[CLOS] Nous sommes les gardiens de la paix (Alex)

 :: Édimbourg :: Westside :: Potential Home Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 22 Fév 2017 - 22:02



“ Fais attention on ne se joue pas du temps. Mais l'inverse... ”

Kussi



La sonnerie mit fin à l'heure de cours. Catherine Kent ne cacha pas son soulagement. Elle avait, comme qui dirait, une envie pressante. Avec la fin de la grossesse elle avait du mal à tenir plus d'une heure sans se rendre aux toilettes. C'était bien le signe qu'ils se rapprochaient tous les deux du terme. La dernière échographie avait été bonne. Le bébé était en bonne santé. Il était plus que viable. Tout indiquait qu'il pouvait arriver au cours de la prochaine quinzaine. Autant dire incessamment sous peu !

« Merci à tous pour votre attention. Notre dernier cours aura lieu vendredi. Mon remplaçant viendra se présenter à la fin du cours. »

Sveda recula vers le bureau pour déposer ses notes. La table était recouverte de document. Depuis quelques jours l'immortelle avait un peu de mal à s'organiser correctement. Elle avait aussi du mal à se lever le matin. Pourtant, Caleb était là pour la ménager et veiller à ce qu'elle ne tire par sur la corde. D'ailleurs, heureusement qu'il était là.

L'heure de onze heure allait bientôt débuter. Mason lui avait proposé de se retrouver à ce moment là pour qu'ils prennent enfin le temps de discuter. Tohum voulait régler un maximum de choses possibles avant l'arriver du bébé. Mais ce n'était pas évident. Il y avait toujours quelque chose pour vous ralentir dans ce que vous avez prévu de faire. Elle rassembla ses affaires et se dépêcha d'aller aux petits coins.

L'aile dédiée au cours des Ivory Ow n'était pas trop loin du bureau de la direction. Sveda ayant participé à la construction du manoir, se déplaçait ici comme si c'était chez elle. Elle fut cependant arrêtée plusieurs fois sur son chemin pour répondre à des questions diverses et variées à propos des cours. En six mois d'enseignement Kent avait d'ailleurs prit du temps pour réapprendre à enseigner aux jeunes actuels. Les nouvelles technologies avaient par exemple une incidence très forte sur la façon de redonner la connaissance.

Tohum poussa doucement la porte qui était déjà entrouverte.

« Alex ? Kent marcha lentement jusqu'au canapé. Une main venait frotter le bas de ses reins. Les dix kilos de la grossesse étaient visibles et lourd à porter. Elle ne supportait plus rien autour de la taille et même les sous-vêtements devenaient une torture. Mmm, je suis désolée, il faut que je reste debout. »

L'énorme paquet de cours termina sur la table basse. Le mouvement lui coûta d'ailleurs un effort. La belle se redressa doucement et déambula lentement dans la pièce en se tenant le bas du dos. Autant dire qu'il était grand temps qu'elle prenne un congé sabbatique. Mais, allait dire ça à Tohum ! Elle avait renoncé à sa guerre sainte ce n'était certes pas pour abandonner ces petits oiseaux.

« J'ai finis le document de synthèse pour mon remplaçant. Je l'ai rencontré hier. Il a mes coordonnés. La transition devrait bien se passer. Je voulais te parler de la maquette générale des cours. Je me demande si on ne devrait pas donné davantage de cours sur l'Histoire des Prodiges. Qu'en penses-tu ? Je trouves qu'il devrait mieux savoir d'où ils viennent. »

Sveda s'attarda face à une photographie accrochée dans un cadre au mur. Les quatre premiers directeurs étaient debouts devant les fondations de la Potentiel Home en devenir. Germantès était rayonnante. Le souvenir de cette journée fit flotter un sourire aux lèvres de la rose. Des personnes fantastiques avaient travaillé à ce projet depuis le tout début.
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 819
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Lun 27 Fév 2017 - 20:26



« The time is always right to do what is right »
Martin Luther King


La journée avait été, comme d’ordinaire, bien chargée. J’avais ce matin donné un cours sur l’horlogerie aux quelques élèves de la House Mechanics qui avaient choisi cette spécialisation, et j’étais heureux de voir qu’ils et elles étaient chaque année plus nombreux. Pas de quoi m’inquiéter pour la relève. De plus, donner des cours me plaisait, surtout maintenant que cela ne constituait plus mon travail principal. J’avais été assistant quelques années, avant de devenir finalement professeur honoraire. Sans parler des nombreuses années où j’avais été étudiant. Bref, l’enseignement était au cœur des préoccupations de l’école, et je trouvais donc normale de garder quelques heures dévolues à l’apprentissage dans mon horaire, aussi rempli soit-il.

Après un repas passé avec mes collègues professeurs à la cafétéria, j’avais ensuite enchaîné l’après-midi avec plusieurs rendez-vous, enfilant donc mon chapeau de directeur pour l’occasion. Un rôle qui me plaisait également, même s’il comportait davantage de responsabilités. Cela n’avait pas été évident, au début, mais voir la confiance que l’on avait en moi avait suffi à ce que je mette tous mes efforts pour être à la hauteur. Et jusqu’à présent, cela avait plutôt bien réussi. L’école n’avait pas explosé, ou subi une attaque à la bombe. Chaque petite réussite compte, je suppose. Une visio-conférence avait ainsi été organisée avec une université de l’arche du Kansai pour discuter d’un partenariat, ainsi que d’un système d’échange. C’était ensuite tenu une réunion pour décider des prochains travaux à mettre en œuvre dans le bâtiment, ainsi que des préparatifs pour le jardin en vue de l’arrivée du printemps.

Le tout fut mené tambour battant, et l’on s’octroya même le luxe de terminer plus tôt, ce qui me permit de faire une petite pause avant de recevoir Tohum. L’occasion pour ranger un peu mon bureau, même si je faisais toujours en sorte qu’il soit parfaitement rangé. Il devait l’être cependant un peu plus pour mon invitée de marque. J’en profitais aussi pour passer un coup de chiffon sur les nombreuses horloges qui décoraient mon bureau, en particulier la copie de la pendule astronomique de Passemant, que j’avais moi-même réalisée, ayant travaillé sur l’originale durant le XVIIIème siècle. Un petit bijou qui attirait les passionnés d’horlogerie de la région, et dont je n’étais pas peu fier, même si cela amenait des visiteurs parfois inattendus, transformant mon bureau en un mini-musée.

Mais alors que je terminais mes rangements, la porte s’ouvrit pour laisser entrer la fondatrice de la House Sciences.

"Sveda." Mon sourire se transforma bien vite en une expression inquiète lorsque je la vie chargée de nombreux documents, et je me précipitai à ses côtés pour l’aider à les déposer. "Aucun problème, dis-moi si tu souhaites quelque chose…"

Heureusement, nous n’en étions pas à notre première grossesse à la PH. Spanner était également passée par là avant la naissance de sa fille, et elle s’était montrée en beaucoup de points semblables à mon invitée. Difficile à convaincre de s’arrêter, notamment.

"Je ne me fais pas de souci pour ça, je suis certain que tout va bien se passer. Et ce ne doit pas être ton problème pour le moment, non ? Tu n’es pas sensée lâcher les rênes un petit peu ?" Je pouvais bien parler, cela dit. A moitié amusé, je hochai cependant la tête, sa proposition me semblant intéressant. "Je vais regarder pour organiser ça. Kender doit pouvoir monter un cours comme ça."

La directrice de la House Social était aussi notre historienne attitrée, et je ne doutais pas qu’un tel projet l’intéresse. La voyant s’arrêter sur la photo des fondateurs, je la laissais observer les quatre visages qu’elle avait bien connus. Ce qui me faisait penser…

"Gear te salue bien. Il est de sortie aujourd’hui, mais va savoir, on ne sait jamais quand il peut débarquer." Je poussais un soupir, mais préférais m’amuser de l’instabilité de l’ancien directeur de la House Mechanics. "Tout se passe bien sinon ? Et dis-moi, est-ce que je peux faire quelque chose pour toi ?"
Dastan
Sphère Technique
avatar
Messages : 596
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps



Don't waste your time or Time will waste you



Don't click... unless you wanna be blinded (a)

Revenir en haut Aller en bas
Lun 13 Mar 2017 - 16:40

Sveda souriait en se penchant en arrière pour soulager son dos. Les pièces de son médaillon de bois firent une musique familière. Elle frictionnait lentement le bas de son dos en souriant. Cette grossesse était l'une des moins compliquées qu'elle avait. Tout les éléments s'était mis en place pour que le dernier trimestre se passe sans encombre. Pour une grossesse surprise on peut dire que la nomade était chanceuse. Strega ne s'était pas manifestée depuis... la mort de Nabov. Une bonne fée était dans les parages ? Nonnn. Mais, tout arrive au moment (in)opportun.

