Vedere ciò che si semina / Wairua

 :: Monde :: Vers d'autres arches :: Europe Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 2 Juil 2017 - 18:38
Vedere ciò che si semina

Feat. Wairua




Magus


Les tours de Dunvegan n'avaient pas résisté -elles non plus- aux attaques du temps. Pourtant Nikolas Cnossos pouvait revoir, en son intérieur,le glorieux château fort d'antan. Un temps où le monde était encore un. Un pincement tiraillait le cœur de la vieille dame. La nostalgie n'était pas de ses traits de caractère habituel. Mais, quelque-chose dans ce paysage provoquait cela. Ceux qui avaient connu le monde d'avant ne pouvait retenir, parfois, la mélancolie. A présent que les champs de force naturels se faisaient plus faibles, et que les îlots tombaient du ciel, certains murmuraient que le deuxième Armageddon serait aussi le dernier.

« This is not what we want; there is nothing more tedious, puerile and inhumane than love; yet it is also absolutely beautiful and necessary... » Chuchotait Strega. L'échos du regard, que porta un jour cette chère Virginia, sur l'ïle de Skye.

La Duchesse de Lampeduza était perchée en haut d'une colline verdoyante. Bien que l'été soit annoncé depuis plusieurs semaine, une capeline violine la protégeait des vents. Sous la capuche se cachait, un visage anguleux, d'une beauté froide. La femme portait autour de son cou un pendentif imposant. Pour tout croyant en la science de l'ancien monde, cet objet était le sujet de plusieurs légendes fantastiques. Il avait fallu plus de dix ans à la Sorcière pour retrouver la trace de son ancien bijou magique. Mais, il n'y avait pas plus déterminée que la fille du Roi Cnossos.

Elle se présentait à un rendez-vous donné par Wairua en personne. Il avait exigé qu'elle vienne seule. Aussi, après une longue négociation avec son époux, Nikolas avait obtenu que Maurice Pelletier reste à Édimbourg. L'homme de main pourrait ainsi garder un œil sur Lotte et Fawn dont Strega soupçonnait quelque frémissement de révolte juvénile. Il n'était pas encore le temps où ces petites prennent leur envol. La menace de Marisa convainquait d'ailleurs la Sorcière de se montrer encore plus exigeante et dure avec ces demoiselles.

Se détournant du paysage la dame descendit pour aller retrouver le lieu de la rencontre. L'occasion de songer une fois encore à l'homme qu'elle s'apprêtait à découvrir. Si les souvenirs de Sofia Lampeduza étaient sujet d'une souffrance de mère, ceux de Louisa Cnossos, se résumaient à la vision d'un nourrisson geignard. Nikolas n'avait jamais cherché à savoir ce qu'était devenue cette bâtarde. Elle savait du couple d'adoption qu'elle était morte jeune de lapidation. Un destin pour le moins tragique mais qui avait cependant libéré sa génitrice de s'en préoccupé un jour. C'est bien plus tard, que l'existence de « Marius » lui avait été révélée.

M. Wintertowne... En une révolution terrestre, le rapport entre les deux sorciers s'était considérablement dégradé.

Strega avait passé un accord avec Wairua. Mais l'esprit de rébellion d'un certain Lingbao avait récemment compliqué le marchandage. Nikolas avait été très souvent tentée de rompre sa promesse et d'approcher le jeune Wang. Mais la présence de « Magus » dans l'équation lui imposait des précautions supplémentaires. C'était une situation très désagréable pour une femme habituée à avoir le contrôle sur tout. Elle était d'autant plus contrariée, que les cartes elles aussi s'évertuaient à aller à l'inverse de ses désirs.

