A Dream is a Wish your Heart makes || Grimm

 :: Édimbourg :: New Town :: Autres lieux Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 19 Mai 2017 - 12:29

ft. Grimm

ft. Scavenger

「 A Dream is a Wish 」
Chers lecteurs,

J’ai plusieurs héros dans la vie. Tout d’abord, il y a l’inventeur du sèche-cheveux, parce que, quand même, c’est plus que pratique. Monsieur Parmentier, aussi, j’ai pas besoin de vous faire un dessin pourquoi. Tous les détectives de la littérature, aussi. Résoudre des crimes, c’est juste la classe ultime. J’ai proposé plusieurs fois d’ouvrir une branche d’investigation dans l’Organisation XIII, mais on m’a toujours rétorqué que ce n’était pas dans les priorités. Pff, ils sont pas drôles ! Heureusement, je peux compter sur de vrais détectives pour me montrer la voie ! Il faudrait d’ailleurs que je retourne voir Cooper, pour lui redemander de me prendre comme apprenti, ça fait au moins… neuf jours que je ne l’ai pas fait, c’est un délai raisonnable, non ?

Et sinon, il y avait Lewis Richards. Une légende vivante. (Spoiler alert : Parmentier est mort, et depuis longtemps #sadness). Un modèle à suivre. A la fois directeur à la PH, conteur, animateur radio, père de famille, mari exemplaire (je ne l’invente pas, c’est sa femme qui me l’a dit !), une voix de velours, une classe presque surnaturelle (j’utilise souvent le mot « classe », mais bon, c’est un peu un mot qui me correspond bien, non ?). Les adjectifs et les éloges me manquent pour le décrire.
J’écoute toutes ses émissions. Toutes. Plusieurs fois, même. Et je force souvent les recrues de l’Organisation XIII à les écouter aussi, ça ne peut pas leur faire de mal. J’ai même fait une demande pour le budget pour qu’on l’invite à venir faire des contes sur Le Céleste. Mais ça a été refusé, toujours pour la sempiternelle excuse de l’inadéquation des buts de l’organisation. Bon, en échange, j’ai pu obtenir le matériel pour jouer au Football bulle, afin de consolider l’esprit d’équipe des troupes. Ma déception fut donc vite oubliée.
Alors, un soir, j’ai pris mon courage à deux mains, et je me suis décidé à l’attendre en bas de la radio dans laquelle il travaillait. Bien évidemment, j’avais pris avec moi une radio afin d’écouter son émission, et qui, en plus, était une invention de mon cru. J’avais en effet réussi à combiner une radio et un distributeur de bonbons Pez à l’effigie d’Hello Kitty, pour combiner l’utile à l’agréable. Et l’agréable à l’utile. Je devrais penser à la breveter, tu ne trouves pas, lecteur ? Enfin, c’est plus pour le geste que pour l’argent, j’en ai déjà assez. Et ça me rendrait assez malade qu’on me vole mes idées de génie.
Bref, j’étais en train d’écouter l’émission de Lewis à côté de l’entrée de la radio, les écouteurs branchés à mon distributeur-radio, tout en engouffrant de temps à autre un bonbon. Non sans l’avoir mastiqué avec force, tellement je me sentais nerveux. Je n’étais pas souvent intimidé, mais la perspective de rencontrer l’un de mes modèles de vie me mettait sacrément la pression.
Aussi, même si je faisais tout pour sembler détendu, je n’en restais pas moins éveillé et attentif. Personne, pas même mon stress, n’allait m’empêcher de rencontrer mon idole. J’avais déjà neutralisé deux potentiels autres fans qui poireautaient avec moi à côté de l’entrée. Même si une s’était finalement avérée être une secrétaire qui était sorti en cachette pour fumer. Ouais bah, ELLE L’AVAIT BIEN CHERCHE ! C’était ça de sniquer une sortie clope durant les heures de boulot, on finissait par tomber par un justicier anonyme qui vous fonçait dessus pour vous jeter dans le caniveau.
Et puis, d’un seul coup, tous mes sens se mirent en alerte. Conteur repéré ! Je répète, conteur repéré ! N’écoutant que mon courage, je m’élançais dans la direction de Lewis, qui venait à peine de sortir du bâtiment.
"OMGMonsieurLewisC’estunhonneurjesuisvotreplusgrandfan ! J’adorecequevousfaites !" Peinant à me contrôler, ou à garder mon calme, je pris une grande inspiration, cherchant quelque chose d’intelligent à dire.
"Vous voulez un bonbon ?" lui demandai-je finalement en lui tendant mon distributeur Pez, un grand sourire niais sur le visage.


