Exposition universelle, salon des inventions [Scénario]

 :: Édimbourg :: Southside :: Autres lieux Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 17 Mai 2017 - 20:35



En cette belle journée du mois de Mai, le salon des inventions 2017 fut inauguré en grandes pompes. Il fallait dire que cette édition était doublement particulière. D’abord, non contente de présenter comme à chaque fois les nombreuses créations d’inventeurs de l’arche et d’ailleurs, elle se joignait également aux festivités autour de la grande exposition universelle lancée il y a déjà quelques mois. En plus de ses animations habituelles, le moment clé de la journée serait l’inauguration du tout nouvel aéronef de l’armée, petit bijou de technologie qui rendait déjà fier les plus hauts représentants du pouvoir.

Mais cet événement aura lieu plus tard dans la journée, et, dès la fin de la matinée, le public fut convié à pénétrer dans l’immense parc d’exposition qui accueillait l’événement, sous un grand soleil presque digne de l’été. De nombreux stands et espaces étaient occupés par les différents inventeurs et entreprises désireux de présenter leurs nouveautés, quel que soit le domaine. Mais, de manière générale, plus cela en jetait, mieux c’était, et la rivalité –souvent bon enfant- était palpable entre les différents exposants.

Du simple artisan de la ville qui venait présenter des inventions dans l’électroménager, aux compagnies d’aviation qui montraient et faisaient tester leurs nouveaux véhicules en passant par les différentes écoles qui venaient montrer leur savoir-faire ; le visiteur avait l’embarras du choix, le tout dans une ambiance festive et détendue. En plus de la Potential Home, d’autres écoles ou universités de l’arche étaient présentes, ainsi que d’autres établissements d’arches étrangères. Il fallait dire que ce salon était une vitrine internationale, où pouvait se trouver de belles perles et de futurs contrats commerciaux juteux.

Les habituels stands de nourriture et boissons, ainsi que d’autres divertissements venaient compléter cet événement important de la vie de l’arche, à la fois académique, politique, économique et tout simplement familiale.

Un fait étonnant attirera rapidement l’attention des visiteurs : un peu partout dans le salon, et surtout à l’entrée, on distribuait des masques gratuits à l’effigie du célèbre héritier excentrique, Barthram Einar. C'était devenu une mode depuis quelques semaines, pour une raison qui échappait à la logique et la raison humaine, comme tous les effets de mode. De très nombreuses personnes se baladaient donc dans les alentours avec ce masque cachant leur visage, rendant un peu plus festive et carnavalesque l’atmosphère. La sécurité grinçait un peu des dents, mais personne n’avait envie de froisser Einar qui, murmurait-on, était l’un des nombreux donateurs qui avaient permis l’ouverture et la gratuité de ce salon.

Et puis, franchement, rien de mal ne pouvait se passer durant cet événement, pas vrai ?
Storyteller
Maître du Jeu
avatar

Messages : 61



]
Revenir en haut Aller en bas
Mer 17 Mai 2017 - 20:36

GEAR



SPANNER



Nous étions arrivés avec l’équipe de la PH aux aurores afin de monter tout le stand avant l’ouverture au public. Ou plutôt, les stands, puisque l’espace alloué à l’école était constitué d’un groupement de pôles selon les thématiques ou les inventions présentées. Déjà, certaines parties étaient constituées de membres de la House Sciences ou de la House Mechanics, les deux maisons pour qui ce salon était le plus important, car l’occasion de présenter leurs différents travaux. Mais les deux autres maisons n’étaient pas en reste, puisque la House Arts avait créé la décoration de notre espace, aux couleurs de l’école. La House Social tenait pour sa part un stand publication et informations, où l’on pouvait consulter les livres, articles, CD, DVD et autres produits culturels et scientifiques créés par l’école. Un autre stand promouvait les associations humanitaires soutenues par l’école. Certains élèves et professeurs de ces deux maisons s’étaient également portés volontaires pour donner un coup de main à leur camarade.

Tant et si bien qu’à l’ouverture, tout fut prêt pour l’arrivée des premiers visiteurs. Chaque année, les stands de la Potential Home étaient parmi les plus appréciés et les plus visités du salon, grâce à de nombreuses activités, mais également, aux fameuses inventions.

Dans la partie science, on pouvait trouver pêle-mêle : des pastilles effervescentes pour rendre l’eau potable, un détachant écologique particulièrement efficace, des feux d’artifices portables et indolores, des bulles de savons géantes pour pouvoir voler de quelques centimètres, ou une barre alimentaires à moins d’un demi dollars qui permettait d’obtenir tous les nutriments essentiels pour une journée. Avec les récents événements en Bolivie, l’intérêt était tout particulièrement marqué sur un projet de polarisation qui permettrait d’assurer la sécurité des arches. Encore expérimental, comme pouvait le montrer les quelques maquettes d’arches qui tenaient en l’air grâce à ce procédé, le projet n’en était pas moins prometteur.

Du côté des mécanos, on faisait la part belle aux technologies, qu’elles soient pratiques ou impressionnantes. Toute une série d’inventions était donc destinée aux ménages, Monsieur et Madame tout le monde. Entre une machine qui proposait plus d’une vingtaine de boissons chaudes différentes et qui marchaient grâce à la combustion de déchets organique, en passant par des véhicules adaptés ; les familles y trouvaient leur bonheur. Une autre importante part de la maison présentait les différents VAP, qu’ils soient individuels ou de plus grandes proportions.

Mais la vraie curiosité, c’était les fameuses armures d’exploration présentées en grande exclusivité. Elles étaient conçues pour permettre à l’homme de se déplacer en milieux hostiles, typiquement à la surface de la terre. Ces armures étaient donc à la fois une protection, mais également un moyen de locomotion, puisqu’elles permettaient de se déplacer à grande vitesse au sol, mais également de voler. Bien évidemment, aucun armement n’y était intégré, et ces armures étaient uniquement équipées de matériel utile ou médical, destinées en priorité à la recherche sur le terrain.

C’était la grande fierté de Gear, qui avait chapoté le projet et avait conçu lui-même les premiers plans, mais également pour Spanner et moi, qui avions également travaillé dur sur ce projet, mettant de côté nos heures administratives pour mettre les mains dans le cambouis, littéralement.

"Ces masques sont quand même ridicules…" observa Spanner avec une expression perplexe, alors qu’un groupe de jeunes passait, tous portant les fameux masque à l’effigie d’une quelconque personnalité connue.

"Ça aurait été plus drôle si ça avait été nos visages, hein Owen ? On y pensera pour l’année prochaine." ajouta Gear en donnant un coup de coude au musicien, avec un sourire amusé.

"Prépare plutôt la démo des armures, au lieu de raconter des bêtises." dis-je en levant les yeux au ciel, avant d’aller vérifier auprès des jeunes que tout se passait pour le mieux. Notamment auprès de Kevin, et d’Eden.

Pendant ce temps, Elias était déjà parti trouver une autre victime à embêter pour tromper son ennui, entre deux clins d’œil ou sourire non-équivoque à plusieurs visiteurs. Il s’approcha de Fawn, lui tapotant l’épaule du bout du doigt.

"Alors gamine, prête pour le concours de celui qui fera le plus de tours avec sa clé à molette ? J’espère qu’aujourd’hui, tu ne te laisseras pas te faire laminer comme la fois précédente !"
Dastan
Sphère Technique
avatar
Messages : 646
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps



Don't waste your time or Time will waste you



Don't click... unless you wanna be blinded (a)

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Mai 2017 - 14:30
« Bienvenue au stand de Mesa Corporation, ou les merveilles de demain sont à la portée de tout le monde. Le futur est en marche, n'attendez pas pour nous y rejoindre ! Chez Mesa, vous trouverez le meilleur de ce que l'avenir a à offrir, et c'est avec notre plus grande joie que nous vous l'apportons jusque chez vous ! Bienvenue... »

Sur l'écran géant, le discours de bienvenue de Mesa Corporation se répétait en boucle, le visage de Carla Stone adouci d'un sourire qui promettait le monde. Sur l'image, la femme blonde au cheveux courts avait un air ou le sérieux se mêlait à plein de promesses, et on aurait pu être tenté de lui acheter bien des choses. Vêtue d'un tailleur noir sur fond blanc où se découpait le logo rouge de la société. J'y étais tellement habituée que je n'y prêtais plus attention, le message se déclinant à l'infini étant devenu pour moi un bruit de fond semblable au brouhaha de la foule ou au vrombissement des machines. De toute façon, la communication n'était pas mon domaine, et je le laissais volontiers à Cecil, mon chargé de communication. Il n'aimait rien tant qu'à pouvoir parler à ceux qui voulaient bien l'écouter, et venter les mérites de Mesa était son métier, après tout. Moi, tout ce que je voulais, c'était pouvoir triturer mes boulons et mes écrous en paix, et peut-être ajuste le transformateur photonique, des fois qu'une partie du public verrait mal le fait de voir ses particules mélangées comme de la salade dans un bol. Les gens étaient parfois particuliers à propos de ce genre de détails... Mais normalement, tout allait bien se passer. Non, en réalité, ce que je voulais vraiment, c'était te retrouver, Hailey. Seulement, cela devrait attendre, mes engagements envers Mesa se devaient d'avoir pour l'instant la priorité ; et je ne voyais pas comment y arriver sans eux, de toute façon. Depuis que tu avais disparu, je me voyais mal trouver de ressources ailleurs. Et puis j'aimais mon travail, qui consistait à développer et entretenir toutes ces nouvelles technologies. C'était une manière pour moi de continuer ton œuvre.

« Est-ce que tu peux me passer le désarticuleur harmonique ? » Du moins avais-je voulu dire, espérant me faire comprendre malgré le tournevis que je tenais calé entre les dents. Mais mon assistant avait l'habitude, et il me tendit aussitôt ce que je lui avais demandé. Ramon était dégourdi, malgré son jeune âge, et son enthousiasme faisait plaisir à voir. Je le remerciai d'un hochement de tête, avant de me remettre au travail. A peine vingt ans, le métis au teint bronzé et aux yeux bridés était un garçon sec et dégingandé, au sourire communicatif.

