[CLOS] Patron... (Beleth &Tigress)

 :: Édimbourg :: New Town :: New Scotland Yard Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 22 Déc 2017 - 18:57
22 août 2017

Tigress
IDENTITE : Jessica Keenan
GROUPE : Haute société
SPHERE : Juridique
AGE : 32 ans
ETAT CIVIL : Célibataire et sans enfant
PROFESSION : Avocate privée
POUVOIRS : Aucun
ETAT DE SANTE : Fumeuse, droguée, insomniaque
LIENS : Employée de Beleth, membre de l'Ordre, Amie de Junior, Adversaire de Rix



_ «  Bande de frustrés ! » 

D’un geste d’humeur, Jessica Keenan jeta le journal sur la banquette. L’édition matinale du Gardian rejoignit une dizaine de quotidiens inter arches de ce matin du 22 août. Le Duc de Lampeduza faisait les gros titres. La nouvelle de son arrestation s’était propagée de New Victoria à Paris en quelques heures. Des politiciens des quatre coins de l'Archipel félicitent “cette action sans précédent contre la corruption”. Les alliés de Beleth, inquiets, accusaient les subordonnés. Quant aux ennemis ils se frottaient les mains à la vue de la place à prendre. Autant dire que l'ambiance était électrique !

Un SMS, d’un sympathisant des Lampeduza, fit perdre ses dernières couleurs à l’avocate du mafieux. Le Conseil venait d’annoncer sa volonté d’ouvrir une enquête “approfondie” sur les importations émanant de l'arche de Palerme.

Quelques secondes plus tard, arriva la réaction de  Giulia Tomasi-Lampeduza (sœur et second) du Parrain confirma l’étendue de la crise. Une montée de stress secoua la jeune femme qui se dandina sur le cuir noir. Jessica posa une main sur la portière de la BMW, pendant que le moteur ralentissait.

_ « C’est bon Luke arrête-toi là.» 

L’homme de main du trafiquant, avait momentanément enfilé le costume de chauffeur, pour conduire la représentante légale de la famille à N.S.Y. Il n’avait pas ouvert la bouche de tout le trajet. il fallait bien dire que les 36 heures sans sommeil commençaient à faire leurs effets sur le personnel de la Villa Sofia. Pareille à une cellule de crise la demeure était sur le qui-vive depuis la veille au soir.

Jess, avait à peine eu le temps de passer chez elle, pour prendre une douche et enfiler un tailleur. Les cheveux roux, tirés à quatre épingles, le rouge à lèvre, le fond de teint et le tour été joué. Un café et des amphétamines faisaient le reste du travail, stimulant son cerveau suffise ment pour qu'elle soit capable de gérer la situation.

_ « Restes dans les parages.» 

Le vent écossais fouettait le visage de Keenan. Elle eu même un peu de mal à trouver son équilibre sur le trottoir aux pavés disjoints qu'un giboulée rendait dangereusement glissant. Elle se reprit très vite et parcourue les derniers mètres lentement, notant du coin de l’œil, les effectifs déployés autour de l'édifice.

Arrivée au pied des marches, l'Américaine s'arrêta faisant mine de remettre en place la bandoulière de son sac, ménageant un temps, pour s'assurer que tous les observateurs aient le temps de la voir et de l'identifier. Elle monta la première marche avec ce petit balancement de hanche travaillé, dégageant, elle le savait un sex-appeal tout à fait inapproprié au pied d'une institution judiciaire d'état.

Connue des services, attendue, Jessica paraphrasa la liste des visiteurs, en exigeant de voir son client « Vito Lampeduza » dans une salle climatisée. Tout en rendant son stylo à la secrétaire, elle récita une liste de réclamations sur les conditions d'incarcérations du Duc. Chacune était légale, écrite noir sur blanc dans les textes, et agaçante à mettre en place. Ce qui était précisément le but.

Deux agents s'occupèrent de l'escorter jusqu'à Beleth. Après un bref coup d’œil sur leur mine fermée, Jess décida d'ajouter un dernier élément de contrariété, et demanda à avoir accès au rapport de mission de l'équipe d'intervention en charge de l'arrestation. Elle savait que personne n'avait eu le temps de le faire, évidement, mais les chefs allaient le pousser.

La lumière crue du néon augmenta sa migraine d'un cran mais s'avança sans ciller jusqu'à la table. Keenan y glissa sa sacoche et en sortie une liasse de documents, qu'elle posa en ordre à l'angle opposé. Ensuite elle ouvrit l'ordinateur portable et l'alluma avant de tirer la chaise dans son dos et de s'asseoir. Ce ne fût qu'une fois assise, face au trafiquant, que Jess s'adressa à lui dans un langage convenu entre eux.

_ « Votre sœur s'est occupée de tout. Les invités ont compris. Ils regrettent cette fin malheureuse. »  La Duchesse s'était volatilisée quelques minutes après l'arrestation et n'avait pas encore redonné de signe de vie.

_ « Ils n'ont pas le droit de vous garder plus de 72 heures. Mais... il va y avoir une enquête. Une enquête « sérieuse ». »  Et ça, ça, c'était inhabituel... et inquiétant.


Strega
Sphère Artistique
avatar

Messages : 411
Etat Civil : Mariée au Duc Lampeduza
Pouvoirs : Inibition du gène x chez autrui
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 4 Jan 2018 - 19:32

La fin du vernissage ne s'était clairement pas passé comme Vito l'avait imaginé... terminer sa nuit au commissariat n'avait pas fait partie de ses plans. Ce genre de situation ne faisait jamais parti de ses plans. Mais il fallait bien avouer que les flics avaient été plus malins ou plus courageux pour une fois. Il leur laissait cela. Ce n'était pas non plus la première fois qu'il se retrouvait derrière des barreaux, les polices italiennes et siciliennes avaient déjà tentées de le faire tomber. Mais il était bien difficile de le lier à tous les trafics dont on l'accusait. Sans comptait qu'il soudoyait suffisamment de monde pour qu'on lui foute la paix... normalement.

