacher.
L'avantage de Grace était que chaque gorgée de bière la rapprochait d'une douce euphorie qui lui faisait gentiment oublier qu'à peine une demi heure plus tôt, elle aurait donnée n'importe quoi pour ne pas avoir à sortir de chez elle.
Les présentations avec l'individu particulièrement renfrognée furent, si ce n'était locasse, néanmoins sincères

-Enchantée, répondit-elle avec un sourire poli.

Elle aurait tout de même cherché à échanger quelques mots si elle ne s'était pas trouvé interrompue par l'arrivée d'un homme qu'Owen lui présenta en des termes dont elle ne doutait pas une seconde de leur véracité. Elle assista à l'échange avec le trio avec amusement mais sans prendre part.
Quelques nouvelles rencontré plus tard, Ve'ix ne résista pas plus longtemps à l'appel de la scène et céda à l'envie d'aller pousser la chansonnette, ce que Grace ne pu que le pousser à faire. Elle-même n'était pas encore tout à fait alcoolisé pour se laisser prendre au jeu de partager avec le public en délire ses pietres prouesses vocales, elle se contentait de servir de groupie aux talents qui se succédaient au micro. Elle se rapprocha néanmoins sensiblement du gâteau qui fut servit. Discutant ça et là avec de parfaits inconnus lorsque l'occasion lui en était donnée. Elle se retrouva sans vraiment savoir comment, avec une part de gâteau entre les mains. C'est à peu près à cette instant qu'elle balaya la foule des yeux pour tenter d'y apercevoir la silhouette de son ami, ou au moins son incroyable tignasse platine. Invisible à l'horizon, elle rencontra néanmoins celle d'un pirate et camarade de longue date qu'elle n'avait pas vu depuis des lustres. Se pourléchant les doigts maculés de glaçage du gâteau, elle avait entrepris de traverser la foule pour saluer Rackham. Elle n'arriva jamais jusque là, sentant sa tête tourner, ses paupières lourdes, elle toucha le sol avant même de se faire la réflexion de son envie subite de dormir.

Résumé:
 
Grace
Sphère Artistique
avatar
Messages : 65
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : /
Revenir en haut Aller en bas
Dim 25 Mar 2018 - 15:02
Gin
IDENTITE : Alice Moore
GROUPE : Habitants
SPHERE : Economie
AGE : 36 ans
ETAT CIVIL : En couple
PROFESSION : Barwoman et tenancière du Alice’s Club, inventrice et mécanicienne
POUVOIRS : Peau résistante au feu et à la chaleur
ETAT DE SANTE :Bon
LIENS : Dinah – Compagne. Data – Meilleur ami. Gear – ancien mentor. Dastan – Ami.


Alice et Dinah étaient des hôtesses attentives. C’était en partie ce qui expliquait le succès de l’établissement, certes assez modeste en comparaison d’autres bars de la ville. Mais les connexions de la PH et l’accueil leur faisaient une clientèle fidèle et proche, ce qu’elles avaient toujours voulu. Et ce soir plus que jamais. Elles étaient entre amis, aussi l’ambiance n’en était que plus informelle et agréable. Elles s’attardèrent un instant auprès du directeur et de sa moitié, Alice en profitant pour parler de leurs propres projets d’enfants avec Dinah, histoire de voir ce que cela créait comme réaction chez le jeune couple. En revanche, Alice afficha son plus beau doigt à l’attention de Gear, alors que ce dernier la taquinait, comme à son habitude. Elle s’inquiétait un peu plus de voir Fawn interagir avec tout ce monde alors que son exubérant père n’était pas loin.
La présence plus discrète de Kevin et de son invitée ne lui échappèrent pas, et Alice eut un sourire en les voyant les deux sur la piste de danse. Elle et Dinah saluèrent chaleureusement les jumeaux Whitmore, les complimentant sur leurs costumes respectifs. Cela faisait plaisir de voir que le thème semblait plaire à de nombreux invités.
"On y a beaucoup travaillé ! " assura Dinah avec un éclat de rire. "Si jamais vous chercher des décoratrices, appelez-nous."
Il ne manquerait que du boulot supplémentaire, pensa sa compagne. Mais d’un autre côté, elles s’étaient beaucoup amusées à transformer l’endroit. Elle fut cependant interrompue dans ses pensées lorsque l’arrivée de Sean lui donna l’occasion de tester à nouveau son système d’élévateur pour lui permettre d’entrer.
"Ça me fait plaisir de te voir, je ne savais pas si tu allais venir…" avoua-t-elle au policier, dont elle connaissait la réserve. Mais Dany était là aussi, et les deux pourraient au moins passer un peu de temps à faire les silencieux ensemble. Elle servit à boire à Sean, avant d’être à nouveau demandée pour saluer d’autres qui arrivaient.
Amusée, elle posa les chaussures Lexy derrière le comptoir, non sans lui avoir signalé que c’était pourtant une très belle paire. La barwoman salua également Amy, se disant qu’elle avait vraiment de la chance d’avoir du beau monde ce soir.
L’arrivée de Death et Delight ne passa pas inaperçue, et l’atmosphère s’en ressentit également. Dinah et Alice allèrent les accueillir comme il se devait, avant de rediriger le jeune Ed dans leur direction lorsque ce dernier arriva. Le benjamin de la soirée, mais sortir un peu semblait lui faire du bien.
Tandis que Mr Richard semblait coincé au lit, leur annonça la charmante Claire.
"J’en suis vraiment désolée… on lui gardera un morceau de gâteau. Et je compte sur toi pour prendre des photos, on s’est beaucoup inspirées de lui et de son univers pour la décoration."
Un autre couple arriva, et la belle Sveda salua tout le monde avec son compagnon. Les deux semblaient rayonner, ce qui fit plaisir à Alice. Elle avait beaucoup d’estime pour tous les fondateurs de la Potential Home, et l’archéologue lui semblait être une personne de confiance et sympathique.
On ne pouvait rater l’entrée en scène de James, mais sa présence fit plaisir aux deux organisatrices. Difficile de le faire quitter son travail, après tout ! Et ici, tout le monde était libre d’être comme il était, lui aussi, malgré l’envergure de ses ailes.
Miranda Lockhart faisait plutôt partie de l’équipe des taiseux, et elle s’était installée non loin de Data. Alice savait pourtant que, dans un cas comme dans l’autre, leur présence voulait dire beaucoup, et elle l’appréciait à leur juste valeur. Elle lui remplaçait régulièrement son cocktail et Dinah venait ajouter une petite ombrelle.
Il lui fallut un moment pour reconnaître Riley sous son magnifique maquillage, qui ne manqua pas d’impressionner les deux organisatrices, et Dinah prit même une photo en la félicitant. Le plaisir de la jeune femme à être ici était également un beau cadeau.
Comme le fut l’étrange peluche offerte par Sebastian, mais qui collait parfaitement au thème. Alice indiqua très vite le buffet au musicien, sachant, tout comme pour Charlie, que son bonheur s’y trouverait.
Owen arriva en compagnie d’une jeune femme qu’il présenta avant de tendre un bouquet de fleurs à la femme de la soirée. Alice éclata de rire, lui donnant un léger coup de coude avant de l’embrasser en retour en le remerciant. Elle et Dinah saluèrent ensuite chaleureusement la nouvelle arrivante, histoire de la mettre à l’aise dans une soirée où elle ne connaissait presque personne. Sa présence au bras du musicien vaudrait quelques questions par la suite, mais pour l’heure, la dénommée Grace avait encore beaucoup de personnes à qui être présentée.
Dany, comme à son habitude, boudait dans son coin. Heureusement, Alice le connaissait bien, et ne se formalisait pas trop de ses commentaires. Cela finirait par passer. Peut-être. Elle se contenta donc de lui patpater la tête.
"Relax Dany ! On est là pour s’amuser ! Tu sais quand même ce que c’est ? " dit Dinah en riant.
Les gens semblaient heureux du petit karaoké, certains s’y mettaient même très sérieusement. De même, le buffet avec eu son petit succès. La pièce maîtresse venait d’ailleurs d’arriver en la présence d’un énorme gâteau, dont chacun reçut une part.
"C’est une surprise, je ne sais pas vraiment." avoua Alice à la question de Death sur le contenu de la pâtisserie. "Mais je connais bien celui qui l’a fait, il invente toujours des trucs supers."
Alice remarqua alors l’arrivée d’un retardataire, aux vagues airs de pirate. Mais elle n’eut pas le temps d’aller le saluer que, tout comme les autres, elle sombra dans le sommeil suite aux étranges effets du gâteau…

