[Clos] Valley of the dolls || Nikiya

 :: Édimbourg :: Eastside :: Villa Mongomery Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 16 Nov 2016 - 15:02



« Never regret anything you have done with a sincere affection; nothing is lost that is born of the heart. »
Basil Rathbone

Le retour sur Edimbourg après le mariage avait été pour le moins… compliqué. J’aurais pourtant dû me méfier, savoir que les mariages étaient toujours, toujours, des événements maudits où rien ne se passait comme prévu. Et je détestais ne pas avoir le contrôle sur ce qui se passait, sur ma vie, sur mes émotions. Il n’y avait pas eu de morts, du moins pas d’importants à mes yeux, mais… bon sang, ce mariage avait bien dérapé, et pas qu’un peu. Entre la découverte du paternel, l’intervention d’un ex envahissant ainsi que sa mort et ses conséquences heureusement pas trop fâcheuses, les révélations de Nikky sur sa santé, l’incident avec Amelia et le combat contre les hommes de Jao… Difficile de s’y retrouver. Et surtout, de s’en remettre.

J’avais donc pris quelques jours de congé, à rester chez moi pour lire, jouer du violoncelle, ou à m’installer dans la villa de ma mère, profitant du calme et du grand jardins pour faire de longues promenades. C’était d’ailleurs là que j’étais restée le plus, profitant de la chambre qui m’était toujours réservée pour essayer de faire le point sur tout ce qui s’était passé. Et pour savoir ce que je devais faire à l’avenir. Pour Rose, encore, l’idée faisait son chemin et nous semblions tous nous faire à l’idée que nous étions… eh bien, une famille. Sersen n’avait pas été un problème, au final, et je n’avais aucun remord quant à la fin qu’avait trouvé Jao. Tout au plus, les paroles du sbire ayant menacé Lotte me restaient en tête, et je me demandais à présent de qui il pouvait s’agir. Mes pistes me menaient vers l’Ordre, et je ne serais alors pas étonnée de recevoir de leurs nouvelles d’ici peu. Mais, là encore, c’était quelque chose que je pouvais encore appréhender sereinement.

Cependant, ce que m’avait avoué Lotte m’avait plus troublée que je l’aurais cru. La savoir malade, et si résignée à propos de tant de choses… Je ne parvenais pas à m’y faire. Et même, ce mariage, je le comprenais de moins en moins. Que cachait-il ? Sans parler du fait que mon ex travaillait également à Arkadia, et l’avoir appris de la bouche de mon père n’avait pas spécialement aidé. Nous étions devenues des étrangères, mais je pensais sincèrement être la seule à avoir autant changé. Dans le fond, j’avais sans doute eu l’espoir que Lotte était heureuse de son côté, que sa vie avait continué et de façon plus positive que la mienne. Et réaliser que ce n’était sans doute pas le cas, je ne le supportais que difficilement. Puisqu’à bien y réfléchir, je n’avais rien fait pour lui venir en aide, si elle en avait eu le besoin.

Aussi, je n’avais pas hésité à accepter sa proposition de nous rapprocher, de retrouver cette complicité que nous avions eue un temps. Maintenant que le mariage était derrière, et que j’avais eu le temps –elle aussi, sans doute- de prendre un peu de recul, nous pouvions appliquer ce que nous avions décidé d’un commun accord. Je l’avais donc invitée à la villa, lieu privilégié de par son calme et son isolement, où j’avais déjà reçu Amelia quelques mois auparavant. Je l’attendais donc dans ma chambre, qui me servait aussi de bureau et où s’entassaient tout un tas de papier et de bouquins. Suivant les conseils de Charadh, j’avais commencé à regarder pour suivre des cours du soir, ainsi que des cours en ligne, en psychologie et neurosciences. Même si, ces derniers jours, je n’avais pas vraiment eu l’envie de m’y mettre. Ni de toucher au piano qui trônait dans un coin de la pièce.

Finalement, Lotte arriva, escortée par un membre du personnel de la maison qui l’avait accueillie. Retrouvant immédiatement un léger sourire en voyant la danseuse, je me précipitais vers elle pour la prendre dans mes bras et la saluer.

"Bienvenue Lotte." Je m’écartai légèrement pour la fixer, préoccupée par l’état de mon invitée après son mariage et ses révélations. Je l’invitai à s’asseoir sur le canapé de la pièce avant de prendre place à ses côtés. "Tu veux quelque chose à boire ?"

Je retrouvai un faible sourire, commandant dans tous les cas une théière de thé au jasmin pour moi. Un peu plus sérieuse, je l’observais ensuite durant quelques instants, et demandai :

"Comment vas-tu ? J’espère qu’Anna et toi avez pu vous remettre…" J’hésitais quelques instants, puis ajoutai : "Et je crois qu’on doit se parler sérieusement, toi et moi. Tu n’es pas d’accord ?"

Et je ne parlais pas que de sa santé. Ni d’elle. J’avais après tout moi aussi des choses à avouer, et pas des moindres. Mais cela me semblait inévitable, si je voulais tenir la promesse que je lui avais faite. Et celle que je m’étais promise de respecter : la protéger et l’aider, maintenant avant qu’il soit définitivement trop tard.
Persona
Sphère Artistique
avatar
Messages : 125
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : /
Revenir en haut Aller en bas
Mar 3 Jan 2017 - 18:53
Valley of the dolls

Lieu :

Villa Mongomery

Date de l'événement :

Septembre 2016

Participants :

Persona

Précédemment:

Qu'il parle maintenant ou se taise à jamais.

A suivre:

Arkadia's Angels




***



La vie pouvait être parfois bien étrange. Lotte n'aurait pas dit "injuste", après tout, elle avait été dans les bonnes grâces du destin pendant plus d'un quart de siècle. Elle avait tout eu pour elle ; beauté, amour, réussite et même la gloire. En moins de vingt cinq ans, elle avait eu plus que certains en une vie entière. Pourtant, elle était sur le point de tout perdre, elle le savait, elle le sentait.

