Kiss kiss fall in love ! || Charlie

 :: Édimbourg :: Eastside :: Autres lieux Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 29 Juin 2017 - 19:33



« All I really need is love, but a little candy now and then doesn’t hurt! »
Charles Schulz

Une horloge dans le lointain tapa les dix heures piles, et presque en même temps, ma montre à gousset fit de même. Cela me rassura un peu, mais pas totalement. Je jetais un coup d’œil sur la mer et les reflets du soleil qui l’inondaient de lumière. Enfin, plutôt le bout de mer qui avait été reconstitué après Armageddon. J’avais demandé à des chercheurs en biologie marine comment un tel miracle avait été possible, et, pour être sincère, je n’avais toujours pas vraiment compris. Mais le plus important, c’était sans doute que l’on puisse continuer à profiter de la vue et de ce morceau de mer.

De l’autre côté, les portes du parc d’attractions furent ouvertes, laissant déjà s’engouffrer des familles, des jeunes et d’autres couples. C’était un toute une série d’attractions et d’animations qui avaient été construite sur une grande jetée et sur une partie de la côte à l’occasion de l’exposition universelle de cette année. Mais j’avais entendu dire qu’ils songeaient peut-être à rendre permanent cette fête foraine éphémère. Même si, à dire la vérité, je n’y avais jamais vraiment prêté attention, jusqu’à récemment.

Et puis, il s’était avéré, à la réflexion, que cela pouvait être un lieu qui pourrait plaire à Charlie. Et un lieu qui pouvait être agréable pour passer une journée. A nous deux, de préférence. Alors, j’avais fini par lui proposer un rendez-vous ici, devant l’entrée, vers dix heures et quart. Sans que je sache pourquoi, cette idée m’était venue… naturellement, sans que j’y pense vraiment. Ce qui n’était pas plus mal, car autrement, je ne sais pas si j’aurais eu le courage de préparer tout cela et de lui demander…

Je pensais être trop nerveux la nuit d’avant pour dormir, mais j’avais étonnamment passé une excellente nuit. J’avais même pensé à préparer mes affaires hier soir pour ne pas avoir à y réfléchir et à perdre du temps. Quoique pour être honnête, je ne me souvenais pas l’avoir fait. Quoi qu’il en soit, j’attendais désormais Charlie devant l’entrée, un simple jeans et une chemise blanche pour pouvoir supporter la température estivale que nous avions aujourd’hui. Ou celle causée par le stress de plus en plus important que je ressentais, au fur et à mesure que l’heure du rendez-vous approchait.

Lorsque j’aperçus une tête blonde familière à travers la foule, je sentis mon cœur déraper, ce qui ne manquait pas à chaque fois de m’angoisser davantage. Jusqu’à ce que je finisse par remarquer que mon cœur continuait à fonctionner tout à fait normalement, sans aucun accroc. Peut-être qu’un jour, je m’y ferais totalement. Et puis, il fallait avouer que voir Charlie et être avec elle aidait bien vite à oublier ces soucis de cœur.

"Bonjour Charlie." la saluai-je avec un sourire à la fois un peu intimidé, mais profondément ravi. "Tu vas bien ? Merci d’avoir accepté de venir, j’espère que ça va te plaire."

Je sortis les tickets VIP, que j’avais un jour trouvé par hasard sur mon bureau, et qui nous permettaient d’entrer en évitant le gros des files.

"Heureusement, Lily-Rose a accepté de s’occuper de Tulio et Miguel. Elle a promis qu’ils s’amuseraient tout autant que s’ils étaient venus avec nous." ajoutai-je en attendant de pouvoir entrer. Cela avait d’ailleurs été inhabituel qu’elle se proposer aussi vite et avec autant d’énergie. Je veux dire, encore plus que d’habitude.

Mais finalement, ce n’était pas une mauvaise chose. Je pouvais passer la journée seule avec Charlie, même si je m’en voulais un peu de me montrer aussi égoïste. Et ce, même si je ne pouvais m’empêcher de me retourner de temps à autre. J’avais l’étrange impression d’être observé, mais c’était sans doute la pression au travail et la nervosité face à cette journée qui me rendait suspicieux. D’autant que je ne voulais pas laisser ce genre de choses gâcher cette journée qui s’annonçait déjà fort belle.


GEAR / JOY


Dissimulé derrière un stand qui vendaient des ballons colorés, Gear et Joy observaient le couple un peu plus loin, vers l’entrée. Le premier était vêtu d’une casquette, de lunettes de soleil, d’un polo de sport et d’un bermuda qui changeaient de son habituel bleu de travail, tandis que la seconde avait troqué son uniforme pour porter une robe estivale bleu ciel, la tête sous un grand chapeau de paille et le regard caché derrière de larges lunettes de soleil en forme de cœur. A les voir ainsi, on les prenait pour un père et sa fille qui venaient passer une journée ensemble au parc d’attractions, ce qui était tout à fait le but recherché.

Sauf que les deux étaient bien plus trépignants et agités que la plupart des enfants autour d’eux.

"Ça y est ! Ils se dirigent vers l’entrée !" se réjouit la jeune femme avec enthousiasme.

"Quand même, il aurait pu la complimenter sur sa tenue, ou lui dire qu’elle était encore plus belle aujourd’hui que d’habitude. Ou mieux, lui donner un bisou de bonjour. Et qu’est-ce qu’ils attendent pour se tenir la main !" soupira Elias, toujours aussi dépité par le comportement de son ancien assistant.

"Ça va venir, je suis sûre ! C’était un plan de génie que tu as eu !" dit-elle en se retournant un moment vers lui, sachant pertinemment qu’il serait heureux d’être flatté ainsi et que cela l’empêcherait de trop râler. Ce qui marcha parfaitement.

"Ouais, je sais." répondit-il avec un sourire espiègle et fier. "Mais c’était du boulot. Lui parler du parc d’attractions plusieurs fois pour le faire entrer dans son inconscient, laisser les tickets en évidence sur son bureau, mettre un somnifère dans son thé, préparer ses vêtements… Heureusement que je suis là, hein !"

"Et surtout, cacher un micro pour qu’on puisse écouter ce qu’ils se disent et retransmettre aux autres !" ajouta Lily-Rose avec un clin d’œil, sortant son téléphone, relié en vidéo-conférence à une salle de la Potential Home qu’ils avaient loué exprès pour retransmettre en direct cette journée et leur filature. Toutes les personnes avaient été invitées à y venir, sans qu’Alex soit au courant bien sûr. Joy avait même envoyé des invitations à Delight et sa famille, ainsi qu’à d’autres des amis de Dastan. Elle avait même pensé à commander un buffet et du popcorn pour les spectateurs. Le téléphone de Gear, lui, était effectivement branché sur le micro habilement dissimulé. Rien n’allait leur échapper !

"Allez, on va les suivre. Sinon, on va finir par les perdre !" annonça-t-elle à la fois à Elias et à son téléphone tenu façon VLOG, à l’attention des gens à la PH. Elle tira le mécanicien derrière elle, filant à toute allure pour entrer à son tour dans les file des billets VIP, tout en prenant bien soin de ne pas se faire remarquer par le couple un peu plus loin devant. "Tu crois qu’ils vont commencer par quelle attraction ?"

"Je crois plutôt qu’ils vont faire d’abord un premier arrêt aux stands de nourriture. Vous ne pensez pas, les gens ?" répondit Gear avec un sourire en se penchant pour faire face au téléphone et voir les différents visages. Entre certains élèves, il y avait notamment Ailein la bibliothécaire, Pyros, et Kender accompagnés de Miguel et Tulio, puisqu’elle avait pris la relève de Lily-Rose pour faire la baby-sitter. Ces derniers étaient bien traités, entourés de montagnes de nourriture et de jeux, et la directrice de la House Social se tournaient régulièrement vers eux pour jouer avec eux.