______________

La chute sembla durer une éternité. A tel point qu’Alice commença à s’ennuyer. Au début, c’était un peu angoissant. Puis intriguant, alors qu’elle voyait des objets étonnants tout autour d’elle. Un piano. Un miroir. Une table, des chaises. Et était-ce elle, ou l’endroit ressemblait vraiment à un terrier de lapin ? Il ne fallait pas non plus que cela dure trop longtemps, que se passerait-il sinon ? Elle est-ce qu’elle allait passer le reste de son anniversaire à tomber ? De sa vie ?
Cependant, elle ne se rappela pas de son arrivée. Elle se réveilla d’un seul coup, assise à une étrange table. Elle était d’une longueur impressionnante, et pour cause, tous ses invités y étaient attablés à ses côtés. Tout était dressé pour prendre le thé : de nombreuses tasses et théières fumantes, mais aussi des sandwichs et desserts variés. Dans l’assiette de chacun, se trouvait un petit bout de papier, avec une énigme : Quelle est la différence entre un bureau et un corbeau ?
Alice allait faire remarquer qu’ils étaient tous affublés d’étranges costumes. Certains portaient carrément des oreilles de lapin ou d’autres animaux, tandis que d’autres ressemblaient aux rois et reines de jeux de cartes ou d’échecs. Avant de remarquer que ses propres vêtements avaient été remplacés par une petite robe bleu victorienne avec un tablier blanc, des chaussettes blanches et des souliers vernis. Un serre-tête venait même compléter sa tenue.
Comme une vraie Alice. Mais… qui était Alice songea-t-elle ?
Elle n’avait pas l’impression que son don marche ici non plus, ce qui était aussi assez étonnant. Mais le pire était sans doute ce sentiment que tout cela n’était finalement pas si déstabilisant. Comme si c’était presque normal de se retrouver dans un lieu aussi improbable et pourtant familier.
Quelque chose de plus important s’imposa très vite à son esprit. Elle tourna la tête, parcourant le visage de chacun autour de la table. Sans parvenir à trouver celui qu’elle cherchait.
"Dinah ? Est-ce que vous avez vu mon chat Dinah ?"
Sa compagne féline manquait en effet à l’appel. Ni une ni deux, elle se leva pour quitter la table. Et remarqua que l’endroit dans lequel ils se trouvaient ressemblait à une immense pièce, comme l’entrée de la maison d’un géant. Une table de la taille d’un petit immeuble se trouvait non loin, ainsi qu’une porte. Cette dernière était cependant de la taille d’une main et semblait être l’unique sortie de cet étrange endroit.
Après quelques recherches, Alice remarqua alors une clé, posée sur la table-immeuble et que l’on remarquait à travers le plateau en verre. Mais comment grimper là-haut ?
Au pied de la table, elle remarqua alors un petit tas de cookies qui disait MANGE-MOI. Après quelques hésitations, elle en mangea un. Et vit sa taille doubler. Voilà qui allait faciliter l’ascension.
"Aidez-moi à monter là-haut !" dit-elle à l’attention de ceux qui voudraient l’accompagner, tandis que les autres continuaient à prendre le thé. Ou à faire… Dieu savait quoi d’autre.
Tout cela n’avait aucun sens, mais pourquoi diable est-ce que cela aurait dû en avoir un, après tout ? A la réflexion, cela n’étonnait pas vraiment Alice.




Résumé:
 
Storyteller
Maître du Jeu
avatar

Messages : 86



Revenir en haut Aller en bas
Dim 25 Mar 2018 - 15:05
La soirée était réussie, c’était le moins qu’on puisse dire. Et c’était certainement dû au fait que du beau monde y participait. Cela donnait presque le tournis de saluer tous ces visages connus, mais toujours avec un sourire sincère. Et puis, avec Charlie à mes côtés, je ne pouvais que rayonner. Alice aussi affichait une expression lumineuse, bien qu’elle soit toujours occupée quelque part, à accueillir les gens ou à les servir. Elias était occuper soit à saluer les nombreuses personnes qu’il connaissait, soit à se faire remarquer sur scène. Je pouvais donc me relaxer un peu, profitant des autres invités et de la soirée.

"Bonjour Amelia." dis-je en saluant la militaire avec un grand sourire, ravi de la voir. Surtout au vu de notre dernière rencontre, au salon des inventions. Mais inutile de penser à cet événement, surtout quand la fête était aussi prenante que ce soir. "Très bien, et j’espère que Lexy et toi également. Ça me fait plaisir de vous voir toutes les deux."

Je la laissais ensuite se présenter à Charlie, et inversement, un sourire doux sur le visage. Amy semblait bien se porter, et la présence de sa compagne n’y était sans doute pas étrangère. Cela faisait plaisir de la voir ainsi, même s’il restait quelque chose de très formel dans ses manières. Les habitudes professionnelles, on ne se débarrassait pas facilement.

A l’arrivée de Delight et Death, j’allais les retrouver pour les saluer, tout comme Gear, tout aussi heureux que moi de voir la Famille. Ou du moins, une partie de cette fascinante fratrie. Amusé, j’écoutais Death m’expliquer pourquoi leur frère n’était pas venu avec elles. Et à bien y réfléchir, c’était effectivement peu son genre de venir à ce style de soirée.

"Il est festif… à sa manière. Une nap party, ça existe vraiment ? En tous cas, très jolies oreilles !"

Le thème semblait avoir inspiré de nombreuses personnes, et c’était tant mieux. Alice et Dinah avaient beaucoup travaillé pour transformer le bar en une sorte de pays des merveilles, et on pouvait dire que c’était une réussite. Surtout en ce qui concernait le buffet, qui avait, apparemment, eu beaucoup de succès. Laissant la famille avec le jeune Eden, et dans le ballet des invités, je saluais ensuite les jumeaux Whitmore, eux aussi déguisés pour l’occasion, ainsi que Claire, donnant tous mes vœux de rétablissement à son mari absent ce soir. Sveda, Dante et James furent les suivants, et il me fallut quelques instants pour reconnaître Riley sous son maquillage. J’étais cependant ravi de la voir ce soir.

Owen arriva au bras s’une jeune femme dont le visage ne m’était pas inconnu, et je les saluais tous les deux avec un sourire franc. Au nom de Grace, mon cerveau parvint à la situer et mon sourire n’en fut que plus grand.

"Vous êtes journaliste, non ? Cela me ferait plaisir de discuter avec vous, à l’occasion. Mais pour l’heure, je vais vous laisser profiter de la soirée. Surveiller bien votre cavalier, je le connais."

J’adressai un clin d’œil à Owen avant de les laisser s’éloigner, avant de me concentrer à nouveau sur Charlie. L’heure du gâteau nous rassembla tous autour du buffet, et je me contentais d’une plus petite part que celle de ma compagne. Ce qui fut cependant suffisant pour me plonger dans un sommeil profond.

Je ne sus pas combien de temps dura l’impression de tomber, et ce fut d’autant plus troublant que j’avais l’impression de ne pouvoir rien y faire. Alors que d’ordinaire, le temps, c’était plutôt mon domaine… Et puis, je ne pensais pas trouver des objets aussi étranges dans un terrier de lapin. Quoique, ledit terrier étant anormalement profond, ce n’était peut-être pas étonnant. Peut-être que j’allais me retrouver de l’autre côté de la terre. Était-ce seulement possible ? Je commençais à avoir de drôle d’idées.