« Il n'y a que toi pour l'appeler comme ça. » intervint Carlos, un de mes partenaires scientifiques, que j'avais connu en même temps que toi, Hailey. Un de la bande, avec Cecil et Ramon. Vêtu de son éternelle blouse blanche, les cheveux magnifiques (on les remarquait tout de suite chez lui, à la manière d'une crinière), la peau sombre, c'était un ami fidèle qui se dédiait entièrement à deux choses : la science, et Cecil, les deux hommes étant mariés depuis plusieurs années. Te rappelles-tu de la cérémonie, Hailey ? Comme ils étaient heureux... Ils le sont encore, crois moi, et je sais que tu leur manques aussi. A l'avant du stand, Cecil accueillait les visiteurs avec son enthousiasme habituel, dans sa tenue des grands jours, veste noire légère et cravate négligée, ses lunettes sur le nez.

« C'est parce que le nom de base est beaucoup trop ennuyeux pour que je m'en rappelle. Bon, je crois que les réglages sont ok... »

Je me reculai pour observer le fruit de mon labeur, jaugeant la construction d'un œil satisfait. A part toi, Hailey, je ne pense pas que qui que ce soit aurait pu faire un meilleur travail, surtout en aussi peu de temps. Haut de trois mètres, le portail de transport était flambant neuf, et le premier d'une longue série à être présenté au public. Comme les précédents modèles, il s'agissait d'un anneau métallique , semblable à un grand cerceau dont l'allure était plus élégante que ses ancêtres. Nous avions réussi à gagner plusieurs centième de secondes sur le temps de transport, ce qui ne représentait pas grand chose si l'on ne songeait pas à l'énergie nécessaire et à l'état des sujets. Il avait été conçu pour améliorer l'expérience, devant notamment réduire la nausée causée par chaque passage. Lorsqu'on l'activait, il générait comme tous les autres une énergie bleutée, et il suffisait de passer au travers pour se retrouver...ailleurs. Chaque portail était relié à un jumeau, et la distance parcourue entre une paire pouvait atteindre plus de cinquante kilomètres avec ces nouveaux modèles. Des réseaux de portail étaient mis en chantier pour parcourir de plus longues distances encore, de portail en portail ; idéalement, Mesa espérait pouvoir bientôt relier les quatre coins du nouveau monde via son système. Tout en le rendant abordable au plus grand nombre.

« Bienvenue sur le stand de Mesa ! »
Cecil accostait un groupe de visiteur, les invitant à s'approcher du portail. « N'hésitez pas à tester notre nouveau portail : plus rapide, plus loin, avec moins d'inconfort, il n'y a que des avantages ! Celui-ci est relié à un jumeau se trouvant sur un petit îlot privé non loin de l'Arche, ou un buffet et d'autres surprises offertes par Mesa Corporation vous attendent. Nous offrons des cachets pour lutter contre les effets de nausée que peut produire un voyage, mais je peux vous assurer que l'expérience est sans danger. Et si vous fréquentez déjà nos services de transport, vous pourrez constater à quel point nous ne cessons d'améliorer notre technologie ! Mesdames, messieurs, nous... »

Je perdis le fil de son discours, préférant observer la foule qui cheminait entre les stands. Je regrettais de ne pas pouvoir me joindre à elle, curieuse de découvrir ce que d'autres avaient à proposer, comme la Potential Home, Arkadia, Feuerbach ou les nombreux indépendants qui avaient trouvé une place. Mais il fallait que je surveille les résultats du portail, et que je reste présente pour répondre aux éventuelles questions des curieux. Ce qui ne me dérangeait pas plus que ça, même si j'aurais de loin préférer faire partie du public avec toi, Hailey ; tu aurais adoré, j'en suis sûre... J'avais décidé de participer à ma manière aux festivités, en me dégotant un des masques de Barthram Einar, une célébrité excentrique que j'avais rencontrée quelques jours avant la foire aux inventions. J'avais apprécié son esprit curieux et plus grand que nature, et m'étais un peu retrouvée dans son attitude particulière ; aussi trouvais-je amusant de jouer le jeu des masques. Pour passer le temps, je m'assis à l'établi présenté au public, et sorti Little Bob, le bloc de poignet sur lequel je travaillais à mes heures perdues. A côté, Goumi grignotait tranquillement un biscuit, coiffé de son petit chapeau crépon rouge pour l'occasion ; je n'avais pas trop peur que le rat s'enfuie, il n'était pas assez aventureux...

Maintenant, il ne nous restait plus qu'à voir ce que cette foire allait apporter !
Saturn
Sphère Savoir
avatar

Messages : 41
Etat Civil : célibataire
Pouvoirs : compréhension innée des machines
Revenir en haut Aller en bas
Ven 19 Mai 2017 - 14:37
Penser que l'école avait travaillé d'arrache-pied pour cette exposition n'était pas peu dire. Certes, certaines maisons avaient eu bien plus à faire que d'autre, en particulier la Mechanics et la Science, cependant, les deux autres avaient mis la main à la pâte pour que tout se déroule au mieux. Les talents de Vox n'étant pas particulièrement utiles pour l'occasion, il s'était porté volontaire afin d'aider au montage des différents stands de la Potential Home dès les premières lueurs du jour. Il avait plutôt l'habitude de se coucher à l'heure à laquelle il s'était levé, mais une promesse étant une promesse, il s'était plié au jeu avec entrain. Tout le monde semblait d'une humeur joyeuse et le soleil qui brillait de tout son éclat apportait un peu plus de gaieté à l'événement. Ses lunettes de soleil sur le nez, le musicien souriait en scrutant la foule, portant toute son attention sur les passants et les passantes qu'il trouvait à son goût. Le fait que Gear soit de la partie ne pouvait que le ravir, ces deux-là ensemble étaient redoutablement efficaces lorsqu'il s'agissait de prendre du bon temps !

La remarque de Spanner lui arracha un bref rire et il ne put qu'être d'accord avec elle. Il ne savait pas quand ni pourquoi cette nouvelle mode était apparue, mais il suivait l'avis de la directrice de la House Mechanics : c'était tout simplement ridicule. Il trouvait tout de même qu'il n'y avait là rien d'autre qu'un engouement bon enfant qui s'ajoutait aux festivités. Il connaissait quelque peu Barthram pour avoir joué à de nombreuses reprises lors d'événements privés organisés par ses soins. Drôle d'oiseau, extravagant et un rien déroutant. Mais indéniablement un sens inné de la mise en scène et de ce qu'était une fête réussie. Ces masques n'étaient qu'une autre de ses gentilles frasques, sûrement un caprice accordé pour ne pas le froisser. Il était toutefois déroutant de voir son visage partout où l'on posait le regard. Et en parlant de masques, l'idée de Gear ne put que le faire partir d'un rire franc.


- Nos visages ? Tu dérailles mon vieux, il y aurait bien trop d'évanouissements, ça serait un carnage.

Il adressa un clin d’œil à son complice et le regarda se faire gentiment remettre à sa place par Dastan, ce qui eut pour conséquences un soupir faussement exaspéré de la part d'Owen.

- Ahhhhh Alex, quel rabat-joie tu fais ! Tu n'es plus l'homme que je connaissais...

S'il y avait bien une chose que le musicien n'hésitait pas à faire, s'était chambrer son ami depuis qu'il s'était rapproché de Charlie. Il ne pensait pas un mot de ce qu'il venait de dire et était sincèrement heureux de son bonheur. Cela ne l'empêchait pourtant pas de le taquiner dès que l'occasion se présentait, en particulier si Elias était dans les parages. Ne dit-on pas : qui aime bien, châtie bien ? Il comptait ces deux hommes comme d'excellents amis et même si la nature de leurs sorties avaient légèrement été altérée, ce n'était là qu'une évolution qui ne changeait rien à leur camaraderie. Il regarda les deux hommes s'éloigner chacun de leur côté, ne prêtant plus attention à leurs agissements. Ils se retrouveraient bien à un moment durant la journée. Autour d'un verre de préférence, c'était tout de suite plus convivial !

Le professeur de musique était maintenant libre de ses mouvements et il commença par jeter un œil un peu plus approfondi aux fameuses armures sur lesquelles ses collègues avaient tant travaillé. Ils pouvaient être fiers d'eux, c'était un beau projet rondement mené et qui aurait des répercussions importantes pour les habitants des arches. Ce salon promettait d'autres prouesses techniques et technologiques et il était impatient de découvrir ce que les meilleures écoles et entreprises avaient pu mettre au point. La journée s'annonçait magnifique et il ne faisait aucun doute dans l'esprit d'Owen qu'il allait passer un agréable moment à déambuler parmi les différents stands. Il enfonça ses écouteurs dans les oreilles et enclencha une musique entraînante avant de s'éloigner, calquant son pas sur le rythme de la chanson.
Vox
Sphère Artistique
avatar

Messages : 35
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Charme par la voix, imitation, transmission de sentiments par le chant, facilité dans le domaine de la musique
Revenir en haut Aller en bas
Ven 19 Mai 2017 - 14:42
Pour la foire aux inventions de l'exposition universelle, Arkadia avait vu les choses en grand. La société -du moins sa face publique- était une des pionnières de l'innovation dans le monde actuel, et elle était bien décidée à ne le montrer. Pas question que des corporations comme Mesa ou Feuerbach lui fassent de l'ombre, et elle était décidée à lutter au moins à armes égales. Perceval Rose avait tenu à supervisé lui-même l'organisation, et s'était déplacé pour l'ouverture de la foire afin de représenter correctement son organisation. Et puis il était bon, parfois, de se rappeler qu'Arkadia n'était pas qu'un groupe de l'ombre en proie à une guerre éternelle contre ceux qui menaçaient l'équilibre. Arkadia était aussi un symbole de modernité et de développement, dont les avancements étaient censés venir en aide au plus grand monde.

En réalité, la société avait divisé son grand emplacement en plusieurs stands, chacun dédiés à une facette différente de la recherche scientifique. La Head Division avait mis les bouchées doubles, fière de présenter les produits qu'elle pouvait présenter au public. L'organisme scientifique d'Arkadia travaillait en secret sur de nombreux prototypes destinés à être utilisés sur le terrain pour leur donner un avantage, ce qui permettait de mettre au point de nombreuses versions qui pouvaient être commercialisées. Pharmaceutique, mécanique, énergie, armement, communications, transports : comme Mesa, Arkadia était diversifiée, bien qu'à un degré moindre que la corporation géante de Singapour. La concurrence était rude avec cette dernière comme avec bien d'autres, aussi était-il temps de présenter les meilleures découvertes.

