Qui a eu cette idée folle, un jour d'inventer l'école?

 :: Édimbourg :: Westside :: Potential Home Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 9 Mai 2017 - 21:53

DASTAN

DOMHNALL

Qui a eu cette idée folle un jour d'inventer l'école?

En tant que Président nouvellement élu, Alastair se devait de faire le tour des institutions. Il avait promis de faire changer les choses, dans le bon sens - ou son bon sens à lui, comme dirait les mauvaises langues -. Il mettait donc un point d'honneur à honorer sa parole et démontrer à ceux qui avaient votés pour lui, qu'ils avaient bien fait.

La Potentiel Home était donc sur son calendrier. Comme partout, l'homme n'avait pas pris de rendez-vous, il préférait arriver sans s'annoncer, prendre par surprise les chefs des institutions pour voir comment ils pouvaient s'en sortir. Sans avoir eu le temps de préparer quoi que ce soit. Encore plus lorsqu'il s'agissait d'une école. Le bien-être des enfants était important à ses yeux. Encore plus des Prodiges, des jeunes à pouvoir, qui risquaient bien les problèmes. Il leur fallait un cadre, intelligent, sûr, qui pouvait les suivre, les soutenir, les éduquer pendant toute leur scolarité. Cette école avait toujours eue une excellente réputation, il voulait s'assurer que ce n'était pas une simple vitrine.

Ainsi donc, accompagné de son garde du corps et de son second, notre homme débarquait devant la bâtisse imposante. Domhnall sortit du véhicule quand on lui ouvrit la porte, prenant un instant le temps de l'observer pendant qu'il remettait en place son costume. Jamais il n'était venu dans cette école étant jeune. Ses parents avaient préférés le mettre dans un internat normal et privé. Pour un Lord comme lui, c'était bien la moindre des choses, il lui fallait une scolarité digne de son statut et non pas traîner avec la plèbe. Enfin... il n'y avait pas que des regrets à avoir suivi une éducation soutenue. Remettant ses souvenirs au fond de son esprit, il jeta un regard à Howard qui lui fit un petit signe de la tête, ils pouvaient avancés, mis à part les regards curieux de certains élèves qui se trouvaient là, il ne semblait pas y avoir de danger.

D'un pas sûr, le Président se dirigea donc vers le bureau du directeur de l'école, suivant son bras droit qui semblait connaître les différents couloirs de ce bâtiment, qui semblait être un vrai labyrinthe pour un néophyte comme MacBeathag. Plus il avançait, plus il sentait le regard des jeunes qu'ils croisaient. Certains professeurs se rendaient rapidement compte qu'ils n'accueillaient pas n'importe qui. Mais le trio avançait bien trop rapidement pour se laisser arrêter par qui que ce soit. Aujourd'hui, c'était pour M. Mason qu'il était présent.

Ce fût Doug qui frappa à la porte, sachant que celui qu'ils venaient voir était présent, puis ouvrit quand on lui permit d'entrer.

- Monsieur Mason? Tendant une main. Je suis Doug Averill, Monsieur MacBeathag aimerait vous rencontrer.

Enfin... c'était simplement une entrée en matière, car bien entendu, le fameux Lord était déjà derrière son représentant.

- Ne faisons pas trop de manière Doug. D'une voix plus calme et moins froide qu'il était capable d'avoir face à des inconnus. Monsieur Mason. S'arrêtant debout, face à lui. Je ne suis pas ici pour une visite de courtoisie. Il annonçait donc la couleur.

La première chose à faire, c'était de voir comment le pauvre Dastan allait réagir à cette première approche. Ensuite, ils entreraient sans doute dans le vif du sujet.
Domhnall
Sphère Dirigeante
avatar

Messages : 34
Etat Civil : Marié
Pouvoirs : La Vérité
Revenir en haut Aller en bas
Ven 12 Mai 2017 - 20:58



«Truth is singular. Its 'versions' are mistruths.»
David Mitchell

Il me semblait que nous venions à peine de terminer les portes ouvertes –sur un bilan plus que positif d’ailleurs-, et déjà, nous étions pris dans les préparatifs du suivant. Mais ainsi allait la vie dans cette école où il se passait toujours quelque chose. Si les portes ouvertes permettaient à la population de l’arche d’Edimbourg ainsi qu’aux familles de voir l’intérieur de l’école, le salon des inventions avait une fonction inverse. Il s’agissait pour nous de sortir de la PH afin de montrer au monde de quoi nous étions capables. En particulier les House Sciences et Mechanics, qui rivalisaient chaque année d’inventivité pour présenter de nouveaux projets.

