[CLOS] La fable du loup et de la lionne. (Dante)

 :: Édimbourg :: Eastside :: Portobello Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 28 Juil 2017 - 0:09


“Sais-tu comment ils vous appelle là-bas ? La meute du désert.”

Kussi Tenobi


L'odeur de la plage montait jusque dans leur rue. A cette heure la petite maison des nomades était bien silencieuse. Si vous aviez sonné, personne n'aurait pu vous répondre. Cachés de la chaleur, calfeutrés, derrière les volets blancs de la chambre à coucher, la meute s'était assoupie. Le parfum de l'iode enrobait encore un peu leurs esprits endormis.

Sveda sentait la chaleur de Samuel enfoui contre son ventre qui dormait paisiblement. Le souffle régulier de Dante non loin de sa main. Elle entendait de loin en loin les mouettes, le rire des passants qui descendaient vers le bord de l'eau. Alors qu'elle avait les yeux encore fermés un sourire se dessinait sur sa bouche. Elle étira discrètement une jambe pour effleurer le pied de Carso. Ils étaient tous les deux accaparés par Sam. Mais, notre belle pouvait ressentir, à chaque instant, ce fil qui la tirait vers lui le loup.

Sam commença à s'agiter dans son semi-sommeil, se retournant instinctivement, vers les bras protecteur de son père. A quoi révait-il donc ? Samy, son petit Samy. Sveda posa ses lèvres sur les petits cheveux blonds de son fils, ressentant la puissance de son propre instinct. Elle le contemplait dans la pénombre. Il sentait le nourrisson. Il baillait et sa menotte se contracta dans un poing déterminé. Son père, lui, avait l'air paisible du guerrier de retour chez lui.

L'archéologue était revenu la veille au soir de l'arche anglaise. Il n'était parti que trois jours. Cependant leur nid douillet avait été marqué par les silences songeurs de la rose. Elle, si indépendante et libre, vivait de nouveau les émois de l'amour. Les absences de Dante lui donnait l'impression d'être des attaques à son bonheur. La rose avait du mal à le quitter, lui ou Sam. Cette fusion venait aussi de la présence de ce bébé nouvellement arrivée, dans leur longue longue vie. Mais, c'était surtout une paix immense qui accompagnait les pas de l'immortel.

Le tic-tac de la pendule résonnait doucement dans le silence de Morphée. Il attirait la belle vers l'éveil complet. Elle se redressa sur son coude pour espionner le bien-être de ses hommes encore un peu. Elle se pencha lentement pour poser un baiser sur la tempe de Dante. Puis, elle sourit, avant de descendre du lit. Elle attrapa son sarouel laissé sur le fauteuil prés de la fenêtre et le passa. Elle rassembla sa toison blonde clairsie par le soleil, au-dessus de son crâne pour les attacher en queue de cheval.

Ses pieds nus glissaient sur le sol blanc tandis qu'elle entrouvrait la porte. Elle passait par la cuisine pour démarrer une bouilloire et en profita pour entrouvrir les volets. Puis, elle se mit en quête des affaires de plage. Ils avaient eu le temps de défaire les cartons. Mais pour ce qui était du rangement... disons que cela était secondaire. Dante et elle avaient pour credo de vivre au jour le jour, avec cette philosophie des vieilles âmes. Alors même si des menaces planaient au-dessus d'eux, même si l'avenir était incertain, même si... un jour leur foyer s'écroulerait sur la terre, ils profitaient de chaque jour d'ici là.

Cela ne voulait pas dire que Tohum et Caleb avaient renoncé, où qu'ils n'allaient pas faire leur possible pour sauver le monde dans lequel allait vivre leur enfant. Seulement, ils laissaient la place aux jeunes, à James, Alex, Abby et Ava pour prendre les rennes. Et quand ils feraient appel à eux et bien, bien sûr, ils répondraient présents. En attendant, aller manger une glace au bord de l'eau ne pouvait pas se refuser. Kent retrouva enfin la lotion protectrice qu'elle rangea dans le panier en osier.

Sveda retourna en cuisine préparer et verser le thé. Une fois tout prés elle entra dans la chambre à pas de loup et vint s'étendre dans le dos de l'ancien inquisiteur italien pour le réveiller tout en douceur. Ses doigts courraient le long de son dos nu, à travers les sillon de l'encre incrusée sous la peau. Les babillements de Samuel attirèrent son attention. Le petit avait les yeux grands ouverts et la regardait. Ils eurent tous les deux un grand sourire.

« Coucou mon cœur. Et tout bas dans le creux de l'oreille du loup la rose chuchota. Dant' ? »

Le ressac des vagues écossaises continuait, sans fin, comme pour ne pas leur faire oublier le pouvoir des éléments.

Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 938
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Sam 29 Juil 2017 - 23:31
La fable du loup et de la lionne

<< Se prendre des mauvais coups

Si tout ce qu'il vivait depuis l'annonce de Sveda enceinte, il demandait à ne surtout pas être réveillé, car c'était bien trop beau. Surtout ce genre de moment en famille. Depuis la naissance de Samuel, Dante avait l'impression d'être enfin complet, comme si la venue au monde de ce petit bout changeait les choses pour lui. De plus, s'installer avec sa compagne, dans cette maison, au bord de l'eau, tout ceci avait un air de Paradis cherché depuis longtemps. Il avait quelque part hâte de les amener chez lui, sur l'arche Helvétique, loin de tout. Il était patient. Sam' n'était pas encore prêt pour voyager longtemps. Et pour le moment, il appréciait de pouvoir passer du temps avec les siens, au sein de leur antre.

Couché près de sa belle, il dormait profondément, profitant avec plaisir de ce moment de sieste. Il savait le petit entre eux et malgré son sommeil profond était tout à fait conscient de la présence du bébé entre eux et ne bougeait pas d'un pouce, étalé sur le ventre, une main vers les siens, sa respiration démontrait à quel point il était calme et en confiance avec eux. Sans réellement sentir que mère et fils étaient finalement réveillés. Mais il était connu que ce loup appréciait de dormir, sur un lit confortable. Surtout quand il revenait de voyage.

Heureusement, cette fois, il n'avait pas dû descendre sur terre, juste aller faire quelques cours chez les voisins des écossais. Les universités appréciaient de l'avoir comme intervenant. Et ne mentons pas, Carso appréciait aussi de le faire. Il était important de transmettre sa passion aux plus jeunes, car c'était bien cette génération qui devait prendre sa suite. Ses récits avaient de quoi faire bouillir l'imagination des plus aventureux d'entre eux. Aucunement besoin d'avoir un auditoire entier rempli d'aventuriers, juste le minimum syndical et tout sera parfait.

Quand le petit vint se coller à lui, de façon inconsciente et protectrice, son bras venait l'entourer, sans le toucher, mais juste pour s'assurer que tout irait bien pour lui. Ses rêves étaient plutôt calmes et agréable depuis qu'il s'était installé, pour de bon, avec sa belle. De quoi profiter un peu plus du sommeil. Mais le réveil pouvait parfaitement être agréable aussi. La voix douce de Sveda ne manqua pas de le réveiller petit à petit.