La voiture roulait tranquillement vers les abords de la ville pour rejoindre le domaine où Dahlia l'avait invité. Cette maison pour jeunes femmes en détresse créée par la mère de son amie. Elle observait avec un certaine tristesse le paysage d'automne avec cette étrange impression qu'elle aussi, arrivait à l'automne de sa vie. Les arbres parés d'orange et d'or entendait leur longue branches effilées vers un ciel d'azur mais le temps magnifique n'était pas suffisant pour lui faire oublier que son monde s'effritait entre ses doigts sans qu'elle ne puisse rien faire pour l'en empêcher.

Elle avait eu un dernière lueur d'espoir lorsqu'elle avait rencontré Kim. Les sentiments qu'elle n'avait pas éprouvé depuis si longtemps, lui avait offert un répit, seulement, elle avait dû se marier avec Anna et avait tout ruiner.
En outre, elle était au sommet de son art et de sa forme, mais sentait son corps prêt à lâcher à tout moment, elle voulait repousser les limites mais savait qu'elle ne le ferait qu'à ses risques et périls.
Pour finir, elle s'était sentie déracinée loin des siens à Paris, mais avait, depuis, fait de formidables connaissances à Edimbourg et ne pouvait que regretter de les avoir rencontré trop tardivement. Ses pensées allaient à Amelia, Miranda, Kevin, Xin et les autres...
Et Dahlia... Que penser d'elle ? Que penser de cette tentative de renouer avec cette ancienne amante. Alors que tout ce qu'elle avait imaginé d'elle avait basculé en l'espace de quelques minutes...

Il semblait à Nikiya qu'il lui restait tant à faire avant de partir. Elle devait parler à Xin, tenter de lui expliquer. Elle devait également parler à Rose, sa décision de joindre Arkadia avait été une erreur car elle se sentait de moins en moins capable d'être un élément efficace...
Et Anna, elle allait abandonner Anna aux mains impitoyables de son frère et de son ambition sans limite...

La ballerine ferma les yeux pour quelques secondes. Bercée par le mouvement régulier du véhicule, une douce lumière orangée filtrait à travers ses paupières tandis que les rayons du soleil sur la vitre réchauffaient sa peau. Elle aurait voulu que cet instant se prolonge encore, indéfiniment, car elle n'avait la moindre idée de ce que lui réservait l'avenir et ici, au moins, se sentait en sécurité.

A cette pensée, le véhicule s'immobilisa devant une imposante bâtisse bourgeoise, parfaitement entretenue. Aussi, Lotte s'extirpa de la voiture alors que son chauffeur lui ouvrait la porte. Ses membres étaient plus douloureux qu'à leur habitude. Elle avait répété de façon intensive ces dernier jours et son corps gérait mal la récupération depuis sa dernière crise.

Elle observa les lieux un instant, curieuse, mais aussi, dans une certaine mesure, impressionnée de découvrir ce lieu dont elle n'avait qu'entendu parler. Nikiya fut accueillie à peine elle eut franchi les quelques marches du perron tout en étant chaleureusement invitée à entrer. Elle avait suivit son guide dans un silence presque religieux comme pour ne pas troubler le calme et la sérénité de ce qui s'apparentait à un havre de paix.

Elle fut, sans tarder, introduite auprès de son amie qui l'accueillit avec chaleur. Leur embrassade lui réchauffa le cœur et un petit sourire se posa sur ses lèvres.

-Merci pour l'invitation, répondit la danseuse un peu laconiquement mais non sans sincérité. Elle se sentait apaisée, soulagée même, en dépit de toute ses appréhensions au sujet de cette rencontre.
Aussi, elle prit soin d'éviter le regard de la belle Dahlia et s'assit, comme invitée à le faire, sur un sofa encore plus confortable qu'il n'y paraissait. La française prit un temps pour observer la pièce qui correspondait parfaitement, et sans trop de surprise, à son occupante. Les rangées impressionnantes de livres donnaient envie d'ouvrir au hasard un ouvrage et de s'installer dans ce cocon confortable pour le feuilleter et le piano, bien que fermé, était une invitation à l'ouvrir.

-Du thé, c'est parfait, répondit Lotte d'une voix légèrement distraite.

Elle se recentra sur son interlocutrice lorsque celle-ci s'adressa de nouveau à elle d'une voix beaucoup plus sérieuse.

Fixant ses yeux d'ambre dans ceux de son amie, elle hocha doucement du chef. Oui, elles avaient des choses à ce dire. Le mariage s'était montré véritablement éprouvant et Lotte avait fait le choix de ne pas revenir sur les événements, seulement, elle avait vécu, et vu, certaines choses. Oh, bien évidemment, elle n'aurait pas abordée d'elle-même - et encore moins de but en blanc - le sujet avec Persona mais elle espérait bel et bien que celle-ci lui donnerait quelques explications.

-Oui, je le crois aussi, répondit-elle alors à mi-voix. Je te laisserai commencer, si tu n'y vois pas d'inconvénients.Avait-elle reprit d'un ton qui laissait - plus qu'elle ne l'aurait voulu d'ailleurs - transparaître une étrange amertume dans le ton. Nikiya regardait son ex dans les yeux, mais elle ne pouvait s'empêcher d'y voir une lueur un peu différente. Comment avait-elle pu ne pas le voir plus tôt ? Avait-elle simplement nié l'évidence ? Ou est-ce simplement Persona qui n'avait pas changé, seulement elle qui prenait maintenant conscience de sa véritable nature ?
Nikiya
Sphère Artistique
avatar

Messages : 420
Etat Civil : Mariée
Pouvoirs : Conscience et contrôle du fonctionnement physiologique de son corps


Always comes a time when you need to take tough decisions.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 11 Jan 2017 - 13:18
Lorsque Lotte arriva, je sentis une pointe d’appréhension me tordre l’estomac. A cause de tout ce que nous nous étions dit lors du mariage, et encore plus tout ce que nous ne nous étions pas dit. Avait-elle gardé de souvenirs de ce qui s’était passé dans les jardins de la propriété, lors de l’assaut contre Wang ? Et du rôle que j’avais joué, avec mon frère ? Je pouvais me douter que de telles révélations puissent la surprendre, n’ayant jamais expliqué les événements qui s’étaient produits depuis notre séparation. Pour sa sécurité, mais aussi, parce que je craignais qu’elle ne me rejette. J’étais après tout devenu une sorte de monstre, et avais dépassé des limites sur lesquelles je ne pourrai plus jamais revenir.

