Dim 2 Avr 2017 - 10:19


MESA CORPORATION




"Life. Better."


Description

Mesa Corporation est sans doute la multinationale la plus puissante du monde nouveau. Fondée en 1910 par l'industrialiste suisse Lucius Waxler, elle a commencé modestement en tant que simple distributrice de produits pharmaceutiques pour devenir le géant dans sa partie. Aujourd'hui, la socité est une leader dans de nombreux domaines, de la médecine à la technologie. On lui doit notamment la découverte des portails de transports, une innovation révolutionnaire dont elle seule détient le secret...et donc le monopole.

Le motto de Mesa a toujours été d'améliorer la vie de l'être humain, ce afin de lui permettre d'en dépasser ses limites dans tous ses aspects.

Au fil du temps, Mesa est devenu un véritable conglomérat d'entreprises, rachetant ou phagocytant un nombre toujours plus grands de sociétés. A sa tête, on trouve le Directoire, un comité de directeurs dont le véritable nombre est inconnu, de même que l'identité de certains de ses membres. Son porte-parole officiel est la directrice Carla Stone, une femme ambitieuse apparue sur le devant de la scène il y a quelques années.

Le quartier-général de Mesa Corporation se trouve sur l'arche de Singapour, qui est devenu le premier véritable état corporatiste du nouveau monde. Mesa s'apparente par bien des aspects plus à une nation qu'à une entreprise, et elle ne compte pas s'arrêter en si bon chemin : plusieurs arches ici et là on suivi le chemin de Singapour, notamment dans certaines régions de ce qui correspondait à l'Afrique, à l'Europe de l'Est et à certaines régions d'Asie. Ce que le reste du monde ne voit pas toujours d'un bon oeil, même s'il ne sait pas encore trop comment y réagir. Le CSN (Comité de Supervisation des Nations) manque de bases pour être réellement efficace en la matière, du moins pour l'instant, et le fait que Mesa ait dans sa poche plusieurs membres influents de l'organisation n'aide pas.

De plus, Mesa peut se targuer d'avoir à ses ordres une force de sécurité nombreuse, efficace, bien entraînée et bien équipée qui s'apparente de plus en plus à une véritable armée privée qu'elle n'aura pas hésité à envoyer « maintenir la paix » sur des archipels en difficulté sous des couverts d'humanitaire...

Nul ne sait vraiment quels sont les véritables buts de Mesa Corporation, mais son influence et sa puissance ne sont plus à démontrer, aussi bien dans le milieu industriel que scientifique ou politique, ce qui n'est pas sans inquiéter les plus alarmistes...ou les plus réalistes.


Pharmaceutique

Mesa Corporation est l'une des plus grosses productrices de médicaments au monde, et l'une des sociétés les plus innovantes en la matière. Elle a bâti les bases de sa réputation et de sa fortune sur un tel marché, et elle fait tout pour en rester à la pointe. Elle met un point d'honneur à rester abordable sur la question, ne serait-ce que pour s'assurer des parts de marchés et du fait de s'être rendue indispensables auprès de certaines arches et institutions. De nombreux médicaments basiques et de qualité sont disponibles en grande quantité et pour des petits prix grâce à sa seule production, ce qui lui permet de dicter les lois du marché avec une certaine facilité.


Médecine

De même, Mesa est à la pointe du succès en ce qui concerne le traitement médical. Ses chercheurs repoussent sans arrêt les limites du corps humain, qu'il s'agisse d'éradiquer les maladies ou d'en repousser les limites. Elle possède un grand nombre de cliniques publiques et privées dans le monde, les premières offrant à de nombreuses personnes dans le besoin une occasion de se faire soigner sans trop de frais. Le matériel médical à la pointe et les techniques les plus révolutionnaires se trouvent souvent chez Mesa.


Transhumanisme

Le principal cheval de bataille de la société, et le rêve de son fondateur, le transhumanisme est le programme à long terme que Mesa cherche à appliquer au nom de la race humaine. Ses principales ressources sont tournées vers une recherche intensive dans ce domaine, dont les progrès se succèdent à une vitesse grand v. Prolongation de la durée de vie, manipulations génétiques pour éliminer maladies et imperfections, améliorations des capacités humaines via les gènes ou des implants cybernétiques, rien n'est hors de portée pour eux. C'est sans doute leur vision la plus controversée, notamment d'un point de vue éthique. Il n'existe pas encore vraiment de lois sur le sujet, du moins pas internationales, et Mesa est bien décidée à en être l'instigatrice.