Etendu sur son lit de fortune, son nœud papillon défait, le costume ouvert, une main sous la tête, le duc observait le plafond de sa cellule, tout en réfléchissant. Cherchant ce qu'il avait pu faire de faux cette fois-ci. Et il fallait bien le dire, peut-être avaient-ils un peu trop sous-estimé MacBeathag. Il pouvait mettre sa main au feu que l'ordre était venu de lui. Et il était venu le narguer... cet homme avait du cran. Savait-il quand même que l'on ne s'attaquait pas à une organisation comme la sienne sans se prendre des retours de bâtons? Ce qu'il avait pu vivre face aux terroristes n'étaient rien en comparaison de ce qui pouvait l'attendre et une balle dans la cuisse serait très clairement le dernier de ses soucis.

Mais notre homme s'égarait un peu. Il savait parfaitement que l'on ne pouvait s'attaquer à un Président impunément. Il faudrait se montrer extrêmement prudent. Pour l'instant, il lui fallait surtout rester le plus tranquille possible et espérer que toutes ses défenses étaient en béton armé. Ses pensées partirent aussi un instant sur la compagne de son cadet, Amélia Clark avait fini par avouer ce qui se tramait au conseil, mais il semblait qu'ils avaient quand même réussi à les prendre de court... était-elle liée à tout cela? Il lui faudrait en avoir le cœur net et faire ensuite ce qu'il faudrait pour s'occuper des traîtres et des taupes à l'intérieur même de la Famille... que cela plaise ou pas à Ezio.

Il avait fini par s'endormir dans cette position, ce fût l'un de ses gardiens qui vint le tirer de son sommeil, pour lui faire comprendre que son avocate était là. Keenan ne perdait jamais de temps et c'était aussi pour cela qu'il l'avait engagé. Il connaissait suffisamment la jeune femme pour savoir qu'elle était plus qu'efficace et que tous les corps de justice ne pouvaient guère l'apprécier. Elle emmerdait son monde et il adorait ça. Elle le faisait avec une telle désinvolture que s'en était presque grisant. Cette demoiselle irait très loin, si elle bossait bien, bien évidement. Avec un sourire aimable, il se leva alors, se passa rapidement une main dans les cheveux pour les coiffer, un coup de brosse à dent et il était d'attaque. De toutes les façons, il ne pouvait guère faire plus.

Pourtant, ce fût avec les traits légèrement tiré que Lampeduza débarqua dans la pièce où il serait tranquille avec son avocate. Il remercia à nouveau le gardien, d'un franc sourire, tout en sachant que son pouvoir ferait le reste. Personne dans la prison ne viendrait l'emmerder. Déjà parce qu'il dégageait toujours cette aura plutôt sympathique, ensuite parce que dans le milieu, il était connu. Les prisonniers savaient à qui ils risquaient d'avoir affaire, s'ils se permettaient de l'attaquer. S'installant sur la chaise, non-menotté, il se frotta légèrement la barbe.


- Maître. Pour la saluer d'un petit signe de la tête, avant de l'écouter avec attention. Au moins, sa soeur prenait les choses en main, comme elle le faisait si bien. Et mon épouse? Le silence de Nikolas pouvait être inquiétant, surtout qu'il l'avait vu disparaître avec tous leurs ennemis avant que la police ne vienne gâcher la tête.

Il tapota de ses mains sur la table en métal.


- J'avais cru le comprendre, ils ont l'air d'avoir un dossier sérieux cette fois, Jessica. Pourquoi rien n'a été fait dans ce sens? La fixant alors tout en levant légèrement un sourcil. Je ne vous paie pas pour arriver après la cavalerie, Keenan. Les choses étaient donc dites, il faudrait qu'elle puisse lui prouver qu'ils avaient de quoi se défendre... ou elle pouvait risquer de disparaître, elle aussi.

C'était ça, le prix à payer pour bosser pour un type comme Lampeduza. Le peintre pouvait être agréable, le parrain lui, était intraitable.
Beleth
Sphère Artistique
avatar

Messages : 173
Etat Civil : Marié à Strega
Pouvoirs : Charme surnaturel, télépathe
Revenir en haut Aller en bas
Dim 7 Jan 2018 - 14:33
Tigress
IDENTITE : Jessica Keenan
GROUPE : Haute société
SPHERE : Juridique
AGE : 32 ans
ETAT CIVIL : Célibataire et sans enfant
PROFESSION : Avocate privée
POUVOIRS : Aucun
ETAT DE SANTE : Fumeuse, droguée, insomniaque
LIENS : Employée de Beleth, membre de l'Ordre, Amie de Junior, Adversaire de Rix



Malgré tous les privilèges du parrain de la pègre, la salle était sous surveillance. La conversation était enregistrée par une caméra placée à l'angle. Quelqu'un était certainement en train de suivre la scène de l'autre côté d'un écran. Absolument tous leurs gestes et leurs paroles seraient décryptés. Un fait que Keenan ne manquait pas de garder en tête lorsqu'elle s'adressa à son patron.

_ «  Je n'ai pas été en contact avec elle depuis votre arrestation. Maurice est sur le coup. » 

Pelletier, en dehors du mari, était probablement l'homme qui connaissait le mieux les raisonnements de la Duchesse. La dame était de toute façon connue pour avoir des réactions parfois étranges. Keenan n'y prêtait pas plus d'attention que cela. Son contrat concernait d'abord les intérêts du Duc. Ce qui aurait été plus simple si la sœur n'avait pas fait barrage.