Scavenger
Sphère Economique
avatar

Messages : 25
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Immortalité, Persuasion
Revenir en haut Aller en bas
Sam 27 Mai 2017 - 16:41
<<

Installé dans sa cabine, les écouteurs sur les oreilles, le micro devant lui, l'horloge dans un coin égrainant les minutes qui passent pour ne pas prendre trop de temps sur la prochaine plage d'émission, Lewis était parfait à son aise. Il contait, comme tous les soirs, dès 20 heures. Son émission avait son public. Il recevait souvent des mots de ceux qu'il avait touché d'une façon ou d'une autre avec l'une de ses histoires. Un conte par soirée, agrémenté de musique et parfois de petites anecdotes. Pour ceux qui travaillaient avec lui et qui venaient le voir bosser, il leur offrait l'image avec le son, jouant comme il savait si bien le faire, avec un peu de fumée. Autant dire que ces deux heures d'antennes étaient plutôt d'une ambiance bonne enfant.

Une fois l'antenne passée au prochain, Grimm prenait le temps d'un café avec les collègues encore présent, discutant tranquillement avec eux, avant d'aller prendre son sac, de poser son béret sur la tête et de penser à sortir de la radio pour rejoindre son chez lui, où tout le monde devait déjà dormir. En tous les cas, les plus jeunes. Parfois les jumeaux tentaient d'attendre leur père, malgré les demandes de la mère. Mais la fatigue était parfois plus forte que leur envie de le voir. Arrivant près de la porte de sortie, il avait déjà entre les lèvres l'un de ses péchés mignons, qu'il fumerait avec plaisir en marchant jusqu'à lui. Certes, les Richards n'habitaient pas non plus à côté, mais il prenait plaisir à traverser la ville la nuit, elle était plus calme, inspirante aussi, d'une autre manière.

Comme parfois, des gens pouvaient l'attendre. Certains appréciaient tellement son travail qu'ils souhaitaient autographe ou photo, voir juste échanger quelques mots et il s'était toujours prêté au jeu avec plaisir. Il n'avait rien d'une grande star internationale et ne cherchait aucunement ce statut. Mais c'était amusant et appréciable pour l'égo de voir que son travail était aimé ainsi. Pourtant, la rue semblait plutôt calme. Il alluma son briquet pour monter la flamme vers la pointe de son mini-cigare quand un jeune - enfin ça c'était bien parce qu'il ne connaissait pas son âge réel - s'approcha de lui. A son attitude, Lewis repéra rapidement que ce devait être un "fan".

Il se tourna alors vers lui, avec un fin sourire aux lèvres, l'écoutant dire ce qu'il avait à lui dire, non sans un petit amusement. Il y avait quelque chose de surprenant de voir à quel point certains pouvaient être aussi excités de le voir ainsi. Il avait son cigare entre les doigts d'une de ses mains, l'autre se posa sur son torse, au niveau du coeur, avec un petit mouvement de la tête en signe de reconnaissance.

