[CLOS] Just like old times || Tohum

 :: Édimbourg :: Eastside :: Portobello :: Maison Kent-Carso Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 24 Oct 2017 - 20:33
GEAR
IDENTITE : Elias Dewey
GROUPE : Potential Home
SPHERE : Technique
AGE : 154 ans
ETAT CIVIL : Célibataire
PROFESSION : Mécanicien, chercheur, directeur de diverses industries mécaniques
POUVOIRS : Vieillissement ralenti et capacité à voir à travers les différentes couches de la matière
ETAT DE SANTE : Bon
LIENS : Dastan : ami/mentor. Sveda : ami. Cheshire : père. Data : flou.


Les environs étaient calmes, jusqu’à qu’un bruit lointain de moteur ne se fasse entendre en ce paisible weekend dans un quartier tout aussi tranquille. Un engin apparut alors dans le ciel, et après un dernier virage contrôlé, amorça sa descente sur la route. Malgré sa vitesse assez importante, l’atterrissage fut parfaitement maîtrisé, et ce qui était en réalité une grosse cylindrée s’arrêta devant un des logements. Elias retira son casque tout en éteignant le moteur, garant sa précieuse moto à un endroit où elle ne dérangerait pas, mais où on pourrait tout de même l’admirer. C’était lui-même qui l’avait trafiqué, et ses relations avec le service des véhicules lui avait valu une approbation de conduite qu’il n’aurait sans doute pas eu autrement. D’un autre côté, ils étaient tellement plus stricts là-dessus que sur les arches américaines, ici.

De bonne humeur, il alla ouvrir le coffre arrière en sifflant, y retirant un énorme paquet ainsi qu’un bouquet de fleurs, tout aussi massif. Il lança un dernier regard fier et presque amoureux à sa bécane, avant de s’engager dans l’allée vers la maison, adressant au passage un salut et un clin d’œil à une voisine qui avait assisté à son arrivée, ébahie. Toujours prendre soin de ses entrées était l’une de ses devises, chose qu’il comptait bien faire à nouveau en répondant à l’invitation d’une vieille amie. Même si ses deux paquets l’encombraient passablement, il affichait son éternelle expression décontractée. D’un habile jeu de pieds, il parvint à atteindre la sonnette, attendant ensuite qu’on vienne lui ouvrir, une mélodie entêtante sur les lèvres.

"Sved ! Comment ça va ?" répondit-il à la scientifique lorsqu’elle fut devant lui, un grand sourire sur les lèvres. S’il était peut-être un peu trop enthousiaste, on ne pouvait lui reprocher de se montrer sincère et honnête dans ses réactions. Il s’approcha d’elle pour l’embrasser, jouant d’habilité avec son chargement dans les mains. Il s’excusa d’un nouveau sourire. "Je ne pouvais quand même pas venir les mains vides chez ma très honorable collègue et co-fondatrice !"

Une fois invité à entrer, il s’exécuta, suivant son hôte à l’intérieur de la maison. Pour commencer, il lui tendit les fleurs, un grand bouquet coloré et exotique.

"C’est Fuji qui m’a donné un coup de main. Tu sais, moi les plantes…" Il haussa les épaules, avec un air espiègle, avant d’ouvrir l’imposante boite qu’il avait apporté. "Et ça, c’est pour le petit Sammy." Le mécanicien en sortit un éléphant indien délicatement peint, mais dont la surface semblait robuste. Son poids suggérait également qu’il ne s’agissait pas d’un simple objet de décoration.

"J’avais un peu de temps, alors j’ai bricolé ça vite fait. J’ai eu un peu d’aide de la House Arts, mais si tu appuies là…" Il posa son doigt sur l’une des décorations chatoyantes, et une berceuse se fit entendre. Il cliqua une nouvelle fois, et ce fut alors une mélodie digne des meilleurs films de Bollywood. Et ainsi de suite, faisant défiler tout une série de chansons et de musiques. "Tu as aussi une fonction veilleuse avec différentes lumières, mais je dois avouer que mon mode préféré, c’est celui-là. J’ai pas pu résister." Il posa l’ouvrage à terre et lui tapa trois fois sur la tête. L’éléphant se mit alors à avancer sur la musique de Prince Ali, dansant au rythme de la musique. Au grand amusement de son créateur.

"Et voilà. Il est incassable, en sus. Tu peux me croire, j’ai fait tout ce que je pouvais pour le tester ! Par contre, je comprendrais si tu préférais le garder pour toi et donner les fleurs à ton fils à la place. Mais j’aurais fait une version plus adulte alors, pour toi et ton chéri."

C’en était une idée, ça ! Avec des musiques plus sensuelles, un porte coupe de champagne et un distributeur de gingembre confit et autres objets utiles pour ce type d’occasions. Il nota l’idée dans un coin de sa tête, pensant que ça ne serait pas du luxe pour Alex et Charlie. Mais en attendant, il reporta son attention sur sa charmante interlocutrice, s’installant confortablement.

"En parlant de chéri, comment va ton loup ? Et ta petite troupe ? J’espère que mon homonyme a toujours la forme. J’adore tous tes enfants, mais quand on partage le même prénom, forcément, ça crée des liens particuliers !" D’autant qu’avec le caractère du viking, ils s’entendaient très bien. Gear réfléchit durant quelques secondes, avant de tirer une légère grimace. "Damn ! Et dire que je viens parler aussi de ma fille… J’ai un peu l’impression d’être à une réunion de parents. Tu aurais cru ça un jour ?"

Lui pas, c’était certain. Mais en dehors de ces quelques nouveautés, il s’était vite fait à sa parentalité. Restait maintenant à faire en sorte d’être un bon père, et ça, c’était encore autre chose. Mais il était certain qu’avec les conseils de Sveda, cela ne pourrait qu’aller pour le mieux.



Dastan
Sphère Technique
avatar
Messages : 872
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps




Don't waste your time or Time will waste you



Revenir en haut Aller en bas
Jeu 26 Oct 2017 - 13:39
“ Oh vous alors ! Il n'y en a pas un pour rattraper l'autre ! ”

Iris Greffulhe (fondatrice des Ebony Crow PH)





~Musique en fond~


A l'intérieur de la petite maison du bord de mer, les cuivres de mister Bechet, repoussaient la grisaille automnale par ses accents joyeux. Tous les ingrédients d'un après-midi paresseux étaient là, la tenue plus décontractée (pull de laine et jeans), le thé chaud (importé des arches hindoues) et une bonne pile de magazines (scientifiques, ça va s'en dire). A la sonnerie Kent quitta le canapé, non sans taquiner Samuel d'une voix douce, en le voyant jeter son jouet avec humeur.

« On s'est levé du mauvais pied, mmm, viens. » Sveda le sortait du parc en douceur et l'enfant s'agrippa à sa mère en chouinant. Il n'était pas dans un bon jour. « Samy... » Un soupir tendre trahissait le ressentit de la belle. Sam voulait son père. Sauf que son père travaillait au musée. Il rentrerait tard. « Pourquoi es-tu si inquiet ? Tu sais qu'il va revenir... » C'est donc accompagnée d'un petit lion pot-de-colle- que Tohum alla ouvrir à un Dewey souriant.

Un sourire se dessinait spontanément sur le visage de la Prodige pour le saluer. Elle était réellement contente de le voir, en plus en dehors de l'école. Car bien qu'ils soient sur la même arche ils ne se voyaient pas souvent. Alors qu'il faisait partie des personnes qui étaient chères au cœur de la nomade.

« Élias ! » Kent se décala rapidement pour lui permettre d'entrer qu'il ne peine pas plus avec son chargement. « Il ne fallait pas ! »

Samuel avait reconnu la sonorité du prénom du mécanicien, qui était la même, que celle de son frère. Il regardait avec des yeux curieux, comprenant que ce n'était pas comme d'habitude. Son Élias était plus grand, avec une voix plus grave. Quand il croisa le regard du professeur il alla automatiquement se cacher le visage contre la poitrine de sa mère, dans un accès de timidité. C'était ainsi depuis le matin.

« Elles sont splendides ! » Sveda attrapa le bouquet de sa main libre. Elle souriait. Si son domaine de prédilection était à présent la cardiologie, elle avait longtemps une chercheuse en biodiversité. « Des ixoras ! Je croyais qu'elles avaient disparu ! Magnifiques ! » Jao en avait fait importé de l'est de l'Asie pour décorer leur maison pendant des années. Mais cela remontait à presque deux siècles avant Armageddon. Tohum caresser les fleurs du regard en les guidant vers le salon. Elle voulut reposer Samuel dans le parc, mais il restait suspendu à elle, comme un petit singe capricieux et nerveux. Elle embrassa le crâne du bébé en déposant le bouquet dans l'évier avec délicatesse.

« Waouh ! Sam ? Regardes ça ! » Le petit jeta un coup d’œil vers le jouet. Il fût d'abord attiré par la musique joyeuse. Mais dés que sa mère fit mine de le poser à terre il se remit à chouiner en se tenant à elle. « Désolée... Il est grognon aujourd'hui. Un vrai petit pot-de-colle, monsieur Samuel. Mmm. Oui, oui, c'est de toi que je parles. » Confirma l'Immortelle en haussant un sourcil à l'attention du gamin.

Le sourire de la rose n'était pas feint. Elle partageait son amusement avec son vieil ami d'un regard espiègle.

« C'est vraiment un très bel objet. Merci Élias. » Sveda s'accroupissait pour que Samuel voit l'éléphant danser. Les mouvements et les couleurs le fascinèrent pendant un moment. Sa mère en profitait pour faire une tentative de libération. Mais quand le petit sentit qu'il allait quitter la chaleur des bras il reprit sa place illico presto. « On lui fera tester plus tard.»

Ils s'installèrent sur les canapés et fauteuil. Catherine posait son fils sur ses cuisses avec patience. Elle lui caressait les cheveux d'une main cherchant à apaiser cette humeur chafouine. Elle souriait à leur visiteur qu'elle observait plus attentivement. Gearwheel ne changeait pas beaucoup. Il était comme la rose imperméable aux années. Il gardait cet avenant qui l'avait tant charmée au moment de leur rencontre.

« Dant' va bien. D'ailleurs il s'excuse de ne pas être là pour te voir. Il a pas mal de travail au musée ce mois-ci. On le voit moins, ce qui ne plaît pas à monsieur Samuel. Hum. Oui, oui, je sais que tu comprends. » Sveda, même si elle était agacée, caressait la joue de son fils. Elle le comprenait elle aussi. Ils s'étaient si bien accoutumés à la vie à trois que la césure était un peu difficile. « Mais, vous vous verrez à la soirée Halloween sans doute. Les enfants vont bien, merci ! Aurore est en tournée. Abby est allée passé quelques jours à Paris. Je ne sais pas ce que fais Élias s'est lancé dans l'idée de monter une équipe de foot à l'école. Je ne sais pas si tu en as entendu parler. Ça fait un petit moment que je n'ai pas vu Ava. Mais ça a l'air d'aller. Elle suit toujours ses cours. Hum. Il y a du thé prêt. Est-ce que je t'en sers une tasse ? Toi, comment est-ce que tu vas ? » Kim était intentionnellement passé sous silence. Le jeune Wang lui ayant bien fait comprendre qu'il entendait préserver ses distances.