_ «  Monsieur, je suis sur le coup. … c'est une opération de grande ampleur. Votre famille n'est pas la seule sur le feu. Ils veulent éradiquer tout le réseau.» 

Il avait fallu déjà plusieurs semaines pour que mettre la puce à l'oreille de l'Américaine. Depuis trois mois le Conseil passait des décrets qui compliquaient le transport de leurs marchandises. Keenan, avait été assez réactive jusqu'ici, pour que leur impact soit limité. Elle avait compris un peu trop tard que c'était une tactique à deux niveaux. Quand elle l'avait compris personne ne l'avait écouté.

_ «  Le Conseil et le CSN ont décidé de s'en prendre à vos affaires légales. » Une alliance qui allait leur donner du fil à retordre. Le Président ne s'était jamais caché de ses intentions. Il avait fait un joli coup. Ça ! Même s'ils avaient des contacts dans les deux sites, l'information avait été très bien gardée. «  Votre frère m'a laissé regarder. Tout est en ordre... »  Il y avait deux ou trois dossiers à la limite légale mais ce n'est pas ce qui inquiétait Jessica. Ses préoccupations allaient plutôt vers le beau-frère, Antonio.

Mais Jess savait que les membres de la « famille » avaient droit à une tolérance particulière. Ce qui n'arrangeait pas toujours son travail.

_ «  Monsieur... » Keenan redoutait qu'un troisième niveau stratégique se dissimule sous tout cela. Les activités des Lampeduza allaient bien au-delà du trafic. Certains membres de la famille étaient beaucoup moins précautionneux. Jess passait son temps à couvrir leurs arrières. Sans compter sur les cachotteries de Madame. «  Il va falloir faire un ménage de printemps. » 

Depuis qu'un certain Wang avait reprit en main le clan Chinois, les forces s'étaient progressivement déplacées. Si les Siciliens étaient encore bien en place, cette attaque directe contre leur pouvoir, pouvait leur faire beaucoup de mal. La rouquine avait déjà fait la liste des noms les plus compromettants à éliminer. Dont certains d'entre eux étaient sur la sélette depuis un moment. Il était grand temps de faire le ménage par le vide.

_ «  Et parler avec Mira Cavallieri. » Dans certains cas, l'union faisait la force. Dans le cas présent, ils parlaient presque de sauvegarder un mode de vie. Enfin c'était là, l'avis de l'avocate, rien de plus.




Strega
Sphère Artistique
avatar

Messages : 411
Etat Civil : Mariée au Duc Lampeduza
Pouvoirs : Inibition du gène x chez autrui
Revenir en haut Aller en bas
Dim 21 Jan 2018 - 12:30
Il était bien normal qu'ils soient surveillés. Vito n'en attendait pas moins de ses ennemis. Tout en sachant aussi, que ce qu'il disait à son avocate était placé sous le sceau de la confidentialité client/avocat, les flics ne pourraient rien faire contre cela, même s'ils le souhaitaient. Alors des micros dans la pièce, il en doutait. Qu'ils tentent de lire sur leurs lèvres si cela leur chantaient, Jessica aurait alors de quoi les battre fortement. Mieux valait ne pas laisser la possibilité à cette femme de vous rentrer dedans. C'était pour cela qu'il l'avait pris pour sa protection.

Continuant de se frotter doucement la barbe, il l'observait tout en l'écoutant. Elle semblait assez épuisée, bien que le maquillage et le reste cachait le plus gros, mais il la connaissait bien. Comme il connaissait tous ses employés en fait. Ils ne devaient pas avoir beaucoup dormi depuis l'arrestation. Un petit mouvement de la tête marqua les paroles de l'avocate.


- Mmm... Tenez-moi au courant.

L'on pouvait craindre le retour de flamme de Nikolas. Il ne fallait surtout pas déclencher une guerre sanglante maintenant. Cela n'aiderait en aucun cas la cause du parrain. Il valait mieux faire profil bas, voir jouer aux cons, faire comme si l'on ne comprenait pas de quoi l'on pouvait être accusé. Donner l'impression d'être l'agneau qui venait de naître. Oui bon certes, avec un type comme lui, la chose pouvait s'avérer difficile, mais rien n'empêchait d'essayer.

Les informations de Jessica pouvaient être inquiétantes, le Président tenait donc ses promesses, mais il vivait pourtant dans une belle utopie. Un réseau comme celui de Lampeduza, voir celui des autres familles, ne s'éradiquait pas si facilement. Voir même, ne s'éradiquait pas tout court. Comment réussir à faire tomber des entreprises aussi tentaculaires? S'il pouvait les faire disparaître d'Edimbourg, il ne pouvait pas aller plus loin et dès qu'il ne serait plus à la tête du pays, ils reviendraient s'installer. C'était là toute la patience de ces prédateurs. Vito avait toute la vie devant lui, contrairement à MacBeathag.


- Voilà qui ne manque pas d'ambition. Fit alors un parrain presque amusé.

Son petit sourire restait pourtant affiché au coin des lèvres, pour la simple et bonne raison qu'il serait curieux de voir le conseil se casser les dents sur les affaires légales de la famille. Ezio n'avait jamais dépassé les limites, parce qu'il était celui qui aurait voulu faire sortir la famille de tout ce qui était illégal, chose qui ne s'était jamais faite, même au moment où il avait repris les affaires du père. Alors il s'efforçait de rester droit dans ses bottes avec son commerce et le reste, Vito lui avait toujours voué une confiance aveugle. Malgré son acoquinance avec Clark.