Je finis par me réveiller en sursaut, assis à une immense table servie pour le thé. Dans un geste automatique, je passais une main dans la poche d’un gilet que je ne me souvenais pas porter pour en retirer une montre à gousset que je ne me souvenais pas avoir. Constatant l’heure, je me sentis pâlir.

"En retard ! Je suis en retard !"

Pour quoi ? Je n’arrivais pas à le dire. Je me sentais juste… en retard. Et angoissé à cette pensée. Cependant, je remarquai alors que tous les autres invités portaient des costumes étranges. A commencer par Alice et Charlie, assises à côté de moi. Si la première portait une robe bleue à tablier, la seconde était carrément affublée d’un étrange costume de licorne. J’allais ouvrir la bouche pour faire un commentaire, avant de sentir quelque chose sur ma tête. Lentement, mes mains montèrent le long de mon visage pour constater que mon crâne était surmonté de deux oreilles de lapin. Un rapide coup d’œil au bas de mon dos me signala même que j’avais la queue qui allait avec.

"J’aurais bien besoin d’une tasse de thé." soupirai-je à l’attention de Charlie, avant de m’en servir une. "Tant pis si ça me retarde encore plus."

Une fois la première gorgée avalée, je me sentis un peu mieux. J’observais l’énigme dans mon assiette, intrigué, jusqu’à ce que l’agitation d’Alice ne m’en détourne. Cela me rendit encore un peu plus nerveux, mais je ne pouvais pas laisser mon amie dans cet état.

"Je vais t’aider." annonçai-je, la suivant en faisant d’étranges bonds de lapin qui ne semblèrent toutefois parfaitement normaux et naturels. J’étais un lapin blanc, après tout. Arrivés au pied de la table, j’observais avec une certaine appréhension le biscuit. Avant d’en manger un bout, à la suite d’Alice. Désormais deux fois plus grand, je lui fis la courte échelle pour qu’elle puisse commencer à grimper afin d’atteindre le sommet de la table. Et la clé qui nous permettrait peut-être de retrouver Dinah.

Résumé:
 
Dastan
Sphère Technique
avatar

Messages : 834
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps




Don't waste your time or Time will waste you



Revenir en haut Aller en bas
Dim 25 Mar 2018 - 15:08
GEAR
IDENTITE : Elias Dewey
GROUPE : Potential Home
SPHERE : Technique
AGE : 154 ans
ETAT CIVIL : Célibataire
PROFESSION : Mécanicien, chercheur, directeur de diverses industries mécaniques
POUVOIRS : Vieillissement ralenti et capacité à voir à travers les différentes couches de la matière
ETAT DE SANTE : Bon
LIENS : Dastan : ami/mentor. Sveda : ami. Cheshire : père. Data : flou.


Avec ses amis, à boire et à manger ainsi qu’une scène pour le karaoké ; Elias ne pouvait être que dans son élément. Et puis, c’était l’anniversaire de son ancienne assistante, raison de plus pour faire la fête ! S’il ne se privait jamais d’embêter Alice, elle le lui rendait bien. Mais ce soir, son attention pouvait se porter sur littéralement n’importe lequel des invités, qu’il connaissait d’une manière ou d’une autre. Même s’il gardait toujours un œil sur sa fifille, d’une façon ou d’une autre.

"Aussi en forme que tu es charmante, ma chère Angie !" répondit-il à Delight, non sans son habituel charme. Il s’entendait avec tout le monde, mais il avait une affection particulière pour la serveuse et sa famille.

Même s’il papillonnait d’un bout à l’autre du bar pour discuter ou saluer des connaissances avec l’aisance sociale qui le caractérisait, il prenait toujours un moment pour jeter un regard vers sa fille, et vers Dany, toujours accoudé seul au bar. Lorsqu’Owen arriva en compagnie d’une jeune femme et se dirigea vers le détective qu’Elias se décida à les rejoindre, d’autant plus de bonne humeur maintenant que son ami et collègue de débauche était là. Il rit avec lui, comme deux gamins fiers de leur blague, avant de se concentrer sur la dénommée Grace.

"Enchanté, très chère." dit-il en faisant une courbette exagérée, avant de rire à la remarque du musicien. "Je vais prendre ça comme un compliment."

La mauvaise humeur du détective ne l’empêcha pas de continuer à sourire, même si un bref instant, quelque chose passa brièvement dans le regard du fondateur. Quelque chose de plus doux, avant qu’un nouveau rire ne le fasse disparaître. Il se concentra alors sur Owen et Grace, indiquant en particulier à cette dernière.

"Ne vous laissez pas avoir. Même s’il semble grognon, Dany est quelqu’un de très gentil. Contrairement à Owen, qui ne m’a jamais parlé de vous, et c’est vraiment impoli de sa part !"

Toujours en riant, il retourna au karaoké en compagnie d’Owen. Il faut d’ailleurs ravi de voir que Death le rejoignait sur scène pour enchaîner les titres les plus amusants et parfois d’un goût un peu douteux. Carmen, Owen, Lexy, l’autre Elias, et même la douce Charadh se joignirent à eux.

"C’est une excellente idée Claire, je vais m’occuper de ça !" répondit-il à la remarque de l’épouse Richards qui proposait de monter un groupe à la PH.

Après un crochet en direction de sa fille pour voir comment elle allait, et une nouvelle session karaoké, le moment de manger le gâteau arriva. La chute qui suivit l’endormissement amusa cependant beaucoup Elias, bon public et surtout, d’une humeur de plus en plus légère. Lorsqu’il se réveilla à la table en compagnie des autres, il portait un costume rayé rose et violet, ainsi que deux oreilles et une longue queue de chat assortie. Contrairement à Dastan, il explosa de rire en découvrant tous les autres invités costumés.

"Je ne sais pas ce qu’on a pris, mais je veux la recette !"

Il observa ses deux voisins de table, Data dans un improbable accoutrement de lièvre de Mars, et Owen dans celui du Chapelier fou. Il se pencha vers ce dernier pour lui glisser, avec un sourire amusé et entendu en désignant les oreilles de Dany :

"Charmant et approprié, tu ne trouves pas ?"

Ignorant le regard noir du détective, il éclata de rire. A la remarque d’Alice, il se contenta d’hausser les épaules, posant ses pieds sur la table et croisant les bras derrière sa tête. Il y aurait bien assez de personnes pour l’aider, et lui préférait profiter de cet étrange tea party avec les autres. Il croisa alors Fawn, dont la tenue de Reine de cœur lui arracha un sourire encore plus grand, et presque inquiétant.

"Moi, je tiens à garder ma tête. Et tout le reste." Nouveau rire, et il commença à servir le thé à tous ses voisins de table, étonnamment à l’aise dans cet étrange environnement. Il s’arrêta un instant devant Grace, déguisée en tortue, et lui adressa un clin d’œil. "La plus jolie et courageuse tortue que j’ai jamais vue ! Pas vrai, Chapelier ?"

Ils avaient beau tous être fous, cela ne voulait pas dire qu’il pouvait s’amuser !