« Oh non, tout va bien. »

La vie à la Potentiel Home était à la fois simple et stimulante. Kent n'aurait pas crus qu'elle aurait eu autant de plaisir à redevenir une enseignante. Pourtant, elle ne pensait plus aux gardes de l’hôpital. Aux collègues surmenés et tendus non plus. Sveda s'était laissée enfermée dans le petit cocon du manoir sans y prendre garde. Elle savourait, comme un don précieux, ces jours de douceur.

« Je sais, je sais...Mais, il ne faudra pas hésiter à me contacter. Promis ? J'ai envie de continuer à m'investir. »

D'ailleurs, l'année scolaire verrait son retour. Enfin, c'était pour le moment ce qu'elle avait en tête. Mais nous verrons, le moment dit s'il lui serait si facile de quitter son petit. Car s'il y a une chose que Tohum adorait encore plus que se rendre utile s'était materner. Et puis, Carso ferait aussi peser son mot dans la balance ! Enfin un type solide, avec la tête sur les épaules. Kassianov avait poussé la mère de Riley devant les éprouvettes, alors que la petite avait à peine deux semaines. Et au moment de la naissance d’Élias... les rebelles qui pourchassaient les caravaniers pour voler. Non, vraiment quand je vous dit que ça lui change, ce n'est pas du chiqué.

« Merci. » Tohum considéra le jeune homme avec une certaine douceur. Elle avait aimé travailler avec lui de façon plus rapproché. Je savais que tu ferais un excellent meneur. Je n'en ai jamais douté. »

Sveda se détourna du passé. Iris n'était plus des leurs depuis bien longtemps. Elle était au Panthéon des Prodiges, comme tant d'autres. Il n'était pas temps de les pleurer mais plutôt de leur faire honneur. L'école avait encore besoin d'eux. D'autant qu'une rumeur courrait concernant les autorités écossaises. Même si la conciliation entre la PH et le gouvernement n'était pas encore menacée la prudence était de mise. De la prudence et puis bien entendu de la détermination, pour préserver ce qu'ils avaient dans ce monde en mouvement.

« Haha ! Bien. Élias a toujours été notre électron libre. » On sait que la scientifique et le mécano partageaient une complicité ancienne. Quatre tempéraments, pour quatre philosophies, qui s'étaient rejoint. C'était la force de cet endroit unique. « Wisdom et lui ce chicanaient souvent.»

Les directeurs actuels avaient l'air de bien s'entendre aussi. Tohum avait pris le temps de faire leur connaissance au cours des deux dernières saisons. Si elle se sentait naturellement attirée par l'esprit de Daisaku, elle retrouvait sa fois en chacun d'eux. Voir cette jeunesse engagée dans leur combat était pour Kent la plus belle des récompenses. Elle espérait que ce modèle finirait par inspirer les autres arches. L'harmonie était à ses yeux, plus qu'une utopie, une nécessite.

« En fait oui, je crois que tu le peux. » Cela faisait un moment que Kent envisageait de parler avec Mason. Quand Ava lui avait annoncé son désir de participer au programme de recherche d'Alexander elle avait revue son opinion. « Vois-tu qui est Ava Baker ? Elle n'est pas officiellement inscrite. Mais, elle passe pas mal de temps dans l'école depuis quelques mois.»

L'identité d'Ava, la vraie, était connu de très peu de personnes. Pas de volontiers d'en faire un mystère. Mais Sveda avait apprit ce qui était arrivé aux enfants pendant l'été. Ce n'était pas parce que le Samouraï était mort que le danger avait totalement disparu. Xin-Quan suivait les traces du mafieux. Elle aussi voudrait avoir accès aux informations.

« C'est une prodige de niveau 1. Elle a toujours du mal à comprendre son don. J'ai essayé de l'aider mais je pense que je ne suis pas la médiatrice la mieux placée. » Et là, vous vous dites, pourquoi faire la démarche, si Riley est entrain de se débarrasser de son don ? Tant qu'il lui en reste un peu, l'espoir de Tohum est permis. « Elle effleure l'espace temps. Seulement dans sa propre temporalité et de façon visiblement chaotique. Je n'ai pas pu déterminer de schéma. Si tu pouvais la voir ? Ensemble peut-être pourriez-vous trouver une autre piste ? Pourrais-tu faire ça pour moi ? Ça me rassurerait de savoir qu'elle t'as vu. »

Sveda marcha tranquillement jusqu'à lui. Son regard protecteur se fit plus attentif, voir intrusif. Dastan n'était pas qu'un ami. Il était l'un de ses patients. Cela faisait quelques temps qu'ils ne s'étaient pas vus dans un contexte médical. Le temps avait manqué pour ça aussi. Mais, pour parler du second point Kent devait s'assurer qu'Alex était dans de bonnes conditions physiques. Elle s'arrêta devant le directeur de l'école et sonda son regard.

« Pas de dérèglement ? »

L'orage n'avait priori pas fait de dégâts de ce côté. Sinon, il l'aurait appelé, pas vrai ?
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 819
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Dim 26 Mar 2017 - 14:13
Les grossesses me laissaient un peu… désemparé, de mon ignorance et de ma peur de faire un geste maladroit. Il existait certes des cours pour les futurs papas, mais, n’ayant jamais été dans cette situation… Enfin, dans le cas présent, je savais au moins que Sveda se débrouillait très bien seule, n’étant pas à sa première grossesse. Et qu’au pire, il y avait heureusement tout un tas de personnes compétentes dans le coin pour lui venir en aide, si besoin est. Ce qui me laissait la simple tâche de profiter de sa présence, ainsi que des merveilles de la création de la vie.

Du moins, si la scientifique se laissait le temps d’en profiter. Mais là encore, je ne me faisais pas trop de souci. Revenir à la PH semblait lui avoir réussi, et enseigner l’avait rendue encore plus rayonnante. Ce qui pouvait expliquer sa reluctance à lâcher ses cours pour se concentrer sur la fin de sa grossesse.

"Même si on voulait te tenir à l’écart, je crois qu’on n’y arriverait pas. " répondis-je avec un léger rire et en croisant les bras. "On ne t’oubliera pas, c’est promis. Mais, laisse quand même la priorité à ta famille, elle aura plus besoin de ta présence que nous ces prochains mois, tu ne crois pas ?"

Non pas que la fondatrice de l’école était inutile, loin de là. Mais on arriverait à faire sans elle au moins durant quelques temps, sans que tout ne parte en vrille. Et il fallait que Sveda comprenne qu’on ne dépendait pas uniquement d’elle pour fonctionner. Ni de quiconque, d’ailleurs, moi y compris. Ce qui ne m’empêcha pas d’être touché par le compliment de mon interlocutrice, et je l’acceptais avec un léger hochement de tête humble.

"Je ne fais que suivre ce que vous avez commencé, en donnant le meilleur de moi-même." C’était à la fois facile, car les bases posées par les fondateurs étaient solides et claires, mais également une grande responsabilité de savoir se montrer à la hauteur de leur héritage. Et cela me rassurait de savoir que Sveda était satisfaite de mon travail, et avait confiance en moi. Ce qui était également le cas des deux autres fondateurs restants. Même si, comme le soulignait la scientifique, Gear n’était pas toujours facile à canaliser. Je poussais un petit soupir amusé, tout en passant une main dans mes cheveux. "C’est aussi sa manière à lui de montrer qu’il apprécie quelqu’un. Et je crois qu’il n’a jamais autant respecté personne que vous trois."

Il n’aurait jamais mis de côté son indépendance et sa liberté de mouvement pour créer et gérer cette école durant plusieurs décennies auprès des autres fondateurs autrement. En dehors de l’entreprise familiale qu’il dirigeait maintenant en Amérique, la PH était sans conteste le plus gros projet auquel il avait participé. Et celui qui lui tenait le plus à cœur, même s’il ne l’avouerait jamais, toujours aussi peu désireux de se montrer sérieux et sentimental.

Pour en venir à notre réunion, je demandais à Sveda si sa présence avait un but plus précis qu’une simple visite de courtoisie. Au vu de sa réponse affirmative, je me concentrais donc pleinement sur ce qu’elle avait à me demander, une expression plus sérieuse sur le visage.

"Une jeune femme avec des cheveux courts et très clairs ?" Je l’avais effectivement aperçue dans les couloirs de l’école, et l’avais même croisée durant les portes ouvertes. Je continuais à écouter mon interlocutrice, pensif. "Tu crois qu’elle accepterait ? C’est une situation assez délicate et personnelle, et je sais que certains prodiges n’aiment pas en parler à d’autres." L’un des plus beaux exemples se trouvait après tout devant Sveda, même si, finalement, j’avais réussi à trouver de l’aide dans cette même école. Aussi, je rajoutais, avec un sourire : "Mais si je peux faire quelque chose, tu peux compter sur moi. C’est assez rares, des prodiges touchant à l’espace-temps, mais peut-être que je pourrais me rattacher à mon expérience pour l’aider à mieux gérer et comprendre son don."

Il me fallut quelques secondes pour comprendre la question de mon interlocutrice concernant des dérèglements, mais, après quelques nouveaux instants de réflexion, je lui répondis, en soutenant son regard avec douceur et reconnaissance :

"Non. Mon don a parfois été un peu affaibli, comme d’autres personnes apparemment, mais mon cœur n’a plus jamais présenté le moindre problème. Grâce à toi."