Son regard et son attitude me donnèrent immédiatement la réponse, et paradoxalement, je m’en sentis quelque peu soulagée. Au moins, j’allais être obligée de lui fournir des explications, enfin. Je la saluais d’un léger hochement de tête, avant de l’inviter à s’asseoir et de commencer à lui préparer un thé, la laissant observer les lieux. Au moins, l’endroit était apaisant et neutre, ce qui aidait en partie à rendre cette rencontre un peu moins difficile.

Revenant avec deux tasses de thé dans un joli service ramené de mon séjour du Japon, je fixai la danseuse dans les yeux. Elle évita le sujet du mariage pour se concentrer sur l’essentiel, et cela me convint. Je baissais le regard quelques instants sur ma tasse, cherchant par où commencer. Puis, finalement, je poussai un soupir, et sortis mon portefeuille pour en extraire une photographie que je tendis à Lotte. Elle représentait deux femmes devant la tour de Big Ben, et l’une des deux était une version plus jeune de moi, plus souriante. Quant à l’autre, elle semblait plus chétive, plus effacée, même si son sourire reflétait un bonheur éphémère sincère.

"Elle s’appelait Sacha. Nous sommes sorties ensemble lorsque j’étais à Londres, après notre séparation." Je marquai un temps d’arrêt, sans cesser de fixer Lotte. C’était peut-être délicat de commencer par-là, mais c’était certainement le point de départ de beaucoup de choses. "Elle s’est suicidée quelques temps après cette photo. A cause d’un homme qui la harcelait au travail."

Je baissais à nouveau les yeux sur ma tasse, alors que des souvenirs de cette journée me revenaient en mémoire. Je me rappelais être rentrée plus tard que prévu ce jour-là, et avoir acheté les chocolats préférés de Sacha pour me faire pardonner. La boîte m’avait échappée des mains lorsque j’étais entrée dans le salon, et les chocolats s’étaient répandus par terre alors que je m’étais précipitée vers le corps qui pendait sans vie, accroché depuis une poutre du plafond. Je relevai la tête pour fixer mon interlocutrice avec un regard encore plus intense et déterminé.

"Je ne cherche pas d’excuses pour ce que j’ai fait depuis. Pour ce que je suis devenue. Mais à partir de cet instant, je n’ai plus pu fermer les yeux sur ce qui se passait autour de moi. Dans mon milieu, comme dans tous les autres, j’avais vu et je vois toujours tellement d’injustices, tellement de femmes dans la situation de Sacha. Il fallait que je fasse quelque chose, et c’est ce que j’ai fait."

Levant la tasse jusqu’à mes lèvres, je pris une gorgée de thé pour faire une pause dans mon récit. Je me sentais un peu plus légère, même si j’appréhendais toujours la réaction de Lotte. Mais pour l’instant, je n’avais pas encore terminé mon récit, aussi, je repris :

"Je travaille pour le gouvernement, en tant qu’agent consultant. Mais j’ai également un contrat avec Arkadia, et travaille majoritairement en free-lance. J’utilise mon statut de personnalité pour approcher des hommes que la justice n’a jamais inquiétés. Pour obtenir des preuves contre eux, ou pour les neutraliser. Définitivement, parfois." Je pinçais légèrement mes lèvres, hésitante, avant d’ajouter : "Au mariage, ce que j’ai fait, c’était pour Arkadia. Ce n’était pas prévu, mais je devais une faveur à Rose qui venait de me sortir d’une situation dangereuse. C’est un peu compliqué, mais j’ai dû intervenir, à sa demande."

J’observais la ballerine avec attention, sans détourner le regard et sans me départir de mon expression neutre. Je n’avais pas honte de ce que je faisais, même si je savais que c’était répréhensible. C’était mon choix de vivre une telle vie, et je savais que les bénéfices tirés surpassaient largement les inconvénients. Un léger sourire navré finit par apparaître sur mes lèvres.

"Je suis désolée de ne te l’apprendre que maintenant. Et j’imagine que ça doit être dur à assimiler, mais je voulais être aussi sincère avec toi que tu l’as été. Je ne suis plus la personne que tu as connue, mais cela ne veut pas dire que je ne tiens plus à toi, ni que ce que je t’ai dit au mariage était faux : je veux être là pour toi, pour t’aider et te soutenir. Ça, ça n’a pas changé et ça ne changera jamais."
Persona
Sphère Artistique
avatar
Messages : 125
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : /
Revenir en haut Aller en bas
Ven 27 Jan 2017 - 19:06
Si Lotte ne s'était pas déjà trouvée assise, probablement aurait-elle ressenti le besoin de l'être. Elle avait très légèrement pâli et sur sa langue s'était déposé un goût âpre. Le confort du sofa dans lequel elle se trouvait contrastait étrangement avec le sentiment de malaise qui les révélations de son amie avaient immiscé en elle.
Elle ne pouvait quitter Dahlia des yeux. Pas plus qu'elle ne pouvait soutenir son regard si grave et assuré. Le cœur de la ballerine se contractait à mesure des révélations sans qu'elle ne sache ce qui était le pire, ses paroles ou le fait qu'elle avait, en quelque sorte, cherché à nier l'évidence le plus longtemps possible. L'étoile ne savait plus quoi penser. 

Dahlia avait pris soin de dérouler l'histoire de façon chronologique, aussi, assez logiquement, elle avait débuté son récit peu de temps après leur séparation à Paris. Une éternité, semblait-il lorsqu'elle repensant à tout ce qu'elles avaient vécu depuis, et pourtant, Lotte en conservait un souvenir inaltéré. Bien qu'elle s'était toujours convaincue que leur rupture ne l'avait pas même ébranlé, son cœur éprouvait toujours ce pincement un peu douloureux à l'évocation de ces souvenirs. 