Samuel suçait son pouce, en se laissant bercer, par le petit balancement que faisait Sveda pour l'apaiser. Au moins, il ne chouinait plus. En fond, le tempo dynamique du charleston le faisait vagabonder dans un univers coloré. Les adultes pouvaient partager ce moment. Catherine écoutait son ami, attentive et bienveillante, comme chaque fois qu'elle le sentait tracassé.

« Ça fait parti des risques quand on passe la soixantaine en étant aussi bien conservé. » Tohum faisait un petit très d'humour surtout pour ne pas accentuer le malaise de Gear. Les choses étaient différentes, pour elle, car elle avait toujours désiré avoir des enfants. La preuve, elle venait de retenter l'aventure avec Caleb. « Est-ce que tu la vois de temps en temps ? » Ce qui s'était passé en juin n'était pas anodin.

Fawn Riddley, Sveda avait demandé son nom à James. Elle n'en savait pas beaucoup plus. Il y avait beaucoup de mystère autour de cette jeune femme. Même les circonstances de sa blessure et de ses soins étaient restées assez floues pour le reste de l'équipe de la Potentiel.

« Vous avez réussi à discuter tous les deux depuis ? » La main de la rose frottait lentement le dos de Sam, sans quitter Élias des yeux.
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 1277
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Lun 30 Oct 2017 - 21:20
GEAR
IDENTITE : Elias Dewey
GROUPE : Potential Home
SPHERE : Technique
AGE : 154 ans
ETAT CIVIL : Célibataire
PROFESSION : Mécanicien, chercheur, directeur de diverses industries mécaniques
POUVOIRS : Vieillissement ralenti et capacité à voir à travers les différentes couches de la matière
ETAT DE SANTE : Bon
LIENS : Dastan : ami/mentor. Sveda : ami. Cheshire : père. Data : flou.


Au moment où la porte s'ouvrit, le sourire de Gear s'élargit encore davantage devant son amie de longue date. Il remarqua aussi le petit garçon qui s'agrippait à elle dans ses bras, à la fois intrigué et impressionné par cet inconnu. Tandis qu'il laissait Tohum prendre les fleurs amenées pour elle, il se pencha un peu pour être à la hauteur du bébé, lui adressant un regard amusé et avenant. Si avoir des enfants n'avait jamais été dans ses projets de vie, Elias s'entendait très bien avec eux, et prenaient du plaisir à s'en occuper de temps à autre. Il n'aurait jamais accepté de se lancer dans l'ouverture et la gestion d'une école autrement, et à bien des égards, il s'occupait des élèves comme s'ils étaient ses propres enfants.

"Hello Bonhomme ! On est un peu timide à ce que je vois ? Mais tu as raison de rester avec ta maman, elle est tellement belle, on ne peut pas s'en passer ! Et qu'est-ce que tu as grandi ! Dire que je t'ai vu quand tu étais encore une crevette dans le ventre de ta mère." Il se releva ensuite pour observer Sveda, haussant simplement les épaules à la mention du nom des fleurs. Clairement, ce n'était pas son domaine, et à dire vrai, beaucoup de plantes de plantes se ressemblaient pour lui. "Peut-être. Je dirais à Dai qu'il a fait un très bon choix."

Il entra ensuite derrière son hôte pour se diriger vers le salon, observant les lieux avec curiosité pendant que Sveda tentait, sans grand succès, de mettre Samuel dans son parc. Lorsqu'elle eut déposé les fleurs, Elias s'affaira à sortir l'autre présent, celui pour le petit boudeur. La démonstration sembla l'intriguer, jusqu'au moment où sa mère tenta de le remettre à terre. Devant ses protestations, Gear éclata d'un rire joyeux, pas vexé pour un sou. Il en fallait beaucoup plus pour cela, et jamais un enfant ne pourrait sans doute y parvenir.

"Pas de souci. Au pire, ça fera un très joli repose-pied. Et tu sais que ça me fait tout autant plaisir de pouvoir bricoler des trucs."

Il s'installa à sa suite sur le canapé, réfléchissant à d'autres versions de son éléphant qu'il pourrait réaliser après ce premier essai. Son cerveau fonctionnait ainsi, sur les nombreux projets qu'il pourrait faire, et ce même si une bonne partie ne verrait jamais le jour. C'était pour lui un moyen de se concentrer sur quelque chose, sans se laisser distraire par toutes les informations que son regard captait. Malgré l'habitude prise de bloquer son don, cela pouvait parfois lui échapper et voir à travers la matière injectait un nombre plus élevé que la normale d'informations dans son cerveau. C'était donc l'une des nombreuses techniques qu'il avait mis au point pour détacher son attention de son environnement.

"Ah mais c'est ça alors, c'est ton papa qui te manque ! Pas facile d'apprendre à se détacher de ses parents quand ils sont si géniaux." Raison pour laquelle lui-même n'avait pas eu de peine à quitter les siens très rapidement. Il s'approcha un peu de Samuel, puis, en lui faisant des grimaces amusantes et des gesticulations avec les mains, finit par faire apparaître un hochet en bois comme par magie qu'il tendit au garçon. Pour faire le pitre, il n'avait aucun souci et encore moins pour amuser les autres. Il se retourna ensuite vers Sveda pour lui répondre : "Eh ben, quelle activité ! Et j'espère bien, c'est moi qui organiste une partie des activités pour Halloween ! J'irai aussi voir cette équipe de foot. Pour y participer, ou simplement pour regarder toutes ces belles personnes courir sur le terrain."

Il eut un sourire en coin, avant d'accepter la tasse de thé. Concernant Ava, il l'avait croisée durant les portes ouvertes. Elle avait semblé apprécier la course d'aéronef et Gear se disait qu'il devait lui proposer de recommencer à l'occasion. Comme avec tous les autres enfants de la Rose, il éprouvait une tendresse naturelle pour elle, ce d'autant qu'elle suivait les cours à l'école et avait ses propres démons à exorciser. Et c'était aussi quelque chose que Gear appréciait faire à la PH : aider ceux qui en avaient besoin.

"Oh, comme d'habitude pour moi ! Je suis content d'être revenu dans le coin. Même si j'ai toujours plein de trucs à faire, mais comme toi je suppose." Si Tohum avait sa famille et ses recherches, Elias avait sa société et ses différents projets mécaniques à superviser. Sans parler des sorties, et du travail à la PH. Mais les deux partageaient cette hyperactivité, certes plus intellectuelle pour la scientifique, mais qui faisait partie intégrante de leur dynamique. Il afficha une expression mi facétieuse mi charmeuse, attrapant son menton pour prendre une pose tout en lui répondant : "C'est vrai, très bien conservé ! Même si la jeunesse, c'est surtout dans la tête. Enfin, j'espère l'être autant que toi à ton âge. Tu me donneras ton secret."

Il lui adressa un clin d'œil, avant de laisser échapper un léger rire. Il attrapa sa tasse, s'étant habitué depuis longtemps à remplacer de temps en temps son précieux café par du thé, boisson plus locale. Parler de Fawn lui rendit toutefois un peu son sérieux, et il acquiesça à la question de son interlocutrice.

"On s'est arrangés : elle est assignée à résidence à la PH. La chambre à côté de la mienne. Et elle aide de temps en temps pour les cours de méca, en plus d'un autre boulot que je lui ai trouvé, donc on se voit quand même pas mal. Même si ça ne lui plaît pas vraiment…" Il fixa le fond de sa tasse durant quelques instants, pensif. Ils étaient volontairement restés vagues quant à ce qui s'était réellement passé durant le salon. Seul Spanner, Dastan, Castiel et Solaris étaient au courant pour l'affiliation avec l'Organisation XIII. Pour sa blessure, quelques autres personnes avaient été mises au courant, mais le moins possible. Et même si Gear avait une totale confiance en Sveda, la mettre dans la confidence aurait été la mettre dans une situation délicate. Si le fait qu'il avait accepté de reprendre une personne affiliée à une organisation terroriste au sein de l'école se savait, les choses risquaient de se compliquer. Mais Gear n'avait pas pu faire autrement. Même si Fawn n'avait pas été sa fille, par ailleurs. Lui, peut-être plus que les autres, se sentait responsable de n'avoir pas su l'aider. Maintenant, et à l'époque. Et le destin le lui rappelait d'une étrange façon en leur faisant réaliser leurs liens de parenté. "J'essaie. Mais elle est devenue très renfermée ces dernières années, et encore plus maintenant. Et, même si cela fait partie d'un arrangement pour l'aider, lui imposer toutes ces règles et ces interdits, ça n'aide pas vraiment... Je comprends que j'entrave sa liberté et son indépendance, et si elle a hérité ça de moi, ce ne serait pas étonnant qu'elle m'en tienne rigueur."

Même s'il savait pertinemment qu'ils ne se ressemblaient pas, il ne pouvait s'empêcher de se faire penser à son propre père. Dewey Senior avait été un homme absent, aux principes très stricts et archaïques. Il avait tellement travaillé pour s'élever dans la sphère sociale qu'il appliquait à la lettre les codes et la morale de cette haute société à laquelle il aspirait tant. Un caractère radicalement différent de celui de son fils, épris de liberté et de découvertes, et donc incompatible. Pendant des années, il avait essayé de brider son fils, n'obtenant que l'effet inverse avant de le perdre pour de bon. Et malgré son assurance, Elias craignais de commettre les mêmes erreurs que son paternel, même malgré lui.

"Et puis, je ne sais pas trop comment me comporter autrement avec elle que je le suis d'ordinaire. Mais est-ce que ça suffira ? Tu t'es déjà posé ce genre de questions toi ?" Une autre grande interrogation, qui l'inquiétait tout autant. Autant il avait rapidement accepté le fait d'être père, autant il doutait parfois de pouvoir se comporter comme tel. Mais pour alléger un peu la discussion et oublier ses propres inquiétudes, il retrouva une expression plus enjouée et drôle, attitude qu'il adoptait toujours en cas de situations trop sérieuses. "Mais elle est vraiment trop mimi ! Je ne sais pas pour sa mère, mais au moins, elle aura hérité ça de moi !"



Dastan
Sphère Technique
avatar
Messages : 872
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps




Don't waste your time or Time will waste you



Revenir en haut Aller en bas
Mer 1 Nov 2017 - 19:15

Tohum souriait d'un air entendu à son comparse, quand il déblatéra sur sa beauté physique. La nature avait été bonne avec elle c'était un fait. Pour autant, après avoir vécu à tant d'époques, on se rendait compte à quel point c'était quelque chose de relatif. Il arrivait souvent à la rose des sables de se demander à quoi elle aurait ressemblé si ses gênes n'avaient pas stoppé son vieillissement. Vivre avec le même visage, éternellement, avait de quoi rendre fou certains jours.

