[CLOS] Ne pas avoir peur... (James)

 :: Édimbourg :: New Town :: Autres lieux Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 20 Jan 2017 - 0:19




"Même dans le désert il y a la pluie"

Joachim Nabov


La neige tenait au sol depuis le matin plongeant l’îlot sous la tyrannie du vent glacé qui arrivait du pôle nord. Elle recouvrait tout, du nid des piverts, aux terriers des lapins. La capitale, pourtant habituée des grands froids, fonctionnait au ralentie. Les pas des hommes étouffés dans la poudreuse éclatante. Les rires des enfants emprisonnés dans le préau des écoles. Même le métro aérien était gagné par la lenteur de l’hiver. Une atmosphère prétexte au repos et à la paresse. D'ailleurs, Sveda aurait tôt fait d'en profiter.

Mais enfin, non. Notre chère Catherine Kent s’était installée prés de la fenêtre, pour pouvoir observer le lasso blanc et pur, parmi les murs de pierres de la rue piétonne. En se tordant le cou elle pouvait apercevoir l’un des flancs de la colline d’Arthur et plus loin la silhouette du château médiéval. Une vue agréable qui faisait renaître des souvenirs chatoyants de désert blanc et de bergamote. La Russie, Moscou, la vie là-bas avait été dure et douce. La maison de famille où Ava était née. (Pietro, pas loin dans le décor non plus, pour assombrir le tableau.) Là où prenait siège la peine dont son cœur souffrait depuis qu’ils avaient enterré la dépouille de sa petite-fille.

La voix chaude d’une chanteuse algérienne flottait dans la petite chambre d’hôtel et accompagnait l’Immortelle, qui se laissait emporter dans une rêverie mélancolique. Sous les yeux de la belle se voyait encore les cernes d’une nuit sans sommeil. Il faut dire qu'elle était en plein dilém. La natte blonde, qui reposait dans le creux de son épaule, gardait l’odeur de la terre froide que les fossoyeurs avaient retournée la veille. Seul le bienêtre de l’enfant à venir l’avait encouragée à avaler quelque-chose de consistant. Elle s’était montrée forte et douce devant les enfants, mais elle se sentait maintenant vidée. La simple idée de sortir de cette pièce paraissait irréalisable.

Le début d’une réponse à la lettre du jeune Kevin patientait, sur la table, aux côtés des courriers de soutiens venus de l’Archipel. Ils devraient attendre que madame retrouve de sa niak. La mort de Natacha avait créé un souffle de révolte. Si naguère Tohum s’en serait emparée avec bravade sur le champ de bataille, elle n’avait aujourd’hui pas de goût pour le combat. Elle était plongée dans une anesthésie émotionnelle, incapable de ressentir de la colère, ou bien du ressentiment. Elle se fiait aux réactions de son corps, pour agir, se couvrant quand il avait froid, s’endormant quand sa tête chavirait sur le côté. Elle espérait le retour de Colm. Il lui manquait de façon douloureuse. Dante, lui, aurait eu les gestes et les mots pour l'extraire de cette aphasie. Il était temps qu'il rentre au bercail !

Consciente, qu’elle ne pouvait pas rester dans cet état, -c'était déjà ça- Sveda avait fait la seule chose à faire dans ces cas, là appeler un ami. Une personne qui ne soit pas de sa chair et de son sang, tout en étant assez proche pour la comprendre. Castiel, avec ses ailes d’ange et son cœur en or, avait été appelé au secours. Ils n’avaient pas vraiment eu le temps de se revoir depuis les portes ouvertes de PH. Mais Sveda entendait souvent parler de son ami au sein de l’école. James était aimé autant des enseignants que des éléves. Qui ne pouvait ne pas aimer ce gars ? A par les cyniques de la dernière heure...

L'enfant qui grandissait dans le ventre de la nomade s'agita comme pour avertir sa mère de l'approche du prodige. (Il avait déjà toute l'intuition de son papa, ou pas !) Une rumeur circulait à l’école concernant la grossesse du professeur Kent. A deux mois du terme Tohum ne cherchait plus à le cacher. Elle avait commencé à rassembler un trousseau de vêtements pour ce bébé. Mais, elle attendait Carso pour s'occuper des derniers détails pratiques. Elle se leva tranquillement pour ouvrir au jeune guérisseur.

« Bonjour Jimmy. Merci d'être venu. Entre. »

Kent se décala pour libérer le passage et referma dans le dos de l'Ange. Elle avait pensé à faire de la place pour qu'ils puissent s'installer tous les deux confortablement prés de la fenêtre. Mais le reste de la chambre était encombré par des dizaines et des dizaines d'ouvrages scientifiques, historiques. Les meubles, les chaises, le sol, le lit étaient pris d'assaut par une bibliothéque chaotique. Natacha et Sveda avaient passé les deux derniers mois à travailler d'arrache-pied, pour élucider le probléme révélé par l'expérience faite sur Wairua. Elles n'y étaient pas parvenues.

« Tiens.

Une tasse de thé était prête pour Novak. Sveda la lui tendit. Elle lui fit un sourire. Puis, ce fut le silence. Tohum avait bien préparé les quelques petites choses à transmettre à son ami. Mais, les phrases lui échappaient, comme si toute concentration était impossible. Elle ressera les mains sur la tasse chaude. Allez, Kent maintenant il fallait vider le sac.

Est-ce que tu serais d'accord pour être le parrain ? Du bébé ? Je suis désolée, c'est un peu abrupte, d'ailleurs je n'avais même pas prévu de t'en parler aujourd'hui. A toi ou à Charlotte non plus. Enfin ne lui en parle pas surtout. Dante voudrait le lui annoncer je pense. Je... » La voix de la blonde avait accéléré nerveuse et elle se bloqua dans le fond de sa gorge. L'énergie s'échappa de son regard avec à sa place la peur sourde qui ne la quittait plus depuis la mort du professeur Nabov. ... Jimmy j'ai peur de nous avoir tous mis en danger. Je crois que "Strega" n'abandonnera pas avant de m'avoir supprimée. Moi et tous mes travaux. Je... je ne sais plus quoi faire. »
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 814
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil
Revenir en haut Aller en bas
Ven 27 Jan 2017 - 9:53
Castiel avait toujours aimé la neige. Il y avait dans sa blancheur uniforme quelque chose d'apaisant, qui s'accordait à son âme parfois troublée. Malgré sa présence éphémère condamnée à la fonte, elle lui communiquait le sentiment d'une pérennité qui appelait au calme et à la simple réflexion. Qu'il s'agisse de voler au-dessus de grandes étendues pâles, ou de l'entendre crisser sous ses pieds, la neige était source pour lui d'une véritable satisfaction. Et la première neige était toujours la plus significative, signe d'un changement qu'on ne pouvait toujours décrire avec les mots. Aujourd'hui, il avait décidé de marcher, pour mieux s'imprégner de l'atmosphère qui régnait dans les rues. Le froid de l'air lui piquait les poumons, mais la sensation appelait en lui une vie qui ne demandait qu'à s'exprimer travers sa chaleur intérieure. Le long des trottoirs, des enfants s’égayaient dans la poudreuse en riant, tandis que des locataires dégageaient leur chaussée. La circulation était ralentie mais toujours présente ; l'Arche avait l'habitude d'un tel climat, et il aurait fallu bien plus pour la déstabiliser.

Les pensées de James étaient entièrement tournées vers celle qui lui avait demandé de venir. Il avait pu sentir le trouble qui agitait son amie même à travers la distance, sans que son empathie puisse lui être utile. Il savait qu'elle avait traversé son lot de moments difficiles depuis son retour, dont la mort de Natacha n'était que le dernier en date. Il n'avait pas eu l'occasion de beaucoup fréquenter la scientifique, qui se dévouait corps et âme à ses recherches, mais il l'avait toujours trouvée sympathique, impressionné par la force de sa lueur d'âme. Il ne savait pas ce qui s'était passé, ni de quoi il retournait exactement, mais Sveva allait sans doute éclaire sa lanterne. Parfois, il se sentait un peu coupable à l'idée de ne pas être plus au courant de ce qui pouvait se passer autour de lui, comme si le brouillard qui enrobait son esprit l'empêchait de vraiment se connecter au monde. Il avait peur d'avoir laissé tomber son amie d'une manière ou d'une autre sans s'en rendre compte, se demandant s'il aurait pu faire...et bien, quoi que ce soit d'autre. Aujourd'hui, il serait là pour elle, et il ferait tout son possible pour l'aider et la soutenir.