Comme convenue, seule et désarmée. A présent, je veux voir mon petit-fils.
Strega
Sphère Artistique
avatar

Messages : 285
Etat Civil : Mariée au Duc Lampeduza
Pouvoirs : Inibition du gène x chez autrui
Revenir en haut Aller en bas
Lun 3 Juil 2017 - 17:43



« And my heart is black as coal
It’s been mined and there ain’t no gold
It’s so dark in there but I don’t care
I will lay down in this emplty hole
Where my heart is black as coal. »
Andrew Peterson

Autrefois, l’île de Skye avait été une véritable réserve naturelle. Elle l’était toujours, même si Armageddon était passé par là, comme partout ailleurs. L’endroit continuait à conserver un charme reculé, encore plus éloigné désormais des arches plus métropoles comme Edimbourg. J’étais venu ici à plusieurs reprises. Avant, et après la grande tempête. Des recherches en ornithologie et en botaniques, qui à elles-seules avaient réussi à m’enthousiasmer assez pour revenir plusieurs fois. Désormais, c’est davantage la quiétude des lieux, ainsi que son isolement qui m’intéressaient.

Le rendez-vous avait été donné au pied d’une ruine, elle-même située au milieu d’un lac. D’énormes efforts de restauration avaient été effectués pour conserver ce qui restaient de l’ancien bâtiment médiéval, désormais sécurisé et visitable. Mais à cette période de l’année, peu de monde s’aventuraient jusqu’ici, touristes comme habitants. L’Île de Skye ne comptait plus beaucoup de population, du moins en ses terres intérieures.

Et puis, je trouvais le paysage apaisant.

Attendant que l’autre partie du rendez-vous arrive, je fixais les eaux calmes du lac, au bord de la rive. Mon reflet me renvoyait la figure d’un homme pâle, vêtus de noir. J’étais mieux qu’il y a quelques mois, juste après l’incident du sérum. Mais mes traits étaient désormais aussi fermés et insondables que la surface lisse du lac. Une deuxième silhouette se tenait à mes côtés. Johanna. L’aide de Sveda n’avait contenu mes illusions et cauchemars que durant quelques mois, ce qui avait déjà été beaucoup. Et désormais, même si elles commençaient à se manifester à nouveau, j’en avais un bien meilleur contrôle.

Lorsque le sourire de ma femme disparut, je sus que Cnossos était en train d’arriver. Je me détournais alors du lac et de sa contemplation pour aller à sa rencontre, et l’attendre devant l’entrée des ruines.

"Cnossos." Me contentai-je en guise de salutations. Nos rapports avaient considérablement évolués depuis ces derniers mois, et cela se sentait chez la dame. Pour ma part, la croissante indifférence à ce qui m’entourait avait remplacé ce que j’aurais pu ressentir. Je ne réfléchissais qu’en des termes tactiques désormais, et avec les quelques ressentis qui me restaient encore.

"Vous n’appréciez pas ce qui est en train de se passer." dis-je en inclinant la tête pour l’observer. Une affirmation plutôt qu’une question. Je me redressai ensuite. "Les termes de notre marché étaient pourtant assez clairs."

Après quelques instants, je levai une main et claquai des doigts. Une silhouette apparut au-dessus de nous, alors que l’illusion qui le maintenait caché se désintégrait. Cnossos avait beaucoup pouvoir réduire mes pouvoirs, mon ancienneté et la puissance de mon don me permettait encore de faire ce que je souhaitais dans le cas présent.

Le descendant que la sorcière souhaitait tant voir se tenait en haut des ruines, au bord de ce qui avait été autrefois les murs d’un château. Derrière lui, des ombres le surveillaient, l’empêchant de reculer. Ne restait que le vide, en face de lui. Un pas de trop, et c'était la chute.

"Voulez-vous redéfinir notre accord ? Mes revendications ne changeront pas." déclarai-je d’un ton égal, toujours en fixant la femme. "Mais nous pouvons discuter. Peut-être pourriez-vous commencer par me dire pourquoi ce jeune homme vous intéresse ? Quitte à avoir une garantie, j’aime mieux savoir ce qu’elle est exactement."
Wairua
Sphère Savoir
avatar
Messages : 139
Etat Civil : Veuf
Pouvoirs : Réincarnation, illusions, prédictions
Revenir en haut Aller en bas
Lun 10 Juil 2017 - 15:47
Vedere ciò che si semina

Feat. Wairua



Le vent s'engouffrait sous la cape. Il en faisait enfler la base comme les voiles d'un bateau. Les chants de la nature s'entendaient dans la vallée. Il y avait quelque chose d'un esprit gothique dans cette scène dés plus contemporaine. Le temps ne parvenait pas à éteindre le charisme de ces deux individus sans âge.