« Oh oui, il grandi bien trop vite. » Pour ça la perception du temps ne changeait pas. Sveda avait chaque fois l'impression qu'elle n'aurait jamais le temps de profiter. Ça avait été plus ou moins vrai pour quelques uns des enfants, en particulier ceux qui n'avaient pas hérité de sa longévité naturelle. Ils lui était arraché avec violence quelque soit leur âge. « Je veux bien, merci El'. »

Dewey pouvait voir qu'il n'y avait plus de carton. Les murs blancs étaient réchauffés par tableaux et teintures aux teintes vives. Il y avait des inspirations de beaucoup de cultures différentes. Le côté disparate était ceci dit atténué par un ameublement en bois rustique plutôt classique. Caleb avait enrichi cet univers visuel de ses trouvailles. Il y avait ici de quoi raconter l'Histoire de l'Humanité sous bien des angles.

« Je suis sûre qu'il va l'adorer quand il sera mieux luné. »

Le compliment de Gear était honnête. Il n'y avait aucun doute la dessus. Cependant son amie ne se considérait pas et de loin comme la personne « géniale ». Elle avait sa part d'échecs. Mais comme tous les parents ordinaires, elle faisait de son mieux, avec ses défauts. Ce n'était pas un rôle facile, cependant, il restait le plus beau à ses yeux.

« Arrête un peu. On est ordinaire. » Le passé avait d'ailleurs donné des exemples des erreurs de la rose des sables en terme d'éducation. « Dante est merveilleux avec lui. Si tu savais comme c'est un soulagement. » Une façon indirecte d'évoquer les derniers ratés en matière de choix masculins. Gear en avait croisé un ou deux pendant le dernier demi-siècle, dont le père de Riley.

La tactique du hochet fonctionnait sur le bébé qui se saisissait de l'objet pour se l'approprié. Il se posa contre le dos de Sveda et se mit à jouer seul. C'était bien joué.

« On devrait être là tous les trois cette fois. » Cette fois-ci Kent ne pu s'empêcher de lever les yeux au ciel en riant. Le sourire en coin, la belle savait comment l'interpréter. Elle le connaissait suffisamment bien. D'ailleurs, Gear ne s'en était pas caché. « C'est sensiblement une remarque que j'ai entendu de la part de ton homonyme ! » Élias Tanit était en cela le digne fils de son père. Un homme pour qui Sveda avait toujours ressenti des sentiments très ambivalent. Voilà pourquoi elle était contrariée Guayaquil se soit sentit obligée de le contacter.

Ce n'était pas le lieu pour songer à ses propres soucis familiaux. Aussi se concentra-t-elle sur le charmant inventeur.

« Mmm. Oui. Oui. Mais j'ai ralenti avec l'arrivée de Samy. Et puis Dant' m'aide à me poser. » Depuis qu'elle était en Écosse Tohum était souvent confronté à son âge. Son âge réel. A toutes ces expériences vécues, mais aussi à celle qu'elle voulait revivre. Cette nouvelle vie, paisible, elle y avait aspiré pendant bien longtemps et avant même qu'elle en prenne conscience. Catherine observait son ami faire le pitre et répondit à la positive sur un ton moins joueur. « L'amour, c'est ça le secret et tout ce que ça apporte. » C'était à Sveda d'avoir de l'espièglerie dans le regard à présent. Sous ses dehors, de femme maternelle, se trouvait aussi une femme forgée par de grandes passions amoureuses et tourmentées. Elle s'était donnée d'âme et de corps avec l’entièreté des femmes de la terre à chacun de ses amant(e)s.

Ils en vinrent rapidement à la raison initiale de cette rencontre. Sveda regardait Élias baisser le nez avec un sourire affectueux. Elle avait bien compris que la demoiselle en question était dans une situation ambiguë. Si Gear n'en disait pas plus alors Tohum considérait qu'elle n'avait pas à en savoir plus. Elle lui faisait confiance, pour venir la trouver si un jour il avait besoin d'elle. Ils se connaissaient assez pour ça.

« Elle t'en tiens sûrement déjà rigueur. » Lui confirma-t-elle en douceur. « C'est souvent que l'on doit prendre le mauvais rôle. Mais en vieillissant, avec le temps, et l'expérience, ils adoucissent leur jugement. »

De là à dire que les enfants pardonnaient à leurs parents. Ce n'était pas toujours vrai. Kent elle-même ne pouvait pas l'affirmer avec certitude.

« Je me les pose encore régulièrement. Quelque soit leur âge, leur tempérament, ma relation avec eux... je me demande en permanence si ma façon de faire est la plus adaptée. Ça ne fini jamais. »

L'éclat de voix du mécanicien fit sursauter le petit Samuel. Sa mère l'apaisait d'un mot tendre en arabe avant de revenir à la conversation.

« Élias, tu n'as pas besoin de faire diversion avec moi. Tu le sais Mmm ? Est-ce que tu as fais des recherches pour trouver de qui il s'agit ? Peut-être que cela pourrait aider Fawn. » Sveda était convaincue que sans les fondations une personne éprouvait des difficultés à se construire. Elle en était un exemple, ne connaissant ni père, ni mère, elle était encore en quête de ses propres origines. Pour que ses enfants ne se retrouvent pas dans cette situation, elle leurs disait la vérité. « J'ai un petit-fils assez doué dans la recherche. Je peux lui demander de regarder pour toi, si tu veux ? »

Sveda portait doucement son fils pour le positionner différé ment contre elle. Il protestait doucement par réflexe avant de se remettre à sa paresse bienheureuse. Ainsi l'Immortelle pouvait poser une main sur celle de leur visiteur. Par le passé, ce genre de geste auraient pu être à de deux langages, aujourd'hui il était le signe d'une profonde et solide complicité.

« C'est encore nouveau. » Tohum espérait que son ami n'allait pas se décourager de trop. « Tisser un lien prend plus de temps quand il y a un passif. Ne sois pas trop inquiet. Si elle a un semblant de toi elle est bien assez fine pour voir tout ce que tu as à lui apporter. Ça va venir. » La confiance était le ciment des relations humaines et ça ils le savaient bien tous les deux.
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 1277
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Lun 13 Nov 2017 - 17:35
GEAR
IDENTITE : Elias Dewey
GROUPE : Potential Home
SPHERE : Technique
AGE : 154 ans
ETAT CIVIL : Célibataire
PROFESSION : Mécanicien, chercheur, directeur de diverses industries mécaniques
POUVOIRS : Vieillissement ralenti et capacité à voir à travers les différentes couches de la matière
ETAT DE SANTE : Bon
LIENS : Dastan : ami/mentor. Sveda : ami. Cheshire : père. Data : flou.


Peut-être que c’était le fait de vivre sans longtemps sans beaucoup changer, mais Elias trouvait que tous les non-immortels changeaient à une vitesse qui le dépassait parfois. C’était encore plus vrai avec les enfants. Un jour, ils arrivaient à peine à marcher, et le suivant, ils terminaient leurs études et se mariaient. Il avait appris à vivre cela avec philosophie, tout décontracté qu’il était. Mais ça ne rendait pas plus facile le vieillissement et la perte d’êtres chers qui n’avaient pas eu les mêmes cartes au grand jeu génétique. D’où l’équilibre à trouver entre attachement et détachement. Mais même pour lui, c’était loin d’être parfait, et certains sentiments n’obéissaient pas à la logique.

"Bien sûr qu’il va m’aimer, tout le monde m’adore !" reprit-il, fanfaron et fier. Pourtant, il n’était pas loin de la vérité, son côté bon vivant le rendait très souvent sympathique. Tout le paradoxe de cet homme agaçant, mais naturellement charmant et bienveillant. Un peu plus sérieux, il ajouta : "Si tu avais eu le grand honneur de rencontrer Elias Dewey Senior, tu trouverais aussi qu’un parent « ordinaire » est génial. Et tu en croisés aussi, ce genre de personnes, donc tu vois très bien de quoi je parle. Je suis en tous cas heureux que ton Dante n’en soit pas un, tu le méritais largement. Et ton fils aussi."

Samuel sembla apprécier le tour du hochet, qui obtenait maintenant toute son attention. Gear sourit avec amusement et tendresse, avant de se concentrer à nouveau sur Sveda. Il partagea son rire, absolument pas dérangé d’être percé à jour. Il avait toujours été quelqu’un de direct, qui ne cachait pas ses intentions.

"Tu vois pourquoi on s’entend aussi bien, au-delà de l’homonymie. Mais je me réjouis de tous vous croiser à l’école."

Pour un américain, Halloween lui tenait particulièrement à cœur. Il avait donc toujours fait en sorte de s’impliquer dès le début de l’école pour cette fête, et il fallait admettre que c’était souvent une réussite. Pour faire la fête, on savait toujours où le trouver. Et pour s’amuser à effrayer les gens, tout particulièrement Alex, c’était également le cas. Nul doute que le fils de son interlocutrice serait également partant.

Il n’avait pas échappé à Elias que l’endroit était bien aménagé, comme un petit nid douillet. Venant d’une nomade, c’était assez significatif. Et en disait long sur sa situation actuelle, à la fois sentimentale et professionnelle. Difficile de dire combien de temps cela allait durer, mais ce qui était certain, c’était qu’elle rayonnait. Et dans le fond, c’était tout ce qui importait à son vieux comparse. Lui-même avait de la peine à rester en place, mais certaines personnes parvenaient à le convaincre de s’attarder plus que la normale sur cette arche.

"Ce n’est pas plus mal, au moins pour quelques temps. On a enfin l’occasion de se croiser un peu plus souvent, comme ça !" Et comme toujours avec les vieux amis, il adorait être aussi enjoué et taquin qu’il pouvait l’être. Non qu’il se retienne avec les étrangers, mais il savait très bien que ses proches l’acceptaient comme il était et riait avec lui. Toutefois, la réponse de Sveda le rendit étonnamment sérieux l’espace d’un instant. Il esquissa un petit sourire, pensif et le regard dans le vide. "L’amour, hein ?"

Après cet instant d’égarement, il retrouva un sourire et une expression normales, comme si de rien n’était. Ce n’était pas un concept qu’il était prêt à railler, bien au contraire. Mais les différentes expériences l’avaient progressivement éloigné de toutes relations sérieuses. Avant qu’il ne le fasse lui-même, inconsciemment. Mais c’était là un autre problème.

Celui de Fawn était autrement plus urgent, et l’une des raisons principales de sa visite aujourd’hui. Il poussa un léger soupir, voyant tout à fait le type d’expressions boudeuses que la mécanicienne lui lançait ces derniers temps.