Persona avait tout d'abord sorti une photo de son portefeuille qu'elle lui avait tendu et la danseuse y avait immédiatement reconnu la très belle et très jeune Dahlia. Exactement comme dans les souvenirs qu'elle avait conservés. Le pincement au cœur se fit plus violent. Son sentiment s'était transformé en une jalousie injustifiée et peu avouable lorsqu'elle découvrit le visage de celle qui avait eu le cœur de son amante. Ce sentiment ne dura cependant pas, balayé dans un premier temps par la culpabilité puis par une tristesse partagée avec la chanteuse et un sentiment d'injustice quant au destin tragique de cette jeune femme. Elle avait beau ne pas la connaître, elle ne la considérait comme une parfaite inconnue non plus. Une âme trop jeune pour être arrachée à la vie. Et Dahlia qui avait dû traverser la douleur de la perte d'un être cher. L'étoile s'en sentait profondément attristé et un peu impuissante, maintenant, plusieurs années plus tard.

En rendant le cliché à son amante, Lotte avait posé une main réconfortante sur celle de Pearson.

-Je suis désolée, avait-elle finalement murmuré dans un souffle avant que l'actrice ne reprenne son récit.

La suite fut plus pénibles encore. Les aveux. 
Dahlia lui appris son appartenance au gouvernement mais aussi parfois, ses missions pour Arkadia.  Elle reconnaissait les méthodes utilisées mais aussi leur caractère parfois irréversible avec une placidité déconcertante. C'était donc cela ? Celle qu'elle était devenue ? Une exécutante, qui œuvrait sous couvert d'une légalité probablement douteuse, pour quoi ? La justice ? Obtenir une vengeance pour Sasha ?

Lorsque Dahlia mentionna sa participation aux événements du mariage pour une dette qu'elle avait envers Rose, la danseuse fronça des sourcils, une ride d’inquiétude se creusant au milieu de son front. 

-Qu'elle type de situation dangereuse ? Demanda-t-elle, plus motivée par l'inquiétude que par la curiosité. Dans qu'elle situation s'était-elle fourrée ? Était-ce grave ? 

En dépit des raisons louables qui avait poussé la Fleur à faire ce choix, Nikiya avait le plus grand mal à accepter ces révélations. Oh, elle n'avait jamais douté des capacités de son amie, elle était une excellente actrice et une manipulatrice hors pair. C'était plutôt la froideur avec laquelle elle semblait vivre tout cela, qui provoquait chez elle ce malaise. Éprouvait-elle au moins des scrupules ou une certaines réticence dans l'accomplissement de ces actes ?

Une fois encore, Lotte avait l'étrange impression que deux mondes les séparerait entièrement. Avait-elle seulement, dans son entourage, quelqu'un vivant dans ce qu'elle aurait voulu appeler la réalité ? Ou était-ce lié à cette ville ? Où était l'insouciance de sa vie parisienne ?

Inspirant longuement par le nez pour reprendre contenance, Nikiya finit par reprendre la parole :

-Dahlia. Écoute... Je ne sais pas trop par où commencer. Tout ça me paraît tellement... Dingue...

Elle ajouta avec précipitation, pour ne pas être mal comprise:  

-Je te remercie de ta sincérité envers moi. J'en avais besoin. Je me rends juste compte de tous ce qui a changé depuis qu'on s'est quitté, je ne pensais pas que ça aurait une telle proportion. 

Elle hésita encore une seconde :

-Ce que tu fais c'est... Remarquable. Et en même temps, je crois que ça me fait... peur. 

Elle eut un petit rire amer :

-Je dois te paraître tellement futile...

Un silence s'installa ensuite entre les deux jeunes femme. Lotte n'avait pas touché à son thé, la gorge serrée. Elle brisa le silence d'une voix un peu lointaine :

-En fait, je crois que je me suis toujours plus ou moins douté de ce dont tu étais capable. Tu as cette force et cette détermination en toi. Je te l'envie, tu sais ? Mais entendre tout ça de ta bouche... Ça ne change pas ce que je ressens pour toi. Enfin... Je ne crois pas... je dois juste... Donne-moi quelques temps pour digérer l'info...

Sans vraiment y réfléchir, la danseuse s'était levée, elle posait déjà sa tasse dans un coin. Cet entrevue était peut-être un peu expresse, mais elle avait beaucoup trop de mal à accepter. Elle posait son regard sur celle qu'elle avait aimé, et elle ne voyait plus qu'une personne capable de tuer. Alors dans sa poitrine, son cœur se retournait et elle ne savait plus du tout où elle en était. Tout se mélangeait dans son crâne, elle se sentait si stupide de n'être capable de passer outre, stupide de réagir de cette façon, par la fuite, stupide de prendre peur, stupide de ne plus savoir vraiment quoi faire, mais surtout, stupide de se sentir encore amoureuse...
Nikiya
Sphère Artistique
avatar

Messages : 420
Etat Civil : Mariée
Pouvoirs : Conscience et contrôle du fonctionnement physiologique de son corps


Always comes a time when you need to take tough decisions.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 3 Fév 2017 - 11:50
Être sincère et honnête envers Lotte, c’était le moins que je puisse faire. Même si toutes les vérités n’étaient pas bonnes à entendre, surtout venant de la part d’une ancienne compagne. Je pris cependant mon courage à deux mains, et me lançais dans une longue explication. De toute manière, au bout d’un moment, les paroles vinrent d’elles-mêmes, lancées en pilote automatique. Logiques, précises, implacables. Et peut-être avec moins d’émotions qu’il en aurait fallu, surtout au moment de parler de Sacha. Mais je m’étais tellement habituée à me blinder contre le chagrin et les émotions que je ne pouvais m’empêcher de faire autrement. C’était ainsi que je fonctionnais maintenant, et j’étais consciente que c’était avec des avantages, mais aussi des inconvénients.

