[CLOS] Gordon Scoltly s'en est allé

 :: Édimbourg :: Old Town :: Autres lieux Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 9 Oct 2017 - 0:10
L'espace d'une seconde, le regard déterminé et perçant de la ballerine se voila de regret. Une seconde seulement, pendant laquelle la tristesse de son regard et blancheur laiteuse de sa peau rappelait la fragilité et la douceur de la jeune femme qu'elle avait été, comme ces petite ballerines de porcelaines dans leurs boîtes à musique d'antan. Distraite par conflit qui partageait son coeur et sa raison, il n'avait fallut qu'une poignée de secondes durant lesquels elle avait abandonné ce masque si lourd à porter, pour laisser entrevoir les profondeurs épargnées de son âme, comme une réminiscence fugace, une étincelle persistante, qui n'avait pas tout à fait succombé à la noirceur.

La présence de Miranda, son regard d'acier soutenant le sien, lui rappelait d'autant plus le déchirement qu'avait été sa décision. Une décision dont elle ne pouvait plus se détourner. Elle n'avait d'autre choix que de se détourner de la culpabilité qu'elle éprouvait à la proximité de ceux qui avait cru en elle. Le directeur d'Arkadia était du nombre. Elle les avait déçu, mais sa priorité ne se trouvait pas à trouver grâce à leurs yeux. Peut-être lui pardonneraient-ils un jour, très probablement même, mais elle doutait qu'elle ne pourrait jamais reconstruire ce qu'elle avait détruit, lui donnerait-on seulement l'opportunité de recoller les morceaux ? Il lui semblait qu'elle avait renoncé à cette possibilité au moment même où elle avait fait le choix de tourner le dos à son ancienne vie et de prendre en main son destin. Aussi, elle chassa de son esprit ces pensées qui ne feraient que la retenir dans un passé à jamais révolu. Elle avait fait un choix en son âme et conscience, elle ne pouvait pas faillir maintenant. La seconde suivante, elle était à nouveau cette femme sûre d'elle et auréolée de détermination, si froide parmi les larmes de tristesse, comme insensible à cette douleur.

A son oreille s'était glissée une voix dont elle reconnaîssait l'accent slave et suave. Si elle s'était laissée prendre par surprise, elle n'en montra rien à son interlocuteur, contrôlant un tressaillemments et se retournant avec une lenteur toute calculée. Elle n'avait aperçu le danseur lors de la cérémonie et encore moins entendu son approche silencieuse. Elle n'eut cependant aucun mal à composer son visage comme si cette rencontre était la plus naturelle et prévisible du monde. Sur ses lèvres un fin sourire, indéchiffrable :

-Dimitri Kovoski.

En dépit du fait qu'ils se faisaient face pour la première fois, les salutations furent brèves. Il fallait reconnaître que leurs réputations respectives les précédaient.
Les paroles du prodige lui avait laissé un arrière goût amer dans la bouche tandis qu'il parlait d'abandon et de pardon. Qui était-il pour le jeune endeuillé pour prodiguer de telles affirmations ? Certes, elle avait eu vent par le jeune homme lui-même que l'étoile russe se chargeait de lui donner des cours à présent, mais aussi surprenant que cela puisse paraître, peut-être les deux hommes avaient-ils tissé un rapport plus profond que la seule relation professeur/élève.
Aussi, à ces paroles bien téméraires, son fin sourire se mue en un rictus pincé mais avant même de pouvoir répondre, le danseur avait tourner les talons pour présenter son soutient à Kevin.
Lotte sembla hésiter une seconde. Son instinct lui soufflait de rentrer avec Maurice, alors que l'église se vidait peu à peu.
A l'extérieur, la vie se faisait de nouveau entendre. Les notes joyeuse d'un ukulélé se faisaient entendre ainsi que des chants. Elle n'allait pas s'éterniser, seulement, elle sentit le lien magique qu'elle venait de tisser se briser net et lorsqu'instinctement elle se tourna vers le corps du défunt, son regard tomba sur une femme d'un certain âge aux yeux d'un éclat bleu saisissant. Encadrée de deux hommes à l'impressionnante carrure, elle s'était dirigée vers Kevin et Lotte prit son parti de converger également vers son jeune ami.

-Kevin.... Glissa-t-elle dans un murmure après les paroles intrigantes de la vieille femme. Est-ce que je peux faire quoi que ce soit ? Lui demanda-t-elle en lançant un regard en biais à l'inconnue. Elle n'en dit pas plus, mais dans la gravité de son ton perçait la sincérité de sa sollicitude.

Elle aurait voulu pouvoir juguler la douleur de l'orphelin, mais cette douleur était ce qui faisait son humanité et il était de ceux qui ne devait la perdre. Elle aurait voulu posée une main sur son bras pour l'apaiser mais elle n'aurait jamais pris l'initiative de le touchée. Aussi, elle garda une distance respectueuse.
Elle ne disposa de plus de temps pour s'enquérir de l'état de Kevin, ni même pour formuler des condoléances qui, inexplicablement, lui restait coincées dans la gorge. Un homme pénétra dans l’église gothique, flanqué d'un garde du corps silencieux comme une ombre. L'allemand glissait sans bruit sur le marbre des dalles, restreint à son fauteuil. L'homme d'affaire paya ses derniers hommages au père de Kevin avant de se diriger vers ce dernier, formulant ses condoléances avec une neutralité coutumière, seule la lenteur calculée ses mots formulés d'un ton légèrement plus grave que d'habitude laissait deviner la sincérité de ses paroles.
La présence de son aîné crispa l'étoile française. Cette dernière était au fait de l'affaire de l'agression et, sur plusieurs lèvres, il semblait qu'elle n'ait pas encore eut de conclusion. Le nom de l'allemand éveillait encore les questionnements, si ce n'était les doutes. Mais si Nikiya ne doutait pas de la capacité de son frère à gérer cette situation, elle ne doutait pas non plus des raisons de sa présence en cette journée douloureuse.
Pour sa part, le génie nourrissait plusieurs théories au sujet du drame qui les tenait réuni aujourd'hui en ce lieu de culte.