"C’est certain. Et je voudrais bien me passer de ce mauvais rôle, mais je n’ai pas vraiment le choix, n’est-ce pas ? Autant essayer de le faire au mieux, pour que le jugement passe mieux, je suppose…"

Au moins, cela le rassurait de voir qu’une personne plusieurs fois parent comme son interlocutrice continuait à avoir des difficultés. Non qu’il le lui souhaitait, mais cela le confortait dans l’idée que c’était quelque chose qui pouvait arriver aux meilleurs. Et qui donc pouvaient s’arranger. Il acquiesça doucement de la tête.

"C’est un processus sain, de toujours se remettre en question. Surtout pour nous. Ça évite qu’on s’enlise et deviennent de vieux cons. On peut faire des erreurs, comme tout le monde, mais on est plus prompts à se faire pardonner si on apprend d’elle pour toujours être meilleur."

Sa diversion pour cacher ses incertitudes n’échappa pas à son interlocutrice. Il ne s’en formalisa pas. Ils se connaissaient assez longtemps pour avoir de la patience l’un envers l’autre, et pour connaître leurs qualités et défauts respectifs.

"Désolé, c’est un réflexe. Tu me connais vraiment bien." Il tira la langue dans une mimique navrée, avant de réfléchir à la proposition qu’elle venait de lui soumettre. "J’y ai pensé. J’aurais quelques pistes. Mais une chose me retient un peu : et si l’identité de sa mère ne lui plaisait pas ? Je ne peux pas affirmer n’avoir fréquenté que de futurs prix d’excellence en parentalité. Ou agréables tout court… Mais c’est gentil, je vais y réfléchir."

Le temps d’une soirée, difficile de se faire une idée exacte sur la personne, même pour lui. Surtout lorsqu’on pensait ne plus jamais se revoir, et encore moins à avoir un enfant avec cette personne. Mais là encore, Elias savait que Tohum pouvait comprendre.

"C’est vrai. C’est une gamine super, sûrement mieux que moi à son âge. Et je suis prêt à attendre le temps qu’il faut, et faire ce qu’il faut ! Merci en tous cas pour ces bons conseils, j’en avais besoin ! J’ai beau avoir beaucoup de qualités, je développe encore celle-là."

Il lui adressa un clin d’œil, avant de jouer à nouveau avec ses mains pour amuser Samuel.



Dastan
Sphère Technique
avatar
Messages : 872
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps




Don't waste your time or Time will waste you



Revenir en haut Aller en bas
Dim 3 Déc 2017 - 0:26

A l'évocation, certes peu subtile, mais efficace de ses ex-compagnons Tohum se rembrunie d'un coup. Elle avait parlé de Jao, et plus encore de Pietro, avec Gear. Lorsqu'ils s'étaient rencontrés Ava était une petite fille et déjà Sveda doutait de pouvoir passer toute sa vie avec son père biologique. Nous savons tous comment l'histoire s'était terminée entre ces deux-là. Enfin, autant pour moi, elle ne l'est pas encore... de terminée.

« Oui... ça faisait très longtemps que je n'étais pas sentie aussi bien avec quelqu'un. »

En fait depuis Émile tout simplement. Après sa mort naturelle, « Marie » s'était retrouvée veuve pour la seconde fois et avec cette fois, deux enfants déjà adultes et autonomes, qui n'avaient plus besoin d'elle. Si la mort de Tarek l'avait beaucoup affectée, celle d’Émile l'avait laissée malheureuse et vulnérable. Ce qui avait sans doute favoriser sa rencontre avec le futur père d’Élias et d'Abygael. Oui, elle s'était fourvoyée plus souvent qu'à son tour en amour.

« Mmm. Oui. Sans lui je t'assures que j'aurais perdu l'esprit avant d'atteindre 150 ans. »

Car même si Tohum avait pleuré chacun des amours perdus, elle leur rendait grâce, pour toute l'humanité et le bonheur, qu'ils lui avait permis d'éprouver. Oui, même au pires, elle devait d'être ce qu'elle était aujourd'hui. Sans ces personnes sur son chemin, pour lui offrir joies et peines, jamais elle n'aurait survécu au passage du temps. Caleb était... une chance inespérée. Et si les monstres restaient tapis dans leur tanière, peut-être la rose du désert pourrait enfin partager l'éternité avec quelqu'un.

« C'est ça oui. Puisqu'on est déterminés à être les méchants de l'histoire ! Mais, même ça ils en ont besoin. Pouvoir s'opposer à quelqu'un dont il savent que l'amour est inconditionnel. »

Kim Wang aurait très bien expliqué cela lui-même. Mais il avait autre chose à faire en ce moment. Comme essayer de garder un semblant d'âme. Enfin, ceci concerne un autre chapitre. Il n'y avait ici que son bambin de frère qui lui était plutôt une incarnation pure d'innocence angélique. Mais, oui, c'est facile quand on a six mois.

« Oui. Même si je ne suis pas certaine d'échapper à la règle de l'âge. Je sens que je vieillie. »

En disant cela la nomade ne pensait même pas au souci génétique lattant. Non, elle évoquait cette fatigue purement mentale qui affecte toute personne âgée. Si l'hyperactivité était un moyen temporaire de la masquée, elle n'en était pas moins présente en fond. Les années, et les bouleversement allant, tout immortel réfléchissait à sa condition et à sa capacité à rester « en ce monde ».

« El' si tu veux un conseil de vieux à vieux en devenir... ne reste pas éternellement seul. » Sous le nom d’Hélianthème, et d'autre encore, Sveda avait cherché, souhaité et même cultivé sa solitude, mais elle en était revenue. C'était également le conseil qu'elle avait donné à Jimmy. Celui qu'elle donnait encore souvent à ses enfants éternels. « Il arrive un moment où l'on ne conserve plus que des émotions dans nos souvenirs. Je serais bien incapable de te raconter ne serait-ce que le centième de ce que j'ai vécu avec exactitude. Mais les émotions... elles. Elles restent. »

Que dire, aussi, de leur descendance ? La seule autre preuve tangible du temps écoulé sur la Terre. Enfin, ce qu'il en reste. Ces enfants, nées dans un monde et une époque, dont ils avaient observé l'éclosion ? Il était assez logique que Fawn soit craintive, voire en rejet, elle avait éprouvé plus qu'une personne de son âge ne devrait jamais avoir à le faire.

« Eh bien même si elle n'aime pas la vérité, au moins pourra-t-elle se reconstruire en connaissance de cause. C'est tellement important d'avoir des racines. Tu peux me croire. »

Le sourire de Sveda s'épanouissait. Elle avait elle-même fait une énorme avancée sur la question grâce à Carso. L'archéologue avait réussi à trouver l'identité de sa mère biologique. Cela ne faisait que quelques semaines que Tohum connaissait son nom de naissance. Ils recherchaient encore qui était son père. Mais, au moins, oui, au moins maintenant pouvait-elle se dire de quelque part.

« Ils nous surpasse toujours en tout. C'est dans l'ordre des choses et c'est rassurant.» Philosophait-elle en regardant son fils reposé dans ses bras. Elle portait une main sur son crâne. « Tu vas voir comme ça change la vie de voir un être évoluer en sachant que l'on est à la base de son existence. Ça rend tellement peureux et tellement courageux à la fois. Je n'aurais pas pu endurer la moitié de cette vie s'ils n'avaient pas été là. Sois têtu Élias. »

Comme s'il venait de comprendre ce dernier conseil Samuel frappa dans ses mains. Il lâchait le hochet qui tomba au sol. Le regard du bébé s'embrumait en un battement de cil. Alors, très naturellement, un filament de sable doré, s'élevait d'un vase décoraif du salon, pour s'enrouler autour de l'objet et le tendre au bébé. Le minéral donnait l'impression d'être animé d'une vie propre et de fait le lien élémentaire entre Tohum et son don était toujours plus solide après une naissance comme pour lui permettre de mieux protéger le nourisson.

« Est-ce que tu pourrais jeter un œil à ma machine à écrire ? » Oui, quelques fois, le monde moderne n'avait pas autant de charme que cela pour une rose qui avait grandi au temps des parchemins.
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 1277
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 7 Déc 2017 - 20:29
GEAR
IDENTITE : Elias Dewey
GROUPE : Potential Home
SPHERE : Technique
AGE : 154 ans
ETAT CIVIL : Célibataire
PROFESSION : Mécanicien, chercheur, directeur de diverses industries mécaniques
POUVOIRS : Vieillissement ralenti et capacité à voir à travers les différentes couches de la matière
ETAT DE SANTE : Bon
LIENS : Dastan : ami/mentor. Sveda : ami. Cheshire : père. Data : flou.


La subtilité et Elias Dewey n’allaient pas vraiment de pair. Néanmoins, la réaction de Sveda à la mention de ses anciens compagnons n’échappa pas au mécanicien, et il n’insista pas davantage sur le sujet. Il n’appréciait jamais enfoncer le clou sur des thématiques délicates, d’autant que lui-même n’avait pas toujours eu des relations qui s’étaient bien terminées. Il pouvait comprendre, et ne souhaitait pas forcer son amie à discuter de choses difficiles et qui lui rappelait de mauvais souvenirs.

"C’est le plus important." répondit-il avec un léger sourire. "Pour le reste, ce qui est fait est fait. Pas la peine de s’y attarder trop. Carpe Diem, comme disaient les encore plus vieux que nous !"

Ainsi allait sa philosophie de vie. Vivre dans le présent, en profiter, et ne pas se laisser écraser par le passé et l’avenir. Une certaine insouciance qui n’en restait pas moins lucide. S’il avait connu de nombreuses désillusions, jamais il n’avait perdu cela de vue. Au contraire, cela l’avait même encouragé à continuer dans cette voie. Et, malgré les épreuves, Sveda avait elle aussi su tirer des leçons et du positif de ses expériences. L’amour, qu’elle disait. Il ne put s’empêcher d’esquisser un autre sourire, peut-être un peu plus navré. Il avait très exactement 154 ans. Le travail, l’école, les divertissements ; tout cela l’avait fait tenir. Mais peut-être s’en lasserait-il un jour. Que lui resterait-il alors ?

C’était pour cela que la perspective d’un enfant s’était avérée plus bienvenue qu’il ne l’aurait imaginé. Cela lui donnait une direction, un autre but. Quelqu’un à aider et avec qui construire une relation différente. Au-delà de la surprise, c’était quelque chose qui lui avait tout de suite plu.

"C’est encore ça que je dois travailler, aussi. Faire comprendre que mon amour est inconditionnel. Dommage qu’il n’y ait pas un mode d’emploi pour ça." dit-il en se grattant la tête, pensif, avant de retrouver un grand sourire lorsque son regard croisa celui de Samuel. La réflexion de Sveda sur son vieillissement ramena l’attention d’Elias sur elle, et il l’observa avec douceur. "Nous sommes humains, c’est inéluctable. Mais il y a bien vieillir, et mal vieillir. Tu ne crois pas ?"

Sa confidence le surprit un peu plus, et il prit quelques instants pour réfléchir, avant de finir par hocher la tête, à nouveau avec un léger sourire pensif.

"C’est une réflexion que je me suis souvent faite… Mais, pour être franc, je me demande si je suis fait pour rendre heureux quelqu’un de cette manière… Comme toi et Dante."