Toute une vie ne suffirait sans doute pas à exprimer ma gratitude envers elle, pour m’avoir sauvé. Avant, mon existence avait été aléatoire, pouvant s’arrêter à chaque instant si la mécanique qui réglait mon cœur s’arrêtait. Mais depuis l’opération, j’avais réappris à me construire une vie sur le long-terme, me permettant des projets auxquels je n’avais jamais rêvés auparavant. Sans Sveda, et quelques autres, je n’aurais sans doute jamais accepté de devenir directeur de l’école, ou de me lancer dans une relation plus sérieuse avec Charlie. C’était grâce à eux que j’avais pu revivre, et c’était typiquement le genre de présent pour lesquels je ne pourrais jamais être quitte. Alors, si je pouvais aider la scientifique, de n’importe quelle manière que ce soit, je n’hésiterais pas un seul instant.
Dastan
Sphère Technique
avatar
Messages : 596
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps



Don't waste your time or Time will waste you



Don't click... unless you wanna be blinded (a)

Revenir en haut Aller en bas
Mar 18 Avr 2017 - 19:43
Le rire de la rose s'envola dans l'air. Elle était touchée par les attentions de l'équipe à son égard.

« Oui. Bien sûr. Dante pense de même ! »

Ah ça, il n'y avait pas un jour sans que le nomade la taquine gentiment sur son hyperactivité. Il lui avait fallu un long travail au corps pour lui faire comprendre qu'elle n'avait pas besoin d'être en permanence sur le pont. Enfin de compte, c'était son corps, et sa condition physique la forçait à lever le pied. Elle ne voulait pas risquer de souci avec la grossesse.

Elle souriait doucement à l'évocation de l'école et surtout d’Élias ce brouillon.

« C'est vrai oui. Souvent je me dis qu'on eu la chance de trouver. Cette école... c'était un rêve qui nous a tous porté après toutes ces guerres affreuses. »

Tohum était d'ailleurs très contente de ne plus avoir la responsabilité complète d'une filière. C'était énormément de temps et de travail. Un travail que Fuji faisait très bien.

« C'est elle !» Riley était difficile à manquer. Elle avait une physionomie particulière. Ce n'était pas étonnant que Dastan ait remarqué ses cheveux par exemple. Même si Sveda ne faisait pas de distinction propre entre ses enfants, elle devait bien avouer que la beauté singulière d'Ava ne cessait de la troubler. Mais, restons concentrés sur la question initiale. « En fait, je voulais voir avec toi, avant de lui proposer quoique ce soit. Mais, je pense qu'elle est plus ouverte à la question maintenant. »

Le directeur n'avait pas été difficile à convaincre. Kent s'en trouvait soulagée. Elle restait préoccupée par la décision de la jeune prodige de renoncer à son don. Elle avait néanmoins tenu parole et n'avait rien fait de concret pour la contredire. Elle s'était contenté de demander à François de garder un œil sur le programme de la compagnie de Feuerbach. Quand il était question de ses enfants aucune prudence n'était de trop.

« C'est ce que je me suis dit. Merci Alex. »

Le sourire de la nomade se fit un rien maternel. A bien des égards, Mason avait gagné une place particulière dans le cœur de la rose du désert. Sans doute, aussi parce qu'ils avaient partagé un moment très fort au cours de ce traitement cardiaque. Ils s'étaient fait confiance malgré les risques avérés. Ils avaient joué le tout pour le tout ensemble. C'était le genre pari qui rapprochait.

« Et grâce à toi, nous avons fait un bond de géant en chirurgie cardiaque. Je présente encore ton cas aux conférences. »

La science continuait de faire des bonds. Mais cela n'empêchait pas de se rappeler que c'était grâce à des personnes qui décidaient de repousser les limites établies. Kent était certaine qu'ils parviendraient un jour à faire Énée. Un jour oui, et peut-être bien sans elle songeait-elle en pensant à Camille. Sveda s'employa immédiatement à écarter l'inquiétude que lui procurait cette pensée. Anima avait fait un choix.

« Et concernant le voyage temporel, je peux te demander quelque-chose ? »
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 819
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 27 Avr 2017 - 19:54
Sveda était une habituée des grossesses, et une très bonne mère. Pour le prouver, il suffisait de connaître ses enfants, ou de voir comment elle prenait soin des élèves de la PH. Elle avait cela dans le sang, aussi je ne me faisais aucun souci pour le nouveau-né à venir. Toutefois, nous connaissions aussi l'inlassable énergie avec laquelle elle se consacrait à ses projets, scientifiques notamment, et il était bon de savoir que son compagnon était là pour veiller à ce qu'elle se repose. Que de bons signes pour l'avenir de ce bébé, c'était réjouissant.

Les origines de l'école étaient connues et faisaient désormais parties de la renommée de la Potential Home. Quatre humanistes qui ont œuvré pour la création d'un endroit où seraient enseignés tous les savoirs, mais également la tolérance et l'ouverture d'esprit. Ce qui était étrange, c'était de voir que, plus de cinquante ans plus tard, l'école s'était adaptée aux différentes évolutions de la société, mais que trois de ses fondateurs n'étaient jamais vraiment loin. Un lieu où le passé et le présent se côtoyaient, et travaillaient de concert pour construire l'avenir.

"Vous aviez tous des parcours et des caractères différents, mais avez réussi à œuvrer ensemble pour atteindre des objectifs communs. C'est aussi votre grande réussite, et l'entraide est toujours un des piliers de l'école. Si ton prochain enfant sera un prodige, tu penses le laisser à la PH, d’ailleurs ?"

Si le cursus se distinguait par sa séparation en quatre maisons et domaines d'études, le partage était la priorité de notre éducation. Les élèves n'étaient pas cloisonnés dans leur maison, et les frontières entre les domaines étaient toujours perméables. De nombreux projets transversaux voyaient chaque semestre le jour, dont les plus beaux exemples étaient visibles durant l'annuelle journée des portes ouvertes. Et c'était bien ce qui faisait l'une des grandes forces de la PH.

L'accueil et l'aide aux prodiges étaient également une priorité pour l'école, thèmes qui restaient toujours d'actualité. Aussi, je n'eus pas longtemps à réfléchir longtemps lorsque Sveda me demanda si je pouvais rencontrer l'une de ses filles qui, apparemment, était dotée d'un don un peu similaire au mien. Je n'avais jamais rencontrée cette Ava, et d'aussi loin que je me souvienne, mon interlocutrice ne l'avait jamais mentionnée. J'avais pu l'entre-apercevoir durant les portes ouvertes mais c'était tout. Cependant, si je pouvais faire quelque chose pour l'aider, et pour rassurer sa mère, je n'avais pas à hésiter. Je hochais donc la tête avec sourire.

"Je te laisse voir avec elle alors, mais pour moi, il n'y a aucun problème. J'espère pouvoir faire quelque chose pour elle."

Sveda m'avait après tout aidé par le passé, aussi, je ne manquais jamais une occasion de lui retourner la pareille. Même si je doutais de pouvoir un jour payer entièrement ma dette envers la scientifique. Elle m'avait offert quelque chose à laquelle je n'avais jamais osé rêver : un avenir. Cependant, notre relation était beaucoup plus profonde et complexe qu'un médecin et son patient, et aucun de nous ne considérait la situation d'une manière aussi économique. Au moins, il était rassurant de voir que j'avais pu apporter une contribution à la Science, aussi modeste soit-elle. Rassurant, voire un peu amusant d'imaginer mon cas exposé à des professionnels.

"Tant mieux. Même si je doute que tu retomberas un jour sur un gamin avec une horloge dans le cœur. Enfin, on ne sait jamais !" La demande suivante de mon amie m'intrigua, et je lui offris un sourire à la fois rassurant et encourageant. "Dis-moi tout, il n'y a rien que je puisse te refuser, si c'est dans mes moyens. Et encore au-delà."

Les voyages temporels, je n'avais plus tenté depuis un moment. Avant mon entrée à l'école, avec la catastrophe de mon dernier séjour dans le passé. C'était aussi un domaine complexe, que je ne maîtrisais pas entièrement. Des physiciena devaient sans doute s'arracher les cheveux en étudiant mon cas, qui défiait toute logique. Einstein devait aussi se retourner dans sa tombe. Toutefois, pour Sveda, il n'y avait rien que je ne sois pas disposé à faire. Ou au moins à tenter.
Dastan
Sphère Technique
avatar
Messages : 596
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps



Don't waste your time or Time will waste you



Don't click... unless you wanna be blinded (a)

Revenir en haut Aller en bas
Lun 15 Mai 2017 - 12:18

Paradoxalement alors qu’elle avait contribué à sa création, aucun des enfants de Tohum n’avait été étudié à la Potentiel Home. A l’époque, ils étaient déjà tous des adultes, autonomes avec des projets. D'ailleurs, aucun des enfants de Sveda n'avait été formé par une institution. Elle avait été le précepteur et l'éducateur de toute son engeance. Il y aurait peut-être eu Riley à l'époque pour faire exception. Mais cette chance ne s’était jamais présentée. Enfin vous connaissez cette histoire. Ava, avait quand même eu le courage de reprendre le chemin de l’école, après toutes ces années. C’était un beau défi, et une grande fierté aussi pour sa mère.