« Bonjour Sveda. C'est normal, je suis heureux d'être là. » répondit-il à son amie après qu'elle lui eut ouvert la porte. Comme à chaque fois qu'il se retrouvait en sa présence, Castiel se sentit aussitôt apaisé, et ce malgré la peine qui teintait l'âme de l'immortelle. Même dans les situations les plus difficiles, Sveda restait une vive lumière, qu'elle s'en rende compte ou non. La moindre des choses que James pouvait faire, c'était de lui rendre la pareille du mieux qu'il pouvait. Il lui adressa un sourire plein d'une compassion sincère, tandis qu'il pénétrait dans l'appartement. Les lieux dégageaient la même chaleur que leur propriétaire, malgré le désordre causé par ses recherches incessantes. « Merci. » Il accepta la tasse avec reconnaissance, savourant la chaleur du mug entre ses mains après la froideur du dehors. Il suivit Sveda jusqu'à la fenêtre, attendant qu'elle prenne la parole. Et lorsqu'elle commença par lui demander d'être le parrain du futur bébé, il releva la tête de surprise, manquant lâcher la tasse ; il ne s'était pas attendu à ça, et il se sentit honoré comme peu de fois il l'avait été au cours de sa vie.

« J'en serai ravi, Sveda. Bien sûr que j'accepte ! Euh... tu n'as pas peur que je le laisse tomber, hein ? Je promets de faire attention ! Et je ne dirai rien à Charlie, c'est promis. Quand est-ce... quand est-ce qu'il est censé arriver ? Ou elle... Dante et toit ferez de supers parents, ça, j'en suis sûr. »

Il approcha sa main libre du ventre de Sveda, avan de l'arrêter, et de lui demander : « Je peux ? Je crois...je crois que je peux déjà sentir sa présence. » C'était une sensation étonnante, qu'il était curieux d'explorer un peu plus. Et puis il devait bien avouer qu'il voulait s'assurer que la mère et l'enfant étaient en bonne santé. Sveda le savait déjà, bien sûr ; elle était médecin, après tout, mais il ne pouvait pas faire autrement que de s'inquiéter pour elle. Elle était sa plus vieille amie, et jamais il ne cesserait de veiller sur elle du mieux dont il était capable. Et concernant la suite, concernant Strega... Et bien il serait là aussi quoi qu'il arrive.

« Je ne connais pas très bien cette Strega, mais je sais qu'elle est dangereuse. Je te fais confiance, et si tu dis qu'elle est aussi dangereuse que ça, je te crois. Mais...de ce que tu m'as appris, elle l'aurait été avec ou sans toi. Tu n'es pas responsable de ses actes. Ce qui est arrivé à Natacha...à qui que ce soit d'autre, ce n'est pas ta faute, mais celle de cette femme. Tu as le courage de t'opposer à elle, parce que tu n'as jamais pu t'empêcher de te dresser face à ceux qui s'en prennent aux autres. Et sans toi, elle pourrait faire pire encore. Mais tu n'as pas à le faire seule. Tu peux compter sur moi, quoi qu'il arrive. »
Castiel
Sphère Savoir
avatar

Messages : 107
Etat Civil : célibataire
Pouvoirs : immortalité - ailes (vol) - empathie - guérison/évacuation - empreinte
Revenir en haut Aller en bas
Dim 29 Jan 2017 - 1:39

La sincérité dans la réaction de Castiel avait de quoi redonner le sourire. Tohum ne pu s'empêcher de rire. Elle reconnaissait bien là cet humaniste maladroit. Il s'inquiétait pour une chose à laquelle ni elle ni Dante n'avaient même pensé. Bien sûr l'épisode du Zoo pouvait peut-être provoquer de apprehension chez d'autres. Mais, le jeune couple connaissait suffisement James pour lui faire confiance. Une confiance sans équivoque.

« Je sais que tu feras attention. On le sait tout les deux. Tu es le seul qui pouvait faire ça pour cet enfant. » La rose souriait reconnaissante de cette tendresse qu'elle pouvait sentir chez son ami. Elle s'en voulue un peu de ne pas l'avoir vue plus souvent. « Merci Jimmy. »

Tohum avait eu les derniers examens médicaux moins de dix jours plus tôt. Lohen suivait la progression de la grossesse pas à pas. Pour l'instant le bébé paraissait être en parfaite santé. Tel que l'avait prédit Caleb le petit était fort. Son arrivée se rapprochait avec la fatigue qui allait avec. Kent en était donc à se demander si elle n'allait pas avancer la date de son congé de maternité.

« Mi mars, le 12. Et c'est un "il". »

Cas' était le premier à la savoir. En tant que futur parrain c'était la moindre des choses. Dant et Sveda avaient évoqué quelques prénoms. Cependant, ils hésitaient encore. Sveda avait laissé la possibilité que cet enfant soit baptisé, par respect pour les anciennes croyances de son père. De son côté, elle tenait à emmener l'enfant découvrir son arche d'origine au moins une fois. Les parents étaient d'accord quant aux bases qu'ils voulaient donner à cet enfant. Ce qui confirmait que celui-ci allait avoir une vie harmonieuse.

« Oui. Là. » La rose prit la main de l'ange en douceur et la posa sur la droite basse de son ventre. « Il y a sa tête. » Le bébé sortit de sa langueur pour manifester sa présence. Il avait l'air d'être déjà éveillé, à ce qui se passait hors du ventre de sa mère, intuitif. Empathique supposaient-ils. Sveda attrapa de nouveau la main de James, pour la déplacer sur la zone des coups de pieds. « C'est pour te dire bonjour. C'est Jimmy chéri. Jimmy ton parrain. »

La beauté de la scène raviva chez la belle sa crainte, à propos de ses autres enfants. En particulier pour Ava, que la mort de Natacha avait chamboulée. Pour Kim bien sur.

« Merci James. » Ces mots lui faisait un bien fou, après les rétiscences de Kevin, d'Ava, de Kussi et les siennes. Sans doute était-ce ce dont elle avait besoin. Entendre quelqu'un lui dire qu'elle avait bien agit. Quelqu'un qui puisse abousdre son acte de sang. Mais, très vite sa raison fit un barrage à la paix. Kim, lui, ne lui pardonnerait pas ce geste meurtrier. Elle le savait. D'ailleurs qui aurait-elle été pour le lui reprocher. « Kim m'en veut. J'ai peur qu'il m'en veuille pour toujours. »

Comment vivre paisiblement sans le pardon de son fils ? Voilà la question qui hantait souvent Tohum depuis cette nuit d'été.

Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 814
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil
Revenir en haut Aller en bas
Mer 8 Fév 2017 - 17:33
Castiel n'avait pas souvent manipulé de bébés au cours de sa vie, mais il devait bien reconnaître n'avoir jamais connu d'accidents les concernant. Même si toutes ces interactions dataient d'avant l'Arche, avant que son esprit s'embrume quelque peu et le rende si enclin à la maladresse et aux distractions. Mais même aujourd'hui, on pouvait généralement compter sur lui lorsqu'il s'agissait des choses sérieuses. Il arrivait alors à se concentrer d'une manière qui lui échappait le reste du temps. Et il ne doutait pas d'y arriver pour son futur filleul. Il sourit de plus belle à cette pensée : parrain, voilà qui allait être pour lui un rôle nouveau ! Il était infiniment reconnaissant à Sveda et Dante de la confiance qu'ils lui témoignaient. Cet enfant, il allait en prendre soin, et rien ne lui arriverait tant qu'il serait là pour le protéger ; il s'en fit la promesse solennelle. Et puis avec Charlie dans le coup, le bébé ne risquait pas de s'ennuyer !

« C'est normal. Je t'ai toujours considérée comme faisant partie de ma famille, celle que je me suis choisie. Dante aussi. Vous avez déjà un nom ? »

Le guérisseur se demandait comment Dante se sentait, mais il était persuadé que son plus vieil ami ferait un père fantastique. Quant à Sveda, il trouvait incroyable la force qui l'animait encore après tous ces siècles, et l'amour sans limite qu'elle avait à offrir après autant de coups durs et de tragédies. Choisir d'être parent, c'était quelque chose qui n'était jamais facile pour des immortels, avec le risque de mettre au monde des enfants dotés d'une vie brève. Mais quoi qu'il en soit, ce petit aurait tout l'amour et la protection dont il aurait besoin. Un symbole d'espoir, une preuve que la vie continuait quoi qu'il arrive. James se laissa guider par Sveda tandis qu'elle dirigeait sa main sur son ventre ; il sentit la présence, tenue mais indéniable, du bébé avant de le sentir bouger. Ce qu'il ressentait était indescriptible, un véritable instant de grâce. Une douce chaleur envahit sa poitrine, et il se sentit privilégié de partager un tel moment. Tout doucement, il dirigea son pouvoir pour se faire une meilleure idée, et fut rassuré de ne détecter aucun problème de santé. Il ne doutait pas que son amie eut fait le nécessaire, mais il n'avait pas pu s'empêcher de s'en assurer, juste au cas où. De plus, il pouvait presque percevoir la lueur d'âme en formation, signe d'un esprit en devenir tout neuf.