- Merci beaucoup. C'était humble et totalement pensé. S'il faisait plaisir aux gens, c'était bien ça qui était le plus important. La proposition de son interlocuteur lui fit hausser un léger sourcil. Voilà qui était pour le moins.... original. Hum... pourquoi pas. Il ne voyait pas vraiment pourquoi il refuserait. Il attrapa donc l'un des Pez et remarqua que ce n'était pas qu'un distributeur de bonbon. Drôle de machine que vous avez là. Avec un air curieux. Cela semblait aussi inventif que certaines machines que la maison mécanique pouvait faire à la Potentiel Home.
Grimm
Sphère Artistique
avatar

Messages : 84
Etat Civil : Marié à Claire Richards
Pouvoirs : Smoke Master
Revenir en haut Aller en bas
Dim 18 Juin 2017 - 19:24

ft. Grimm

ft. Scavenger

「 A Dream is a Wish 」
Chers lecteurs,

Si vous avez déjà eu la chance de me rencontrer un jour, alors vous pourrez peut-être comprendre ce que je ressentais à cet instant. Le sentiment d’être en compagnie d’un grande et belle personne, dans ce glorieux moment où toutes les planètes semblaient alignées rien que pour vous. Enfin, il fallait dire que, depuis que la pauvre Pluton n’était plus comptée comme une planète de notre système solaire, ça augmentait les probabilités qu’un tel alignement se produisent plus souvent. Même si cette exclusion était tout particulièrement injuste, et à l’époque, j’avais été parmi ceux qui avaient crié au scandale. Puis, le dernier numéro de Spiderman était sorti, et j’avais arrêté d’y penser.

Et en ce moment, j’avais peut-être les yeux plein d’étoiles, mais j’avais la tête définitivement bien loin des scandales astronomiques. Dès le moment où Lewis Richards était sorti du bâtiment de la radio, je n’avais songé à plus rien d’autre, me précipitant vers lui pour aller le féliciter. Sans pouvoir contenir plus longtemps mon enthousiasme.
Il reçut les compliments avec un signe de tête qui me réjouit d’autant plus. Il avait vraiment la classe, y avait pas à dire ! Après quelques hésitations, il accepta ma proposition de bonbon, que je m’empressais de lui offrir. Devant son regard curieux, je lui tendis le distributeur pez, avec un sourire pas peu fier.
"C’est un distributeur-radio, de ma propre création ! C’est pour écouter vos émissions, avec un petit snack à côté. Je n’en rate jamais une. D’ailleurs, l’émission de ce soir était vraiment top ! Félicitations!"
J’avais toujours beaucoup aimé les contes, et qu’on me raconte une histoire. A tel point que BookKeeper m’avait offert une énorme intégrale de livres audio pour que j’arrête de leur courir après avec un bouquin de contes. Elle durait plusieurs centaines d’heures, et je l’avais déjà écoutée vingt-trois fois. Mais rien de comparable avec mon interlocuteur, c’était évident.
"Et il est cool, votre cigare !" dis-je en le regardant, non sans une certaine admiration. J’avais essayé d’en fumer, une fois, mais je n’avais pas vraiment aimé le goût. Pourtant, un boss, ça devait fumer le cigare. Alors, pour faire genre, je prenais des pailles à la fraise pour boire le lait, ça marchait tout aussi bien. "C’est vrai que vous pouvez faire des figures avec la fumée ?"
Je le fixais avec de grands yeux impressionnés. Smoke master, ça en jetait quand même ! Comme Fafawn avec sa maîtrise des ombres. Sauf que Fafawn n’était pas conteuse, et qu’en plus, elle était méchante avec moi. Son propre chef ! Enfin, y a toujours un élément rebelle dans les familles. Et je l’aimais quand même, hein, même si elle avait son caractère.
"Oh, et je m’appelle Barthram ! Mais vous pouvez m’appeler Babar." lui dis-je en lui tendant une main, qui tremblait tellement qu’on aurait dit qu’elle faisait une crise d’épilepsie. Je pris mon courage à deux mains, et repris :"J’adore ce que vous faites. En fait, je fais un peu de podcast moi aussi, et j’aimerais pouvoir conter. Alors, j’aurais beaucoup aimé pouvoir discuter avec vous pour avoir des conseils !"
Puis, une petite lampe s’alluma dans mon esprit, et je repris, en langue des signes :
"J’ai aussi appris à signer grâce à vous !"
Quand quelque chose me passionnait et me motivait, je pouvais être d’une très grande efficacité. C’est comme ça que j’avais appris à écrire le braille quand une ancienne de mes petites amies était aveugle. Un jour, je l’ai perdue dans un centre commercial, et je ne l’ai plus jamais revu. Ça m’a beaucoup attristé, pendant une demi-journée. Et puis, je me suis dit qu'elle avait peut-être enfin réalisé son rêve de visiter la Russie. Chacun son destin. L'amour, c'est bien, mais les rêves, c'est encore mieux !
Scavenger
Sphère Economique
avatar