Toutefois, la présence de la Potential Home à ce salon ne s’organisait pas toute seule, raison pour laquelle nous y travaillions depuis plusieurs semaines. Je m’assurais surtout de la logistique, de l’emplacement de notre stand, de la gestion des différents projets pour être certain qu’ils soient terminés à temps ; et encore tout un tas d’autres petits détails essentiels à la bonne marche d’une telle manifestation. Mais c’était assurément beaucoup moins de boulot et de stress que les portes ouvertes, et j’avais même eu le temps de participer à un des projets de mon ancienne maison.

Pour l’heure, j’avais terminé mon temps en atelier pour enfiler à nouveau le costume de directeur, et m’attelais à de nouvelles tâches administratives pour être certain que tout se passerait bien de ce côté-là pour le salon. Les assurances, en particulier, étaient un aspect à ne pas négliger. Il y quelques années, des membres de l’école avaient terminé à l’hôpital en voulant arrêter le fer à repasser autonome qu’ils avaient créé et qui avait décidé qu’il préférait aller vivre sa vie plutôt que de s’occuper de chemises. Rien de très grave, quelques côtes fêlées et légères brûlures. Mais depuis, nous prenions toujours soin de couvrir nos arrières, en plus de faire venir une partie de l’infirmerie avec nous.

Un coup à la porte me tira de ma paperasse, et je relevai la tête, à la fois surpris et curieux que l’on demande à me voir. Je n’avais pas de rendez-vous prévu, et s’il y avait eu une urgence, on n’aurait certainement pas pris soin de toquer à ma porte. Après quelques secondes d’hésitation, je finis par signaler au visiteur qu’il pouvait entrer, après m’être déplacé jusque vers la porte pour aller à sa rencontre. La porte s’ouvrit sur un parfait inconnu, qui se présenta cependant tout de suite. Ainsi que l’homme qui se tenait derrière lui.

"Monsieur Averill." lui répondis-je en lui serrant la main avec politesse, avant que mon regard ne se déplace de lui à l’homme qu’il accompagnait, une expression surprise et quelque peu décontenancée sur le visage. Et l’intervention dudit MacBeathag avant même que je puisse répondre quoi ne me permit pas de réaliser immédiatement ce qui était en train de se passer.

Comme tout le monde sur cette arche, et dans le monde probablement, je connaissais notre nouveau président, de nom et de tête. Mais si sa détermination à aller droit au but sans passer par les convenances habituelle pouvait surprendre, il ne me fallut pas longtemps pour réaliser que sa présence ici était on-ne-peut plus logique.

"Monsieur MacBeathag." finis-je donc par lui répondre avec un signe de tête et un léger sourire, ayant retrouvé mes esprits une fois remis de cette apparition surprise. L’homme avait comme réputation d’être direct, et je constatais à présent que c’était plus vrai que ce que j’avais imaginé. Venir sans prendre rendez-vous ou s’annoncer devait aussi faire partie de ses méthodes, mais, dans l’absolu et comme j’étais libre, cela ne me dérangeait pas plus que cela. Du moins, pour l’instant. "J’imagine bien. Je vous en prie, asseyez-vous."

Je les invitai tous deux à prendre place face à mon bureau, tandis que je retournai à ma place, sous l’œil attentif des nombreuses horloges et montres qui trônaient dans la pièce. Par pure politesse, je leur proposai quelque chose à boire, d’autant que Gear venait de terminer une nouvelle machine à boissons chaudes qui ronronnaient doucement dans un coin de la pièce. Toutefois, de l’agitation et même de la musique commençaient à se faire entendre du dehors, et il était à parier que certains élèves étaient en train de faire les derniers tests avant le salon des inventions non loin de mes fenêtres.