La question de Dastan était pertinente. Elle soulevait un point encore incertain dans la vie des nomades. S’ils étaient d’accord pour faire de cette ville le premier foyer de leur fils, le champ des possibles était infini pour le reste. Carsos était un homme du voyage. Sa compagne, même si elle adorait être proche de Dawn, Riley, Aby, n’en était pas moins aventurière. Elle savait qu’un jour le besoin de partir se ferait ressentir. La sédentarité ne pouvait durer qu'un temps quand on vivait sans fin. Enfin, pour l'heure, ils étaient bien en Écosse.

« Si c’est possible, le moment venu, oui bien sûr. Ce serait bien qu’un de mes enfants connaissent cette école comme un élève. Pour le moment, je ne sais pas si l’on restera ici plus de deux ou trois ans encore. »

Un sourire fleurit sur la bouche de la femme enceinte. Mason venait de lui enlever une épine du pied. Si j’ose dire en parlant de la rose des sables. Sveda n’avait plus qu’à trouver le meilleur moment pour aborder le sujet avec sa fille. Ce serait possible. Les rapports entre ces deux parentes c’étaient nettement améliorés depuis quelques mois. Tohum et Riley partageaient à nouveau ce lien qui leur avait tant manqué. Sveda faisait de son mieux pour ne pas penser à la nouvelle mortalité de sa fille. Un point noir dans l'avenir que la scientifique ne pouvait pas contrer cette fois. Évidement, ce n'était pas pour ça que Sveda allait arrêter de faire entendre son point de vu à la jeune femme.

« Merci ! »

Il y avait entre ces murs la seconde famille de la belle du désert. Des personnes pour qui Kent donnerait sans compter. C’était aussi en partie la raison de la réussite de la PH. Une sorte d'Utopie réalisé même. Ils avaient transcendé les différences dans un objectif commun. Le projet avait même réussi à survivre à la guerre civile et aux changements politiques. C'était une vraie chance. Une inspiration pour l'Archipel dans lequel avaient émergé des lieux similaires au cours du dernier siècle.

« Impossible, il n’y en a pas deux comme toi. »

En ce qui concernait le sujet du voyage temporel, Tohum était autrement consciente de la complexité de l’exercice. A ce jour encore très peu de prodiges étaient capables d’influencer la courbe de l’espace-temps. A l’exception de très anciens immortels et ce qui n’avait pas eu à attendre la catastrophe pour avoir un don. Tous n'étaient pas ressencés par le CSN. Sveda en avait rencontré peu dans son histoire.

« Oui, voilà, j’aimerais que tu poses une question… à Natacha. » Avant d’entendre une offuscation générale, soyons clairs. Non, Sveda ne voulait pas ressusciter sa petite-fille. Oui, elle avait lu les bouquins sur la théorie des altérations temporelles. Mais, elle demeurait une sceptique dans ce domaine. Et la menace de Marissa pesait sur eux. « Quelques jours avant sa mort, elle a envoyé un message au laboratoire de Moscou. Elle a déplacer ses données dans un endroit sûr.» Même son cousin François, le pro du cryptage n'arrivait pas à en retrouver la trace. Nabov avait été aidée. « J'ai recoupé les informations sur sa dernière semaine. Elle a vue Élias ici le jeudi précédant sa mort. »[/font][i] En gros un peu moins de trois mois. Ce qui était un temps considérablement long.

Sveda n'en disait pas plus pour le moment. Elle était déchirée entre le besoin d'avoir des informations et l'envie de ne pas faire de prendre de risque à Alex. Depuis que Wairua avait rejoint les forces de Pietro la balance avait virée de bord. Tohum ne pouvait pas impliquée les forces de l'Allemand. Riley avait trop besoin de ses compétences pour le moment. Quant à Arkadia... il lui semblait qu'ils avaient déjà fait beaucoup en supportant l'exécution de Jao Wang. Alors, Dastan pouvait peut-être faire quelque-chose, oui.

« Est-ce que c'est envisageable ? Selon toi ? Si ça ne semble trop complexe surtout, n'hésites pas une seconde à me le dire. Je trouverais un autre moyen. » [/font][i]

Lequel ? Aucune idée pour le moment. Mais, Tohum était pleine de ressources.

Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 819
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 1 Juin 2017 - 18:54
On pouvait difficilement imaginer une meilleure éducation pour un enfant que celle fournie à la Potential Home. D’autres écoles pour prodiges existaient dans le monde, à commencer par l’Institut à Neo-Séoul. Mais la PH avait cette particularité d’avoir été créée par quatre personnes très différentes, mais qui partageaient au fond le même altruisme. En outre, l’école était également réputée dans le domaine de la recherche, comme les plus prestigieuses universités des arches américaines et anglaises. Il n’était donc pas rare de voir les demandes d’admission s’accumuler, voire même des parents d’enfants non-prodiges qui souhaitaient les inscrire pour jouir des cours de la PH.

Il me semblait cependant parfaitement normal que l’on réserve une place pour l’enfant de Sveda. Si toutefois ce dernière le souhaitait, bien entendu.

"Toujours à vouloir vaquer autour du monde ?" demandai-je, de manière rhétorique et avec un sourire. La scientifique était une nomade, c’était bien connu, et, autant je ressentais le besoin de rester ici dans un environnement connu, autant je comprenais ce besoin de bouger. "Vous avez encore le temps d’y réfléchir, cela dit. Et ce n’est pas du tout une obligation."

Je n’avais aucun doute quant aux capacités de Sveda et de son compagnon d’élever eux-mêmes l’enfant, si tel était finalement leur choix. De même, si la rose des sables souhaitait que j’aide sa fille, c’était que je pouvais peut-être faire quelque chose pour elle. Dans tous les cas, j’étais plus que disposé à faire ce que je pouvais, et cela sembla soulager mon interlocutrice d’un énorme poids, ce qui ne me fit que plus plaisir de pouvoir lui être utile. Ou, de l’entendre dire que j’étais assez unique en mon genre. Dans sa bouche, c’était un compliment qui ne tombait assurément pas dans l’oreille d’un sourd.

Raison pour laquelle j’écoutais avec attention sa demande particulière, analysant ce qu’elle pouvait impliquer comme conséquences. Autant temporelles qu’émotionnelles. Je croisais les bras, pensif, puis finis par répondre avec un léger sourire :

"Je pense que c’est possible. Si elle était à l’école, dans un lieu et à une heure précise, cela réduira grandement les risques d’altérer le cours du temps. Moins je croise de monde et moins j’agis, le plus sûr c’est. Et trois mois en arrière, c’est encore assez récent pour que je puisse maîtriser le voyage. Et si ça peut d’aider, alors je serais ravi de le faire."

Voilà pour l’aspect pratique. J’avais réalisé des voyages beaucoup plus éloignés dans le temps par le passé, et sans disposer d’autant d’informations. Ce qui rendait parfois le lieu et la date de destination un peu aléatoire. Sans parler du comportement qui était, en lui-même, très dangereux. Depuis, je n’avais quasiment plus fait de tels sauts dans le temps, mais la maîtrise de mon pouvoir s’était considérablement améliorée. Aussi, je ne me faisais pas trop de soucis. Je me rappelais les paroles de Dream, venu ici même dans cette école avec sa sœur, et qui avait dit que j’étais une personne sage car j’usais de mon don avec prudence. J’espérais pouvoir lui donner raison, encore une fois.

En revanche, pour ce qui concernait l’aspect émotionnel, c’était autre chose. Revoir Natacha, savoir ce qu’il allait lui arriver et ne rien faire, cela allait être beaucoup, beaucoup plus difficile. Kevin me l’avait demandé, dans la douleur du deuil, et j’étais reconnaissant à Sveda de ne pas suggérer l’idée. Même si j’imaginais que cela devait être plus que tentant.

"Tu es certaine que cela vaut le coup ? Pour tout ce que cela implique pour toi ?" lui demandai-je, en affichant une expression plus soucieuse. Si elle l’était, alors, ce serait également mon cas. "Si oui, alors je peux le faire maintenant. Et essayer d’apporter des réponses à tes questions."
Dastan
Sphère Technique
avatar
Messages : 596
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps



Don't waste your time or Time will waste you



Don't click... unless you wanna be blinded (a)

Revenir en haut Aller en bas
Sam 3 Juin 2017 - 19:28

Le jeune couple avait encore le temps de se projeter. Tohum avait plutôt une tendance à agir sur le vif, dans l'instant. Caleb était certainement le plus posé des deux. Une sorte de balance se faisait entre ces tempéraments. Cette complémentarité faisait partie des ingrédients qui laissait à penser que cette histoire était écrite pour durer. Tout comme les bâtisses en pierre dont les fondations avaient été pensées et maîtrisées.