La mission parc d’attractions ne faisait que commencer !
Dastan
Sphère Technique
avatar
Messages : 646
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps



Don't waste your time or Time will waste you



Don't click... unless you wanna be blinded (a)

Revenir en haut Aller en bas
Ven 30 Juin 2017 - 18:17


Kiss kiss fall in love!
Un pinceau à la bouche, à genoux sur ma toile, j’ajoute les derniers éléments. Quelques raies de lumière par-ci, quelques traits de plus dans l’horizon. Et mon levé de soleil est terminé. Je me recule donc pour poser mon séant sur la pelouse de la Potential Home et j’admire ce ciel qui j’ai peint mais qui a déjà largement changé de couleur. Les heures ont passées, et j’ai réussi à les occuper, parfait ! Je devenais folle à tourner en rond dans ma chambre, je voulais que la journée arrive.

Et les cloches sonnent. Neuf coups. Quoi, déjà ?! Je me redresse d’un coup, attrapant mes affaires dans la foulée, et je cours me préparer. Je perds surement quelques feuilles au passage, mais je n’ai pas le temps de m’arrêter. Ni l’envie. Ce sera un cadeau à qui les trouvera. J’ai un rendez-vous que je n’ai pas envie de manquer.

Poussant la porte de ma chambre avec mon pied, je lance mon chargement le lit. Je me fraie un chemin jusqu’à la table ou j’ai remarqué un paquet. Sur le paquet un mot. « Pour ton rendez-vous. – Joy ». Je souris. Peut-être même que je rougis. Un ange, cette fille-là. J’ouvre donc le dit-paquet pour y découvrir une petite robe bleue, bariolée d’étoiles, de nuages et de plein de friandises ! Elle me connaît bien. Si bien qu’elle sait que j’avais juste prévu d’enfiler mon habituel combo short-débardeur-chemise en flanelle. Je troque donc mes vêtements de peinture pour la robe et son leggin mi-long. Mais je peux pas m’empêcher d’y rajouter mes touches habituelles. J’enfile donc tout de même une chemise en flanelle légère comme pare-soleil, mon sac Miguel et mes bottines de marche.

▬ Là, comme ça, c’est mieux !

Lassant mes cheveux en arrière, j’en profite pour lancer un regard à ma montre. Bejesus, si je me mets pas à courir pronto, je vais finir par arriver en retard. J’attrape donc mon pass sur la table basse et je me mets à courir. Une vraie fusée. Tellement rapide que je réussis à avoir cinq minutes d’avance. Cinq petites minutes, certes, mais cinq minutes quand même. J’arrive donc sur la jetée, prête à profiter de sa fête foraine. Et prête à profiter de la compagnie d’Alex qui m’a invité pour l’occasion. Ne pas rougir. Depuis le mariage, j’avoue que c’est assez confus dans ma tête. Je ne suis toujours pas sure de ce que je dois faire, bien au contraire. Mais une chose est sure, en tous les cas, j’aime passer du temps avec ce dadet et je compte bien en profiter un maximum.

D’ailleurs, le voilà qui apparait au loin. Je presse encore le pas, pour le rejoindre en courant. Quand soudain une question me frappe. Est-ce que je peux encore le koalatiser ou non ? J’ai beau être ethnologue, je connais mal cette civilisation-ci. J’aurais dû lire un manuel ! Quoi qu’il en soit, quand j’arrive à sa hauteur, je suis tellement prise dans mes questionnements que je m’arrête simplement devant lui, drift style. Et je lui souris. Grand. Très grand. Tellement grand que j’en ai mal aux joues mais c’est plus fort que moi. Je crois même qu’elles sont un peu rouges. En tous cas, elles tiennent vachement chaud. Peut-être que c’est la course ? Peut-être.

▬ HELLOOO ! que je commence par répondre. Tu rigoles, j’espère ? J’aurais raté ça pour rien au monde !

Tant le rendez-vous que la fête foraine. Mais je m’abstiens de préciser. Je le laisse plutôt sortir ses deux billets tranquillement. Dans la file, il m’apprend que Lily-Rose a promis d’assurer à Tulio et Miguel – qu’elle devait garder pour la journée – une journée aussi fun que la nôtre.

▬ Hum.. Tu crois qu’elle va réussir à concurrencer la barbe à papa, les montagnes russes et surtout notre compagnie? Je demande, le sourire en coin. LET’S GO !!

Je prends une pose déterminée, comme si, à la fin de la journée, cette fête foraine serait à moi. Dans mon élan d’enthousiasme, je l’attrape donc par le bras pour l’entrainer avec moi. Bien évidemment, le premier arrêt sera : LA BOUFFE, pardi ! Non, non vraiment, je ne perds jamais le nord. Mais on m’a dit le plus grand bien de la nourriture dans ce genre de lieux ; alors je dois aider la science et aller vérifier par moi-même !

Edge
Sphère Savoir & Militaire
avatar
WEEEEEE UNICORNS!!! OWO
Messages : 324
Etat Civil : Veuf
Pouvoirs : Reverse



If opposites attract we must be the exact same person.
 

“& without the bad, there would be no good.”
Revenir en haut Aller en bas
Dim 2 Juil 2017 - 16:03
Son sourire me rassura autant qu’il me réchauffa le cœur. Ou peut-être que c’était déjà la chaleur de la journée. Quoiqu’il en soit, je le lui rendis, tout à coup moins appréhensif que la seconde auparavant concernant cette journée. L’espace d’un instant, plus rien d’autre n’avait d’importance que sa présence à mes côtés. Jusqu’à ce que je redescende sur terre. Même si ça m’aurait aussi tout à fait convenu, il serait dommage de rester devant l’entrée alors que la fête foraine nous attendait à quelques pas. Surtout que cela semblait enthousiasmer Charlie, et me faisait dire que je n’avais pas visé trop mal en termes d’activités.

"Oh tu sais, Lily-Rose sait être très créative quand elle veut. Elle me surprend toujours. Alors, je lui fais confiance là-dessus." répondis-je avec un petit sourire. C’était le moins qu’on puisse dire la concernant. Surtout quand elle avait Elias avec elle pour inventer Dieu sait quelle bêtise. Mais bon, ils n’étaient pas là aujourd’hui, heureusement.

A peine entré à l’intérieur, Charlie m’attrapa le bras pour m’entraîner avec énergie en direction des stands de nourriture. J’avais bien fait de ne rien manger ce matin, et très peu hier soir. De toute manière, j’en avais été incapable. Mais, tout à coup, mon estomac semblait se réveiller de sa torpeur, et je n’allais pas dire non à un petit quelque chose pour le remplir. Ni à un thé, si je pouvais trouver cela ici.

"Tu as fait de la peinture ?" demandai-je dans la file pour le premier stand que nous avions trouvé, celui qui faisait des crêpes, en constatant une tache dans ses cheveux. Ce qui me fit penser à son apparence en général, et j’entendis dans ma tête la voix d’Elias, essayant de me rappeler ou d’imaginer ce qu’il m’aurait dit de faire dans une telle situation. Quoique, ce n’était peut-être pas une bonne idée… Je tentais toutefois, un peu hésitant : "Et euh, c’est… très joli, ta tenue. J’aime… bien."

Sentant le rouge me monter aux joues, je fixais volontairement le panneau présentant les différentes sortes de crêpes à commander. Sentant mon estomac jouer au trampoline, je me demandais si c’était une bonne idée de manger quelque chose, finalement. Quoique, n’avoir rien dans le ventre n’était peut-être pas terrible non plus.


GEAR / JOY


"Bien sûr que je sais être créative, il a pas idée !" rétorqua Joy avec un sourire et un petit rire diabolique. Et puis, à les voir, Miguel et Tulio avaient pas l’air malheureux, au contraire ! Être avec tout ce monde pour leu donner à manger et leur faire des câlins, dans une ambiance festive, ça pouvait que leur plaire ! Joy entraîna ensuite Elias à leur suite, pour constater que ce dernier avait visé juste en parlant des stands de nourriture. Un petit bruit d’estomac se fit alors entendre. "Je prendrais bien aussi un truc. Avec toutes ces préparations, j’ai pas eu le temps de manger. Et j’espère que vous me garderez quelque chose à la PH !"