Lotte m’écoutait cependant avec attention, fixant la photo avec des sentiments fluctuants, mais son visage finit par afficher une expression sincèrement peinée. J’esquissai donc un bref sourire reconnaissant lorsqu’elle me rendit le cliché, laissant sa main sur la mienne quelques instants, pas aussi insensible que je pouvais sembler l’être. Au contraire.

"Merci."

Je marquais un léger temps de pause, avant de remettre la photo dans mon portefeuille, puis d’enchaîner mon récit, à nouveau sur le même ton. Et en essayant de ne pas trop me concentrer sur les réactions de la danseuse, même si ce fut plus difficile que prévu. Surtout lorsqu’elle marqua son inquiétude quant aux événements qui m’avaient poussée à intervenir lors de son mariage. J’hésitais quelques instants, avant de décider que, tant qu’à faire, je n’avais pas à lui cacher cela non plus, surtout si cela pouvait la rassurer. Et elle était sans doute l’une des personnes en qui j’avais le plus confiance, aussi, je pouvais lui parler de mes récentes surprises familiales.

"Le garçon qui m’accompagnait au mariage, Léon, c’est mon frère jumeau. Nous l’avons découvert il y a un an, en arrivant à Edimbourg." Je me souvenais avoir été assez vague à son sujet, précisant qu’il était juste de ma famille. Mais autant dire la vérité. "A cause de moi, il s’est mis dans une situation qui aurait pu lui apporter des ennuis, si Rose n’était pas intervenu." A nouveau, je marquais une pause, avant de finalement ajouter : "Nous avons aussi appris à ton mariage que Rose était… notre père. Ce qui explique pourquoi j’ai pu paraître… un peu étrange."

C’est le moins qu’on puisse dire. Et je n’arrivais toujours pas vraiment à me faire à l’idée, même si cela commençait à faire doucement son chemin dans mon esprit. Mais le reconnaître n’était toujours pas l’accepter pour autant, et j’attendais encore des preuves de sa part pour me signifier qu’il méritait ma confiance. Pas celle d’un agent, mais, plus.

Je terminais ensuite le reste de mes explications, attendant maintenant la réaction de Lotte. Mais il fut assez évident que tout ce que je venais de lui raconter l’avait pas mal secouée. Et si je m’y étais attendu, je ne pus qu’appréhender sa réponse. Pourtant, elle était logique, et parfaitement normale. Je l’écoutais donc en ne la quittant pas un seul instant des yeux, même quand elle se leva. Mais je n’intervins pas, la laissant exprimer tout ce qu’elle avait à dire. Aussi douloureux que ce soit pour moi.

"Tu n’es pas futile." finis-je par dire en la fixant avec la même intensité. "Et je comprends que ça t’effraie, ou que tu aies besoin de temps pour y réfléchir. Ce n’est pas le genre de choses qu’on aime entendre d’une personne qui a partagé notre vie. Mais rien n’est de ta faute, c’est moi qui suis le problème, moi seule."

Je baissais le regard pour fixer un instant mes mains jointes, un faible sourire sur mes lèvres.

"Sans doute que j’ai toujours eu ça en moi. Le fait est que, depuis Sacha, je n’ai pas pu faire autrement. Mais, je n’ai pas la prétention de croire que ce que je fais est admirable en tous points. Et j’ai toujours été consciente des conséquences que mes choix impliquaient. Je les assume."

C’était ainsi que je fonctionnais, désormais. Même si cela ne voulait pas dire que c’était facile, loin de là. Surtout en ce moment. Si Lotte venait à me rejeter à cause de ce que j’avais fait, faisais et ferai encore, je l’accepterais. Mais cela serait douloureux, encore plus que ce que j’avais imaginé, je me rendais compte à cet instant.

Je relevai ensuite le regard pour la regarder, mon regard cherchant le sien, après avoir retrouvé plus d’aplomb :

"Mais tu dois me croire quand je te dis que je ne te ferai jamais de mal. Jamais. Je tiens trop à toi pour cela." Au moins, cela aussi, c’était dit. Après un silence, j’inclinai alors doucement la tête, un air plus triste sur le visage. "Est-ce que tu me diras un jour pourquoi ? Pourquoi ce mariage, si cela semble te rendre aussi malheureuse ?"

Contrairement à moi, Lotte était plus limpide à lire. Plus humaine, plus vivante. Et sur le moment, j’aurais bien échangé cela contre toute la force que j’étais sensé avoir. Car elle ne m’avait servi à rien pour éviter à la danseuse les maux qui semblaient l’affliger.
Persona
Sphère Artistique
avatar
Messages : 125
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : /
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 23 Mar 2017 - 18:49
La conversation prenait un tournant que la danseuse étoile n'avait nullement envisagé lorsqu'elle avait accepté de rejoindre son amie et ex-amante à la Villa Montgomery. Elle n'aurait pu dire à quoi elle s'était attendu. Peut-être à rien, justement, ce qui ne l'aidait pas à gérer la situation et à accepter toutes les révélations et explications fournies par Dahlia.
La ballerine resta d'ailleurs interdite lorsque celle-ci lui avoua qu'elle avait un frère jumeau. C'était en effet plausible, même si Lotte estimait inhumain de séparer des jumeaux à la naissance. Elle savait que Persona avait été adopté, elle avait d'ailleurs déjà eu l'occasion de croiser ses pères par le passé. Mais un frère... Comment s'étaient-il retrouvés ? La question lui brûlait les lèvres tant elle n'osait la poser. Mais là suite la laissa d'autant plus perplexe. Perceval Rose était leur père ? Lotte n'était pas sûre de comprendre correctement. Perceval Rose, le même Perceval Rose, le directeur d'Arkadia... Certaines choses s'éclairaient, en effet, au regard de ces informations, mais d'autres, en revanche, lui paraissait encore flou. Était-ce une coïncidence alors si la Fleur travaillait parfois pour l'organisation non gouvernementale ? Ou avait-ce été un stratagème de l'homme pour se rapprocher de sa fille biologique ? Mais Nikiya devrait attendre pour obtenir des réponses.