La danseuse dardait son regard ardent sur le milliardaire qu'elle jugeait sans scrupule.
A vrai dire, la présence de l'industriel pouvait être interprétée - pour autant que l'on montrait un peu de jugeote - pour ce qu'elle était: une offre.
Verstand pouvait être une aide précieuse pour démeler toute cette histoire, en comprendre les tenant et les aboutissant, et, dans l'absolu, obtenir une réparation que la justice ne pourrait jamais lui fournir. S'il était l'évidence même qu'Alexander n'agissait pas par simple bonté d'âme, c'était que Kevin avait probablement quelque chose qu'il convoitait. Il ne restait à savoir qu'une chose, le jeune Scoltly était-il suffisamment désespéré pour avoir recours à de telles méthodes ? Le génie lui-même en doutait fortement.
Nikiya
Sphère Artistique
avatar

Messages : 463
Etat Civil : Mariée
Pouvoirs : Conscience et contrôle du fonctionnement physiologique de son corps


Revenir en haut Aller en bas
Sam 28 Oct 2017 - 18:30






A l'intérieur de l'église

L'église se vidait peu à peu même s'il y avait de nouveaux entrants, telle que la danseuse étoile franco allemande. Nikiya était venue. Entre eux deux, il y avait une étrange relation, ni amoureuse comme deux amants, ni amicale comme des amis. En fait, c'était presque de la fraternité. Kevin avait entendu des bruits de couloirs sur ce que Nikiya était devenue avec ses fréquentations. Mais il ne pouvait envisager que sa belle danseuse devienne une vile sorcière. Non, elle ne le pouvait pas. Pourtant, les faits devenaient de plus en plus probants. Non, elle ne le pouvait pas. Il suffit de la voir danser pour savoir ce qu'elle est vraiment et ce qui l'anime. De toute façon, en l'état présent, Kevin ne se pensait guère à cela. Sa seule présence lui donnait satisfaction. Il était touché de la voir. Il lui répondit avec la voix nouée.

- Etre là, c'est déjà beaucoup. Je te remercie.

le prochain à venir donner ses condoléances, était le surprenant milliardaire allemand. Il ne manquait pas d'audace à venir ici alors que certains indices menaient la police à enquêter sur lui au sujet de la mort du père de Kevin. Qu'elle allait être la réaction de Kevin en se trouvant face à face à un suspect responsable de la mort de son père ? Il n'y avait plus de place à la colère en ce jour. Kevin se montra des plus neutres, laissant supposer qu'il ne tenait pas de grief. Il ne savait peut être rien sur l'enquête tout simplement. Toutefois, il marqua un temps de surprise en le voyant en chaise roulante. Si leur dernière rencontre avait été un peu explosive, Kevin ne souhaitait aucun mal à son ex patron. Il en était même peiné et même un peu coupable car le jeune homme avait peut être un remède pour apaiser ses souffrances. L'allemand n'avait eu qu'à lui demander pour l'aider, et il l'aurait fait. Mais cet idiot a voulu le faire par la force et en traîtrise, quelque chose à ne jamais faire auprès de Kevin.

Enfin seul, Kevin se retrouva face à la dépouille de son père. Il fut submergé par des souvenirs. Cet homme lui avait tant donné. Il avait contribué à ce que Kevin était devenu, un jeune homme cultivé, droit et bon. Il était maintenant temps d'honorer son père et de prendre son relais. A partir de maintenant, Kevin ne serait plus jamais le même. Il allait porter un fardeau pour toute sa vie. Sa décision était prise. Il lâcha un long soupire pour se détendre. Il se baissa pour que son visage se tienne à quelques centimètres de celui de son père. Il prononça alors des mots étranges, énigmatique et mystique d'une autre époque.



A l'extérieur de l'église

Un enterrement ne laissait jamais indemne ceux qu'y assistent. Il rappelait o combien la vie est éphémère pour soi-même et pour ses proches. Chacun avait sa façon d'affronter cette dure réalité, telle que de s'y échapper par un peu de musique. C'était un peu de légèreté dans la gravité du moment.

Une explosion dans le ciel surprit tout le monde : un bruit de tonnerre a réveillé un mort. Un nuage noir venait d'obscurcir toute l'église et ses alentours alors que rien ne laissait présager il y a quelques minutes cela. Des petites gouttes d'eau commencèrent à perler du ciel avant qu'elles s'amplifient pour devenir un vrai déluge qui disparut aussi vite comme c'était venu. Cela dura à peine deux minutes, le temps de tremper tout le monde à son contact.

Tout le monde put ensuite se donner rendez-vous à la salle municipale réservée pour la collation. La coutume était de le faire chez la famille du défunt. Mais Kevin n'aurait pas été capable de s'en charger, d'où ce choix.


Aparte pour Tohum

Tohum était certaine de connaître la vieille dame charismatique qui était venue à l'église. Son visage lui disait quelque chose. Non pas son visage. Ses yeux bleus ! Elle fut enfin le rapprochement avec une jeune infirmière bénévole qu'elle avait connue il y a soixante ans en Afrique. Elle s'était dévouée corps et âme pour lutter contre des épidémies et la mal nutrition. L'épuisement et la fièvre avait fini par la tuer. A croire que non...où se trompait elle ?

Aparte pour les mages et sorciers près de l'église

Pendant la manifestation étonnante et assombrissante du ciel, ils sont tous eus des maux de cœur, la bouche sèche, des troubles, etc...




Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 521
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Dim 29 Oct 2017 - 10:45
Kleidukos
IDENTITE : Kleidukos
GROUPE : Voyageur
SPHERE : Art
AGE : 26 ans
ETAT CIVIL : Inconnu
PROFESSION : Germologue
POUVOIRS : Métamorphose
ETAT DE SANTE : /
LIENS : Ancienne apparentie de Strega, Soeur d'Hécate, Fille de Junon, membre de l'Ordre



Kleidukos attendait de le voir apparaître... Cela ne tarda pas, une masse cotonneuse sombre se forma au-dessus du clocher. Même à cette distance on pouvait voir qu'il était épais et menaçant. Une pluie diluvienne tomba juste assez de temps pour troubler les esprits. Puis l'étrange phénomène météorologique s'arrêta comment il avait commencé, brusquement.