« C'est incroyable... Tant d'espoir dans un si petit être... »
murmura-t-il, de peur de briser l'enchantement d'un tel moment en élevant trop la voix. Enfin, il s'arracha à l'expérience un peu à regret ; voilà un souvenir qu'il garderait précieusement. Pensif, il se demanda pourquoi il n'avait jamais vraiment songé à la paternité. A moins qu'une ancienne relation le lui ait caché, il ne croyait pas avoir jamais eu de descendance. Peut-être avait-il pris soin de tout faire pour éviter un schéma dont il avait lui-même été victime dans son enfance, ou alors il ne pouvait tout simplement pas supporter l'idée de prendre le risque de survivre à ses propres enfants. Ou, tout simplement, n'avait-il jamais connu la bonne personne, vécu dans le bon cadre. Toujours est-il qu'actuellement, il pensait que c'était une porte fermée pour lui. Et très franchement, il ne savait pas s'il se sentait soulagé ou triste ; un peu des deux, sans doute...

Mais même le plus parfait des bonheurs se finissait, et il pouvait à nouveau sentir la tristesse, le doute et la culpabilité chez son amie. Sa profonde gentillesse n'avait jamais été similaire à de la faiblesse, et elle n'avait pas hésité à faire ce qu'il fallait pour protéger le plus grand nombre au cours de sa longue vie. Cela ne rendait pas la chose plus facile pour autant, et c'était là une autre qualité chez elle ; plutôt que de devenir de plus en plus insensible, de se retrancher uniquement derrière la raison ou la logique, elle continuai de ressentir pleinement chacune de ses actions. Et les derniers événements la touchaient particulièrement, impliquant sa famille. James lui prit la main, lui communiquant toute la chaleur et le soutien dont il était capable.

« Je ne connais pas Kim, je ne peux pas prétendre savoir ce qui se passe dans sa tête, ou ce qu'il ressentira dans le futur. Mais je veux croire qu'avec le temps, il comprendra. Peut-être qu'il ne l'acceptera jamais vraiment, mais...comprendre, c'est déjà ça. Il faut qu'il fasse la part des chose, qu'il sépare ce qu'il éprouvait -à raison- pour son père, et l'homme que son père était. Ce ne sera pas facile, mais...tout est possible. Une fois de plus, tu as voulu prendre soin du plus grand nombre plutôt que de te contenter de ton bonheur immédiat. C'est une croix lourde à porter, mais tu n'es pas seule. Qu'en pense Dante ? Et les autres enfants ? Comment traversez-vous tout ça ? En tous les cas, si je peux faire quoi que ce soit, n'hésite pas. »
Castiel
Sphère Savoir
avatar

Messages : 107
Etat Civil : célibataire
Pouvoirs : immortalité - ailes (vol) - empathie - guérison/évacuation - empreinte
Revenir en haut Aller en bas
Lun 20 Fév 2017 - 21:17


Il est vrai que Edge et Cas' feraient un duo explosif. Mais c'était sûrement le but. Nos deux nomades partageaient un goût pour l'authenticité. Il n'y avait pas plus authentiques qu'eux sur cet île, voir même dans les alentours. Aussi, un petit sourire flottait sur le visage de la rose du désert, à la perspective des mois à venir.

« C'est la même chose pour moi. Son regard s'anima. Bien sûr, Tohum avait pensé à un ou deux prénoms. Mais pour le moment le temps leur avait manqué pour en discuter sérieusement. Pas de doute qu'ils finiraient par trouver un accord puisque je connais déjà le nom du gamin. Non, je ne vous dirais rien ! On hésite encore. Tu as des suggestions ? »

Pendant deux battements de coeur les élements du cosmos s'accodèrent pour saluer l'Ange et le bébé à venir. Toutes les ombres qui convoitaient cette belle source de lumière furent expulsées. Il n'y avait plus que deux âmes qui communiquaient entre elles. L'enfant partagea son impatience à naitre. Enfin, si vous êtes préts à croire en la cosmologie. Je serais assez partisan d'une connexion intrinsecte entre toutes les forces de l'univers. Cela donne quand même beaucoup plus de possibilités scénaristiques.

Sveda regardait l'émerveillement de James avec tendresse. Elle était chaque fois touchée de retrouver la pureté d'âme de cet ami. Cette force bénéfique l'aidait à retrouver les énergies fondatrices. Elle se félicita qu'ils se soient retrouvés sur cet arche. Tohum avait vraiment le sentiment d'avoir retrouvé son petit-frère. Ce qui n'était pas peu dire étant donné son arbre généalogique totalement inconnu. Elle se disait que ce n'était pas un hasard.

Non, Carso ne lui avait encore rien dit concernant ces orgines. Pour ça non plus, ils n'avaient pas eu le temps. Mais, pour l'instant, la question se posait moins dans l'esprit de la nomade. Elle ne pensait pas au passé. Elle se concentrait sur l'avenir, l'avenir, et ce bébé. Lui et tous ceux à qui elle avait promit d'être là. Grâce à la présence de toutes ces personnes, en qui elle avait confiance, le combat lui paraissait moins impossible à emporter.

« Oui... Il n'y a rien de plus beau.»

le cœur de Tohum se transportait en direction de l'arche asiatique. Sveda savait que Kim avait trouvé refuge là-bas à Pékin. Non, Riley n'avait même pas eu besoin de trahir son grand-frère. Catherine ne s'était pas éloignée de ses enfants. Jamais ! Voyons, vous vous en doutez bien. Kim, Sahar, Ava, elle les avaient tous veiller, de loin. Un ange gardien comme on en voit dans les légende. En tous cas elle avait essayé. (Oui avec Ava ça n'avait pas très bien marché, je suis d'accord...)

« C'est... La paix qu'ils avaient retrouvé depuis le mariage venait d'être déchirée par la mort de Natacha. Dante est en expédition sur la Terre. Il revient dans quelques jours. J'ai hâte... En deux mots Sveda arrivait à partager une émotion intense. Le manque de la personne que l'on aime. Celle qui fait que la vie est plus lumineuse et plus vive. L'être qui sert de phare dans les tempêtes. Ouais, Carso était tout ça à la fois. Ça n'était pas le réduire que de dire qu'il était un partenaire de vie. Il est peiné pour nous. Il comprend pour quoi tout a commencé. Mais, je crois qu'il aimerait que... l'on arrête ce combat. Surtout avec le bébé qui arrive. »

La dernière conversation qu'elle avait eu avec Elias la veille lui revenait à flot de mémoire. Le Viking s'était montré très calme et... très déterminé. Autant Aby avait été tête-brûlée, lorsque sa nièce s'était faite enlevée par les hommes de Wang. Autant son frère agissait comme un soldat. Tohum savait qu'il était en train de préparer une vengeance. Elle ignorait comment le convaincre de baisser les armes... une fois encore. C'était aussi, pour ça, qu'elle avait besoin de son archéologue et de ses amis.

« Les enfants... Ils... ils sont furieux. Je les comprend. Nous avons déjà perdu le père de Nat'. Il leur faut seulement un peu de temps, je crois. Nous ne sommes pas fait pour faire la guerre, pas vrai ? Sveda alla tendrement masser le bas de son ventre. Crois-tu qu'on arrivera à élever cet enfant dans la paix ? »

La question ! Celle dont ils espéraient tous la même réponse. Mais, si l'espoir fait vivre, ce n'est pas pour autant qu'il se réalise. Pourtant, ici sur cet arche, ils avaient tous les éléments pour y parvenir. Enfin, si les ouragans ne pointaient pas leur nez, ou que l'Organisation XIII arrêtaient d'envenimer les choses, sans oublier les politiciens corrompus jusqu'à la moelle. Oui, enfin, comme chaque fois: c'est compliqué.
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 814
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Sam 25 Fév 2017 - 10:35
La réaction de son amie lui faisait chaud au coeur. Il n'en avait pas douté, bien sûr, mais cela restait agréable. Sveda avait le don d'embraser l'espoir chez ceux qui gravitaient autour d'elle ; elle était le soleil de son petit monde, chaleureux et favorisant ce qu'il y avait de meilleur chez ses proches. Oui, elle faisait partie de sa famille, au même titre que Dante. Une famille que Castiel s'était choisie, et qui l'avait choisi en retour. Ils avaient décidé de lier leurs longues vies, et d'affronter ensemble une éternité qui paraissait soudain moins pesante maintenant qu'ils savaient pouvoir s'y retrouver. Une longue vie pouvait devenir un fardeau plus qu'une malédiction, et plus d'un immortel avait laissé le désespoir et la solitude tordre son jugement et son caractère. Cela avait failli arriver à James, alors qu'il était pourtant extrêmement jeune comparé à quelqu'un comme Sveda. Mais il avait surmonté cette épreuve, comme toutes les autres, et il avait pu compter sur sa vieille camarade pour cela.

