Mise au point | Part 2 | One shot

 :: Édimbourg :: Leith :: Villa Sofia Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 2 Mai 2017 - 13:59


Xin Qan & Hecate

Nikiya & Strega & Mr Pelletier


    Hécate quitta l'atelier de Strega sans se retourner. Un sourire mauvais ne tarda pas à déformer son visage. Enfin, la petite chienne de la Sorcière allait en prendre pour son grade. Cela faisait des semaines que la métamorphe attendait ce moment. Sachant pertinemment où trouver la jeune femme elle prit la direction de la salle de danse. Un air de musique se fit bientôt entendre dans le couloir de la villa.
    Hécate entra silencieusement dans la pièce. Elle se glissa contre le mur, ses yeux suivant les figures graciles de Nikiya d'un œil amusé. Elle contempla la scène jusqu'à ce que son regard croise celui de Lotte dans le grand miroir. L'éclat machiavélique de son regard se transforma alors en sadisme. Elle commanda le son du système audio pour pouvoir se faire entendre sans avoir à crier.

    Nikolas veut te voir. Tout de suite.

    À la barre, l'ancienne étoile s'était immobilisée. Son regard d'ambre observait le visage mauvais de la métamorphe, ses deux canines cruelles perçant son sourire malsain qui glaçait le sang de la ballerine. Elle détestait Hécate, ses yeux affamée de louve...
    Son apparition dans le studio l'avait surprise. Lotte détestait lorsque la chienne s'immisçait, insidieuse, dans son intimité, lui rappelant ainsi qu'elle ne pouvait réellement avoir quelque chose strictement elle à la villa Sofia. Même dans ce studio qui avait été aménagé exprès pour elle. Une façon, pour la sbire de Strega, d'asseoir sa supériorité sur l'apprentie.
    La jeune femme avait pris un linge et s'était épongé doucement le visage. Elle n'avait pas pris le temps de se changer mais s'était saisie d'un cache-cœur à glisser sur ses épaules fragiles. Il n'était pas indiqué de faire attendre Nicolas lorsqu'elle vous faisait appeler.
    Agacée par l'attitude triomphante d'Hécate qui la taisant, la ballerine passa à quelques centimètre de la métamorphe qui se campait dans son passage. Elle ne lui jeta pas un regard de plus et se pressa pour se rendre auprès de sa maîtresse.
    Elle avait gardé jusqu'à ses pointes, et son pas, bien que léger et fluide, faisait un bruit mate dans les grands escaliers de pierre.
    Entrant dans l'atelier de la Dame, elle annonça sa présence.

    -Madame m'a fait demander ?

    L'atmosphère y était à couper au couteau. Même Maurice, qui d'ordinaire saluait toujours la ballerine se garda de faire le moindre geste dans sa direction.
    Xin-Qian était, elle aussi présente dans la pièce. Sous ses airs calmes, le palpitement de sa carotide laissait deviner sa nervosité. Dès que Nikiya fut entrée les deux employés présents se retirèrent, en prenant le temps de fermer les portes.

    Un silence de mort tomba sur les trois femmes. Un silence qui fit frissonner Lotte dont le corps s'était refroidi instantanément. Les degrés avaient chuté brutalement. Aussi, la danseuse avait observé tour à tour sa mentor et son amie, elle commençait à comprendre la raison de sa présence. Leurs manigances contre le fils Wang avaient dû remonter aux oreilles de la Sorcière. A son attitude glaciale, elle était mécontente. La française garda le silence le plus parfait, consciente qu'il allait falloir essuyer la tempête.

    Xin fit un pas pour amenuir la distance entre elle et son aînée. Un simple geste de Nikolas la dissuada de faire plus.

    Savez-vous comment étaient traités les soldats dissidents dans l'Antiquité ?

    Madame...

    Silence. Nikolas siffla.La pendaison.

    Les mots résonnèrent comme une menace. Lotte se sentit prise à la gorge. Le ventre noué par une peur soudaine qui s'était installée dans ses entrailles. Elle découvrait un nouveau visage de la Sorcière, celui qui ne laissait pas la place à la désobéissance.

    La Duchesse toisa les coupable avec noirceur. Elle semblait se demander laquelle des deux allaient être sa première victime.