La suite n'eut rien de très agréable. Dahlia avait reprit la parole et Lotte se sentait, contre sa volonté, de plus en plus mal à l'aise. Chaque mot de son amie venait s'imprimer dans son esprit comme sur une bande magnétique. Elle se sentait désemparée. Dépossédée de la possibilité de faire quoi que ce soit. Dahlia avait fait ses choix et les assumait pleinement et Lotte se trouvait devant un fait accompli qu'elle se sentait obligée d'accepter.
Elle aurait voulu lui rappeler qu'elle femme pleine de vie et d'insouciance elle avait été à Paris, à quel point elles avaient été heureuses. Mais à quoi bon.
Elle observait son ancienne amante avec un œil différent maintenant. Persona était si jeune, une étoile si brillante qu'on pouvait se méprendre, sous le feu de la passion pouvait se cacher une froideur glaciale et calculée.

-Et tu es heureuse ? Avait soufflé la ballerine. Dans cette vie, tu es heureuse ? C'était là, la seule question qui avait pu traverser ses lèvres si pâles. Car si c'était le cas, elle n'avait rien à y redire.

Elle effectua quelques pas dans la pièce, préférant poser son regard ailleurs, pour ne pas sentir celui de la jeune femme sur sa peau. Elle l'imaginait, brûlant de détermination sur sa nuque. Elle se retourna finalement avec lenteur vers son amie pour la rassurer:

-Je te crois, oui.

Du moins, savait-elle que jamais elle ne lui ferait sciemment du mal. Inconsciemment en revanche... Nikiya esquissa un sourire.

Puis la question du mariage fut abordée, et malgré les réticences, Lotte ne pouvait plus renâcler et éviter l'obstacle. Ses doigts jouaient maintenant nerveusement avec le coin du bureau. Elle soupira avant de se laisser tomber dans un siège.

-Parce qu'il n'était pas censé se passer dans ses conditions, pas avec de telles conséquences.

Lotte laissa planer un silence chargé de regrets.

-J'ai cru que l'homme que j'aimais pourrait comprendre les raisons de cet engagement avec Anna, à la place il m'a abandonné et est maintenant persuadé que je l'ai trahi...

Elle serra les dents et les poings à ce constat bien douloureux.

-Anna est une femme incroyable. Je l'ai vraiment aimé. J'ai même cru que je pourrais avoir une vie rangée avec elle. Seulement, c'est une acharnée de travail et moi... Moi je suis toujours sur une arche ou une autre...
Je n'ai pas voulu briser la promesse de notre mariage parce que je tenais à elle et que, reniée par sa famille, c'était le seul moyen que j'avais de lui assurer une forme sécurité. Le mariage a été précipité à cause de ma santé.


Ce qui s'était passé avec l'immortel asiatique était une autre histoire, dont elle n'avait été que le prétexte.
Lorsqu'elle laissa retomber le silence autour d'elle, elle avait l'impression de faire le constat de sa vie en ruine.

-Je regrette de vous avoir laissé partir... Souffla-t-elle presque pour elle même. Elle aurait dû s'y prendre différemment, elle avait forcément loupé quelque chose quelque part pour que toutes les histoires qui avaient compté s'achèvent de la même façon.
Nikiya
Sphère Artistique
avatar

Messages : 420
Etat Civil : Mariée
Pouvoirs : Conscience et contrôle du fonctionnement physiologique de son corps


Always comes a time when you need to take tough decisions.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 17 Avr 2017 - 22:08
L’honnêteté était une qualité que l’on ne me donnerait pas a priori. Et pourtant, rien ne m’importait plus en ce qui concernait les personnes auxquelles je tenais. Je ne voulais rien cacher à mon frère, à mes rares amis, et maintenant à Lotte. Même si la vérité n’était pas bonne à entendre, même si cela voulait dire que je risquais de la perdre complètement. Elle méritait des réponses, quand bien même cela exposerait encore plus la distance que nos deux vies avaient désormais pris. Le temps de Paris semblerait d’autant plus lointain que nous avions changées depuis. Et, en ce qui me concernait, pas vraiment pour le mieux. Mais à voir l’expression de la danseuse, c’était peut-être mon fatalisme et mon assurance qui la désarçonnaient le plus.

Sa question me tira cependant une expression surprise. Je ne m’étais pas attendue à ce qu’elle me demande si j’étais… heureuse, entre toutes les interrogations qu’elle pouvait avoir. Ce fut donc à mon tour d’être quelque peu prise au dépourvue, avant que je ne retrouve une expression plus contrôlée, réfléchissant à une réponse.

"C’est un sujet auquel je ne pense pas vraiment." avouai-je en inclinant la tête sur le côté, pensive. Puis, je fixai à nouveau Nikky : "Je suis heureuse si ceux que j’aime le sont. Ma famille, mes amis…"

Toi. La suite était implicite, mais ne parvint pas à sortir de mes lèvres. Une soudaine pudeur assez ridicule. Ou peut-être était-ce de la peur. De la faire fuir encore un peu plus, si elle me rejetait et ne souhaitait plus avoir affaire à moi. A ce que j’étais devenue. Mais je ne dus pas attendre longtemps avant d’être rassurée sur ce point. Je souris faiblement à Lotte en retour, au moins un peu plus apaisée de savoir que, malgré tout, elle me croyait, ne serait-ce qu’un peu. Pour un début, et après tout ce que je venais de lui avouer, c’était suffisant.

Pour la suite, ce fut à moi de poser des questions. Notamment par rapport à cette histoire de mariage, et à tout ce qui s’y était passé. Silencieuse et patiente, je la laissais prendre le temps de m’expliquer, sans l’interrompre ou la presser. Ses explications produisirent à la fois une sorte de consternation en moi, mais également des remords pour ce que je n’avais pas pu faire pour empêcher cette situation, un peu de jalousie et de colère pour cet homme aimé mais qui avait trahie mon amie, et de la tristesse pour Anna et Lotte.

Laissant la lourdeur du silence s’installer dans la pièce durant quelques instants, je quittais la danseuse du regard pour fixer la fenêtre, le regard traversé par différentes pensées et émotions. Toutes ces occasions manquées, tous ces regrets… Si j’avais pu espérer que mon amie s’en était mieux sortie que moi dans la vie, je retombais lourdement sur terre. Qu’avions-nous fait de nos existences ? Qu’étions-nous devenues ? Sûrement pas ce que ces deux jeunes filles que nous étions prévoyaient d’être.