Ils l'étaient.

Derrière les yeux noirs de la Duchesse Lampeduza revint le visage de Xin Wang, épouse du très estimé Jao Wang. Tous deux assassinés au cours de cette année-là. Leur trépas était survenu trop tôt. Strega avait par là même perdu des subalternes de talent. A présent toute une génération de Wang se disputait la tête d'un empire illégal. Lin et Kim Wang se faisaient une guerre d'usure pendant que Lily-Viviane essayait d'attirer les nouveaux chefs de guerre chinois avec elle. Ce n'était que l'une des complications aux laquelles était confronté l'Ordre et non la plus dangereuse.

Nous devons recentrer les forces en présence. Tohum et son engeance sont un probléme de second plan.

Une onde particulière, invisible, passa entre les Immortels. Nikolas leva alors son regard vers les hauteurs. Sans réelle surprise elle découvre l'objet de l'entente suspendu à quelques centimètres du grand vide. Wairua était prêt à se débarrasser du prodige. Cnossos lui avait révélé le lien de parenté, qu'elle savait que « Magus » lui avait confessé depuis toutes ces semaines de séquestration. Que Marius soit du sang de Strega n'était pas l'élément le plus important de l'histoire. Il y avait, comme toujours, plus d'une strate dans cette intrigue.

Cet homme est un puissant Sorcier. Un compliment qui valait son pesant, venant de la bouche de l'une des plus anciennes pratiquante de l'art de la magie. Laissez-moi m'entretenir avec lui.




Magus

L'homme séquestré en haut de la colline était immobile. Il était grand, mince, avec des cheveux blonds grisonnants sur les tempes. Il n'y avait rien chez lui qui détonnait le moindre pouvoir. La pudeur extrême, avec laquelle il était vêtu, ne réussissait pas à cacher un regard puissant. Une puissance que l'on ne trouvait généralement que chez empereurs et les rois. Au contraire de sa pauvre mère, Magus, avait hérité de la force de la dynastie de Minos. Il jouait, lui aussi, une partie dans laquelle il était le maître des pions.

* Johanna ? Pensez-vous qu'ils sachent à quoi ils jouent ? * Sorel, sans la voire, pouvait sentir la présence des esprits qui harcelaient Wairua. Il avait une sorte de d'amitié respectueuse pour l'ange gardien du vieux fou.

Le regard acéré du magicien se concentra sur la silhouette de l'homme qui avait été son geôlier. Les deux hommes avaient passé beaucoup de temps ensemble. Ils avaient eu beaucoup d'occasions d'échanger sur le monde et son avenir. Marius s'était montré très collaboratif au point d'en être soupçonnable. Il n'avait d'ailleurs jamais réellement indisposé par sa condition de prisonnier. Il continuait de souffler des mots dans l'esprit du scientifique, tel l'esprit protecteur dont il s'était donné le rôle pendant les derniers mois.

* Voyons, Camille, ne vous laissez pas abuser par son air sévère. Cette femme est aux abois.* Susurra-t-il alors qu'il devinait la silhouette d'un des gardiens à canines de Strega. Deux ombres gigantesques à l'orée d'un sous-bois.

Une menace s'est révélée. Marisa Stone. Magus s'avéra être un second efficace.

* Un second ? * Le ricanement de Marius Sorel fondit dans le vent écossais. * Pauvre folle. Jamais je ne serais le second de qui que ce soit. *

Tout comme vous Anima. Catégorique et alarmante cette révélation tomba comme une lame.

* Nous y voilà... * Riait Magus dans un souffle interne.