    Mrs Wang prit le partie de se défendre, sachant que sa vie ne tenait plus qu'à un fil, car Strega avait de quoi la liquider.

    IL était sur le point de ravir mon Empire...

    Votre petite vengeance va vous coûter bien plus qu'un Empire. Quant à vous Lotte... Vous me décevez. Votre pathétique rancœur vous a rendu aussi faible que celle que vous cherchiez à fuir. Je vais devoir me passer de vous.

    La sentence tombait tel un couteau.

    Si la nouvelle ébranla la jeune apprenti, elle tenta de ne rien en montrer. Elle serra les dents, la colère avait pris le pas sur la crainte. La décision de Strega était injuste et injustifiée, refusant d'admettre que son désir de vengeance l'avait aveuglée.

    -Bien madame, répondit-elle, docile. Deux mots qui lui écorchaient les lèvres, alors qu'elle aurait voulu défendre sa position. Elle savait cependant qu'il n'était pas forcément bon de contredire de façon inopportune l'antique prodige. Elle n'avait cependant pas l'intention de se laisser faire et d'être remerciée sans montrer sa valeur. Elle avait travaillé dur et mérité sa place, elle avait renoncé à tout ce qu'elle avait pour cette éducation. De plus, La Duchesse lui avait enseignée la persévérance et l'intransigeance, et ne pas se battre pour conserver sa place n'avait jamais été dans le caractère de la danseuse. Nicolas avait besoin d'elle autant qu'elle avait besoin de Nicolas.

    -Mais je pense que vous faites une erreur en me renvoyant. Une lueur d'intelligence brilla dans son œil, une assurance nouvelle dans la voix.

    L'arrogance. Vous êtes bien comme votre frère. Les yeux de la Sorcière se plongèrent dans ceux de la belle. Elle y discernait le potentiel, cela oui. La mention de l'allemand pouvait être être un bon comme un mauvais signe.

    Soit. Vous avez une dernière chance. Prouvez-moi votre valeur.

    Lotte s'était apprêtée à hocher docilement de la tête, accueillant avec satisfaction la décision de son mentor. Presque soulagée. Mais le geste avait été avorté alors que Nikolas désignait la dague posée sur la table.

    Mrs. Wang est devenue un danger.

    Le regard doré de l'apprentie, remontèrent tout doucement du poignard à sa maîtresse. Le message était clair. Il n'y avait pas d'erreur possible sur la signification des paroles de la Duchesse et il n'y avait pas d'incompréhension dans le regard de Lotte. Son cœur manque un battement. Sa respiration se coupe. Pendant plusieurs secondes elle fixa l'immortelle sans pouvoir avoir la moindre réaction. Ni peur, ni recule, ni dégoût, juste l'impossibilité de la situation et le temps qui s'est suspendu.
    Il lui fallait briser le silence, lourd de sens.

    -Je... Xin n'a toujours fait que servir vos intérêts. Elle fit le choix peu judicieux de défendre son amie. Il y avait forcément un autre moyen.

    C'est donc un refus ? Imperturbable, la Duchesse toisait la demoiselle sans aucun état d'âme. Wang avait été certes une alliée appréciée. Mais, depuis la mort du Samouraï son utilité était plus que discutable. Or Nikolas n'avait pas de temps à perdre avec la mauvaise graine.

    Lotte se sentait dos au mur face à une Strega inflexible.

    - Que voulez vous exactement de moi, Madame ? Demanda-t-elle tremblante, dans l'espoir de gagner du temps.

    Elle veut que tu me tue. Xin-Qan soupira, alors que son regard se posait sur la Sorcière. Sa voix prit un ton monotone alors qu'elle récitait les règles de l'initiation magique. "Et le sang sera versé pour ouvrir la voie vers l'autre monde." C'est la loi. Si tu veux atteindre la strate supérieure, tu dois tuer quelqu'un.

    Lotte eut un mouvement de recule. A peine initié, elle le regretta, consciente qu'il matérialisait sa peur soudaine et son incapacité à obéir. Son cœur battait à tout rompre, prêt à déchirer sa poitrine.
    Elle avait été prête à tout. À tous les sacrifices, au travaille acharné, à l'allégeance aveugle, à la loyauté à l'ordre, à l'abandon inconditionnel de ce qu'elle avait été, de gens qui l'avaient entouré, aux sentiments qui l'aurait empêché de progresser.
    Mais elle ne pouvait pas cela, pas comme ça, pas contre Xin.
    Elle ne fit toujours pas le moindre mouvement vers la dague. Sans même jeter un regard à son amie, elle reprit :

    -Et toi, tu ne dis rien ? Tu acceptes la mort sans rechigner, sans même te défendre ou te battre ?! Son ton était indescriptible, partagé entre le dégoût et la révolte.

