YOP ! BALLE DE MATCH ? . SCAVENGER

 :: Édimbourg :: New Town :: Princes Street Gardens Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 17 Mai 2017 - 20:31
" YOP ! BALLE DE MATCH ?

SCAVENGER




Mr Jones avait -comme son arrière grand oncle Dream- une réelle propension à… dormir. Cette action -au demeurant indispensable pour le bien être corporel et psychique- ne demandait pas d’effort considérable et  lui permettait d’éviter de passer trop de temps sous l’égide d’Apollon. Car Mr Jones était ce que l’on appelle communément un “oiseau de nuit”. Son esprit n’était jamais aussi alerte qu’entre 2 heures et 6 heures du matin. A l’heure où la plèbe travailleuse arpentait le royaume de Morphée -dit Morphéus- Prince du sommeil, Mr Jones se trouvait à arpenter la cité, bien souvent à la recherche d’une péripétie. Cependant, avec les années ce mode de vie inversé, lui avait progressivement fait oublier jusqu’au concept du réveil matin.
Le même rituel catastrophique se répétait donc après les premiers “bip” .

*Merrrrde ! 9h18 ! Putain, j’vais encore être bon pour faire un passage à la vie-sco.
Tant pis, d’façon leurs cours théorique à la con, ils peuvent bien ce le garder. Je connais les bécanes. J’ai pas besoin qu’un noomb vienne m’étaler sa science.

Même si j’avoue que regarder Spanner s’agiter pendant une heure, ça pouvait être pas mal… Punaise la nana, sans déconner elle une de ces paires…

Naaan, faut pas que je pense à des trucs comme ça quand je suis encore au pieu.
*

En effet au bel âge de 17 ans, Mr Jones subissait régulièrement les effets d’un réflexe biochimique établi durant la phase du sommeil paradoxal. Il se réveillait donc souvent dans un sursaut de panique et avec la trique. Il dormait le plus souvent en caleçon -sauf quand la température passait la barre des 25 degrés- et avait pour modus-operandi d’ôter ce vêtement et de filer sous une gerbe d’eau chaude, à la suite de laquelle les ablutions matinales. Ablutions durant lesquelles il réfléchissait déjà à l'association des couleurs de sa tenue.

Mr Jones appartenait à ce que la sociologie du genre nommait à présent les “métrosexuels”. C’est le journaliste anglais Mark Simpson qui le premier employa ce terme pour désigner une catégorie de la jeunesse masculine et citadine venue revendiquer son appropriation des codes esthétiques féminins. Sans aller jusqu’à peindre ses orteils, ou abuser de l'épilation intime, Mr Jones était extrêmement attentif à son image. Il aimait être à son avantage. Cela lui procurait un plaisir immédiat et de l’estime de soi.

*Woarf mais qu’est-ce que ça sent ? Dylan**, mon pote je vais te casser la tête. Le mec vient crécher et il laisse son herbe dégueulasse traîner dans le frigo.

Mais qui a fini le lait !
On est le combien déjà ? Le dix-sept… Luck a dit qu’il revenait le 19. On est laaarge !

En attendant, j’ai quand même les crocs. Un burrito chez Pablo ça ferait l’affaire.
*


Mais Mr Jones ne prêtait à son bienêtre intérieur qu’un intérêt très limité, rejetant l’éducation prônée par une mère végétarienne, bouddhiste et adept du pilate. La pizza était son Saint-Graal et Bacchus la seule et unique divinité dont il aurait été prêt à concevoir l'existence. Son organisme pouvait dealer avec une hausse de cholestérol, si seulement c’eu été le seul danger pour son organisme. Car Mr Jones devait dealer avec une habitude autrement plus dangereuse: la drogue.

Mr Jones avait dû quitter New-York de façon précipitée pour éviter un placement par l’Aide Sociale. Il logeait donc à Edimbourg, à des milliers de kilomètres, de sa famille et de ses amis. C’était son oncle maternel -Luck- qui l’hébergeait dans ce qui était un logement de fonction depuis trois semaines. Une colocation impromptue qui avait ses désagréments. L’un des principaux était l’interdiction formelle de faire circuler des substances illicite dans la maison.