Avec la présence de Delight, il semblait effectivement que les spectateurs n’allaient ni mourir de soif ou de faim. Gear ayant eu sa nourriture de base, à savoir une bonne cafetière entière, il put observer le duo s’approcher du stand à crêpes sans être distrait par l’odeur de nourriture. Une idée germa alors dans son esprit.

"Va t’acheter quelque chose, je tente une première approche discrète."

A petits pas, il s’approcha de l’arrière du stand, et y entra. Il embobina le patron en lui parlant d’une surprise pour deux de ses amis, et un tablier ainsi qu’un masque hygiénique plus tard, il se trouvait à l’avant pour servir les clients. Lorsque vint le tour de Charlie et Dastan, il leur servit leur commande, et ajouta une immense couche de crème fouettée sur celle de Dastan.

"Et voilà pour les amoureux !" dit-il avec un horrible accent français à couper au couteau. "Bon appétit ! N’oubliez pas de vous tenir par la main, car aujourd’hui, c’est la journée internationale de la main dans la main !"

Alex fronça un sourcil, un peu perplexe, mais finit par accepter la crêpe. Ce faisant, Gear quitta le stand pour retrouver Lily-Rose, qui s’était installée un peu plus loin, une gaufre à la main, et qui n’avait rien manqué du spectacle. A eux deux, ils observèrent le duo finir le tour des autres stands, en tout particulier Dastan. Ce dernier tenta de manger sa crêpe sans en mettre partout, ce qui ne fut pas le moins du monde aisé. Et, inéluctablement, il finit par mettre de la crème fouettée un peu partout sur son visage.

"On va voir si Charlie va laisser autant de sucre lui échapper." indiqua Gear avec un sourire fier sur les lèvres. "Comme quoi, la maladresse d’Alex pourra nous servir à quelque…"

"Elias ?"


DATA


Les deux se retournèrent vers la personne, surpris d’avoir été reconnus. Mais lorsque Gear reconnut l’homme, et après quelques secondes, son regard s’illumina et il lui adressa un grand sourire ravi. L’homme, au contraire, continuait à le fixer avec un regard suspicieux et perplexe.

"Dany ! Qu’est-ce que tu fais là."

"Rendez-vous professionnel. Un client voulait que je lui amène des données ici." répondit Data sur un ton qui signalait que cela ne lui plaisait pas vraiment de venir dans une fête foraine, même pour le boulot. Il plissa un peu plus des yeux pour observer les deux autres, et en particulier leur accoutrement. "Ma question, c’est plutôt ce que toi tu fous ici habillé comme un p*tain de touriste ?"

Pendant qu’Elias lui expliquait brièvement leur mission d’espionnage, Lily-Rose fixait le nouvel arrivant avec des yeux pleins d’admiration. Croiser un détective, c’était toujours quelque chose, et Data avait définitivement une classe qui l’impressionnait toujours. De son côté, ce dernier écouta les explications d’Elias, de plus en plus perplexe.

"Sérieusement, Elias ?" finit-il par répondre avec un soupir, mettant de côté la lancinante envie de se facepalmer. "Tu ne peux pas leur fouttre la paix ? Et en plus, tu embarques une élève dans tes plans foireux ?"

"Ça fait un an qu’ils sont trop tranquilles !" protesta Elias avec une moue boudeuse. "Regarde-les, ils se tiennent même pas la main !"

Lily-Rose les observa se disputer, la tête inclinée. C’était assez drôle de les voir interagir, et Elias se comportait toujours un peu différemment quand il croisait Data, elle l’avait déjà remarquée. L’aura du détective, à n’en pas douter.

"En plus, vous n’êtes vraiment pas discrets…" termina-t-il en les observant avec un autre soupir.

"Venez avec nous alors !" déclara Joy avec bonne humeur, une lueur dans le regard. "Vous allez nous montrer comment faire !"

"Bonne idée ! Viens avec nous Dany !" renchérit Elias. Devant l’air profondément dubitatif et réfractaire du détective, il ajouta, en faisant de grands puppy eyes. "S’il te plaît."

Data le fixa, hésitant quelques instants avant de capituler avec un soupir.

"Faut bien quelqu’un pour vous surveiller…. Mais je te préviens, je reste à l’écart, et je ne porterai aucune responsabilité si ça vous retombe dessus. Je veux pas d’ennui avec la direction de l’école…"

"Mesdames et Messieurs !" dit Joy en se tournant vers son téléphone. "Retournement de situation ! Nous avons désormais un détective dans notre équipe !"

Ce qui me sembla pas rassurer ni enthousiasmer le nouvel arrivant le moins du monde. Mais le timing fut parfait, car, à cet instant, le couple d’amoureux avait quitté le dernier stand pour prendre la direction de la grande roue.
Dastan
Sphère Technique
avatar
Messages : 646
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps



Don't waste your time or Time will waste you



Don't click... unless you wanna be blinded (a)

Revenir en haut Aller en bas
Mar 25 Juil 2017 - 11:55


Kiss kiss fall in love!
Et il me sourit en retour. Je sens mes joues rosir et mon ventre me chatouiller, sans trop savoir pourquoi mais je m'en fiche. C'est agréable. Mais pas le temps de niaiser, y l'Aventure avec un grand A qui nous attend! Je capture donc son bras et l'entraîne avec moi à l'intérieur. La nourriture n'attend pas!

Quand il mentionne le fait que Lily-Rose sait être plus qu'inventive, je ne peux que confirmer!

▬ Ah ça c'est bien vrai, ils sont dans de bonnes mains!

Miguel et Tulio ne risquent pas de s'ennuyer avec elle, pour sûr! Et nous non plus d'ailleurs, parce que je viens de repérer les stands d'où viennent ses odeurs si alléchantes. N'attendons plus! Je continue donc de le tirer avec entrain vers le premier stand à notre portée. Des crêpes, parfait! Ça promet d'être une bonne journée!

Alors que je parcours la carte pour essayer de me décider - ce qui est assez compliqué quand je voudrais la commander en entier, et peut que c'est ce que je vais faire - il me demande si j'ai fait de la peinture. Je lâche le panneau aux 40 crêpes des yeux pour les poser sur lui; plissés façon chat sphinx. Comment il sait ça? Je tente de trouver une réponse à ce mystère quand il me complimente sur ma tenue. Et j'oublie ma question.

▬ Oui, elle est jolie hein? So much SUGAAAR! que je m'extasie, en montrant les motifs. C'est Lily-Rose qui me l'a offerte! Bon, je l'ai arrangée à ma sauce, j'avoue mais... Mais merci, t'es pas mal non plus!

Je termine ma phrase avec un grand sourire et un wink. Ah ça, j'ai pas perdu ma sacrée habitude de l'embêter. Jamais même! Parce que c'est toujours trop drôle de le voir démarre au quart de tour!

Lorsque vient notre tour, je finis par commander une crêpe au sucre. Parce que les classique c'est quand même indétrônable, quoi qu'on dise! Et je sais pas ce qu'a choisi Alex mais vu la couche de crème fouettée, ça peut qu'être un bon choix. On dirait un petit nuage! Mais j'ai pas le temps de m'attarder plus quand j'entends le vendeur, qui nous tend nos graal. Pour les amoureux... la mes joues c'est même plus qu'elles rosissent, elles sont carrément en feu! Mais je souris et je le remercie. Il a pas tort, et encore une fois c'est agréable. Sauf qu'il continue. Apparemment aujourd'hui c'est la journée internationale de la main dans la main. Hum... Encore une tradition occidentale dont j'ai pas eu vent. Je la note dans mon crâne mais pour le moment nos mains sont assez occupées à quelque chose d'important: manger des crêpes!