- Je sais que l'on peut parfaitement avoir confiance en Ezio et la tenue des affaires... ne vous inquiétez pas pour cela.

Keenan ne semblait pour autant pas si rassurée ou sûre d'elle que cela. Savait-elle des choses qui lui avaient échappées à lui? Il la fixait toujours, attendant qu'elle dise le fond de sa pensée. Se croisant alors les mains, tout en se penchant légèrement en avant, sans la quitter des yeux, il attendit quelques secondes avant de répondre. Car ce qu'elle venait de dire, n'était clairement pas innocent.

- Pourquoi ça? Un ménage de printemps, ce n'était pas une mince affaire et surtout, il se voyait mal faire disparaître des gens, actuellement. Ce serait donner des armes aux ennemis.

La proposition suivante ne manqua pas de lui faire froncer les sourcils. Etait-elle au moins sérieuse? Mira Cavallieri était une vipère. Sans doute pire que son épouse parfois et il ne voulait surtout pas venir à elle, surtout pas dans ces conditions. Peut-être que c'était son égo qui parlait, mais il refusait de faire une alliance alors qu'il était potentiellement diminué pour que cela lui rapporte.


- Et de quoi donc devrions-nous parler, à votre avis, maître?

Avant de dire quoi que ce soit, Lampeduza préférait entendre les arguments qu'avancerait la demoiselle. Peut-être marquerait-elle des points, ou pas. Mais mieux valait entendre ce que l'on avait à dire, avant de donner une réponse négative. Bien qu'il doutait sincèrement que ce soit pertinent et utile à sa famille.
Beleth
Sphère Artistique
avatar

Messages : 173
Etat Civil : Marié à Strega
Pouvoirs : Charme surnaturel, télépathe
Revenir en haut Aller en bas
Mer 31 Jan 2018 - 18:42
Tigress
IDENTITE : Jessica Keenan
GROUPE : Haute société
SPHERE : Juridique
AGE : 32 ans
ETAT CIVIL : Célibataire et sans enfant
PROFESSION : Avocate privée
POUVOIRS : Aucun
ETAT DE SANTE : Fumeuse, droguée, insomniaque
LIENS : Employée de Beleth, membre de l'Ordre, Amie de Junior, Adversaire de Rix



Keenan baissa le menton pour signifier qu'elle ne manquerait pas de donner les informations que Pelletier voudrait bien lui transmettre. Encore fallait-il que le garde du corps daigne décrocher son cellulaire. Madame lui avait certainement confier une mission. La Sorcière referait surface quand elle le voudrait bien.

_ «  Oui... » Ils n'étaient plus dans les années 60 aussi la Pègre était beaucoup plus dénigrée par l’opinion publique. Il était moins bien vue d'organiser la vie d'un quartier avec un code de l'honneur à l'Italienne. Ils ne pourraient pas non plus s'appuyer sur les indics habituels pour avoir les infos. Ils leur faudrait plus de pot de vin. «  Beaucoup de pouvoirs politiques soutiennent son projet. L'arche de Londres parle déjà de faire voter un décret similaire. » La jeune femme avait également eu des échos de la New Victoria, de l'arche Parisienne, de celle de Sao-Paulo... A cette allure l'Archipel allait devenir un terrain miné.

Jessica décida de garder pour elle, la question de l'organisation qui était à la solde de la Duchesse, pour le moment. Il y avait des éléments plus importants à voir avant que l'enquête ne soit lancée par Scotland. Elle ouvrit une chemise grise et épaisse de quelques centimètres, pour en tirer trois clichés. Sur chacun d'eux Monsieur Antonio Tomasi se trouvait en présence du bras droit de Pietro Kassianov. Autrement dit le numéro 1 des Russes. Le Sicilien fricotait avec les Scandinaves.

_ «  Votre beau-frère a été vue à plusieurs reprises dans le quartier des Russes. » La Donna ignorait tout de cette surveillance concernant son époux. Celle-ci avait été commanditée par Strega, trois mois plus tôt. Un soupçon dû au compte rendu d'une de ses filles. Elle avait agit par précaution. Malheureusement celui-ci semblait se vérifier. «  Trois versements inhabituels ont été fait sur son compte la semaine dernière.» Jess ne croyait pas au hasard quand il était question d'argent. «  Votre sœur ne sait rien.»

Le PC affichait un écran noir continu. Comme lorsqu'un programme malveillant boque le démarrage. En soi, l'avocate avait plusieurs sauvegardes de son travail, sur différents supports. Il n'y aurait pas de perte de données. Agacée, la rousse écarta l'appareil.

_ «  Des Chinois, Monsieur. » Guerre du Trône ou pas entre les frères Wang, les Asiatiques gagnaient de plus en plus de terrain. «  C'est une position de faiblesse qu'ils vont utiliser. Nous ne sommes plus en aussi bon terme avec eux qu'à l'époque du père. Notre position en Écosse pourrait se retrouver compromise. »

L'aîné, celui qui se faisait appeler « Lingbao » avait clairement une dent contre les Lampeduza. Bien que l'Américaine n'était pas en possession de tout l'historique là non plus, elle pouvait citer plusieurs altercation au cours de l'année écoulée. Kim Wang voulait être Roi parmi les princes. Le fait que Lotte, ex du mafieux, soit la protégée des Siciliens, n'aidait certainement pas. Tout comme le fait qu'elle était de la famille d'Alexander Feuerbach. Le Germanique allait lui aussi profité de cette ouverture. Ce qui en résumé, révélait des ennemis de tous côtés.