    Mrs Wang se tenait droite et digne. Derrière son visage impassible se cachait une peur sans fond. Un abîme. Pourtant, jamais, elle ne donnerait ce plaisir à Strega, de se montrer faible face à la Mort.

    Je dois penser à mes fils. Xin connaissait sa maîtresse. Elle savait qu'une nouvelle révolte coûterait, en plus, la vie à Lin et son frère. C'était une chose qu'elle ne pouvait pas tolérer. Il y avait un destin pour les siens.

    Soudain, la voix de la Duchesse claqua:

    Bien. Lotte finissons-en. Nous devons ensuite nous occuper de votre frère. Dans la neutralité glaçant de la Lampeduza pointait l'impatience.

    La ballerine ne pouvait se résoudre. Son âme, assombrie par la sorcellerie, n'avait pas encore été noirci par la froideur de la mort.

    -Je m'occuperai de mon frère... promit-elle, consciente qu'elle n'était pas dans la capacité de pouvoir dire "non". Seulement, elle n'avait pas non plus la force d'obéir sans sourciller. Elle n'avait donc pas d'autre choix que celui de gagner du temps.

    Strega n'était pas dupe. Elle ne se laissa pas amadouer et donna son ordre. L'ordre avait résonné dans la pièce avec un accent particulier.

    Prenez cette arme.

    L'air avait vibré et les mots s'étaient immiscés dans chaque cellule de la ballerine, s'infiltrant dans son cerveau, faisant vaciller sa volonté, comme une main de fer autour de son poignet de porcelaine. Ses doigts se tendirent vers l'arme, tandis que ses yeux observaient avec effroi. C'était sa main, son geste, mais la volonté de l'antique prodige.

    On frappa à la porte de l'atelier. Le charme se brisa. Lotte tremblante, la nausée au bord des lèvres récupéra son bras.

    - Plus tard.

    La voix de Monsieur Pelletier se fit entendre contrevenant à la directive. Signe non moins véritable quel quelque-chose d'anormal c'était produit.

    - Une urgence madame.

    La Duchesse, ne quitta pas ses proies des yeux et ordonna d'entrer. Le Français se présenta, découvrant la scène et s'assombrit un peu plus.

    - C'est Hécate, madame. Elle vient d'être retrouvée dans le jardin. La gorge tranchée.

    Hécate. Morte. Sur les terres de la Duchesse.

    Une peur nouvelle s'installa dans la poitrine de Nikiya. Une peur différente. Celle de l'échec. Elle s'était trompée. Sur Wang, sur la fatalité du coup qu'elle lui avait porté. Mécaniquement sa tête se tourna vers Xin. Il venait pour elles.

    Raaa ! La dame laissa filtrer une colère sombre face à la nouvelle. Une perte de sang froid, même minime qui créa suffisamment de déséquilibre pour que Xin-Qan ait accès à son don pendant un court instant.

    - Lotte... fuit. Dés que tu le peux. L’Asiatique trans-plana sur ces mots. Envolée. Strega comprit une seconde trop tard ce qui venait de se passer.

    - Nous réglerons son cas plus tard. Rassemblez la meute. Je les veux morts. Amenez moi Lingbao. Quant à elle, surveillez-là. Qu'elle soit consignée dans son quartier. Sur le champ.

    L'homme de main resta muet mais vint chercher la danseuse. Cette dernière n'avait pu esquisser le moindre mouvement en dépit du dernier conseil de son amie qu'elle avait regarder disparaître sous ses yeux. Il était trop tard pour elle de fuir. Il lui fallait maintenant survire et réparer son erreur.
    Pour la premier fois depuis son arrivée aux côtés de la Duchesse, l'apprentie prit conscience que la marche arrière était impossible.
    Maurice la prenait déjà par le bras pour la conduire jusqu'à ses appartement. De ses lèvres jaillit une affirmation dont l'assurance renouvelée laissait entendre que quelque chose avait changé chez l'ex-étoile.

