Au tout début... / Lewis

 :: Zone Membres :: Machine à remonter le Temps Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 30 Sep 2017 - 13:36



« Il est temps d'instaurer la religion de l'amour. »

Louis Aragon


Années 90 London


    Je rendais grâce au Vent que Fanny soit restée sur l'Arche britannique jusqu'à la fin de l'automne. Elle avait un clic-clac et un double de clef ce qui m'évitais de brûler mes économies trop vite. Je m'étais abonnée à la navette Paris-Londres la semaine passée. C'était une pure folie étant donné l'état de mes finances ! Mais, je ne voulais pas manquer une occasion de voir Lewis. Je cherchais activement un atelier prêt à m'embaucher sur cette arche. Avec un peu de chance je pourrais définitivement m'installer à Londres avant la fin de l'année. Mon père n'était pas enchanté à cette idée. Mais c'était là qu'il y avait le plus d'opportunité et surtout la fac où je voulais aller à la rentrée.

    J'avais réussi à finir la comptabilité de maman plus tôt que prévu, ce qui m'avait permis de prendre le vol précédant. Je n'avais pas pu revenir depuis trois semaines à cause de l'ouverture des défilés. J'avais hâte de passer du temps avec Lewis. On se voyait depuis un peu plus de cinq mois. Il était différent des hommes que j'avais connu avant lui. Je me sentais vraiment bien avec lui. Quand je pensais à lui j'avais cette sensation au creux du ventre qui réveillait ma timidité. Je ne savais pas vraiment ce qu'il attendait de cette relation de son côté. En tous cas, j'espérais que cette fois, j'aurais une chance de le découvrir.

    J'étais en chemin pour le cirque où Lewis se formait, quand je me souvenais que j'avais encore oublié le gilet à la ferme. J'avais décidé de le prendre en modèle pour m'exercer à la coupe. Le résultat n'était pas mauvais. J'avais dans l'idée de le lui offrir. Enfin, ce serait pour la prochaine fois, encore... Je descendais un arrêt avant le sien pour être certaine de faire un effet de surprise. Je me mêlais à la foule bigarrée avec l'impression d'être un peu chez moi. Rencontrer Lewis m'avait encouragée à pratiquer mon anglais. Je me sentais plus à mon aise maintenant et j'apprenais à aimer cette ville et ses habitants.

    Je m'installais sur l'un des bancs dans parc adjacent principal pour attendre l'étudiant en art du cirque. Il était en fin de formation. Il avait déjà quelques contrats avec des petites troupes et des centres culturels. Je me retrouvais une fois sur deux à aller l'écouter conter dans des endroits complètement improbables. Mais j'aimais ça. Ça me rappelait un peu les quartiers de Paris. Et ça me donnait un aperçu de sa culture. Il sortait dans les derniers, ce qui ne m'étonnais pas, je laissais mon baluchon pour aller le trouver.

    « Salut ! »

    Je m'étais avancée de façon à être visible. Je lui souriais avant d'avancer pour aller à sa rencontre. Je saluais poliment les personnes avec qui il se trouvait. Un ou deux visages me disaient quelque-chose. Lewis m'avait emmené à l'une de leur soirée, une fois. Mais j'avais surtout retenu les conversations que nous avions échangé lui et moi, que le nom des personnes présentes. Je le laissais digérer l'imprévu de ma présence en allant récupérer mes affaires laissées de côté. Je l'attendais tranquillement en observant les étudiants vaquer sur le campus. Je me mis en mouvement avec lui et venais naturellement prendre sa main.

    « C'est une bonne surprise ? » Quand nous fûmes assez loin de l'université pour ne pas le mettre mal à l'aise je l'embrassais sur la joue. Les derniers jours avaient parus plus longs. « J'ai pu avoir un vol plus tôt. Ne change rien à tes plans. Je suis ! Il faudra juste que je passe récupérer les clefs à la boutique à un moment dans la soirée. Ça va toi ? Tu es beau comme ça. »

    Je ne savais rien de son programme. La boutique pour laquelle travaillait Fanny était vers Covent Garden. Je n'avais qu'à suivre le pas je savais qu'on retrouverait un chemin. De toute façon tout ce que je voulais c'était le voir, peu m'importait ce qu'il allait faire. Je me satisfaisais d'un rien. Comme cela faisait un bon moment qu'on n'avait pas pu se voir, j'avais un tas de choses à lui dire.