"Que puis-je pour vous, Monsieur ?" dis-je en le regardant droit dans les yeux, dans une attitude toutefois assez détendue. "La Potential Home n’a rien à cacher, et j’espère au contraire que nous allons pouvoir discuter de certains points avec vous. Dont quelques-uns relatifs à votre gouvernement…"

La visite d’Erskine durant les portes ouvertes, ainsi que quelques échanges de mails ou de lettres de sa part, n’avaient fait que m’inquiéter davantage face à la volonté apparente de certains hommes politiques de contrôler davantage l’école et ses membres. Et j’osais espérer, surtout d’après ses promesses électorales, que cet homme ne faisait pas partie de ces politiciens.
Dastan
Sphère Technique
avatar
Messages : 596
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps



Don't waste your time or Time will waste you



Don't click... unless you wanna be blinded (a)

Revenir en haut Aller en bas
Ven 19 Mai 2017 - 15:11

DASTAN

DOMHNALL

Qui a eu cette idée folle un jour d'inventer l'école?
Si le directeur de la Potentiel Home fût surpris, il ne le montra pas longtemps. Retombant sur ses pattes comme un chat que l'on avait lancé les pattes en l'air. Et avec classe même. Ce qui ne manqua pas de plaire à Domhnall. Une qualité importante pour un homme qui avait sous sa responsabilité un grand nombre de jeunes dont l'avenir dépendait - en partie - de ses soins. Maintenant, il fallait voir s'il avait la tête sur les épaules.

Il suivit donc l'invitation à s'asseoir, Doug resta debout vers la porte, la conversation devait se déroulée entre Mason et MacBeathag, lui prenait des notes, telle l'ombre qu'il savait être. L'homme politique secoua légèrement la tête, refusant poliment la proposition de boire quelque chose. Bien que son regard se montra un instant curieux en tombant sur la fameuse machine à café. Tout le bureau pouvait d'ailleurs être une curiosité, pas de doute que ce directeur était un amoureux de la mécanique. De précision sans doute, vu le nombre d'horloges. Le bruit des tic-tacs auraient sans doute fini par rendre notre protagoniste fou. Il était certes patient, mais pas à ce point.

Les paroles d'Alex Mason étaient analysées par le président, voyant ainsi que ce dernier ne lui mentait pas. Très bien. Au moins avait-il affaire à quelqu'un d'honnête. Ce qui n'était pas un mal, bien au contraire. Il resta pourtant surpris d'apprendre que son interlocuteur voulait discuter avec lui de certaines choses concernant son gouvernement. Même si Alastair ne montra rien de sa surprise, il se demanda sur quoi portait ces points, car pour l'instant, il estimait ne rien avoir demandé concernant cette école.

- Je suis ici pour voir comment vous gérez cette école, si vos élèves se portent bien. Si tout est fait dans les règles. Beaucoup de gens vous font confiance, puisqu'ils vous laissent leurs progénitures, je veux juste être certains que personne ne fasse une erreur en vous faisant ainsi confiance. Se frottant un sourcil. Comment sont vos professeurs? Avez-vous des problèmes avec des anti-prodiges? Y a-t-il déjà eu des dégradations quelconques? Marquant un petit temps. Ainsi que voir dans quoi part l'argent que l'Etat met dans cette école, bien évidement. Ce qui pouvait toujours être un point délicat, l'argent, l'épine dorsale de beaucoup - trop - de chose, mais c'était ainsi que le monde tournait. Et je suis, bien entendu, tout ouïe concernant les points que vous voudriez aborder, monsieur Mason.

Contrairement à d'autres sociétés dans lesquelles il s'était permis d'aller, cet institut avait pour elle le fait d'être honorable. Ainsi donc, il était toujours prêt à discuter et aider. Comme MacBeathag l'avait dit dans son programme, il était un protecteur de la cause des Prodiges et ferait donc tout pour que ces enfants puissent avoir un avenir aussi certains que les autres. Voilà pourquoi la discussion entre nos deux hommes étaient ouvertes et bien plus chaleureuse que d'autres, même si Domhnall ne le montrait guère.
Domhnall
Sphère Dirigeante
avatar

Messages : 34
Etat Civil : Marié
Pouvoirs : La Vérité
Revenir en haut Aller en bas
Lun 5 Juin 2017 - 13:40
Ainsi, je pouvais voir à quoi ressemblait notre nouveau président de mes propres yeux, et plus rapidement que prévu. Ce qui n’était pas plus mal. De nombreuses personnes avaient donné leur avis sur lui, que cela soit en bien ou en mal, mais rien ne valait de pouvoir se faire sa propre opinion. Et pour ce que j’en avais vu, il me semblait être une personne honnête, même si cela restait encore à confirmer. Si la rumeur de son comportement direct s’avérait être vraie, au vu de son arrivée, je m’en remis cependant bien vite. Je prenais cela comme un signe encourageant pour de futures discussions constructives et sans tourner autour du pot. Mon accueil se fit donc souriant

Après l’avoir invité à s’asseoir, je l’interrogeais donc sur les motifs de sa visite, ne cachant pas mes propres attentes quant à cette rencontre. Il fut clair quant à ce qu’il souhaitait vérifier ici, et ses demandes me semblaient logiques et justifiées. J’acquiesçais donc de la tête, me redressant légèrement sur mon siège.