« Si vous hésitez, ce n'est pas moi qui vais vous faciliter les choses. Je peux passer un quart d'heure au rayon des conserves, incapable de choisir entre deux boîtes de petits pois identiques. Des fois qu'une se sente délaissée, tu vois... » Il sourit, s'amusant de ses manies. Les décisions n'étaient pas son fort, car il avait toujours peur de prendre celle qui risquait de faire du mal à l'autre parti. « Quel que soit celui que vous choisirez, je suis sûr qu'il sera parfait. »

La déclaration de Sveda le prit un peu au dépourvu. Il n'y avait rien de plus beau... Voilà bien quelque chose dont il ne s'était jamais rendu compte par lui-même. Castiel s'était toujours bien entendu avec les enfants, dont l'innocence et le langage simple, direct, s'accordaient bien avec sa personnalité. Leur lueur d'âme brillait généralement d'une intensité qui leur était particulière, comme si elle modifiait une part d'elle à l'âge adulte ; pas en brillant moins, pas forcément, mais...différemment. Et si Castiel n'avait jamais eu d'enfants, ce n'était pas vraiment par manque d'envie ; il ne savait pas trop pourquoi, à vrai dire. L'idée de les voir grandir et mourir avant lui l'effrayait, et il s'était toujours dit qu'il aurait le temps... En fait, il le réalisait, il l'avait toujours. Mais la question n'était pas prête de se poser dans un avenir immédiat.

« Dante veut vous protéger, c'est normal. Mais... malgré mon envie de croire le contraire, il y a des combats qu'on ne peut arrêter. Et tu me connais assez pour savoir que je ne dis pas cela à la légère. »

Le coeur de James s'alourdissait à ces seuls mots, mais il n'en pensait pas moins. Il avait beau être un pacifiste convaincu et abhorrer la violence et le conflit inutile, il devait bien avouer que celui-ci n'avait rien...et bien, d'inutile. Il était même plus important qu'il ne l'aurait cru, et il savait que Sveda ne pourrait pas rester sans rien faire. Lui non plus. Vivre leur petite vie tranquille sans se soucier de celles des autres n'était tout simplement pas dans leur nature.

« Il y a des combats qui s'avèrent nécessaires. Pour que ce nouvel enfant ait une chance de vivre un jour dans la paix, il faut faire tout ce qui est en notre pouvor pour la mettre en place. Et elle semble plus menacée que jamais. Ne rien faire quand on en a la possibilité, c'est une chose terrible, capable de hanter quelqu'un jusqu'à la fin de ses jours. Et pour toi ou moi...et bien, cela peut durer longtemps. » Il se fendit d'un sourire triste, mais une force indéfectible se lisait dans ses yeux. Malgré sa personnalité affable et son esprit embrumé, il était capable d'une grande concentration et d'une certaine solidité lorsque c'était réellement important. L'âme d'un soldat qui n'aimait pas la guerre, et qui ne l'aimerait jamais, mais qui ne pourrait jamais rester sans rien faire non plus. « Nous ne sommes peut-être pas là pour faire la guerre, mais elle est quelque part inévitable. Ce que nous pouvons faire, c'est faire de notre mieux pour limiter les dégâts. Pour la rendre aussi courte que possible, et la moins brutale. Il y a des gens qu'on ne peut laisser agir impunément. Pas quand leurs actions risquent de mettre en danger les amis, les enfants, la famille des autres, de ceux qui ne peuvent pas se défendre. Il ne nous faudra pas agir sous le coup de la colère, et il nous faudra être prudents...mais je pense que notre implication ne peut pas être évitée. Et tu pourras compter sur moi pour me trouver à tes côtés, quoi qu'il arrive. »
Castiel
Sphère Savoir
avatar

Messages : 107
Etat Civil : célibataire
Pouvoirs : immortalité - ailes (vol) - empathie - guérison/évacuation - empreinte
Revenir en haut Aller en bas
Lun 13 Mar 2017 - 16:39

La musique s'arrêta à la fin de la chanson. La voix chaude de la chanteuse s'évapora dans une seconde de silence. Castiel, par sa présence, avait déjà transformé l'ambiance dans l'appartement. Le voile du deuil s'était un petit peu relevé grâce à lui. Le fantôme de Natacha disparu pour on ne sait combien de temps. Mais c'était une trève utile. Sveda, elle même retrouvait de la lègéreté dans le mouvement et la parole. L'ombre s'effaçait de ses yeux naturellement doux.

« Oui je vois. Je vois même très bien. J'étais un peu comme ça, plus jeune. Mmm. Ecoute nous verrons bien ! J'espère surtout que lui l'aimera. »

Le défaut des gens comment Novak ou Kent était de vouloir satisfaire tout le monde. Ils s'échinaient à ménager la chèvre et le choux. Ils voulaient contenter tout à chacun avec un entêtement admirable quoiqu'agaçant. Quoi, on ne peut pas faire plaisir à tout le monde. L'altérité bloquait toute aspiration universelle. Alors, évidement, dans le lot, il y aurait perpétuellement quelqu'un pour protester et prendre les armes.

« Et certains nous poursuive où que l'on aille. On en sait quelque-chose. Tohum partagea un moment de silence avec Castiel. Elle se remémora les circonstances de leur rencontre. C'était la guerre. Une guerre, au milieu de toutes les autres. Pas moins horrible, pas plus justifiée non plus, que toutes les suivantes. Pourtant, on veut toujours les épargner. »

Etre mère avait rendu la Rose moins naïve. Elle s'était découvert des montagnes de courage dés l'instant où Joachim était venu au monde. Sans lui, à protéger, à préserver, Sveda se serait certainement relâchée plus vite. Elle n'aurait pas eu autant ce désir de rendre le monde moins injuste, meilleur. Elle n'aurait pas non plus cherché à aller aussi loin dans la recherche. Ils étaient ses guides vers la femme qu'elle voulait être. Quelle femme, capable de faire ce qu'elle savait faire, n'essayerait pas d'apporter son aide à l'humanité ?

On ne peut pas totalement faire fit de ce qui se passe. Tu as raison... J'ai beau vouloir une vie paisible. C'est plus fort que moi.

Mais, moi je le sais, qu'il n'y a pas que cela. Tohum possédait aussi en elle, sans en avoir conscience, le sang et l'âme d'une rebelle. Fille des sables, mais surtout d'un homme qui avait combattu toute sa vie pour apporter la liberté à son peuple. L'esclave, qui s'était épris d'une reine, avait avant tout été un puissant guerrier. La force jucticiaire circulait dans le sang de la rose et dans celui de toute sa lignée.

« Heureusement que nous sommes quelqu'uns. Toute seule, je crois que j'aurai fini par sombrer. »

C'était vrai. Suite à la guerre des Cultes Kent avait traversé un désert. Un désert existenciel. Il lui paraissait insencé de survivre à la mort de son fils immortel. La chance, ou tout simplement la vie, avait voulu que la petite-fille de cet enfant adoré, l'avait alors appelé à elle. La passion et la foi de Natacha envers la science avait permit à Tohum de remonter la pente. La récompense de cette loyauté était d'autant plus difficile à avaler. Sveda baissa les yeux sur les papiers éparpillés sur le planché.

« Je ne suis pas sûre de vouloir continuer les recherches sans elle. » En même temps pouvait-elle abandonner en sachant Pietro sur ses talons ? Elle n'en savait rien. La peine et la colère lui embroullaient l'esprit encore. « Que ferais-tu à ma place Jimmy ? »

Cas' aurait-il le même raisonnement que son ami l'archéologue ? Peut-être. Je n'ai pour ma part que des suppostions sur la question. Mais, une chose était sûre, Enée allait continuer à peser dans la vie de la scientique pendant un moment et ça quelque soit la décision qu'elle allait prendre. On ne joue pas impunément avec les lois de Dame Nature. Combien de fois, je vais encore devoir le dire avant qu'elle l'entende ?
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 814
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Mer 15 Mar 2017 - 10:49
A vrai dire, Castiel avait élevé l'hésitation au rang d'art. Il aimait ça, même : il avait l'impression qu'elle lui donnait le temps de vivre. De peser le pour et le contre, de prendre le temps de choisir la bonne décision. Qu'il s'agisse de la boîte de petits pois ou de la meilleure procédure. Bien sûr, il pouvait agir rapidement en cas d'urgence, et il pouvait se révéler bien plus vif qu'on ne le croyait. Mais quand il le pouvait, il préférait prendre son temps. Il avait pris trop de décisions impulsives par le passé, à cause du découragement ou de la lassitude d'une longue vie. Aujourd'hui, il a voyait comme un cadeau, une longue opportunité de faire la meilleure chose plutôt que de se lamenter sur son sort. Et il le devait en grande partie aux modèles qu'étaient pour lui des gens comme Sveda et Caleb.