Nul frémissement du regard, ou de l'âme, de la Sorcière ne trahissait son ressentit, concernant celle qui avait été son ancienne élève. Il n'y avait pas non plus de signe, qu'elle pouvait suivre ou non l'échange entre les deux sorciers masculins. Nikolas était, telle les figures peintes par les grands maîtres, une allégorie du pouvoir. Le pouvoir nocturne et solitaire, qui se dévoile uniquement quand tous les autres sont à terre.
Strega
Sphère Artistique
avatar

Messages : 285
Etat Civil : Mariée au Duc Lampeduza
Pouvoirs : Inibition du gène x chez autrui
Revenir en haut Aller en bas
Dim 6 Aoû 2017 - 11:24
De second plan… Ces mots voulaient à la fois tout et rien dire. Tous les événements autour de moi m’étaient de second plan, sans que je parvienne à savoir quelle était ma priorité. Restait cette promesse que j’avais faite à Sveda, et à laquelle je m’accrochais encore. Car je pouvais en saisir le sens et l’utilité. Alors que le nouveau problème évoqué par mon interlocutrice ne m’inspirait que peu. Je me contentais donc d’hocher les épaules, la laissant continuer.

Savoir que cet homme était un puissant sorcier, je m’en étais bien aperçu. Les mois pendant lesquels nous nous sommes côtoyés avaient accentué cette première impression. Une voix de plus dans mon esprit. Quoique, de la part de Cnossos, c’était un aveu assez étonnant. Et certainement non-exagéré. Puisqu’elle avait requis notre présence ici, je ne voyais pas d’inconvénients à ce qu’elle lui parle. Sans toutefois baisser entièrement ma garde.

Magus me comprenait sous certains aspects. Il savait pour mes fantômes, leur parlait tout comme il me glissait des mots dans l’oreille. Quoique, dans le cas présent, ce n’était pas nécessaire. Je me méfiais autant de l’un que de l’autre, ayant déjà pu constater ce que deux puissances comme eux pouvaient faire en se frottant l’un à l’autre. Je n’avais pas vraiment envie de me retrouver entre eux, même si c’était déjà en grande partie le cas.

Comme pour répondre à la vois du sorcier, Cnossos dévoila ce qui l’inquiétait au point de nous réunir aujourd’hui. Marisa Stone. Ainsi, se nommait cet étrange phénomène qui avait commencé à se mouvoir à nouveau ces derniers temps. Je l’avais senti, difficile de passer à côté. Mais n’avais jamais cherché à en savoir plus. Et c’était encore le cas aujourd’hui. Quoique, il y avait presque quelque chose de fascinant dans la réaction de mon interlocutrice. Je la détaillais en silence durant quelques instants.

"Cette menace… vous effraie-t-elle à ce point ? Ces alliances ne vous coutent-elle pas trop ?"

Celle-ci, bien sûr, mais également toutes les autres. Une plus grande menace permettait d’oublier les plus vieilles rancunes, mais à quel prix ? Et pour quelles conséquences ?

Le vent écossais nous enveloppait, amenant avec lui les murmures des voix du passé. Sans le voir, je pouvais sentir les ricanements de Magus. Lui non plus ne semblait pas convaincu. Pour des raisons qui lui étaient sans doute propres. Après un nouveau silence, je reportai mon attention sur Cnossos, et déclarai :

"Et si cette nouvelle menace m’importait peu ? Et si nous n’étions ni l’un ni l’autre tenté par votre proposition, qu’allez-vous faire ? Vous avez sans doute des arguments à présenter, des avantages à nous proposer. Outre l’inutile fierté de se joindre à une noble cause." J’inclinai légèrement la tête, la fixant avec plus d’acuité. "Même si elle est tentaculaire, je ne vois pas en quoi cette Marisa Stone est mon problème. Pas autant que le vôtre, ou celui d’autres personnes qui ont partagé sa vie… Notre accord portait sur des points bien précis, et je ne souhaite pas en ajouter, ou le modifier." répétai-je.