Technologie

De la robotique à l'électronique en passant par l'informatique, Mesa est une société aux intérêts aussi divers que maîtrisés. Elle se spécialise dans la technologie de pointe accessible et facilement distribuable, et elle fait partie intégrante de la vie de tous les jours pour une grande partie de la population à travers un grand nombre de divisions et de sociétés écrans ou incorporés publiquement à son conglomérat. C'est aussi le domaine où la concurrencce entre Mesa et d'autres socitétés comme Arkadia ou la Feuerbach Corp est la plus visible et la plus âpre.


Transports

Les moyens de transport découlent de la tecnologie, il n'est donc pas surprenant que Mesa n'hésite pas à se tailler une part de lion. La société produit aussi bien des véhicules civils personnels que des aéronefs à la pointe du progrès qu'elle fournit à des armées gouvernementales qu'à des services de sécurité. De plus, elle possède le monopole de la récente technologie des portails, qui permet des déplacements instantanés entre deux points, et qui a grandement contribué à sa popularité ces derniers années.

Armement

Là encore une technologie de pointe pour Mesa, qui développe et fournit de nombreuses armes dernier cri aux organisations gouvernementales et privée qui en ont le besoin.


© Narja - Never-Utopia
Aeolus
Maitre de la Foudre
avatar

Messages : 138
Pouvoirs : Omniprésent - Omniscient



Revenir en haut Aller en bas
Jeu 24 Aoû 2017 - 11:36


MESA CORPORATION




"Life. Better."


Arche chilienne, Amérique du Sud


L'équipe douze d'Arkadia était en place depuis plus d'un an quand tout partit en vrille. Trois agents de la Green Brigades, infiltrés à des degrés divers au sein de l'administration locale, dont la protection était assurée par deux agents de la Sword Division. Les protocoles avaient été rapidement mis en place avec une efficacité due à l'expérience : aucun des membres de l'équipe n'en était à leur premier rodéo, et ils formaient une bande aussi soudée que complémentaire. Les habitudes avaient la vie dure, ce qui leur avait permis de survivre jusqu'ici...et qui causa peut-être leur perte. Parce qu'ils n'eurent jamais la moindre chance de s'en sortir. L'opération avait été planifiée avec un tel soin, une telle prudence qu'aucun d'entre eux ne vit rien venir.

Carrie Smolder était une attachée au CSN, dont le rôle public se limitait à faire partie de divers groupes de conseil. Officieusement, elle avait la désignation B-74GD, et elle était l'un des éléments essentiels dans la bonne marche des négociations de comités. Elle fut tuée en compagnie de l'agent Alby Nichols, un membre de la Sword Division qui n'avait pas son pareil pour improviser en cas de situation dangereuse. Ils n'avaient aucune raison de soupçonne que leur VAP avait été saboté, parce que tous les tests réguliers qu'ils effectuaient s'étaient avérés négatifs, et que personne n'aurait dû avoir accès ainsi aux systèmes d'Arkadia. Le dernier réflexe de Nichols fut d'enclencher le système interne de sécurité privé de Smolder, ce qui aurait au moins dû la sauver, mais il ne répondit pas plus que les commande.

Au même moments, Amil Djal (Green Division, analyste pour une succursale bancaire), Daniel Wash (Green Division, sous-secrétaire affilié au département des finances) et Helena Hochsen-Avarez (Sword Division, douze ans d'expériences dans la sécurité privée) moururent sans même le réaliser, victime de la dispersion d'un agent chimique intraçable dans une des planques les plus sécurisées d'Arkadia dans cet hémisphère.

Trois jours plus tard, des mesures avaient été mises en place pour qu'ils soient remplacés à leurs postes officiels. Par des représentants qui avaient tous, d'une manière ou d'une autre, des liens avec Mesa Corporation.



Arche de Mombasa, Afrique


La rébellion n'aurait jamais dû éclater. Pourtant, en trois jours, les insurgés s'étaient retrouvés en position d'agir. Personne ne sut où ils s'étaient procurés les fonds et l'armement nécessaire. Mais personne ne contestait leur recrutement : la situation était assez difficile sur l'arche pour qu'un grand nombre de désillusionnés basculent dans la révolte. Une révolte plus organisée qu'elle ne l'aurait dû : les forces du gouvernements furent toutes frappées à des endroits stratégiques, et de manière synchronisée. Les rebelles étaient moins nombreux et moins entraînés, mais ils ne manquaient pas de courage...et de hargne. Très vit, la vengeance devint leur principal moteur, exaltée par des agents qui savaient très bien ce qu'ils faisaient. Des intermédiaires idéaux pour ce qui devait se passer.