Et mon comparse semble avoir du mal avec son mouton de sucre. Si j'avais été lui, j'aurais plongé le museau dedans sans même attendre! Mais il essaye de faire ça propre. Je dis bien essaye, parce qu'il finit au moins autant dans le même état qu'avec ma technique. Et je ris. Il a même réussi à s'en mettre sur le nez. Je m'approche donc, et je récupère le surplus avec mon pouce. Que je viens me foutre en bouche après. Je fais pareil avec la montagne sur sa joue. Parce que le sucre, ça se gâche pas pardi!

Après cet interlude sucré, l'est temps d'aller s'amuser un peu! Je lui indique donc la grand roue. J'ai toujours voulu l'essayer! Frottant mes mains contre ma chemise pour finir de les essuyer, je lui en tant une.

▬ Il faut faire honneur aux traditions! j'ajoute en souriant.

Après tout, on peut voir tout autour de nous plein de gens se balader main dans la main, c'est que ça doit être vrai!


Edge
Sphère Savoir & Militaire
avatar
WEEEEEE UNICORNS!!! OWO
Messages : 324
Etat Civil : Veuf
Pouvoirs : Reverse



If opposites attract we must be the exact same person.
 

“& without the bad, there would be no good.”
Revenir en haut Aller en bas
Sam 29 Juil 2017 - 20:39

GEAR / JOY / DATA



Notre trio se dirigea à la suite des amoureux vers la grande roue. Tandis que Gear marchandait avec le responsable pour que le tour soit plus long, Data tira Lily-Rose par le col, la ramenant in extremis vers lui alors qu’elle s’élançait avec énergie et bonne humeur pour prendre la nacelle juste après celle des deux amoureux. Il lui lança un regard à la fois las et agacé, lui indiquant la nacelle d’après.

"Discrétion, vous connaissez ce mot ?"

La question était purement rhétorique. Même en étant deux cabines plus loin, il doutait de pouvoir passer inaperçus en compagnie de ces deux énergumènes. Heureusement pour eux, le couple semblait trop absorbé pour les remarquer. Du moins, jusqu’à présent. En poussant un énorme soupir, il suivit Elias et Lily-Rose à l’intérieur de la nacelle, s’asseyant en croisant les bras, sans faire d’efforts pour cacher sa mauvaise humeur.

De toute manière, les deux autres avaient assez d’énergie et d’enthousiasme pour un endroit aussi étroit. Paradoxalement, les voir s’agiter autant épuisait le détective. D’un autre côté, il fallait bien quelqu’un pour veiller sur eux. Et puis, dans cette nacelle et loin des autres, peu de risques qu’ils parviennent à se faire remarquer. Du moins, c’était ce qu’il croyait.

La grande roue tournait avec lenteur, mais leur nacelle se trouvait déjà à une vingtaine de mètres du sol. Pendant qu’Elias et Lily-Rose observaient le couple un peu plus haut en commentant tout ce qu’ils pouvaient apercevoir, Data laissa son regard dériver, contemplant la vue sur l’océan que leur offrait la hauteur. Cela aurait pu être presque apaisant, si les deux autres ne s’agitaient pas autant. Il fit de son mieux pour les ignorer.

"Bon, la main, c’est fait !"

"Etape suivante maintenant ! Le bisou ! Il faut qu’on arrive à les influencer depuis ici..."

"J’ai une idée !"

Le balancement de la nacelle, les bruits de foule qui s’éloignaient et le lointain chant des vagues avait commencé à endormir Data, ce dernier fermant les yeux pour profiter de cette pause dérobée à un emploi du temps qui lui laissait peu l’occasion de dormir. Lorsqu’une musique résonna à un volume tel qu’il sursauta brusquement.

"Embrasse-lààààààà ! Shalalalalala, il est intimidé, il n’ose pas l’embrasser !"

Le détective n’était déjà pas un inconditionnel des dessins animés, mais en ce moment encore moins. Il se précipita vers Joy qui tenait le téléphone de Gear ainsi qu’un haut-parleur, le dispositif diabolique qui permettait d’émettre cette musique aussi fort.

"Mais qu’est-ce que vous foutez, putain ?! Éteignez-moi ça !"

Il se débattit un instant avec l’engin avant d’enfin pouvoir l’éteindre, tandis que Lily-Rose et Elias l’observaient d’une moue innocente.

"Mince, ils nous regardent ! Vite, une diversion !" dit la jeune fille, son regard passant de la nacelle du couple à ses deux comparses, paniquée.

Dans un endroit pareil, leurs possibilités étaient clairement limitées. L’esprit du détective ne fit qu’un tour. Sans réfléchir, il attrapa Elias le col pour l’attirer vers lui sans ménagement et planta ses lèvres sur les siennes, le tirant pour le cacher de l’autre nacelle. Alors que le baiser s’éternisait, il tâcha d’ignorer les gloussements de Joy, jusqu’à ce que celle-ci ne déclare :

"C’est bon, alerte levée !"

Data relâcha Gear, le poussant de l’autre côté de la nacelle, ignorant également le sourire béat du mécanicien. Il attrapa le téléphone de Joy, et arrêta le dispositif qui leur permettait d’écouter Charlie et Alex.

"Confisqué." Il désigna Lily-Rose avec un regard sévère. "Toi, ne refais plus jamais ça." Puis, vers Elias : "Vous pouvez bien leur laisser dix minutes d’intimité, pour la peine."

"C’est toujours comme ça, les diversions ?" demanda la jeune fille, après une brève moue boudeuse.

"Moi j’aime bien en tous cas. Tu recommences quand tu veux."

"La ferme Elias."

Le détective lui lança un regard noir, avant de s’installer dans un coin de la nacelle, les bras croisés, et la mine boudeuse. Même si Elias l’agaçait prodigieusement, il laissait toujours couler. Gear le fixa avec un regard amusé.

"Bon, et si on jouait à qui suis-je pour passer le temps ?" proposa Lily-Rose, et l’instant d’après, ils se retrouvèrent les trois avec un post-it sur la tête, accompagné des encouragements du reste de l’équipe à la PH. Le détective poussa un autre long soupir. La journée allait encore être longue.

***

Les idées de Lily-Rose dépassaient l’imagination. Du moins, la mienne. Surtout lorsque mon assistante joignait ses forces à celle d’Elias ou de Charlie, et leurs plans avaient alors une dimension particulièrement créative. Si je n’étais pas souvent occupé à réparer leurs bêtises, j’aurais pu être admiratif. Mais, de toute manière, j’avais autre chose à penser que la PH et les autres. Tiré par Charlie à travers les stands de nourriture.

Dans la file, je profitais qu’elle examine la carte pour l’observer avec de discrets regards, sentant mes joues chauffer comme une fournaise en plein hiver. Ma question sur la peinture sembla la plonger dans la perplexité. Sans doute n’avait-elle pas remarqué les quelques tâches sur sa tenue. Je préférais me concentrer sur cette dernière, puisqu’apparemment, c’était ainsi qu’on faisait. Et cela sembla effectivement marcher.

"Elle a bien choisi, ça te ressemble." acquiesçai-je avec un sourire et un hochement de tête. "Et puis, tu l’as bien arrangée. Une vraie artiste. Enfin, je trouve." Pour le reste, je sentis mon visage s’empourprer à nouveau lorsqu’elle me complimenta. "Ah, euh… mer… merci. C’est assez simple, j’aime… bien. Enfin, j’espère que je ne suis pas trop simple… ou trop compliqué !"

Heureusement, notre tour pour la crêpe vint, m’évitant de m’empêtrer davantage dans mes paroles. Le vendeur était d’ailleurs assez étrange pour attirer mon attention, et j’avais l’impression de le connaître… Et puis cette histoire de journée de la main dans la main étant bizarre quand même. Enfin, Charlie avait sa crêpe et moi la mienne, et on laissa la place aux autres. J’observais ma crêpe à la confiture de fraise, surmontée d’une énorme couche de chantilly, sans savoir par où l’entamer. Toutes mes tentatives pour manger proprement échouèrent, et je finis par renoncer avec un soupir.