Je finis par me lever, et m’approchai de Lotte pour poser avec douceur une main sur son épaule.

"Je suis désolée…" soufflai-je, sincère. "Tu n’es pas la seule à avoir des regrets, mais pour certaines choses, on ne pourra jamais revenir dans le passé pour les changer. En revanche, j’aimerais croire que l’on peut encore faire une différence, pour l’avenir."

Ma main serra un peu plus fort son épaule, et je cherchai à capter le regard de la danseuse pour fixer mes yeux dans les siens.

"Tu peux choisir ce que tu peux faire du reste de ta vie. Peu importe les mariages, les promesses, les amours déçues, et tout le reste. Même s’il ne te reste que peu de temps, c’est toi et toi seule qui décide comment tu pourras l’utiliser et à quelles fins. Et si tu as besoin d’aide, tu pourras toujours compter sur moi. Parce que, malgré tout ce que tu peux penser, tu es une personne bien, Lotte. Je l’ai toujours su. Et tu mérites d’être heureuse, car c’est ce qui m’importe le plus."

Un sourire vint affirmer cette pensée. Il n’était jamais trop tard, et la détermination avait toujours fait partie de mes principes de vie. Je ne croyais pas au hasard ou la destinée, mais, nous ne nous étions sans doute pas retrouvées après toutes ces années et à ce moment précis pour rien. C’était peut-être l’occasion de donner un nouveau tournant à notre histoire commune.
Persona
Sphère Artistique
avatar
Messages : 125
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : /
Revenir en haut Aller en bas
Sam 6 Mai 2017 - 22:17
A l'expression qui s'était, pour quelles secondes, dessinée sur les traits de son ancienne amante m, Nikiya comprit que ça question, pourtant si naturelle, n'avait pas été anticipée. Si surprise ne demeura pas longtemps visible, au moins la question semblait avoir déclenché une réflexion.
Mais pour Lotte, la réponse de son amie fut une déception. Au fond d'elle, la ballerine avait espéré quelque chose de différent. Elle ne pouvait reprocher la sincérité, mais d'avoir que la jeune femme étalonnait son propre bonheur sur celui de son entourage ne la rassurait pas. Au contraire. C'était pour elle un signe, un aveux fait à demi mots. Ne se poser la question de son propre bonheur était une façon de fuir, fuir ses sentiments, ses désirs. Comme si elle s'était refusé ce droit, pensait-elle ne pas le mériter, ou avait-elle renoncé à le trouver ?
Une sorte de tristesse emplit la danseuse. Persona semblait prête à passer après ceux qu'elle aimait, la cause qu'elle défendait, mais elle, à quel moment s'écoutait-elle réellement ?

-Ce n'est pas ce que j'avais souhaiter pour nous... Soupira la française, le coeur serré. Elles avaient été promises à de si beaux avenirs, au rayonnement et au bonheur... Mais tout cet étincellement n'était qu'une illusion.

-Tu te souviens, Paris ? L'appartement rue des Capucines, les petits déjeuners au lit, les siestes au parc Monceau... Tu portais ces lunettes que tu détestais tant pour lire dans l'herbe... Et puis il y avait les cafés dans cette petite brasserie qui donnait sur Montmartre.

Lotte pensait tout haut. Sa voix s'était faite lointaine, comme perdue dans une rêverie ou égarée dans un souvenir tenace. La lueur dans son regard absent était nostalgique.
Les images lui revenaient colle si c'était hier. Il y avait la douceur de la vie à cette époque, leur relation passionnée...
Elle revoyait à présent un matin, au tout début de l'été. La nuit avait été lourde d'orage et, avec le levé du jour, une brise était venue jouer avec les rideaux de mousseline tendus devant la fenêtre ouverte. Elle rafraîchissait à peine la pièce. Les premiers rayons du soleil entraient tiedement dans la chambre et venait chauffer la peau nue de la belle fleur. Lotte s'était réveillée et avait ouvert les yeux pour tomber sur cette vision magnifique. A ses côtés, si belle, si paisible, un sourire sincère sur les lèvres, un regard presque innocent, Dahlia. Et il lui semblait qu'elle était tout ce qui comptait à cet instant précis.

-Laisse-moi croire qu'à cette époque là tu étais heureuse, murmura-t-elle, heureuse pour toi et toi seule...

Ses mots s'évanouir sur ses lèvres pâles. Dahlia s'était à son tour levée pour s'approcher d'elle et avait posé une main réconfortante sur son épaule. Niki eu un pincement au coeur. Elle posa sa main sur celle de son amie pour la garder encore un peu près d'elle. Sa gorge s'était nouée.
Elle en voulait au destin de les avoir séparé, aux événements de les avoir marqué, à la vie d'avoir fait d'elle des jeunes femmes loin des deux amoureuses innocentes qu'elles avaient été.

Soutenir le regard plein d'assurance de Persona était d'autant plus difficile. Elle semblait à ce point persuadée qu'elles étaient les maîtresses de leur futur, que l'avenir pouvait être façonné à leur convenance à défaut de pouvoir changer le passé. Nikiya n'avait pas cette résolution si farouche, mais elle avez le désir de s'inspirer de celle que son ancienne amante lui insuflait.

La douce ballerine était venue doucement poser sa joue contre la main de Persona. Ses doigts fins dans les siens lui donnait de la force d'y croire.

-Tu m'as tellement manqué...

L'heure n'était pas à ressasser le passé, il n'y avait aucun intérêt à avouer à son amie la douleur de leur rupture, la façon dont elle s'était consolée, les conquêtes qu'elle avait multiplié, le travail acharné, pour passer à autre chose, se convaincre qu'elle n'avait été qu'une histoire parmi tant d'autres. Lotte avait elle-même fini par y croire, s'en persuader. Jusqu'au moment où son regard avait de nouveau croiser celui de la fleur, toutes ces années après.