- Hum...?

Les babillements de Sam' ne manqua pas de le faire sourire, avant même qu'il n'ouvre réellement les yeux, les baisers et les caresses de sa compagne lui tirèrent un petit soupire de plaisir, ses membres s'étiraient lentement.

- Hey... vous deux. Passant une main derrière lui pour caresse sa belle, l'autre allant toucher la tête de son fils. Bien dormi?

Codage par Libella sur Graphiorum
Caleb
Sphère Savoir
avatar

Messages : 160
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Mer 2 Aoû 2017 - 18:51


« Oui. Et toi ? Tu sens que tu récupères ? »

Samuel roula sur lui-même pour se mettre sur le ventre. Aussi aventurier que l'était son père, il agrippait le « mont Caleb » pour essayer de l'escalader. Il dû si reprendre à deux fois, trois fois. Des petits cris stridents trahissaient le mélange incertain de frustration et d'amusement que ce défi éveillait chez lui. A la quatrième tentatives, Sveda se redressa pour l'attraper délicatement par la taille et le souleva lentement pour le poser sur le dos de Dante. Le petit était aux anges de se retrouver contre ce corps familier. Il était assez grand pour commencer à imiter ce qu'il voyait. Dans un mimétisme assez comique il s'allongea faisant mine de dormir. Mais ses petits glapissements de bonheur le déversait.

« J'ai fais un thé. » Une main féminine venait masser le cuire chevelu du loup. « Kussi a dit qu'il nous rejoindrait directement sur la plage. » Le rire de Samy attira le regard de la Rose. Elle l'imita et le captura au vol. « Allez ! On va te changer cette couche l'alpiniste !»

En position de berceuse, le nourrisson riait aux éclats pendant que Sveda venait dévorer son ventre de bébé.

« Hummm ! Je sais ce que je vais prendre pour le goûter ! » Et elle l'assaillait de baisers chatouilleux.

Sveda et Samuel une fois réveillés ne s'arrêtaient plus de parler. Ils communiquaient. Elle par ses milliers de petites histoires et lui par ses bruits de bébé. Ils étaient infatigables. C'était une musique constante dans la maison. D'ailleurs Kent était très patiente et très enjouée avec les petits. Elle pouvait accompagner un jeu pendant plusieurs heures sans éprouver de lassitude.

La crevette avait été désirée, ça oui. A l'égal de chacun de ses sœurs et frères, il était adoré. Tohum revivait chaque étape avec le même émerveillement et pouvait enfin le partager avec quelqu'un. Revenant tranquillement vers la cuisine avec le petit, elle cherchait son père des yeux. Elle lui adressa un sourire complice.

« Je t'ai trouvé un livre hier, regarde. »

Avec tout le temps à sa disposition Sveda avait enfin pu recommencer à aller à la bibliothèque. Elle ramenait sans cesse de nouveau documents. Des contes musicaux pour Sam, des romans ou des documentaires historiques pour Dante, des revues scientifiques pour elle. Sans son poste à l’hôpital, il lui fallait d'autres moyens pour rester à jour sur les recherches.

« Oui, Samy, ça viens. » Ils faisaient lentement la transition du lait maternel au biberon. Quatre tétés quotidiennes pour apporter le plus important à son jeune organisme. Sveda s'installait le plus souvent sur une chaise de la cuisine, comme elle le faisait à l'instant. « Aie ! Vorace ! »
Une main derrière la tête du petit, elle veillait à ce qu'il soit détendu. Ses yeux se perdaient sur les lignes de ce petit être pleins de vie et de rondeurs.

« Ton maillot est dans le panier. » Dit-elle à Caleb en relevant la tête. Assez vite ce fût la silhouette de l'archéologue qui la fit rêvasser. Un sourire plus adulte arrondissait ses lèvres. Elle le trouvait beau cet homme. «Il doit rester de la tarte si tu as faim. Oh d'ailleurs, j'ai trouvé les graines pour les tomates ! Le vendeur était adorable. Il m'a conseillé un livre. »

Il n'y avait pas plus de vingt mètres carrés à l'arrière de la maisonnette. Mais c'était bien assez pour faire un petit potagé. Tohum et Caleb partageaient ce désir de chérir et de respecter la terre. Ils avaient évolué dans un monde où la nature était encore plus présente. Ils avaient appris à cultiver sur toutes les terres. A une époque où les concepts de pollution ou de réchauffement climatique n'existaient pas. Ils n'avaient même pas eu à se concerter sur la façon de consommer ou de s'occuper de ce sanctuaire temporaire.
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 938
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Sam 26 Aoû 2017 - 19:48
Un œil ouvert sur sa belle, ses lèvres se retroussèrent pour un petit sourire en coin, alors qu'elle le questionnait. Il alla doucement lui caresser un bras. A moitié endormi encore.

- Mmm... Très bien oui. Hoche de la tête. Je récupère parfaitement à tes côtés. T'as un don. Mais je t'apprends rien, hein? Lui attrapant la main pour la porter à ses lèvres et y déposer un baiser.

Son fils se fit alors remarquer, tentant de lui monter dessus. Il en riait et le laisser faire ses tentatives, sans bouger, d'un naturel calme, Caleb l'était encore plus avec son bébé. Il l'observait grandir avec un émerveillement non feint. Et il fallait bien le dire, ça grandissait vite à cet âge-là. Restant couché sur le ventre, il apprécia le contact du petit sur son dos. Le sentir bouger, rire, respirer contre sa peau était tout aussi agréable pour le père, que pour le fils. De plus, les émotions du bébé étaient d'une pureté qui lui faisait un bien fou! Avant que la maman ne reprenne la main. Il se mit alors sur le côté pour les regarder partir. Le bonheur de cette maison.

Dante s'étira alors de tout son long dans le lit vide, tout à l'écoute des bruits de la maison. Mère et fils qui discutaient dans leur langage, ce qui continuait à le faire sourire. Avant de se lever enfin, se passant alors une main dans les cheveux pour tenter un recoiffage, il passa près de la fenêtre pour observer la rue. Ils vivaient dans un coin tranquille, la vue sur l'eau était plus qu'apaisante. Passant un bas de pantalon, il rejoignit sa petite famille à la cuisine. Passant une main dans les cheveux de madame, embrasser la tête du gamin, il attrapa la théière pour se servir une tasse.

- Samy, si maman parle trop, hésite pas à le lui dire hein? D'un ton malicieux, tout en observant sa belle du désert. Bien entendu, le bébé ne pouvait clairement pas comprendre ce que lui disait son géniteur, mais c'était plus destiné à sa compagne. Il appréciait de la taquiner ainsi.

Il s'installa à la table avec ses deux amours et attrapa le bouquin qu'elle lui avait donc prit.

- Oh cool! Tournant le bouquin pour voir la fourre, puis le résumé derrière, il eut un petit sourire. "L'histoire des religions avant Armageddon". Hum, tu crois qu'il sait de quoi il parle? Toujours taquin, mais l'idée l'intéressait, de voir comment des gens qui n'avaient rien vécu de tout cela, imaginait.