Résumé:
 
Dastan
Sphère Technique
avatar

Messages : 834
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps




Don't waste your time or Time will waste you



Revenir en haut Aller en bas
Sam 7 Avr 2018 - 11:23
Quand Charles rouvrit les yeux, il sut tout de suite que quelque chose n'allait pas. Enfin, ce n'était pas tellement que ça n'allait pas, mais c'était...différent. Déjà, il n'était plus dans le bar. Ils étaient tous dans un bar, avant, non ? Mais cette impression avait de plus en plus de peine à rester tangible, elle ressemblait à une sorte de rêve. C'était comme...se retrouver de l'autre côté de la réalité. Qui pouvait dire qu'il n'avait pas rêvé toute une vie, à errer d'arche en arche pour combattre le crime ? Et puis, cette histoire d'arche, c'était quand même un peu absurde, quand on y pense. Ici au moins, ce qu'on voyait paraissait logique. Parfaitement. Tiens, ça méritait bien une bonne tasse de thé... Mais il y avait des souvenirs qui tenaient à se montrer persistants. Il était venu avec sa sœur, bien sûr -ils étaient toujours ensemble, même quand ils ne l'étaient pas- et ils avaient salué des amis. Alex était là, Elias aussi, il y avait eu des embrassades, des chansons... Un blond séduisant, à qui Charles avait offert un verre, parce qu'il était tout bonnement incapable de passer à côté d'une occasion de séduire. Autant pour maintenir sa persona d'acteur, que parce que c'était idéal pour lui changer les idées. D'autant que le blond était bel homme, il y avait une certaine intensité derrière sa désinvolture qui n'était pas pour déplaire. Et puis...et puis il y avait eu du gâteau.

"Plus j'en vois, plus je ne regrette pas de m'être arrêté à Édimbourg. J'imagine que vous savez où passer du bon temps, dans le coin." avait-il ajouté à l'adresse du blond. Ce qui est normal, non ? Après tout ils étaient tous réunis pour prendre le thé.

Tous ? Il réalisa qu'il ne ressentait plus la présence de Carmen, pas comme d'habitude, pas comme avec leur pouvoir. Mais il tourna la tête, et il vit qu'elle était bien à côté de lui. Et leur lien était toujours aussi présent, juste...différente. Il leur suffit d'échanger un regard pour se comprendre, et ils prirent le temps de se dévisager, avant d'éclater de rire. Tous deux étaient vêtus de costumes exactement semblables : un pull jaune, un grand col blanc sur lequel trônait nœud papillon bleu, et une paire de pantalons rouge vifs qui leur montait presque jusqu'à la poitrine. Et, sur chacune de leur tête, reposait une casquette rouge sur laquelle se dressait un tout petit drapeau jaune.

« Qu'est-ce... »

« ...qui se passe ? »

Où qu'ils soient, ici ils n'avaient pas besoin de pouvoirs psychiques pour terminer les phrases l'une de l'autre. Cela leur venait même plus naturellement que jamais ; c'était même impensable que de faire autrement. L'un commençait ou l'autre s'arrêtait, et vice et versa. A moins que ce ne soit le contraire. Ils n'étaient pas seuls, ils étaient un, sauf qu'on l'avait partagé en deux. Si ça se trouve, ils n'étaient que deux extensions d'un même esprit, allez savoir.

« Regarde, je crois que.... »

« ...quelqu'un a besoin d'aide ! »

En effet, une jeune femme en robe bleue et tablier blanc se précipitait vers une immense table, appelant après son chat. Alice, non ? Plus que jamais. Elle fut rapidement suivie par Alex, doté de ses traditionnelles oreilles de lapin. Les jumeaux ne pouvaient tout simplement pas les laisser se débrouiller seuls ! Charles se précipita en avant, sautant de la longue table comme s'il espérait s'élever dans les airs... avant de s'écraser sur le sol. Tiens, voilà qui était curieux. En même temps, quelle idée, de faire l'idiot comme ça ! Ici, les gens ne s'élevaient pas dans les airs comme ça. Pour aller plus haut, il fallait manger un petit gâteau, voilà qui avait du sens ! Carmen et lui se mirent à grignoter un cookie, avant de se mettre à grandir.

« Nous allons... »

« ...vous aider ! »

Une table géante, ce n'était rien. C'était comme un immeuble, mais en plus sensé : une table, c'était concret. Déjà, personne ne vivait dedans, ce qui était la chose à faire. Vivre dans quelque chose d'autre, c'était...en tout cas, ce n'était pas ça. Carmen hissa Alex sur ses épaules, tandis que Charles faisait de même avec sa sœur. La tour humaine gagnait petit à petit plus de hauteur, rapprochant Alice de son but. Et pour une fois, se dit Charles, c'était agréable d'aider quelqu'un sans qu'il ne soit question de justice...ou de vengeance. Les deux s'entremêlaient dangereusement, mais ici, c'était comme s'il les avait laissées derrière lui. Parfois, il était tout simplement bon d'aller chercher le chat perdu au sommet de l'arbre... ou de la table.

Résumé:
 
Justice
Sphère Artistique
avatar

Messages : 64
Etat Civil : célibataire
Pouvoirs : cognition
Revenir en haut Aller en bas
Sam 7 Avr 2018 - 18:21
OCEANE
Prénom Nom : Emma Rivers
GROUPE : Habitants
SPHERE : Savoir
AGE : 22 ans
ETAT CIVIL : ici
PROFESSION : Institutrice
POUVOIRS : Régénération au contact de l'eau, respiration aquatique, contrôle de l'eau
ETAT DE SANTE : Excellente
LIENS : ici



Océane ne put s'empêcher d'éclater d'un rire solaire et communicatif en observant tout le monde et leur costume. Tout était irréel comme l'habit blanc de Kevin qui faisait ressortir ses cheveux et son regard d'ébène. Il aurait pu être habillé en clown, qu'elle le trouverait toujours aussi beau. Mais là il avait quelque chose de chevaleresque qui le rendait encore plus attrayant. Rapidement, l'institutrice reconnut les personnages d'Alice au pays des Merveilles, c'était un classique qu'on raconte aux enfants des écoles. Elle se sentit bien dans ce contexte car Kevin semblait beaucoup plus relax que d'habitude. Il avait l'air libéré. Cette impression se traduisit par un simple geste qui l'étonna totalement. Il venait de lui attraper la main alors qu'il ne touchait jamais personne. Elle rêvait et quel beau rêve ! Elle secoua la tête de joie, provoquant un éparpillement de poudre d'or sur toute la table.


.






Kevin ignorait totalement ce qu'il se passait. Mais en tous cas, il n'était plus le même. Toutes ses peurs et phobies s'étaient envolées, mais pas que : il était totalement désinhibé comme s'il venait de fumer un pétard. Lorsqu'il saisit la main d'Océane, il avait l'impression de planer parce qu'il n'avait pas ressenti de brûlure , de pensée. Rien. Presque rien car il ne cacha pas son bonheur de pouvoir tenir la main à une belle fleur telle qu'Océane. Son rire était contagieux.

Il inspira fortement, pour retrouver du sérieux. Se sentant investi d'un courage héroique, il fit un baise main à sa marguerite dont le visage prit une couleur pourpre. La tenue blanche de Kevin avait capté les paillettes d'or saupoudrées par sa Marguerite, lui donnant maintenant l'apparence d'une tenue de danseur de discothèque des années 70-80.


- Suis moi, on va s'amuser !.

Qui aurait cru trouver un éclat coquin dans le regard de Kevin ? Ce qui allait suivre personne n'aurait l'imaginé dans le monde réél...Kevin commença à chatouiller les aisselles de la base de ceux qui constituaient la pyramide des porteurs, tandis qu'il se faisait gronder par son amie Emma , comme elle l'aurait fait à un enfant de son école.

Résumé :
 
Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 516
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Dim 8 Avr 2018 - 11:37



Curiouser and Curiouser! WATCHMAN & EVERYBODY

_ Je ne savais pas trop moi même, jusqu'à la fin. Je sais que les filles n'interprétront pas mal ma remarque. Aprés tout, cela n'a rien à voir avec ce qu'elles sont, elles. Y a une cagnotte pour le cadeau ? Je n’ai pas anticipé cet élément. Je ne suis pas doué pour ces trucs. Mais, là non plus, je ne suis pas super inquiet, au pire des cas, ce sera un cadeau à contre temps. Alice ne s'arrête pas sur ce genre de détail. Je souris à la belle et la laisse filer reprendre ses charges d'organisatrice.