L'avocate attrapait de quoi prendre des notes écrite dans sa sacoche. Elle devait repartir avec une déclaration officielle de l'accusé. Elle laissa le temps au Duc d'assimiler les informations et annota deux trois éléments en marge de la feuille.


Strega
Sphère Artistique
avatar

Messages : 411
Etat Civil : Mariée au Duc Lampeduza
Pouvoirs : Inibition du gène x chez autrui
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 29 Mar 2018 - 20:12
- Dites-lui que je vais bien.

C'était important que ce message arrive jusqu'à Nikolas. Qu'elle le veuille ou non, elle ne pouvait se permettre de faire quoi que ce soit qui mettrait son mari encore plus dans les problèmes. Il préférait rester le plus tranquille possible. Ce n'était pas le moment de faire des vagues. La belle rousse semblait suffisamment inquiète pour que cela lui mette la puce à l'oreille. Même s'il pouvait trouver amusant que les politiques ne se réveillent que maintenant, ils pouvaient quand même faire du grabuge. Il savait que MacBeathag était un vrai danger. Peut-être aurait-il fallu l'abattre quand ils en avaient eu l'occasion... maintenant, c'était trop tard. Ils en feraient un martyr et ce n'était clairement pas pour les aider.

- Ne prenons rien à la légère Jessica, mais ne nous montrons pas déjà abattus. Fit-il avec un léger sourire. Nous ne sommes pas si démuni que cela. Qu'importe leurs décrets. Le parrain était confiant, parce que ce n'était pas la première crise qu'il passait. Il y en aurait d'autres et le président de cette arche ne serait pas celui qui le mettrait à terre pour de bon.

Sans doute un peu trop sûr de lui, mais Beleth estimait que celui qui un jour, le ferait tomber de son trône, n'était pas encore né. Ne naitrait sans doute jamais. Avec l'âge, avec l'expérience, il aurait toujours quelques pions d'avance. Même si pour le coup, c'était lui qui se retrouvait derrière les barreaux. Mais rien ne durait jamais.

Les nouvelles suivantes n'étaient clairement pas faites pour lui plaire. Il se redressa légèrement sur sa chaise, pour s'entrecroiser les doigts sur la table métallique, les sourcils quelque peu froncés. Ce qui l'étonnait le plus, c'était bien le fait que personne ne lui en ait parlé. Certes, il revenait d'une longue convalescence mais ce n'était pas pour autant qu'il fallait lui cacher les intrigues de son beau-frère. Ce dernier n'en manquait jamais une pour se mettre dans les pires affaires. Qu'allait-il faire avec les russes? Pensait-il seulement que cela passerait inaperçu? Il se mordillait légèrement la lèvre inférieure, avant de prendre la parole.


- Pourquoi personne ne m'en a parlé? Sa langue claqua sur son palais. Si cet imbécile continuait à agir de la sorte, il risquait d'aller faire un tour au bord de l'Arche. Sait-on ce qu'il trafique avec eux? Son regard planté dans celui de son interlocutrice. Que ma soeur n'en sache rien, tant qu'on n'en saura pas plus! Je sais de quoi elle est capable....

Antonio jouait avec le feu et il risquait bien de perdre, le parrain repoussa les clichés, il n'avait pas besoin de les voir plus longtemps. Il faisait confiance aux informateurs, il n'y avait rien de monté là-dedans. Il se frotta les sourcils en secouant la tête, décidément, ce n'était pas des affaires à régler au sein d'une prison. Pour celle-ci, il serait clairement mieux dehors. Évidemment, Keenan mis sur la table une autre problématique. Un sourcil remonta légèrement.

- Je ne suis pas mort, maître. Si les chinois veulent faire leur place, il va leur falloir déclencher une guerre. Et ni ma sœur, ni moi, ne sommes prêts à lâcher quoi que ce soit. Ils ne prendront pas ce risque, ils ne sont pas assez puissants encore de ce côté du globe.

Giulia était à la tête de la famille en son absence et tous leurs adversaires se devaient de la craindre, car elle était sans doute la plus dangereuse du quatuor. Vito savait faire des compromis, c'était un homme qui se voulait diplomate. Qui ne voulait plus de bain de sang, sa cadette quant à elle, si elle estimait que cela valait le coup, elle n'en aurait que faire de ces belles pensées et c'était ça, qui était dangereux.

- Qu'en dit-elle?

Après tout, il avait besoin de connaître l'avis de sa remplaçante. Il ne pouvait pas tout diriger depuis sa prison, c'était une certitude. Mais transmettre des messages, ça, c'était différent.
Beleth
Sphère Artistique
avatar

Messages : 173
Etat Civil : Marié à Strega
Pouvoirs : Charme surnaturel, télépathe
Revenir en haut Aller en bas
Dim 1 Avr 2018 - 13:21
Tigress
IDENTITE : Jessica Keenan
GROUPE : Haute société
SPHERE : Juridique
AGE : 32 ans
ETAT CIVIL : Célibataire et sans enfant
PROFESSION : Avocate privée
POUVOIRS : Aucun
ETAT DE SANTE : Fumeuse, droguée, insomniaque
LIENS : Employée de Beleth, membre de l'Ordre, Amie de Junior, Adversaire de Rix



L'assurance du Duc Lampeduza n'était guère son avocate personnelle. Celle-ci avait été l'une des raisons qui lui avait fait accepter le poste. Jessica aimait travailler avec des personnes puissantes et même dangereuses. Le jeu de la transgression allait très bien avec sa façon de faire. Cela lui procurait l'adrénaline dont elle avait besoin pour se sentir vivre.