« J'ai parfois de la peine à me rappeler que tu as été jeune. » sourit-il à son amie. « Quand on vit aussi longtemps, où se termine la jeunesse, finalement ? Franchement, je me demande encore comment tu as su rester aussi fort et fidèle à toi-même en vivant aussi longtemps. »


Il percevait encore la lueur d'âme primaire de l'enfant en gestation, qui dégageait une douce chaleur. Il était curieux de voir quel genre d'homme deviendrait le fils de ses amis. Avec des parents pareils, il avait au moins toutes les cartes en main pour devenir quelqu'un de bien. Le guérisseur se réjouissait déjà de le voir grandir, et de faire partie de sa vie. Oui, l'idée d'être parrain lui plaisait décidément beaucoup. 

« Et tu trouves toujours tellement à accomplir : de nouvelles causes auxquelles te dédier, de nouvelles recherches... Tu as fait de ta longue vie un cadeau pour les autres, et j'aspire à faire de même. Qui sait, peut-être même que je trouverai le temps de fonder une famille, un jour. J'ai encore du temps devant moi. »

Enfin, pour ça, il fallait surtout qu'il trouve la bonne personne. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas partagé sa vie de cette façon avec qui que ce soit. Il n'avait pas l'impression que cela lui pesait particulièrement, même s'il y avait des jours où cela lui manquait. Voir le bonheur que partageaient ses deux amis lui donnaient espoir, en tout cas.

« Tu ne seras jamais seule, Sveda. Et tu as raison : c'est d'être ensemble qui nous donne la force de continuer. On est tous dans le même bateau, comme qui dirait. » Son visage s'illumina : « Hé, j'ai fait une métaphore ! Même si je me demande pourquoi il s'agit d'un bateau... »

Pour le reste, il ne savait vraiment comment répondre à Sveda. Il n'était pas à sa place, il ne serait jamais. Il aurait fait les choses différemment parce qu'ils n'étaient pas la même personne, pas parce qu'il ne partageaient pas ses convictions. Il pouvait sentir l'inquiétude et le poids des responsabilités peser sur l'âme de sa plus vieille amie, et il se demandait comment il pouvait l'alléger un peu, partager son fardeau.

« Je ne sais pas. Honnêtement, je ne sais pas. C'est un projet qui m'échappe un peu ; ce n'est pas mon domaine... Même si la nature des dons m'intéresse, ne serait-ce que parce que je suis toujours incapable de guérir ceux qui sont mis en danger par leur utilisation ou leur seule existence. Je pense que ce que tu fais est important. Le truc, c'est de se savoir pourquoi tu le fais, et si tu es vraiment sûre que c'est la bonne chose à faire. Peut-être qu'il faut le remettre en perspective. Explique moi pourquoi tu as lancé ce projet à la base, qu'est-ce que tu en attends ? Le passer en revue depuis le début, de rappeler de pourquoi tu as commencé à la base...si ça se trouve, ça pourra nous aider à y voir plus clair. »
Castiel
Sphère Savoir
avatar

Messages : 107
Etat Civil : célibataire
Pouvoirs : immortalité - ailes (vol) - empathie - guérison/évacuation - empreinte
Revenir en haut Aller en bas
Lun 20 Mar 2017 - 16:18


L'enfance était un concept très contemporain. Ce dont les gens ne se rendait pas réellement compte. Sveda, elle-même avait quitté l'enfance quand elle était très jeune. Ensuite ses enfants, à cause de ses engagements personnels, avaient eu à grandir vite. Sahar avait été la plus "protégée" des immortels, grâce à la stabilité de la vie d’Amina et Sveda. Mais pour les autres ? Joachim avait eu la peste. Kim l'exil. Élias la guerre. Abby... la guerre. Ava ? La fuite.

« Hmm, je me suis souvent posé cette question. Pour moi, je crois que j'ai quitté l'enfance le jour où j'ai quitté Constantinople. Quel âge avait-elle ? 15 ans ? 16 ans ? L'odeur du bois qui brûle lui venait encore quand elle repensait au jour de sa fuite. Ça dépend du moment auquel on est forcé de devenir un adulte. Tu ne crois pas ? La question de James tira un sourire plus timide à la nomade. Elle trouvait qu'il enjolivait la réalité. A bien des moments elle n'avait pas été si forte que cela. Ce qui m'aide à garder la tête sur les épaules se sont les enfants. Les enfants et toutes les personnes que j'aime. Toi. Dante.»

Si Tohum n'était pas avare de compliments envers son prochain, elle avait plus de mal à écouter des éloges qui la concerne. Elle faisait mal la part des choses. L'histoire de la balance entre les bonnes et les mauvaises actions ne la convainquait pas, quand il était question des siennes. Les centaines de vies qu'elle avait sauvé n'effacerait pas celles qu'elle avait prises. Volontairement ou non.

« Tu as une belle façon de résumer les choses Jimmy. Je te remercie. Le visage de la rose d’adoucie à la mention d'une famille. Elle était restée muette sur le sujet avec Cas'. Mais, Carso et elle discutaient souvent à propos de leurs amis et de ce qu'ils espéraient pour eux. Oui, je te souhaite de vivre cette expérience. Ça nous change du tout au tout.»

On calme l'envolée lyrique la nomade. Tout le monde sait que tu aimes faire des gosses. Mais, il fallait bien avouer que ce n'était pas idyllique non plus. Voir Abygaël repousser sans cesse Ava était un déchirement. Savoir Kim, loin, isolé, et malheureux en était un autre. Et cet enfant-ci allait-il être en bonne santé ? Allait-il hérité d'elle ou de l'archéologue ? Sveda essayait d'y penser le moins possible. Elle espérait que d'ici à ce que se pose cette question, ils auraient enfin une réponse scientifique.

« Haha ! Oui ! Une plutôt bien trouvée dans le contexte. Je l'ignore c'est peut-être un marin qui l'a utilisé le premier ? »

Sveda eu un sourire amusé en repensant aux marins qu'elle avait pu rencontrer au cours de ses nombreux voyages. Avant que la Terre n'implose et s'élève dans le ciel, elle avait parcouru les océans avec ces aventuriers. Cela faisait partie des choses qui lui manquait le plus depuis Armageddon. Que n'aurait-elle donné pour pouvoir observer un océan comme ceux des illusions de Wairua. Elle eu une tendre pensée pour son compagnon qui arpentait leur vieux monde en ce moment même.

« On peut essayer oui. Mmm. Au début ... Annota-t-elle en cherchant la date de mémoire. Je voulais surtout aider des patients dont les dons étaient trop compliqués à gérer. La guerre froide avait touché les arches scandinaves de plein fouet. A cette époque Judith Baker -rappelons-le- vivait à Moscou. Un programme de recherche classé secret défense avait ouvert. Une équipe de scientifiques internationale avait eu pour mission de trouver une façon de contrôler et de résorber le gène en cause dans la manifestation de "dons". Ça c'était le speech de départ. J'ai profité d'un projet gouvernemental. Depuis Armageddon j'avais commencé à faire des études plus précises. Mais, je manquais de moyens. C'est là que j'ai rencontré Pietro. Kassianov. Un scientifique. Il m'a parlé d'une formule. Il avait l'air doué. » Pietro Kassianov dit le Timekeaper, comme vous le savez déjà. Et qui par la suite était devenu son compagnon. 1967, pour mémoire. Après je n'ai jamais vraiment abandonné l'idée. La honte lui faisait baisser les épaules. Plus le temps avançait et plus je me rendais compte que certains de nos adversaires n'abandonneraient jamais eux non plus. Alors, j'ai progressivement modifié le projet. Je me suis dit que si je pouvais répliquer le don de Strega... On serait tous en sécurité. Prodige et non prodige. Tu comprends ? »

Mais, à chaque fois qu'elle arrive à ce point de son exposé, une petite voix vient lui murmurer le nom des « morts pour la cause ». La liste commençait à être longue mine de rien. Maintenant, celui de Natacha y était gravé. Quelques mois plutôt Dante en personne lui avait laissé le choix de continuer ou d'arrêter. Bien entendu, on sait ce qu'elle avait décidé.

« J'ai toujours refusé de plier face aux tyrans.»