Néanmoins, et pour l’équilibre de tous, Mr Jones ne sortait pas sans avoir le cerveau entravé par l’un de ses produits de consommation. Sous l’effet d’une bonne herbe fourni par un petit cultivateur brésilien, Mr Jones se mit plus ou moins en quête d’un endroit où pioncer en attendant 11h30. Le son du ballon de basket qui dribble sur l’asphalte attira son ouïe engourdie. Le sport faisait partie de la culture de son quartier d’origine. Jones dansait avec un ballon, comme il dansait avec une jeune femme avec passion.

"Salut! J’peux venir ? "
(Ce qui servait vaguement de sac de cours s'écrasa sur le bitume. La casquette passait en mode arrière.)

Mr Jones avait effleurer le podium deux années de suite dans son ancien lycée. Il avait fièrement porté le maillot.

**Dylan est un collocataire ponctuel doublé de l’un de ses fournisseurs de cannabis.
Ed
Sphère Technique
avatar

Messages : 38
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Diagnostic
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Mai 2017 - 18:59

ft. Ed

ft. Scavenger

「 Yop ! Balle de match ? 」
Chers lecteurs,

Est-ce que je vous ai déjà dit que j’adorais le sport ? Le football, le handball (à prononcer à l’allemande, handbââââl, et non handbaul), la natation, le saut à ski, le parapente, le hockey sur glace, le hockey sur gazon, le tennis, le badminton, l’équitation, le pole dance, les échecs, le flamenco, les dominos… Dommage que je sois déjà chef d’une grande organisation terroriste, j’aurais peut-être fini patineur professionnel. Surtout à cause des justaucorps, c’est trop la classe. Mais aussi, il faut le dire, mon manque de concentration m’empêche de faire une activité sur la durée, et je fonctionne clairement plus sur l’impulsion du moment.

Comme aujourd’hui. J’avais rendez-vous avec Booky, pour une énième discussion sur comment gérer l’organisation XIII, tout ça tout ça. Et, v’là t-il pas que, alors que je me dirigeais tranquillement vers le lieu de rendez-vous au centre-ville, mon attention se porta sur un adorable chien-chien, que sa maîtresse était en train de promener. J’ai passé quelques minutes à jouer avec lui, à me faire lécher abondamment le visage.
Puis, l’instant d’après, c’est le camion à glaces qui m’attire, avec sa mélodie doucereuse et sa promesse de saveurs glacées. Ni une ni deux, je double tout le monde dans la queue, en leur demandant-forçant tout de même avant. Un énorme cornet chocolat-pistache plus tard, je continuais ma promenade, sur le skateboard que j’avais réquisitionné auprès d’un gamin. Enfin, j’ai ordonné, et il me l’a offert de bon cœur. Il était heureux de ce présent, j’en suis certain. Ce skate me convenait mieux qu’à lui. En échange, je lui avais offert trois bonbons à la menthe qui traînaient dans ma poche depuis plusieurs semaines. Echange de bons procédés.
Roulant sur la planche comme si j’étais né avec, je me dirigeais vers les jardins de Princes Street, toujours agréables à cette période de l’année. Les lieux étaient remplis de gens qui faisaient des pique-niques, ou de jeunes en train de jouer à différents jeux de ballon. Et c’est ainsi que, laissant mon skate sur le bord du terrain, j’avais obtenu un ballon de basket et avais commencé à faire des paniers, de façon toujours plus originales à chaque fois.
Je commençais gentiment à me lasser, lorsqu’un garçon à casquette débarqua pour me demander s’il pouvait se joindre à moi. La perspective d’un jeu à deux aiguisa tout de suite mon intérêt, et je l’accueillis avec un grand sourire.
"Bien sûr Bro !" –tous les jeunes avec les casquettes s’appelaient comment ça, même entre filles. Je le savais.- "Cool ton style ! Et ton parfum aussi, j’aime bien !"
Ça me rappelait Amsterdam, allez savoir pourquoi. Les gens sont tellement drôles là-bas, et par association, bah, je l’aimais bien, ce p’tit jeune à casquette ! La drogue, ça me fait plus trop d’effet, mais c’est toujours marrant de voir les autres en subir les effets. C’est comme l’alcool, sauf que j’aime bien le champagne. Les bulles qui chatouillent le palais, y a rien de tel !
Le ballon sous un bras, je lui tendis la main
"Barthram. Mais mes potes m’appellent Babar. Tu as une salutation de gang ? Un truc du genre ? Les jeunes font ça aujourd’hui, nan ?"
Enfin, cher lecteur, je disais ça, mais le gamin était tellement plus baraque que moi qu’il aurait pu limite passé pour plus âgé. Enfin, je pense pas que ça lui aurait plus de savoir qu’il faisait plus vieux qu’un gars de plus de 200 ans. Quoique, j’étais encore bien conservé, non ?