« Oui… et cette fois avec un aventurier. »

Cette remarque allait avec une pointe d’auto ironie. Tohum était très lucide concernant son passé et plus précisément sa vie amoureuse, chaotique, disons-le sans exagérer. Jusqu’à présent, rares avaient été les hommes qui avaient accepté de partager sa passion pour une vie nomade et itinérante. Un court instant, le sourire de Tarek se matérialise dans son esprit. Non pas celui que vous avez pu voir dans ses mauvais rêves, mais celui qui l’avait suivi au Caire juste avant l’épidémie.

« Hummm, non bien sûr, je sais.»

Tohum savait qu'elle n'était contrainte de rien. Cependant, comme elle le pensait au moment de sa grossesse, sa place était prés de ses enfants. Elle voulait être là pour eux. Notamment pour Kim qui à cette époque était déjà en train d'emprunter une voie dangereuse. Mais, il allait falloir encore quelques mois avant que les enfants de la rose comprennent enfin de quoi il en retournait. Quelques mois qui allaient leur servis pour renforcer leurs liens.

C'était d'ailleurs aussi pour protéger la chair de sa chair, que la blonde avait imaginé ce voyage dans le passé. Par extension c'était tous les jeunes de cette école, cette arche, les arches, qui seraient protégées. Enfin si le professeur Nabov se trouvait effectivement au rendez-vous.

« Oui. Hum, attend une seconde. »

Kent se dirigea vers la table pour fouiller dans ses affaires. Après une fouille rapide un carnet se retrouva dans sa main. Elle revint vers son fils d'adoption en le feuilletant. Ses yeux accrochèrent une ligne précise. C'était là. Bien sûr. Elle tendit l'objet à Dastan pour qu'il puisse voir par lui-même. L'agenda contenait un tas d'informations factuelles et techniques concernant Natacha et les circonstances de sa mort. Il y avait vraiment beaucoup d'élément, des choses qu'un enquêteur aurait aimé avoir pour essayer de résoudre le mystère. Enfin « mystère »... Nous nous entendons.

« Élias la croisée, à la tour d'observation, vers 18h00. Il m'a dit qu'ils étaient seuls. » Dans un geste parfaitement inconscient Tohum frotta son gros ventre. « Si tu attends qu’Ali s'en aille ça devrait éviter les complications. »

Le "tu" Sveda l'avait accentué. Une façon de bien faire comprendre qu'elle ne voulait et ne devait pas être présente pendant cette rencontre. Natacha n'aurait pas aimé savoir que sa grand-mère jouait une fois encore avec les règles de l'univers. C'était elle qui s'était le plus opposée aux recherches autour de la réanimation extrème. Alors même que le patient était son père Joachim, fils de Tarek et Sveda, premier enfant de la fille des sables. Si Tohum avait eu un favoris un jour c'était lui.

« Oui » Le souvenir de la dernière rencontre avec Marissa renforça la force dans le regard de Tohum. Il n'y avait pas d’alternative selon elle. « Il nous faut un accès à LA bibliothèque Alex... »

A quelle bibliothèque faisait-elle référence ? Ça pas même ses anciens collaborateurs de la PH ne pouvaient le savoir. Parfois, la paix mérite quelques secrets.



11 janvier 2017 – Potentiel Home – Tour d'astronomie


Natacha Nabov




    A cette heure ci le soleil était déjà couché sur la ville. Les grandes baies de la salle d'observation offrait un panorama de choix sur les collines écossaises au loin. Une fine neige entamait sa chute vers le creux des vallée. La silhouette du Viking s'effaçait déjà dans le couloir et la russe se retrouvait seule face à Edembourg. Elle portait une robe longue noire avec des motifs floraux roses, des bottines d'hiver, des longs cheveux blonds en cascade sur les épaules. Elle avait hérité du sourire de sa grand-mère. Un sourire qu'elle adressa au directeur de l'école quand elle aperçu son reflet dans la vitre.

    Bonsoir Alex !

    Sila-Voli était une scientifique slave dont les travaux avaient déjà fait le tour du monde. Mais ses romans étaient plus connus encore. Les polars qu'elle publiait était traduit dans plus de trente langues. Quelle ironie n'est-ce pas, qu'elle se soif faite assassinée de la même façon que les victimes de son dernier roman ! Cependant, le léger don, dont l'avait pourvue sa chère mère, l'avertie que la venue de Dastan n'était pas tout à fait un hasard.

    Tu tombes bien ! Je voulais savoir si par hasard il reste une chambre de disponible ? Ma mère vient pour quelques jours. Elle aimerait revenir ici, si c'est possible. Elle était venue il y a deux ans, je ne sais pas si tu te souviens d'elle ?

    Bien sûr, Irina Nabov finirait par mettre les pieds à Edembourg. Malheureusement, ce ne serait pas pour la raison prévue. Jusqu'au bout Nat n'en aurait qu'une vague... intuition.
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 819
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Sam 24 Juin 2017 - 12:17
Sveda semblait heureuse, malgré toutes les épreuves qu’elle avait traversées dernièrement. Et son nouveau compagnon n’y était pas étranger, cela se sentait lorsqu’elle en parlait. Sans parler du bébé qui allait bientôt pointer le bout de son nez. La maternité réussissait bien à mon amie, il n’y avait pas à dire. Ce qui ne l’empêchait pas de rêver de voyage et de repartir sur les routes du monde, fidèle à elle-même.

"Vous étiez faits l’un pour l’autre." répondis-je avec un sourire complice. "Et quoi qu’il en soit, tu sais que vous serez toujours les bienvenus ici, toi et les tiens."

Car, bien évidemment, Sveda était toujours comprise dans les personnes qui trouveront toujours refuge et aide à la PH. Et au vu du contexte actuel et tendu, autant sur l’arche d’Edimbourg que sur les autres, ce n’était pas superflu. Cela avait également toujours été l’un des buts de l’école, raison pour laquelle j’aidais plus que volontiers la fille de la Rose. Même s’il fallait avouer que je ne pouvais rien refuser à mon amie.

Même retourner dans le temps pour essayer de trouver des réponses à des problèmes dont je ne percevais pas tous les enjeux. Mais je faisais confiance à Sveda, ne lui posant pas davantage de questions hors de celles pratiques qui pouvaient m’aider pour ce voyage. J’observais avec attention l’agenda de Natacha, puis remerciai mon amie avec un hochement de tête et un sourire rassurant. Cela devait être difficile pour elle, de me donner une telle mission et de se retenir d’intervenir. Mais elle savait aussi que c’était ce qu’il fallait faire.

D’autant qu’elle semblait décidée à trouver des réponses, malgré les dangers et potentielles conséquences que cela pouvait engendrer. Cela me suffisait. Je posais une main sur son épaule, le regard aussi déterminé que le sien.

"D’accord. A tout de suite."

*

L’air était plus frais, et la nuit plus sombre. La tour d’astronomie ne serait pas utilisée avant plusieurs heures, et j’entendais encore les pas d’Elias dans l’escalier. A cette heure-ci, j’étais encore à l’atelier, à aider pour les futures inventions du salon qui se tiendrait dans plusieurs mois. Le contexte familier et la proximité temporelle avec le présent d’où je venais ne créèrent pas trop de confusion, contrairement à d’autres voyages plus éloignés dans le temps. Non, le plus dur était à venir maintenant. Je pris une profonde inspiration, et entrai dans la salle d’observation.

Je parvins à garder un sourire et une expression face à Natacha, essayant de garder toutes les pensées relatives à sa mort loin de mon esprit pour me concentrer uniquement sur la mission que m’avait confiée sa grand-mère. Ce qui ne se fit pas sans difficultés.

"Bonsoir Natacha." Restait à savoir si la scientifique se doutait de quelque chose. Même en sondant son expression, je ne parvenais pas à le savoir. Sa question impliqua de nouveaux souvenirs douloureux, mais avec un nouvel effort, je parvins à conserver mon sourire. "Bien sûr. Vous serez toujours les bienvenus ici."

Il y avait un étrange écho avec ce que je venais de dire à mon amie, plusieurs semaines dans le futur. Pour ne pas trop y songer, je fixais un instant la vue que nous offrait l’endroit. Bientôt, le ciel serait rempli d’étoiles, et le froid aidera à offrir l’une des plus belles observations astronomiques de l’année. C’était une partie de l’école appréciée par beaucoup, car calme et apaisante. Et en cet instant, j’en avais bien besoin.

"Tu sais…" commençai-je, tout en continuant à fixer la vue sur les collines enneigées de la ville. "J’ai beau ne pas avoir tous les détails, mais je sens qu’il se passe quelque chose, avec Sveda, et avec toi. Quelque chose d’important, et de dangereux."