La jeune femme attendit immobile encore quelques minutes. Le temps de voir les invités quitter le parvis de l'église en petite file sombre sur le bitume. Elle s'écarta tranquillement de la balustrade tandis que ses pupilles reprirent un aspect ordinaires. Un battement de cœur plus tard elle avait quitté le balcon de la maisonnette pour réapparaître à quelques mètres de la salle municipale du quartier. Elle demeura à distance à nouveau un long moment. Lorsque toutes les personnes attendues furent entrée elle en prit la direction.

Ce fût facile de passer inaperçue au milieu de cette foule. Elle circulait agilement dans cette masse sans se faire remarquer. Kleidukos était exercée à agir dans l'ombre et le silence. Elle vivait entre les raies de lumières. Beaucoup moins fougueuse que ses sœurs, elle était la plus douée dans l'art d'espionner. Elle ne résistait pas à passer dans le dos de Nikiya, l'apprentie responsable des troubles qui avaient causé la mort d'Hécate, pour la menacer de son aura le temps d'une inspiration ou d'un frisson.

Kleidukos, ressemblait beaucoup à sa sœur cependant on ne pouvait pas réellement les confondre tant leurs tempérament eux divergeaient. La première était la tempérance née et c'était précisément la raison pour laquelle, elle jouait les émissaires en ce jour particulier. Une fois arrivée à la hauteur de Kevin Scottly, elle attendit que le jeune homme la remarque avant de lui sourire.

- L'Ordre vous présente ses condescendances Fils James. Dans la main de la sorcière apparue une petite bourse de cuire lacée. Elle la tendit à l'Héritier sans donner la moindre explication. Gardez les yeux ouverts. Lui conseilla-t-elle tout bas et sur ces paroles sybilines elle se volatilisa... comme par magie.

La bourse contenait un collier en or qui portait un pendentif en forme de rune druidique. Un objet très ancien et pour qui était capable de le ressentir porteur d'une aura occulte encore plus ancienne. Par ce présent, la meneuse de l'une des plus anciennes organisation secrete, envoyait un message très clair. Iron Will était -pour l'instant- sous sa protection. Etait-ce un acte de bonté ? Ou plus simplement un calcul préméditoire ?


Strega
Sphère Artistique
avatar

Messages : 427
Etat Civil : Mariée au Duc Lampeduza
Pouvoirs : Inibition du gène x chez autrui
Revenir en haut Aller en bas
Mar 31 Oct 2017 - 13:40
« On ne s'ennuie pas avec Elias, ce n'est pas désagréable. » Le frère d'Abby avait plus ou moins réintroduit Castiel au concept de vie sociale. Entre l'école, le foyer et son cabinet, il avait tendance à s'oublier dans le travail, pour la simple bonne raison qu'il ne le considérait pas vraiment en tant que tel. Il s'était simplement découvert des vocations, et il n'aurait pas imaginé faire autrement. Il avouait cependant que cela faisait du bien de se relâcher un peu de temps en temps, et de simplement profiter de la compagnie d'autrui. Le caractère d'Elias le rendait d'autant plus abordable pour quelqu'un comme le guérisseur, ce dont il lui était reconnaissant.

« Ce n'est jamais facile, un moment pareil, mais...partager cette douleur, cette tristesse, c'est important pour moi. Pour les empathes en général, je crois. C'est plus...compliqué pour mes élèves, mais ils ont insisté pour venir. »

Ils ne pourraient pas échapper à jamais aux conséquences les plus éprouvantes de leurs pouvoirs d'empathie, et ils s'en étaient tous rendus compte. En décidant d'être là aujourd'hui pour Kevin, ils acceptaient d'une certaine manière l'ensemble de leurs facultés. Et ils faisaient front, trouvant leur force chez les autres. Une unité qui faisait plaisir à voir, dans les meilleurs moments comme dans les plus durs. C'était tout la Potential Home qui s'unissait face au malheur, qu'il s'agisse des enseignants comme des élèves. Ceux qui avaient pu étaient là pour l'un des leurs, c'était aussi simple que ça.

Le coup de tonnerre donna l'impression de se répercuter dans chacun des os de Castiel, et il ne put s'empêcher de lever les yeux vers le ciel en frissonnant. Par réflexe, il arqua ses ailes au-dessus de sa tête pour se protéger de la pluie. Mais ses plumes eurent à peine le temps de se tremper que l'averse cessait déjà. Comme si les cieux avaient décidé de ponctuer l'enterrement, à la manière d'un sombre présage. Il sentit la détresse de Tiffany juste avant qu'elle ne pousse un cri ; l'adolescente tomba à genoux, et frappa le sol de son poing comme pour évacuer...quelque chose. Une démonstration troublante de sa part : Tif était sans doute son élève la plus mesurée, guère prompte à manifester ses émotions. Mais la détresse qu'elle ressentait était différente de sa tristesse pour la perte de Kevin. C'était autre chose. Ses camarades l'avaient senti, l'entourant pour la soutenir.

« Tiff, est-ce que ça va ? Qu'est-ce qui s'est passé ? »


Se remettant sur pied, elle reprit aussitôt contenance. Elle prit son temps avant de répondre, car elle n'aimait pas parler à la légère, et elle était du genre à peser soigneusement chacun de ses mots avant de les prononcer.

« Je ne sais pas. »
Et pas besoin d'être empathique pour voir que cela la contrariait. « Quand l'orage a éclaté, je me suis sentie...bizarre. Ce n'était pas agréable, mais je vais bien. »

Un bref diagnostique de la part de Castiel le confirma, ce qui ne manqua pas de le rassurer. Il ne savait pas non plus ce qui s'était passé, et il se promit d'étudier la question en compagnie de la jeune fille. De son côté, Tiffany restait songeuse : elle avait passé en revue ses souvenirs, pour réaliser que ce n'était pas la première fois qu'elle avait ressenti quelque chose du même genre, bien qu'à des degrés divers. Elle savait instinctivement que cela n'avait aucun lien avec ses dons de prodiges, comme s'il s'agissait d'un pouvoir différent, mais néanmoins présent au fond d'elle. Elle ignorait qu'elle disposait d'un talent véritable et conséquent pour la sorcellerie ; elle en avait décelé les signes sans pouvoir les nommer.