    « J'ai un entretien demain matin. C'est une boutique de retouches pas loin de la cathédrale St Paul. » Je le tirais par la main, passant face à lui en marchant à reculons. J'avais attendu ce week-end toute la semaine. « On ira faire le marché cette fois ? J'ai promis à maman de lui apporter du vrai thé anglais ! »[i] J'avais parlé de Lewis à maman. Maintenant, elle avait envie de le rencontrer.

Charadh
Sphère Economique
avatar

Messages : 175
Etat Civil : Mariée à Lewis Richards
Pouvoirs : Soin
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 23 Nov 2017 - 22:26


Lewis était un jeune homme déjà bien occupé. Sa formation lui prenait tout son temps. On leur en demandait beaucoup. Ca ne rigolait pas de faire du cirque. Il fallait être au taquet et c'était bien ce qu'il essayait de faire. Mais! Il fallait bien l'avouer, depuis quelques mois, notre ami avait parfois quelques petites absences... rien de grave, l'amour faisait juste son bout de chemin dans son cœur et dans son esprit. Car oui, il se savait éprit d'une jeune femme qu'il avait rencontré 5 mois plus tôt. Une française, qui était venue faire un échange avec l'un des étudiants du cirque pour quelques semaines. Il avait rapidement craqué pour elle, il avait pris un peu plus de temps à oser l'approcher, un peu intimité par cette demoiselle.

Finalement les choses s'étaient faites presque naturellement, avec un peu d'aide des membres de son groupe d'amis, qui ne s'étaient pas gênés à le pousser - façon de parler - dans les bras de la belle française. Ils se voyaient donc assez épisodiquement. Lewis essayait de venir en France quand son emploi du temps le lui permettait et Claire faisait de même de son côté. Heureusement, les examens approchant, il avait dû mettre un peu de côté ses rêveries, pour se concentrer sur ses études, ce qui fait qu'il avait moins vu les trois dernières semaines passées.

Sortant de son dernier cours de la journée, son sac sur l'épaule, il discutait avec quelques-uns de ses camarades, quand l'apparition non-attendue de sa petite-amie le laissa un instant bouche-bée, s'arrêtant pour la regarder avec un grand sourire. Plus qu'heureux de cette surprise, bien entendu, mais il fallait juste que les connexions se fasse.

- Hey!

Ses yeux ne quittant pas la demoiselle, ses compagnons d'étude dans des petites piques taquines, le laissèrent sur place, sachant parfaitement que les deux tourtereaux auraient envie de passer du temps seuls. L'anglais rejoignit alors bien vite sa surprise, pour lui voler un petit baiser, alors qu'il serrait sa main.

- C'est plus qu'une bonne surprise! Je suis content de te voir Claire, tu m'as manqué! Le baiser sur sa joue continuait de lui tirer un sourire de gamin. Je pensais aller boire une bière avec les copains au pub, mais je préfère aller la boire juste avec toi. La regardant un instant, perdu dans son regard émeraude. C'est un peu le bordel chez moi en ce moment, les examens c'est pour bientôt... mais il y a de la place! Tu vas pas dormir ailleurs j'espère. Hochant de la tête. Pas de problème, on ira en posant tes affaires chez moi. Lui embrassant la main tendrement. Maintenant que t'es là, tout va bien. Riant un peu, se passant une main derrière la tête, presque gêné de ce compliment. Pourtant j'ai mis ce que j'ai trouvé ce matin... j'crois que j'ai même pas les chaussettes pareilles. C'est toi qu'es belle!

Grimm allait lui demander pourquoi elle était là, alors que rien n'avait été prévu entre eux, elle le prit de cour. Il haussa les sourcils, avant de l'attirer à lui pour l'embrasser à nouveau.

- Excellent! Il était touché qu'elle soit prête à mettre sa vie en France de côté, pour venir plus près de lui. Enfin, si elle faisait cela pour lui. Tu fais pas ça pour moi hein? Parce qu'il voulait qu'elle fasse ce qu'elle voulait et puis, ça ne faisait que 5 mois qu'ils étaient ensemble, cela ne voulait pas dire qu'ils finiraient ensemble tous les deux. Ouais, on fera ça, promis. Tu restes jusqu'à quand?