C'est vrai. Ce n'est pas parce que son nom n'est pas dans les manuels d'histoire que Tohum n'avait pas agit. Ses résistances avaient été de celles du quotidien. De celles qu'on ne retient pas. Pourtant combien de tables de la paix, de traités, de contestations, de combats, de jambes amputés sur les champs de batailles. Mais, cela -tout cela- excusait-il sa démarche ?

« Mais je crois, que j'ai de plus en plus de mal à supporter de les voir ruiner tous nos efforts. J'ai envie qu'ils disparaissent James. »

La preuve, elle avait décapité le Samouraï. Avoir atteint ce point de non-retour, voilà ce qui lui faisait réellement peur.
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 814
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 23 Mar 2017 - 10:17
« Tu sais, je crois que je n'ai jamais vraiment eu l'occasion d'être un enfant. » En disant cela, James pouvait presque sentir la présence de son père adoptif, même s'il n'était pas apparu aujourd'hui. Il pensait lui avoir pardonné, mais revenir sur ces souvenirs restait difficile. C'était un processus qui ne serait peut-être jamais totalement fini, mais il avait appris à vivre avec du mieux qu'il le pouvait. Chaque événement, même les plus durs, avaient fait de lui l'homme qu'il était aujourd'hui.

« Je ne sais pas non plus quand je suis devenu adulte. La première guerre, je pense. La sécession, où j'ai rencontré Dante, où j'ai compris que je pouvais avoir le choix de l'homme que je souhaitais être. Et si je me suis égaré depuis, maintenant que j'ai enfin repris le bon chemin, c'est aussi la force des autres qui m'aide à garder la mienne. Dante, toi et les autres, vous êtes la famille que je me suis choisie. »

Castiel se demandait pourquoi il se sentait soudain aussi intrigué par l'idée des enfants. Il n'y avait jamais vraiment réfléchi jusqu'ici, du moins sérieusement. Il s'était surtout contenté d'éviter d'en avoir, parce qu'il ne s'était jamais estimé capable d'assumer une telle responsabilité. A cause de son enfance, à cause de sa longue vie et de la peur de voir ses descendants mourir avant lui. Aujourd'hui, il n'était plus trop sûr de ce qu'il pensait vraiment de la question.

« Je veux bien te croire. Et qui sait ? Mais il faudrait d'abord que je rencontre la bonne personne. Et on ne peut pas dire que ma vie soit très active de ce côté-là. »

Un sourire, peut-être un peu triste. Il avait de quoi s'occuper, oh que oui, et sa vie restait bien remplie. Mais de voir le bonheur auquel pouvait prétendre Dante et Sveda, ensemble, fondant une nouvelle famille, il ne pouvait s'empêcher...et bien, il n'était pas jaloux de ses amis, mais il se demandait s'il pourrait vivre pareille chose un jour. C'était une expérience qu'il n'avait jamais encore eu l'occasion de connaître.

« Je n'ai jamais eu le pied très marin, je crois que j'ai toujours préféré la mer plutôt que d'y flotter. Même s'il m'arrive de me cogner dans une mouette. »

Puis il posa les mains sur ses genoux, se penchant en avant pour mieux écouter son amie. Ce qu'elle avait à dire était important ; remette les choses dans leur contexte était toujours quelque chose de salutaire, et cela lui donnait l'occasion d'en apprendre plus lui-même. Le projet lui avait toujours paru nébuleux, surtout parce qu'il n'avait jamais pris le temps de s'y intéresser en profondeur. Maintenant, il en avait une meilleure idée, et il comprenait d'autant mieux les motivations de son amie.

« Je crois que je comprends. Comprendre comment tout cela marche... Cela permettrait d'aider ceux qui sont tourmentés par les effets de leurs dons. C'est une bonne intention. Mais cela a aussi de quoi attirer l'attention de ceux qui veulent dominer, ou qui veulent détruire. Ils ne pourront jamais laisser un tel pouvoir leur échapper sans tenter de te l'arracher avant. Mais ce qu'ils en font ne rend pas ta cause de départ moins noble. » Encore la mention de Strega. « Cette femme, Strega... Elle est spécialement dangereuse, n'est-ce pas ? Je ne crois pas avoir eu l'occasion de la croiser, de m'en rendre compte par moi-même... » Il se demandait à quoi pouvait ressembler la lueur d'âme d'une telle personne...tout en n'était pas sûr de vouloir le savoir.

« Et c'est une de tes forces. »
Il prit une main de Sveda dans les siennes, essayant de lui transmettre toute la force dont il était capable. « Il faut que nous soyons là pou affronter les tyrans. Tu ne seras jamais seule à devoir porter ce fardeau, pas temps que je serai là. Tu sais à quel point je n'aime pas le conflit, la violence... Mais s'il faut se dresser face à eux, je le ferai. Toujours. Je sais que tu t'en veux pour Jao. Et c'est normal. C'est si cela ne te faisait rien que ce serait dangereux. Parfois...parfois, il y a des actions terribles qui sont nécessaires. L'important, c'est de ne pas perdre de vue la raison qui nous y pousse. Cela ne fait pas de toi un monstre, et tu es loin d'avoir franchi la limite. Tu peux compter sur moi pour garder un œil extérieur là-dessus, si ça peut te rassurer. Nous veillons les uns sur les autres. Et malgré la fatigue, malgré la lutte... on ne peut pas abandonner. Au nom de tous ceux qui n'ont pas le moyen de combattre. Pour lui, et son futur. » Il désigna le ventre de Sveda, puis se recula contre le dossier de son siège. « En parlant de tyran...on dirait que l'Arche y a réchappé, et qu'elle est entre de bonnes mains. Je n'ai pas eu l'occasion de voter, je n'ai pas encore la nationalité, mais le nouveau président semble être un homme intègre. Peut-être que cela permettra de faire avancer les choses. Je l'espère, en tout cas.»
Castiel
Sphère Savoir
avatar

Messages : 107
Etat Civil : célibataire
Pouvoirs : immortalité - ailes (vol) - empathie - guérison/évacuation - empreinte
Revenir en haut Aller en bas
Mar 18 Avr 2017 - 19:41


« La guerre, oui. Elle nous force a beaucoup de choses. Ça n'a pas du être facile. »

C'était des années plus tard que Cas et Tohum s'étaient connus. Sur un champ de bataille eux aussi. Ils s'étaient trouvés, aussi bienveillants envers le genre humain l'un que l'autre. Sveda avait ensuite continué de prendre des nouvelles de temps en temps. Elle avait été ravie quand James lui avait annoncé aller s'installer sur l'arche de la Potentiel Home. Ils n'avaient plus vraiment fait de médecine ensemble depuis. Mais leur lien avait de loin surpassé ce point commun pour le soin.

« Malgré tout, c'est peut-être une chance que Dante et toi vous soyez connus. J'imagine que ça a aidé.»

« Mmm, c'est vrai que tu ne m'as encore jamais parlé d'une rencontre. » Nota la blonde avec un léger étonnement dans la voix. Son regard clair s'intensifia comme si elle essayait de dénouer ce petit mystère. Un sourire doux et encourageant éclot sur bouche. Sveda demeurait certaine qu'il y avait sur cet archipel suffisamment d'êtres humains pour que chacun rencontre une personne. « Je suis certaine que ça va venir. Et puis, souvent c'est quand on s'y attend le moins que l'on croise le chemin d'une autre personne. Regarde, rien ne prévoyait que je crose Dante ici.»

Au fond c'était aussi leur tendresse pour l'humanité qui avait entraîné Tohum sur les voies de la science. Comme James, elle n'avait pas toujours eu les réactions les meilleures. C'était aussi ça être humain. Elle se rendait compte que cela lui faisait du bien de partager ses questions avec l'ange.

« C'est une méchante femme. Corrompue par le pouvoir. D'aussi loin que je me souvienne, cette femme a toujours favorisé le chaos. J'ignore pourquoi... »

Après tout, Strega n'avait pas attendu la mort de son enfant pour avoir un esprit aussi sombre. Elle s'était tournée vers la sorcellerie très tôt. Quant au chaos, elle le répandait depuis presque aussi longtemps que Sacvenger. Vous savez, ce garçon tellement déjanté, qu'on ne sait pas quoi en penser. Les gens comme eux avaient-ils des excuses ? Tohum avait tendance à leur en chercher. Comme elle en cherchait à Wairua et à tout ceux dont la moralité devenait floue. Mais, était-ce leur rendre service ?

« Oui... toi, Alex, Élias... je sais que vous interviendrez si je fais quelque-chose qui ne va pas. Tu as raison. »

Ça, l'équipe de la PH était tout à fait à même de remettre Sveda sur les railles. Leur différence d'âge n'entrait pas en ligne de compte dans ce domaine. Ils avaient tous à cœur d'agir dans le bon sens. Et toujours avec la perspective de servir les intérêts des prodiges et de l'humanité en général. Carso était également là, maintenant, pour aider Sveda à ne pas oublier les limites entre le bien et le mal.