Scavenger
Sphère Economique
avatar

Messages : 28
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Immortalité, Persuasion
Revenir en haut Aller en bas
Dim 28 Mai 2017 - 21:23

[color:5390=##0B3B39] YOP ! BALLE DE MATCH ?

SCAVENGER



Mr Jones avait été des gens sociables. Dans l'institution qu'était le lycée Américain, il avait profité de l'aura du sportif. Les gens venaient naturellement vers lui, à la recherche de cette petite lumière diffusée par la popularité. Mr Jones avait allégrement tiré profit de sa réputation. Durant les trois années du lycée, plusieurs camarades s'étaient succédé pour l'aider dans les matières indispensables à la validation du diplôme. La direction tolérait la tricherie à partir du moment où celle-ci servait les intérêts de l'institution. Il valait mieux voir un membre de l'équipe de basket sur le terrain que dans une salle de retenue.

Ainsi Mr Jones avait habilement réussi à dissimuler ses lacunes.

"Heu ouais, merci « Bro ». "


Mr Jones faisait néanmoins parti de la classe pauvre de son arche d'origine. Il subissait les insultes raciales depuis sa tendre jeunesse. Il était l'enfant d'un blanc et d'une noire, tiraillé entre deux communautés qui ne l'acceptait pas. Il avait crié, combattu et renié le système avec ses simples moyens. L'école ne lui avait pas fournis les bonnes armes pour se défendre. A présent, les principes d'équité et de justice sociale ne touchaient plus Mr Jones. Son champ de vision s'était réduit à ses besoins les plus égoïstes et avec lui son besoin de se révolter.

* Toi t'en tiens une sacrée … frère. *

Mr Jones n'avait donc pas toujours été ce jeune homme solitaire au pas pathos. Il avait fait partie d'une bande. Ceux que les bourgeois bien pensants nommaient les voyous. Le Bronx conservait une image négative encore aujourd'hui. Les gangs continuaient d'y faire régner une loi sans pitié. Mr Jones avait échappé à leur emprise grâce au sport et aussi à la musique. Ces deux occupations l'avait propulsé hors du bourbier déterministe. Il avait eu de la chance. Mais Mr Jones n'arrivait plus à composé non plus, depuis qu’il était entré dans la case des prodiges.

"Ed... "
(Il le fixait pour essayer de déterminer son âge.)

Mr Jones avait apprit, de ses expériences, à se fier à ce que lui disait son sixième sens. Il l'avait émoussé. Il était comme une plante dont on a coupé les racines les plus profondes. Le prix ne lui paraissait pas si lourd pour éviter la catastrophe. Mais même sans intuition Mr Jones reconnaissait les stigmates du « chelou ». Il n'en prenait pas grand cas tout à fait conscient qu'il avait perdu la capacité et le droit de se défendre. Cette déperdition de l'estime de soi et de son droit de vivre faisait partie du processus auto destructeur.

* Dans deux seconde il se met à faire du 50cents... *

"Heu, ouais, ouais. Bon, c'est quoi tes règles ? Distance, tout ça ? "

Mr Jones lorgnait le ballon du coin de l’œil pour faire comprendre qu'il voulait déjà passer à l'action. Il profitait du contre-effet de la drogue qui quand elle ne vous mettait pas en effet de léthargie, vous rendait hyperactif. Mr Jones souffrait alors d'impatience musculaire. La seule façon qu'il avait trouvé pour s'en débarrasser était de transpirer et ça de quelque façon que ce soit...