Un stand avait été converti en parc à véhicules : on pouvait y voir le dernier modèle de VAP personnel sorti d'usine, un prototype qui n'allait pas tarder à faire son entrée sur le marché. Pourvu des meilleures systèmes de guidage et de sécurité, c'était le fleuron des équipes mécaniques de la société. Plusieurs modèles de voitures et de motos modernes étaient également présents pour ceux qui préféraient la terre ferme, tous des modèles efficaces et écologiques. Il n'y avait bien qu'avec la fameuse technologie des portails de transport qu'Arkadia ne pouvait rivaliser, Mesa détenant farouchement son monopole. Non loin, on présentait les derniers appareils informatiques, des ordinateurs portables aux téléphones cellulaires en passant par les blocs de poignet. Une partie des lieux avait été aménagée pour les enfants, avec des jeux dernier cris. Plusieurs simulateurs étaient présents, permettant aux passants de s'immerger dans diverses situations, allant du vol atmosphérique à la traversée maritime. L'un des plus populaires permettait aux gens d'explorer la surface de la Terre, afin qu'ils puissent s'en faire l'idée la plus proche possible. Un autre stand, plus petit, parlait des aspirations d'Arkadia quant à la conquête spatiale, un rêve depuis longtemps mis de côté par les hommes, mais que le directeur avait ravivé depuis peu. L'une des principales attractions restait la présentation d'un modèle de jet-pack individuel, qu'il était possible de tester sous étroite surveillance. Il y avait également un coin dédié aux avancées médicales, allant des nouveaux médicaments et traitements aux prothèses. Enfin, en accord avec le partenariat établi au nom de l'exposition, la Chine avait son propre stand, proposant ses innovations venues de l'Orient.

Un bureau d'informations se trouvait au cœur des stands du groupe, ou on pouvait en apprendre plus sur à peu près n'importe quoi concernant l'entreprise. Il était également possible de se renseigner concernant des propositions de travail et des bourses, et plusieurs dénicheurs de talents étaient là pour repérer des recrues potentielles, ou des gens à surveiller. Un autre moyen pour Arkadia d'engager des agents, aussi bien officiellement qu'officieusement... Percy avait également tenu à sponsoriser plusieurs indépendants venus d'un peu partout, afin qu'ils puissent avoir leur propre présentation lors de l'exposition. L'un dans l'autre, Percy était plutôt satisfait du résultat, et de l'intérêt que les gens portaient à Arakdia en particulier et à la foire aux inventions en général. La Potential Home, notamment, avait son lot d'innovations à découvrir, et les merveilles ne manquaient pas à la foire, qu'elles soient à la pointes, étonnantes ou simplement incongrues mais fascinantes. Il y avait vraiment de tout, ce qu'appréciait Perceval. Une seule ombre au tableau, et pas des moindres : Mesa. Il avait dévisagé d'un regard noir le visage de Carla Stone sur les écrans, sachant que derrière se cachait celui de la femme qui avait manqué détruire Arkadia des années plus tôt, et qui préparait son retour dans le monde. Il ne savait toujours pas comment elle avait survécu, ni comment elle avait gravé les échelons pour se retrouver dans le directoire de Singapour, mais il savait qu'elle ne préparait sans doute rien de bon... Tout Mesa n'était probablement pas sous sa coupe, voire au courant de sa véritable identité, et il y avait peu de chances qu'elle tente quoi que ce soit en pleine foire, mais il tenait leur stand à l’œil malgré tout ; un grand nombre d'agents avaient été discrètement déployés dans la foule pour assurer la sécurité de l'exposition.

« Tout se passe bien, patron. Pour le moment en tout cas... Détendez-vous un peu tant que vous le pouvez. »

De la part de Miranda -qui était sa garde du corps aussi bien que son fidèle bras droit- c'était un peu l'hôpital qui se moquait de la charité. La monde surveillait tout ce qui se passait comme un faucon, et elle n'allait pas laisser les festivités prendre le pas sur son professionnalisme. Pour elle, chaque inconnu était un ennemi jusqu'à preuve du contraire, et même les connaissances n'échappaient pas à la règle. Mais elle avait aussi passé du temps avec sa sœur, qui était élève à la Potential Home, ce qui avait un peu adouci son humeur. Du moins autant que possible pour l'agent Lokchart.

« Peut-être que vous auriez dû faire faire des masques, vous aussi. » ajouta-t-elle, amusée, en voyant un autre passant portant la face de la célébrité qui se faisait notamment connaître sous le curieux pseudonyme de Babar. Un des jeunes chargés de communication d'Arkadia, ayant eu vent de l'affaire, avait eu le cran de proposer à Rose de faire de même avec son propre visage. En retour, Percy s'était contenté de hausser les sourcils en le fixant jusqu'à ce que l'infortuné baisse nerveusement les yeux avant de se mettre à bredouiller.

« Nous aurions dû proposer ça à Pandora... » ajouta-t-il néanmoins avec un sourire, cherchant du regarder la directrice de la Head Division, qui assurait en personne la supervision du stand. La pakistanaise aurait sans doute préféré rester coltinée dans ses labos à étudier ses cultures ; elle considérait les relations publiques comme une perte de temps, mais elle répugnait tout autant à imaginer son département exposé à la face du monde sans être là pour s'assurer de la bonne marche de l'ensemble. Elle passait d'une exposition à l'autre, son sari bien plus coloré que son humeur ; elle avait déjà fait peur à plusieurs enfants rien quand les gratifiant d'un regard noir, de la même manière qu'elle effrayait la plupart de ses subordonnés. Au moins, elle prenait un peu l'air, ce qui ne pouvait pas lui faire de mal...

« Et où en sont-ils concernant le Harrington ? »

« L'inauguration de l'aéronef devrait se dérouler comme prévu. »

« Parfait. »

Percy avait un intérêt certain dans l'événement : le vaisseau avait été conçu en partenariat avec la flotte, un contrat qu'Arkadia avait remporté dans un but de coopération. Sa révélation était censée être le clou du spectacle ; il ne restait plus à espérer que ce dernier se déroule sans encombres...
______________________________________________________________________________

PNJs: Miranda & Pandora:
 
Percy
Sphère Economique
avatar

Messages : 511
Etat Civil : veuf
Pouvoirs : mémoire parfaite - intelligence améliorée - résistance mentale - Immortalité


Thème: Everybody Wants To Rule The World - Lorde




"Chaos is found in greatest abundance wherever order is being sought. It always defeats order, because it is better organized." Terry Pratchett
Revenir en haut Aller en bas
Ven 19 Mai 2017 - 23:15
SALON DE L INNOVATION

TOUT LE MONDE



Mr Jones n’était pas un amoureux particulier de la masse, des bains de foule -à l’exception des raves party- car cela lui donnait l’impression d’étouffer. Il souffrait de ce qui est appelé par les paires de la psychiatrie d'agora phobie. La peur était l'une des conséquences de la nouvelle capacité. Car plus la densité de population était importante et plus Mr Jones avait le cerveau compressé et des difficulté à tenir son "don" à distance. Mais, cette fois, on ne lui avait pas laissé le choix de son emploi du temps. Celui qui lui servait de tuteur -son oncle- avait prit congé pour être présent et s’assurer qu’il tienne son engagement. Mr Jones s’était engagé -plus ou moins volontairement- à donner un coup de main aux Mécanic’s -ou Méca comme ils se surnomment entre eux- pour tenir le stand de l’école au salon de l'innovation. Mr Brown l’avait réveillé de force et l’avait escorté sur place avec des consignes strictes.

Mr Jones avait mis un soin tout particulier à choisir sa tenue. Il savait à quel point cela pouvait être important pour ce genre d'événement. Il ne visait pas les chefs d'entreprises, les chasseurs de têtes, mais les consommateurs en mal de fournisseur. Pour avoir une chance de les attirer Mr Jones devait inspirer la confiance. Le look « décontracte cool » demandait un équilibre particulier entre les formes et les logeurs. Les baskets, qui sortaient d'usine, venaient d'un « ami ». La montre était un « cadeau » d'un client du club de sport devant lequel Mr Jones faisait commerce. La casquette était le seul détail qui vienne bien de la garde-robe initiale de Mr Jones.

* 'Vec du bol il y aura de quoi booster le moteur de bébé.

OMG... Elle est là.
*

Mr Jones avait un « cruch » sur la professeur de mécanique. En d'autres termes il était très attiré par l'enseignante. Il savait très bien que son statu d'étudiant et leur différence d'âge jouaient en sa défaveur. Cela ne lui interdisait pas de rêvasser à l'impossible. Il aimait fantasmer comme tout jeune de son âge. Mr Jones ne s'était encore jamais retrouvé pris dans les émois d'une passion amoureuse. Il avait effleuré les corps de ses comparses de soirées. Il avait eu plusieurs relations sexuelles avec une jeune fille, qui se plaçait sous l'étiquette de « sex freind's ». Mais Mr Jones n'avait jamais été plus loin qu'une sortie au cinéma en fond de salle pour fricoter.

"Salut md'ame Rubis. "

Mr Jones affectait une pose nonchalante. Il marchait avec une lenteur exagérée, autant par goût, que par obligation. La consommation exagérée d’héroïne commençait à jouer sur sa perception de l'espace-temps. Il avait les épaules rentrées. Un mouvement inconscient qui lui donnait l'impression de pouvoir se protéger de la pression extérieure. Après avoir sourit à la jeune femme, Mr Jones reparti flâner dans le stand de l'école. Il tourna autour de la fameuse armure d'exploration dont tout le monde n'arrêtait pas de parler dans le manoir depuis 15 jours. Un vague salut de la tête lui vint par habitude en croisant l'ancien directeur Gear.