Une main posée sur la tasse chaude, il mettait un peu la tête de côté pour regarder sa belle donner le sein à leur fils. Belle image que voilà. Il s'obligeait à la mémoriser. Tout comme les émotions qui émanaient d'eux, heureux, paisibles. Bien.

- Je le comprends. Avec un air complice. Au moins pensaient-ils à la même chose. Evidemment, il avait capté son regard, ces deux-là, étaient fait pour s'entendre. Il hocha doucement de la tête. Parfait. On voit Kussi à quelle heure aujourd'hui? Carso savait qu'il était important pour Sveda de faire les baptêmes dans les rites qui lui importaient. Lui n'était pas contre, après tout, en tant qu'ancien religieux, il ne pouvait qu'accepter ce genre de sacrement. Même s'ils n'étaient pas de sa propre religion.

Quoique... au jour d'aujourd'hui, pas dit que notre loup se mettait encore dans la catégorie des catholiques... quoique. En tous les cas, il était un humaniste convaincu, qui espérait pouvoir voir le monde changer et en bien. Surtout maintenant qu'il avait accepté sa paternité et qu'il voulait pour son petit Samuel, un monde plus calme, paisible, pour qu'il puisse y grandir, sans risquer de perdre la vie pour une broutille.

- Avec tous ces livres, tu vas m'obliger à refaire une nouvelle bibliothèque! Avoue, t'aime me voir bosser. Lui envoyant un baiser, avant de reprendre. Mais ça ne sera pas un mal, j’suis pas le plus grand des jardiniers, mais... je me suis dit qu'on pourrait essayer de planter aussi un arbre? Genre un citronnier ou un truc comme ça. Qu'est-ce que t'en pense?

Tohum avait quand même réussi quelque chose d'assez incroyable avec ce vieux loup solitaire. Casé, posé, père... jamais - même l'année passée - il n'y aurait cru.

Codage par Libella sur Graphiorum
Caleb
Sphère Savoir
avatar

Messages : 160
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Mer 30 Aoû 2017 - 11:16


Sveda souriait avec douceur, alors que son amant laissait sous-entendre l’existence de son don le plus intime. Elle essayait d'en faire un usage raisonnable et de ne pas en abuser, en particulier sur ses proches. Mais, il était vrai aussi que parfois, elle se permettait de les aider à sa façon. Le tout était de trouver l'équilibre.

« On m'appelle « Morpheus » ! »

Ils n'avaient pas encore terminé l'aménagement de la maison. Mais la cuisine était l'une des premières pièces que Kent avait organisé. Elle aimait cet espace dans la maison. Chaque fois, elle cherchait à en faire le cœur battant. Carso n'était pas en reste puisque sa compagne lui demandait autant de choisir la décoration, que de l'aider à percer les murs. Généralement, ils tombaient d'accord. Ils étaient de toute façon trop vieux pour se disputer sur ce genre de sujet.

« Ne l'écoute pas, il est juste jaloux de nos petites histoires. »

L'avant Armageddon... une période dont peu d'individus, sur ce monde en vrac, pouvaient réellement témoigner. Les anciens immortels toujours vivants étaient rares. A eux deux Svedante en avaient certainement croisé une bonne partie. Un jour, il n'y aurait probablement plus personne pour se souvenir de la Terre. Mais d'ici là l'Archipel serait-il encore dans le ciel. Car cette menace là était bien réelle. Mais, ce n'était pas le moment d'y penser.

« En tous cas, je n'ai pu l'associer à aucun immortel. » Le sourire de la rose s'effaçait lentement. Elle songeait un instant à Wairua, autant parce qu'il était de cette catégorie, que parce qu'il avait probablement écrit quel qu’uns des plus fidèles récits historiques de prés 1820. Elle reprenait le fil de sa réflexion à voix haute. « Après la naissance d’Abby j'avais essayé de retrouver des textes valables, pour qu'elle apprenne, le monde avant la catastrophe. Les forces germaniques avaient tout réquisitionné à l'époque. Je n'ai jamais remis la main dessus. »

La main de Tohum caressait les cheveux du petit. A cet âge, ils étaient presque blancs et doux comme de la soie. Exactement comme ceux de Salif, et d’Élias, quand ils étaient bébés. La simple remarque du loup fit écho à une complicité physique que la naissance de Samuel avait transformée. Sveda ressentait comme une connexion psychique avec les garçons. Elle éprouvait la chaleur de Dante, ses caresses et ses baisers, avec une profondeur que seule donne l'expérience d'un sentiment d'amour.

« Je lui ais dit que je lui enverrais un message quand on serait parti. Comme ça nous ne sommes pas pressés. »

Samuel ne faisait pas du tout attention à eux. Mais le rire de sa mère lui fit la regarder. Elle l'apaisait en lui frottant doucement le dos. Elle se demandait quel allait être le tempérament de cet enfant ? Comment allait-il voir le monde ? Serait-il heureux ? Mille questions qu'elle se posait pour chacun de ses lionceaux. Mais, il y en avait un millier d'autres qui concernaient l'homme avec qui elle partageait sa vie. Dante était son alter-ego. Chacun de ses actes étaient pensé en fonction, de lui, d'eux.

« Je reconnais qu'il y a quelque chose de délicieusement primaire à te voir tenir un marteau. » Le taquinait-elle avec le sourire.

Ceci dit, ils allaient en effet avoir besoin d'une autre bibliothèque. Une partie des livres de Tohum attendaient chez Élias, le fils. Tohum était concentrée sur des choses bien plus proches de son champ de vision.

« J'en dis que c'est une belle idée oui. Un arbre qui grandisse en même temps que lui. Je regardais la prochaine fois. » Lui répondit-elle avant d'aller déposer un baiser sur le front de leur fils. « Est-ce que ça veut dire que tu songes à rester un peu plus longtemps ici ?»

Avec un poste assuré à la Potentiel Home « Catherine » pouvait demeurer sur cette arche des années durant sans souci. Néanmoins, la sédentarisation n'était pas le mode de vie qu'ils avaient envisagé jusqu'ici. Ils étaient plutôt partis sur la base d'une vie nomade. Avec le métier de Caleb c'était le plus adapté. Mais, Sveda savait qu'il y avait ici en Écosse des personnes précieuses au cœur du loup, Charlotte en haut de liste, James aussi.

La pression des lèvres du nourrisson baissait. Tohum inclinait la tête pour l'observer. Il écartait son visage avec une expression d'ourson repus.

« Mon tout petit... » L'arabe littéraire, la langue de ses origines, sonnait en une douce mélodie à la bouche de la belle. Ils étaient d'accord pour que Sam entende plusieurs langues dans son enfance. Comme avec chacun de ses enfants, Tohum communiquait en Arabe et en Français.

Avec délicatesse la rose aida le bébé à éructer, puis elle le berçait lentement. Il venait jouer avec ses cheveux. Une force irrépressible poussait la vieille lionne à revenir chatouiller le vendre de ce petit être de ses baisers. Il lui arrivait de rester de long moment uniquement à regarder, ce qui était déjà un petit prodige, à ses yeux. Heureusement Samuel se chargeait de la tirer dans le monde réel en riant de nouveau. Aussi Kent se releva et caressa son amant de ses yeux bleus :

« Je vais me changer. » Elle passa une main dans les cheveux de l'archéologue au passage. Samy se retrouvait dans son petit parc en bois le temps que ses parents finissent ce qu'ils avaient à faire.

Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 938
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Sam 2 Sep 2017 - 11:00
Caleb n'était pas gêné d'avoir une compagne dont le don touchait au sommeil. Pourquoi se priver d'avoir la possibilité de dormir bien et profondément? De pouvoir, enfin, récupérer correctement. Voilà longtemps que notre homme ne faisait plus de cauchemars répétés de certaines choses qui l’empêchaient de dormir. Mais, son sommeil pouvait parfois être bien léger. Quand il dormait le mieux, c'était après ses expéditions en général. Et même sans le pouvoir de sa belle, il sentait que sa seule présence l’apaisait, lui faisait un bien fou. Rajouté le petit, et il était un homme comblé. Autant dire qu'il ne changerait plus de vie, pour rien au monde.

La vision de la mère et du fils rajoutait du poids à cette certitude. Il aimait tellement cette image, tout en sachant que le gamin grandirait bien évidement. Chose qu'il était aussi curieux de découvrir. De voir son fils devenir grand, il se demandait ce qu'il aimerait, ce qu'il voudrait faire plus tard. Comment il serait avec eux, son adolescence serait-elle impossible? Bref, toutes ces questions, qui, sans le savoir, faisaient un peu écho à celle de sa compagne et qui auraient le temps de voir venir les réponses.

- Pas du tout! On a aussi les nôtres figure-toi! Avec un grand sourire, tandis qu'il prenait une gorgée de son thé.

Ses doigts tapotaient sur la couverture du livre, un peu plus pensif, sans que pour autant, de mauvaises pensées ne viennent le déranger. Ce fût plutôt le changement d'humeur de Sveda qui le fit tilter légèrement, elle par contre, semblait être prise par une sorte de nostalgie, tranquillement, naturellement, il venait lui caresser le bout des doigts des siens, toujours avec son petit sourire en coin.

- Tant mieux, je suis toujours curieux de voir comment les théologiens d'aujourd'hui s'imaginent comment nous vivions cette Foi à l'époque. L'écoutant, toujours attentif. Et bien, si tu veux encore lui en faire lire, ou pour les prochains, je dois avoir quelques écrits dans ma tanière. Ou au pire, ils peuvent venir me le demander directement. Paraît que je suis une bonne source d'informations.

Ce qui n'était clairement pas qu'une boutade. Après tout, il l'avait vécu de l'intérieur, la religion. Il avait même été l'un de ses représentants les plus... dangereux, si on savait à quoi correspondait un inquisiteur. Sans pour autant n'avoir jamais envoyé qui que ce soit au bûcher. La question le rendait malade et il s'était bien rapidement demandé s'il n'avait pas fait le mauvais choix, car leur façon de faire, ne correspondait pas à l'idée qu'il avait de vivre ses croyances et de la partager avec les autres. Après, il s'était ouvert aux autres croyances et il s'était rendu compte d'à quel point tout pouvait enrichir un homme, si l'on était prêt à ne plus porter des œillères.

- Bien. Kussi représentait d'ailleurs l'une de ces autres croyances, il y avait quelque chose de plus rassurant à s'ancrer dans la terre que d'imaginer un être supérieur, enfin... ce n'était vraiment pas le moment au débat.

Surtout que nos deux nomades revenaient à des discussions bien plus terre à terre. Si sa belle ria, il la suivit bien rapidement à sa remarque.

- Je vois, je vois. Promis, la prochaine fois je ferai l'effort d'être un peu en sueur. Tout en lui faisant un clin d'oeil. Hum, disons que je ne suis pas non plus pressé de partir, et au pire, on peut garder cette maison comme pied-à-terre, je suis certains que l'on peut trouver des gens intéressés à la louer si nous décidons de bouger un peu. La regardant d'un air tendre. Je tiens toujours à te faire découvrir mon coin de paradis.

Tandis qu'elle finissait de s'occuper du bébé, Carso allait mettre sa tasse vide dans le lave-vaisselle, merveilleuse invention humaine. Avant d'aller embrasser la tête de son fils qui jouait comme un grand dans son parc. Il en profita pour rejoindre sa belle dans la chambre, arrivant dans son dos, il l'attrapa par la taille et vint embrasser son cou, s’enivrant de son odeur.

- Mmm... je t'aime, tu le sais ça? D'une voix douce, avant de la faire tourner pour l'embrasser un peu plus sérieusement et avec tout cet amour qu'il avait pour elle. Qu'est-ce que tu dirais qu'on prenne une soirée pour nous? On laisse Samy à quelqu'un de confiance et je t'emmène quelque part. Dans son regard se lisait une petite malice, le loup avait déjà son idée en fait, mais il lui fallait pouvoir avoir sa compagne, seule, pendant une soirée. Je pense que Charly serait ravie de le garder. Mmmm?

Il était important parfois, que les parents puissent prendre du temps pour eux. Car ce petit lionceau prenait une part plus qu'importante dans leur vie à deux. Se retrouvait était donc primordial pour ne pas s'oublier.

Codage par Libella sur Graphiorum
Caleb
Sphère Savoir
avatar

Messages : 160
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Dim 3 Sep 2017 - 18:31

La douceur de Caleb écartait l'ombre qui cherchait à entourer les pensées de sa compagne. Tohum plongeait son regard dans le sien, pour s'y amarrer. Elle laissait son inquiétude, pour le père de Sahar, s'effacer comme un mauvais rêve. L'amour de Carso était devenu l'un de ces phares, que l'immortelle suivait avec reconnaissance, quand son âme était parfois chahutée. Grâce à cela elle n'avait plus réellement peur de l'éternité qui se dressait devant ses pas.

« Merci Dante. » Dit-elle avec un timide sourire, autant pour sa proposition, que pour sa façon de la traiter avec tendresse.

Samy roucoulait pendant que ses parents discutaient.

« Ce serait une idée oui. » Le rappel de leur projet de voyage vers l'arche helvétique fit pétiller le regard de la nomade. Elle non plus n'avait pas oublié. « Oui. Tu nous emmènera, en famille. »

En famille oui, c'étaient des mots que la rose aimait souffler. Ce petit cocon qu'ils avait créé autour de Samuel était ce qui se rapprochait le plus de sa définition de la famille. Sveda avait longtemps pensé qu'elle n'y aurait plus le droit, après son échec avec Pietro. Mais Caleb et elle avaient réussi à s'harmoniser. C'était à ses yeux un vrai cadeau. Ils étaient la preuve que c'était possible.

« Mmm, je vais trouver des travaux à te faire faire cette semaine. » Le taquinait-elle.

La belle fût entourée par cette agréable chaleur humaine que dégageait l'archéologue. Elle referma rapidement l’agrafe de son haut de maillot de bain pour pouvoir ensuite se reposer sur lui. Dante était un soleil pour Sveda. Elle aimait sentir le plaisir que cet homme avait d'être en sa compagnie. Elle aimait la façon qu'il avait de lui témoigner son amour. Elle l'aimait lui pour tout ce qu'il était. Chaque fois qu'il lui disait « je t'aime » elle pensait « moi aussi » avec une joie profonde.