Ensemble, Castiel et ses élèves rejoignirent les autres pour la collation, sans vraiment se douter du rôle que la magie jouait dans toute cette affaire...

PNJ - Tiffany:
 
Castiel
Sphère Savoir
avatar

Messages : 154
Etat Civil : célibataire
Pouvoirs : immortalité - ailes (vol) - empathie - guérison/évacuation - empreinte
Revenir en haut Aller en bas
Mar 31 Oct 2017 - 19:05



« Death is life's way of telling you you're fired.

A.




COLM RICHARDS



    Tandis qu'elle écoutait Alex, le regard de Charadh fût attiré par une silhouette dans la foule. Elle reconnue la gracieuse ballerine Française. La vision fût trop rapide pour que Claire n'ait le temps de faire quoique ce soit. Cependant cela lui permit de se souvenir du dernier article qu'elle avait lu dans le Édimbourg Post la concernant. Cette jeune mariée était devenue un mystère depuis quelques mois. Enfin Madame Richards se focalisa sur son interlocuteur et lui sourit.

    « Dans quelques jours ça ira mieux. »

    Puis, elle regardait Colm et son père dans leur moment de complicité, rendant grâce au ciel de les avoir et qu'ils aillent bien. Le bouleversement qu'elle sentait chez leur adolescent la rendait d'autant plus triste. Alors, faisant fit des réserves du jeune homme Claire eu un autre geste tendre Elle laissa sa main sur sa joue, le temps d'échanger un regard avec lui.

    « C'est bien que tu sois venu le soutenir chéri. »

    Ils finirent par se regrouper autour des musiciennes. Un très bon moyen d'adoucir un peu l'ambiance. Claire s'était réfugiée contre son mari, dont l'amour et le calme, étaient une bénédiction en pénible jour. Ils avaient naturellement déjà partagé la peine de perdre quelqu'un. Savoir que l'autre était là était une consolation qui n'avait pas de prix. Le regard vert de la fileuse contemplait tous ceux qu'ils connaissaient et se sentit un peu mieux.

    « Oui, je le lui ais dis tout à l'heure. Colm est régulièrement en contact avec lui aussi. »
    Grimm faisait ensuite une remarque tout à fait sensée sur le comportement de la fileuse. Elle lança un furtif regard en direction de Lewis le temps d'observer son expression. Ensuite son regard se porta de nouveau sur Joy et ses camarades. Elle finit par répondre dans un hochement de tête :

    « Je sais... Mais ça fait longtemps qu'on ne l'a pas vu. Il me manque !»

    Cela faisait des années que les rapports entre la couturière et son frère n'étaient plus au beau fixe. Ils avaient des visions de la vie très différentes. Ils n'arrivaient pas à se retrouver et ils étaient presque des étrangés. Le fait qu'Hugo habite chez eux depuis quelques mois n'avait malheureusement pas aidé à arranger cela. Madame Richard avait bien essayé de repartir sur une base neuve au moment de l'installation d'Hugo. Ils étaient comme deux individus qu'un pacte familial maintenait relié.

    « Et je penses que ça ne serait pas un mal qu'il discute un peu avec Hugo. » Une goutte d'eau glacée s'écrasa sur le poignet de Claire. Elle ouvrit son sac-à-main pour en tirer un parapluie qu'elle déployait au-dessus d'eux. « Colm... » Elle lui caressait le bras pour attirer son attention et l'amener à l'abri.

    La salle municipale n'était pas très loin il purent s'y rendre à pied. Charadh refermait l’accessoire en frissonnant un peu des épaules. Ce n'était pas de froid. Il ne faisait pas extrêmement froid en cette fin de saison. La sensation venait d'autre chose. La fileuse avançait vers le centre de la salle au côté du conteur, lui prenant doucement la main. Elle suivait Colm des yeux avec attention et soufflait à son père :

    « Fanny me remplace jusqu'à la fermeture. Si on faisait une soirée crêpes ?»

    Une façon de changer les idées des enfants après une journée pareille. En d'autres circonstances, Claire aurait peut-être même proposé aux amis de se joindre à eux, pour dîner ensemble. Mais pas cette fois. Ils avaient besoin de se retrouver entre eux. Elle accepta un café noir avec reconnaissance et le bu en suivant les conversations des uns et des autres. Charadh se sentait moins loquace au milieu de ces proches et moins proches. Elle répondait aux sourires, répondait quand on l'interrogeait, mais son esprit était concentré sur les enfants et sur Kevin.
Charadh
Sphère Economique
avatar

Messages : 273
Etat Civil : Mariée à Lewis Richards
Pouvoirs : Soin
Revenir en haut Aller en bas
Mer 1 Nov 2017 - 14:34
La cérémonie s'était conclue avec goût et sobriété, à l'image d'un pan de la vie de Gordon Scoltly. Perceval Rose était heureux d'avoir pu venir rendre les derniers hommages à l'ancien membre d'Arkadia. On aurait pu croire que le directeur aurait tenu grief à ceux qui décidaient de quitter son organisation, mais il n'en était rien. Du moment que c'était fait dans les règles, il comprenait qu'on puisse décider d'explorer de nouveaux horizons. Il suffisait de ne pas porter préjudice à Arkadia par la suite, et cette dernière restait une amie pour la vie. Du moins était-ce ainsi que Rose voyait les choses aujourd'hui. Et par extension, Arkadia prenait également soin de la famille des siens. Percy serait là pour Kevin, quoi qu'il arrive. Il comptait bien en apprendre plus sur les mystères menaçants qui planaient autour du jeune homme, et faire son possible pour aider à le protéger.