Plus jeune, j'avais été un bon fêtard. Jamais en reste pour rejoindre une soirée. C'est passé depuis. J'aime mieux suivre de loin. Je reprend mon observation des entrées et sorties du club, en profitant de mon premier verre. Il y a quelques visages que j'identifie, pour les avoir croisés à l'un de mes passages dans l'école. Alors que je m'avance pour partager la pâtisserie il me semble apercevoir la barbe de Jack. Tiens, le marin a posé pied à terre. Après le gâteau j'irais lui faire un coucou.

Je ne sais pas combien de temps s'est passé. Mais quand j'ouvre de nouveau les yeux la sensation de chute me prend la poitrine. La sensation de l'attraction terrestre qui m'attire dans... un puits sans fond. Non... je pensais m'être débarrassé de ce cauchemar-là. Ce n'est pas possible. Je sais que dans quelques secondes je vais entendre les AKA, détonner. Ce n'est pas du tout ce qui était prévu.

La sueur qui se plaque sur ma nuque et sur mes aisselles me donne presque froid. Il faut que je me réveille ! Maintenant !

… Mais c'est quoi ce bordel ! Je ne suis pas sur le terrain, non. C'est... une bonne nouvelle. Mon pouls se calme un peu. L'adrénaline à quand même eu le temps de monter. Je ne sais pas du tout où je me retrouve. Qu'est-ce qu'Alice a mis dans ce gâteau ?! Ça fait trois ans que je n'ai rien pris de sérieux. Si je suis positif à quelque-chose je vais louper ma chance avec le projet de l'autre trou du c' allemand. Merde... En même temps, je ne me sens pas vraiment défoncé. Non. C'est autre chose.

J'essaye de comprendre ce qui se passe. Pourquoi est-ce que tout le monde est costumé ? Pourquoi je porte un nœud papillon ? Pourquoi je... Où est « T » ? Putain, pourquoi, je suis assis sur une chaise.

_ Où est-ce qu'il est ?! Pourquoi j'ai l'impression que si je tombe de la chaise, je vais me faire très mal. Je me sens lourd. Je me sens comme pataud. La voix de Dastan me fait lever le nez. J'ai du mal à vraiment croire à ce que je vois... Danny ? Mes arcades sourcilières s'inclinent. J'ai l'impression qu'elles descendent plus bas que d'habitude. Lui aussi il est là.

Je ne me sens pas super bien. Le machin autour de mon cou me dérange. Mais qu'est-ce qui se passe. Pourquoi que tout le monde s'agite ?

_ J'en veux bien. Avec un truc relevé en fond... Non, là c'est un cas de force majeur. Je ne vais pas gérer ce délire collectif sans un peu d'alcool dans le sens. Je lance un regard à la tenue d’Élias. Il me ferait presque flipper avec son air machiavélique. La nana à côté, j'ai l'impression de la connaître. Mais d'où, alors ça ?

Je suis des yeux les jumeaux alors qu'ils quittent la table. Je me souviens du dernier film de Chuck. Il y a une scène ou deux où il était pas mal. Mmm, je crois que je le préfère à sa sœur. Même si je reconnais qu'elle a une voix... pas commune. Ah, ils nous foutent des devinettes dans l'assiette. Ils feraient mieux de nous mettre de la bouffe. Et puis celle-là, elle est nulle. J'en connais une mieux. Je ne sais pas trop comment. Mais, elle me vient toute seule. Ça donne :

_Laissez tombez. J'en ai une mieux. Écoutez ça : Humpty-Dumpty était assis sur un mur. Ok ? Humpty-Dumpty fit une grande chute. Et Tous les chevaux du Roi, ni tous ses hommes, Ne purent remettre Humpty-Dumpty entier. Hé hé ! Alors, hein. Sérieux... même moi, je ne sais pas ce que ça veut dire.

© CRIMSON DAY

Résumé:
 
Watchman
Sphère Militaire
avatar
Messages : 116
Etat Civil : /
Pouvoirs : Magnétisme
Revenir en haut Aller en bas
Dim 8 Avr 2018 - 12:42
CURIOUSER AND CURIOUSER !

ALL







*Non mais on m'a pas dit que c'était un truc costumé... Pas moyen. Nop, nop, nop. *

Mr Jones n'était pas un partisan du costume. Il trouvait aux déguisements trop peu de crédibilité. Aussi Mr Jones s'était souvent moqué de ses camarades qui n'hésitait pas à enfiler un costume pour aller faire du grandeur nature dans un parc. Mr Jones n'arrivait pas à saisir l'intérêt de se prendre pour ce que l'on ne pouvait être. Mais voir deux immortelles se prêter au jeu avec un enthousiasme aussi sincère adoucissait le jugement de Mr Jones.

"C'est cool... Oh pas mal les costumes ! haha Heu... non, je vais casser les oreilles de tout le monde. Haha. Mais j'peux t'encourager."

Mr Jones restait à proximité, de sa grand-mère et de sa tante, dont les présences avaient un effet positif sur lui. Mr Jones sentait à quel point les membres de sa famille étaient appréciées dans la communauté des prodiges. Cela continuait de le perturber, lui qui avait connu le harcèlement dans la banlieue de NYC. C'était pour cette raison que Mr Jones conservait quelques réserves et qu'il essayait de ne pas trop s'attacher à ses camarades.

"Salut Blanche Neige, ouais, c'est cool de s'voir. On fait aller ! Ouip ! Et toi ? Comment va ? " (Demanda Éden en s'écartant lentement de la douce Immortelle.)

Mr Jones, entouré de ces personnes bienveillantes, sentait une partie de son appréhension se dissiper. Le sevrage physique de la drogue avait donné un nouvel accès à ses sensations. Mr Jones se retrouvait de nouveau capable d'une empathie naturelle. Il restait à proximité de la sereine Riley, alors que ses yeux partaient parfois espionner les mouvements des autres jeunes.

"Wep, lui-même ! Éden Jones. Vous vous êtes... " (Éden scrutait le visage du brun, pour retrouver dans quel contexte, il avait pu le voir.)

Mr Jones avait malheureusement une très mauvaise mémoire. Tout ce qu'il avait vécu en étant sous stupéfiant constituait une banque de souvenirs déformés. De ce fait, Mr Jones avait encore beaucoup de mal à distinguer ce qui faisait parti du réel et du fantasme dans le magma de son passé. Mr Jones avait donc pris pour habitude de ne jamais s'avancer de trop dans les conversations, ce qui lui permettait d'avoir les informations à travers les paroles de son interlocuteur.

* J'suis stone ? … Punaise, je suis stone. … Bon, bah Ok... *

Mr Jones se retrouvait pris par une sensation de vertige très familière. Le phénomène semblait durer un moment interminable. En voyant les objets tournoyer autour de lui Mr Jones se convainquait qu'il avait été drogué à son insu. Mr Jones se demandait s'il serait considéré comme le coupable dans ces conditions. Mr Jones s'était très souvent retrouvé dans ce genre de situations étranges et sur lesquelles il n'avait aucune prise. Aussi Mr Jones n’eut aucun problème pour adhérer à ce qui se passait.

Mr Jones se retrouvait attablé avec tous les autres invités. Il sentait entre ses mains un objet qu'il n'avait jamais vu avant.

* MDR, Okay... autant en profiter. *

Mr Jones entreprenait tranquillement d'allumer le calumet de la paix. Il retrouvait les gestes rituels avec un réconfort inattendu. Ce contexte si familier et confortable avait un effet très apaisant sur Mr Jones. Une langueur sans pareille le gagnait de minutes en minutes. Avant même qu'il ne s'en rende compte tout à fait Mr Jones était le plus détendu des jeunes hommes.

"Alice, ça va aller. Garde ton sang froid..." (Marmonnait Éden avant d'aspirer une première taffe.)

Mr Jones était en train d'abandonner tout son contrôle en se créant son propre alibi. La tentation était bien trop forte pour que Mr Jones ait le désir de penser aux conséquences. Bercé dans son illusion, Mr Jones replongeait dans cet état létargique avec le plaisir des retrouvailles.