Ed
Sphère Technique
avatar

Messages : 38
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Diagnostic
Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Juin 2017 - 19:57

ft. Ed

ft. Scavenger

「 Yop ! Balle de match ? 」
Chers lecteurs,

Depuis le temps que je traîne sur cette planète, et les petits bouts volants qui en reste, j’en ai vu passer, des générations. J’ai un petit faible pour celle révolutionnaire du début du 19ème siècle, ainsi que pour le disco. Y a pas à dire, dans les deux cas, on savait se marrer ! Dans le fond, à chaque nouvelle mode, je me pose pas trop de question, je me lance dedans à corps perdu. Je dois d’ailleurs régulièrement faire le ménage chez moi, tant j’accumule des objets inutiles que la publicité nous fait ressentir comme nécessaire. Ils sont forts, quand même, et je me fais à chaque fois avoir. Mais bon, comme je paie rarement pour ces bonheurs éphémères, c’est pas plus grave que ça, et au moins pendant quelques temps, cela m’occupe. Après, avec toutes ces fois où j’ai croisé des jeunes, avec leurs nouvelles habitudes, je m’y perds un peu. Mais quelle importance ?

Dans tous les cas, le petit jeune semblait pas vraiment convaincu par mon approche savamment étudiée d’un point de vue sociologique. Ou alors, il était complètement stone. Ou les deux.
C’était fou, cette tendance des gens à plonger dans la drogue pour échapper à la cruauté de la réalité. Une échappatoire comme une autre, mais qui semblait attirer de plus en plus de monde. Bon, je n’allais pas me plaindre, la révolte, c’était un peu le fonds de commerce de l’Organisation XIII.
Et puis, c’était peut-être le fait que ni l’alcool ni les drogues ne me faisaient d’effet. Pas le moindre. Bookkeeper disait que c’était parce que mon cerveau était comme perpétuellement sous substances illégales, de façon naturelle. Mais quand même, ça me rendait curieux ! Peut-être que ça me rendrait normal, du coup ? Quoique, qu’est-ce que la normalité ? Et j’aurais trop peur de m’ennuyer, soyons honnête.
"Enchanté Ed !" Puis, voyant qu’il me fixait, comme pour essayer de deviner quelque chose. "J’ai un truc sur le visage ? J’aime bien me déguiser, alors parfois, il me reste des traces de maquillage. C’est ça ? Ou est-ce que je me suis encore endormi dans mon bol de céréales arc-en-ciel ?"
C’était fou ce qui pouvait se passer quand on s’endormait sur des objets les plus divers. Cher lecteur, tu sauras qu’on pourrait en écrire toute une encyclopédie, basée sur des expériences empiriques. Je devais d’ailleurs rajouter ça à ma to-do list.
Mais Ed semblait pressé s’en venir au but, à savoir, le ballon. Je pris ce dernier entre mes mains, l’approchant du garçon comme on approcherait un bonbon d’un enfant.
"Huuuum, j’aime pas vraiment les règles. C’est trop ennuyeux de vivre en les suivant ! Ça te va si on improvise ? On fait ce qu’on veut. Sauf se tirer les cheveux, j’ai passé du temps à me coiffer ce matin !"
Et puis, vu la coupe de mon adversaire, ce n’était pas très égalitaire.
Je commençais à dribler, passant à la vitesse supérieure pour tourner autour d’Ed. Je n’avais pas vraiment la carrure d’un joueur de rugby, mais le trop-plein d’énergie constant de mon corps me permettait d’être rapide et souple. Sans compter le millier d’heures que j’avais dû passer à m’entraîner à mettre des buts dans mon bureau, et dans le hall d’entrée de mon manoir. J’en étais à 5478 paniers et 4 vases cassés, au dernier décompte.
"Dis-moi, t’as quel âge ? Tu devrais pas aller à l’école ?" Je réfléchis durant quelques instants, essayant de me rappeler l’âge de la scolarité. Ça aussi, ça changeait tout le temps. "Quoique, je te comprends. Les cours, c’est chiant, et ça sert à rien, pour vraiment changer les choses. J’y suis jamais allé moi, et je me suis toujours très bien débrouillé !"
A l’époque et dans le village paumé où j’étais né, l’alphabétisation des enfants n’était de loin pas une priorité. Mais quand on voyait où j’en étais arrivé –riche, beau gosse, chef d’une super organisation terroriste, futur roi et membre honoraire de Greenpeace-, c’était bien la preuve qu’on avait pas besoin de suivre une éducation classique. Fallait juste pouvoir se faire obéir