Le geste de Charlie pour retirer le surplus de crème sur mon visage m’embrasa à nouveau, et je baisais le regard pour éviter de croiser le sien, sentant une chaleur m’envahir des orteils jusqu’au bout de mes cheveux. Mais, à bien y réfléchir, ce n’était pas tout à fait désagréable… J’inspirais profondément et redressai la tête juste au moment où elle me proposait d’aller vers la grande roue. Retrouvant un sourire, j’acquiesçais, hésitant quelques secondes avant de lui prendre la main dans un geste timide. Mais comme le monde ne sembla pas exploser, mon sourire et ma prise se firent plus affirmés. Flottant sur un petit nuage comme celui qui avait recouvert mes joues quelques instants auparavant, je l’aidais à monter dans la nacelle.

"Tu n’as pas trop le vertige ?" lui demandai-je, en constatant que la roue montait tout de même assez haut.

Mais très vite, je me laissais prendre par la vue, serrant toujours sa main dans la mienne. J’aurais pu rester comme ça sans bouger le reste de ma vie, simplement heureux d’être avec elle et de la regarder. Mais, comme pour me rappeler les paroles de Gear sur la nécessité de prendre les devants, une musique s’éleva d’un seul coup de deux nacelles plus loin. Surpris, je me retournais pour observer ce qui se passait, rougissant légèrement en entendant les paroles de la chanson qui correspondaient étrangement à ma situation. Voyant le couple s’embrasser, je détournais le regard, un peu gêné. Et jaloux de leur facilité à être aussi libre en public.

"Ils sont animés on dirait." dis-je avec un petit sourire, avant de prendre une expression plus concernée. "Euh, Charlie… J’espère… j’espère que je ne fais pas les choses de travers. Je n’ai jamais eu une telle relation avant, alors… Il ne faut pas hésiter à me dire, si je suis trop lent, ou trop… Je ne sais pas." Je poussais un soupir, avant de la regarder plus franchement : "Je veux juste que tu sois heureuse. Aussi heureuse que moi."

Rassemblant le peu de courage que j’avais réussi à avoir, je levai l’autre main pour lui caresser la joue avec douceur, un sourire sur les lèvres.
Dastan
Sphère Technique
avatar
Messages : 646
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps



Don't waste your time or Time will waste you



Don't click... unless you wanna be blinded (a)

Revenir en haut Aller en bas
Lun 31 Juil 2017 - 17:58


Kiss kiss fall in love!
Avant de remplir les corps, on les a habillés. Et c'est sur ce point qu'on s'arrête pour le moment vu que j'en reçois un compliment. Je rends donc à César ce qui est à César et je précise que c’est Joy qui a choisi la robe. Qui me ressemble bien, parait-il. Surement à cause de toutes les confiseries dessus. D’ailleurs, c’est très dommage qu’elles soit pas comestibles ! Mais comme on est dans une queue pour prendre une crêpe, ça fera l’affaire aussi. Puis faut avouer qu’en vrai mon sac Miguel en est plein, si jamais j’ai un petit creux… Mais c’est plutôt une pluie de compliments pour le moment. Alors pour éviter de rougir toute seule, et aussi parce que c’est la vérité, je lui retourne la chose. Ce qui manque pas de le faire réagir.

▬ Non, c’est très bien aussi. Tout beau !

Pour une fois, je suis pas en train de le taquiner. Et pour une fois, je rougis pas en disant ça. C’est juste venu naturellement. Ou peut-être que c’est les crêpes qui viennent me distraire. Mystère et bulle de gum! Mais pas le temps de niaiser, on a du sucre à manger. Je dévore la mienne en moins de temps qu'il en faut pour dire ouf et j'aperçois Alex qu'essaye de jouer les Père Noël avec son nuage de chantilly. Vu qu'il finit aussi par s'en mettre sur le bout du nez, on peut dire que c'est raté. Alors je viens récupérer le tout avec mes doigts. Parce qu'il serait quand même bien dommage d'en gâcher autant! Et je sens à peine la chaleur de ses joues sous mes mains. Alors j’attends qu’il relève les yeux, et je lui souris. Avant que mon regarde recroise la grand roue derrière lui. Je commence à sautiller. J’ai envie de la tester depuis qu’on est arrivés ; mais estomac d’abord ! Maintenant que c’est fait : mais qu’est-ce qu’on attend !?

Je commence donc à me mettre en route, en lui tendant ma main. Qu’il finit par prendre dans la sienne, comme s’il attrapait un petit oiseau. Alors je lui serre un peu la main. Pour lui montrer qu’elle va pas se briser s’il décide de faire pareil ! Et il suit le mouvement. Maintenant qu’il a pris confiance, c’est ma main que je sens chauffer doucement. Je sais pas pourquoi, mais tant pis. C’est agréable. Alors on gambade comme ça. Jusqu’à arriver en dessous du monstre de fer. Il est gigantesque. La vue doit être tellement belle d’en haut !

En me faisant monter à bord de la nacelle, Alex me demande si j’ai pas trop le vertige. Et je ris. Même si c’était le cas, ce serait un peu tard maintenant qu’on est installés, porte fermé et qu’on a commencé à avancer.

▬ Normalement pas, on a l’habitude, avec Dante, des trucs en hauteur ! que je lui lance, la moue assurée.

… Et boy was I wrong. Ah ça la vue est belle, oui ! Mais si j’ai déjà crapahuté dans des endroits plus dangereux ou plus haut, c’était sur la terre ferme. Là, pendus dans le vide à des barres de métal, en dehors de tout contrôle, c’est autre chose. Je pressais donc ma main contre celle d’Alex, pour me rassurer. Et cela fonctionne plutôt bien. Au bout de cinq petites minutes, je finis par pouvoir profiter un peu de la vue. Mais ma partie préférée de ce paysage reste quand même à côté de moi dans la nacelle. La tranquillité d’être à ses côtés et je finirais presque par apprécier le danger qu’on court.

Puis soudain, on est surpris par une musique. Forte. Celle de la petite sirène ! Je l’aurais reconnue entre mille maintenant qu’Elias m’a fait regarder en boucle tous les scènes romantiques des Disney pour… Bref, qu’importe ! On se retourne donc comme un seul homme pour voir d’où ça vient. Et on repère la nacelle, un peu plus loin. Où deux silhouettes s’embrassent. Je plisse un peu des yeux, j’ai une impression familière. Pis je hausse finalement les épaules en me retournant tout sourire à la remarque d’Alex.

▬ On dirait oui !

Mais j’ai pas même le temps d’ajouter quoique ce soit que je vois son expression changer. Est-ce que j’ai fait quelque chose ? Est-ce qu’il a vu une des barres céder ? Mais finalement c’est pas ça. C’est beaucoup plus chou. Et compliqué, alors je le laisse finir sans le couper. J’essaye de garder mon regard sur lui, malgré que mes joues commencent à sévèrement chauffer. Et quand il vient poser sa main sur ma joue, je sens jusque mes oreilles devenir cramoisie. Alors je réponds comme je peux.