Synthése action:
 
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 8 Avr 2018 - 16:21


Curiouser and curiouser
Ce soir… c'est PARTY HARD ! Et tout ça sur le thème de Wonderland. Parce que c’est l’anniversaire d’une amie d’Alex alors réunion dans leur club pour fêter ça dignement ! Du coup pour ça y a une bonne partie de la PH qu’est là. Et même d’autres têtes connues ! Bref, de la bonne compagnie. Même si ça m’empêche pas de profiter tout spécialement de celle de mon asperge personnelle. La main fourrée dans la sienne, je lui souris de tout mon petit cœur. Depuis trente centimètres plus bas, certes, mais quand même. Je suis sure qu’il peut l’apercevoir de tout là-haut ! Après tout, je passe tellement de temps à l'observer comme ça que j'en oublie quelques instants qu'on est pas que les deux.

Le premier rappelle s'appelle apparemment Amelia. Voire Amy pour les proches, du coup c'est le nom que je choisis d'adopter pour elle. D'accord, je viens de la rencontrer mais les amis de mes amis sont mes amis, non? Alors si Dastan l'apprécie, moi je l'adopte tout de suite! C'est comme ça que ça marche, le plus simplement du monde! En tous cas avec moi.

La ronde continue rapidement à tournoyer et je me retrouve en face de Claire. Qui me rappelle rapidement que j'ai toujours pas été faire un tour dans sa boutique. J'aimerais pouvoir dire que c'est juste par manque de temps mais.. en vrai, je crois qu'il y a une part de moi qui n'aime pas trop ce genre d'endroit. Question d'éducation, surement. Pour autant, je finis par me laisser convaincre avec cette dernière fois. Je passerai.

Je retourne ensuite ma concentration vers Alex et les sucreries qu'il mentionne. Comment, avec de tels arguments, ne pas avoir toute mon attention? Tout bonnement impossible. D'autant qu'apparemment y en a en extra spécialement pour moi! Ou plutôt parce que je suis la et que je mange comme deux giga-mammouths accro au sucré. Mais le résultat est le même : je vais pouvoir m'empiffrer librement! D'autant que c'est pas que je commence à avoir un petit creux, mais presque. Et de la taille de Madagascar, le petit creux. La faute à toutes ses merveilles qui se promènent sous mes yeux!

▬ Oh je pense que ça devrait aller pour moi, mais je vais quand même tacher d’en laisser pour les autres …Un peu. je lui lance, avec un sourire angélique.

Parce qu'on sait tous les deux que je suis tout à fait capable d'avaler touuuut ce qu'est étalé devant nous! Et bien plus encore! En fait, tant que y a du sucre, c'est simple, ça passe. Laaaarge même! Ça m'a souvent valu la question de "où est ce que diantre je fous tout ça?" et j'en sais foutrement rien, pour tout dire. Je suis un peu comme un gouffre à glucose. Un gouffre sans fond. Et fière de l'être. Du coup, pas vraiment besoin de me le dire deux fois quand il me propose de me rapprocher du buffet. D'autant qu'Angie et sa sœur sont juste à côté. D'une pierre deux coups! Ou plutôt d'une pierre deux cupcakes à voir comme après avoir huggé la patronne, je laisse mes doigts filer vers les pâtisseries. C'est donc la bouche plein à rebord que je finis de les saluer avant de repérer une tignasse dorée dans la marre de monde. Une tignasse bien connue de petit loup. Je fourre les dernières bouchées dans ma gueule avant de partir en chasse. Avec ma petite taille, je me glisse à travers la foule en essayant de passer inaperçue. Jusqu'à etre assez près pour... lui sauter sauvagement dessus koala style!

▬ CALOUUUP! ...Hello! je balance alors qu'il me réceptionne.

Avec le temps, mon frère a appris à le faire les yeux fermés et sans annonce. Comme Alex maintenant, je les ai bien entraînés! Du coup, pour m'en féliciter, j'en profite pour lui voler le jus de fruit dans ses mains pour le siffler mais... je me rends compte beaucoup trop tard que c'était pas juste une cocktail de fruits. Enfin pas que de fruits du moins. Yerk c'est tellement amer! J'ai besoin de sucre pour contre carrer ce goût horrible! Je descends donc de son dos pour attraper un bout de scone. Dans mon mouvement, j'aperçois Sveda et l'embrasse à mon tour, la bouche toujours pleine! Suivent ensuite Castiel, Riley et Vox. Bien que je connaisse moins le dernier, je les salue tous avec enthousiasme. Comprenez par là des hugs de loutre heureuse et pas loin de l'hyperglycémie, si c'est seulement possible.

L'ambiance fait que gagner en puissance et avec tout ça je me rends compte que j'ai pas encore été souhaiter un véritable anniversaire à la reine de la soirée. Je retourne donc auprès d'Alex pour qu'il m'accompagne quand je le vois arriver. Oh. Le. Beau. Gâteau! Sautillante et frappant des mains à l'idée d'y goûter, j'attrape l'assiette tendue par mon Asperge. Qui s'assure que j'en aurai assez. Tout en ironie bien sûr. Mais une quadruple part, à qui est ce que ça peut bien suffire, voyons?

▬ Oh, je verrai si je me ressers après. je lâche en haussant simplement les épaules.

Avant de lui sourire en grand. J'ai un grand appétit, il est vrai mais j’aime presque encore plus le charrier! Déposant un baiser sur son nez avant de dévorer la part, je... ? Et ensuite… ensuite… hum… J’ai comme un blanc. Tout ce que je sais c’est que je rouvre les yeux, clairement pas au même endroit. Peut-être que finalement, j'en ai trop pris? De sucre donc? En regardant autour de moi, je me dis que c'est peut-être pas si farfelue que ça, comme idée. Alex, par exemple, a l'air d'être encore plus grand, avec ses oreilles qui lui rajoutent bien vingt centimètres encore!

▬ Hééééé, tu triches! que je me plains.

Pas que la différence de taille m'est jamais dérangée mais j'ai envie de me fighter, là tout de suite! Je sais pas pourquoi c'est plus fort que moi. Heureusement mon costume est beaucoup mieux. Je suis une licorne moi! Une jolie petite licorne. Mais voilà qu’il remet ça en avalant quelques miettes d’un gâteau pour gagner en hauteur. S’il veut jouer à ça, on va jouer ! Surtout si le gâteau demande lui-même à être manger. Je que je tâche de faire, sans ménagement ! Espérons simplement maintenant, que je ne rencontrerai pas de lion.

Résumé:
 

Hâpy
Sphère Savoir & Militaire
avatar
WEEEEEE UNICORNS!!! OWO
Messages : 402
Etat Civil : En couple avec Dastan
Pouvoirs : Reverse



Squeak squeak squeak!
 

Revenir en haut Aller en bas
Dim 8 Avr 2018 - 20:01



«I'm not strange, weird, off, nor crazy, my reality is just different from yours. »

Lewis Carroll




    Claire observait du coin de l’œil le couple que formait Alex et Charlotte. Ils étaient tout ce qu'il y avait de plus attendrissants. Ils rappelaient un peu à la fileuse ses propres débuts avec celui que l'on nommait Grimm. Ils avaient cette énergie foisonnante et débordante, que les années leur avaient appris à canaliser. Cette joie, cette vigueur, elle la retrouvait chez leurs enfants. Chacun à leur manière avait une façon de rendre honneur à la vie. Même Andrew, qui pouvait être si calme et introverti.

    « Sebastian ! Je suis contente de vous revoir. Merci, je vais en parler avec James. » Charardh cherchait l'ange des yeux avant de revenir sur le musicien. Elle suivait ce qu'il faisait grâce à Lewis. Ce jeune homme avait quelque-chose qui la touchait. Une douceur et une fragilité qui lui donnait envie de s'adoucir. Elle se disait une nouvelle fois qu'elle devrait tester un cours de piano avec lui. « La boutique va bien merci. Vous y êtes le bienvenu, quand vous le voulez ! J'ai quelques nouvelles choses qui pourraient vous plaire. »

    Le rire de Dewey était communicatif. Sa réputation de gaie luron était connue de tous. Charadh se demandait parfois comment cet homme avait fait pour conserver une telle bonne humeur avec le temps. Elle avait déjà du mal à appréhender le concept de l'immortalité, mais elle avait encore plus de mal à savoir comment les gens comme eux faisaient pour vivre aussi longtemps.