Je reportais mon attention sur Natacha, un sourire plus triste que je l’aurais souhaité sur mes lèvres. Je continuais, malgré tout :

"Je n’ai pas à tout savoir, ce sont vos affaires. Mais j’aimerais que tu saches… que tu peux me faire confiance. Tu peux faire confiance à l’école. S’il venait à vous arriver quelque chose, ce sur quoi vous travaillez ne devrait pas tomber entre de mauvaises mains. Et si c’est aussi important que je le pressens, alors cela devrait être repris et continué, dans l’éventualité où…"

Je me tus, incapable de continuer plus longtemps. J’inspirais une nouvelle fois, essayant de fixer le paysage pour reprendre des forces. C’était encore plus difficile que ce que j’avais imaginé. Après quelques instants, je me retournai vers Natacha avec un sourire navré et une expression un peu embarrassée.

"Désolé, ça doit te paraître étrange… Cela l’est aussi pour moi. Mais disons que… j’ai eu une sorte… d’intuition. Le genre qui te fait dire qu’il vaut mieux agir, même si cela semble bizarre. Tu vois ce que je veux dire…"
Dastan
Sphère Technique
avatar
Messages : 596
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps



Don't waste your time or Time will waste you



Don't click... unless you wanna be blinded (a)

Revenir en haut Aller en bas
Mar 27 Juin 2017 - 1:43

11 janvier 2017 – Potentiel Home – Tour d'astronomie


Natacha Nabov




    A l'inverse, de Joachim, Natacha n'avait pas hérité de l'Immortalité bien heureuse de la Lignée de la Rose. Elle abordait la trentaine avec une certaine maturité et surtout beaucoup de lucidité. Elle n'avait pas hésité à venir sur l'Arche écossaise pour soutenir Tohum de plus prés. Cependant, elle sentait qu'il leur manquait quelque-chose de crucial avant de parvenir à trouver LA formule. Elle se tourna lentement vers Alex Mason se demandant si celui-ci était doté d'un don télépathique ? Ou bien avait-il seulement suivi une logique propre ?

    Important ça oui... Dangereux, c'est surtout les autres qui le sont avec nous. Nous avons du renforcer la sécurité du labo cet automne.

    Sila-Voli croisa alors le regard de Dastan. L'émotion qu'elle pu lire dans ce regard l'étonna quelque peu. Elle ne pouvait pas en comprendre la raison. Même si une part d'elle avait comme une intuition. Elle marqua un temps de réflexion. Il était vrai que Kent et Nabov avaient décidé de ne pas impliquer l'équipe de la PH dans leurs recherches. C'était Sveda qui avait fait les démarches auprès d’Arcadie et de la Feuerbach corporation pour obtenir leur soutien. C'est à eux, qu'elle avait envoyé le brouillon de la formule, six mois plus tôt. Mais, depuis, les choses avaient bougé.

    Où on ne serait plus là. Je comprends. J'imagine qu'étant donné la période et les risques ton inquiétude est justifiée.

    Nat' se mordit la lèvre. Le sous-entendu l'amenait sur un sujet tout autre. En vérité... la disparition de l'une ou de l'autre des chercheuses n'était pas impossible.

    Sveda t'a parlé c'est cela ? Du problème ?

    Mais Alex était à de toutes autres considérations. Pauvre homme, qui était perdu entre le passé et le présent. La jeune femme le laissa reprendre sa contemplation du paysage, sans insister. Bien qu'elle trouva ensuite étrange qu'il qoir celui qui revienne sur le sujet de la recherche. Il y avait un pôle scientifique à la Potentiel, mais, celui-ci n'avait pas à voir avec un laboratoire de recherche.

    Oui... je vois même très bien. Je ne sais pas si tu le sais. Mais j'ai été élève ici, chez les Ivory Ow, pendant deux ans. Mon père tenait à ce que je passe par cette école. C'est comme ça qu'on a diagnostiquer que je suis une préconsciente de niveau 1.

    Une douzaine d'années plus tôt, alors que Fuji était encore un jeune directeur de filière. Une courte période dont Natacha gardait un souvenir plutôt apaisant. Comme tous les descendants de Tohum, elle aimait cet endroit. Elle n'avait donc pas envie que l'école ait des ennuis à cause d'eux. Mais, elle savait que les adversaires de Sveda étaient coriace. Le simple fait que Pietro soit impliqué le prouvait à ses yeux.

    ... Tu as raison. Ce que l'on cherche est dangereux. Je crois que c'est pour ça que grand-mère vous a tenu écarté. Mais...

    Cette intuition qui taraudait la jeune femme depuis quelques minutes s'accentua. Nat concentra alors son regard sur le prodige. Elle considérait en elle-même les différentes alternatives. Aller contre la volonté de Tohum ne lui plaisait pas vraiment. Mais, elle savait qu'il y avait une nécessite à agir. Ou du moins, en avait elle un fort pressentiment. Généralement elle faisait mieux de les écouter. Alors, elle se rapprocha pour pouvoir parler un peu plus bas, comme pour protéger sa petite trahison.

    Mais, tu n'as pas tort, sur le fait qu'il faudrait que quelqu'un ici sache ce qu'il en est. Après tout, plusieurs d'entre vous pourraient être concernés.

    Parfois tel était le pris pour s'assurer que la paix survive à l'avenir.
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 819
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Lun 3 Juil 2017 - 13:16
Un frisson me parcourut, mais impossible de savoir si c’était à cause du froid, de la situation, ou du récent bond dans le temps, qui m’avait tout de même coûté un peu d’énergie. Rien d’affolant pour un voyage aussi court, cela dit. Et c’était tant mieux, car j’avais encore besoin d’un maximum de force et de concentration pour mener à bien ma mission. Sans doute l’une des plus difficiles que j’ai eu à accomplir. Car c’était une chose que de retourner dans le passé et de rencontrer des figures historiques décédées depuis longtemps. Mais revoir quelqu’un qui était décédé il y a peu, et dans des circonstances tragiques sans que je puisse y faire quoi que ce soit, cela me demanda un sacré effort de volonté.

Je me concentrais donc sur la tâche que m’avait confiée Sveda, essayant de trouver un moyen d’aborder ce sujet surement délicat sans lever de soupçon de la part de Natacha. Sans grande surprise, j’appris de la bouche de cette dernière que la dangerosité de ses recherches n’était pas sous-évaluée. Si seulement elle savait…

"On ne peut pas faire de grandes avancées sans s’attirer l’animosité de certains." commentai-je simplement, en pensant à l’exemple de cette école. Elle-même avait dû subir, et subissait toujours, les assauts d’anti-prodiges. Mais c’était encore un autre problème.

Nos regards se croisèrent, et j’espérais ne pas trop en dévoiler. Je marchais sur un terrain glissant, et le moindre faux-pas pouvait me coûter cher. Non seulement, je risquais d’échouer, mais également de modifier le futur. Au moins, mes explications semblèrent la convaincre.

"Pas directement. Je ne sais pas exactement de quoi il en retourne, même si je peux deviner l’importance de ce projet. Pour le reste, j’ai fait mes propres déductions."

Ce n’était qu’un demi-mensonge, mais c’était déjà beaucoup. Et cependant nécessaire. J’hochais doucement la tête lorsqu’elle mentionna sa période à l’école, partageant avec elle ce sentiment de quiétude que nous inspirait la Potential Home. Pour beaucoup, elle avait été un refuge, une aide, une maison, une famille. Je reportai mon attention sur la russe, plus sérieux qu’auparavant.

"Tu sais alors qu’on ne laissera jamais l’un des nôtres sans soutien. C’est aussi la mission de cette école, et j’en suis le garant."

Même si, pour Natacha, nous avions été incapables d’empêcher quoi que ce soit. Quelque chose se tordit dans mon estomac, mais je fis de mon mieux pour l’ignorer. Je devais le faire. Pour qu’au moins sa mort n’ait pas été vaine.

Il était étrange que Sveda soit la même raison qui fasse à la fois douter Natacha de m’en dire plus, mais également celle qui m’ait envoyé ici pour faire l’inverse. Je pouvais peut-être jouer là-dessus, à tout bien y réfléchir.

"Je comprends pourquoi Sveda voulait nous tenir éloignés. Mais, je suis également certain qu’elle serait d’accord sur le fait que ces informations doivent être sécurisées au maximum, pour ne pas tomber dans de mauvaises mains. Et ici, vous trouverez toujours des gens pour vous aider." J’acquiesçai doucement de la tête, affichant un léger sourire, avant d’ajouter : "S’il ne devait jamais rien se passer, ce que je souhaite, alors nous nous contenterons d’en garder la clé, sans jamais avoir accès à vos recherches. Et cela restera entre nous deux uniquement, pour plus de sécurité. Mais, dans le cas contraire… nous pourrons la remettre aux bonnes personnes. Même si ce sont vos recherches, tu peux comprendre que je ne peux pas rester sans rien faire, sans au moins essayer de vous aider…"

Je m’arrêtais juste avant que ma voix ne se brise. J’inspirais une nouvelle fois, fermant les yeux pour mieux me calmer.