Messages : 25
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Immortalité, Persuasion
Revenir en haut Aller en bas
Mar 27 Juin 2017 - 23:22
Cet homme avait quelque chose d'étrange, mais Lewis n'aurait su dire quoi. De toutes les façons, de nature plutôt altruiste et ouverte, il n'allait pas rembarrer cet étranger de façon abrupte et lui laissait l'occasion d'échanger quelques mots. Après tout, il pouvait bien faire cela pour lui. C'était grâce au fait que l'on écoutait ses émissions, que l'on venait à ses contages, qu'il pouvait vivre. Le conteur estimait donc qu'il pouvait bien offrir un peu de son temps à ces gens qui prenaient la peine de faire le déplacement pour le voir en chair et en os. Tant qu'ils ne se montraient pas plus intrusifs et respectueux de sa propre vie privée, il n'y voyait vraiment aucun inconvénient. Le distributeur pez se retrouva donc dans ses mains et il l'observa donc de plus près.

- Ingénieux. Le rendant à son propriétaire. Vous avez des talents de mécaniciens? S'il se montrait curieux, ce n'était pas simplement pour faire plaisir, il l'était vraiment. Autant avoir une discussion qui en valait la peine non? Merci. Si vous avez eu du plaisir, c'est le plus important.

Le cigare brûlait doucement, offrant au propriétaire ce petit plaisir que la fumée provoque quand elle touche les papilles et repart en sens inverse pour s'échapper et disparaître dans l'air. Comme souvent, elle se retrouvait cracher par le nez, Grimm ayant pris l'habitude de le faire à la dragon mode. La curiosité de son interlocuteur sur son don, ne manqua pas de l'amuser et d'un mouvement de la main, cette fumée qui voulait s’échapper se retrouva à prendre forme. Celui d'un aéronef, qui continuait sa route, loin.

- C'est loin d'être un mensonge en tous les cas. Tout en souriant. Le fait qu'il se présente en lui tendant la main, le fit y répondre avec une franche poignée. Enchanté Barthram. Pas commun comme prénom. Haussant légèrement un sourcil à son débit de parole. Il aurait bien voulu lui dire de respirer, après tout, il n'allait pas se sauver en courant - pas encore -. Oh, je vois. Fumant un instant. Si vous êtes bon pour raconter des histoires, le conte se fera tout naturellement, après tout, c'est un peu la même chose. Et à la radio, vous faites quoi?

Richards eut un petit rire en le voyant se mettre à signer. Décidément... il en avait inspiré un de façon... impressionnante dirons-nous. Ça pouvait presque devenir effrayant. Mais il n'avait pas l'air méchant juste... très... TRES enthousiaste. Ouais, on pouvait le dire comme ça. Il lui répondit donc de la même façon, parce que c'était toujours agréable de voir des gens prêt à faire ce genre d'effort, ce n'était pas commun.

- Un atout non-négligeable. Revenant à la parole. Ce ne fût pas trop difficile?

Il était toujours intéressant de savoir comment les gens s'y prenaient, combien de temps ils mettaient à se faire à cette nouvelle façon de parler. Pour découvrir que finalement, tout le monde pouvait le faire, avec un peu de bonne volonté. Mais les handicaps, même à cette époque, dans cette société, restaient quelque chose de tabou.
Grimm
Sphère Artistique
avatar

Messages : 84
Etat Civil : Marié à Claire Richards
Pouvoirs : Smoke Master
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: New Town :: Autres lieux-