"Bien sûr, c’est parfaitement normal. Nous avons toujours eu conscience des responsabilités et des devoirs que nous avions vis-à-vis de ces jeunes et de leurs familles, mais également de l’arche et du gouvernement. Vous êtes libre de venir visiter l'école pour vérifier tout cela." Je souris, avant de prendre quelques secondes pour réfléchir et lui répondre : "Nos professeurs sont choisis avec soin, et leur engagement est voté par l’ensemble de la direction. Ils n’ont jamais posé aucun problème qui puisse nuire aux élèves ou à la qualité de l’enseignement. La sécurité, mais surtout l’ouverture et la tolérance sont nos priorités. Nous sommes extrêmement pointilleux en ce qui concerne la protection et la surveillance des lieux. Néanmoins, pour ce qui se passe en-dehors du domaine de l’école, c’est malheureusement hors de notre portée. Nous avons cependant un externe qui se charge de surveiller les milieux anti-prodiges pour nous avertir des dangers potentiels qui pourraient toucher l’école. Nous avons aussi de nombreux contacts, notamment avec différents gouvernements."

Dont celui d’Edimbourg, bien évidemment. Je me levai pour m’approcher d’une des étagères, remplie de classeurs, et en sorti un particulièrement fourni, après avoir passé mon regard le long des rayons à sa recherche. Je revins à mon bureau, et ouvris le classeur pour le glisser en direction de mon interlocuteur.

"Concernant l’argent, nos comptables sont à votre disposition pour toutes les vérifications nécessaires. Nos comptes sont vérifiés et approuvés chaque année par un organisme indépendant validé par le gouvernement, je pense que vos collègues pourront vous renseigner à ce sujet. Même si nous souhaitons rester indépendants, votre soutien est important, et l’argent des contribuables écossais est utilisé avec soin."

C’était notamment dans la recherche, et les bourses pour les élèves de l’arche que ces aides étaient dépensées. Pour le reste, la PH disposait de nombreux fonds propres. La fortune de ses quatre fondateurs, et le soutien de donateurs divers et variés autour de la planète, finissaient de constituer les sources de revenus pour l’école, largement suffisants.

Venait ensuite la question beaucoup plus délicate de mes propres demandes. Je n’étais d’ailleurs pas certain que, même s’il était président, MacBeathag y pourrait quelque chose. Mais il pouvait être un allié important, alors je n’hésitais pas longtemps.

"Nous avons toujours eu une personne du gouvernement qui était notre intermédiaire avec ce dernier. Mais l’automne dernier, lors de nos portes ouvertes, un homme est venu en se présentant comme ce nouvel intermédiaire, sans que je sois au courant. Thorne Erskine." C’était avant l’élection, et peut-être avait-il profité du changement de président pour s’arroger ce droit alors que tous les regards étaient posés ailleurs, je ne savais pas. Je reportai mon regard sur MacBeathag. "Il s’est présenté comme étant le directeur de l’agence gouvernementale de surveillance des prodiges. Et pour être franc, je ne lui fais pas confiance. Ses actions et son intérêt pour l’école ne m’ont pas parus être… très sains. Peut-être pourrez-vous m’en dire plus ? Même si j’imagine que vos actions sont aussi limitées…"

Ainsi fonctionnait la démocratie. Et la bureaucratie.
Dastan
Sphère Technique
avatar
Messages : 596
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps



Don't waste your time or Time will waste you



Don't click... unless you wanna be blinded (a)