« Parfois, j'oublie que tu peux avoir toute cette assurance.» Lui murmura-t-elle en se souvenant du soldat rencontré des décennies en arrière.

Le thème de la politique aida Sveda à temporiser ses doutes. Elle sourit à la remarque de son ami. En effet, elle suivait le déroulé de la campagne électorale avec attention. Comme pas mal d'immortels elle était capable de discerner les trafics de pouvoir sous-jacent. Elle savait très bien que Strega par exemple, avait mis en place un de ses pions. Cependant, sur le plan politique, il n'était pas aussi facile de parer aux complications. Tout ce qu'ils pouvaient faire, c'était veiller.

« J'ai entendu son discours. C'est un homme qui a l'air droit. Espérons qu'il ne soit pas juste un bon comédien. »

Kent n'avait pas encore d'opinion arrêtée concernant le favoris de la course. Ce candidat était dans le paysage politique depuis quelques années déjà. Il n'avait pas fait de scandale. Peut-être que Cass avait raison. De toute façon, on sait bien qu'ils ne tarderaient pas à la vérifier en direct.
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 814
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil
Revenir en haut Aller en bas
Sam 22 Avr 2017 - 19:44
« C'était la guerre. » Castiel haussa les épaules, geste qu'accompagnèrent ses ailes, qui s'inclinèrent un instant en clocher au-dessus de sa tête. « Je crois que je suis enfin en paix avec ces périodes de conflits. Les fois où j'ai agi pour une juste cause comme pour une mauvaise. Je ne peux pas revenir en arrière. Et si je dois à nouveau me battre un jour, si c'est pour une bonne raison, je le ferai. Je n'aimerai toujours pas, et j'aimerais autant l'éviter, mais...je le ferai. Pour l'avenir de ce petit, et pour tous les autres. »

Il effleura le ventre de Sveda avec un sourire, lui communiquant tout son amour de futur parrain. Il serait là pour accompagner ses deux amis et leur enfant tout au long de la vie de ce dernier. Et puis avec Charlie, ils formeraient un duo du tonnerre ! Le bébé pourrait toujours compter sur eux, puis l'enfant, puis l'homme. James s'en fit le serment.

« Je ne sais pas ce que je serais devenu sans Dante. Le rencontrer m'a permis de me libérer des entraves de mon passé, de réaliser que je pouvais choisir la direction que prendrait ma vie. Qu'elle n'avait pas à dépendre des caprices de mon père. J'aime à penser qu'on s'est vraiment rencontrés au bon moment. Et je suis heureux que vous vous soyez trouvés, tous les deux. » Puis, sur le sujet des relations : « Oh, je ne suis pas en train me morfondre non plus, mais il y a des jours où je me demande... Je crois que jusqu'ici, je n'ai jamais cru être capable d'assumer une vraie relation, encore moins une famille. Parce que je n'étais pas sûr de moi, parce que j'avais peur de vieillir, de les perdre, de continuer sans eux... Comment fais-tu, Sveda ? Pour n'avoir jamais perdu espoir en la famille, en cette idée de l'amour, des enfants, époque après époque ? C'est là une des nombreuses raisons pour lesquelles je t'admire tant. »

Il ne pouvait pas imaginer ce que signifiait une vie aussi longue, et aussi riche ; il ne savait pas non plus combien de membre de sa famille, combien de conjoints et d'enfants elle avait perdu au fil des siècles. Il n'avait jamais osé le lui demander. Et elle continuait, avec toujours le même amour et la même compassion, pour chacune des personnes qui entrait dans sa vie et qu'elle s'efforçait de protéger, de garder auprès d'elle. Elle avait véritablement la force d'un soleil, dont la chaleur irradiait de tous ses atomes, et qui repartait de plus belle à chaque fois qu'on le croyait sur le point de s'éteindre.

« Cette femme... Comment peut-on devenir mauvais à ce point ? » Il n'avait jamais rencontré Nikolas Cnossos, et il n'en avait pas la moindre envie, compte tenu de ce que lui disait son amie. Si Sveda estimait un être humain au-delà de la rédemption, c'était qu'il était sans doute perdu pour de bon. Même si le guérisseur ne voyait pas comment c'était possible... « Bien sûr que nous serons là! Comme tu es là pour nous. Nous sommes une grande famille, étendue mais dont les liens ne se briseront jamais. Elias, Abby... Tes enfants sont devenus des gens biens, eux aussi. Kim également ; je suis sûr que vous finirez par vous retrouver d'une manière ou d'une autre, même si ce ne sera pas facile, et sans doute jamais idéal... Ava est revenue. Et ce n'est pas tant de l'assurance, plutôt...une sorte de certitude que tout finira par s'arranger, pour peu que l'on fasse ce qui est juste. Pour tout le monde. Certains me trouvent plutôt naïf... »

Naïf, il l'était peut-être aussi à propos du nouveau président, mais là aussi il avait envie d'y croire. Il ne s'y entendait guère en politique, qu'il avait toujours évitée. C'était un domaine bien trop complexe pour son esprit qui n'entendait guère aux métaphores, aux figures de style et à la langue de bois. Mais il avait écouté quelques discours, il s'était intéressé au programme du mieux qu'il avait pu, et il avait aimé ce qu'il avait vu et entendu. Un bon dirigeant, un dirigeant juste, voilà qui n'était tout de même pas si utopique !

« Je ne suis pas très calé en politique, mais il me fait l'effet d'un homme sincère. Je me demande ce que je ressentirais, si je le croisais un jour ; j'espérerais y trouver la confirmation de ma naïveté. Voilà qui serait agréable. Qu'il y ait encore des puissants pour agir au nom de tous ceux qui ne peuvent pas. »
Castiel
Sphère Savoir
avatar

Messages : 107
Etat Civil : célibataire
Pouvoirs : immortalité - ailes (vol) - empathie - guérison/évacuation - empreinte
Revenir en haut Aller en bas
Lun 15 Mai 2017 - 12:16

Mystère. Mystère. Vous avez dit mystère. Vouloir comprendre les complexités psychiques d'un personnage c'est un peu comme vouloir faire un tour de magie sans être magicien. Disons, que parfois la création dépasse son auteur. Il y a bien des fois où « Tohum » ne suis pas du tout, mais alors du tout, la trame que je dessine pour elle. Cet attachement sans faille à sa famille, écoutez, j'ai tout essayé, vous avez bien vus ! Mais rien à faire, cette rose, sans les siens, eh bien elle ne serait plus vraiment « cette rose ».

«  Je ne sais pas James. »

C’était la même chose de demander à un homme comment il faisait pour marcher. Sveda ne s’était jamais posé la question du « comment » en ces termes. Il lui semblait qu’elle avait pris un chemin, une voie, et que l’amour était son guide. C’est vrai qu’après la mort de Tarek, elle aurait pu, du peut-être, renoncer. Mais la force de la vie, l’avait maintenait dans ce monde. De plus, pouvait-elle s'effondrer en se sachant aimée ? En sachant qu'un être en gestation allait avoir besoin d'une mère. L'arrivée de Samuel n'était peut-être pas le fait du hasard.

« J’imagine que personne ne cherche à devenir « mauvais ». Peut-être que tout simplement, elle n’a pas eu la chance d’être entourée par les bonnes personne. »

Là Tohum craignait qu’il y ait eu un malentendu. Parce que ce n’était pas du tout dans son idée de critiquer Castiel, pas dans ce sens. Et ça aurait été même hypocrite, étant donné le caractère de la rose des sables. L'âge avait probablement émoussé cette capacité à l'émerveillement chez la belle du désert, quoi que. Son cœur restait sincère. C'était pour quoi, elle en agaçait certains de la clique des vieux aigris.

« Est-ce que c’est de la naïveté ? Est-ce que ce n’est pas plutôt une force ?

Notre nomade adressa un petit sourire appréciateur à son fidèle ami. Il avait finalement réussi à chasser le poids de cette tristesse, qui pesait sur les épaules de Tohum. L'empathie était une grande part de la cause. Sveda se disait souvent qu'avec une si bonne intuition sur les émotions humaines, certains prodiges feraient de très bons guides. Il n'était pas facile d'utiliser ces capacités au sein de la société.

« Moi aussi Jimmy, moi aussi. La main douce de la lionne caressa celle de l'ange.

La belle chercha une position un peu plus confortable pour soulager ses reins. Le petit rappela sa présence par un autre coup de poing dans le ventre de Sveda. Assez de penser à la cousine qu'il ne rencontrerait jamais ! Dire qu'il restait presque trois mois avant la délivrance. Cela lui paraissait être une éternité. Alors qu'en réalité, Dante et elle avaient très peu de temps pour préparer l'arrivée de ce bonheur « imprévu ». D'abord, ils devaient se mettre en quête d'un autre endroit où vivre. Un endroit plus adapté pour une vie à trois, pour une histoire de famille. Tohum avait-elle la tête à faire de la prospection immobilière en ce moment ?