Les frappes avaient été conçues précisément pour causer le plus de chaos possible, sans se soucier des pertes civiles. Les tensions entre le gouvernement tyrannique et l'opposition oppressée avaient été attisées avec expertise, au point que tous les partis avaient perdu de vue la vision sur le long terme. Les combats de rue étaient légion, le manque d'approvisionnement critique, et la sécurité quasi inexistante. Au départ, la population s'était rangée du côté des rebelles, espérant le changement qu'elle attendait depuis trop longtemps. Mais les révoltés n'étaient pas prêts pour la suite, ils ne connaissaient que la colère et la lutte. Les exactions furent nombreuses d'un côté et de l'autre, tandis que les derniers bastions du gouvernement se retranchaient dans leurs places fortes.

Quand les forces d'intervention sécurisées de Mesa Corporation firent leur entrée, elles furent accueillies en héros. Leurs aéronefs et leurs forces de débarquement étaient encore moins nombreuses que les autres forces en présence, mais bien mieux équipées et entraînées. En quelques heures, elles mirent fin au conflit, négociant une trêve avec les rebelles et permettant au gouvernement déchu d'évacuer. Mesa apportait avec elle du matériel et de la nourriture pour tous, et de quoi reconstruire. Avec l'accord des derniers représentants locaux, Mesa s'installait à Mombasa de manière permanente. A la manière de Singapour avant elle, et d'autres qui avait suivi, l'arche africaine devenait un nouvel état corporatiste.


Archipel Haïtien


Brandon était un nom de code, au même titre que Tison en Afrique ou Étincelle en Europe, qui menaient leurs propres programmes ailleurs dans le monde. L'agent de Mesa qui occupait ce poste excellait dans son rôle : ancien agent secret américain, il avait été renvoyé après abus de pouvoir. Après plusieurs années en tant que mercenaire sans but, il avait été recruté par la corporation, qui en avait fait un de ses opérateurs les plus efficaces. Parce qu'il savait ce qu'il faisait, qu'il le faisait bien, et qu'il ne posait pas de questions. A vrai dire, la cause de l'organisation ne l'intéressait pas plus que ça ; les causes, il les laissait aux autres. Ce qui comptait, c'était une bonne paie, et il n'avait pas à se plaindre de ce côté. Quant à sa conscience, il avait très vite appris à s'en passer.

« Ce qui revient simplement à dire que lorsque vous déciderez d'agir, vous aurez les armes dont vous aurez besoin. Peut-être même un appuis aérien. Le CSN ne prend pas ce genre de chose à la légère, mais les régulations internationales nous empêchent de réellement agir pour le bien des pays qui en ont besoin. Voilà pourquoi nous avons monté cette cellule officieuse. Afin que les choses bougent, pour nous permettre ensuite d'agir en toute légalité pour le bien de tous. »

C'était une des idées les plus retorses de Mesa : persuader tous les rebelles qu'ils pouvaient atteindre qu'ils étaient soutenu par un groupe interne du CSN. Ainsi, ils contribuaient à causer du tort à la réputation du Comité, quand il ne se montrait pas lorsque ceux à qui il avait « promis » son aide ne se montrait pas au moment le plus critique. Les rumeurs se répandaient déjà de plus en plus, d'autant que le CSN était probablement l'organisme politique le plus noyauté du monde nouveau, et ce par toutes les organisations possibles et imaginables.

« Des armes, c'est un bon début. Même si nous espérons encore régler ça différemment. Certains parmi nous pensent que l'on peur encore raisonner avec les officiels du coin. »

« C'est bien noble de votre part. » Brandon passa un bras autour des épaules de son contact dans le parti d'opposition local. « Mais ils ne respectent plus vos droit depuis plus de dix ans, alors ils ne vont pas commencer maintenant. On a fait ce qu'on a pu, mais ils ne veulent écouter personne, au CSN comme ailleurs. Si vous voulez agir, c'est le bon moment... »

« Mais qui nous dit que vous aurez de quoi nous soutenir officiellement, après le coup d'état ? »

L'agent sentait l'espoir dans la voix de son contact, et l'envie que l'homme avait d'en découvre avec l'oppresseur. Un sentiment que Brandon attisait depuis des mois et des mois, gagnant petit à petit la confiance du groupe.