*Genre quelqu'un voudrait porter ce truc. *

Mr Jones repéra alors le coin où était présentés les VAP. Il passa juste à côté de Vox dont il avait vaguement entendu parler. Mais ce qui l'attirait était ailleurs. C'était une partie de l'exposition qui allait davantage avec ses centres d'intérêt personnel. Il s'avançait vers le modèle le plus technologiquement avancé. Malheureusement, il était trop amorphe, pour pouvoir remarquer tous les détails apportés sur la machine. La défection de ses capacités cérébrales ne le révoltait même plus. Il avait fait le choix de cette vie à deux à l'heure pour ne pas avoir à subir le parasitage d'un savoir trop lourd à porté. Mr Jones ne se rendait pas encore compte que plus il repoussait la réalité et moins il existait en lui-même. Puisqu'il n'était pas capable de profiter de l'atmosphère festif il commençait déjà à s'ennuyer ferme.

Mr Jones plongeait les mains dans les poches de son sweat-shirt en espionnant le stand voisin. Il était tellement occupé qu'il n'entendit pas Mr Mason arriver. Au moment, où Mr Jones tourna la tête dans sa direction, il se força à adopter une posture plus droite. Il sortit ses mains des poches. Un sourire automatique tendit sa bouche.

"Ça va bien m'ssieur Mason ? "

Ed
Sphère Technique
avatar

Messages : 56
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Diagnostic
Revenir en haut Aller en bas
Sam 20 Mai 2017 - 20:29
STAND D'ARKADIA

La main de sa frangine dans la sienne, Lou entraînait son aînée dans son sillage.

-Lou, Any ! Ne vous éloignez pas trop ! Rappela à l'ordre le papa aux aguets.

Les deux enfants étaient -comme à leur habitude lorsqu'il s'agissait de partir à l'aventure- surexcitées et, malgré tous ses efforts, Lohen avait toujours, dans ces cas là, un peu de mal à les canaliser. Aussi, il ne les quittait pas des yeux et réfrénait leur enthousiasme en se rappelant de temps en temps à leur attention grandement accaparée par l'environnement foisonnant.

La petite famille - qui incluait sous cette appellation la jeune fille au paire, Marta - avait profité du week-end magnifiquement ensoleillé pour se rendre, comme beaucoup, à l'inauguration du salon des inventions. Il était encore tôt et les portes ouvraient seulement, mais déjà, ils évoluaient dans une foule d'habitants curieux et de touristes ayant fait le déplacement pour l'occasion.
Le jeune père devait reconnaître que sa propre curiosité l'avait poussé à faire le déplacement pour se rendre à cet événement très attendu. Il fallait reconnaître que les expositions universelles ne prenaient pas place tout les quatre matins à Édimbourg et que c'était une réelle chance que d'y avoir aussi facilement accès. Il aurait été dommage de ne pas en profiter et de ne pas donner aux filles l'occasion d'y participer, de leur permettre de voir tout cela de leurs propres yeux. De plus, Lohen savait parfaitement que malgré leur âge, curieuses de tout, elles seraient assurément fascinées. En raison de l'état de santé d'Any lors de l'ouverture, ils n'avaient pu participer au carnaval -sans trop de regrets puisqu'il avait été écourté par un ouragan- aussi, l'occasion était parfaite pour se rattraper.

Ses filles découvraient avec des yeux ronds les stands foisonnant, la foule enjouée, les écrans géants qui éclataient de musiques entraînantes et de couleurs chatoyantes, les inventions les plus incroyables qui volaient ici, s'adressaient aux visiteurs là.
Marta avait le nez plongé dans un plan holographique pour essayer de les orienter lorsque Matthew tomba nez à nez avec l'image de Carla Stone.
Le jeune père se figea, fixant étrangement l'écran géant sur lequel une élégante femme blonde d'âge mûr délivrait le message de la géante multinationale Mesa. Il observait l'image fascinante de la femme sous les traits de laquelle se dissimulait Marisa. Sa mâchoire s'était crispée alors qu'un sentiment de colère sourde s'insinuait en lui. Son géniteur l'avait pourtant prévenu, lui expliquant comment sa mère s'était hissée dans la hiérarchie de la société la plus influente au monde, comment elle se présentait impunément au monde sous un autre visage. Son dégoût lui laissait un goût amer sur la langue.
Comment pouvait-elle oser parader ainsi...

Matthew dut faire appel à tout son courage et toute sa volonté pour ne pas céder à cette rage qui bouillant en lui et se força à ignorer cette image. Laissant l'écran, ses yeux cherchèrent alors instinctivement ses filles du regard. Son cœur faisait un bond dans sa poitrine à chaque fois qu'il les perdait de vu, mais elle se trouvaient quelques pas plus loin, aux côtés de leur fille au paire.
Ne surtout pas succomber à la panique. Ils ne pouvaient pas rester cloîtrés chez eux en attendant que Marisa se décide à agir de nouveau. Comme un mantra, il se répétait alors, qu'ils étaient en sécurité, que rien ne leur arriverait.
Comme pour appuyer cette affirmation mal assurée, il jeta un coup d’œil légèrement de côté où son regard trouva celui d'un homme dont une partie du visage avait été brûlé. Roan avait été chargé par le directeur d'Arkadia de leur protection rapprochée et plus qu'il ne voulait l'avouer, le médecin en était soulagé. Les filles, assez peu farouches, avait accepté ce nouvel individu dans leur quotidien comme un nouveau membre de leur petite tribu faite de pièces rapportées. Certes, Lou était restée un peu bouche bée devant la particularité physique de leur garde du corps mais Any lui avait rapidement fait remarquer qu'on ne dévisageait pas les gens, même s'ils avaient un drôle d'air qui fait peur et depuis, la cadette s'était fait un nouvel ami.
Matthew était donc rassuré de voir que cette présence ne les effrayait pas, bien au contraire.

-C'est là ! C'est là ! S'exclama la grande, fière d'avoir lu les grandes lettres sur le stand recherché.

La cadette et l'aînée avaient alors échangé un regard complice que avant de se lancer dans une course sur les vingts mètres qui les séparaient du stand.

-Lou ! Any ! Tenta de les retenir le papa qui avait repéré le signe avant-coureur de la transgression.

Mais c'était peine perdue, Matthew soupira. Les filles ne lui avaient jamais causé trop de problèmes en étant plutôt sages et à l'écoute, il se révélait cependant qu'elles faisaient parfois quelques entorses à leur éducation stricte lorsqu'elles étaient excitées comme des puces.

Aussi, en quelques secondes, elles avaient repéré leur cible en costume sombre et accouraient sur celle-ci, sans ralentir, pour un câlin sans sommation. Arrivant de pleins fouet sur l'homme qui pouvait bien être en pleine conversation, ou même en train de faire des trucs de grandes personnes (mais il fallait reconnaître que les grandes personnes, à part discuter, ça faisait pas grand chose), les petites s'était jetées, bras ouverts sur le directeur de l'organisation non gouvernementale.

-Papy ! S'étaient exclamées en cœur les gamines, trop heureuses de voir leur grand père si nouvellement rencontré et déjà adopté.

Quelques secondes plus tard, Matthew arrivait à son tour aux côtés de son géniteur, mais cependant un chouilla moins démonstratif que les tornades qui lui tenaient lieu de filles.

-Les filles... Il leur lança un regard équivoque qui leur demandait de rester calme, de laisser leur grand-père tranquille et d'arrêter de courir dans tous les sens. Any et Lou relèvement le menton vers leur père ainsi que leurs grands yeux brillants qui ne pouvaient que susciter l'attendrissement. Elles faisaient cette moue croquante qui semblait dire "oui, papa, pardon papa, mais on est si heureuses !" alors le jeune père levait les yeux au ciel, avec un petit sourire en coin.

-Salut, fit-il ensuite à son propre père en lui tendant une main un peu formelle. Bonjour, salua-t-il ensuite l'agent Lockhart d'un signe de la tête.

-J’espère qu'on dérange pas... J'aurais dû te prévenir, mais ça c'est décidé hier soir et elles ne tenaient plus en place depuis que je leur avais promis qu'on irait au salon des inventions et qu'on pourrait peut-être te voir. Elles étaient debout à six heures ce matin... Expliqua le jeune homme pour faire la conversation et justifier leur présence.

Si Matthew n'avait pas informé son géniteur, il ne doutait pas qu'il puisse déjà être au courant des plans de la petite famille (d'autant plus maintenant qu'ils avaient un garde du corps qui les suivait comme une ombre). Lohen faisait cela principalement pour les filles, mais peut-être, aussi, un peu, pour voir à quoi correspondait l'oeuvre de son paternel, au final.

-Tu te souviens de Marta, notre fille au pair, ajouta-t-il. La jeune étudiante sourit et salua le duo.

Les deux enfants avait relâché leur emprise sur leur aïeul et observait maintenant, impressionnées, à droite et à gauche, mais restant pour le moment dans les jambes des adultes. Leurs grands yeux étincelants tentaient de tout voir, mais trop de choses s'offraient à elles aussi, elles savaient pas bien pas quoi commencer
Lohen
Sphère Savoir
avatar

Messages : 70
Etat Civil : Veuf
Pouvoirs : Projections mentales
Revenir en haut Aller en bas
Dim 21 Mai 2017 - 11:26



La journée s'annonçait des plus stressantes pour la jeune institutrice. Elle avait décidé d'emmener sa classe pour leur faire vivre cette journée de découverte scientifique. Ses enfants étaient jeunes, âgés entre 7 à 8 ans. Ils provenaient tous de famille modeste, peu avaient l'opportunité de s'ouvrir aux endroits de culture. Emma en faisait une question de principe d'ouvrir ses jeunes esprits à la culture et aux sciences.

Les enfants sont ce qu'ils sont : imprévisibles pouvant se montrer des petits diables même s'ils sont en général des vrais anges. Il faudrait donc garder l’œil sur eux, ne pas en perdre et éviter que l'un d'entre eux fasse une bêtise. Elle avait eu l'idée de demander de l'aide au jeune homme qui les avaient guidés lors d'une visite au muséum. En sa présence, les enfants s'étaient assagis. Il avait su leur transmettre sa passion pour l'histoire. Elle avait toute confiance en lui. C'était aussi l'opportunité de le revoir même si elle ne voulait pas se l'avouer : elle n'avait pas été insensible à son charme. Elle l'ignorait encore mais elle avait rencontré son alter ego en homme.