Revenir en haut Aller en bas
Mar 27 Juin 2017 - 16:17

DASTAN

DOMHNALL

Qui a eu cette idée folle un jour d'inventer l'école?
Au moins le directeur comprenait-il parfaitement le motif de sa visite et ne se sentait pas attaquer de cette visite surprise. Parfait, peut-être trouveraient-ils très rapidement des points d'ententes tous les deux. Ce que souhaitait réellement le Président, pour le simple fait qu'il estimait que cette école était importante. Pour les jeunes d'abord, pour le pays ensuite. Il n'y avait pas tellement d’institutions comme la Potentiel Home, qui permettait aux enfants surdoués de trouver un endroit où être en sécurité, tout en apprenant à maîtriser leurs dons. Il était donc capital, aux yeux de Domhnall de tout faire pour qu'elle reste ce lieu qui semblait être si apprécié de ceux qui avaient eu la chance d'y mettre les pieds. Il écouta donc attentivement les réponses que lui fournissait son interlocuteur, mesurant toujours le taux de vérité dans ses paroles. Et il n'y avait aucun doute à avoir, cet homme, face à lui, était honnête.

- Je suis intéressé de rencontrer les différents membres qui travaillent dans votre école, ainsi que les directeurs des maisons. Puisque vous vanter leurs mérites, cela me rend curieux de les voir à l'œuvre. Restant pourtant toujours d'une neutralité assez déconcertante. Il ne serait pas de trop de nous donner le contact de celui qui se renseigne pour vous à l'extérieur. Nous pourrions mêler nos forces, je suis disposé à vous mettre quelqu'un à disposition pour continuer à travailler pour la sécurité de votre école. Je préfère savoir vos jeunes en sécurité et non les proies de gens peu... ouverts d'esprit... lâcha-t-il dans un léger grognement. Ayant subi ce genre de... mésaventures - pas pour son don mais bien ses choix plus intimes - il mettait un point d'honneur à ceux que les plus exposés à ce genre de problèmes aient toutes les cartes en main pour se protéger.

MacBeathag posa une main sur le classeur que l'on venait de glisser dans sa direction, pour l'ouvrir afin de parcourir rapidement la première page qui était sous ses yeux. Aucunement de la curiosité mal placée, mais il n'avait pas encore eu le temps de se plonger pleinement dans tous les comptes de l'Etat. Doug en savait plus que lui et c'était sans doute ce dernier, d'ailleurs, qui éplucherait correctement les choses. Mais comme son patron, il sentait que Mason était loin d'être un voleur.

- Ne vous inquiétez pas monsieur Mason, je n'ai aucun intérêt à vous priver de votre indépendance. Mon but étant bien de vous aider. De la meilleure façon possible.

La suite risquait d'être beaucoup moins agréable. Toujours attentif aux paroles de son vis-à-vis, Alastair haussa doucement un sourcil, concerné. Encore une fois, il se rendait compte que malgré le fait d'avoir été élu, beaucoup de choses se faisaient encore sans réellement attendre son consentement. Ce qui pouvait particulièrement l'énerver. Son gouvernement se devait d'être irréprochable et honnête. Ce que lui disait le directeur de la PH sur cet Erskine, n'était vraiment pas pour lui plaire. Surtout que c'était à lui, et lui seul, de choisir qui serait à la tête d'un tel département... décidément.

- Hum. Il est sensé agir dans l'intérêt du gouvernement et de la Potentiel Home. Mais certains sont plus intéressés par des intérêts qui leur sont propres. Je ferai mener une enquête pour voir si vos inquiétudes sont fondées. En attendant, vous pourrez garder le contact avec Doug ici présent. Ainsi vous aurez plus de facilité à me contacter directement.

Le chef de cabinet s'avança alors pour tendre sa carte, Alex aurait ainsi de quoi le joindre en cas de gros pépin.
Domhnall
Sphère Dirigeante
avatar

Messages : 34
Etat Civil : Marié
Pouvoirs : La Vérité
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 6 Juil 2017 - 20:48
Si cette visite surprise ne me dérangeait pas plus que cela, je m’interrogeais quant à la raison qui poussait le président à agir de la sorte. Craignait-il de découvrir des choses peu glorieuses en débarquant ainsi à l’improviste ? Peut-être pas à l’école spécifiquement, mais à d’autres endroits ou dans ses propres départements. Il était vrai qu’il avait promis un grand ménage dans le gouvernement pour plus de transparence, mais comme de nombreux politiciens. Aussi, il était à la fois rassurant de voir qu’il tenait ses promesses, mais également un peu inquiétant que de telles mesures soient nécessaires. Enfin, en ce qui nous concernait, nous n’avions rien à dissimuler. Pour le reste, cela ne me regardait pas vraiment.