« Ne vous inquiétez pas ; on ne vous laissera pas tomber. « Seulement, il ne parlait pas du CSN ; Mesa serait plus que ravie de débarquer à sa place... « Voilà ce qu'il faut faire... »


Archipel minier, Alaska


Jerri Obel regardait son téléphone avait l'air de celui qui n'espérait vraiment pas devoir s'en servir, mais qui savait qu'il n'avait pas le choix. Mais il fallait bien que quelqu'un s'y colle... Seulement, son employeur n'avait pas la réputation d'être un homme des plus compréhensifs. Son ex-employeur, s'il avait de la chance ; le cas contraire, il n'avait pas très envie de savoir ce que le futur lui réservait... Pourtant, il fallait bien reconnaître que ce n'était pas de sa faute ! Quand il avait été forcé de déposé le bilan, c'était bien parce que le gisement était épuisé. De telles réserves de minéraux rares étaient rares sur les terres volantes, et d'autant plus précieuses quand le reste se trouvait encore sur Terre, exposé à tous les risques de la vie à la surface. Mais quand il n'y avait plus rien, il ne pouvait tout de même pas en inventer plus ! Et il y avait aussi les accidents, celui de l'équipe B, et celui de l'équipe C deux mois plus tard, qui avait causé la mort de neufs gars envoyés sur une possible nouvelle veine. Franchement, la société tournait à perte, et Jerri ne voyait pas ce qu'il aurait pu faire d'autre.

Avec la permission de la maison mère, il avait entrepris des négociations avec plusieurs groupes locaux, dans le but de retirer quelque chose de ces terres, pour ne pas s'en séparer sans réaliser un dernier profit. A travers une série d'acheteurs et de financiers aux liens bien dissimulés, il s'était retrouvé à céder la société à Mesa Corporation, qui s'était révélée au grand jour après la vente. Ce qui n'était pas le plus dramatique : vendre à un concurrent arrivait, et puis les mines vides deviendraient leur problème ; ce n'était pas à Jerri de savoir ce qu'ils comptaient en faire. Et puis il s'était déjà assez laissé berner comme ça...ou du moins le croyait-il. Car il s'avéra que les gisements n'étaient pas tout à fait épuisés, quand Mesa relança l'industrie en place. Jerri ne comprenait toujours pas ce qui avait pu se passer. Il avait cru se débarrasser d'un groupe qui rapportait moins qu'il ne coûtait, et refiler le problème à des opposants...et voilà que ces derniers le faisaient fructifier. S'il y avait eu un complot là-derrière, il était bien en peine de comprendre comment Mesa avait réussi son coup. Mesa, qui grignotait du terrain aussi bien dans le domaine de son patron que celui d'autres groupes comme Arkadia.

Il poussa un profond soupir, rassembla tout son courage, et composa le numéro : non, Alexander Feurbach n'allait pas du tout aimer ça...


Fédération des États-Unis


Le révérend de l’Église de l'Humanité Salvatrice Jacob Gabriel fit jouer les implants cybernétiques dans son bras droit, gonflant les muscles et augmentant sa force tout en délivrant une agréable injection d'adrénaline. Mesa avait assuré chacune de ses promesses, et il était tout naturel qu'il fasse sa part. La batte qu'il tenait en main s'écrasa sur la figure de l'homme que ses suivants avaient mis à genoux devant lui, et la satisfaction qu'il éprouva en entendant les os craquer fut plus agréable encore que l'exaltation de ses fidèles. On appelait cette créature pitoyable un prodige, mais le nom était trompeur : pour lui et son groupe, ce n'était qu'un rebut. Et si Mesa se montrait neutre d'un point de vue officiel, la société avait toujours favorisé l'amélioration de l'être humain par l'être humain, et non via ces malédictions venues de phénomènes qui n'avaient rien de divin.

Depuis qu'il avait rassemblé autour de lui les fidèles qui partageaient sa cause, les désœuvrés et les frustrés, les jeunes des quartiers laissé à l'abandon tandis qu'on construisait des écoles pour ces abominations, le mouvement n'avait cessé de croître. Petit à petit, sa branche devenait un organisme purificateur sur lequel on pouvait compter. Et il n'allait pas s'arrêter en si bon chemin.

« Mes frères, mes sœurs : l'avènement de l'humanité repose sur nos actes. Il est temps pour nous de reprendre de force qui nous revient de droit, plutôt que de nous laisser dominer par des forces indignes. L'heure est venue ! »

Il releva la batte, sous les vivats de ses acolytes. Puis il la rabattit. Et la rabattit encore, un sourire extatique aux lèvres : il ne s'était même pas rendu compte qu'il avait commencé à rire.