_ «  Oui bien sûr Monsieur. » Keenan avait tenté de contacter son prédécesseur. L'homme avait travaillé pour les Siciliens toute sa vie. Il pourrait l'aider. «  Votre sœur a déjà commencé à organiser la suite. »

Keenan fixait son patron. Il fallait qu'elle se décide rapidement. Elle ne voulait pas que l'affaire lui retombe dessus. Surtout parce qu'elle avait fait sa part. Le reste ne dépendait pas d'elle.

_ «  … C'est un ordre de Madame.» Ce n'était pas le seul du genre. Mais, Jessica ne pouvait pas entrer dans les détails.

La Duchesse avait expressément exigé qu'il en soit ainsi. Pelletier et Keenan étaient les seules personnes au courant... avec le Parrain en plus maintenant. Jess allait contre un ordre direct. Mais, elle considérait cette entorse nécessaire. Beleth devait avoir toutes les clefs en main. Et puis, l'Américaine n'avait jamais beaucoup aimé l'accusé.

Le dossier Tomasi disparu de sur la table. Keenan s'attendait de toute façon à la réaction de son employeur. Aussi avait-elle déjà convenu avec Maurice de la suite de cette « petite » enquête interne. Le sujet de la Pègre asiatique était un peu plus délicate à traiter, par particulier d'ici.

_ «  D'attaquer leur QG du côté occidental. L'arche de Londres. » Les Siciliens avaient quelques postes de garde sur cette arche. En fait, ils en avaient partout de ce côté du ciel. «  Vos frères lui ont plutôt conseillé de ne rien faire. … Le ton est monté. L'ambiance est électrique. »

Cela faisait presque deux mois que l'Italienne avait envie d'agir. Elle s'était abstenue sur la demande de sa belle-sœur. Nikolas ne voulait pas que la situation de Vito soit compliquée. Les coups de sang avaient tendance à empirer les choses. Mais l'arrestation de Vito Lampeduza avait semble-il changé la donne aux yeux de sa remplaçante.

_ «  Et il faut que l'on travaille votre première déclaration officielle. Avant qu'ils inventent plus de théories. » Elle attrapa le journal officiel du matin, pour le mettre sous le nez du prisonnier. La photographie du Duc le mettait en avantage, même menotté. «  Ils vont probablement reprendre l'enquête sur Madame également. La loi sicilienne est plus flexible. Je vais faire valloir sa nationalité pour transférer le dossier à Palerme. » La presse cherchait à faire du chiffre. Rien de mieux pour ça qu'une bonne affaire de « meurtre » dans les beaux quartiers.


Strega
Sphère Artistique
avatar

Messages : 411
Etat Civil : Mariée au Duc Lampeduza
Pouvoirs : Inibition du gène x chez autrui
Revenir en haut Aller en bas
Lun 7 Mai 2018 - 17:21
Vito savait qu'il était bien entouré. Autant n'avait-il pas choisi sa famille, mais les liens étaient si forts qu'il ne craignait rien de ce côté, autant il avait choisi les collaborateurs avec qui il travaillait. Il leur faisait donc confiance, il connaissait aussi leurs qualités et leurs défauts. Jess allait se battre comme la tigresse qu'elle était, tout comme Guilia qui prenait les affaires de la Famille en main, sans qu'il n'ait rien besoin de dire. De toutes les façons, elle était son ombre depuis bien longtemps. Il lui faisait toute confiance.

- Bien, je lui fais toute confiance.

S'il le disait, c'était aussi pour que Jessica n'ait plus à y penser. Il fallait qu'elle le sorte de là, c'était le plus important. Le parrain n'était pas dupe, s'il se retrouvait derrière les barreaux et qu'il avait passé la nuit en cabane, c'était bien que le gouvernement avait quelque chose de sérieux contre lui. Mais il y avait toujours un moyen de réussir à s'en sortir, les dossiers à charge n'étaient jamais complétement en béton. Surtout contre lui. Des brèches avec lesquelles son avocate, un vrai requin, pourrait les utilisées pour l'en faire sortir.

Par contre, que Nikolas se soit permis de lui cacher cette histoire avec son beau-frère... en voilà un... sa mâchoire se serra légèrement. Évidemment, s'il avait été mis au courant, il aurait rapidement prit le problème en main. Peut-être qu'Antonio aurait eu quelques problèmes avec le sicilien. Ce dernier n'aurait clairement pas laissé passer cette histoire sans mettre les points sur les i. Quitte à lui faire faire un tour avec des chaussures en béton. Ce n'était pas parce qu'il était le mari de sa petite sœur, que cela le mettait hors de danger. Bien au contraire. Il resta pourtant silencieux, c'était une discussion qu'il devait avoir avec Nikolas, en face à face.

Ses doigts venaient tapoter sur la table, lentement, il était en pleine réflexion. Sa sœur voulait donc faire couler le sang. Il avait parlé d'une guerre, mais il préférait voir les autres attaquer d'abord. Pour découvrir leur puissance de feu, pour les laisser découvrir leur flan. Si les Lampeduza le faisaient en premier.


- Mmm... Fût tout ce qu'il eut à dire. Parce qu'il ne voulait pas trop en parler ici. Il trouverait un moyen d'en parler avec sa cadette. De façon codée s'il le fallait. Après, il avait bien dit qu'elle avait toute sa confiance. La laisser décider des prochaines actions en était aussi une preuve.

Lampeduza attrapait le journal et eut un petit sourire en voyant la photo en première page. En effet, il restait classe, même les menottes aux poignets. De quoi l'amuser un peu, sachant que cela ne pouvait qu'énerver tous ses ennemis. Ce que pouvait se permettre de mettre les journalistes, continuait à le faire sourire. Il se moquait bien des rumeurs que l'on pouvait faire courir sur son nom et sa personne. De toutes les façons, ils réussissaient toujours à étouffer les affaires. Il suffisait de voir l'histoire avec Nikolas, comme si tout le monde, déjà, avait oublié qu'elle avait changé subitement de corps, sans aucune explication valable. Et son rajeunissement à lui...