L’expérience n’avait pas toujours été probante pour lui. Parler de Fawn le ramena à des dispositions plus joyeuses et légères. C’était devenu, après tout, l’un de ses sujets de discussions favoris. Sa fille. Est-ce qu’il devenait déjà gâteux ? Peut-être, mais il s’en fichait.

"Tu as raison. C’est un besoin que l’on doit combler, peu importe les réponses qu’on obtient. Tu as réussi à avancer de ton côté ?"

Si retrouver la mère de Fawn était une sacrée affaire, que dire de la situation de Sveda, que les siècles de distances n’aidaient pas ? Néanmoins, elle semblait progresser. Et Elias le lui souhaitait. Quoiqu’il en soit, ses conseils lui étaient d’une très grande aide, et il ne le cachait pas. Et ses paroles le rassuraient, tout en l’encourageant. Surtout lorsqu’on lui demandait, pour une fois, d’être têtu.

"Tu peux compter sur moi pour ça, c’est ma spécialité !" répondit-il avec un salut militaire, avant de rire, de bonne humeur.

L’incident diplomatique fut évité lorsque le hochet tomba des mains de Samuel, et Gear accompagna le retour du jouet avec des jeux de voix et de nouvelles grimaces. Le don de sa comparse était toujours aussi impressionnant, et, pour le coup, beaucoup plus utile concernant un bébé à consoler. Néanmoins, la perspective d’un travail manuel à effectuer le fit sauter sur ses pieds, et, en moins de deux, il avait déjà sorti du matériel d’une des poches de son jeans.

"Bien sûr ! C’est une Hermès, c’est bien ça ? Des soucis en particulier ?"

Il ne disait jamais non à un peu de bricole, surtout si cela rendait service. Il la laissa lui montrer la bête, l’examina au travers des différentes couches qui la composaient grâce à son don, avant de se mettre à disséquer la machine avec précaution pour vérifier son diagnostic.

"Tu es comme Alex, il aime bien ce genre de vieilleries. Tu ne trouves pas qu’il a bien vieilli, lui ? On a fait du bon boulot." Il esquissa un sourire fier, avant de se replonger dans la machine à écrire. Le travail étant propice à la réflexion, et puisque les conseils de son amie lui restaient encore à l’esprit, il ajouta, plus pensif : "Quand je le vois avec Charlie, je me dis que j’ai pris la bonne décision de prendre mes distances avec lui." Une pause, le temps qu’il dévisse un élément. "Il est plus comme toi, du genre romantique, famille, enfants ; tout ça. Le genre de trucs que je ne pouvais pas lui donner, même si pendant un temps, il devait penser le contraire… Enfin, on ne choisit pas toujours pour ce genre de choses, hein ?"

Une réflexion qui lui revenait, de temps en temps. Mais qu’il se gardait bien d’énoncer à voix haute. A part à une vieille amie de confiance.



Dastan
Sphère Technique
avatar
Messages : 872
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps




Don't waste your time or Time will waste you



Revenir en haut Aller en bas
Sam 23 Déc 2017 - 12:24
“ Oh vous alors ! Il n'y en a pas un pour rattraper l'autre ! ”

Iris Greffulhe (fondatrice des Ebony Crow PH)




Certains immortels comme Dream, Eliott, Abby, décidaient de se retirer du monde pendant une période. A l’image des créatures fantastiques comme les Vampires, ils disparaissaient. C’était une façon comme une autre de supporter le passage des années sans en être affecté. D’autres avaient pour eux une perception du temps différente, Ava et Elias étaient cela un peu plus chanceux.

«Bien vieillir, en effet. C’est tout un art aujourd’hui.»

Sveda, observait Elias, dont l’analyse la laissait songeuse. Un sourire d’une profonde bienveillance éclairait ses doux traits.

«Je ne sais pas, je crois qu’il n’y a pas deux amants qui s’aiment exactement de la même façon. Je n’ai pas aimé le père d’Aurore comme j’aime celui de Samuel.» Le visage de la belle Tohum trouvait alors une expression un tantinet malicieuse. «Te connaître m’a procuré et me procure encore beaucoup de joies El’. Tu sous-estimes le bonheur que tu donnes aux autres.» En un temps où Judith Baker devait faire face à un amour déçu, la présence de Dewey avait énormément aidé. Un support de grande valeur.

Au souvenir de la soirée passée au musée avec Caleb, la rose des sables retrouvait la sensation diffuse de chaleur et d’amour, offerts par les sentiments amoureux. Un petit frisson de joie lui nouait le ventre à la simple idée de le retrouver dans quelques heures.

«Figures-toi que oui! Pas moi mais Dant’... il a pu remonter jusqu’à ma fuite de Constantinople et de la retrouver mon lieu de naissance. Je sais que ma mère faisait parti d'une lignée de consort. Malheureusement, elle s'est éteinte depuis longtemps. »

Cette fois Sveda ne tenta pas de poser Sammy sur le sol. Elle le portait pour qu’ils passent dans la bibliothèque qui faisait également office de bureau. Les murs de toute la pièce était caché par des bibliothèques artisanales en bois brutes. A part une vague séparation entre les fictions et les documentaires la lionne et le loup avaient mélangé leurs livres. Sur un bureau reposait une Hermès Baby sortie d’usine en 1916, elle avait écrit le dernier siècle en compagnie de la nomade.

« Oui c’est ça. Elle servait pour faire les comptes rendu d’opérations. On me l’a donné quand le service à fermé. Elle se déraille très souvent et elle chauffe.»

En mécanique Catherine était plutôt débrouillarde. Elle avait vu l’apparition des machines dans la civilisation humaine et elle avait tout de suite été fascinée. Mais, elle restait quand même plus à l’aise avec les mécaniques du corps humains, dont elle connaissait les plus petits recoins. Mason avait ainsi pu en profiter quand il avait fallu allier leurs sciences respectives.

«Oui… il vieillit bien. Je considère que c’est ma plus belle réussite.»

Oui, Alex et Elias avaient eu une histoire… avortée. Tohum, avait regardé leur protégé étouffer sa déception, pendant que Gear s’était réfugié derrière le travail. Chacun avait fait de son mieux. Mais ça n'avait pas suffit.

«Mmm. Oui. Peut-être à part Ani...Emile, mes partenaires ne voulaient pas vraiment de famille. Je le leur ait plus ou moins imposé. Ce n’était pas une bonne idée. Dante, non plus ne s’attendait pas à se sédentariser avec quelqu’un, encore moins à avoir un enfant. Mais finalement, ça lui plaît. Il est heureux.» Conclu-t-elle en embrassant délicatement le front de leur fils. Sam avait bien du mal à tenir en place. « Charlotte a l’air de le combler et inversement. Ils sont… ils ont quelque-chose d’émouvant.» La belle tirait l’une des chaises de la table pour s’installer avec Samuel sur les genoux. « Pourtant lui aussi a des difficultés en relationnel. Il existe des personnes qui sont faites pour toi. Encore faut-il que tu te laisses approcher. Pour de vrai… » Elle marqua un temps avant de reprendre. « C’est quelque-chose que je dis souvent à Jimmy ! »

Samuel recconnaissait les sons famillier. Le surnom de « oncle James » lui provoqua un éclat de rire joyeux.
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 1277
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Lun 8 Jan 2018 - 20:01
GEAR
IDENTITE : Elias Dewey
GROUPE : Potential Home
SPHERE : Technique
AGE : 154 ans
ETAT CIVIL : Célibataire
PROFESSION : Mécanicien, chercheur, directeur de diverses industries mécaniques
POUVOIRS : Vieillissement ralenti et capacité à voir à travers les différentes couches de la matière
ETAT DE SANTE : Bon
LIENS : Dastan : ami/mentor. Sveda : ami. Cheshire : père. Data : flou.


Concernant la manière de vieillir, et même si plusieurs siècles séparaient leur naissance, Sveda et Elias s’en sortaient encore assez bien. Peut-être était-ce cet humanisme qu’ils partageaient, et qui les avait rassemblés lors de la construction de la Potential Home. Les sourires aidaient, aussi, tout comme la bienveillance et l’empathie. Mais ensuite, la recette était sans doute différente pour chacun, et l’immortalité était un fardeau qu’il fallait apprendre à porter individuellement. Ce qui ne voulait pas dire qu’ils ne pouvaient pas bien s’entourer, tout au contraire.

Si la Rose avait pour cela choisi plusieurs compagnons au long de son existence, le mécanicien n’avait pas suivi cette voie. Trop de mauvais souvenirs et de douleurs qu’il préférait oublier. Il préférait croire qu’il était mieux sans attaches amoureuses et qu’il n’était pas programmé pour une relation sérieuse. Ou pas digne. Les paroles de la scientifique lui redonnèrent toutefois le sourire, et il retourna l’expression malicieuse de sa camarade, avec une profonde reconnaissance.

"Si j’ai fait ton bonheur, alors je n’ai rien besoin d’autre." Il pouvait douter du reste, mais pas des paroles de son amie. Ni de sa connaissance dans le domaine. "Pour le reste, je suppose que je verrai bien… Même nous ne pouvons pas trop prévoir, et heureusement."

Il n’attendait pas grand-chose, mais admettais qu’il pouvait encore être surpris. Surtout que plusieurs éléments récents semblaient aller dans cette direction, et qu’il n’en prenait conscience que peu à peu. Mais à quoi bon se tourmenter, en particulier maintenant ? Cela n’avait de toute façon jamais été dans ses principes, et il préférait se concentrer sur ce qui allait bien et sur l’instant présent plutôt que sur les incertitudes du futur.

Et sur le passé qui dévoilait ses mystères, dans le cas de Tohum. Elias eut un petit sifflement appréciateur à toutes ces nouvelles. L’Histoire, ce n’était pas sa tasse de thé, et Constantinople aurait très bien pu se passer durant l’ère glaciaire. Néanmoins, il savait que c’était important pour son interlocutrice, et que cela constituait une grande avancée pour elle.

"Il sait tout faire ton loup, dis donc ! Et une lignée de consort, tu m’en diras tant… Mais c’est plutôt classe. Tu penses qu’il n’y a vraiment plus d’autres membres de ta famille encore vivants ? Même lointains ?"

Si la bibliothèque du couple était impressionnante, l’attention du mécanicien se porta cependant tout de suite sur la machine à écrire. Son terrain connu à lui. Il commença donc par l’examiner sous toutes les coutures, avant de continuer en explorant son intérieur, son matériel sorti à côté sur la table.

"Hum, elle a bien tenu pourtant, tu en as pris soin. Il faut peut-être resserrer quelques trucs, nettoyer par-ci par-là et huiler le rail. Mais pas besoin de changer de pièces a priori, ça aurait été un peu plus embêtant." Il poursuivit en mettant en pratique son bilan, avec des gestes précis et habitués. Il continua également la conversation, sur un sujet qu’ils connaissaient bien tous les deux. Il esquissa un sourire amusé : "A moi aussi. Alex, c’est finalement un peu notre bébé à tous les deux."