«Oui... et c'est merveilleux d'être aimée par toi. « Tu le sais ça ? » » Spontanément sa bouche répondait au baiser échangé. Ses mains venaient se croiser dans le bas du dos tatoué. Elle eu un petit rire en découvrant l'espièglerie dans le fond de ses yeux. « Une soirée en amoureux... Ce soir ? » Le questionnait-elle en souriant. De fait avec Sam, leur temps à deux était drastiquement réduit. « Alors appelle ta sœur. … si elle ne peut pas je demanderais à Abby. » Comme pour renforcer l'idée de plus d'intimité Kent caressait ses cotes du bout de ses doigts.

Mais, Sveda savait que si elle continuait, s'ils continuaient, ils n'arriveraient pas à la plage avant la prochaine marée. Elle inspirait profondément avant d'embrasser la joue de Dante en desserrant sa douce étreinte.

« J'ai mis des bouteilles au frigo. Tu pourras les sortir et les mettre dans le panier ? » A l'observer, Tohum en venait à trouver l'idée d'une soirée excellente. Elle revenait cueillir un baiser à ses lèvres, trop faible, quand il la regardait de cette façon. « On prend le bus plutôt, non ? »

Une fois que la belle réussissait à s'éloigner de son amant, elle enfilait rapidement une robe de plage multi-colore. La cicatrice laissée par l'épée du Samouraï un an plus tôt formait une ligne blanche sur son abdomen. A l'égal de toutes celles du vieux loup avec lequel elle partageait sa vie depuis. Il ne manquait plus que des sandales avant le départ pour le sable chaud. Tohum alla retrouver leur tête blonde pour finir de l'habiller en conséquence.

Samuel était encore d'une taille qui permettait de le porter dans son dos. Il commençait à associer les gestes. Alors, quand il vit Sveda sortir le pagne il commença à frapper dans ses mains. C'était une technique de portage, qui faisait ses preuves depuis la nuit des temps, et qui était bien meilleure pour les muscles.

« Oui toi aussi tu aimes le sable. » Sam aurait adoré les vrais déserts. Malheureusement il n'en existait plus. « Dant'... »

Le petit trio sortaient tranquillement pour prendre la direction de la plage. Comme chaque fois Tohum se demandait pourquoi elle avait enfilé des chaussures puisqu'elle les retira au bout de quelques minutes. Elle marchait du pas du promeneur, une main dans celle de Carso. Samuel gazouillait toujours en jouant avec un (gros) coquillage qu'ils avaient trouvé sur la plage. Le bruit des vagues se faisait de mieux en mieux entendre. Pareille à une enfant, qui retrouve sa maison, Tohum souriait paisiblement.

En pleine semaine la plage était moins peuplée par les habitants de l'île. Ils n'eurent pas trop de mal à trouver un espace convenable pour poser leurs affaires. Sam s'agitait un peu puisqu'il savait qu'il allait bientôt être libre.

« Impatient !» Riait sa mère. Samuel criait de joie pendant qu'on l'installait sur la serviette de bain.

Des grains minéraux venaient tourbillonner autour du bébé pour jouer avec lui. Ils étaient animés par la volonté de la prodige. Elle observait l'enfant essayer de saisir le sable qui se dérobait. Une main douce se posait sur le bras de Carso pour attirer son attention sur la scène.
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 938
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 7 Sep 2017 - 9:43

Aux yeux du loup, il n'y avait rien de plus normal que de faire profiter des plus jeunes de sa connaissance. Voilà pourquoi il acceptait souvent de faire des conférences dans les universités pour les futurs historiens. Sans pour autant parler de son immortalité et de sa propension à avoir couru sur tout le globe avant Armageddon, il avait les moyens de faire comprendre qu'avec toutes ses expéditions, il avait le bagage nécessaire pour comprendre une grande partie de ce qu'avait été la Terre avant. Alors si les enfants de Tohum étaient à intéresser à en savoir plus, il se mettait bien évidement et bien volontiers à leur service.

- Normal. Avec un petit clin d'oeil.

Les deux nomades semblaient être d'accord sur une grande partie de ce qui les concernait. La vie était quand même beaucoup plus simple ainsi. Son pied venait tranquillement caresser la jambe de sa belle, tout en gardant son petit sourire. Oui lui aussi, avait hâte de leur montrer les secrets de cette Arche.

- Bientôt. Dès que Samy sera un peu indépendant, qu'il puisse en profiter.

La petite boutade le fit rire. Il serait pourtant parfaitement capable de mettre en action ses dires, parce qu'il adorait lui faire plaisir et que ce n'était pas un homme à reculer devant les défis, bien au contraire. Il alla se frotter l'arrière de la tête d'une main.

- Fais seulement, tu seras surprise. Taquin à son tour. Aller savoir s'il ne venait pas d'avoir une nouvelle idée derrière la tête.

Depuis qu'il était avec cette belle rose, Caleb semblait beaucoup plus... détendu, plus inventif encore. Son sentiment de culpabilité qui le rongeait souvent n'avait pas disparu mais il s'était tût. Caché dans un recoin de son être. C'était comme renaître à nouveau. Elle avait tellement d'effets positifs sur lui, qu'il ne pouvait que l'aimer d'avantage encore. Comme il aurait pu le prévoir, Sveda ne serait guère patiente de voir sa petite surprise. Il caressa son nez du sien dans un mouvement tendre.

- Mmm... Impatiente! La fixant. D'accord, ce soir. Ses mains caressaient naturellement son grain de peau. Je pense que Charlie trouvera le moyen de se libérer pour Sam'. Elle l'adorait ce gamin. Et malgré sa propension à pouvoir faire des conneries, elle s'occupait parfaitement du bébé, l'avantage d'avoir déjà une fille à charge. Je m'occupe de ça.

La lionne eut bien raison d'arrêter là le rapprochement. Ils pouvaient être capable d'oublier qu'ils avaient des choses à faire et un petit dans son parc qui attendait la suite de la journée. L'homme alla donc rapidement se passer des habits un peu plus potables pour sortir.

- Je m'occupe de tout ça. Il lui volait encore un baiser. Marchons, ça nous fera pas de mal. La mer n'était pas si loin. Retournant dans la cuisine, il attrapa les bouteilles mises au frais, qu'il plaçait dans le panier, tout en faisant un contrôle de son côté que rien n'avait été oublié. Il posait une casquette sur sa tête, des lunettes de soleil en venant voir si sa petite famille était prête à partir. Ce qui semblait être le cas. Le petit avait un sourire qui en disait long sur ce qu'il pensait. Il alla lui caresser la tête. Allons-y.