Lui était déjà en train de faire les plans du séjour de sa compagne, ne voulant qu'une chose, passer le plus de temps en sa compagnie. C'était tellement grisant, jamais il n'avait connu ça auparavant.
Grimm
Sphère Artistique
avatar

Messages : 108
Etat Civil : Marié à Claire Richards
Pouvoirs : Smoke Master
Revenir en haut Aller en bas
Dim 3 Déc 2017 - 18:55



« Il est temps d'instaurer la religion de l'amour. »

Louis Aragon


Années 90 London


    Je le suivais avec joie et même mon ballot me paraissait moins lourd. A présent tous les soucis de la maison étaient loin très loin. Je les laissais derrière moi. J'étais trop contente d'échapper au quotidien de la ferme, le temps d'un week-end.

    « Tu m'as manqué aussi. » Il y avait tant de fois où je me disais « Je le dirais à Lewis. » Ou « Tiens, qu'est-ce que Lewis en aurait pensé ? » Sans la distance géographique j'aurais passé plus de temps avec lui. En même temps, je savais que cette éloignement participait à rendre chacune de nos retrouvailles encore plus agréables. Ça n'empêchait pas que j'étais un peu gênée quand il me plaçait en priorité ainsi. Je ne voulais pas passer pour « la copine qui l'éloigne de ses amis ». « Sûre, hein, je ne veux rien bouleverser surtout. Je m'adapte à toi. »

    J'avais justement pensé qu'il serait pris par la préparation de ses examens. C'est pour ça que j'avais vu en amont pour mon hébergement avec Fanny. Mais, à le voir si spontané à m'accueillir je revoyais tout de suite mes plans. A choisir, bien sûr que je préférais venir chez lui. Fanny comprendrait bien. Elle aussi était avec quelqu'un. Il venait d'entrer à l'école de police.

    « Non non... plus maintenant. »

    Même dépareillé, Richard avait un certain charme. Il était grand, svelte, gracile, à l'image que l'on nous faisait des Anglais. Mais, moi c'était son sourire qui m'avait fait craquer tout de suite. Quand il souriait il émanait quelque-chose de lui, quelque-chose de beau. Je revenais plus proche de lui et savourais un baiser un peu plus prononcé avec joie. J'avais aussi imaginé sa présence, la chaleur de ses bras, et de ses baisers. Il avait un effet rassurant dans sa douceur et sa façon de me garder contre lui. Je n'avais connu ça que dans les bras de mon père.

    « Non, je fais ça pour moi. Tu es une motivation supplémentaire, c'est tout. Je ne pariais pas mon avenir que sur une rencontre, ne t'en fais pas. » Je pressais sa main. « J'ai la première navette de lundi matin. Maman a encore besoin de moi au champ. » Ça me laissait le temps d'arriver dans ma bourgade pour reprendre la semaine. La récolte avait commencé et il y avait besoin de force d’œuvre. Père n'avait pas été content d'apprendre que je serais absente ce week-end. Mais « jeunesse devait bien se faire. »

    «Pub donc ?» Je m'avançais pour embrasser sa joue. « Et je veux m'a revanche au billard ! » Il y avait presque toujours une table de billard pour disputer des match. Lewis m'avait montrer les réglés de la version anglaise et j'aimais assez y jouer avec lui. Je remontais la bretelle de mon sac quand on s'arrêtait pour attendre de traverser la rue. J'en profitais pour lui lancer un regard en biais et dans un rire retournais lui embrasser la joue. Je n'allais pas me priver maintenant qu'il était là en chair et en os. « Fanny proposait de se retrouver au festival de jazz demain soir. Est-ce que ça te dirais ? » On traversait main dans la main, lui aux commandes pour l'itinéraire.

    Je reconnaissais un peu mieux les quartiers à force de venir. Mais Lewis était encore mon guide la majorité du temps. J'aimais l'atmosphère autour de nous. En plus il faisait vraiment doux et les journées étaient longues. C'était vraiment la bonne période de l'année pour profiter de l'arche londonienne.

    « Tu te sens prêt pour tes examens ? On peut faire des sessions de révisions si tu veux ? » J'aimais bien aider les autres, cela me faisais toujours découvrir des choses auxquelles je n'aurais peut-être même jamais pensé sans cela. Et puis, je ne voulais pas non plus être une distraction qui le mette en difficulté dans ses études. Je m'en serais voulu et lui aurait pu me le reprocher avec raison. Donc je voulais que tout se passe bien !

Charadh
Sphère Economique
avatar

Messages : 175
Etat Civil : Mariée à Lewis Richards
Pouvoirs : Soin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Zone Membres :: Machine à remonter le Temps-