May this be a warning [One-Shot]

 :: Monde :: Vers d'autres arches :: Europe Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 17 Mai 2017 - 22:12
L'escadron de recherche commandé par Monsieur Pelletier venait de retrouver la trace de Mrs Wang sur l'Arche Irlandaise. Une destination pour le moins étonnante pour la nouvelle leader de la pègre chinoise. Xin-Qan y avait fuit et dans la précipitation s'était montrée imprudente. Une caméra de sécurité avait capturé son passage à l’aérodrome de Waterford. Une fois le site localisé, il n'avait pas été difficile de la retrouver.
Strega avait ordonné qu'une dizaine d'hommes, ainsi que deux sorcières expérimentées, accompagnent Wairua jusqu'à la cachette de la Chinoise. Ce n'était pas tout, Nikiya devrait aussi faire le voyage pour assister au trépas de sa chère amie. Car tel était le nouvel accord passé entre les deux immortels.

Sous les ordres irrévocables de la Duchesse, la jeune apprentie n'avait eut d'autre choix que de s'exécuter. Cette dernière sentait son corps frissonner sous ses vêtements. La nuit était froide, mais la température n'était pas la seule responsable.
En dépit de la neutralité posée sur ses traits, une nausée la prenait à la gorge depuis leur départ de la villa. Sa peau de porcelaine était laiteuse, ses lèvres fines exsangues et demeuraient parfaitement scellées. Aussi silencieux que des ombres, le petit groupe avait transplané dans le parc du manoir où s'était retranché l'asiatique.
Les hommes n'avaient pas perdu une seconde pour se mettre en place, laissant l'immortel et l'apprentie seuls dans la nuit. Des sbires de Wang montaient la garde, signe qu'ils ne s'étaient pas trompés sur l'endroit où se cachait la chinoise. Tout se passa alors avec une rapidité déconcertante.

Des ombres jaillirent de derrière les hommes, les engloutissant pour les maintenir à terre, immobiles. Mais néanmoins conscients, car il fallait bien que la scène ait des spectateurs. Au même moment, des flèches fendirent les airs, empalant Xin au niveau des bras contre la paroi la plus proche. Et ces illusions-là étaient plus que tangibles, le sang de la chinoise commençant à s’écouler le long des lieux d’impact, alors que les flèches l’empêchaient de bouger et la douleur de tenter le moindre geste. Cela lui était même déconseillé, et de toute manière, fuir ne ferait que retarder un peu plus l’inexorable.

Car on ne pouvait échapper à un prodige millénaire tel que celui qu’on connaissait sous le nom d’Anima, surtout s’il était déterminé à vous retrouver. L’âme qui l’habitait avait foulé cette terre bien avant que tous les bâtiments des environs n’aient été construits par l’homme, et vivra longtemps après qu’ils soient tous réduits en poussière.

Wairua fit donc son apparition, tout de noir vêtu et l’expression d’une neutralité glaciale. Il avança d’un pas calme, la stature imposante et supérieure, indifférent aux hommes de Xin qui jonchaient le sol, et se fraya un passage à travers eux pour arriver devant la femme au mur. Derrière lui, Nikiya le suivait.

En dehors des gémissements des hommes, ou de Xin, le silence dura plusieurs longues secondes, durant lesquelles Wairua fixa la femme prisonnière de ses illusions.

"Vous auriez mieux fait de retenir la leçon que votre mari vous a laissée avec sa mort." finit-il par dire, en inclinant la tête sur le côté, toujours sans la moindre expression, mais avec un regard perçant dans lequel brillait une lointaine lueur de folie contenue. "On ne s’attaque pas impunément à certaines personnes, sans que cela ait des conséquences."

Un vent glacial s’engouffra dans la pièce, faisant frissonner toutes les échines des êtres vivants qui s’y trouvaient. L’air s’alourdit, donnant même l’impression de se distordre. En particulier autour de Wairua. D’un seul coup, des masses sombres apparurent autour de lui et se ruèrent vers Xin dans une vague de folie. Des formes semblaient se détacher de cette masse d’ombres, parfois humaine, parfois animale, parfois indéterminée. Lorsqu’elles heurtèrent Xin, l’enveloppant entièrement, son cri de terreur et de douleur résonna dans toute la pièce, voire au-delà. L’arche entière put entendre l’écho des derniers instants de Xin Qan.