Elle faillit fondre comme un glaçon en plein soleil lorsque les yeux ténébreux du jeune homme se posèrent sur elle. Elle mena un combat intérieur pour gagner un peu de contenance. Fort heureusement, les enfants vinrent en son secours pour faire diversion en s'attroupant autour du jeune homme pour le saluer. Eux aussi, ils étaient conquis par son charisme.

- Bonjour Kevin. Je vous remercie d'avoir répondu avec gentillesse à ma demande. Regardez les enfants comment ils sont heureux de vous revoir. Vous leur avez fait grande impression la dernière fois. Certains veulent devenir maintenant professeur d'histoire ou chercheur








Kevin avait dormi comme un chat cette dernière nuit. La veille, pour la première fois, il avait expérimenté dans le plus grand secret une séance de transfusion de sang auprès de son amie Lucy, qu'il considérait comme sa petite sœur. Il mettait en pratique les recherches de son père qui avait découvert que le sang de Kevin pouvait en suivant un protocole scientifique très strict aider à soulager et à guérir les troubles physiques de prodiges comme lui. Il le faisait avec l'encadrement de la PH et d'Arkadia. Il avait eu un écho positif de cette expérience qui laissait entrevoir un grand espoir de guérison pour Lucy. Maintenant, il faudrait renouveler l'expérience toutes les semaines. Ca serait long, lourd et contraignant. Mais il le fallait.

Kevin jeta un coup d'oeil sur sur portable. Il venait de recevoir un message de son professeur de danse. Il lui donnait rendez vous ce soir à 19 heures. Il ne lui demandait pas son avis. C'était pire que l'armée ! Plus le temps passait, plus son professeur montrait à son égard des exigences incroyables. Croyait il vraiment qu'en une année il pourrait faire de Kevin un véritable danseur ? Kevin mesurait la chance de l'avoir comme professeur : il était sans doute le plus grand danseur homme de tous les temps. Kevin faisait de son mieux, pourtant son professeur ne semblait jamais satisfait. Il n'avait pas la patience de Nikiya même si elle aussi savait se montrer sévère. Il préféra chasser rapidement de sa tête ce sujet. Nikiya était pour lui un mystère. Il pensait qu'il avait été un ami pour elle. Mais elle ne répondait plus à ses messages, le laissant sans nouvelle, alors qu'il était inquiet. Il ne comprenait pas, sans pour autant faiblir dans son amitié à son égard.

Comment Kevin se retrouvait - il au cœur d'une si grande foule, lui qui détestait cela ? Ce n'est sans doute pas pour l'amour de la science. Il n'avait pas hérité de son père scientifique de cette passion. Non lui son truc c'était l'histoire ! Et puis il était même très critique sur l'escalade à la course à l'armement. Combien d'énergie et d'argent avait été consacrés à cet aéronef de guerre ? N'y avait -il pas mieux à faire avec ?

Bon, vous l'aurez compris, il était là pour une autre raison. Une jeune institutrice avait fait appel à sa gentillesse pour un service afin de l'accompagner à une sortie scolaire. Il n'avait pas hésité une seconde car il avait le cœur sous la main même s'il avait toujours peur de revivre une crise phobique en présence de beaucoup de monde. Il avait gagné maintenant en confiance, en maîtrisant de mieux en mieux ses pouvoirs, ce qu'il lui permettait maintenant de faire quelques sorties de ce genre.

Il avait aussi une forte motivation : revoir le sourire lunaire et les yeux océaniques de la jeune institutrice. Son image n'avait plus quitté l'esprit du jeune homme depuis leur première rencontre. Lorsque son regard croisa de nouveau le sien, il fut pris par le même tourbillon de troubles qu'il avait ressenti auparavant. Il était hypnotisé. Il fallut l'attroupement des enfants sur lui pour le sous tirer de ce sortilège.


- Bonjour Madame Rivers et les enfants. Ecoutez moi les enfants. Aujourd'hui, vous êtes tous des chevaliers de la table ronde qui partent en aventure dans une terre inconnue. Pour se protéger, ils formaient un binôme comme des frères jumeaux pour garder un œil sur l'un et l'autre....

En quelques mots, Kevin avait su captiver leur attention. Il leur faisait jouer une sorte de jeu de rôle où chacun pouvait se croire comme un chevalier ou une princesse. C'était une façon intelligente et ludique de les canaliser.

- Madame Rivers, m'autorisez vous à être votre chevalier pour cette journée ?

Kevin venait de réaliser de son audace. Il ne pouvait plus faire machine arrière.

- Sire Scoltly, je vous en prie. Nous vous laissons partir en éclaireur

Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 383
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Dim 21 Mai 2017 - 18:41
Innovation Fair








Clark aspira une dernière fois sur le mégot.

La fumée acre s'évada en direction du ciel bleu.
Les éclats de voix perçaient dans l'animation générale. Anglais, coréen, chinois, portugais, le mélange polyglotte démontrait qu’Édimbourg avait gagné en aura. Encore. Nouvel épicentre des arches européennes. Point de rayonnement dans l'archipel. Elle attirait. Beaucoup. Paris, New-York et Sao-Polo avaient les yeux rivés sur l’écosse. Une fois encore.
A l'orée de l'été 2017 Clark's industries avait envoyé son représentant au grand salon de l'innovation. Powell aussi n'avait pas manqué d'inscrire sa marque dans cette com' internationale. Les exposants avaient envahi la ville. En trois jours. Les hommes et femmes en tailleurs déambulaient dans tout New Town. Séminaires et réunions pullulaient dans les buildings financiers.

Précédaient deux semaines intenses. La préparation du salon. Les mise en liens. Tout avait réquisitionné les forces vives. Amélia n'avait pas arrêté. Enchaîner entre réunion au C.S.N. et formations à Arkadia. Sans oublier ses objectifs personnels sur le plan judiciaire. Bientôt dix mois qu'elle travaillait d'arrache-pied pour obtenir son gain de cause. Les échéances se rapprochaient. L'excitation allait avec. Fébrilité, qui touchait également la sphère plus intime.
L'Américaine sentait la victoire proche. Forte de sa confiance, elle n'avait pas résisté. Aller chahuter l'adversaire. Les adversaires.
Dés l'ouverture elle se trouvait sur place. Venue la veille au bras d'un partenaire pour le dîner d'inauguration.

Après être allée se ressourcer dans les bras d'un de ses amants, Head s'était préparée pour investir l'arène commerciale. Parfum de luxure sur la peau. Le dossier le plus prometteur dans l'attaché-caisse. La brune sortait de l’hôtel du centre-ville avec le pas d'une conquérante. Féline comme l'animal qui se prépare à la chasse.
Elle comptait aller saluer miss Caine. De même, l'agent Persona faisait partie des personne que Clark avait envie de voir. Elle voulait lui parler d'Arkadia. L'entreprise indépendante éveillait des questions d'éthiques. Amélia avait besoin éclaircir quelques points.

Le Comité fournissait des badges.
Clippé à la veste. Armure de plastique contre les entrepreneurs illégaux. Certes, les forces de sécurité de la ville avaient doublé leurs effectifs. Mais, les loups les plus dangereux ne portaient pas d'armes à feu. Un compte à dix chiffres déclenchaient des guerres financières plus vite qu'un feu d'artifice.

Le soleil tapant aux épaules. Plus la densité de visiteur. De quoi faire tourner la tête aux âme fragiles. Amélia pénétra dans cette place forte à pas mesuré. Elle ne tarda pas à avoir chaud. Autant faire vite. Le plan du salon téléchargé sur son GSM.
Une rapide analyse. Repérage des points essentiels. Clark débuta par une conférence sur l'innovation et l'écologie. Après une rapide discussion avec l'intervenant, concernant l'arche péruvienne, elle chercha le stand de son employeur. Elle s'arrêta avant d'arriver dans la bonne allée.
Mesa Corporation attira son attention. La taille de l'emplacement, le nombre de représentant, la technologie affichée passés sous crible. Amélia se décida à aller voir de plus près. Affichant un sourire de louve elle interpella le communiquant.

-
Pardon ? Les normes de sécurité sanitaires sont conforment à la circulaire de 2015 ?

La présence d'une technicienne sur le stand interpellait la commerçante.
Le C. S. N. menait un combat acharné. Head avait fait partie des rédacteurs de la circulaire. Deux ans, qu'ils luttaient.
Des mois aussi que l'équipe de la brune cherchait une faille chez le mastodonte de l'industrie chinoise. Une petite porte. Une lucarne. Une lumière venait de faire luire les yeux bleus de la justicière.
Head
Sphère Economique
avatar

Messages : 162
Etat Civil : Divorcée
Pouvoirs : /
Revenir en haut Aller en bas
Lun 22 Mai 2017 - 17:08

ELLEN

Un salon de cette envergure intéressait Ellen, pour diverses raisons. Professionnelles, tout d’abord. Elle accompagnait sa fille, qui devait s’y produire comme la figure publique et culturelle qu’elle était. Bien que Dahlia puisse tout à fait se débrouiller sans elle, Ellen aimait tout de même l’accompagner pour s’assurer que tout se passerait pour le mieux. De même, la visite du salon valait en elle-même le détour, ne serait-ce que pour savoir ce qui se profilait dans l’avenir technologique de cette arche, et du monde entier. Pour des raisons plus privées, ensuite. Il avait été question de croiser Matthew et les petites. Si elle s’était révélé être une mère poule –bien que maladroite-, elle avait également craqué pour les petites-filles de Perceval. Pas vraiment comme une grand-mère ou quelque chose d’aussi proche, cela dit, c’aurait été trop intrusif. Mais elle appréciait assurément la présence d’Any et Lou, qu’elle considérait comme faisant partie de sa famille désormais.

Et puis, venir à un événement aussi important, c’était s’assurer croiser des visages connus. Et sympathiques, la plupart du temps. Pour avoir été dans l’administration judiciaire, puis le gouvernement de cette arche depuis plusieurs dizaines d’années, elle connaissait un certain nombre de monde dans différents domaines. A commencer par ce cher nouvellement-élu président, qui avait trouvé un moment dans son emploi du temps de ministre pour venir faire un saut dans le coin. A l’occasion, Ellen se promit d’appeler Erend pour aller boire une bière et voir comment il gérait son nouveau statut de prince consort.