▬ Non.. Non, c'est très bien ! baissant les yeux. Tu sais, Alex, c'est ma première relation tout court. Je n'ai fichtrement aucune idée de ce que je dois faire, ni comment je dois le faire... Pis relevant les yeux pour les planter dans les siens. Tout ce que je sais c'est que j'ai envie d'être avec toi. Le plus de temps possible. J'ai envie de te serrer dans mes bras. Et je sais pas pourquoi, quand tu me regardes, mon ventre fait comme des papillons. Je ris tellement je me trouve bête. D'après Elias la prochaine étape c'est... un baiser ? Mais j'ai aucune traître idée de comment on fait ça. que j’avoue, en passant ma main derrière mon crane. Je l'ai déjà vu faire mais en pratique c'est autre chose... et si j'étais pas douée? Et si c'était pas agréable ou que ça te rendait pas heureux? Je soupire... J'ai.. J'ai peur de pas être à la hauteur! Je suis pas du genre à me prendre la tête d'habitude, mais je veux faire les choses bien. Parce que je veux pas que tu partes. Et surtout parce que je veux que tu sois heureux aussi! Parce que même en étant un peu perdue, je suis déjà heureuse. Tout simplement parce que tu es là. Je pose finalement ma main sur la sienne et je souris. Alors on peut bien aller à notre rythme. On est pas pressés. J'ai confiance en nous!

Les yeux plantés dans les siens, et rouge comme dix écrevisses qu’auraient pris des coups de soleil, je patiente. Même ma respiration est haletante d'avoir tout déballé mais ça valait le coup! Maintenant advienne que pourra.


Edge
Sphère Savoir & Militaire
avatar
WEEEEEE UNICORNS!!! OWO
Messages : 324
Etat Civil : Veuf
Pouvoirs : Reverse



If opposites attract we must be the exact same person.
 

“& without the bad, there would be no good.”
Revenir en haut Aller en bas
Mer 2 Aoû 2017 - 13:00
Heureusement que je n’avais pas passé trop de temps à m’occuper de ma tenue. A la réflexion, j’aurais été capable d’hésiter et d’y réfléchir pendant des heures. Alors que finalement, quelque chose de simple allait parfaitement. C’était tout moi, ça. Je savais comment assembler une montre, l’endroit exact où se trouvait chaque engrenage sans la moindre hésitation. Mais pour les détails d’un rendez-vous, je perdais mes moyens. Et je ne devrais pas, me martelait la voix d’Elias dans la tête. Depuis toutes ces années, j’avais réussi à prendre un peu confiance en moi, dans le domaine professionnelle surtout. J’avais fait de gros efforts et travaillé dur, pour finalement arriver à ne pas me considérer comme un imposteur, et savoir que j’étais compétent, surtout en tant que directeur de la PH.

Maintenant, j’allais devoir faire de même dans ma vie privée.

"Merci." répondis-je donc au compliment de Charlie, un peu plus confiant et en osant relever le regard pour croiser le sien. Tout allait bien. Respire. Sa main dans la mienne me donnait plus d’énergie et de bien-être que tout ce que j’avais pu penser.

La grande roue fut notre premier choix d’attraction. Elle semblait vraiment haute, sans doute que son point culminant était plus élevé que le toit de la PH et même de sa tour d’astronomie. Cela promettait une sacrée vue. Je souris lorsqu’elle m’assura qu’elle en avait vu d’autres, avec Dante. Un homme charmant, et bon. Sveda ne l’avait pas choisi comme compagnon par hasard, ni Charlie comme ami. Cela me le rendait immédiatement sympathique.

Mais l’assurance de Charlie s’envola en même temps que nous dans les airs, et je la sentis serrer ma main de plus belle alors que nous nous éloignions du sol. Je me retins de rire, me contentant d’un petit sourire amusé, avant de serrer à mon tour sa main pour la rassurer. Et cela semblait marcher. Profitant avec elle de l’instant et de la vue, je perdis peu à peu toute notion du temps ou du monde extérieur. Jusqu’à l’interruption brutale d’une musique Disney venant d’une autre nacelle. En voilà certains qui savaient comment profiter de leur rendez-vous. J’enviais leur simplicité.

Ce qui me poussa à avouer à Charlie que je ne savais pas vraiment ce que devais faire, ou si je faisais correctement les choses. Je fus assez heureux d’avoir une tenue légère, tant mon corps passait son temps à s’embraser. Même la crêpe tenait mieux que ce que je pensais dans mon estomac, malgré les loopings, et j’étais finalement assez content d’avoir mangé, pour me donner l’impression de rester sur mes deux pieds avec plus de poids.

Au moins, nous sommes aussi rouge l’un que l’autre. Mais je ne regrettais pas ce que j’avais dit, surtout en l’écoutant me répondre avec une attention presque extrême. Petit à petit, je me sentis me détendre, soulagé de voir qu’elle était dans le même état que moi. Et qu’au final, nous nous mettions beaucoup de pression, pour simplement vouloir le plus simple : simplement profiter l’un de l’autre.

"Elias a sa manière de voir les choses. Mais ça n’a pas forcément à être la nôtre. Même si dans le fond, je pense qu’il essaie sincèrement de nous aider. A sa façon tordue."

Ça m’étonnait d’ailleurs qu’il n’ait pas voulu nous chaperonner aujourd’hui. Mais peut-être pensait-il que ce n’était pas nécessaire. Il avait confiance en moi pour gérer les choses. Je lui devais au moins d’essayer de réussir ça. Je fixais Charlie, esquissant un petit sourire amusé, mais rassurant. Constater que nous partagions les mêmes peurs me donnait à la fois plus de responsabilités, mais également plus de confiance. Je tirais avec douceur sur sa main pour la rapprocher et posai mon front contre le sien.

"Quoi que tu fasses, ça me rendra toujours heureux. Pas besoin d’essayer d’être à la hauteur, tu l’es déjà. Et tu le seras toujours. Parce que je t’aime comme tu es, et pas autrement. Alors, pas question que je parte. Jamais. Surtout maintenant que tu es là avec moi." Sentir sa respiration se mêler à la mienne évacuait toutes les appréhensions et tous les doutes que j’avais pu sentir jusque-là. Je me sentais léger, heureux. Tout semblait tout à coup plus simple. "Je sais que ça fait peur. La première fois. Mais tu verras, tout va bien se passer. Ça se passe toujours bien, quand on est avec la bonne personne. Et je ferai tout pour que ce soit le cas. Parce que moi aussi, j’ai confiance en nous."

Toujours en souriant, je m’éloignais légèrement d’elle pour déposer un baiser sur son front. Ce fut beaucoup moins stressant que ce que pensais, j’arrivais même à garder mon calme et à ne pas rougir cette fois. Les choses allaient de manière naturelle, et je le sentais au plus profond de moi. Un sentiment apaisant m’habitait, me rendait plus confiant et plus détendu. Tout en continuant de lui tenir la main, je m’installais contre elle en lui adressant un sourire tendre. Je n’avais besoin de rien de plus. La vue n’était qu’un bonus appréciable.

***


GEAR / JOY / DATA


"Blanche-Neige." soupira Data, sans quitter l’horizon du regard. Et c’était effectivement ce qui était écrit sur le post-it qu’il portait sur son front.

"Dany trouve toujours du premier coup ! On voit que c’est un vrai détective !" s’exclama Joy, admirative. Cela faisait un moment qu’elle essayait de deviner le mot Bob l’éponge écrit sur son propre front.

"Il est doué." confirma Gear en hochant la tête avec un sourire à la fois taquin et fier. Pas besoin d’être un génie pour deviner les sous-entendus derrière ses mots.

C’était plutôt eux qui étaient trop prévisibles, pensa Data. C’était lui qui avait choisi le mot Gollum qui se trouvait sur son front, et que le mécanicien n’avait toujours pas trouvé. Même si le détective commençait à se douter qu’il le faisait exprès. Pour lui faire plaisir, ou par jeu. Dans tous les cas, Data s’en fichait royalement. Comme de ce jeu, d’ailleurs. Pour la vingtième fois depuis qu’ils étaient montés dans cette nacelle, il se demanda ce qu’il fouttait ici, avec ces deux énergumènes. A surveiller un autre couple. Depuis quand est-ce qu’il jouait les chaperons ? Le tout avait une saveur assez grotesque qui lui laissait une impression amère. Il s’efforçait de ne pas trop lancer de regard vers Gear. Ce qui n’était pas aisé, vu l’espace confiné dans lequel ils se trouvaient. Paradoxalement, la présence de Lily-Rose le rassurait et l’agaçait en même temps. Pour éviter de trop y penser, il fixait résolument son regard dans le vide. Au moins, la vue n’était pas désagréable.