Ce qui n’avait pas empêché leur relation de ne pas évoluer dans une direction plus personnelle. Trop personnelle. Ce n’était pas un regret, surtout pas maintenant que le directeur était heureux avec son koala blond. Mais quelque chose d’avorté, néanmoins. Et Sveda pouvait le comprendre. Elias releva un instant la tête, les mains déjà noircies par son ouvrage.

"Je suis peut-être pas un expert dans le domaine, mais un couple, c’est aussi écouter les envies de l’autre et les respecter. Tu voulais avoir des enfants, et c’est une décision qui se prend à deux. Après, il faut assumer. Toi, tu l’as fait." Il lui adressa un sourire doux et rassurant, avant de se remettre à l’ouvrage. "Émouvants, peut-être, mais bon sang, il a fallu les pousser littéralement dans les bras l’un de l’autre pour qu’ils se bougent enfin. Et c’est toujours pas fini…" Il poussa un soupir, et ajouta : "Ah ça, faut se laisser approcher. Mais c’est difficile parfois, selon le parcours de chacun. Il y a des traumas qui restent longtemps…"

Il resta silencieux quelques instants, pensif. Il connaissait bien plusieurs personnes dans cette situation, autre qu’Alex et Jimmy. C’était peut-être là que résidait une partie de ses problèmes, plus qu’il ne voulait l’admettre. Le rire de Sammy le fit revenir à lui, et il en fut très vite contaminé, retrouvant sa bonne humeur.

"Jimmy aussi me fait rire. Plus maladroit, on ne peut sans doute pas. Mais c’est un brave type. Et je lui souhaite de trouver chaussure à son pied, il le mérite bien." Il s’était après tout occupé de son chaton après les mystérieux événements du salon des inventions. Elias reporta ensuite son attention vers Sveda : "Tu ne voudrais pas ouvrir une agence matrimoniale ? Tu ferais une bonne marieuse, j’en suis sûr ! Et avec qui tu le caserais, notre Jimmy ? Il y a une chaussure intéressante dans le coin ?"



Dastan
Sphère Technique
avatar
Messages : 872
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps




Don't waste your time or Time will waste you



Revenir en haut Aller en bas
Dim 21 Jan 2018 - 11:31
Sveda souriait, secouant la tête.

« J'en connais certains qui pourraient te détromper sur ça ! » Nuança la Rose du désert avec un petit sourire.

Sur la liste des dons fabuleux des Prodiges, la voyance avait sa place. Son Élias avait un don qui pouvait s'en approcher. C'était un art des plus complexes. Sans compter les quelques uns qui avaient appris les anciennes sciences occultes. Certains rituels permettaient d'appréhender l'avenir. Heureusement, ses pratiquants étaient de plus en plus rares. Car connaître le futur donnait beaucoup trop de pouvoir.

« Oui ! Il est plein de talents ! C'est certain. Bon peu importe que ce soit consort, berger, esclave... je peux enfin rattacher mes enfants à une histoire qui ne soit pas celle de « Sveda la fille sans nom et sans patrie ». » Ahhh, comme je souris, moi qui connaît la vérité. Surtout parce que je l'ai inventée avec mes camarades d'intrigues. Vous ririez également, croyez-moi bien. Car, en effet, Sveda n'était pas la seule survivante de son ère. Ah ça non, si vous saviez comme je suis impatient qu'elle fasse la connaissance des autres. « Samy sera le premier à grandir avec une histoire. »

L'archéologue avait vraiment fait un travail de recherche formidable. Cependant, il avait tout de même passer un pacte avec une vilaine sorcière pour parvenir à ses fins. A n'en pas douter la Strega utiliserait ce point de pression au moment le moins opportun. Enfin ! Nous en reparlerons quand le problème se présenterait.

« C'est une bonne nouvelle. Ça me chagrinerais de m'en séparer. »

La métaphore de Gear tirait un rire à sa partenaire de travail. Elle ne l'aurait probablement pas formulé ainsi. Cependant à bien y regarder. Il y avait en effet une idée de matrice commune. Ils lui avait redonné une vie. Ils avaient fait quelques rencontres fondamentales. Sentimentalement, la lignée de la Rose était encore plus vaste qu'on ne pouvait se le figurer.

« Oui, je reconnais que je le considère comme mon fils. Et j'en suis aussi fière. »

Tenant le bébé d'un bras ferme, la belle se penchait pour ouvrir les tiroirs du secrétaire devant lequel ils étaient installés. Elle était presque sûre d'avoir aperçu un paquet de mouchoir en papier ici un jour. Elle répétait deux fois l'opération avant d'être victorieuse. Elle tendit alors un mouchoir déplié au mécanicien.

« Ne me dis pas que tu joues les entremetteurs Eli !» Catherine n'était pas indignée, non, cela l'amusait plus qu'autre chose. « Tu sais que Charlotte est la protégée de Dante. » Le taquina-t-elle amicalement avec un petit air malicieux. La délation n'était pas du tout dans ses pratiques. Au contraire cette ancienne rose était la gardienne de centaines de secret accumulés tout au long de sa vie. Elle savait que Caleb aurait trouvé l'idée amusante lui aussi. « Oui...» Murmura la belle en écho. Elle se souvenait du temps qu'il lui avait fallu après avoir perdu Tarek. Le premier de ses grands amours.

La plaisanterie de Dewey fit pouffer son amie. Une réaction si vive que Samuel fixa sa mère en fronçant les sourcils. Il cherchait à savoir pourquoi elle exprimait cette hilarité.

« Une marieuse ! Moi ?! Tu sais qu'en 700 ans je n'ai pas été mariée une seule fois. Ce serait amusant. James... » Kent tapotait sa bouche, de son indexe, tandis qu'elle considérait la question. « Quelqu'un comme Owen, je dirais. » Le professeur de chant était sympathique, bon vivant, attentionné. Des qualités qui auraient largement trouvé de quoi combler le grand cœur de leur ange préféré. Mais à vrai dire Sveda était incapable de dire qu'elle pouvait être le genre de personne qui plairait à Castiel. « Où bien l’infirmière, comment s'appelle-t-elle déjà ? »

De nouveau Samuel s'impatientait sur les genoux de sa mère. Il bougeait cherchant visiblement de quoi s'occuper. D'un vase, au fond de la pièce, venait volter une gerbe de sable écossais. Telle une matière malléable il prenait la forme d'un petit oiseau imaginaire. La « créature » venait se poser sur la cuisse du bébé. Sam se mit à sourire. Pendant un court instant, dans sa façon de tendre la main, Tohum entrevit l'un de ses frères.

« Croises-tu Ava ? » Demandait-elle doucement à son complice.
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 1277
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Ven 9 Fév 2018 - 21:36
GEAR
IDENTITE : Elias Dewey
GROUPE : Potential Home
SPHERE : Technique
AGE : 154 ans
ETAT CIVIL : Célibataire
PROFESSION : Mécanicien, chercheur, directeur de diverses industries mécaniques
POUVOIRS : Vieillissement ralenti et capacité à voir à travers les différentes couches de la matière
ETAT DE SANTE : Bon
LIENS : Dastan : ami/mentor. Sveda : ami. Cheshire : père. Data : flou.


Cacher ses préoccupations et sa mélancolie derrière un éternel sourire. C’était un art dans lequel Elias Dewey était devenu maître. Et ce tout autant pour préserver les autres que pour se préserver lui-même. Oublier faisait partie des bagages essentiels à tout individu dont la vie était prolongée, et il s’était appliqué à le faire, ayant appris très vite que vitre éternellement n’était pas toujours un cadeau. Mais, heureusement, cela ne concernait que peu de souvenirs chez lui, et sa bonne humeur n’était presque jamais feinte. Il avait également une grande capacité à dédramatiser et à prendre du recul, ce qui lui faisait rapidement retrouver le sourire.

"Tu m’excuseras, mais je préfère qu’on ne me prédise pas ma vie amoureuse, aussi palpitante soit-elle !" dit-il en riant, avant d’ajouter avec un clin d’œil : "Par contre, les prochains résultats des courses de VAP, je veux bien."

Les ennuis viendraient bien assez tôt. Ils finissaient toujours par venir après tout, non ? Et pour l’heure, Gear était heureux de pouvoir écouter son interlocutrice lui parler de ses racines retrouvées. Grâce aux bons soins de son cher Loup. Ah ça, l’enthousiasme de la Rose était contagieux. Même pour quelqu’un qui avait longtemps préféré renier ses origines. Le monde n’était pas toujours bien fait, mais on finissait par trouver un équilibre malgré tout.

"Et tu mérites de te faire chouchouter !" confirma-t-il, lançant un regard souriant à Samuel lorsque ce dernier fut mentionné. "Je peux comprendre que cela ait de l’importance pour toi. En ce qui me concerne, je dois admettre que cela ne change pas la façon dont je t’ai toujours vu. C’est aussi difficile de monter plus haut dans mon estime quand on a déjà atteint le sommet !" Il rit à nouveau, avant de se frotter la tête. "Mais je suppose que je devrais y réfléchir aussi un peu. Maintenant que j’ai un véritable héritage à léguer…"

Il était encore trop tôt pour dire comment la relation avec Fawn allait évoluer. Mais Elias était rassuré par les paroles de Sveda, et par sa conviction que, puisqu’il adorait déjà sa fille, tout allait finir par bien se passer. Comment cela pouvait-il se passer autrement, avec l’entêtement qui le caractérisait ?

Et qui se voyait assez vite lorsqu’il bossait, incapable de laisser tomber face à une machine récalcitrante. Heureusement, la machine à écrire de son hôtesse ne présentait pas de difficultés particulières. Un rapide entretien et quelques serrages de vis allaient suffire pour la remettre d’aplomb.

"Elias Dewey, toujours là pour sauver le monde, et rendre leurs machines à écrire aux mères déplorées." rigola-t-il, les doigts dans ladite machine. Et puisque le travail ne lui demandait pas beaucoup de concentration, discuter avec son amie lui plaisait. D’autant qu’ils avaient l’occasion d’aborder des sujets qui leur tenait à cœur, assez littéralement. "Tu peux. Tu as fait de l’excellent boulot. Et moi aussi, sur un tout autre niveau ! Mais l’école est vraiment entre de bonnes mains."

Et il pensait également au reste du corps enseignant et du personnel. Un joli petit monde, avec qui il s’entendait bien et qui embellissait son quotidien. Et il ne cachait pas que tous ces gens étaient un peu son théâtre ou son feuilleton personnel. Mais tout de même, Alex, c’était particulier. Il prit une fausse mine innocente, battant exagérément des paupières lorsque son interlocutrice le traita d’entremetteur. Ce n’était pas si loin de la vérité.

"J’aime donner des petits coups de pouce. Surtout quand je vois que ça peut rendre heureux." dit-il avec un sourire. "Et alors ? Que dit Dante de mon œuvre ? Il ne les trouve pas mignons non plus, nos petits amoureux ?"