Ouvrant la porte, il laissa passer Sveda, puis marcha d'un pas tranquille à ses côtés, gardant sa main dans la sienne. La mer, le sable, ils avaient de la chance d'avoir trouvé un coin pareil, malgré le loyer peut-être un peu plus cher que la moyenne, mais ça en valait la peine. Et ce n'était clairement pas nos immortels qui étaient en manque de moyen. Depuis le temps, ils avaient tous deux pu faire de bonnes économies, même si elles ne suffisaient pas à notre aventurier pour ses expéditions, au moins lui permettaient-elles de vivre sans se poser trop de question.

Il posa le grand linge sur le sable, pour que le petit puisse s'asseoir, puis s'occupait de sortir le reste des affaires du panier, notamment la crème solaire. Car si papa et maman avait une peau habituée au soleil, ce n'était pas encore le cas du petit. Son attention fût attirée par sa compagne, il observa alors le gamin joué avec le sable. Attendri.

- Tu penses qu'il développera un don similaire? Se posant alors devant le gamin, il commença à lui mettre de la crème sur le corps, jouant avec lui, profitant aussi des moments qu'il pouvait passer en sa compagnie. Puis le gamin posait ses mains contre les jambes de son père, faisant comprendre qu'il voulait plus. D'accord, d'accord. Attends juste encore quelques secondes. Le paternel mettait alors des brassards à son gamin, avant de l'attraper pour le porter, de manière à ce que ses pieds touchent le sol mais sans tout son poids, les jambes bougeaient alors, il riait en sentant le sable sous ses pieds. L'emportant alors avec lui, il alla s'asseoir près de l'eau et lui faisait tremper les pieds une fois sur deux dans l'eau, ce qui le faisait encore plus rire. Est-ce que tu vas aimer l'eau comme ton père le pirate? Hum?

Sa période de loup des mers remontait à très loin, mais il se souvenait parfaitement des sensations de liberté que cela lui avait procurée. Il avait un rapport à l'eau spécifique, il aimait particulièrement cet élément. Sam' montrait un potentiel à être comme lui à ce niveau, puisqu'il adorait barboter, que ce soit dans son bain ou la mer d'ailleurs.

Codage par Libella sur Graphiorum
Caleb
Sphère Savoir
avatar

Messages : 160
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Sam 9 Sep 2017 - 17:05

Sveda observait Samy qui collait ses menottes dans le sable, pendant que son père lui crémait le dos. Elle se posait elle aussi la question. Sur ces onze enfants, qu’elle avait déjà mis au monde, seuls Kim puis Abby avaient une capacité liée aux minéraux. Lingbao avait hérité du double potentiel de sa mère et de son père. Albano n’avait cependant aucun don élémentaire. Après plusieurs années passées à étudier le gène « P », ils ne savaient toujours pas comment se faisait la sélection avec précision.

« Peut-être, je ne sais pas. » Tohum pensa aux capacités de Salif, ou encore d'Ava. Toutes n'étaient pas enviables. Carso et Kent en avaient conscience. Pour autant la nomade restait assez optimiste. « Il ne sera pas tout seul. »

Les garçons filaient vers l'eau avec le même sourire sur le visage. La rose riait doucement attendrie. Elle était heureuse et soulagée d'avoir enfin trouvé un compagnon ordinaire. Car même s'il avait eu peur, Caleb, s'occupait de son fils avec beaucoup d'attention. Au début l'immortelle en avait même été perturbée. Ce qui lui avait fait se rendre compte que Pietro s'était déchargé de l'éducation d'Ava sur elle. (C'était la seule à ne pas l'avoir vu.)

Elle avertit Kussi qu'ils étaient arrivés sur la plage, tout en précisant, qu'ils ne resteraient pas très tard sur place. Un petit sourire lui venait en se demandant ce que Dante pouvait bien avoir en tête pour la soirée. Elle enfila ensuite une paire de solaire et repris la lecture de la dernière thèse sur « la chute des arches ». Depuis l'ouragan de l'été précédant, la belle se documentait de façon plus approfondie sur le sujet. Elle avait contacté plusieurs vieilles connaissances de la sphère scientifique pour avoir leur opinion. Elle devait aussi revoir Daiseku pour en discuter.

L'esprit trop en défervescence, la blonde referma le bouquin au bout d'un quart d'heure. Elle attrapa les quelques jeux en bois qu'ils avaient amenés pour Sam et alla les retrouver au bord de l'eau. Chaque pas recréait la connexion entre elle et l'élément minéral. Tohum pouvait ressentir les infimes pulsassions de la matière, l'épaisseur du sable, la vie qui circulait sous leurs pieds, mais aussi ce grand vide aérien ensuite. Deux cent ans et pourtant son esprit ne s’accommodait pas encore tout à fait à cette sensation.

« Vous n'avez pas trop chaud tous les deux ?» Sveda se glissa derrière son fil pour humidifier un bob et lui en couvrir le crâne. Elle se posa en tailleur prés de Dante et plaça tranquillement les objets autour de Sam, en lui montrant une façon de les tenir. « J'ai l'impression qu'il a moins mal aux dents depuis hier. »

Elle se penchait en avant pour tendre une coupelle au gamin. Elle glissait des coquillages à l'intérieur. Le soleil faisait briller la nacre naturelle.

« C'est passé trop vite. Tu ne trouves pas ?» Kent reprenait officiellement à la Potentiel home dans quelques semaines. Elle était tiraillée comme tous les parents. Ils avaient déjà commencé à chercher quelqu'un pour s'occuper de la garde de Samy. Mais, cette période pleine de grâce allait doucement vers sa fin. Les vacances ne pouvaient pas durer éternellement, même pour eux. « Je trouve qu'on a de la chance. »


KUSSI
IDENTITE : Kussi Tenobi
GROUPE : VOYAGEUR
SPHERE : Culture
AGE : 43 ans
ETAT CIVIL : Polygame
PROFESSION : Médecin
POUVOIRS : Voyage dans les plans astraux
ETAT DE SANTE : Bon
LIENS : Ami de Tohum



Cela faisait maintenant six mois que Tenobi alternait entre l'arche écossaise et la Centre-Afrik. Il s'était installé dans un petit studio non loin du quartier estudiantin. Il n'était pas aisé de le croiser ces derniers temps. Il était toujours par monts et part vaut. C'était une situation temporaire puisqu'il était convenu que son départ défini se ferait après la cérémonie du jeune lionceau. Il s'y était engagé auprès de Sveda. Une femme qu'il avait plaisir à revoir régulièrement même s'il eu préféré faire ça sur leurs terres du sud. De même, il appréciait l'homme qu'elle côtoyait et avec qui elle avait eu le petit.

C'était justement le couple qu'il venait voir à la plage. Kent lui avait donné rendez-vous pour parler un peu plus précisément du bapthème du petit Samuel. Kussi arrivait en haut de la plage et chercha la petite famille du regard. Il repérait rapidement le dos de Carso.

- Bonjour vous deux. Il se baissait pour poser une main sur le crâne du petit. Salut Samuel. L'enfant était concentré sur les déplacements d'un minuscule crabe des sables. Je suis content de vous voir tous les deux. Vous allez bien ?

Un lien assez ancien existait entre la famille Tenobi et Tohum. Le grand-père de Kussi avait même était particulièrement proche de « Lucy Strauss » au moment où elle avait trouvé exil dans le village de ce dernier pendant la persécution. Depuis Sveda était régulièrement revenue sur ces terres.