"Oh, il se passe quelque chose !" cria tout à coup Lily-Rose en passant de l’autre côté de la nacelle tellement vite qu’elle la fit tanguer. Dany ressentit un léger haut-le-cœur, et se retint de jurer. Lui qui avait facilement le mal des transports avait réussi jusque-là à ne pas être incommodé par le balancement de la roue. Mais avec les deux autres, c’était perdu d’avance. Un peu à contrecœur et pour se concentrer sur autre chose, il observa la nacelle du couple devant eux. Les deux semblaient s’être rapprochés. Mais le détective était trop de mauvaise humeur et agacé pour en être heureux pour eux.

"Han, j’aimerais tellement savoir ce qu’ils se disent." soupira Joy avec une petite moue déçue, avant de piailler à nouveau d’un cri perçant qui failli crever les tympans de Data.

"Quoi ? Seulement sur le front le bisou ?" s’indigna Elias, avant de se résigner. "Bon, c’est toujours mieux que rien. Pour un début. Tout le monde ne peut pas être aussi doué que nous, hein Dany ?"

"Je t’emmerde."

Une nouvelle fois, le détective ignora le clin d’œil, bougonnant dans son coin de la nacelle, tandis que Joy riait aux éclats, visiblement amusée par la scène. Quelque chose passa alors dans le regard d’Elias, et son sourire se fit plus doux, l’espace d’un instant. Juste après, il était reparti dans une discussion quant aux plans qu’ils prévoyaient pour la suite. Car la grande roue revenait inexorablement vers son point de départ. Data fut tellement soulagé de retrouver la terre ferme qu’il ne broncha pas lorsque Gear récupéra son téléphone et enclencha à nouveau l’écoute, alors qu’ils se lançaient déjà à la suite du couple. Leur prochaine destination apparut rapidement devant eux.

"Oh, ça va être intéressant." dit Elias avec un sourire en coin lorsqu’il les vit entrer dans la maison hanté. Devant le regard interrogateur de Lily-Rose –et l’indifférence totale et feinte de Data-, il précisa : "Alex a beaucoup de qualités. Mais c’est un sacré peureux. Regarder un film d’horreur avec lui est l’une des choses les plus drôles que j’ai jamais faites !"

"Allons-y alors !" dit Lily-Rose à leur intention ainsi qu’à celle de ceux de la PH via son téléphone. Elle attrapa le bras de Gear, qui lui-même attrapa celui de Data, et elle les tira jusqu’à l’intérieur de l’attraction.
Dastan
Sphère Technique
avatar
Messages : 646
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps



Don't waste your time or Time will waste you



Don't click... unless you wanna be blinded (a)

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 31 Aoû 2017 - 23:09


Kiss kiss fall in love!
Communiquer, ça a toujours du bon. L'honnêteté aussi. Surtout quand c'est une personne qu'on voudrait garder près de soi jusqu'au bout. Alors même si c'est difficile, et même si on est rouge comme des écrevisses braisées, on a rien à regretter. Et la preuve en est qu'on commence à se détendre un peu en s'apercevant qu'on est tous les deux dans le même état. On est dans un même bateau, à comprendre les peurs de l'autre. Et surtout à ramer dans le même sens. L'un vers l'autre.

Il me rassure enfin, en m'expliquant qu'Elias n'a pas la science infuse. Alors même si dans le fond sont but est de nous aider, il a pas forcément raison. Et pas forcément le bon modèle, non plus. Il tire donc sur ma main pour me faire m'approcher et poser son front contre le mien. Ce qu’il ajoute après me rend toute chamallow. Un chamallow qu’aurait eu la chair de poule mais un chamallow quand même. Et c’est clairement ni le froid, ni la peur, qui me font réagir. Je le fixe dans les yeux, en buvant ses paroles comme une citronnade. Et je me contente de fermer brièvement les yeux, en souriant, pour lui exprimer mes sentiments. Surement que je serre un peu plus fort sa main. Juste un peu. Mes joues me chauffent toujours mais j’échangerai ce moment pour rien au monde. Une quiétude agréable. Un de ces moments qu’on voudrait voir durer toujours.

▬ Alors pas de raison d’avoir peur.

On reste encore quelques instants comme ça. Puis il finit par décoller son front du mien. Pour le remplacer par ses lèvres. Pour un bisou. Pas celui que Gear attendait, mais un qui nous ressemble plus. Sans pression. Juste tout doux. Et je souris. Grand. Très grand. Comme une truffe. Sans me lâcher, il se rapproche tout contre moi en me souriant. Ignorant les cris de mouettes, je viens coller mon visage, tout contre lui. Je n'ai plus peur.

Tellement plus peur qu'une fois redescendus, je l'entraîne vers... la maison hantée! Bon, faut avouer, les standards de frissons de cette culture étant pas les miens, ça aide. Les gens qu’essayent d’effrayer couverts de sang, les zombies, les clowns… tout ça, ça me fait même pas hausser le sourcil. Alors autant s’amuser un peu ! Après tout, on pourrait en apprendre encore plus l’un sur l’autre. Après tout, j’ai bien appris que dans certaines conditions, la hauteur pouvait me stresser un peu. Bon, tant que c’est un minimum éclairé, je devrais plus craindre grand-chose. Non parce qu’ils prennent pas le risque de faire se promener des gens dans un labyrinthe de l’horreur dans l’obscurité, hein ? Noooon. Mais de nous deux, je suis pas la plus effrayée. L’Homme est programmé pour se faire des petites frayeurs. D’après nos amis neurologues, ça déclencherait une zone excitante, sans que le risque soit réel. De quoi rendre le cerveau addict. Mais en attendant, je tache de tranquilliser Alex.

▬ Allez viens, ça va être fun ! que je lui lance, sa main toujours dans la mienne. Si t’as peur, je te serrerai fort !

La dernière phrase, je la lance avec un air mi-rassurant, mi-amusée. Je lui tire même la langue, alors que je l’entraine toujours plus vers la dite maison, insouciante. On nous place dans des petits wagonnets ; dont on peut évidemment plus se lever à cause d’une barre en métal. Zut, c’est pas tout à fait ce que j’avais imaginé mais je fais comme si, parce que je le sens tout stressé à côté de moi. Je me rapproche pour tenter de le rasséréner par une présence plus forte.

▬ Ca va aller ? je lui demande, en souriant tendrement.

Parce qu’il était encore temps de crier pour sortir !



Edge
Sphère Savoir & Militaire
avatar
WEEEEEE UNICORNS!!! OWO
Messages : 324
Etat Civil : Veuf
Pouvoirs : Reverse



If opposites attract we must be the exact same person.
 

“& without the bad, there would be no good.”
Revenir en haut Aller en bas
Sam 2 Sep 2017 - 21:50

GEAR / JOY


Alors qu’on entrait dans l’attraction, Joy prit un moment pour envoyer un SMS, préparant visiblement quelque chose que je ne voulais pas savoir. On prit place deux wagonnets derrière le couple, peinant tant bien que mal à entrer à trois dans l’espace. Néanmoins, la gamine et moi avions l’avantage de ne pas prendre beaucoup de place, ce qui nous permit d’embarquer à trois sur ce satané wagon. Non sans être complètement coincé les uns contre les autres. Et, bien évidemment, comme par hasard, je me trouvais au milieu, dans la position la plus inconfortable. C’était encore une très mauvaise idée de venir dans cette maison hantée, mais au point où nous en étions, je doutais que la moindre de leur idée soit bonne.