Après un bref concert et une interview pour différents journaux et magazines, Dahlia en avait terminé avec ses obligations de star. Ils retrouvèrent donc Matthew et les filles au stand d’Arkadia, avec Perceval. Ellen salua ce dernier avec un sourire amusé, le voyant tout attendrai auprès de ses petites-filles, avant de se joindre à lui pour saluer Lou et Any, ainsi que leur père. Persona se contenta d’une bise à l’attention de son père, puis d’un sourire plus affirmé pour son demi-frère. Elle s’empressa d’offrir à ses nièces toutes sortes de produits dérivés de Princesse Kaguya, souvent des inédits ou des jouets épuisés. Toutes deux saluèrent également Marta, et discutèrent un peu avec le groupe, avant que Persona ne doive se rendre à un autre rendez-vous, avec une certaine Amelia Clarke.

Ellen en profita donc pour se promener dans le salon, observant les stands avec un cocktail à la main, une cigarette dans l’autre. Elle admira les différentes inventions, avec toutefois un intérêt méfiant lorsqu’elle approcha des portails de Mesa. Elle s’en éloigna bien vite, certaine que d’autres de ses collègues étaient là pour essayer de grappiller des informations sur l’organisation. Histoire de se mettre de meilleure humeur, elle se dirigea vers l’emplacement de la Potential Home. Elle n’avait pas spécialement de contact particulier avec l’école, et ne s’y était rendue qu’à de très rares occasions. Malgré tout, la récente élection d’Erskine comme intermédiaire entre la PH et le gouvernement n’était pas pour la rassurer, et elle espérait que la direction saurait lui tenir tête.

En revanche, la principale raison qui l’amenait vers ces stands, c’était bien la certitude d’y trouver Elias. Un autre homme avec qui elle avait bu beaucoup de bières, et plus si affinité. Son retour sur Édimbourg avait été une bonne nouvelle, et Ellen ne doutait pas que les nuits de la capitale écossaise étaient plus animées avec lui dans les parages. Elle le repéra d’ailleurs assez facilement, flamboyant comme il était, et, heureusement, il n’avait pas mis l’un de ces masques ridicules. Cela aurait été son genre. Cependant, plus elle s’approchait, plus elle pouvait discerner la personne avec qui il parlait. Une jolie jeune fille, mécano aussi.

D’ordinaire, les informations qui parvenaient à la rétine d’Ellen en raison de son don étaient contrôlées. Mais dans un endroit aussi peuplé, et avec un peu d’alcool dans le sang, elle fut surprise de voir apparaître un lien extrêmement particulier entre les deux. Un lien qu’elle ne se serait pas attendue de voir chez Elias, après tout ce qu’il lui avait dit. Elle cligna plusieurs fois des yeux pour être bien certaine, puis haussa les épaules et s’approcha d’eux.

"Salut Elias, la forme ? Mademoiselle." Ellen la salua d’un hochement de tête et d’un sourire, avant de reporter son attention sur Gear. "Alors ? Tu allais me le cacher combien de temps ? Tu me présentes ta fille, quand même ?"

Cependant, à voir leur expression surprise, Ellen commença à se douter qu’elle venait de mettre les pieds dans un sacré plat. Elle fronça les sourcils quelques instants, puis haussa à nouveau les épaules avec nonchalance.

"Bon, je vois que vous avez des choses à régler. A plus !"

Et sur ce, elle leur adressa un signe de la main, et leur tourna le dos pour s’éloigner. Les drames familiaux, elle avait eu sa dose pour quelques temps. Et elle n’avait pas vraiment envie d’y être mêlée à nouveau. Tout de même, c’était fou, ça tombait toujours sur elle quand il fallait annoncer ce genre de nouvelles, visiblement. Les travers de son don, elle y était habituée mais quand ça la concernait, directement ou indirectement, c’était toujours différent.
Persona
Sphère Artistique
avatar
Messages : 120
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : /
Revenir en haut Aller en bas
Lun 22 Mai 2017 - 22:49
« Créer de la magie, voilà pour quoi on est là, maman. »
Azenzâr






Sveda terminait de se préparer pour sortir, alors qu'elle était déjà en retard, sur l'heure qu'elle avait donné à Ava. Elle passait un débardeur blanc tout en lançant un grand sourire à son petit bout, alors qu'il gazouillait dans le porte-bébé. Samuel suivait les aller-retours de sa mère inlassablement. Il s’égayait comme un soleil à chaque fois que leurs regards se croisaient. Il agitait les mains avec enthousiasme quand elle revenait vers lui pour défaire la sangle et le prendre dans ses bras. Kent déposait un baiser sur ses cheveux de bébé les respirant tendrement. Elle vivait pleinement cette nouvelle maternité.

« Maman est encore en retard. Entendant le pas tranquille du loup, notre blonde se dirigea vers lui. Caleb entrait dans la pièce, prêt à réceptionner le trésor du couple. C'est dur de partir. » Sveda vola un baiser à son amant, tiraillée entre l'envie d'être avec eux, et le plaisir d'aller découvrir le salon et les créations des élèves.

La vibration du téléphone coupait la prodige de ses tergiversions amoureuses. Elle caressa une dernière fois le dos des garçons, avant d'aller attraper sa veste dans l'entrée. Elle lança un « Je vous aime » puis se sauva avant de céder pour de bon à ses pulsions de lionne maternante. La porte se referma sur sa silhouette énergique, laissant à peine passer le doux soleil et l'odeur de l'iode remontait avec un vent frais. Tohum respirait ces parfums familiers, elle sentait la fébrilité de la ville, sans se douter une seconde de ce qui l'attendait. Une fois encore l'été allait être le théâtre de grands événements !

Une fois dans le bus qui l'amenait sur sousthide Sveda pu prévenir les filles de son retard. Sahar et Ava avaient été les seules partantes pour aller au salon. Tohum ne s'en était pas étonnée outre mesure. Si elle avait su... Elle descendit deux arrêts plus haut, pour faire un crochet par la poste. Certains documents officiels devaient impérativement passer par la voie postale classique pour être validés. Pour une fois, Kent n'avait pas oublié de prendre les enveloppes qui attendaient depuis 4 jours d'être postés. Elle termina le trajet à pied pour profiter un peu du beau temps.


**




Lingbao

    A la grande surprise des organisateurs, l'entreprise Wang avait, cette année encore, acheté un emplacement sur le salon. Deux de ses filières étaient dans le domaine de l'innovation. Cela faisait plus de trente ans que Jao Wang avait développé le secteur de la construction immobilière. Il voulait développer l'optimisation des l'espaces urbains. Pour cela les meilleurs architectes du monde étaient venus travailler pour lui à un moment donné. De nombreux projets avaient même été soutenus par des entrepreneurs étrangers indépendants. Un an après la disparition du Samouraï son fils aîné Kim Wang, reprenait le flambeau.

    Lingbao avait fait une très brève apparition à l'ouverture officielle du salon. Le temps de serrer quelques poignées de mains. Aux journalistes qui lui posaient la question sur la disparition soudaine de sa belle-mère, il n'avait rien répondu. La nouvelle du décès de Mrs Xin-Qan Wang n'avait pas encore franchi la frontière irlandaise. Si le nouveau parrain de la pègre chinoise savait quoique ce soit, il était resté totalement muet. Le second sujet qui intéressait les journalistes concernait la rumeur à propos d'une collaboration avec Alexander Fueurbach. Sur ce point aussi Wang était resté de marbre.

    Bonjour ... Murmurait-il en approchant dans le dos de sa sœur, Dawn.

    D'un même mouvement les trois femmes, issues de la même lignées firent volte-face, pour voir le métis aux yeux bridés. Riley fût la plus prompte à réagir elle alla immédiatement embrasser son frère. Il était bien rare de voir ces quatre là réunis. Mais, Kim fort de sa posture de leader et de son éveil personnel, n'avait plus de raison de fuir ceux de son sang. Il se savait désormais égal à chacun d'eux.


**


Sahar & Ava



« Tu es là ! »

Sveda avait bien reçu un message des Tanit l'informant qu'ils ne seraient pas là. Mais, elle n'avait pas eu de nouvel de son fils rebelle, depuis la naissance de Samuel. Elle avait eu beau essayer et essayer de le contacter, il n'avait jamais répondu. A côté de ça, Élias et François déployaient tant d'efforts pour lui cacher les derniers événements, que Tohum ne savait toujours pas qu’Abby et Kim avaient fait une mauvaise rencontre quelques jours plus temps. Encore moins que la femme de Jao venait finalement de trépasser, sous la main de Wairua. Elle était bien la seule de la famille à ne pas être au courant.

Je ne peux pas rester longtemps... Mais, je tenais à vous embrasser... toutes les trois.

Tohum était littéralement aux anges. Une aubaine dont elle ne pouvait pas encore comprendre le pourquoi. Elle n'était cependant pas naïve au point de croire que Kim était ici uniquement par intérêt pour les nouvelles technologies. Aussi la nomade s'approchait pour attraper l'Asiatique par le cou et l'enlacer avec la force et la douceur d'une lionne. C'était la naissance de Samy qui lui avait redonné le courage d'affronter la colère de l'immortel. Alors, bien entendu, tout n'était pas réglé. Mais, le ténébreux chinois avait rangé la hanche de guerre... Du moins celle forgée dans la rage de l'été dernier.

Puisque chacun d'eux avait envie de voir et de faire des choses différentes ils convinrent d'un point de rendez-vous pour deux heures plus tard. De toutes les façons, Sveda n'avait pas l'intention de rester longtemps. Elle avait du mal à rester loin de son petit Sam, d'autant plus qu'elle l'allaitait. Riley suivit Kim qui partait en direction de l'espace prévu pour son équipe. Elle en profita pour lui glisser « Maman est au courant ? » à quoi Lingbao répondit d'une simple négation de la tête.

Sur les indications d'Alex elle se mis à la recherche de l'allée D. Le gigantesque ballon ne tarda pas à se dessiner dans les hauteurs.