Lorsque les ombres disparurent peu à peu, le corps de la chinoise réapparut contre le mur. Ses vêtements et sa peau apparente étaient en charpie, et sa tête pendait sur le côté, sans vie. Mais le plus impressionnant était le regard de la femme, immobilisé dans une expression de terreur absolue, même avec le voile vitreux qui était tombé sur son regard.

Après quelques instants, Wairua avança d’un pas. Un grondement se fit alors entendre, et une nuée de corbeaux s’échappa de la poitrine de la chinoise, créant un tourbillon d’ombres et de plumes autour d’elle. L’immortel s’avança alors jusqu’au corps, et tendit la main vers le centre de cette essaim, jusqu’à l’intérieur du torse de Xin. Après quelques secondes, il en ressortit un petit coffret, et, au moment où il tourna le dos pour revenir vers Nikiya, les ombres disparurent en un battement de paupière. Le corps de la chinoise s’écrasa lourdement au sol, alors que les flèches qui la maintenaient au mur avaient elles-aussi disparues.

L’immortel s’arrêta au niveau de la danseuse, le visage toujours aussi indifférent qu’à son arrivée et le regard résolument fixé en face de lui. Un battement de cœur silencieux passa.

"Qu’il soit dit que quiconque essaie ou fasse du mal aux enfants de Catherine Kent subira le même sort. Pour le reste, référez-vous en aux ordres de la Duchesse."

Sans se retourner, ni adresser le moindre regard à Nikiya, il quitta les lieux, le cœur de feu Xin Qan serré contre sa poitrine. Preuve que sa mission était accomplie, et qu’il avait obtenu le dédommagement exigé. D’aussi loin qu’il se souvienne, il n’avait jamais tué personne ainsi. Jamais utilisé ses dons de façon à torturer et à prendre une vie. Anima ne l’aurait jamais fait. Mais Wairua oui, car il y avait un début à tout.

Abandonnée face à la dépouille sans vie de son amie. Lotte resta de marbre pour encore quelques secondes. Battant des paupières comme sortant d'un rêve, elle ne sentit pas le sang quitter son cerveau, ni la nausée lui monter aux lèvres. Elle se détourna pour rendre le contenu de son estomac vide, appuyée contre le mur le plus proche, ses jambes chancelant sous son corps soudainement privé de ses forces.

Quelques secondes plus tard, la silhouette de Maurice Pelletier se dessinait dans l'encadrement de la porte. Il traversa la zone de cadavre sans même sourciller. D'un simple geste du menton il indiqua aux hommes de Madame Lampeduza de récupérer la dépouille de l'ancienne alliée de la Sorcière. Les hommes de main s’exécutèrent dans un silence quasi religieux. Ils déposèrent la femme sur une civière et la transportèrent jusqu'à un véhicule prêt à partir.
Puis, le Français se tourna vers la danseuse et l’enjoignit de le suivre. Tous les deux étaient attendus pour la suite à Édimbourg.
Lotte observa l'homme de main de la duchesse d'un œil éteint. Passant un doigt sur sa bouche pour s'essuyer les lèvres, elle s'était redressée. Usant de son don pour se redonner des forces, elle se redressa, se donna une seconde pendant laquelle elle ferma les yeux pour ravaler ses larmes, chasser son trouble et trouver le courage de poser un masque sur sa peur.
Montrer la moindre faiblesse revenait à s'exposer, elle en avait maintenant conscience. L'avertissement de Cnossos en était la preuve ainsi que l'assurance de la loyauté de son élève. Mais quel choix avait celle-ci ? Aveuglée par sa colère, sa peine, son désir de vengeance, l'espoir une guérison, la peur de mourir, elle avait fait le choix de tourner le dos à sa vie et à ceux qui avaient compté et pris une décision qui lui était apparue comme celle qui lui offrait le plus de solutions. Seulement, la possibilité de revenir en arrière ne lui était pas offerte et elle venait d'assister au prix de la trahison.
Elle n'avait pas d'autre alternative. Pourtant, quelque chose dans sa nature profonde faisait d'elle une âme incapable de franchir la ligne, non ? Mais quel différence y avait-il entre l'exécutant et le témoin si ce dernier n'avait pas même tenté d’intervenir ?
Lotte emboîta le pas du français. Quelque chose s'était brisé en elle.
Wairua
Sphère Savoir
avatar

Messages : 133
Etat Civil : Veuf
Pouvoirs : Réincarnation, illusions, prédictions
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Monde :: Vers d'autres arches :: Europe-