Quand l'orage éclata, il leva des yeux inquisiteurs vers le ciel, comme s'il en trouvait l'origine suspecte. Pourtant, il aurait dû en apprécier la qualité narrative, à croire qu'aucun enterrement ne pouvait se passer d'une averse. Mais Gordon méritait de partir dans la lumière. Si ses sœurs étaient restées plus longtemps, elles auraient pu l'avertir de la secousse qui avait fait trembler les fondations de la magie. C'était bien là un don qu'il n'aurait jamais, et qu'il ne pouvait prétendre comprendre. Ce qui le chiffonnait un peu, parce qu'il aimait tout comprendre, et qu'il n'appréciait guère un domaine dans lequel il lui était tout bonnement impossible de s'immiscer. Il se reposait sur l'expertise d'Andrea et Agrafena sur la question. Si elles n'avaient pas encore bénéficier d'autant de temps que Cnosso pour maîtriser leur art, elles n'en restaient pas moins des sorcières capables. D'un point de vue global, il semblait que le don de la sorcellerie se déclarait bien plus fréquemment chez les femmes ; c'était là l'un de ses nombreux mystères à éclaircir.

Pour sa part, Miranda Lockhart n'avait jamais accordé beaucoup d'importance à la magie. Elle reconnaissait son existence et ses dangers, mais elle n'avais pas confiance en quelque chose qu'elle ne pouvait pas saisir à bras le corps. Il n'y avait aucune jalousie chez elle, elle s'était toujours satisfaite de ses capacités et ne voyait pas l'intérêt d'imaginer une autre manière de faire. En réalité, elle s'en méfiait plus que jamais maintenant que Lotte s'était plongée dans l'apprentissage des arts sombres. La présence de son amie à l'enterrement ne manquait pas de remuer le couteau dans la plaie, d'autant qu'elle ne savait vraiment pas comment la faire réagir. C'était comme si elle s'était définitivement mise hors de portée, pour des raisons que Miranda était capable de comprendre, mais pas d'accepter. Au moins la danseuse était-elle venue pour soutenir Kevin, et Lockhart espérait qu'il n'y avait aucun motif caché là-derrière... C'en était terrible, de venir à se poser de telles questions, surtout après qu'elle eut autant baissé sa garde pour quelqu'un. Quoi qu'il arrive, elle avait l'impression que les choses ne seraient plus jamais les mêmes.

La pluie s'arrêtait déjà et, en compagnie de Lucy, Percy et Miranda prirent la suite des invités qui se dirigeaient vers le lieu de la collation. Kevin ne les avait pas encore rejoint, resté seul avec son père. Il avait sans doute besoin d'un tel moment, et tous ses proches seraient là pour l'accueillir lorsqu'il se sentirait prêt. Quelques agents restaient néanmoins dans les parages, histoire d'assurer un périmètre de sécurité discret. Vu les ennemis de Kevin, il y avait des chances pour qu'ils ne respectent pas assez un tel moment pour ne pas agir. Mieux valait se préparer à tout. Un peu plus loin, Rackham et les membres de la Sky Division accompagnaient la procession avec une joie née des souvenirs du défunt qu'ils ne cessaient d'évoquer ; avec un peu d'imagination, on pouvait presque voir la silhouette de Gordon qui accompagnait ses anciens camarades. Avec eux, on ne risquait pas de s'ennuyer...
Percy
Kill In Action
avatar

Messages : 605
Etat Civil : veuf
Pouvoirs : mémoire parfaite - intelligence améliorée - résistance mentale - Immortalité
Revenir en haut Aller en bas
Mer 1 Nov 2017 - 22:29
Voir ces visages connus et rassurants était d’une grande aide dans ces moments de peine. Et j’espérais qu’il en allait de même pour Kevin, malgré tout.

"Je vais aussi bien que je le peux, merci."

Après avoir imité Sveda en posant une main sur la sienne, je la laissais en compagnie de Joy et de Karen, ainsi qu’Abby qui n’était pas bien loin. Lily-Rose fut ravie de voir que sa proposition de musique créa un sourire sur le visage de cette dernière, ce n’était après tout pas si commun ! De son côté, Karen sourit à Tohum, remise de ses émotions avec ce bol d’air et heureuse de pouvoir discuter boulot pour se changer un peu les idées.

"Bien sûr, il est le bienvenue. Tu peux passer dans mon bureau, demain dans l’après-midi ?"

Pendant que la musique s’élevait dans les airs, j’approchais d’Hélène Burnet, qui se tenait à l’écart. Par respect, ou pour ne pas croiser la famille de Natacha ? Difficile à savoir. Ce n’était en tous cas ni le lieu ni le moment pour discuter de cela. Au moins, elle esquissa un sourire en me voyant la rejoindre, ce qui m’encouragea à terminer les derniers mètres qui nous séparaient, malgré quelques hésitations.

"J’avais cru comprendre, oui. Kevin a été très touché par sa disparition…" Deux pertes en si peu de temps, le pauvre aurait de la peine à s’en remettre. Mais même dans la douleur, nous continuerons à le soutenir et à être là pour lui. Comme pour n’importe qui d’autre chez nous. Et cela incluait aussi mon interlocutrice. Raison pour laquelle j’inclinais la tête, avec une expression surprise et interrogative, lorsqu’elle me suggéra de retourner vers les autres. "Je vous comprends dans mes amis. Enfin, si cela ne vous dérange pas… En tous cas, cela me semble être le premier pas pour nous rencontrer dans ces circonstances plus positives. Vous ne pensez pas ?"

Je commençais à lui assurer qu’elle était la bienvenue si elle voulait se joindre à nous pour la collation à la salle municipale, mais un déluge m’interrompit. La musique s’arrêta brusquement, et j’entendis de l’agitation vers le groupe de la PH. Lily-Rose avait lâché son instrument, et Karen la tenait dans ses bras, alors que la force semblait avoir quitté les jambes de la chanteuse. Je m’excusais auprès d’Hélène, et retournais immédiatement auprès des autres, d’autant plus inquiet que je vis une autre élève avoir la même réaction.

"Tout va bien ?"