- Alors, j'ai trouvé une bonne date. Il y aura une nouvelle lune le 19 octobre. Ça serait parfait.

« Ça laisserait le temps à Élias de revenir de Satan-Fé. Ce serait pas mal. Qu'est-ce que tu en penses ? » Demandait la rose à l'archéologue.

Kussi posait sa sacoche de cuir devant eux pour en extraire un livre protégé dans un tissu. Il le tendit à son amie avec un sourire.

« Tu l'as retrouvé ! Sveda soulevait délicatement la toile pour caresser la couverture du volumen. Je croyais l'avoir égaré lui aussi. Sveda releva ses yeux bleus sur Dante. Sa joie était perceptible.

- Il faudrait que vous appreniez tous les deux les textes. Je me chargerais de présider. La cérémonie en elle-même n'est pas très longue. Le guérisseur se chargea aussi d'expliquer exactement en quoi consistait ce petit rituel. Il n'y avait rien de véritablement sorcier, même si beaucoup déclaraient que ce genre de rituel apportait bonne fortune et protection contre les esprits malveillants.





Quand Samuel ne tint plus en place Sveda se chargea d'aller l'occuper un peu plus loin. Mère et fils reprenaient leur dialogue sans fin en retournant aux abords de l'eau, pour pénétrer dans le bout d'océan. Elle portait Sam pour qu'il puisse sentir le mouvement des vagues sur sa peau sans en avoir peur.

Cela laissait les deux hommes parler entre eux. D'abord Kussi se contentait de regarder le paysage, l'air paisible. Le soleil déclinait petit à petit dans le ciel. La plage était encore plus vide. Une impression d'éternité se dégageait de cette vue sans nuage.

 « Si un jour tes démons reviennent, viens me trouver loup des sables.  » Était-ce Tohum qui avait confié le secret de son amant, ou cet homme de croyance qui pressentait les choses ? Personne ne pouvait le dire. Kussi alla pour se relever. Les mains sur ses genoux il grognait sous l'effort. Il se redressa sur toute sa hauteur pour soulager son dos déjà usé. La poignée de mains se terminait en une embrassade fraternelle.  « Que ta vie soit paisible mon ami.»

L'Africain s'avançait tranquillement vers l'eau pour saluer Kent d'un signe de la main. Tohum le lui rendit avant de se pencher pour parler au bébé qui sourit. Le babillage de Sam recommença avec entrain.
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 938
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Dim 17 Sep 2017 - 10:13

Sa belle avait raison, quoique Samy développe, s'il développait quelque chose, ses parents seraient là pour l'aider et l'encadrer. Et il y aurait aussi la Potentiel Home. Depuis qu'il était avec Sveda, Caleb avait appris à mieux connaître cette école et il se disait que pour des enfants prodiges, cet endroit était parfait. Il gardait donc cette idée dans un coin de sa tête, mais il était bien trop tôt encore pour vraiment faire des plans concernant ce futur. Il fit un petit hochement de la tête, passant une main dans le dos de sa compagne pour le caresser un instant, déposant un baiser sur sa tempe.

- On a le temps de voir venir, tu as raison.

Le père alla donc ensuite profiter de la mer avec son fils, ils s'amusaient bien tous les deux. En fait, le loup ne voyait pas le temps passer quand il prenait soin de son gamin. Une preuve de plus qu'il ne regrettait clairement pas ce tournant dans sa vie. Bien au contraire! La venue de la lionne lui fit lever un instant les yeux sur elle, pour lui sourire, alors que le petit tentait d'attraper les vagues.

- Tout va bien. L'eau nous rafraichit. Plutôt qu'un loup des sables, Dante était un loup d'eau. Un élément qu'il appréciait particulièrement et dans lequel il se sentait bien. Il observa un instant Sam' qui tentait d'attraper les jouets que sa mère lui avait amenés. Ta petite cocotions semble marcher oui. Après tout, la dame avait l'expérience avec les petits, en général.

Dante était assis en tailleur, son fils dans le creux, barrière naturelle pour ne pas qu'il parte trop vite trop loin. Il caressa la tête du petit un instant, avant d'aller voler un doux baiser à celle qui était à ses côtés.

- Hum oui. Mais on en aura à nouveau bientôt. L'avantage de bosser dans une école, c'était bien les périodes de vacances plus nombreuses. Et puis, l'aventurier calmait un peu ses expéditions pour profiter de sa famille, même s'il lui fallait quand même partir de temps en temps. Beaucoup de chance même. Tous les jours, il se le disait.

Carso était heureux de cette nouvelle vie, de cette vie de famille. Il y avait quelque chose de tellement agréable. Oui, heureusement qu'ils avaient fini par croiser la route l'un de l'autre. Il aurait été dommage de rater un tel bonheur. L'ami de la belle des sables fit alors son apparition. Ils se connaissaient peu tous les deux, mais vu la confiance que Kent mettait en lui, Caleb ne pouvait que l'accepter dans leur entourage. Et puis, les émotions qu'il projetait le mettaient aussi en confiance.

Il était là pour parler du baptême, Sveda y tenait, à sa manière, Carso s'en était accommodé sans trop de problème, l'important était bien que Samuel ait droit à quelque chose. Qu'importe la croyance ou la manière de faire. Notre homme n'était pas difficile. Il salua donc l'africain d'une franche poignée de main, avant de laisser les deux vieux amis discuter, écoutant avec attention les explications sur la cérémonie. En bon anthropologue, il était toujours curieux d'en apprendre plus sur les façons de faire des tribus d'autres pays. Et que des rituels aient passés ainsi les âges, c'était tout simplement génial.

Regardant le bouquin, il l'ouvrit délicatement pour jeter un œil sur les textes, une langue d'un autre temps, il n'aurait pourtant pas de mal à l'apprendre, la connaissant. Hochant encore de la tête à la proposition de la date.

- Ça me va. Lui n'ayant clairement guère de famille, à part ses proches, Charlie, Castiel ou encore Snap, il serait facile de faire venir tout ce petit monde à la cérémonie. Il était donc normal de se calquer sur les proches de Tohum, puisqu'elle tenait à voir sa petite tribu présente.

Femme et enfant s'éloignant, l'italien les suivit du regard un instant, avant que la voix de son interlocuteur ne le fasse revenir vers lui, il se passa une main à l'arrière du crâne.

- Merci Kussi, j'y penserai. Que Sveda en ait parlé, ou que le sorcier l'ait ressenti, ne le dérangeait pas. Si on pouvait l'aider, il prendrait toute l'aide nécessaire. Se levant à son tour, avec un sourire chaleureux, il accepta l'embrassade fraternelle, lui tapotant doucement le dos. A toi aussi. Merci pour ce que tu fait pour elle. Il savait que cet homme était un protecteur.

Son portable vibra alors que Tenobi allait saluer sa compagne. Y jetant un regard, le petit sourire du loup se fit sur ses traits en voyant que la marraine était prête à passer une soirée en compagnie de son filleul. Parfait! Dans la foulée, il passa un coup de fil, non pas à son amie, mais à quelqu'un d'autre, préparant ainsi la petite surprise qu'il prévoyait. Il rejoignit ensuite sa petite famille, le soleil déclinant paisiblement au loin.