J’en avais vu d’autres, après tout. Et Cnossos aussi. Le fait que ce soit une sorcière également rendait peut-être ce problème plus personnel pour mon interlocutrice, ainsi que d’autres raisons. Mais, comme je l’avais dit à Sveda : peu m’importait. Je ne souhaitais m’investir dans aucun conflit, et avoir dû intervenir dans celui entre Cnossos et la Rose me suffisait déjà largement.
Wairua
Sphère Savoir
avatar
Messages : 139
Etat Civil : Veuf
Pouvoirs : Réincarnation, illusions, prédictions
Revenir en haut Aller en bas
Mar 15 Aoû 2017 - 23:38

Vedere ciò che si semina

Feat. Wairua



La dame gardait le silence durant ce qui semblait être un long moment. Seule une infirme tension au niveau de sa mâchoire trahissait une contrariété grandissante. Derrière son immobilisme se sentait la froideur d'un esprit méthodique et pragmatique. Cnossos avait beaucoup trop vécu de vies pour être encore surprise par le genre humain. Dés le départ, elle avait su que Wairua atteindrait ses limites avant l'heure. Seulement, l'heure n'était pas encore tout à fait venue.

Peu importe. Vous en tirerez bénéfice également.

Strega étudiait le visage de son interlocuteur. La lucidité lui interdisait de démontrer le moindre signe d'optimisme le concernant. Anima était un faible. Il s'était laissé corrompre par la maladie et la folie. Il n'avait pas su opposer une résistance assez puissante aux ravages du temps. Pour cette raison, il était perdu. Ce constat se faisait chez la dame immortelle comme elle eu pu constater le décès d'une vieille connaissance.

C'est donc que vous n'avez pas saisi l'enjeu face auquel se trouve notre race. Marisa est une femme retorde, ambitieuse, et ses actions finiront par vous atteindre que vous le vouliez ou non.




Magus

* Hum. Elle cache quelque-chose. * Sorel concentrait son regard sur la silhouette de sa grand-mère. Il essayait de passer outre les barrières protectrices qui s'enroulaient autour de cette âme.

Il faut parfois prévenir les dangers pour conserver le luxe de l'indifférence. Êtes vous trop sénile pour voir la réalité telle qu'elle est ?

* Elle aime les belles formules ! *

Magus faisait preuve d'une mesquinerie naturelle. On devinait sous sa moquerie les relans d'un enfant revanchard. Il conservait en son être la blessure de l'orphelin. C'était une vie de solitaire exilé qui avait formé une âme retorde. Peut-être l'était-il tout autant que son aïeule. La puissance qui circulait en lui -de lui- était palpable sur tout la colline. Une force qui était contenue et focalisée sur un seul et unique objectif.

N'allez pas vous imaginer qu'il est de votre côté. Rétorqua la Sorcière comme si elle avait pu sentir la pique de Marius.

Les alliances qui se formaient à cause de l’émergence de la menace étaient instables. Nikolas la première se défiait de ses confrères les plus sages. Elle pouvait sentir le goût des trahisons à venir. Elle en avait fomenté un certain nombre pour savoir comment les choses suivaient leur cours. Peu importait l'époque ou le lieu. Toute civilisation était destinée à s'éteindre. La seule différence, aux yeux de Donna Lampeduza, était qu'il y avait quelque-chose dans celle-ci qu'elle voulait préserver de la destruction.

Vous n'ignorez pas que beaucoup des antiques familles se sont frotté à la magie à un moment ou à un autre. Nuançons les termes du premier marché. Je veux un accès aux Wang et à leur magie.

Nikolas n'aurait pas entamé cette nouvelle négociation sans avoir préparé son terrain. Elle était en parfaite connaissance des résonances qu'avait la course au trône entre Kim et Lin Wang. Quoi que cela ne perturbait qu'une petite partie de l'Archipel. Elle savait aussi où s'était établie sa très ancienne élève. De même qu'elle savait que la lignée de la Rose cherchait à rassembler des forces. Que les Scottly étaient menacés. Fort heureusement, les sciences occultes permettaient d'appréhender les schémas dans leur ensemble.

Livrez moi Magus. Et je ferais en sorte de Johanna soit plus qu'un souvenir.