Nouveau changement de sujet pour éviter de parler de lui, pour repartir avec humour sur une autre discussion. Mais cela sembla amuser Sveda, et Elias enchaîna, avec un sourire en coin :

"Et alors ? Il n’est jamais trop tard. Et puis, tu as de l’expérience, ne le nie pas." Le nom de Vox fit passer un rapide voile dans le regard d’Elias. Une brève réflexion, une pensée qu’il préférait éviter. Mais un éclat de rire franc suivit très rapidement pour le dissimuler. "Owen ? Se caser ne semble pas être dans ses priorités. Et je pense que s’il avait été intéressé, il l’aurait déjà fait savoir. Il est assez direct." L’autre nom élargit son sourire. "Aishi ? C’est vrai qu’elle a un aussi grand cœur que James. Et entre soignants, ils ne peuvent que s’entendre !"

Curieux, Elias observa le petit tour de son interlocutrice pour divertir son fils, fasciné par la gerbe de sable qui prenait la forme d’un oiseau pour le distraire. Il avait beau être habitué, cela l’émerveillait toujours autant. Son côté gamin, qui restait malgré les 150 ans d’existence.

"Je l’ai croisée quelques fois à l’école." dit-il en se concentrant à nouveau sur la Rose avec un sourire. "Mais je crois que je l’impressionne un peu… Il n’y a pas de quoi pourtant non ? Je suis incroyablement séduisant et sympathique, mais tout à fait abordable !" Nouveau rire. "Elle a l’air de se plaire à la PH. J’en suis heureux. Et j’espère que cela lui fera du bien."

Une autre personne au parcours complexe et difficile qui se retrouvait dans leur école. Mais en cela, la Potential Home savait faire des miracles. Elias l’espérait pour Ava, comme pour sa propre fille.



Dastan
Sphère Technique
avatar
Messages : 872
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps




Don't waste your time or Time will waste you



Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Mar 2018 - 22:30

Comment était-elle perçue par son entourage, ses amis, ceux qui la connaissaient depuis des années ? Les fondateurs de la Potentiel Home connaissaient Judith Baker... cette jeune allemande qui avait quitté l'arche de Munich pour monter son propre labo de recherches. Tohum se souvenait de sa rencontre avec Dewey. Il y avait aussi Iris, la belle Iris.

« Merci Élias. Ça me touche. » L'âge ne changeait rien à l'effet que pouvait faire ce genre de compliments sur Tohum. La modestie à la base de son caractère l'en préservait. « Oh avec toutes tes inventions, elle en aura un !»

De fait, Kent avait vu que l'école était totalement autonome. La PH avait prospéré depuis son ouverture. Les gouvernements s'étaient succédé sans trop créer de soucis. Sveda était à peu prés sûre que le président actuel était de leurs alliés.

« Oui, entre de très bonnes mains.» Les mains de quelqu'un issu de cette époque. « Ils sont tous exceptionnels. »

Sveda avait sans doute un peu plus d'affinités avec Fuji en raison de leur passion commune pour les sciences. Néanmoins, depuis son retour à l'école, elle avait pris le temps de voir les trois autres. Karen était une femme d'une grande perspicacité, engagée dans son travail. Lewis était doué d'une patience et d'une bienveillance qui mettait chacun à son aise. Quant à la truculente Farah, sa fougue et son honnêteté, en faisait une excellente cheffe de groupe.

« Humm. Peut-être que parfois le destin a besoin d'un coup de main.» Allons bon, le destin ! Kent n'y croyait pas. Ou alors lors d'envolées romantiques dans sa jeunesse. Depuis, la vie s'était fait un devoir de lever toutes ses illusions. « Oh si, si, il les trouvent charmants. Adorables... Ils le sont en même temps. Ca fait plaisir à voir. »

Mmmm. Cette fugace amertume dans les yeux de Gear n'échappait pas à son amie. Elle ne le relevait pas. Ce n'était pas à elle d'aborder un sujet aussi personnel. Les frasques de cet homme lui donnait une réputation avec laquelle Sveda n'adhérait pas.

« Aishi, oui ! Merci ! Oui, je pensais à elle. Tu sais s'ils se connaissent bien ? » La mémoire des prénoms n'était pas celle que la belle avait le plus.

Lorsque la rose relâchait son attention sur le petit volatil minéral il perdit de sa précision. Samuel lui trouvait encore de l'intérêt et ne faisait pas attention aux adultes. Il y avait tout de même un très fort pour centage de chance qu'il soit un prodige. Rares étaient les enfants de Tohum née et demeuré sans don. Maintenant, il fallait espérer que la génétique ne le pourvu pas d'une capacité aussi dure que celle d'Ava.

« Quelqu'un d'aussi extraverti que toi ! » Sveda connaissant très bien les deux imaginait leur attitude respective. Elle était d'ailleurs rassurée que des personnes comme Élias, James, Alex étaient là pour soutenir Riley. Cela lui permettait d'avoir d'autres interlocuteurs que sa mère si elle désirait parler. « Oui, j'ai le sentiment qu'elle s'est trouvé une place. Ca me rassure. »

« Ah, tu peux le prendre avec toi une minute ?»

Samy se retrouvait soulevé dans les airs pour se retrouver entre les mains de l'oncle Gear. Il vira ses yeux ronds et grand ouverts sur le moustachu. Dans le reflet de ses yeux bleus d'enfant se lisait beaucoup de curiosité et de joie. Il posa ses mains sur le torse de son protecteur temporaire en riant innocemment.

Catherine ainsi libre de ses mouvements se rendait dans une autre pièce. Pour les plus curieux je vous informerait qu'il s'agit de la chambre à coucher des tourtereaux. Elle ouvrait un placard où se trouvaient des cartons qui attendaient d'être vidés. L'un d'eux était plein d'albums photos dont quelques un auraient bientôt un siècle. Après un peu de recherches Sveda trouvait ce qu'elle voulait. Elle revint dans la bibliothèque son trésor entre les mains.

« Tiens, j'ai pensé à toi quand j'y ai jeté un coup d’œil. Je ne sais pas si tu les avaient eu ? » Les photos avaient été développées à l'argentique. Elles dataient mais elles étaient relativement bien conservées. Toutes avaient été prise pendant la mise en place de la Potentiel Home avec les tous premiers élèves qu'ils avaient eu.
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 1277
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Sam 14 Avr 2018 - 21:33
GEAR
IDENTITE : Elias Dewey
GROUPE : Potential Home
SPHERE : Technique
AGE : 154 ans
ETAT CIVIL : Célibataire
PROFESSION : Mécanicien, chercheur, directeur de diverses industries mécaniques
POUVOIRS : Vieillissement ralenti et capacité à voir à travers les différentes couches de la matière
ETAT DE SANTE : Bon
LIENS : Dastan : ami/mentor. Sveda : ami. Cheshire : père. Data : flou.


Derrière ses éternelles plaisanteries, Gear restait quelqu’un de fondamentalement altruiste et positif. Il complimentait souvent, et le faisait toujours sincèrement. Il arrivait à trouver des qualités à chacun, et se plaisait à voir le beau chez l’humain. Trait qu’il partageait sans doute avec les trois autres fondateurs, et il avait bien fallu cela pour créer la Potential Home. Affectueux et tactile, il l’était encore plus avec ses proches et ses amis, et ne manquait jamais une occasion de leur adresser un mot ou un geste tendre. Surtout envers ceux qui étaient naturellement modestes, comme Dastan ou Sveda. Un grand sourire servit de réponse à la belle scientifique, simplement heureux de voir son amie touchée.

"Oh oui ! On ne se demande pas de qui elle tient son don pour la mécanique, elle a toujours été douée !" reprit-il, fièrement. Et cela, il l’avait toujours pensé de Fawn, mais avant de découvrir leur lien de parentalité. De même, il était tout à fait d’accord avec son interlocutrice : l’école comptait de vraies perles. Avec un sourire amusé, il ajouta : "Parce que nous sommes exceptionnels. Comment pouvait-il en être autrement ?"

Il éclata d’un nouveau rire joyeux. Les jeunes faisaient un très bon boulot, parce qu’on leur en avait toujours donné l’opportunité. Et c’était pour cette raison qu’Elias était aussi confiant dans l’avenir de la PH : l’endroit était un havre de bienveillance et de tolérance. Il en avait toujours été ainsi, et tant que l’on respecterait cela, tout allait bien se passer.

"Je crois qu’on pense tous la même chose : nous tenons le couple de l’année. Il nous faudrait un bal, pour les nommer reine et roi !"

Malgré l’apparition d’émotions plus réservées, Gear conservait toujours sa bonne humeur, envers et contre tout. Cela ne trompait pas Sveda, qui avait cependant la gentillesse de ne pas relever. Peut-être qu’en temps voulu…

"Ils pourraient se connaître davantage… Peut-être auraient-ils aussi besoin de la « main du destin »." Il fit un jeu de sourcils amusé et taquin.

Se mêler de la vie amoureuse des autres, il y prenait un certain plaisir, inutile de le nier. Mais il restait raisonnable, la majorité du temps. Et restait motivé par le bonheur d’autrui, aussi, on lui pardonnait un peu ses comportements parfois peu subtiles.

"Je ne mange personne, tu le sais !" dit-il en riant. Mais il comprenait le sentiment de son amie. Il ne souhaitait qu’une chose : que sa fille trouve également un lieu où elle se sentait bien, et où elle puisse s’épanouir. Pour l’heure, la PH ressemblait plus à une prison pour la jeune Fawn, passage obligatoire pour lui éviter la case prison. Mais Elias restait optimiste : chaque chose en son temps. "On prendra soin de Riley, c’est une certitude."

Gear prit ensuite Samuel dans ses bras, laissant à sa mère le temps d’aller chercher quelque chose. Amusé de la réaction enfantine du petit, Gear rejoignit son rire, avant de se remettre à faire des grimaces pour l’amuser. Lorsque Sveda revint, les deux riaient aux éclats, amusés par l’autre et sous l’effet contagieux du rire. L’attention du mécanicien fut cependant rapidement attirée par l’album ramené par la scientifique. Lorsqu’il comprit de quoi il s’agissait, son sourire devint encore plus radieux.

"Oui ! Mais je crois qu’elles sont restée en Amérique, ça fait un bail que je ne les ai pas vues !" Il parcourut du regard les photos. "Ah, je me souviens de lui… Atkins, je crois. Un excellent ingénieur, et un très bon polymécanicien. Il a fait une très belle carrière après l’école… Helen Fabre, elle avait failli faire sauter l’école dès le premier jour ! Et Iris…" Il arrêta son regard sur la fondatrice disparue et sur son sourire. "J’espère qu’elle est tout aussi fière de la PH que nous le sommes, aujourd’hui."

Un instant, son esprit parcourut les souvenirs de ces dernières soixante années, un sourire doux sur les lèvres. Il s’en était passé de choses, depuis. Et il s’en passerait certainement encore… Il berça doucement Samuel dans ses bras, apaisé par sa présence rassurante.