    -Nicolas ! Je ne suis pas Xin, je n'ai pas l'intention de me défiler !

    - Suivez-moi mademoiselle. Maurice lui indiqua la porte.

    Dans la villa résonnait le branle bas de combat. Le service de sécurité s'activait pour protéger les gens de la maisonnée.
    Les attaquants étaient en effet des hommes de Wang fils. Une petite équipe, triée sur le volet venue éliminer Mrs Wang en personne. Ainsi la guerre intestine envahissait les terres des Lampeduza. Un point dont la Duchesse ne saurait souffrir plus longtemps. Enfermée dans son atelier la Sorcière débuta la préparation d'un sort offensif.

    La nouvelle de la disparition de la dame chinoise changeait la donne. Les soldats de Pékin sonnèrent un replis stratégique. En quelques minutes la menace semblait avoir disparu. Le calme revint. Ce fût un coup de poing éclair. Mais qui avait tout de même servi à Mrs Wang qui avair réussi à s'échapper...

    Reconduite à ses appartements, Lotte trouvait l'attente insupportable.
    Elle s'était changée après une douche brûlante qui n'arrivait à la réchauffer. Elle tournait en rond. Elle ne pouvait plus faiblir, faiblir serait son arrêt de mort. Elle s'était jurée de devenir une femme d'une autre trempe et la Lampeduza venait de lui prouver qu'elle en était encore loin. Elle s'était montrée idiote.

    - Pourquoi l'avoir aidé dans son projet ? Strega se tenait sur le pas de la porte, intimidante et la jeune sorcière ne l'avait entendu arriver. Faisant volte-face, elle se redressa er calma sa voix. Elle fixait son œil d'ambre dans celui de sa guide :

    - Parce qu'il était justifié, Wang est un danger qui devait être éliminé.

    -Si vous ne l'aviez pas supportée dans son projet, Xin-Qian aurait fini par entendre raison. Froide, l'immortelle considéra la belle enfant avec intransigeance. Réalisez-vous seulement les conséquences de vos actes ? Votre pathétique histoire de foutre met l'Ordre tout entier en pérille.

    Je les réalise, affirme-t-elle durement, tout en préparant sa défense. Mais vous ne pouvez portez sur moi l'entière responsabilité de la réaction de Wang de la mort d'Hécate. Wang fils possède le soutient de Feuerbach, il serait dressé contre l'Ordre dans tous les cas. J'ai agis dans les intérêts de nos sœurs avant tout.

    -Il va vous falloir plus que des mots pour mériter à nouveau ma confiance.

    Je n'ai pas peur de faire mes preuves, rétorqua-t-elle sur la défensive

    -Dans ce cas, il est temps de nous débarrasser de Verstand. Trouvez un moyen pour le mettre en incapacité d'agir. Nikolas fixait l'ex danseuse d'un air entendu. Ce serait sa seule chance de garder sa tête sur ses épaules. Ce sera seulement après cela que vous pourrez tenter de faire l'Ascension.

    Le silence retomba sur la pièce.

    -Je sais comment m'y prendre. Faites-moi confiance. À mesure des ses paroles, elle acceptait l'idée. Le moment était venu.

    Bien. Vous avez une semaine.

    -J'aurai besoin du concours d'Arkadia. Ajouta-t-elle précipitamment, observant la Dame intensément tout en cherchant le signe de son approbation. Une semaine était un délais extrêmement court.

    Soit. Mais, je veux savoir absolument tout ce qui se passe.

    Très bien...

    Madame Lampeduza se détourna de la demoiselle. A l'instant où elle quitta la chambre l'un des hommes de la sécurité prit son poste pour monter la garde devant les appartements de Nikiya. Monsieur Pelletier apparu comme par magie au côté de la noble et l'accompagna jusqu'aux jardins.

    Surveillez-les déplacements de Wairua. Je ne veux pas d'une autre épine. Et appelez ma belle-soeur.

Nikiya
Sphère Artistique
avatar

Messages : 419
Etat Civil : Mariée
Pouvoirs : Conscience et contrôle du fonctionnement physiologique de son corps


Always comes a time when you need to take tough decisions.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: Leith :: Villa Sofia-