"Oui…" souffla Joy en reprenant des couleurs. "Je ne sais pas ce qui s’est passé, je me suis sentie mal d’un coup… Mais c’est passé, maintenant !"

Elle cligna des yeux, et sembla en effet reprendre contenance. L’orage était également passé, et je vis que Tiffany s’était également remise. Qu’est-ce qui avait bien pu se passer ? Je lançais un regard interrogateur à Karen, puis à Tohum. Mais, puisqu’elles semblaient toutes les deux s’être remise et que le cortège avançait désormais vers la salle communale, je leur fis signe de faire de même. Nous enquêterons sur cela là-dessus. Peut-être serait-il judicieux de les faire voir par l’infirmière scolaire, mais si je doutais qu’elle trouve quoi que ce soit si James n’avait rien vu non plus.

Une fois dans la salle communale, Lily-Rose retrouva sa bonne humeur, et continua à jouer de la musique avec ceux qui le souhaitait. Je proposais de nous rassembler, tous ceux de la PH, afin de soutenir au mieux Kevin. Je n’avais pas vraiment faim, mais me forçais à manger pour la forme. Karen alla discuter avec Castiel, tandis que je restais vers Sveda et sa fille. Je lançais des regards en direction de Tiffany et de Lily-Rose, mais leur malaise n’avait vraiment été que passage, de toute évidence.

J’espérais également qu’Hélène allait se joindre à nous, malgré tout. Dans ce genre de situations, nous étions mieux unis que dispersés, surtout pour Kevin. Je restais donc jusqu’au bout de la collation, et Kender fit de même, offrant notre aide pour ranger ou préparer la suite. Je proposais à Kevin de venir à l’école ce soir, s’il le souhaitait. Au moins de passer la soirée, pour qu’il ne soit pas totalement seul. Mais s’il préférait éviter, je comprendrais. J’espérais simplement qu’il saurait trouver la force d’aller de l’avant. Mais si cette journée avait prouvé quelque chose, c’était qu’il n’était pas livré à lui-même, et qu’il pouvait compter sur de nombreuses personnes de confiance.
Dastan
Sphère Technique
avatar

Messages : 854
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps




Don't waste your time or Time will waste you



Revenir en haut Aller en bas
Jeu 2 Nov 2017 - 17:17

Sveda



    A la mention du groupe d'empathe Tohum regardait dans leur direction. Elle posait sa main sur le bras de Castiel avant de lui sourire avec tendresse et compassion. Sveda n'avait pas à proprement parlé de don empathique. Mais, certains de ses enfants avaient expérimenté cette capacité émotionnelle. Sans parler de l'archéologue avec qui elle partageait maintenant sa vie, qui pour le cas, était d'une sensibilité impressionnante. C'est en vivant à ses côtés que Kent apprenait à réguler ses états émotionnels et à écouter davantage ses sentiments. Elle comprenait donc toute la difficulté de se retrouver à cette cérémonie.

    -« Leur volonté montre une force d'âme. Je trouve que c'est inspirant. »

    Ce n'était pas la seule chose qui les inspiraient puisque la musique s'improvisait sous l'engouement des filles. La fondatrice profitait de ce moment pour parler avec l'une des directrice de l'école. Malgré le drame qui les frappait aujourd'hui la vie prenait ses droits. Ils devaient avancer, se projeter, construire l'avenir.

    -« Demain après-midi, oui. Ce sera très bien. Merci Karen. » Lui souffait-elle en posant une main sur son bras. Ce fût en croisant le regard de la jeune femme que Sveda eu enfin une illumination. « Moundou ! Mais oui, bien sûr ! » Elle n'avait eu de cesse de chercher d'où lui venait la certitude d'avoir déjà croisé cette femme âgée.

    Cela remontait à des années, quand elle avait aidé à construire un dispensaire sur l'arche de Centre-Afrik. Ce qui était très étrange c'est que dans son souvenir cette femme était morte depuis des années. Ce mystère était décidément trop prenant. Sveda avait besoin d'avoir le cœur net. Elle s'excusait auprès de Karen pour se mettre à la recherche de cette inconnue.



ABBY
IDENTITE : Abygaël Tanit
GROUPE : VOYAGEUR
SPHERE : /
AGE : 105 ans
ETAT CIVIL : Couple libre
PROFESSION : Prof de sport
POUVOIRS : Longévité
ETAT DE SANTE : Bon
LIENS : Fille de Tohum, sœur de Riley



Un arc-en-ciel se refletait déjà dans une flaque d'eau. La courte averse avait chassé le gris de saison. Un soleil timide se révélait. Le malaise se dissipait dans un étrange silence. Abygaël lu alors sa propre perplexité dans les yeux de sa mère, tandis que le fond de sa gorge était encore acide. Quelqu'un venait de pratique de la « magie », une personne qui avait assez de connaissances et de talent pour influencer les éléments naturels.

-« Cnossos ? »

Tohum annonait négativement tandis que son attention se portait vers l'horizon. Au milieu du paysage urbain quelque-chose semblait perturber celle que l'on appelait parfois la Fille des Sables. Abby pouvait sentir la petite tension qui persistait chez sa mère. Elle contemplait donc à son tour les bâtiments alentours pour chercher un indice qui donnerait raison à un pressentiment maternel.

-« Il y a... »

-« M'am, »

Abby n'alla pas plus loin dans son repproche car un frisson venait lui hérisser les poils.






    Sveda fit le trajet jusqu'à la salle municipale en compagnie de Dastan et Joy, qu'elle suivait d'un pas tranquille. Elle avait perdu Abygaël de vue pendant un instant. En la cherchant des yeux elle vit un visage auquel elle ne s'attendait pas. Hélène était venue à l'enterrement et seule. L'étonnement lui fit inconsciemment ralentir le pas. Elle s'arrêtait même pour de bon et laissa les autres la distancer, le temps de retrouver une contenance.