Scavenger
Sphère Economique
avatar

Messages : 28
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Immortalité, Persuasion
Revenir en haut Aller en bas
Sam 1 Juil 2017 - 21:14
[color:8be7=##0B3B39] YOP ! BALLE DE MATCH ?

SCAVENGER





* Ce mec est chelou. *

"Nan, y a rien... "

Mr Jones haussait des épaules avec cette nonchalance typique de l'adolescent. Un tic gestuel qui était devenu un vrai réflexe maintenant qu'une grande part de la réalité se dérobait à son entendement le plus basique. Mr Jones n'avait pas (encore) perdu de capacité intellectuelles. Néanmoins, ses muscles cérébraux étaient atrophiés. Il ne cherchait pas le compliqué là où tout pouvait être très simple. Cela lui allait très bien.

Mr Jones se demandait tout de même si son interlocuteur jouait les demeuré, ou bien si lui aussi avait pris un « truc ». Cet homme, bien habillé, riche, faisait partie de la clientèle de Jones. Les discours fantasques de ce genre n'étaient pas rares dans les salles de shoots. Les drogués voyaient le monde sans les codes dont les gens ordinaires avaient l'habitude. Mr Jones avait lui-même plaisir à ne pas se cantonner aux normes imposées par la société. Il devait sans aucun doute remercier Patty Brown-Jones (sa mère) qui le poussait à voir au delas des normes établies.

"Pas de règles, ça me va, ouais."

Mr Jones quittait soudain sa posture décontractée. Il scrutait le déplacement de son nouveau camarade de jeu. Il avait tellement joué au basket plus jeune qu'il pouvait encore se défendre sur un terrain. Il pouvait aussi faire une première évaluation du niveau de l'adversaire. L'homme avait l'air de maîtriser la balle. Il devait jouer assez souvent lui aussi. Mr Jones aimait quand il y avait « du jeu ». D'ailleurs, il s'arrangeait pour suivre les championnats Américains, de sa chambre temporaire.

"Et toi mec ? T'es pas à ton taf. T'as pas l'âge de bosser ? "
(Éden se plaça face à lui, en attaquant, attendant une première ouverture.)

Mr Jones écoutait d'une oreille l'analyse faite par le « Bro ». celle-ci n'était pas celle qu'on entendait le plus souvenant venant des hommes de sa catégorie. De son côté, Mr Jones n'avait pas des parents très croyants en le système scolaire. Ils l'avaient placés en école publique parce que cela leur permettait de ne pas l'avoir à leur charge pendant la journée. Le père de Mr Jones n'avait pas fait d'études non plus. Il était un ferveur défenseur de l'école de la rue. C'est dans la rue qu'il avait monté son besenss et qu'il s'était fait prendre par la police. C'était une triste réalité en New Victoria.

*On sait pour qui c'est les études. *

"Ouais, autant pas perdre de temps. Dés que j'ai le fric, j'ouvre mon truc. "
(Ed tenta une attaque pour récupérer la balle.)

Mr Jones parlait de l'avenir, comme il parlait de sa prochaine sortie au cinéma. En l'état actuel, il ne se projetait pas beaucoup plus loin que le samedi soir suivant. Avec cela, avoir une vie sociale épanouie s'avérait plus compliqué en Écosse. En effet, il n'était pas aisé de se faire des relations (quel qu’en soit le genre) quand on devait rester constamment sous l'effet des pyscotropes. Mr Jones se faisait donc progressivement à la vie de solitaire. Il faisait tout pour s'en convaincre, même s'il était plus ou moins conscient qu'il était en train de virer dans la folie.

"Je paris que t'es patron d'une boîte, ou un truc comme aç. "

Ed
Sphère Technique
avatar

Messages : 38
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Diagnostic
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: New Town :: Princes Street Gardens-