"Dis, Sved’… comment tu as géré toi, la mortalité de tes proches ?"

La question était délicate. Et pourtant, en tant qu’immortels, ils partageaient ce fardeau. Et Tohum depuis bien plus longtemps que lui. Il ne pensait pas que cela devenait plus facile avec le temps, oh non. Mais peut-être avait-elle acquis une autre manière de voir la chose. Et de ne pas la craindre autant.




Dastan
Sphère Technique
avatar
Messages : 872
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps




Don't waste your time or Time will waste you



Revenir en haut Aller en bas
Lun 23 Avr 2018 - 12:18
“ Oh vous alors ! Il n'y en a pas un pour rattraper l'autre ! ”

Iris Greffulhe (fondatrice des Ebony Crow PH)






Tohum laissait aller un sourire malicieux sur sa bouche. Gear et elle avaient une vision assez similaire du monde. Ce n'était pas un hasard s'ils avaient rejoint la même aventure, certes un peu utopique. Quoique celle-ci était tout à fait réelle. Et s'ils se battaient pour la maintenir en vie c'était aussi pour montrer qu'un monde meilleur était possible.

« Si tout le monde pouvait le voir... la vie serait plus douce. »

Il était vrai, que même au-delà de la particularité de la formation, l'école était spéciale. Elle avait une excellente réputation sur l'Archipel. En fait, comme les autres établissements du genre. Probablement que l'intégration avait un effet positif, sur la société en général. Allez faire comprendre cela à certains.... Kent savait que quelques personnes cherchaient à les faire tomber.

« Je suis certaine que l'idée plairait aux jeunes. » Elle entrevit Riley dans une robe à volants et sourit. Son Élias se prêtait sûrement au jeu lui aussi. Cette idée méritait peut-être d'être creusée.

Le regard clair de la nomade était alors plein de tendre dérision. Cette fois c'est Dewey qu'elle imaginait avec un costume assez comique. Elle riait un peu.

« A toi de jouer Cupidon. » Dit-elle, avec un clin d’œil taquin.

Et à voir Gear faire le pitre, son amie savait, qu'Ava était très bien entourée. Le fait que le Viking soit revenu dans l'équipe devait faciliter les choses. Sveda appréciait d'avoir ses enfants ici. Elle pouvait se consacrer un peu plus à eux. Dans la mesure où ils la laissaient faire bien entendu. Ils avaient tous dépassé la cinquantaine. Même si non, cela ne se voyait pas. La nature faisait parfois bien les choses...

« Helen... oui. » Tohum eu un sourire affectueux à la mention de la jeune femme. Il y avait quelques élèves dont ils se rappelaient plus. C'était bien normal. Et dans quelques cas, ils étaient devenus des collègues, voir même des amis. La vie était ainsi faite. C'était le genre d'évolution à la fois agréable et très stimulante.

Une pointe de nostalgie venait changer le sourire de la rose. Nous l'avons dit oui, certaines personnes manquaient plus que d'autres. Cela aussi faisait parti des choses ordinaires. Les doigts s'arrêtaient sur l'une des pages de l'album. L’appréhension de la mortalité pour un immortel pouvait être très difficile, voir impossible à supporter. Sveda prenait le temps de caresser le grain du papier avant de relever les yeux sur Gear. Elle lui souriait alors d'un sourire moins joyeux.

« Il m'a fallu du temps... J'ai accepté la mort de beaucoup avec un raisonnement très philosophique. Mais quand j'ai su que.. je pouvais avoir des enfants mortels... »

Le décès de Tarek avait été une véritable douleur, pour la jeune femme amoureuse, qu'elle était à l'époque. Mais, Hypnos était un adulte et il avait vécu bien plus longtemps que ne le voulaient les lois de la nature. Aussi avait-elle fait son deuil de façon presque ordinaire. C'était à la mort d'Azenzâr que la belle avait véritablement compris ce que cela voulait dire de survivre aux autres...

« Aurore a eu un petit frère. Sa mort m'a plus marquée que celle de tous les pauvres bougres que j'avais vu mourir pendant la peste noire. Ou de tout ces enfants morts sur les champs de bataille. » Une flamme intense brûlait la pupille de la rose. « La seule chose qui m'a aidé, c'est la présence de Sahar et d’Émile. Sans eux je crois que je me serais laissée aller au chagrin. »

Salif, son doux Salif, lui avait été arraché. Niji... Joachim, les noms venaient effleurer sa mémoire, avec des souvenirs plus ou moins douloureux. Accompagnés par cette contraction au fond de la poitrine. Sveda regardait alors son dernier né gazouiller dans les bras d’Élias. Elle souriait au bébé avec une tendresse lucide. Sa main venait caresser sa cuisse potelet. Il était encore trop tôt pour savoir si Samuel profiterait ou non des gènes de ses parents.

« Pendant longtemps après la mort d'Azenzâr... et d’Émile, j'ai pensé que je ne recommencerait pas. Plus jamais. » Le visage de Sveda redevenait doux. « Mais, la vie aurait perdu de son sens. Vivre éternellement, sans personne à aimer et à chérir... Mieux aurait valu que je meurt. Et quand je l'ai compris, j'ai commencé à apprendre à vivre avec cette peine. Il n'y a rien que l'on puisse faire à part vivre. Vivre chaque instant avec reconnaissance. Cultiver la tendresse et garder précieusement nos souvenirs d'eux. »

C'était à peu prés les mots que James avaient déjà entendu. Tohum n'était pas convaincue par leur effets réconfortant. Mais pourquoi aller mentir à son ami ?

« C'est d'autant plus parce qu'ils vont partir qu'ils sont tous si précieux. » Catherine s'agitait doucement sur la chaise. Elle souriait, laissant la mélancolie repartir dans une petite larme d'amour. « Et je crois que c'est aussi grâce à cela qu'on reste humain. »
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 1277
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Sam 23 Juin 2018 - 14:04
GEAR
IDENTITE : Elias Dewey
GROUPE : Potential Home
SPHERE : Technique
AGE : 154 ans
ETAT CIVIL : Célibataire
PROFESSION : Mécanicien, chercheur, directeur de diverses industries mécaniques
POUVOIRS : Vieillissement ralenti et capacité à voir à travers les différentes couches de la matière
ETAT DE SANTE : Bon
LIENS : Dastan : ami/mentor. Sveda : ami. Cheshire : père. Data : flou.


La Potential Home ne leur devait pas tout son succès. Enfin, quand même un bon bout, il ne fallait pas être trop modeste ! Mais depuis son ouverture, les professeurs, les élèves et les alliés avaient fait vivre l’école. Et continuaient à le faire encore aujourd’hui. Gear estimait que c’était une chance d’avoir pu voir ce projet utopiste se réaliser, puis prendre son indépendance d’eux pour devenir ce qu’il était aujourd’hui. La meilleure école pour prodiges qui soit. Il n’hésitait pas à le dire, même si d’autres faisaient désormais très bien dans ce domaine aussi. Mais la PH, c’était différent. Et cela se sentait dès qu’on y entrait. C’était plus qu’une école. C’était un foyer.

"Cela viendra. Tu sais qu’il faut parfois du temps…" lui répondit-il avec son sourire optimiste.

Car il avait réussi à le rester, malgré des décennies plus difficiles. Notamment en lançant des idées farfelues et festives. Comme un bal à la PH, typiques de ces lycées américains. Bien qu’ils n’existaient pas encore du temps de ses 16 ans, Gear était imprégné de cette culture qu’il n’avait cessé de côtoyer, malgré son exile écossais. Il finissait toujours par revenir aux arches américaines, de l’est ou de l’ouest, bien que ces dernières avaient sa préférences.

"Tu peux compter sur moi ! Et tu sais que je suis un ange, ainsi que très bon archer ! Ne me manque plus que la toge…"

Nouveau rire. Il était toujours de bonne humeur en compagnie de sa vieille amie. Comment pouvait-il en être autrement ? Ils avaient tellement partagé. A commencer par les mêmes connaissances. Devant l’album qui rassemblait tant de souvenirs et de visages disparus, Elias ne pouvait que se sentir ému. Et nostalgique. Pour ce point, la Rose des sables avait cependant plus d’expérience que notre mécanicien. Raison pour laquelle il lui confia -de manière un peu détournée certes, mais c’était sa façon de faire-, les craintes et questionnements qui étaient apparus chez lui récemment. Notamment, avec la nouvelle de sa paternité. Il avait beau ne pas être le père de l’année, son attachement pour Fawn n’en était pas moins sincère et profond. Avec ce que cela impliquait, si la jeune femme ne se trouvait pas être immortelle.

Il écouta donc religieusement la scientifique parler de ce sujet difficile. Il savait, pour une partie de ses différentes amours, déçues ou non, ainsi que de ses enfants. C’était précisément ce qui inquiétait notre homme, même s’il ne l’avouerait jamais directement et à quelqu’un d’autre que Tohum. Compatissant, il posa une main sur l’épaule de son amie, tenant Samuel de l’autre. Il esquissa un sourire lorsque le visage de la Rose redevint plus doux.

"Je vois tout à fait. C’est le plus grand cadeau que l’on puisse faire et recevoir. Aimer, chérir, apprécier le moment présent. La solitude est un bien plus grand fléau que la mort. Surtout pour nous." Il en savait quelque chose. On pouvait mourir de se sentir seul. Ou en avoir envie. "C’est grâce à eux que nous restons humain, oui. Ils ne savent sans doute pas à quel point ils sont plus incroyables que la grande majorité des immortels. Ils ont ce pouvoir que nous n’avons pas."

Il essuya la larme sur la joue de son amie, avant de lui adresser un sourire plus franc. Il fit légèrement sauter Samuel en riant, car le bonheur est la chose la plus contagieuse qui soit.

"Heureusement, toi et moi, nous savons comment profiter du présent et des autres, hein ? Tu n’es pas d’accord, Sam ?"

Les paroles de la Rose avaient toutefois enlevé un poids dans le cœur du mécanicien. Après une dernière grimace, il rendit son fils à la belle scientifique, et déposa un baiser sur les cheveux de cette dernière.

"Merci Sved’. Tu as toujours réponse à tout, et tu es tellement douée pour aider les autres. Heureusement que tu es là." Il lui adressa un sourire doux, avant de retrouver son enthousiasme habituel. "Et quand tu veux, pour des coups de main avec ces machines. Ça, c’est mon boulot !"

Le temps passait tellement vite, mais c’était la preuve que ces moments étaient importants et appréciés à leur juste valeur. Gear tira donc sa révérence pour laisser la maman et son petit profiter du reste de l’après-midi. Ils avaient assez à faire chacun de leur côté. Le cœur un peu plus léger et optimiste.


Dastan
Sphère Technique
avatar
Messages : 872
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps




Don't waste your time or Time will waste you



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: Eastside :: Portobello :: Maison Kent-Carso-