"La fatigue. Désolé. J’ai beaucoup à faire ces temps. Je devrais lever un peu le pied." m’excusais-je une nouvelle fois en direction de Natacha, en tentant un faible sourire.
Dastan
Sphère Technique
avatar
Messages : 596
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps



Don't waste your time or Time will waste you



Don't click... unless you wanna be blinded (a)

Revenir en haut Aller en bas
Mar 4 Juil 2017 - 16:56
11 janvier 2017 – Potentiel Home – Tour d'astronomie



Natacha Nabov




    C'était plus facile d'en parler ici, dans ce manoir, à l'abris de tous les dangers. Mais la scientifique était lucide. Cette situation ne serait pas éternelle. Pietro Kassianov avait déjà essayé de les atteindre par sa fille. Wairua avait dû pactiver avec le diable pour qu'elles soient en paix. Leurs ennemis ne s'arrêteraient pas à ça.

    C'est vrai, le progrès fait peur...

    Natacha revit les yeux effrayés dHélène quand l'appartement avait été cambriolé... la première fois. Elle avait déménagé trois fois en deux ans. D'un commun accord, Hélène avait finalement rejoint l'arche canadienne tandis que la petite-fille de Sveda irait ici, à Édimbourg. Il n'avait été question que d'un mois, voire deux. Cela faisait bientôt six mois. La distance se faisait sentir un peu plus chaque jour. Pourtant, aucune n'avait envisagé de renoncer à la recherche. Le projet Énée était trop important.

    Oui, tu connais le goût de Sveda pour l'inédit. Si... si ça marche. Si on y arrive Alex, l'Archipel va changer, du tout au tout.

    Quelque chose soufflait à la jeune femme de ne pas parler du revers de ce projet maintenant. Dastan et tous les autres seraient beaucoup mieux sans le savoir. Et puis, c'était à Tohum de parler de ce problème. Si seulement, elle le désirait. Avec l'enfant à naître, Nat doutait que sa grand-mère songea à en parler dans l'immédiat.

    Ils partageaient ensemble un moment de silence. Bien sûr les paroles du jeune directeur avaient quelque chose de rassurant. Navob le connaissait honnête et courageux. Tant Abygaël qu’Élias lui avait vanté cet homme. Mais, ce qu'il ne savait pas, c'est qu'au moment de sa transplantation cardiaque Natacha était présente. Elle se trouvait de l'autre côté de la vitre teintée à observer l'opération. C'était à ce moment qu'elle avait su qu'elle se dédierait aux sciences.

    Cependant, elle ne pouvait s'empêcher de trouver le prodige très touché par le sujet. Avait-il saisi, par lui-même la force des enjeux ? Même Verstand ne pouvait pas savoir à quel point les travaux qu'il avait commencé étaient importants. Quant à la vile Strega, elle ne faisait pas cette course au savoir uniquement par goût de vengeance. Si Alex avait ne serait-ce qu'un aperçu de tout cela, c'est qu'il était peut-être la personne à qui Nat pouvait se confier. Elle le sentit dérailler et se tourna vers lui.

    On devrait tous le faire. Et savoir profiter plus de chaque instant. … J'oublie parfois de le faire. Sans Hélène et son rire la vie n'avait pas tout à fait la même saveur.

    Les premières étoiles apparaissaient timidement à l'horizon. Natacha les observait tout en pensant à l'avenir. La conversation qu'elle avait eu avec le Viking concernait aussi les recherches... et son père. Maintenant, Alex revenait à la charge. Ils voulaient l'aider. Sila-Voli tendit la main vers sa gorge où reposait un pendentif. Elle avait pour habitude d'écouter son intuition, n'est-ce pas ?

    Alex ? Natacha Nabov vient prés du Prodige. Le dilemme cartésien pouvait se deviner dans le fond de son regard. Mais, la sincérité de cet homme l'aida à prendre une décision. Tu me promet de le mettre en lieu sûr ? Et surtout, surtout, de n'en parler à personne ?

    Elle déposa le collier dans le creux de sa paume. L'objet somme toute banal était la moitié d'un cœur en creux. Il permettait de contenir une micro carte mémoire. C'était une partie de la fameuse formule sur laquelle Sveda et Natacha travaillait depuis plus de 6 ans. Si celle-ci n'était pas encore parfaite, le but serait atteint un jour.

    Il n'y a qu'un tiers du codage. Ma mère, sur l'Arche de St-Pittsburgh, en a un autre. Natacha inspira à fond et confessa encore plus bas. La dernière partie est en LMC à New-Bampton. La belle plongea son regard dans le sien. L'information était la plus précieuse de toute. Les personnes à connaître l'existence d’Hélène pouvait se compter sur les doigts d'une main. Avec Hélène Brunet. Ma compagne. Je leur dirais, de venir vers toi.. si quelque-chose ne se passe pas comment prévu.

    Avoir confié son trésor faisait un étrange effet à la chercheuse. Soudain, elle se sentait un peu plus légère. Elle avait l'impression d'avoir eu raison d'écouter son intuition.

    Merci. Lui murmura-t-elle.
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 819
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Sam 22 Juil 2017 - 17:47
La fatigue s’insinuait lentement en moi, et j’avais beau lutter, je savais qu’elle finirait par l’emporter. Heureusement, il me restait de quoi terminer cet entretien et revenir dans le présent. En soi, le voyage ne prenait pas autant de mes forces que cela, mais je n’étais plus aussi habitué et jeune qu’autrefois. De nouvelles responsabilités et choix de vie m’avaient changé, pour le mieux. Mais en contrepartie, j’y avais perdu quelques heures de sommeil. Et puis, cette mission relevait d’une autre fatigue, plus mentale et émotionnelle. J’avais cependant davantage de maturité et de volonté que par le passé, et ne laissais donc pas la panique prendre le dessus. A défaut de savoir contrôler exactement mes réactions en revoyant Natacha encore en vie.

"Mais si je suis certain d’une chose, c’est que vous saurez gérer les responsabilités de vos recherches. Et que vous saurez vous entourer pour y parvenir."

Je lui adressai un léger sourire, sincère. N’avais-je pas confié ma vie à Sveda par le passé, et à raison ? Si je devais le faire à nouveau, je n’hésiterais pas une seule seconde. Peut-être ne savais-je pas ce qui était en train de se tramer, mais dans le fond, je savais que si la scientifique ne l’estimait pas nécessaire, elle ne me mettrait pas au courant. Pour nous protéger, l’école et moi. Même si c’était difficile, en particulier à cet instant, je continuais à avoir confiance en la Rose des sables.

Jusqu’à quel point mon interlocutrice comprenait-elle ce qui se passait ? Rien qui puisse changer le futur, c’était à espérer. Même si la tentation de changer l’avenir n’avait jamais été aussi proche, je savais très bien que cela ne ferait qu’aggraver les choses. Alors, tout ce que je pouvais lui dire, non sans une certaine tristesse difficilement voilée, ce fut :

"Il faut toujours profiter du présent. Sans se perdre dans le passé ou l’avenir. Mais je sais que c’est une leçon difficile à apprendre…"

Et surtout, qui allait à l’encontre de ce que j’étais en train de faire. Mais heureusement pour moi, après quelques hésitations, Natacha finit par accepter ma requête. Je refermai la main sur le pendentif, sans toutefois quitter son regard.

"Je te le promets." J’écoutais ensuite ses explications, pour trouver les deux-tiers restants. Quelque chose se planta dans mon estomac lorsqu’elle me révéla que la dernière partie se trouvait chez sa compagne, cette information semblant tout aussi secrète que le reste. Je parvins néanmoins à acquiescer, et à afficher un petit sourire. "Tout cela restera pour moi, tu en as ma parole."

Jusqu’à ce que la mort ne me libère de ce serment. Je m’approchai d’elle pour la serrer brièvement dans mes bras, et pour mieux cacher les émotions qui m’assaillaient.

"Merci à toi. Je prendrai soin de tout ça. Je sais à quel point c’est important pour toi, pour vous." J’hésitai un court instant, et ajoutai : "Prend bien soin de toi, surtout. Et profite d’Edimbourg tant que tu y es."

Un nouveau sourire, avant de m’éclipser, prétextant le reste de mon planning qui m’attendait. En vérité, je sentais que je ne pourrais plus tenir longtemps sans me compromettre. Après un dernier signe, je m’éloignais, conscient de ma chance. J’avais pu lui dire au revoir en connaissance de cause. Et profiter de sa présence une dernière fois. Sveda, sa famille ou sa compagne aurait mille fois mérité d’être à ma place. Je tâchai cependant de rassembler mes esprits une dernière fois, observant le pendentif au creux de ma main. Il me fallait le mettre dans un endroit sûr, afin de pouvoir le retrouver une fois dans le présent. Je consultai ma montre, et su qu’à cette heure, tout le monde devait être à la cantine pour le repas du soir. Le chemin et la voie devraient donc être libres.