« James... Est-ce que tu m'aiderais à faire des visites de maisons ? En attendant le retour de Dante, cela pourrait nous aider. »

La sonnette de la chambre vrilla leurs oreilles. Quelqu'un ? Qui était prés à briser la retraite de Sveda ?
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 814
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Lun 22 Mai 2017 - 11:49
Sveda n'avait pas toutes les réponses, James en était conscient. A bien y réfléchir, peut-être ne pouvait-elle pas plus expliquer le besoin qu'elle avait de fonder une famille qu'il ne pouvait expliquer la façon dont il avait besoin d'aider des gens. Il y avait des comportements qui ne demandaient aucune explication, qui étaient inscrits dans la nature d'un être à un point tel qu'on ne pouvait les retirer sans changer l'être irrémédiablement, voire le détruire. Il n'y avait pas que l'oxygène qui permettait de respirer. Il y avait aussi les actes, la manière dont on vivait sa vie, avec parfois aussi peu de choix en la matière que le requin qui ne pouvait s'arrêter de nager.

« C'est aussi bien comme ça. Il y a des choses que l'on se doit de découvrir par soi-même. D'autres qui font simplement partie de nous, sans que l'on doive le comprendre. »

Si la capacité de faire le bien pouvait être inscrite dans le code d'un individu, pouvait-il en être le même du mal ? Ces deux valeurs étaient-elles inévitables, prêtes à se déclarer chez quiconque en avait la moindre prédisposition ? Ou, plutôt, n'étaient-elles pas toutes deux présentes chez tout le monde, se développant à travers l'environnement, et les relations que l'on tissait ? Pourtant, tout le monde ne réagissait pas de la même façon : certains traversaient les pires épreuves sans sombrer dans le mal, tandis que d'autres le faisaient sans besoin, ni même sans s'en rendre compte. Qu'en était-il de Nikolas Cnossos ? Avait-elle été distordue par le temps et son vécu, ou avait-elle dès le départ décidé qu'elle serait un prédateur ?

« Si c'est le cas, je la plains... Mais cela n'est pas une excuse. Nous avons toujours le choix, je le sais maintenant. Quelles que soient les raisons qui nous poussent à agir de manière aussi terrible, il y a un moment où cela devient une habitude...et un danger. Ce que l'on peut espérer de mieux, c'est qu'il existe un moyen de lui faire entendre raison. Mais te connaissant, j'imagine que tu as dû essayer plus d'une fois, et si tu n'as pas pu atteindre cette femme... Qui le pourra ? On ne peut pas la laisser agir impunément. Si tu as besoin de moi pour t'y opposer, je serai là. Quoi qu'il arrive. »

La naïveté, une force ? Le guérisseur ne s'était jamais vraiment posé la question. Elle faisait partie de lui, après tout. Il avait essayé de la dépasser pendant plusieurs années, s'acharnant à tordre son âme pour la rendre cynique, désabusée, mais le métal le plus dur finissait toujours par reprendre sa forme originale lorsqu'elle était pure. En voulant se changer pour mieux supporter la longue vie qui l'attendait, James Smith avait failli briser son esprit pour de bon. Son retour à sa vraie nature n'avait pas été doux, et il en gardait des marques -la confusion qui agitait souvent son esprit, son incapacité à comprendre correctement certaines choses, sa distraction, sa maladresse- mais cela lui avait aussi permis de devenir James Novak. De devenir Castiel. Et il ne changerait ça pour rien au monde. Alors peut-être bien que cette naïveté renouvelée était pour lui une armure face à l'obscurité du monde.

« Tu sais toujours voir les choses du bon côté. » Il lui sourit au contact de sa main. « Et bien sûr que je t'aiderai ! J'ai réussi à me trouver un nouvel appartement, et même un colocataire ! Alors je devrais m'en sortir... Tu sais quand Dante devrait revenir ? »

Ils furent interrompus par la sonnette ; surpris, Castiel agita ses ailes, avant de se lever pour aller répondre : « Ne bouge pas, je m'en occupe. »

Qui allaient-ils dont découvrir ?
Castiel
Sphère Savoir
avatar

Messages : 107
Etat Civil : célibataire
Pouvoirs : immortalité - ailes (vol) - empathie - guérison/évacuation - empreinte
Revenir en haut Aller en bas
Sam 3 Juin 2017 - 19:24

Enfin de compte la musique s'était arrêtée. Leur tasse était presque froide. L'hiver au dehors paraissait pourtant beaucoup moins oppressant. Sveda pouvait sentir la douce aura de son ami autour d'eux. C'était sans avoir à abîmer son beau plumage qu'il guérissait la blessure. Grâce à cela, Tohum avait conscience de ne pas être toute seule. En étant sur cet arche, avec toutes ces personnes aimées, elle n'aurait pas à affronter la sorcière et les autres seule.

« Un colocataire ? »

Cas était si attentif et à l'écoute qu'il ne devrait pas avoir trop de soucis pour cohabiter. Tohum était pourtant curieuse de connaître la personne sur qui il avait mis son dévolue. A priori, pas encore une jeune femme étant donné le discours qu'il lui avait tenu.

Voilà qui était une bonne question. Une très bonne question. Communiquer entre le ciel et la Terre était très difficile. Le champ gravitationnel qui maintenait les îles en hauteur interférait avec énormément d'ondes. Il fallait donc un matériel très spécifique pour échanger des messages. Il va de soi que Cnossos avait fourni beaucoup de moyens à son envoyé. Mais, les deux nomades jugeaient plus sage de ne pas utiliser ses outils pour entrer en contact. Strega ne devait pas apprendre que Caleb était le compagnon de Tohum. Cela l'aurait mit en danger.

« Je ne connais pas encore la date exacte. C'est dépendant de comment avance son expédition. J'espère bientôt... »

L'absence de l'archéologue pesait évidement sur le moral de la rose. Même si elle faisait de son mieux pour ne pas se montrer faible devant sa famille. Mais, il était vrai aussi qu’après ce qui s'était passé, la présence du loup lui manquait encore plus. Au fur et à mesure des mois passés ensemble, Sveda avait trouvé un vrai équilibre. C'était comme si une mécanique qui s'était cassée s'était remise à fonctionner d'elle-même. Logique alors, qu'elle se sente un peu perdue. Heureusement que ses acolytes n'avaient pas déserté.




Élias Tanit – Viking

Un grand gaillard fraîchement rasé, les épaules larges sous une chose en flanelle se trouvait sur le pas de la porte. Il avait rasé sa barbe pour l'enterrement de Natacha et depuis il avait décidé de ne plus la laisser pousser. Un passade, mais qu'allons-nous critiquer les lubies d'un oncle en deuil ? Chacun sa méthode ! Élias eu grand sourire étonné en découvrant James Novak. La voix de ténor du prodige claqua, en même temps qu'une main fraternelle sur l'épaule de Castiel.

-Hellow James ! Je vois que maman n'est pas en mauvaise compagnie ! Elle est là ?

Sveda se redressait un peu sur son siège en reconnaissant la voix de son grand fils. Elle chercha à se redonner un peu d'allure en touchant à ses cheveux. Un coup d’œil sur le désordre de la pièce lui donna alors (enfin) mauvaise conscience. Un sourire naturel de lionne se dessina sur son visage fatigué. Elle tendit une main pour caresser le visage du géant qui se penchait pour l'embrasser.

-Lut ! Je venais voir si tu avais besoin de quelque-chose. James, si t'es dispo demain soir, je fais un petit concert au Reggie.

Si les parents de Delight se faisait appeler la famille la meute de Tohum portait le nom un peu pimpant de la Lignée de la Rose. Un nom fort à propos quand on savait pourquoi Sveda était souvent surnommée dans l'Histoire comme La Rose des Sable. Il y avait de part l'archipel nombre de famille d'Immortels. Mais peu était aussi interconnectée que ces deux-là. Chacune à leur façon. Le lien spirituel était presque palpable quand deux membres se trouvaient dans la même pièce.

« Tout va bien. J'ai un ange gardien. En fait plusieurs. J'ai de la chance. » Le cœur plus léger, Sveda sentait les effets positif notement le relâchement des tensions musculaires. « Mmm. Un coup de fatigue tout à coup... Ça ne vous ennuie pas si je vais aller m'allonger un peu. »

Non l'hiver ne gélerait pas cette rose meurtrie. Bien au contraire... Bien au contraire.
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 814
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: New Town :: Autres lieux-