Florence, archipel Italien


Allegra Salvatore tourna dans la ruelle, les poumons en feu. Elle pouvait entendre ses poursuivantes derrière elle, incapable de les semer. Dans sa propre ville ! Mais elle se devait d'essayer. Elle était la seule survivante de la cellule locale de l'Ordre. Florence avait toujours été pour elle une place forte de l'organisation, et elle n'avait jamais imaginé qu'elle pourrait tomber. Elle ne voyait qu'une seule raison à cela : elles avaient été trahies de l'intérieur, infiltrés. Si elle avait su que tout cela était due à une ancienne membre que tout le monde croyait morte, elle ne l'aurait sans doute pas cru : Marisa ne pouvait pas être une menace d'au-delà de la tombe...

Et pourtant, ce fut-elle qui lui bloqua le passage, tandis que les autres traîtresses lui coupaient toute retraite. Allegra n'en croyait pas ses yeux, elle ne comprenait toujours pas comment cela avait pu se produire.

« Pourquoi ? » lança-t-elle, un air de défi dans les yeux.

« Parce qu'il est temps que je reprenne ce qui me revient. »

« Nikolas ne laissera pas un tel crime impuni ! »

« Mais j'y compte bien, ma chère, j'y compte bien. »

Tout fut terminé très vite. L'Ordre fut éradiqué à Florence ; quant à celles qui avaient trahi, elles furent acceptées dans quelque chose de plus grand. La guerre était déclarée.


Ambassade du CSN,
Arche neutre entre la France et l'Allemagne


Marv Bentrapali, diplomate du CSN, contemplait le visage du diplomate allemand sur son écran : « Je vous assure que tout est en ordre, Gunther. Je ne sais pas ce que les français vous ont dit exactement, mais le CSN ne l'a certainement pas cautionné. Je vous assure que je fais tout mon possible. »

L'allemand hocha sombrement la tête, et Bentrapali coupa la transmission. Il faisait effectivement tout son possible pour calmer les tensions franco-allemandes...en public. Et souvent, il arrivait de justesse à désamorcer une crise. Tant mieux, cela ne rendait son poste que plus crédible. Et lui permettait encore mieux de contribuer aux falsifications des transmissions diplomatiques entre les deux pays. La France et l'Allemagne pensaient chacune dire une chose de cette manière, et se retrouvaient avec autre chose à l'autre bout. Grâce à l'aide des taupes de Mesa, et à la coordination de Marv. Après neuf ans au CSN, il était depuis bien longtemps désillusionné. Il avait passé son temps à avoir l'impression de balancer des seaux d'eau sur un feu de forêt, comme beaucoup d'autres collègues du Comité ; il avait fini par favoriser son porte-monnaie, quitte à regarder le monde brûler. Mesa aurait une place pour lui, tant qu'il faisait son travail en Europe. Et cela ne faisait que commencer.


Arche d’Édimbourg


Edward McCullough faisait partie du staff du nouveau président de l'Arche depuis les débuts de la campagne électorale. Membre junior, il était extrêmement dévoué à son travail, il croyait au programme, et le caractère difficile du président n'avait pas réussi à diminuer son enthousiasme. Il croyait à ce qu'il faisait au sein du cabinet, et il croyait à l'aide qu'il pouvait apporter. Naturellement, son dossier comme son background avaient été épluchés par le service de protection du président, et ils n'avaient pas réussi à trouver de quoi être inquiet : l'intégrité du jeune homme était sans reproche, son caractère impeccable. Et ses superviseurs directs s'accordaient pour dire qu'il était extrêmement prometteur.

Tout ceci était vrai. Edward McCullough n'avait aucune once de duplicité en lui, et il ne voulait qu'une chose : aider son prochain, faire une différence. Jamais il n'aurait été capable de faire du mal à qui que ce soit. Ce qui était précisément pourquoi Mesa l'avait choisi pour un des tests de leur nouveau programme. L'injecter n'avait pas été compliqué, il n'avait même pas eu l'occasion de remarquer quoi que ce soit. Maintenant, il ne restait plus qu'à attendre le moment propice pour déclencher la pulsion programmée dans les nanomachines, qui se dégraderaient aussitôt sans laisser de trace. Pour ne laisser plus qu'une seule idée implantée dans le crâne d'Edward : tuer le président.

S'il réussissait, tant mieux. Le nouveau dirigeant écossais était problématique, son ascension n'avait pas été prévue. Sinon, tant pis. Cela causerait du chaos quoi qu'il arrive, et cela leur donnerait de nouvelles données à étudier.

Comme partout ailleurs, le plan était en marche.


© Narja - Never-Utopia
Aeolus
Maitre de la Foudre
avatar

Messages : 138
Pouvoirs : Omniprésent - Omniscient



Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Administration :: Règlement / Contexte :: Organisations-