***

Pour Sveda, je ne devais m’être absenté que quelques secondes, disparaissant d’un seul coup pour réapparaitre l’instant d’après. Seulement, mon expression n’était pas la même, et la fatigue s’était encore accentuée sur mon visage. Je m’accrochais de justesse à mon bureau pour éviter de m’écrouler. Je fis néanmoins un signe à la Rose pour lui signifier que j’allais bien, et que j’avais juste besoin de quelques secondes pour reprendre mon souffle. Ce faisant, lorsque ma tête avait suffisamment cessé de tourner pour me permettre de bouger à nouveau, je me précipitais vers la réplique de l’horloge de Passemant, qui trônait derrière une vitre. J’ouvris cette dernière, ainsi qu’un mécanisme que j’avais moi-même ajouté et qui dévoilait un espace caché à l’intérieur de l’ouvrage.

J’attrapais le pendentif, que je venais de placer là deux mois auparavant, et le tendis à Sveda, dans un geste tremblant. Quelques larmes s’écoulaient sur mes joues et jusqu’à mon maigre sourire, sans que je le réalise.

"Je sais où est le reste. Mais, si tu permets, je te le dirai plus tard…"

Je sentais de nouveau mes forces m’abandonner, aussi, je me dirigeais à nouveau vers mon bureau, pour m’y asseoir. L’épuisement me tomba dessus comme un boulet, pourtant, je parvins à ajouter, avant de sombrer dans le sommeil :

"J’espère… j’espère qu’elle a été heureuse… à la fin…"


GEAR


Elias se tenait derrière la porte depuis quelques instants. D’ordinaire, il n’écoutait les conversations des autres de cette manière. Mais la tentation avait été trop forte en voyant Sveda de l’autre côté du mur. Il n’avait pas tout suivi, et ne le voulait d’ailleurs pas. Tout comme son assistant, il savait que la scientifique avait ses affaires et qu’elle pouvait les gérer sans qu’ils aient à y intervenir. Même si, pour le coup, il devait avouer que c’était surtout pour ce voyage dans le temps qu’il était resté. Il avait vu ce que cela avait fait sur Alex par le passé, étant celui qui avait dû le prendre en charge à son arrivée ici. Il ne l’avouerait sans doute pas, mais il s’inquiétait donc un peu pour le directeur. Lui qui avait toujours été plus sensible et humain que lui. Et bien plus fort et résistant, également.

Adossé contre la porte, il attendit le moment d’intervenir. Lorsqu’il entendit les dernières paroles de son ancien élève, il attendit encore quelques instants avant de toquer doucement contre la porte et d’entrer. Il adressa un sourire complice à Sveda. Cinquante ans d’amitié, il avait rarement eu l’occasion de partager cela avec quiconque. Et même si leurs différentes activités les séparaient parfois, l’école les rassemblait toujours.

"Tiens, Sved’, quelle surprise." Il ne prit même pas la peine de paraître convainquant, sachant que cela ne servirait pas. "C’est toujours un plaisir de te voir dans le coin, moi qui passais justement ici par hasard."

Il lui adressa un clin d’œil, avant de diriger son regard vers Alex, endormi sur le bureau. L’espace d’un instant, il le revit dix ans en arrière, à ses débuts dans l’école. Perdu et effrayé comme un chaton, trop poli et timide. Mais toujours aussi déterminé et juste. En voyant ce gamin avec un cœur mécanique et qui revenait d’un voyage dans le temps débarquer à l’école, Elias n’aurait jamais pu croire qu’il aurait pu prendre une telle place dans sa vie. Parfois, lui aussi aimerait bien pouvoir revenir dans le passé pour revivre certains moments… Avant de se rappeler, en bon épicurien, que le présent était tout aussi prometteur, quoique d’une autre manière.

"Je vais m’en occuper." dit-il en désignant le dormeur avec un sourire amusé. "J’ai l’habitude. Il a juste besoin d’une bonne nuit de sommeil, et demain, ça ira tout de suite mieux."

Pour avoir parfois passé des journées avec lui, à le forcer à entraîner son don pour mieux le maîtriser, il en savait quelque chose. Et pour avoir partagé certaines de ses nuits également. D’un geste assuré mais plein de précautions, il fit passer le bras d’Alex derrière son cou pour le hisser sur son dos. Le directeur ne broncha pas, profondément endormi.

"Une vraie Belle au bois dormant. Faudra demander à Charlie de venir le réveiller demain matin." Il rit doucement, avant de fixer Sveda, toujours un sourire aux lèvres. "J’espère que ça en valait la peine. Mais si Alex a accepté, alors je n’en doute pas. Et tu sais toujours où me trouver, si jamais. Comme au bon vieux temps."

Il lui adressa un dernier sourire, avant de prendre la direction du couloir, puis de la chambre d’Alex. Ce dernier était tout de même plus lourd qu’auparavant, mais le regard stupéfiait des gens qu’il croisait l’amusait toujours autant. Il y avait des choses qui ne changeaient jamais, et c’était rassurant.
Dastan
Sphère Technique
avatar
Messages : 596
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps



Don't waste your time or Time will waste you



Don't click... unless you wanna be blinded (a)

Revenir en haut Aller en bas
Mer 26 Juil 2017 - 13:05




“ Fais attention on ne se joue pas du temps. Mais l'inverse... ”

Kussi



En effet, Sveda n'avait pas eu le temps d'aller s'asseoir sur le sofa qu'Alex était de retour. Elle chercha à capter son regard pour savoir ce qu'il en était. Le voyage avait-il fonctionné ? Par pur instinct elle s'était portée vers lui, quand elle l'avait vu perdre l'équilibre. Le geste de Dastan l'arrêta dans son élan alors, elle se contenta de le suivre des yeux. Au moment où la nomade reconnue le bijou elle sentit son cœur s’alourdir dans le fond de sa poitrine. Natacha avait toujours beaucoup tenu à ce collier. Sa grand-mère comprenait à présent pourquoi. Une soudaine pudeur la retenait de toucher l'objet.

« Oui bien sûr, merci Alex... Veux-tu que »

Non ça ne servait à rien. On voyait clairement que le mec avait surtout besoin de se faire un bon somme. Un rien confuse l'immortelle l'observait agir avec la mollesse de la fatigue. Que pouvait-elle faire pour l'aider de toute façon ? Dastan savait comment opérait son don et ses contreparties. Ils apprenaient tous à faire avec. Mais sa dernière phrase réussie à déstabiliser la rose. Ses traits doux se troublaient d'un seul coup. A la source une émotion subite qu'elle ne parvint pas à contenir.

« Oui... »

Gear aurait pu avancer encore un moment dans la pièce, avant que Tohum capte réellement sa présence. Elle avait l'esprit ailler. Elle se demandait ce que le directeur avait voulu dire par « les autres » ? Le professeur Nabov ne lui avait jamais dit qu'elle avait fragmenté les données.

« Élias... Oui. » Un peu désorientée par la fin de la conversation, la blonde baissa les yeux sur le pendentif posé dans le creux de sa main. « D'accord, oui... merci. »

Sveda adressa un sourire reconnaissant au prodige. Elle ne savait pas comment il faisait cela mais il arrivait souvent au bon moment. La bonne humeur de l'ancien directeur rendit l’atmosphère un peu moins pesante. Une source de chaleur qui aidait son amie à apaiser sa tristesse. La rose du désert, en bonne survivante, se concentra sur cette source d'énergie positive pour quitter les serres de la mélancolie. En voyant le mécanicien positionner le directeur sur ses épaules et surtout en entendant le diagnostique, elle eu enfin une réaction.

« Juste un instant... pour ce qui est de bien dormir... » Tohum s'avança silencieuse vers Dastan. A l'extrémité de ses doigts s’agrégea une douce chaleur. Signe que le don secondaire de la prodige était actif. « Fais de beaux rêves... mon garçon. »

Kent avait seulement influencé les messages neuronaux. Alex allait profiter d'un sommeil profondément réparateur et ce jusqu'au lendemain matin. Un petit sourire bienveillant effleura ses lèvres quand elle imagina la marraine de Sam jouer les « princesse charmante ». Ce jeune couple était adorable. Ils lui rappelait un peu Kim et Violette. C'était à une autre époque. La belle acquiesça soudain plus grave, plus sérieuse, devant ce vieux complice. A sentir le poids du bijou dans sa main, elle pouvait répondre que oui, le prix en valait la peine.

« Bien sûr, oui. Prend soin de lui. » Lui chuchota-t-elle en pressant amicalement son bras.

Sveda profita d'être un peu seule pour aller s'asseoir et réfléchir. Une bosse se forma sur son ventre énorme. Étant donné la position de Samuel, à ce stade de la grossesse, c'était probablement l'un de ses poings. Elle posa sa main sur la bosse et massa délicatement la peau. La sensation du bébé dans le creux de ses reins suffisait à l'extraire de ses inquiétudes scientifiques. Tohum se releva avec précaution. Elle croisa le regard énigmatique de son ancienne amie sur la photo et lui sourit.

« On trouvera un moyen de la sauver. » La paix avait été le premier et sans doute le seul but du quatuor.

Midi allait bientôt arriver aussi la blonde rassembla ses affaires et partie pour prendre la direction des laboratoires de l'école. Plus que quelques heures et notre valeureuse pourrait profiter sans complexe des derniers jours avant l'accouchement.
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 819
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: Westside :: Potential Home-