    « Ah ! Élias ! L'idée n'est pas de moi haha. Mais très bien. Il y a clairement du potentiel. » Les jumeaux avaient souvent envie de se mettre à un instrument. Ce serait une bonne opportunité de se lancer.

    Le sourire de Claire s'agrandissait en voyant toute la sollicitude du cercle de Lewis. Une fois encore, ils démontraient qu'ils savaient faire attention les uns aux autres. C'était une véritable force. La Française était chaque fois reconnaissante envers ceux qui avaient proposé ce poste à Grimm. Ainsi, ils avaient pu trouver cette seconde famille.

    « C'est gentil ! Merci pour lui. » La fileuse leva l'appareil avec un air complice. « Oui, je vous les transmettrait. »

    La saveur de la pâtisserie était encore sur sa langue, quand Mrs Richards rouvrait ses yeux verts. Elle mit un temps pour s'adapter à la luminosité. Son esprit était encore un peu confus. Elle se redressait lentement tout en regardant le fauteuil dans lequel elle se retrouvait assise. Le blanc de sa manche la faisait tiquer. Les habits qu'elle portait avaient changé.

    « Qu'est... »

    L'atmosphère était très bizarre. Claire avait l'impression qu'une odeur de rose flottait autour d'elle. Autour d'elle les gens commençaient à se servir du thé en discutant. Elle se demandait si elle avait vraiment envie de boire un thé ou non. La voix affolée d'Alice la tirait de ses réflexions. Elle repoussait vivement le siège pour se lever et rejoindre la petite équipée. Elle levait le nez pour observer la tour humaine se former devant le gigantesque arbre-table. Mais soudain la colonne se mettait à frémir. En baissant les yeux Charadh remarquait que Kevin perturbait la base.

    « Je viens aussi ! Kevin qu'est ce que tu fais ? Aide-les. » L'encourageait-elle aimant en commençant à chantonner une chanson qu'elle ne savait même pas, qu'elle connaissait. Elle se proposait à la suite des autres pour escalader le premier obstacle pour aller à la rescousse de Dhina le chat.


Résumé:
 
Charadh
Sphère Economique
avatar

Messages : 267
Etat Civil : Mariée à Lewis Richards
Pouvoirs : Soin
Revenir en haut Aller en bas
Dim 8 Avr 2018 - 23:00
Les fêtes ce n’est clairement plus vraiment son truc. Fut un temps où elle était autant l’âme de la soirée que peut l’être Gear, mais ce temps-là est révolu depuis quelques années maintenant. Pas après… eh bien ce qu’il lui est arrivé. Certains insensibles diront sans doute qu’elle doit passer outre désormais que le temps à passer mais comment passer par-dessus une montagne qu’on ne veut pas regarder ? Ni même reconnaitre l’existence ? Ceci explique le passage d’une digne héritière Dewey à l’air renfrogner qu’elle affiche actuellement. Cependant, son géniteur ne peut s’en prendre qu’a lui-même concernant son humeur ; l’ayant forcée à se joindre à cette petite sauterie dont elle n’avait pas envie. Cela lui ferait du bien lui avait-il assuré mais elle le suspectait plus de vouloir garder un œil sur elle comme leur contrat le stipulait. Néanmoins, dès lors qu’elle a passé les portes du club, elle s’est rapidement isolée. Ayant quand même souhaité brièvement un joyeux anniversaire à Alice sans desserrer les dents, le coin de la pièce est devenu son ami encore plus rapidement.

Les yeux rivés sur son natel, elle observe tout de même son environnement comme il lui a été appris à faire. Après tout, elle a été entrainée depuis toute jeune à devenir l’agent d’une organisation terroriste et cela ne se perd pas facilement ; quand bien même elle a coupé tous liens avec eux. Du moins essaye-t-elle, quand le grand chef de celui-ci ne semble pas décider à la laisser leur échapper. Ramener sa vie sur de nouvelles rails plus sécures est un travail de chaque instant et elle ignore encore quel chemin prendre. Elle aurait pu être reconnaissante envers l’homme qui, au loin, lui fait signe, mais elle ne voit pas encore assez loin. Aussi retourne-t-elle à son écran, déroulant sous ses yeux des données qu’elle tente de regrouper pour son nouveau patron, présent lui aussi. Et beaucoup plus en synchronicité avec la jeune femme qu’elle a dû devenir.

Finalement, après plusieurs chansons à bouder dans son recoin, le mécanicien vient la trouver. Se sent-il coupable de l’avoir embarqué dans une célébration contre son gré ? Pas le moins du monde. Au lieu de s’excuser, il préfère la provoquer. Sur un karaoké. Nul doute que cela aurait fonctionné dans d’autres circonstances mais trop de choses lui passe actuellement dans le crâne pour qu’elle puisse accepter. D’autant plus vu le nombre de gens qui connaissent son identité. Ou son lien avec l’homme.

▬ Nope, merci. fait-elle, sèchement.

De l’ironie dans ses remerciements ? Absolument. Elle veut lui faire comprendre que c’était une mauvaise idée de la forcer à venir, mais il ne semble pas réellement comprendre le message. Et qui sait, d’eux deux qui est celui qui a raison ? Car à peine est-il retourné sur la piste qu’elle est rejoint par Amelia.

▬ Je… Je vais bien. Et toi ? demande-t-elle en retour, ses doigts tirant sur son top. Moi aussi. finit-elle par ajouter, plus timidement, à l’entendre dire qu’elle est contente de la voir.

Et c’est la vérité, même si c’est dur pour elle de l’admettre. A vrai dire, elle a encore beaucoup de mal à croire qu’elle lui adresse encore la parole après tout ce qu’elle a pu apprendre à son sujet. Ou tout ce qu’elle a pu lui faire. Après tout, même si ça n’a pas été son attention puisqu’elle avait demandé à ce qu’elle ne soit pas présente, Fawn lui a fait revivre l’un de ses traumatismes. Chose qu’elle ne réussit pas encore à gérer pour elle-même. Alors elle ne peut encore qu’imaginer… Pourtant, une part d’elle-même est reconnaissante de cette… patience. Elle qui construit des murs pour laisser à l’extérieur le reste du monde, elle voit que malgré tout, certaines personnes refusent de partir. Que malgré cette peur de pouvoir s’accrocher, on continue de tenir à elle et pardonner ses erreurs. Oh combien nombreuses, le reconnait-elle…

▬ Oui, c’est lui… qui l’eut cru ? soupire-t-elle au constat d’Amy.

Après avoir cherché l’identité de cet homme durant toutes ces années, avoir fait des plans sur la comète avec son amie, voilà qu’elle l’a enfin découvert. L’ironie étant que depuis toutes ces dites-année, il avait toujours été sous leurs yeux. Et si cette nouvelle, bien que choquante, aurait pu la mettre en joie à une époque, elle ne trouve qu’à souffler désormais. Pour être épuisant, il l’est. Et le fait que son amie d’enfance le souligne lui tire un léger sourire. Pour autant, s’il pouvait être chiant, il lui a aussi permis de choisir sa prison. Car c’est ce qu’est la Potential Home pour elle, actuellement. Ils ont beau déguiser ça sous le terme d’accord, elle n’en est pas moins prisonnière. Coincée dans un choix qui n’en a pas vraiment été un, puisque la prison classique n’était pas réellement une option qu’elle aurait pu se permettre sans mettre en danger son père adoptif. Elle ne lui a pas donné signe de vie depuis la prise du Harrington et pourtant, elle ne souhaite pas pour autant le mettre en danger. Il faut simplement qu’elle prenne le temps de savoir quoi faire. Et Elias lui a offert cette chance. Alors elle accepte ses conditions. Même si cela la mène dans ce genre de soirée qu’elle aurait préféré éviter.