« Bonjour ! » Le cri tonique arriva à la cantonade rassemblé dans le stand de la PH. Sveda se dirigeait vers son vieux comparse de la direction. « Hello Owen, salut Élias ! Tu as un drôle d'air. Est-ce que ça va ? »
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 880
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 25 Mai 2017 - 1:00
Le salon de l'innovation d’Édimbourg

Feat. Les autres





Une femme d'une quarantaine d'années passa devant la foule qui attendait devant l'entrée VIP du bâtiment. Elle avait le maintient d'une personne habituée à être écoutée et obéit. La sobriété de sa tenue mettait en valeur un véritable sens de l'élégance. La robe qu'elle portait devait coûter le salaire annuel d'un petit technicien. Les boucles d'oreilles venaient directement d'une bijouterie de luxe de Palerme. C'était ici une parfaite représentation de la noblesse italienne. Elle n'était d'ailleurs pas la seule en ce jour de célébration.

Une rumeur se diffusa parmi les visiteurs. Les critiques de certains se répercutaient dans le brouhaha. Un nom passa de lèvres en lèvres. Les critiques de certains se répercutaient dans le brouhaha. La Duchesse « Nikolas Lampeduza » était ici. Première apparition publique depuis que le scandale la concernant avait été révélé par la presse. L'affaire était en cours. Les audiences, du personnel et de l'entourage des Lampeduza, avaient commencé en début de semaine. Aucun mandat d'arrêt n'avait été officiellement déposé contre « Natalia ». La dame arborait une mine calme et souriante tandis que des journalistes arrivaient pour essayer de la photographier.

Il n'y avait pas d'homme à ses côtés. Le cousin prétendu se faisait rarissime depuis quelques semaines. En effet, le Duc délaissait les mondanités le temps de régler quelques soucis internes. Néanmoins, Strega était accompagnée. Nulle autre que la sulfureuse ballerine française, était venue. Lotte s'affichait en compagnie de sa mentor dans une forme olympique. Toutes deux étaient escortées par deux hommes de main à l'allure peu engageante. L'absence du Français, dit Pelletier, avait été assumée par un écossais pure souche. Mr Kane était un peu plus âgé que son confrère, cependant ses états de services auraient découragé n'importe qui à venir le provoquer sans raison.

L'un des organisateurs de l'événement vint lui même leur souhaiter la bienvenue au salon de l'innovation. Il s'adressait à elles avec déférence. La dame, quelque soit son identité réelle, était une fervente défentrice de l'invention. Un chèque rondelet avait contribué à l'organisation de cette grande journée. En quelques minutes, les filles de l'Ordre furent conduites dans l'espace particulier du salon. Un jeune homme en uniforme arriva avec un plateau chargé de coupes de champagne. L'épouse cachée se saisit de l'une d'entre elle sans aucune considération pour l'employé. Elle observait les personnes présentes d'un œil félin avant de glisser à l'oreille de Nikiya :

Profitez de cette occasion pour réactiver vos liens. Disant cela la Sorcière se débarrassa de la coupe encore pleine sur une table et sortie d'une carré VIP.

L'ombre de l’écossais dans son dos, la grande brune prenait la direction de l'ouest, vers un stand de grande envergure. Le logo de la compagnie Arkadia était lisible à l’œil nu à plus de vingt mètres à la ronde. A ce genre d'exposition, les grands, les puissants, semblaient être eux aussi exposés. Certains étaient plus à leur aise sur cette scène crillarde. La Duchesse arriva à portée de vue du directeur de l'agence. Elle profitait ainsi de sa position pour observer l'homme et les deux enfants qui l'entouraient. Un sourire machiavélique s'esquissa sur sa bouche lorsqu'elle entendit le cri du cœur venant de la plus jeune des enfants.

Kane. Photographier cet homme. Tout en donnant l'ordre, la Strega s'avança pour intervenir. Mr Rose. Avez-vous déjà saluer votre amie Mrs Stone ? J'ai ouïe dire qu'elle serait ici aujourd'hui.

L'ironie moqueuse de Cnossos ne diminuait en rien son regard d'une froideur polaire. Il devint sensiblement plus amusé quand il détailla le fils de son adversaire. A l'orée de la vision apparue une silhouette qui provoqua l'intérêt de cette éternelle intriguante. La dame détourna rapidement le regard pour ne pas attirer l'attention. C'est ainsi qu'elle remarqua la présence d'une autre cible de choix. Madame fit un quart de côté pour s'adresser à la jeune complice qui l'accompagnait :

C'est le moment d'exercer vos nouveaux talents ma chère.

En ligne de mire, à onze heures se voyait le logo de la Feuerbach Corporation. Il s'agissait d'une énorme compagnie dirigée par un jeune allemand très intelligent. Il était aussi l'un des principaux rivaux de la dame, notamment en matière de recherches médicales. Il cherchait lui aussi à améliorer une formule chimique capable de détruire les gènes porteurs de dons. Sans doute le médicament le plus révolutionnaire depuis l'invention de monsieur Pasteur. Madame Lampeduza ne pouvait se permettre de ne pas posséder ce monopole.

Brown, je vous confit la sécurité de mademoiselle. Lotte, retrouvez-moi pour l'inauguration de l'aéronef. L'homme à la peau d'ébéne acquieça en silence pour suivre la nouvelle sorcière.
Strega
Sphère Artistique
avatar

Messages : 285
Etat Civil : Mariée au Duc Lampeduza
Pouvoirs : Inibition du gène x chez autrui
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 25 Mai 2017 - 1:03

L'arrivée de la ballerine sur le tapis rouge aux côtés de la Duchesse de Lampeduza se fit sous le crépitement des flashs au magnésium.
Les deux femmes furent accueillies sur le salon par des paparazzi ravis, qui murmuraient le nom de l'italienne comme un questionnement. Mais ni celle-ci ni l'ex-ballerine ne semblaient se soucier du scandale qui cherchait à éclabousser le nom de Lampeduza.
Avec l'assurance d'une fierté que ces histoires de pacotille ne pouvaient entacher, les deux femmes se prêtèrent pour un temps au jeu des photographes. Ils interpellaient également avec excitation l'ancienne danseuse qui n'avait officiellement pas fait de sortie dans le monde depuis sa retraite à la villa Sofia et dont le retour sur la scène publique était un véritable événement.

Avec sa mine resplendissante et son port altier, l'étoile posa devant les objectifs pour quelques clichés qui vaudrait de l'or et feraient probablement couler beaucoup d'encre. Pour l'occasion, la diva de la danse portait un élégant smoking noir qui faisait ressortir son teint de perle, ses yeux avaient été fardé de charbon pour donner du relief à l'éclat ambré de son regard et un fin sourire amusé s'étirait sur ses lèvres peintes d'un rouge presque sanglant. Un seul bijou, une perle d'or, parait son cou de cygne et attirait à lui l'éclat du soleil. Sa démarche était assurée et souple en dépit des talons hauts à semelles rouges qui allongeait encore un peu sa silhouette. Elle rayonnait d'une aura sombre aux côtés de l'antique immortelle.

D'un seul geste dédaigneux de la main, la jeune femme avait refusé la coupe de champagne qu'on lui présentait. Son regard parcourait avec un désintérêt palpable les quelques personnalités présentes, comme si elle avait cherché quelqu'un en particulier. Depuis l'espace réservé aux VIP, Lotte avait une vue imprenable sur le parc et les différents pavillons et stands installés pour l'occasion, un déploiement d'architectures spectaculaires et d'aménagements aux lignes savantes, presque futuristes, au service de la technologie. Ou était-ce l'inverse ?
Les grands noms des sociétés à la pointe de la recherche et de l’innovation étaient réunis en un seul lieu qui attirait à lui, aujourd'hui et pour quelques mois, le monde entier. Les logos d'Arkadia et de la Feuerbach Corp. dominaient en partie le salon mais apparaissaient tout de même bien ridicule face au géant Mesa, qui raflait tous les regards, rien que de par sa taille, presque deux fois plus imposante que ces rivaux directs.
La corporation de Singapour était visiblement inégalée et des moyens colossaux avaient été mis en œuvre pour dominer largement cette foire aux inventions. Depuis son écran de trois mètre par cinq, ''Carla Stone'' vendait la supériorité de sa firme au monde et narguait avec élégance ses concurrents.

Tirant Nikiya de ses pensées, la duchesse fit le choix stratégique de se rendre en premier lieu au pavillon d'Arkadia et d'honorer de leur présence le directeur qui, à en juger par le petit groupe qui s'était formé autour de lui, était entouré de sa petite famille. Imperceptiblement, Lotte avait haussé un sourcil sans faire le moindre commentaire, contrairement à Nikolas qui ne perdit pas de temps et entre dans le cœur épineux du sujet. Mesa. Stone. Et tacitement, la menace qu'elle représentait.
Nikiya avait appris le lien de cette dernière avec sa mentor, sa trahison, son passif avec l'agence et son directeur.
L'ancienne ballerine embrassa le stand d'un large regard, visiblement plus ennuyée que réellement intéressée par le foisonnement de technologies, avant de reporter son œil flamboyant sur le directeur, et surtout, l'agent alpha à ses côtés. Elle la salua d'un sourire étrange :

-Miranda. Puis sur un ton particulièrement léger qui la caractérisait si bien. N'est-ce pas passionnant d'être aujourd'hui le témoin du triomphe cuisant de Mesa ? Arkadia aurait-elle quelques soucis à s'occuper du problème « Stone » ?

Le sourire narquois de Lotte avait quelque chose de différents, il y avait quelque chose de carnassier dans ce rictus rehaussé de rouge.
Cnossos ne tarda pas à glisser quelques mots à l'oreille de son apprentie et un très fin sourire se dessina sur les traits de la française. Aussi, la jeune femme salua Rose et Lockart d'un vague signe hautain et, suivit par l'homme de Strega, se dirigeait vers le pavillon allemand aux initiales FC.
Elle avait longuement attendue ce moment.

Pourtant, elle patienterait encore un moment, dans une foule de marmots particulièrement sage, ce qui était suffisamment rare pour être remarquer, l'étoile remarqua une silhouette connue et un nouveau sourire en coin éclaira son visage.

-Kevin... comment vas-tu ?

La danseuse savait pertinemment qu'elle avait laissé les nombreux messages du jeune homme sans réponse, elle détailla d'ailleurs ce dernier avec œil expert et méthodique avant de porter son regard intense sur la jeune femme à ses côtés. Une demoiselle charmante, probablement en charge de la ribambelle de môme à proximité.