Serrant les dents, j’endurais donc la lente agonie de ce train fantôme, et surtout de l’expérience en compagnie d’Elias et de Joy. Cette dernière sursautait à la moindre ombre, et me donnait inévitablement un coup dans les côtes à chaque fois, tout en perçant ce qui restait de mon tympan. Elias de son côté riait beaucoup. Pas de la situation, je me forçais à croire pour ne pas aggraver mon humeur, mais de l’attraction en elle-même. Pour ma part, je tentais de rester de marbre autant que cela était possible avec ces deux zouaves. Je voyais les jumpscare arriver cinq mètres à l’avance, et voyais irrémédiablement le cheap des décors et accessoires sensés nous effrayer. Si au moins il y avait un certain sens esthétique, mais non. On aurait dit que c’était fait par des gosses de trois ans, bricolé avec trois bouts de ficelle.

Pour la énième fois du parcours, je poussais un soupir las et résigné, après que Joy ait poussé un nouveau cri face à un mannequin grimé en zombie s’échapper brusquement d’un placard à côté de notre wagon. Toujours sous le rire hilare d’Elias.

"Au moins, ce genre d’expérience, ça rapproche !" dit-il, en essayant d’apercevoir ce qui se passait deux wagons devant nous. Dans la pénombre des lieux, je vis sa main approcher la mienne sur la barre de sécurité. D’un geste agacé, je la repoussais tout en regardant volontairement ailleurs, n’étant pas d’humeur. Du coin de l’œil, je vis cependant qu’il continuait à sourire, peut-être de manière moins prononcée qu’avant et plus douce. Un silence gêné s’installa, jusqu’à ce que Joy crie à nouveau lorsqu’on passa à côté d’une porte qui s’ouvrit à moitié d’un seul coup.

Vivement qu’on sorte.

Malheureusement pour moi, lorsque l’on put enfin sortir du train, il nous restait un parcours à faire à pied. Avec des figurants pour nous effrayer, à en croire les hurlements qu’on entendait devant nous, dans une allée sombre qui imitait un couloir de vieux manoir, avec des portes de chaque côté. Je n’étais pas au bout de mes peines.

"Faut pas les perdre !" chuchota Joy en me tirant à nouveau avec une force incroyable pour son âge et pour un si petit corps. On retrouva le directeur et Charlie un peu plus loin, et je parvins à me dégager de l’empoigne de l’adolescente, non sans grogner de mécontentement. Un clown surgit à cet instant de derrière un meuble, mais je lui lançais un regard tellement noir et hargneux qu’il préféra de suite passer aux personnes qui se trouvaient dernière nous.

"Aha, Dany fait peur aux monstres ! Il faudrait toujours en avoir un, dans des situations de films d’horreur."

"Je vais tenter un truc." dit Elias avant de se faufiler derrière le couple, avant même que je ne puisse esquisser un geste pour le retenir. Avec précaution, il se cacha derrière un objet du décor, et souffla à leur attention dans une voix sinistre : "Attention : quiconque se lâche dans la maison de l’effroi sera séparé pour toujours… Tenez-vous bien les uns les autres et très près pour ne pas vous perdre à jamais…"

"Sérieusement ?" lui dis-je avec une expression exaspérée lorsqu’il revint vers nous. Il se contenta d’un sourire satisfait. "Quel plan de merde."

"Attendez, la phase deux va bientôt apparaître !" dit Joy en nous tirant un peu vers l’arrière.

Là encore, je n’avais pas envie de savoir ce en quoi cela allait consister…
Data
Sphère Economique
avatar
Messages : 26
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Télékinésie
Revenir en haut Aller en bas
Sam 2 Sep 2017 - 21:51
Avoir dit tout ce que je venais de sortir me rendit beaucoup plus léger et serein. D’autant plus lorsque je vis que cela faisait le même effet chez Charlie. C’était rassurant de voir que l’on partageait les mêmes craintes, et que l’on prenait le temps d’en discuter pour essayer de régler ça. Comme quoi, je ne devais effectivement pas avoir peur de m’ouvrir un peu plus, sans craindre de paraître ridicule ou à côté de la plaque. Prendre plus confiance en moi, comme n’arrêtait pas de mes dire les autres, et Gear en premier. Les choses se passaient bien, merveilleusement bien.

"Non, pas de raison." confirmai-je avant de déposer un baiser sur son front. Parce que c’était la chose à faire, et que pour l’instant, cela suffisait largement. Nous étions sur notre petit nuage, et je n’avais pas besoin de davantage. C’était déjà plus de bonheur que ce je pensais jamais avoir. Mais dans ce domaine, je découvrais que c’était de plus en plus expansif, au-delà même de mon imagination. Alors, peut-être que cela allait continuer comme ça, encore et encore, sans jamais s’arrêter. Toujours plus de bonheur, et de sérénité.

Du moins, c’était ce que je pensais, jusqu’à ce que Charlie ne m’amène à l’attraction suivante : une maison hantée. D’un seul coup, je sentis un frisson me parcourir la colonne, et ma gorge s’assécher. Ce n’était pas que je détestais ce genre d’endroits. Mais c’était des attractions qui marchaient beaucoup, beaucoup trop sur moi. Comme les films d’horreur. Je rentrais tellement dedans que même les plus mauvais parvenaient à m’effrayer. Je n’avais pas peur de grand-chose, mais ce type de mises en scène fonctionnait toujours, et il suffisait de peu.

"Euuuuh, ou… oui, oui !" lui répondis-je, en essayant de paraître le plus assuré que possible. Sans grand succès. Je parvins cependant à lui adresser un léger sourire. C’était vrai que si Charlie était avec moi, ça allait aller. Du moins, je l’espérais. Je me devais au mois d’essayer, vu qu’elle avait l’air si contente de faire cette attraction.

Déglutissant, je la suivis dans le wagonnet, et sentis la tension remonter lorsque la barrière de sécurité se referma.

"Non !" répondis-je de manière trop précipitée pour être sereine. Je repris, plus calmement pour la rassurer : "Ça va aller."

Dès que le wagon démarra, je serrai néanmoins sa main, tout comme ma mâchoire. Dès lors, je fus dans un sorte d’état second, calme à l’extérieur, mais complètement paniqué à l’intérieur. Mon expression restait impassible, alors que j’essayais de me concentrer pour ne pas avoir peur. De légers tremblements dans ma main venaient cependant témoigner qu’intérieurement, je sursautai à chaque objet qui nous fonçait dessus ou aux monstres divers qui s’agitaient de tous les côtés du wagon. Je tenais toujours la main de Charlie avec fermeté, m’approchant toujours un peu plus d’elle pour finalement la coller, seule chose qui me permettait de ne pas trembler ou de fermer les yeux.

Au bout d’un interminable moment, l’on put enfin descendre du wagon. Je rassemblais toutes mes forces pour en sortir sans trébucher, ce que je ne manquais cependant pas de faire, manquant de m’étaler à terre.

"Ça… ça a été ?" demandai-je à Charlie. "Tu… n’as pas eu trop peur ? Ça t’a plu ?"

Finalement, c’était ça le plus important. Sentant mon cœur battre toujours comme un tambour, je découvris que l’attraction n’était pas terminée. Il nous restait un chemin à parcourir à pied, sous la forme de couloirs digne des meilleurs manoirs hantés. Cette fois-ci, c’était des figurants qui surgissaient pour nous effrayer ou nous poursuivre. J’attrapais donc à nouveau la main de Charlie, peu rassuré. Et lorsqu’une voix nous susurra de ne jamais nous lâcher à moins d’être séparés à jamais, je ne cherchais même pas à savoir si c’était métaphorique ou non. J’attrapai la peintre par la taille, la serrant contre moi avec la force du désespoir.

"Ça va aller, je n’ai pas peur. Je n’ai pas peur…" dis-je, surtout pour me convaincre.
Dastan
Sphère Technique
avatar
Messages : 646
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps



Don't waste your time or Time will waste you



Don't click... unless you wanna be blinded (a)

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: Eastside :: Autres lieux-