Cette fois Sorel ne riait plus. Les chiens eux mêmes semblaient attendre la suite.
Strega
Sphère Artistique
avatar

Messages : 285
Etat Civil : Mariée au Duc Lampeduza
Pouvoirs : Inibition du gène x chez autrui
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 7 Sep 2017 - 18:35
Je m’étais souvent retrouvé entre deux camps par le passé, et je pouvais dire qu’il y avait peu de choses aussi agaçantes et désagréables qui soient. Surtout lorsqu’on se trouvait entre deux feux, qu’ils soient faits avec les poings, les armes ou la parole. Aussi, cette situation ne me plaisait guère. D’autant que la cause qu’était venue nous prêcher la sorcière n’avait que peu d’intérêt à mes yeux. Elle semblait pourtant croire que je pouvais tirer mon épingle du jeu. C’était oublier que je ne réfléchissais plus en termes de bénéfices ou de pertes.

Et je n’étais pas dupe. Son regard inquisiteur laissait bien deviner ce qu’elle pensait de moi. Que j’étais au bout, inutile, faible. Elle pouvait bien penser ce qu’elle voulait, peu m’importait. Mais je n’étais pas aussi ignorant ou sénile qu’elle le laissait entendre.

"Cette description pourrait également tout à fait vous correspondre." répondis-je sur un ton plat lorsqu’elle me parla de Marisa, inclinant à nouveau la tête pour l’observer. "Et l’indifférence n’est pas un luxe. C’est tout ce qui me reste."

Les remarques moqueuses de Magnus venaient encore tendre davantage la situation. Comme les belles paroles de Strega, je les laissais couler. Quoi qu’il se soit passé entre ces deux, je voulais rester en dehors. Aussi, je répondis l’évidence même :

"Je n’ai de côté que le mien. Et j’y suis seul." Le vent souffla un peu plus fort autour de nous, et les ombres auprès de Magnus s’intensifièrent. Je croisai les bras, toujours sans quitter mon interlocutrice des yeux. "Pourquoi devrais-je m’occuper de cette Marisa ? Si la situation en est arrivé là, ce n’est nullement de ma faute. Plutôt celle de ceux qui l’ont côtoyée, la vôtre et celle de votre Ordre. Ce genre de magie est dangereux. Vous en savez les conséquences. Et si cette Marisa a la stupidité de s’en prendre aux mauvaises personnes, alors je m’en chargerais. Personnellement."

En dehors de cela, je n’étais pas là pour réparer les pots cassés des autres. Plus maintenant. Mais en parlant de magie, Nikolas semblait être intéressée par une en particulière, puisqu’elle inclut celle des Wang à notre contrat initial. J’arquai un sourcil.

"Et en quoi vous serais-je utile pour accéder à ce clan et à leur magie ?"

Ce n’était pas impossible. Mais d’autres seraient sans doute plus conciliants et obéissants que moi pour cette tâche. D’autant que je ne comptais pas changer ma part, et que cette dernière impliquait également Kim Wang. Mais la sorcière ne s’arrêta pas là. Sa dernière phrase fut accueillie par un silence soudain et assourdissant. Le vent s’était subitement arrêté et plus un bruit ne se fit entendre autour d’eux.

Puis, d’un seul coup, j’éclatai de rire. D’un rire fort, incontrôlable, presque dément. Le genre de rires qui étaient normalement réservés à mes crises de folie. Et peut-être y avait-il un peu de cela. Cela dura quelques instants, avant que le rire ne se fasse progressivement moins fort et que je parvienne à me ressaisir.

"Oh Cnossos, vous n’avez vraiment rien compris." Je me redressai pour la fixer, la dernière trace d’un sourire s’évanouit totalement pour laisser place à une expression plus dure. "Vous pensez que je suis faible, mais ce n’est pas moi qui m’accroche avec désespoir au passé. Peu importe ce que vous essayerai de faire, il y a un ordre immuable des choses qui sera toujours plus fort que vous. Et c’est plus qu’être faible d’essayer de s’y opposer, c’est risible."

La vie et la mort n’étaient pas de notre ressort. Nous étions une infime partie de cet univers, un grain de poussière dans un schéma infini.