-Je crois que j'en suis à un point où je ne sais même plus ce que je veux... Avoua-t-elle finalement après un temps. J'ai juste peur, et la peur me paralyse.

Ses yeux trouvèrent une nouvelle fois ceux de la danoise. Sans réfléchir, ses lèvres étaient venues trouver celles de Persona. Avec beaucoup de douceur. Elle avait fermé les yeux. Et elle pu constater que chacun de ses cellules avaient un souvenir parfait de ce contact, du goût sucré de ces lèvres. De l'odeur fleuri de sa peau, de ses cheveux.
Lorsqu'elle s'écarta, Lotte baissa les yeux. Son coeur battait dans sa poitrine. D'angoisse surtout,de honte un peu, de bonheur aussi. Il fallait l'avouer.

-Je suis désolée, souffla-t-elle. Je... Je n'aurais pas dû, je sais pas ce qui m'a prit.

La situation devenait aussi ridicule que dangereuse. Elle devait partir.
Nikiya
Sphère Artistique
avatar

Messages : 420
Etat Civil : Mariée
Pouvoirs : Conscience et contrôle du fonctionnement physiologique de son corps


Always comes a time when you need to take tough decisions.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 26 Mai 2017 - 18:23
Pourquoi je n’avais jamais pensé à ce qui me rendait heureuse ? Parce que ça ne s’était jamais mis dans mon agenda ces dernières années. Je n’avais pas le temps, ou la place pour de telles pensées. Bien sûr, je pouvais répondre des choses futiles : fumer une cigarette, taper dans un sac de sable, savourer un bon plat, observer une belle vue. Mais Lotte cherchait une réponse moins superficielle et plus profonde. Et tout ce qui me venait à l’esprit, c’était les autres. Savoir que Léon était content de son appartement, de s’être découverte des parents, puis plus tard de son logement et de son colocataire. Je songerai aussi à Matthew et à Any et Lou par la suite. A mes parents, d’une certaine manière. Et à Lotte.

Ma réflexion, puis ma réponse, ne semblèrent pas la satisfaire. Au contraire, cela eut l’effet inverse de ce que je venais de dire, cela l’attrista. Je fus à la fois décontenancée par cette réaction, mais également navrée. Sincèrement, et logiquement. Quelque chose s’était définitivement passé depuis ce temps à Paris, c’était l’évidence même. Comme le soulignait la ballerine, une telle situation ne nous était sûrement pas venue à l’idée, quand nous pensions à notre futur commun, à l’époque.

"Bien sûr que je me souviens." répondis-je, avec un léger sourire. "Les soirées à l’opéra, le champagne sur la Seine, cette petite librairie perdue au milieu de nulle part où tu aimais toujours aller…"

L’espace d’un instant, nous étions revenues dans le passé, dans ce qui semblait être l’été sans fin de notre jeunesse. Sans problème, sans conséquences, juste nous deux et l’existence qui s’offrait à nous. Qu’avait-il bien pu se passer entre ce moment et maintenant ? Comment avions-nous pu en arriver là où nous nous trouvions ? Certains rétorqueraient que c’était la vie qui était arrivée, tout simplement, et que le bonheur était une chose éphémère et trop vite parti.

"J’étais heureuse, c’est vrai." répondis-je avant d’observer par la fenêtre, rompant peu à peu la rêverie nostalgique qui nous avait prises. "Mais aussi parce que tu étais là, et que tu l’étais aussi."

C’est aussi pour cela que je ne voulais pas qu’elle baisse les bras. Pas encore. Nous pouvions encore faire quelque chose pour elle, pour nous. Pas ce que nous avions rêvé quand nous étions ensemble, mais… quelque chose d’autre. Sa main sur la mienne, je tentais de lui transmettre la confiance que j’avais dans notre capacité à agir pour changer notre avenir. Car c’était ainsi que j’avançais, même si cette confiance n’était pas aussi solide qu’elle semblait l’être. Ses mots provoquèrent ainsi une première fissure dans cette assurance. Pour autant, il me semblait impossible de lui dire qu’elle m’avait également manquée.

C’était pourtant manifeste. Mais qu’avais-je fait pour y remédier toutes ces années ? Absolument rien. Je ne méritais donc pas de le dire, de me plaindre.

"C’est normal d’avoir peur. Mais, tu n’es pas seule. Et tu ne le seras jamais."

Peu importe les errances et erreurs du passé, c’était au moins quelque chose que nous pouvions rattraper désormais. Même si cela impliquait des conséquences imprévues, ou qui nous échappaient. Comme ce baiser. Je ne fis cependant rien pour l’empêcher, y répondant même très rapidement, enivrée par des sensations familières. Et par le goût de ce qui avait été le bonheur, et le restait toujours d’une certaine manière. Durant quelques secondes, je laissais tous mes masques et toutes mes défenses tomber.

Avant de le faire revenir brusquement, à peine mes lèvres écartées des siennes. Car il était dangereux de se piéger dans le passé, c’était une chose inaccessible et perdue. Pour toujours. Croire l’inverse ne pourrait que nous blesser encore plus.

"Je crois que tu ferais mieux de partir." répondis-je donc sur un ton neutre, en lui tournant le dos pour me poster devant la fenêtre. "Riku va t’accompagner jusqu’à la sortie."

Juste à cet instant, la discrète intendante ouvrit la porte, comme si elle avait attendu son heure pour apparaître. D’un geste poli, elle fit signe à Nikky de la suivre. Je ne me tournais pas pour la saluer, me contentant d’une vague formule de politesse pour lui dire au-revoir. Mais je ne me sentais pas la force de l’affronter en face. Pas maintenant. Et même une fois qu’elle fut partie, je sentais encore son odeur, et ses lèvres contre les miennes. C’était pourtant bien la dernière chose à faire, surtout en ce moment. Je m’accordais cependant, l’espace d’une unique soirée, d’être mélancolique et rêveuse.

Fin du sujet
Persona
Sphère Artistique
avatar
Messages : 125
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : /
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: Eastside :: Villa Mongomery-