    Au moment de repartir, Catherine Kent remarquait que Percy et son équipe n'étaient pas très loin. Elle décidait de les suivre et se faufila sans en avoir l'air près de l'Immortel. Sveda n'avait pas échangé de réelle conversation avec Perceval depuis plusieurs semaines. Sa grossesse et les soucis qu'avait connu sa famille l'avaient éloigné du front. Sans compter que Carso cherchait aussi à tempérer son ardeur. Mais la nomade n'était jamais bien loin.

    -« Perceval. » L'interpella-t-elle avec un respect teinté de douceur. « Je me demande si nous arriverons à partager un sujet léger vous et moi, un jour ? » Sveda avait reconnue l'agent chargé de la protection du Directeur. Elle la saluait d'un petit sourire. « Pourrions-nous avoir un moment prochainement ? »

    Le nombre des menaces, qui pesaient sur ce monde et sa paix, n'allait pas en diminuant. Quoi qu'ils aient évité au pire d'arriver, le combat était sans fin, à l'égal de leur vies. C'était peut-être en cela que leur immortalité avait un semblant de sens. Sveda en était convaincue. Elle savait qu'elle avait trouvé en cet homme un combattant tout aussi percévérant.

    « Etes-vous déjà allé à visité l'Observatoire ? » Prendre de la hauteur l'avait toujours aidée à améliorer sa perception du Tout.




**



Hélène BURNET
IDENTITE : Hélène Brunet
GROUPE : VOYAGEUR
SPHERE :Médias
AGE : 31 ans
ETAT CIVIL : Veuve
PROFESSION : Journaliste
POUVOIRS : /
ETAT DE SANTE :Déprime
LIENS : Liée à la famille de Tohum



- Je... Ce n'était pas quelque-chose auquel j'étais préparé. Monsieur Mason et moi n'avions pas réellement eu le temps de nous découvrir. C'était surtout Natacha qui avait fait le lien entre nous. Pour autant, j'étais émue qu'il me compte comme une « amie ». Oui. J'aimerais beaucoup devenir une amie.

Je sentis alors une goutte d'eau sur mon épaule. Puis se fût le déluge. Je n'eus pas même le temps de passer mon foulard sur ma tête que le nuage était passé. C'était encore plus fugace qu'un giboulet... dont ce n'était pas du tout la saison d'ailleurs. Dastan avait disparu entre temps et je me retrouvait de nouveau à observer la foule. Jusqu'à ce qu'une silhouette se précise pour venir dans ma direction. Ce n'était autre qu'Abby la tante de Nat'.

-« Bonjour Hélène. Ça me fait plaisir de te revoir. Tu aurais dû nous dire que tu venais. »

Que faisait-elle ? Ce n'était pas prudent. J'avais vue la nouvelle apprentie de Strega parmi les personnes présentes. Les filles sous les ordres de la Sorcière avaient pour première mission d'espionner. Qu'allait-elle lui rapporter si elle nous voyait ensemble. Je surveillais la rue du coin de l’œil avant d'attraper le bras de la Française pour l'attirer dans la superette juste derrière nous.

- Je ne suis pas venue pour vous, mais pour Kevin. Je regardais le sourire d'Abygaël se déformer lentement. Tant pis. Maintenant que tu es là, j'ai quelque-chose à te dire...


Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 1244
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 23 Nov 2017 - 21:21
Tous ces gens rassemblés, Kevin était bien entouré, il avait une famille de cœur qui ne le laisserait pas tomber. C'était agréable à voir. Même Colm serait de la partie et ça, c'était quelque chose. Grimm restait pourtant proche de sa compagne, comme beaucoup, il n'aimait guère ce genre de moment, rappelant ainsi que personne ou presque, n'était immortel, que la Mort était une compagne de vie de chaque instant. Il eut un sourire pour sa belle fileuse.

- Alors nous l'inviterons. Tu penses vraiment qu'il pourra faire changer Hugo?

Il doutait que son beau-frère soit encore "sauvable". Même s'ils l'avaient accueilli chez eux. Il n'aimait guère son comportement, qu'il trouvait presque dangereux. Parce qu'il le voyait devenir bien trop extrême pour eux. Il faisait partie d'une sorte de secte après tout et le près n'aimait pas trop voir ses enfants discuter avec leur oncle, sans surveillance. Il ne voulait pas le voir leur implanter des idées stupides. Lewis ne voulait surtout pas voir ses enfants se faire endoctriner dans ce genre d'affaire, alors il faisait toujours attention.

Hugo et lui... n'étaient pas réellement en bon terme. Ce qui pouvait peiner Claire, mais... sa famille passait avant le sauvetage du frère, qui ne semblait pas y tenir.

Le conteur leva la tête au nuage noir, des gouttes mouillant un instant son visage, avant que son épouse n'ouvre un parapluie au-dessus d'eux, pour ensuite rejoindre la salle communale où se trouvait un petit buffet, pour accueillir tous les gens qui étaient venus rendre un dernier hommage au père de Kevin. Il remarqua alors que certaines personnes semblaient être troublées. Que venait-il de se passer?

Claire attira son attention, pour proposer une partie de crêpe. C'était une idée qui plairait aux enfants. Même à Colm. Il fit un petit sourire.

- Pourquoi pas. Ils seront contents! C'était une bonne façon de passer un bon moment en famille.

Même si pour l'instant, ils restaient encore en compagnie des autres. Prenant un verre d'eau, il observait tout ce monde, écoutait la musique d'une oreille, suivant vaguement les conversations, avant que le bruit ambiant ne vienne à bout de son ouïe. D'un mouvement doux dans le dos de sa compagne, il lui faisait comprendre qu'il allait prendre l'air. Pour fumer aussi.

Une fois dehors, il jouait avec la fumée de son cigare, tout en continuant d'observer les environs. Son fils revenait près de lui, pour discuter un peu en langage des signes, ce qui ne manqua pas de faire chaud au coeur au père. Comme quoi, même dans les moments les plus traumatisants, troubles, tristes, il y avait une lumière qui retrouvait son chemin et ça, c'était ce qu'il ne fallait jamais oublier.

Ce serait pareil pour Kevin, il en était persuadé.