"Et vous ?" m’adressai-je finalement à Magnus. "Vous n’avez rien à dire ?"
Wairua
Sphère Savoir
avatar
Messages : 139
Etat Civil : Veuf
Pouvoirs : Réincarnation, illusions, prédictions
Revenir en haut Aller en bas
Dim 10 Sep 2017 - 18:08
Vedere ciò che si semina

Feat. Wairua



Cnossos ne chercha pas à démentir la vérité. Marisa et elle étaient similaires, bien plus que ne l'était l'apprentie actuelle de la Sorcière. Aussi l'immortelle était à même de comprendre que l'ennemie irait jusqu'au bout de son entreprise. Cependant, elle se retrouvait face à un mur en ce qui concernait Wairua. Le deuil et la vieillesse en faisait une âme capricieuse et enfantine dans le raisonnement. Nikolas pinçait les lèvres, se faisant peu à peu à la possibilité qu'il ne réponde pas à ses attentes... de son plein grès.

Et vous serez responsable de ce qui va suivre si vous vous entêté dans cet inaction.

Strega avait un lien particulier avec les sciences occultes et cela depuis l'aube de son existence. Elle y évoluait avec la facilité dévolue aux talentueux. Quoi qu'elle n'ait pas de « don » innée, elle était une excellente exécutrice. Elle avait donc accès à une partie de l'univers. Les inquiétudes qui la réveillait avant l'aube étaient de plus en plus concrètes.

Par vos connexions avec le nouvel hérité. Madame Lampeduza n'avait guère besoin d'expliciter combien la situation était bancale, depuis que le couple régnant n'était plus des leurs. Ce n'est pas tout. Puisque notre implique que je ne dois pas faire de mal à vos proches, je vous suggère d'aller trouver ce Dante Carso. Il en sa possession un objet qui est mien. Pour lequel je l'ai d'ailleurs grassement rémunéré. Si vous souhaitez la perdurance de ce statu-quo faites en sorte qu'il me revienne... rapidement.

Les relations entre tous les anciens étaient compliquées, parce que les erreurs et les trahisons ne pouvaient pas s'effacer avec la mort d'une des parties. Lingbao n'était pas comme sa mère. Il refuserait de rencontrer Strega seul à seul. Pourtant, le temps était à la coalition. Bientôt des émissaires partiraient au quatre coins de l'archipel pour rencontrer les représentants de la magie. Des petites îles thaissiennes aux terres australiennes, il y avait de nombreuses lignées qui maîtrisaient différents aspects de cet art sans âge.

Il semble que la folie émerge déjà. Les expérimentations menées par Wairua avec Tohum avaient peut-être accéléré la dégénérescence de cette enveloppe et de son esprit. Cnossos en venait à se questionner sur ses capacités intellectuelles. Peut-être avait-elle sous-estimé les séquelles. Elle jaugea le scientifique alors, qu'elle orientait sa stratégie dans une nouvelle direction. Étés-vous seulement encore capable de faire la tâche que je vous ais confié Anima ?


Magus
IDENTITE : Marius Sorel
GROUPE : Voyageur
SPHERE : Economique
AGE : 42 ans
ETAT CIVIL : Marié avec un enfant
PROFESSION : Inconnue
POUVOIRS : Magicien
ETAT DE SANTE : /
LIENS : Petit-fils de Strega.
Prisonnier (allié) de Wairua



Au centre de cet amas ombrageux Magus devait mobiliser une partie de son énergie psychique à maintenir ses barrières mentales. Avec deux anciens de la puissance de Strega et Wairua dans le même espace, les ondes magiques commençaient à s'intensifier. Il espérait pouvoir en tirer profit pour recouvrir une liberté anticipée. Encore fallait-il réussir à occuper les deux prodiges assez longtemps.

- « J'ai plus de potentiel que celui d'une simple monnaie d'échange. » La distance entre eux n'avait aucun impacte sur la clarté de sa voix. Sorel testait la résistance des ombres sans en avoir l'air.

- « Rendez-moi ma liberté. Je trouverais la magie que vous voulez... mère-grand.» C'était un jeu dangereux que jouait cet homme. La Crétoise antique eu un petit rire diabolique. Au même instant les canidés infernaux sortaient enfin des sous-bois pour venir vers eux.