- Que me proposez-vous de dire? Relevant alors les yeux sur son avocate. Il était curieux de voir ce qu'elle allait monter comme défense pour lui. Vous pensez qu'ils feront ça? Se frottant un instant la barbe, tout en hochant de la tête. Faites cela, nous avons aussi quelques amis à Palerme.

L'avantage d'être une personnalité sur une si petite arche. Et surtout, d'avoir des liens un peu partout, dans toutes les branches du pays. Les Lampeduza étaient plus que protégé en Sicile. Difficile de faire tomber cette famille, s'ils n'étaient pas à l'étranger. Ce qui rendait souvent fou les gouvernements des autres arches, qui n'arrivaient guère à trouver des accords avec les siciliens, qui ne cherchait pas à faire tomber un tel parrain. Corrompu jusqu'au plus haut de la hiérarchie.
Beleth
Sphère Artistique
avatar

Messages : 173
Etat Civil : Marié à Strega
Pouvoirs : Charme surnaturel, télépathe
Revenir en haut Aller en bas
Sam 12 Mai 2018 - 11:06
Tigress
IDENTITE : Jessica Keenan
GROUPE : Haute société
SPHERE : Juridique
AGE : 32 ans
ETAT CIVIL : Célibataire et sans enfant
PROFESSION : Avocate privée
POUVOIRS : Aucun
ETAT DE SANTE : Fumeuse, droguée, insomniaque
LIENS : Employée de Beleth, membre de l'Ordre, Amie de Junior, Adversaire de Rix



Les affaires les plus urgentes étaient exposées. L'avocate donnait à son employeur le temps de peser les pour et les contre, avant de formuler les prochaines directives. Sans doute les dernières avant un moment puisqu'il venait de donner les clefs de son royaume à sa cadette. Jess s'y attendait la chose s'étant déjà produite quand le Duc était parti en voyage l'année passée.

_ «  Bien... »

Pour ce qui était de la famille à proprement parler l'Américaine se gardait de formuler ne serait-ce qu'une hypothèse de plus. Elle gravitait autour des Lampeduza depuis assez de temps pour savoir qu'ils n'aimaient pas que l'on s'en mêle. Ce qui, il faut le dire, l'arrangeait bien.

_ «  Oui... Le Préfet Corleone vous envoi ses respects. » Confirma Keenan tout en cherchant une note dans son cellulaire.

Elle avait jeté ses idées, pendant que les forces de police se dispersaient. L'opération avait été si propre qu'elle n'avait même pas eu le temps de soudoyer un agent. L'efficacité de ces hommes confirmait surtout que le Conseil avait minutieusement préparé son coup. Ils devaient ronger leur frein depuis des mois.

_ «  On se sert de la même tactique que dans l'affaire Macbranain en 2007. » Un procès qui avait enflammé New Victoria pendant prés d'un an. Jessica avait suivi le procès pendant la fin de sa formation. Contre absolument tous les pronostics la défense l'avait emporté. Drake avait été le meilleur. Keenan prenait une feuille et y traçait un schéma rudimentaire, à base de cercle et de courbes. Les images parlaient plus que le jargon. «  Ils veulent atteindre ça. Je propose qu'on les amène là. »

La stratégie était simple mais très efficace emmener l'accusation là où ils auraient les meilleures chances de noyer le poisson. Keenan savait déjà à quel journaliste aller souffler les choses. Les médias avaient une puissante influence sur l'opinion publique. Aujourd'hui, l'opinion publique avait plus de poids. Pendant ce temps-là Jess n'aurait qu'à démonter les preuves par les détours de la loi. Ce en quoi elle était le plus douée.

_ « Nous ferons ça tout à l'heure devant une caméra. J'ai tout arrangé. Vous resterez ici le temps du procès. Vous allez être transféré dans le quartier de luxe. »

Pour l'instant, ils devaient encore attendre une réaction plus précise de l'accusation. Le bureau du procureur attendrait l'ouverture officielle dans une poignée d'heures. Le Conseil et le CSN gardaient les infos Keenan avait activé le réseau. C'était une vraie forteresse cette fois.. Elle allait devoir passer à des méthodes plus controversées. Mais cela faisait partie du jeu et elle allait se servir de toutes les armes à sa disposition.

_ « Voulez-vous que je contacte quelqu'un pour vous ? » Jessica avait connaissance de la majorité des alliés du Parrain. Cependant elle savait qu'il préservait des cartes en main pour chaque situation. «  Votre frère vous rendra visite demain... Il nous faut le dossier du CSN. Dites-lui de se servir de l'Américaine. » On frappa trois coups secs sur la porte blindée.






Majordome
IDENTITE : Maurice Pelletier
GROUPE : Haute société
SPHERE : Economique
AGE : 46 ans
ETAT CIVIL : Célibataire et sans enfant
PROFESSION : Majordome, garde du corps, homme de main
POUVOIRS : Aucun
ETAT DE SANTE : Un peu fatigué
LIENS : Employé de Strega et Beleth, collégue de Cheshire et de Luke Brown, protecteur de Nikiya


Elle tirait lentement sur ses gonds. Deux agents entrèrent, arme au repos, chacun allant prendre position de chaque côté de la porte. Une voix donnait un ordre sec. Maurice Pelletier entrait alors dans la salle d'interrogatoire. Fouillé des pieds à la tête, il n'avait pas pris la peine de remettre la veste de son costume, qui était maintenant pliée sur son bras. Il avait l'air fatigué et un peu las. Son regard passait rapidement sur l'avocate, avant de se poser sur le Sicilien.