MacBeathag semblait du reste surtout préoccupé par le bien-être et la sécurité des jeunes et des élèves, ce qui nous faisait un point commun. Et ce, même si son ton était posé et ne trahissait pas beaucoup d’émotions. C’était certes un peu déconcertant au début, mais je m’y étais fait. Après tout, nous avions également quelques personnes du même tempérament à l’école, et je savais qu’il ne fallait pas s’en formaliser à premières vues.

"Dans ce cas, je peux déjà vous proposer d’aller voir à la salle des professeurs qui s’y trouvent. Nous sommes bientôt dans la période de l’intercours, nous devrions y trouver quelques personnes." De manière générale, il me semblait que de très nombreuses personnes parmi le personnel avaient montré un soutien à cet homme durant la présidentiel, aussi, je ne doutais pas qu’il soit bien accueilli. Pour le reste, je fouillais à nouveau mon bureau et y trouvais l’une des cartes du privé chargé de surveiller les groupes anti-prodiges. Je la tendis à mon interlocuteur. "Daniel Cooper. L’école l’emploie depuis des années, et il fait du bon travail. Mais j’accueille volontiers toute aide que vous pourriez nous offrir, ce ne sera jamais de trop."

Le léger mécontentement que je sentis dans son ton lorsqu’il mentionna d’éventuels trouble-fêtes me suggéra qu’il avait peut-être dû gérer ce genre de cas. Peut-être personnellement. Mais je ne m’aventurais pas à poser la question. Ce n’était pas toujours des expériences que l’on souhaitait partager, surtout avec un homme rencontré pour la première fois.

Il observa ensuite le classeur des comptes, et semblait satisfait de mes réponses jusque-là. Si ce qu’on disait sur lui était vrai, il parvenait à détecter l’honnêteté de mes propos et cela lui suffisait sans doute. Je lui indiquai qu’il pouvait prendre le classeur, s’agissant de mes copies.

"Je suis ravi de vous l’entendre dire." répondis-je avec un sourire qui trahissait en effet mon soulagement. "Puisque nous souhaitons la même chose, je ne doute pas que nous ferons de notre mieux pour agir dans le meilleur intérêt de cette école."

Mes craintes étaient ailleurs, comme je l’expliquais au président. Et devant son expression, je cru deviner qu’il ne savait rien des actions d’Erskine, ni ne les approuvait. Un autre soulagement.

"Merci Monsieur MacBeathag. Je n’y manquerai pas, et j’espère sincèrement qu’il ne s’agit que d’une mauvaise interprétation ou un excès de prudence de ma part. Je vous tiendrai au courant s’il tente de me contacter à nouveau."

Je pris sa carte avec un sourire reconnaissant. Je consultai ensuite ma montre, et, constatant que l’heure de l’intercours était bientôt là, me levai de mon bureau.

"Et si nous allions voir qui se trouve à la salle des…"

Je m’interrompis, fronçant des sourcils. Depuis le dehors, la musique était tout à coup devenue plus forte, faisant résonner The Final Countdown à un volume presque trop important. Comme si la source de la musique s’était soudainement approchée. Je me tournais juste à temps pour voir apparaître une tête derrière ma fenêtre, puis un buste. Au quatrième étage. Figé l’espace d’un instant, je finis par pousser un soupir et à aller ouvrir la fenêtre à Gear, qui nous faisait de grands signes. Il s’agrippa au rebord d’une main, et dévoila les deux réacteurs accrochés à ses jambes. Après les avoir éteint et coupé la musique, il entra dans la pièce d’un bond souple.

"Ils marchent très bien ces réacteurs, on pourra les intégrer à l’armure. Tout comme la sono." dit-il avant de remarquer nos visiteurs. Il leur adressa un grand sourire charmeur, et leva une main. "Salut. Alex ne m’avait pas dit que nous avions des invités aussi important à l’école."

Je me retins de pousser un soupir. Le connaissant, Elias devait certainement avoir été mis au courant. Et sa curiosité avait été plus forte. Restait qu'à espérer qu'une telle entrée n'allait pas changer l'avis du président à notre égard...
Dastan
Sphère Technique
avatar
Messages : 596
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps



Don't waste your time or Time will waste you



Don't click... unless you wanna be blinded (a)

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: Westside :: Potential Home-