- Charlie vient chercher Sam' dans une bonne heure. On rentre?

Le temps de tout ranger, de retourner à l'appartement et de préparer ce qu'il fallait pour la garde du gamin, ils seraient pile poil dans les temps. Ce qui ne manqua pas. A peine le sac prêt, la porte sonnait, pour laisser entrer dans l'appartement une loutre un peu survoltée, qui se réjouissait de pouvoir garder son filleul. Une énergie qui ne manquait jamais d'amuser Caleb, qui s'en était accommodé depuis longtemps. A voir la tête de Samuel qui s'éclaira en reconnaissant la tête blonde, pas de doute qu'il était tout aussi heureux de voir cette femme. Ses mains se tendant déjà vers elle avec force.

Dernières recommandations données et sa comparse de voyage disparaissait avec leur gamin. Dante secouait la tête, riant légèrement, passant alors une main autour des hanches de Sveda, pour l'embrasser sur la joue.

- Pas besoin de se mettre sur son 31, mais je te sors quand même. Avec un petit ton mystérieux dans la voix, tandis qu'il allait passer des habits un peu plus chauds pour la soirée, après avoir passé à nouveau sous la douche, pour se séparer du sel qui maculait sa peau. Pantalon noir, pull a col roulé de la même couleur, ainsi qu'un veston. Un peu plus classieux quand même que d'habitude. Prête?

Quand ce fût le cas, il lui offrit son bras, alors qu'ils marchaient paisiblement dans les rues de la ville. A voir l'itinéraire, ils retournaient vers le centre. Restant on ne peut plus silencieux sur ce qu'il prévoyait, leurs pas les menaient de plus en plus en direction du prestigieux musée national d’Écosse.

- Je pense que ça va te plaire. Toujours de son ton malicieux.

Carso semblait très sûr de lui, mais comment ne pas l'être, avec ce qu'il allait lui présenter.

Codage par Libella sur Graphiorum
Caleb
Sphère Savoir
avatar

Messages : 160
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Dim 24 Sep 2017 - 22:46

La remarque de Caleb sur le passé des deux herboristes fit flotter un sourire sur les traits du sorcier Africain. Il laissait là ce remerciement, car il était modeste et aussi conscient que l'aide avait été mutuelle. Sveda avait été l'une de ses meilleures formatrices. C'était, en partie grâce à elle, que Kussi était l'homme qui l'était à présent. Il lui devait beaucoup. Puisqu'il n'avait pas réussi à empêcher la renaissance de Nikolas Cnossos, il se devait de protéger la descendance de la rose du désert.

« Que ta vie soit paisible mon ami.»

Le Sorcier s'était retiré avec le sourire. Il avait maintenant gravé dans sa mémoire le tableau de cette famille harmonieuse.

« C'est vrai ! C'est très bien. Oui rentrons. »

Pendant leur retour chez eux, Tohum observait les passants, la ville, songeuse. Revoir le jeune Tenobi lui faisait toujours penser à ces lointaines et magnifiques terres de la centre-afrik. C'était cette terre qui l'avait recueillit après son exil de Constantinople. C'était là-bas qu'elle avait mis au monde son premier enfant. La fille des sables en avait fait sa maison. Elle prenait la main de Caleb en repensant à la première soirée qu'ils avaient passé ensemble. Oui, l'Afrique l'avait toujours mise sur le bon chemin.

Sans que tout soit chronométré, la procrastination était oubliée, pour ne pas faire attendre la marraine du nourrisson. Pendant que Carso s'occupait de l'aspect technique sa compagne lava et habilla Samuel pour la soirée. Il se laissait faire en fixant sa mère avec un air interrogateur. D'ordinaire, quand le soleil se couchait, Samy était dans son berceau. Il écoutait leur voix en s'endormant. Mais, il était tout aussi d'accord pour s'assoupir dans les bras de la femme qui sentait le caramel. Il aimait se cacher contre elle et écouter le bruit de ses pas.

« C'est mystérieux. » Sveda ne dissimulait pas sa joie face aux initiatives de ce genre.

La belle avait profité de la douche de l'archéologue tant pour économiser l'eau que pour partager une complicité paisible. Elle sortit de la douche peu après le vieux loup d'eau. Écoutant son conseil elle sélectionna donc une robe plus chaude, une paire de collants et des bottines, accordant le tout avec un pull et une veste en jeans. Un rapide trait de crayon rehaussait ses yeux océans. Quelques bracelets d'argent aux poignets apportaient une touche finale à la tenue. Une infime goûte d'essence de rose glissée derrière l'oreille droite s'adressait uniquement au plaisir olfactif de son cher amant.

« J'aurais besoin de mes papiers ? » Hésitante à prendre l'ensemble de son sac.

Elle n'avait absolument aucune idée de ce que Dante avait prévu. Néanmoins, Sveda était confiante. L'homme connaissait des goûts et il était souvent imaginatif quand il s'agissait de faire plaisir. Pour ça, comme pour beaucoup d'autres points, ils se ressemblaient. C'était aussi l'une des raisons de leur réussite plutôt fulgurante. En particulier à leurs âges respectifs qui poussaient d'ordinaire à la prudence. Mais cette rencontre avait été loin de l'ordinaire, n'est-ce pas ?

Bras dessus bras dessous, Catherine jouait le jeu de la surprise, sans tricher, jusqu'au bout. Elle fit une première déduction lorsqu'elle comprit qu'il l’emmenait au musée. Il est vrai qu'elle n'avait pas été là-bas depuis quelques temps. Sam avait occupé son temps et son esprit de façon assez... exclusive depuis sa naissance. Mais petit à petit l'enfant et la mère se dissociaient. Le petit allait faire ses nuits et Tohum reprendre pleinement sa vie de femme.

« Il y a déjà une nouvelle exposition ? » Avait-elle seulement la programmation culturelle de la saison à la maison ?

Dant' lui avait parlé d'une prochaine exposition il avait de cela une semaine ou deux. Sveda peinait à s'en souvenir. Plus elle cherchait et plus elle s'égarait. Cela l'entraînait sur d'autres réflexions. Notement concernant la recherche autour du fameux collier de famille. Celui qu'elle lui avait donné dans l'espoir de retrouver une trace de ses ancêtres. Ils n'en avaient pas reparlé depuis un moment. Mais Tohum laissait ce sujet-là de côté.

« Tu vas me faire une visite privée ? » Lui demanda-t-elle en l'observant de biais avec le sourire.

Un tel privilège avait de quoi exciter sa curiosité. Inutile de préciser qu'une chercheuse comme elle était avide de découvertes et ce dans tous les domaines. Si en plus celui qui l'introduisait à des nouveaux mystères était son compagnon la chose était encore meilleure !
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 938
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Sam 7 Oct 2017 - 14:31

La suite par ici !
Caleb
Sphère Savoir
avatar

Messages : 160
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: Eastside :: Portobello-