«  Bonsoir Monsieur. » Avec ce respect coutumier que la lassitude rendait un peu plus grave.

Le Français n'était pas venu les mains vides. Étant évident que Lampeduza allait passer un peu de temps ici, on lui accordait d'avoir quelques effets personnels. Un traitement de faveur qu'il avait été assez facile à obtenir de la bouche du directeur de la prison. Ce dernier n'était pas stupide, il savait que pour l'intérêt de son établissement, il devait faire des compromis avec la pègre. Le garde du corps posait le sac sur la table. Il plongeait ensuite la main dans la poche de sa veste, pour y prendre une enveloppe, dont le grain (et le sort de protection) ne laissait pas de hasard sur sa provenance.

« Nous nous sommes permis de vous apporter de quoi passer la journée de demain. » Jess arquait un sourcil mais parvint à retenir un commentaire. « Par chance votre bague a été retrouvée Monsieur. » Poursuivait l'homme en tendant une chevalière en or au Peintre. «  Monsieur aurait-il besoin d'autre chose ? » Et part autre chose le garde-du-corps entendait évidement « toute sorte de choses ».




Lettre:
 
Strega
Sphère Artistique
avatar

Messages : 411
Etat Civil : Mariée au Duc Lampeduza
Pouvoirs : Inibition du gène x chez autrui
Revenir en haut Aller en bas
Mar 26 Juin 2018 - 21:22
Même s'il laissait à sa sœur les pleins pouvoirs, il lui passerait le message qu'il ne voulait pas voir couler le sang. Pas encore, à quoi bon? Ce n'était clairement pas la bonne méthode, pas temps qu'il serait derrière les barreaux. Se serrait donner des armes en plus à leurs ennemis pour le laisser pourrir dans cette prison. Et ça, personne ne le voulait. Ecoutant alors avec attention ce que lui proposait Keenan comme défense, il hochait doucement de la tête, tout en se frottant la barbe. Combative, il savait qu'elle était capable de faire aussi bien que ce Drake, mais irait-elle jusqu'au bout pour cela? Heureusement, son avantage était bien le fait qu'il était suffisamment discret pour qu'il soit bien difficile d'avoir un dossier à charge contre lui. Enfin... il voulait quand même savoir ce que le Président et son équipe avait pu trouver sur son compte, pour se permettre une telle arrestation.

- Très bien. Je vais suivre vos conseils, maître. Souriant. Vito était on ne peut plus confiant, malgré tout.

Et le duc savait qu'il devait bien être le seul à être aussi tranquille. Mais à quoi bon s'agiter? De toutes les façons, lui était bel et bien coincé pour le coup. Il n'avait pas en tête de se lancer dans une évasion spectaculaire, ce serait confirmer ce qu'il était vraiment. Non, il préférait sortir la tête haute, à la fin d'un procès où il serait acquitté. Afin de sourire à ses ennemis de toutes ses dents. Oui parfois, la vengeance était un plat qui se mange froid. Il haussa pourtant légèrement un sourcil quand Jessica parla alors d'Ezio et donc, de sa compagne.


- Ceci, miss Keenan, me regarde. Sur un ton qui ne laissait pas la place à une objection. Son regard était devenu un peu plus noir d'un coup, parce qu'il s'était expliqué avec son frère et qu'il attendait de le voir, pour en savoir plus. Une étrangère n'avait pas à s'en mêler, encore moins lui donner des ordres à ce niveau.

Heureusement, Maurice débarquait dans la pièce, pour calmer les esprits. Le regard du sicilien se leva sur lui et il eut un fin sourire, les repères ne le quittait pas.


- Maurice, je me demandai quand vous arriveriez. Presque taquin. L'homme de l'ombre de madame, toujours là au bon moment, ou presque, personne n'avait vu arriver cette arrestation.

Une bague en or? Voilà qui était surprenant. Sans jeter un regard au sac, il attrapait la lettre que l'homme lui tendait, sachant parfaitement de qui venait ce bijou. La passant au doigt sans attendre, il lisait le mot de son épouse sans rien montrer de ce qui pouvait lui traverser l'esprit à l'instant. Puis se passa une main dans les cheveux, revenant sur ses deux employés, secouant tranquillement la tête à la question du majordome.


- Ce sera tout Maurice, merci. Restez proche de madame. Mieux valait que Nikolas ne soit pas laissée seule trop longtemps, elle non plus, ne devait pas faire quelque chose d'irréparable. Revenant alors sur la jeune femme. Je n'ai besoin de plus rien pour le moment. Et si je dois passer à la télévision, autant que je prenne le temps de me changer. Montrant le sac sur la table. Merci à tous les deux. Prenez le temps de vous reposer, nous avons beaucoup de travail qui nous attend.

Autant dire qu'il prenait congé de ses soutiens. Pour le moment. Mieux valait faire des réunions courtes et concises, plutôt que s'étendre et risquer de se faire démasquer.

Lampeduza se levait tranquillement, en s'étirant comme un vieux félin, avant d'aller taper à la porte pour appeler son gardien, sac sous le bras, on l'amènerait rapidement dans sa nouvelle cellule, dite de luxe, il aurait sans doute droit à une ligne privée, peut-être un matelas plus confortable, mais après, pour le reste... tout ceci restait une prison.

Il en profiterait pour faire quelques pompes sans doute.


Beleth
Sphère Artistique
avatar

Messages : 173
Etat Civil : Marié à Strega
Pouvoirs : Charme surnaturel, télépathe
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: New Town :: New Scotland Yard-