-Tu me présentes ? Demanda-t-elle d'un ton dégagé sans détacher ses yeux perçants de l’institutrice. Elle ne se gênait pas pour la jauger avec un petit sourire ambigu.
Nikiya
Sphère Artistique
avatar

Messages : 415
Etat Civil : Mariée
Pouvoirs : Conscience et contrôle du fonctionnement physiologique de son corps


Always comes a time when you need to take tough decisions.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 25 Mai 2017 - 18:07

Scénario

ft. Scavenger

「 Salon des inventions 」
Chers lecteurs,

Il n’y a que des génies comme moi pour inventer de tels plans. Ça me rappelait la fois où j’avais réussi à mettre en quarantaine tout une ville, au fin fond de l’Allemagne, il y a plus d’un siècle. J’avais lancé un rat infecté dans cette ancienne ville fortifiée, et avait observé le résultat. C’était un peu comme jouer à Risk, ou aux Sims, en observant comment toute la dynamique d’un petit bled pouvait gérer un cas de crise pareil. Très instructif, et amusant. La plupart des gens avaient fini morts, mais, d’un autre côté, ils étaient tellement arriérés et vieux-jeu que personne ne les a regretté. Et ce fut certainement une source d’inspiration pour Camus, des milliers de lycéens doivent me remercier aujourd’hui.

Pas de peste aujourd’hui, heureusement ! Mais un très grand jour quand même, puisque le salon des inventions avait enfin lieu. Il s’était fait attendre, le bougre, et j’avais piaffé d’impatience depuis si longtemps que la nuit d’avant, je n’avais pas été capable de fermer l’œil. Ce qui ne m’empêchait pas de péter la forme, parce que le sommeil, c’est tellement surfait. Et j’avais tellement d’adrénaline et d’excitation dans mes veines qu’il était littéralement impossible que je reste tranquille.
D’autant que, partout, je voyais des masques à mon effigie, ce qui ne pouvait que me rendre encore plus fier. Moi aussi, je portais un double de mon visage sur la tête, une mise en abime du meilleur goût, qui garantissait mon anonymat relatif afin que je puisse me promener tranquillement dans le salon. Non pas que la célébrité et les fans m’ennuient, bien au contraire ! Mais bon, j’aimais pouvoir me déplacer à travers les allées sans devoir m’arrêter tous les dix mètres.
Je fis un tour vers les différents stands pour observer toutes les inventions, m’extasiant comme un gamin, et avec d’autres gamins, devant des démonstrations de feux d’artifices, de machines à Barbe à Papa arc-en-ciel et de licornes animatroniques. En d’autres circonstances, j’aurais pu me joindre à ce salon en tant qu’inventeur, avoir mon propre stand et montrer mes gadgets faits maison. Mais bon, j’avais d’autres plans de prévus pour aujourd’hui, et même le grand Babar ne peut être à plusieurs endroits à la fois. Enfin, techniquement, si, si on en croyait les différents masques qui se succédaient dans la foule. Mon entreprise de vêtements, Hamilton et co, dont j’avais hérité de feu Madame Hamilton –paixàsonâmeRIPamenaunomdupèretoutça-, avait toutefois un stand, où était présentées les dernières nouveautés, dont certaines pièces uniques dessinées par nulle autre que moi-même.
J’en avais profité pour espionner le stand d’Arkadia, hésitant à aller demander au grand boss s’il ne voulait vraiment pas de moi dans son organisation. Mais bon, il semblait bien occupé, et avec tout ce monde, ce n’aurait pas été très malin de demander à être agent secret devant tant de témoins. Je fis ensuite un tour vers les stands de la PH, en profitant pour faire de grands signes de main à Fafawn. Je savais qu’elle allait me reconnaître, j’avais mis mon veston so shiny aujourd’hui, et elle allait certainement être très reconnaissante que son patron adoré vienne lui dire bonjour. Ou alors, elle allait me faire un fuck. C’était sa façon à elle de me dire qu’elle m’aimait.
Ensuite, je continuais ma promenade, un énorme verre de granité cola-chewing-gum en main, le sirotant de temps à autre et tant bien que mal avec le masque. Mes pas m’entrainèrent jusque vers l’énorme stand de Mesa, où les portails attirèrent mon attention. Avant qu’une tête connue n’apparaisse dans mon champ de vision. Un sourire aux lèvres –même si on ne pouvait pas le voir à cause du masque, tu te rappelles, lecteur ?-, je m’approchais. Mais sur mon chemin, je vis une femme aux allures de lionne prête à attaquer s’enquérir des normes de sécurité. Une rabat-joie pareille un jour de fête ? Et qui en plus allait embêter ma coupine et ses collègues ? Oh, ça n’allait pas se passer comme ça !
L’air de rien, j’approchais de la femme en tenue professionnelle, et la percutais, pas trop fort, mais assez pour justifier que la moitié de ma boisson sucrée et glacée se renverse sur ses beaux habits de luxe. Ça leur donnera un peu de couleur, c’était pas plus mal. Et c’était un sacrifice qui en valait la peine.
"Haaaaaaaan, toutes mes plus plates excuses ! Je ne vous avais pas vue, j’étais trop absorbé par la beauté de ces portails !" On ne faisait pas meilleur comédien que moi. Dommage que mon expression profondément navrée ne se voit pas derrière le masque, mais le ton y était. J’enlevais finalement mon masque, et sortis de ma poche l’emballage d’un paquet de biscuits vide que j’avais dévoré sur la route. J’y griffonnais quelques mots, et les tendis à la femme d’affaires. "Tenez, pour me faire pardonner, vous pouvez aller choisir des vêtements gratuits au stand de la Hamilton and co. De la part de son patron, Barthram Einar. Et puis, c’est la fête, il faut s’amuser et ne pas tirer la tête, hein ? Allez, tchao !" Je lui adressai un clin d’œil, avant de lui tourner le dos et de me diriger vers Summer, un grand sourire satisfait sur les lèvres et riant sous cape. Méfaits accomplis.
"Sumyyyyyyyyy, c’est moi ! Le vrai moi !" m’annonçai-je auprès de la scientifique avec de grands bons enthousiastes, avant de la serrer contre moi pour lui faire un câlin. "Alors, ça boum ? Et c’est trop cool ces portails, ça marche vraiment ? On peut se téléporter sur la lune ? Ce serait marrant, non ?"


Scavenger
Sphère Economique
avatar
Messages : 42
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Immortalité, Persuasion
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 25 Mai 2017 - 19:02

GEAR


De bonne humeur, comme à son habitude, Gear profitait pleinement de l’ambiance festive du salon, malgré tout le boulot qui les avait attendus et qui les attendait encore. Les armures, ses petits bébés, n’allaient pas se préparer toutes seules ! Cependant, ce n’était pas pour tout de suite, aussi, sans se départir de son calme quasiment inébranlable, il passait surtout son temps à discuter avec les autres et à s’amuser en leur compagnie. Du moins, avec ceux d’entre eux qui étaient prompte à partager son humour et sa légèreté. Owen était donc tout désigné pour cela, surtout lorsqu’on avait Dastan et Spanner en face. Dire que ses deux successeurs n’avaient pas hérité de sa décontraction ou de sa capacité à s’amuser en toutes circonstances. Pour l’actuelle directrice de la House Mechanics, c’était même tout l’inverse. Enfin, ce n’était pas vraiment pour ces critères qu’ils avaient été sélectionnés.

"Oh, je serais pas contre." Répondit-il au musicien avec un sourire, en croisant les bras derrière sa nuque. "Toujours partant pour un peu d’action. Et si on peut aller jouer les beaux chevaliers servants, ce serait plutôt tout bénef pour nous."

Il se joignit ensuite à lui pour soupirer de manière théâtrale lorsque le directeur vint lui remonter les bretelles.

"Ne m’en parle pas Owen. C’est un homme bien maintenant, il a oublié tout ce que je lui ai appris. Quel gâchis !"

Ce qui, bien évidemment, n’était qu’une plaisanterie pour son ancien élève, d’ailleurs assez habitué à ses frasques pour se contenter de lever les yeux au ciel en guise de réponses. Il se garda de mentionner Charlie, sachant l’effet que cela ferait sur Alex. Même si les choses n’avançaient clairement pas assez vite à son goût entre les deux tourtereaux, Gear savait que Dastan était déjà suffisamment occupé par le salon pour qu’on ne vienne lui rajouter des obstacles. Il se tourna donc vers quelqu’un d’autre pour continuer à passer le temps. Car contrairement à ce que le directeur pensait, ils avaient encore le temps avant la démonstration des armures.

Alors qu’il s’amusait bien à embêter Fawn et à la provoquer, une tête connue fit son apparition. Il gratifia Ellen d’un grand sourire, toujours heureux de croiser de vielles connaissance.

"Salut Ellen. Toujours aussi épicurienne à ce que je vois." Ajouta-t-il, amusé, en désignant le verre d’alcool dans la main de son amie.

Il allait lui présenter Fawn, lorsqu’Ellen prit les devants. Franchement surpris par ses propos, son expression se fit encore plus stupéfaite lorsque l’information parvint à son cerveau. Et y fit le tour. Il dévisagea Fawn, puis Ellen. Deux secondes après, il retrouva un air normal, et haussa simplement les épaules.

"D’accord, je vois. A plus Ellen." Puis, il ajouta en direction de Tohum, qui venait d’arriver, suivie par sa famille et Alex. "Salut Sveda. Bah, on dirait que tu m’as plus inspiré que je le pensais, en termes familiaux."

Il se gratta la tête, pensif, et se tourna vers Fawn :

"T’aurais pas une idée de qui serait ta mère ? Je t’avoue que les possibilités sont assez nombreuses… Pas Ellen, elle nous l’aurait dit sinon, je suppose…"Il fixa un instant son attention sur Dastan, qui semblait plus abasourdi que lui actuellement, et compta sur ses doigts. "Hum, nan, c’est déjà pas lui. Ça colle pas niveau timing. Enfin, rappelle-moi quel âge tu as, gamine ?"
Dastan
Sphère Technique
avatar
Messages : 646
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps



Don't waste your time or Time will waste you



Don't click... unless you wanna be blinded (a)

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: Southside :: Autres lieux-