>> Découvrir des talents
Grimm
Sphère Artistique
avatar

Messages : 141
Etat Civil : Marié à Claire Richards
Pouvoirs : Smoke Master
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 21 Déc 2017 - 21:36
Lotte avait senti qu'il était temps pour elle de s’éclipser. Ses hommages rendus, elle n'avait plus aucune légitimité à rester davantage. Aussi, elle chercha l'homme de main de Cnossos du regard, sachant qu'il serait là pour la raccompagner à la voiture. Son ombre discrète se trouvait déjà sur les marches de l'église, dans l'expectative.
La ballerine salua le jeune homme endeuillé d'un petit hochement du chef. Elle aurait voulu lui sourire, triste et désolée pour sa perte, mais ne réussit qu'à montrer un visage fermé. Seule la lueur dans son œil semblait briller d'une compassion émue et déjà, elle tournait les talons.
Elle avait remonté la nef d'un pas calme, frôlant le sol de son pied léger. L'apprentie de Cnossos n'avait pu voir l'imposant nuage noir grossir dans le ciel d'automne. Il portait avec lui, sinon une menace, au moins un message.
Nikiya s'apprêtait à sortir lorsque l'orage éclata avec fracas au dessus de leur tête et fut frappée d'un vertige au moment où raisonna le premier coup de tonnerre. Une main chercha un appui dans le vide, tandis que l'autre se porta à sa poitrine, comme pour sentir son cœur qui avait loupé un battement. Son gardien avait rattrapé son bras de justesse, mais déjà, la sensation s'évanouissait, ne lui laissant plus que le souvenir de cet étrange malaise. Pâle, le cœur au bord des lèvres, elle observa le français qui semblait soucieux de son état. Derrière lui, elle pouvait voir le rideau d'une pluie diluvienne, qui s'arrêta aussi promptement qu'elle s'était mise à tomber. Retrouvant ses esprit, elle repoussa Maurice d'un bras autoritaire, descendit les marches du lieu de culte, droite, encore pâle et remuée jusqu'au plus profond de son âme.
Elle semblait ne pas avoir été la seule à ressentir un malaise, notant deux élèves parmi la Potential Home. Elle se doutait de la nature de ce trouble mais ne formula aucune de ses pensées. Cet ébranlement de la sphère magique lui était pour le moment inexpliqué, ça seule certitude demeurait la puissance de l’événement. Les questions se bousculaient dans son esprit et convergeaient vers Kevin.
Un frisson parcouru son échine et elle se retourna brusquement pour saisir le regard qui avait piqué sa nuque mais il avait déjà disparu parmi la foule des proches venus rendre leurs derniers hommages. Elle n'aimait pas l'étrange sensation qui régnait dans l'atmosphère, aussi, elle comptait partir au plus vite. Elle jeta un dernier coup d’œil à Miranda, qui, accompagnant son patron et sa soeur, entrait dans la salle municipale.
D'un signe de la tête, elle indiqua à l'homme de main de la duchesse qu'elle était prête à rentrer tandis que son regard s'arrêtait sur l'une des demi-sœur de Wang, fille de l'antique ennemie de sa mentor. Quelques secondes plus tard, elle s'engouffrait dans la berline noire qui attendait de la ramener à la villa Sofia.
Nikiya
Sphère Artistique
avatar

Messages : 463
Etat Civil : Mariée
Pouvoirs : Conscience et contrôle du fonctionnement physiologique de son corps


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 21 Déc 2017 - 21:59






A l'intérieur de l'église

Le temps semblait s'être arrêté pour Kevin. Il avait déclenché une puissance qu'il était loin d'estimer. A compter de maintenant, il était devenu le Gardien du Sceau du Dragon. Il avait activé un enchantement que les gardiens se transmettent de vie à trépas. Cet enchantement lui révéla un savoir secret, celui où se cache le Grimoire du Druide Merlin, peut être le seul homme avoir été connu comme sorcier. Sa légende est connue mais beaucoup moins sa réelle existence. Ce grimoire fait l'objet de toutes les convoitises des pratiquants de l'art profane, car ces écrits mystiques renfermeraient des sortilèges épiques. Le sage Merlin s'était donc prémuni qu'une telle magie tombe dans n'importe quelle main. Il ne voulait pas non plus que sa magie tombe dans l'oubli car il était conscient qu'elle pourrait trouver un rôle essentiel dans la survie du monde. C'est pourquoi il mit en place un enchantement combinant divination et abjuration pour transmettre à un gardien ce savoir. La magie abjuratrice a pour vertu de protéger l'esprit du gardien de toute intrusion mentale portant sur ce secret et de l'empêcher de le révéler contre sa volonté. La menace ou le chantage sont donc aucune utilité pour que le Gardien du Sceau du Dragon révèle où se cache le Grimoire.

Kevin mit un peu de temps avant de reprendre ses esprits. Son chagrin l'envahit lorsque ses yeux se posèrent sur la dépouille de son père. Il lui embrassa le front puis il emprunta une porte dérobée de l'église pour éviter la foule de l'extérieur. Depuis, il fallut attendre une bonne décade pour le revoir ou avoir une nouvelle au moins par sms. Il ne manqua toutefois pas les soins pour sa petite soeur de coeur Lucy.

L'amulette que l'envoyée de Strega lui avait donnée avait été déposée dans le petit coffre fort de son père. Kevin n'avait pas envie ni la force de comprendre le pourquoi de ce cadeau et s'en méfiait.


La salle municipale

La salle municipale fut rapidement bondée de nombreuses personnes qui étaient venues pour l'enterrement. Comme prévu, il y avait des petits mets sacrés et salés pour se restaurer. Mais il y avait quelque chose d'étrange car le principal proche du défunt ne s'y était toujours pas présenté au bout d'une heure et demie. Le mystère fut levé lorsqu'un organisateur des obsèques vint apporter un message d'excuses au nom de Kevin comme quoi il ne pourrait pas se rendre à cette collation et qu'il remerciait chaleureusement tout le réconfort qu'on était venu lui apporter.

En ce jour, Kevin ne serait plus jamais le même.





SUJET CLOS
Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 521
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: Old Town :: Autres lieux-