Strega
Sphère Artistique
avatar

Messages : 285
Etat Civil : Mariée au Duc Lampeduza
Pouvoirs : Inibition du gène x chez autrui
Revenir en haut Aller en bas
Dim 17 Sep 2017 - 15:50
Nous nous dirigions petit à petit dans une impasse. L’âge nous rendait l’un et l’autre borné, quoique d’une manière différente. Mais c’était souvent de cette manière que deux immortels finissaient par se comporter l’un envers l’autre : des divergences d’opinions les faisaient s’éloigner, petit à petit, ou brutalement. Et parfois, cela allait même plus loin. Néanmoins, je n’avais pas plus envie de voir la situation se dégrader au point de devoir en venir à l’action. Même si je n’hésiterais pas à le faire, si cela était nécessaire. Et cela, peut-être que Cnossos en doutait encore.

"Que je fasse quelque chose ou non, cela sera de toute manière de ma faute…" dis-je, plus pour moi-même en sachant que de toute manière, mon interlocutrice n’y accordait que peu d’importance. A moins que la légère pointe de colère dans ma voix ne lui signale que j’avais assez de fois vécu cette situation pour en être agacé.

La demande suivante de la sorcière avait de quoi me surprendre, mais à la réflexion, c’était la suite logique des choses. Kim était le nouveau dirigeant après la mort de ses parents, et le demi-frère de Sahar. Cela ne suffirait sans doute pas pour le convaincre, mais à quoi bon protester. Je n’en avais même pas envie. Il me faudrait trouver une solution, tout comme pour Carso. Ainsi l’exigeait Madame la Duchesse.

"Dois-je comprendre que nos recherches ne sont plus une priorité ? J’espère que vous ne comptez pas sur Kassianov pour avancer seul de son côté… Mais à dire vrai, peu m’importe." Je ne cachais pas mon avis sur l’incompétence de ce dernier, ni le fait que je ne l’appréciais pas. Mais je me pliais à notre contrat, tant que ce dernier était respecté. "Et quel est cet objet ? Est-ce que cela vous servira dans votre belle croisade contre votre nouvelle grande ennemie ?"

J’étais un brin caustique. Cela ne me plaisait pas de devoir à nouveau intervenir dans la vie de Sveda, et de devoir contacter Carso pour une raison aussi peu glorieuse. Mais mon interlocutrice et moi-même étions pieds et poings liés, et avions chacun notre part à respecter, que cela nous plaise ou non. Toutefois, à la première tentative de s’éloigner de nos clauses, je saurais me montrer impitoyable. La défunte Xin n’était d’ailleurs plus là pour en témoigner.

Mon rire se désintégra peu à peu dans la brume, mais un rictus resta quelques instants encore sur mes lèvres. De la folie ? Peut-être. Il devenait difficile de la distinguer de la fatigue et de l’épuisement mental. Mais je restais encore maître de moi, preuve qu’une crise n’était pas pour tout de suite. Cela suffit cependant à inquiéter Cnossos. Pas pour moi, bien sûr, mais sur mes capacités à la servir.

"Il est un peu trop tard pour s’en inquiéter, non ?" répondis-je en me redressant, plus sérieux. "Si vous arrêtez de mentionner pareilles stupidités concernant ma vie privée et que vous répondiez ensuite honnêtement à mes questions et de vos défauts, peut-être bien. A vous de voir."

Magus de son côté continuait à fanfaronner. Ce fut ensuite au tour de la sorcière de rire, avant que des formes ne sortent des bois. Au même instant, les ténèbres se renforcèrent autour de nous et d’autres ombres semblables à celles qui entouraient le sorcier apparurent au pied des ruines. Elles prenaient la forme de silhouettes fantomatiques, sans visage, mais étaient tout aussi tangibles que le sol sur lequel nous nous tenions.

"Au moins, je constate ne pas être le seul à avoir une famille dysfonctionnelle." commentai-je sobrement, avant d’ajouter : "Tout cela commence à me fatiguer. Mettez-vous d’accord l’un et l’autre, que l’on en finisse. Mais au premier pas de travers, je ne resterais pas sans réagir."
Wairua
Sphère Savoir
avatar
Messages : 139
Etat Civil : Veuf
Pouvoirs : Réincarnation, illusions, prédictions
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Monde :: Vers d'autres arches :: Europe-