Après quelques temps à discuter et un verre de jus de citron avalé, Amelia cède sa place à un nouveau participant. Jimmy James James Novak. Celui qui l’a sauvée. Pour le meilleur comme pour le pire. Ses sentiments à son égard sont toujours mitigés, répartis entre la rancune et un elle-ne-sait-quoi. Attrapant une part de gâteau pour s’occuper les mains, elle lance un dernier regard à son amie avant qu’elle ne les laisse à deux et se retrouve sans savoir sur quel pied danser.

▬ Bonsoir… ? se contente-t-elle de répondre, incertaine, sa main accompagnant le tout.

Ou peut-être son hésitation est-elle dû à ladite pâtisserie elle-même ? Qui sait ? En tous les cas, Fawn ne tarde pas à rejoindre les autres dans ce monde de merveilles. Et un costume pour le moins… pratique. Si on oublie, eh bien, presque tout. Entre le corsage serré et les poufs sur ses hanches, elle n’a plus grande marche de manœuvre. Sans parler de la collerette qui lui bouche la vue de part et d’autres. Le seul avantage en vérité, c’est ce droit divin qui lui semble octroyé de demander quelques décapitations. Auquel son père tient à échapper.

▬ Dans ce cas, loin de moi, le chat de gouttière.

Car oui, il est devenu un chat. Un vulgaire chat. Une pâle copie de ma grandeur. Qui espère-t-il donc tromper avec un tel déguisement. Il n’y a qu’un seul Cheshire et je le suis. Fin de la discussion. Autant dire qu’a la moindre erreur, ce sera plus que sa fourrure miteuse qui prendra. Qu’il en soit averti.

D’ailleurs, de ceux qui risquent leur tête actuellement, le premier est Ed. Car fumer sous les yeux de Fawn c’est signer son arrêt de mort quand elle a déjà pu vous donner un avertissement. Se dirigeant vers la larve fumante, elle se redressa de toute sa hauteur pour commander son armée.

▬ Qu’on lui coupe la tête ! éructe-t-elle, en le pointant du doigt.

Elle n’avait pas prévu d’en arriver à de telles mesures directement –préférant généralement y aller au poing, elle-même –, elle ne peut que constater que cela a été plus fort qu’elle. Pour autant, et heureusement pour lui, aucune armée de cartes n’est là pour se saisir du coupable. Du moins pour le moment.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mar 10 Avr 2018 - 12:06
J'étais tombée. Je ne sais pas combien de temps avait duré la chute. Quelques secondes, quelques heures ? J'aurais juré voir un lapin, ou au moins quelques papillons. J'aimais bien les papillons. Ils ne vivaient pas longtemps, mais ils étaient libres, débarrassés de leur cocon. Ça me paraissait plutôt bien. Je ne savais pas pour les lapins, ils ne volaient pas normalement. Mais qu'est-ce qui était normal? Tomber, voilà qui l'était. On passait sa vie à tomber, non ? Sans jamais savoir quand on allait toucher le fond. Particulièrement quand l'âge n'avait pas d'emprise sur nous. Alors autant apprécier le voyage. J'espérais que Ed le vivait avec nous. J'avais été heureuse de le voir à la fête, je savais qu'il traversait une période difficile. Le sevrage, c'était une guerre interne, qu'on ne gagnait jamais définitivement. Death et moi faisions de notre mieux pour aider notre descendant à surmonter cette épreuve. Je le nourrissais avec tout ce qu'il pouvait avaler, et Death était toujours partante pour bricoler un moteur avec lui.

L'atterrissage s'était passé sans encombre. Personne n'était étendu sur le sol, les membres brisés ou le crâne fracturé. Personne n'était étendu parce que tout le monde était assis. A une longue table, une très longue table, qu'on pouvait imaginer s'étendre des deux côtés de l'infini. Ce n'était pas le cas bien sûr, mais c'était le propre de l'imagination.Ah, au moins, il y avait du thé. C'était bien, le thé. Cela ne valait pas un bon café bien noir à l'italienne, mais ce monde n'était pas fait pour être affronté sous caféine. Quelque chose me disait que cela n'aurait pas facilité les choses. Je me saisis d'une tasse pour goûter le breuvage, quand je remarquai le gant blanc. Manifestement, j'avais changé de tenue. Ce qui était on ne peut plus juste, j'étais la reine après tout. Ma longue robe blanche, ma crinoline, mes longs cheveux en anglaises parcourues de petites pions blancs en dentelles, et une couronne d'ivoire sur le tout. Dans l'autre main, j'avais une sorte de longue tige au bout de laquelle se trouvait un petit masque de nacre. J'étais on ne peut plus royale, et un brin vaporeuse. Je me sentais flotter au-dessus de la masse, mais c'était pour mieux la servir. J'avais de sacrées responsabilités, il me fallait en avoir l'air. C'était la moindre des choses.

« Pourquoi est-ce que j'ai envie d'attraper des insectes avec ma langue ?»
C'était Death, qui passait ladite langue entre ses lèvres, louchant dessus. Elle semblait un peu plus longue que d'habitude, plus pointue. Elle était vêtue intégralement de vert, d'un costume qui rappelait Robin des Bois, mais avec un motif d'écailles et de longs collants émeraude. Un petit chapeau en triangle reposait sur sa coiffure, et elle avait une queue qui s'enroulait autour de sa chaise.

« Voilà qui n'est pas très royal. Reprends donc une tasse de thé, plutôt. Et un petit biscuit. »

« Pourquoi pas ? » Death haussa les épaules. D'une certaine manière, elle s'apercevait du curieux de la situation, mais plutôt que d'aller contre, elle se laissait prendre au jeu avec plaisir. Elle espérait juste qu'elle n'allait pas se mettre à muer. Et comme moi, elle appréciait toujours lorsqu'elle avait l'occasion de se couper un instant de ses pouvoirs. Elle était en paix avec eux, ce qui n'était pas mon cas, mais c'était rafraîchissant malgré tout. Peut-être qu'il n'y avait pas de mort, ici. En tout cas pour ce soir. La vie avait même pris des formes aussi inattendues que variées, synonyme d'autant de découvertes.

Une commotion dans cette petite foule festive attira notre attention : une jeune femme vêtue de rouge s'en prenait à Ed, notre chenille de descendant. Il soufflait béatement de petits nuages à l'odeur doucereuse au visage de son assaillante. Ah, une autre reine. Et au fichu caractère, cela se voyait tout de suite. Plus important, elle s'en prenait à mon petit neveu ! Voilà qui était inexcusable. Hors de question de laisser mon sujet se faire ainsi malmener, surtout quand il faisait partie de ma famille ! Je me dirigeai droit vers eux, d'un pas léger, comme si je me déplaçait sur mon petit nuage personnel. Death prit ma suite, sa queue balayant l'air derrière elle.

« Pour qui vous prenez-vous ? Couper la tête de nos sujets, voilà quelque chose d'on ne peut plus barbare ! Vous feriez mieux de retourner jouer au croquet, plutôt que d'aboyer ainsi sur un citoyen ! Et puis vous savez bien que les pions l'emportent toujours sur les cartes, le jeu est bien plus subtil. »

Je me fendis d'un large sourire, me sachant resplendissante de sagesse et de bonté. Parfaitement. Derrière moi, j'entendais ma sœur dire : « Je sais que cette chenille est mon petit-fils, mais elle a l'air diablement appétissante. Et aromatisée en plus... Mais est-ce bien raisonnable ? »

Résumé:
 
Delight
Sphère Economique
avatar

Messages : 94
Etat Civil : célibataire
Pouvoirs : modifie la réalité autour d'elle à travers ses émotions
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: New Town :: Dean Village :: Alice's Club-