[CLOS] Ce cycle éternel. ( Dante )

 :: Édimbourg :: New Town :: Autres lieux Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 26 Oct 2016 - 12:44


“C’est l’histoire de la vie.”
Mufasa


Sveda avait demandé à Dante de venir la chercher. Ensemble ils étaient rentrés à l’hôtel où l’aventurier avait élu domicile à son arrivée en ville. Encore un peu comateuse, à cause des analgésiques la rose n’avait pas beaucoup parlé durant le trajet. Elle avait l’air épuisée. Facile de deviner que cette nuit avait été un enfer sur terre pour elle. Matthew lui avait donné de quoi se changer sur place. Sveda avait encore du sang dans les cheveux et l’odeur de la mort sur sa peau. Elle avait le teint pâle et les yeux encore rouges des larmes versées.

Une victoire teintée de regrets.

L’aube pointait quand le couple se retrouva enfin seul dans la chambre de l’Abbey. La Kent s’asseyait avec précaution sur le rebord du lit. Les points de suture à son abdomen tiraient sur sa peau. Elle avait également quelques contusions légères au niveau des bras et du dos. L’affrontement avec Jao avait été rude. La fatigue lui donnait froid, malgré la douceur des températures, elle n’arrivait pas à se réchauffer correctement. Mais quelque-chose de plus important maintenant son être éveillée.

Notre amie se sentait un peu mieux depuis que Carso était près d’elle. Elle releva lentement les yeux dans sa direction et croisant son regard, elle lui adressa un petit sourire. Il y avait beaucoup de points à éclaircir, pourtant Diane ne savait pas par où commencer. De fait ! Elle avait forcé Caleb à plonger au milieu de la bataille. Bien qu’il lui ait assuré son soutien, le plus indéfectible, elle s’en voulait. Tohum voulait le protéger tout comme le reste de sa famille… Cette famille dont il allait irrémédiablement faire partie. Voilà le plus important !

La vie toujours commande.

«Dant’ j’ai quelque chose à te dire. En fait, j’en ai plusieurs. Je ne sais pas par quoi commencer. » Comment annoncer la nouvelle qu’elle venait d’apprendre, alors qu’il venait de la récupérer, chez un inconnu en pleine nuit ? Ce n’était pas évident. Mais c’était une si merveilleuse nouvelle. La vie n’aurait pas pu lui faire un plus beau cadeau. « En m’examinant Matt a trouvé quelque chose. Je suis enceinte. On va avoir un bébé. »

Étant donné leur complicité, je m’étonne même que ce ne soit pas arrivé avant. Enfin ! Sveda remonta sa main sur son bas ventre. Dans la tête de la nomade, cette petite vie était la plus belle des surprises . Bien sur ça ne pouvait pas encore se voir. La gestation débutait. Il n’était pas plus gros qu’un petit pois et encore, mais, la vie était là. Ils l’avaient créé. Tohum était empli de reconnaissance. Un amour inconditionnel gonflait en elle.

« Ca doit dater de ce soir à la réserve... »

Un air tendre venait éclairer son visage. La perspective d’un nouvel enfant effaçait momentanément tout le reste. La maternité transformait déjà sa façon de voir l’avenir. Certes, les conditions pour avoir un enfant n’étaient pas idéales. Loin de là ! Mais Tohum n’avait jamais réellement pensé en termes de « moment » en amour. Elle considérait que la vie avait sa force propre. C’était arrivé comme ça. Mais c’était bien.

Lentement, Sveda rejoignait ce compagnon que son cœur avait élu. Proche. Elle posa une main sur la joue du loup. Une douce chaleur émanait de ses doigts. Une joie intense et profonde rayonnait de son être. Une détermination nouvelle vibrait dans ses yeux bleus. La certitude s’entendait dans le fond de sa voix quand elle lui déclara avec passion :

« Je t’aime. Gardons-le ? »

La main affectueuse retomba délicatement pour aller attraper celle de l’aventurier.


Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 819
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Lun 7 Nov 2016 - 12:44
Ce cycle éternel

<< Quand on retrouve sa belle en mauvais état

Dante avait donc accouru dès qu'il avait reçu le message de sa compagne. Fallait bien dire qu'il avait été plus qu'inquiet des derniers échanges qu'ils avaient eu. Car Sveda ne lui avait rien dit. Elle le maintenait à l'écart, comme si elle avait peur qu'il se mette en travers de son chemin, ou pour son propre bien à lui. Il avait réussi à emprunter une voiture à une connaissance et avait roulé bien plus vite que ce qui était autorisé pour récupérer sa rose.

Elle avait été plutôt succincte quand il l'avait retrouvé chez le médecin et avait bien compris qu'elle souhaitait surtout se retrouver dans un endroit calme et en sécurité. Il roulait donc un peu plus calmement, maintenant qu'elle était à ses côtés, attentif à son état. Sa belle n'était pas dans son assiette, elle avait dû faire des choses, qui étaient contre sa nature profonde. Avec douceur, Dante lui avait caressé doucement la joue du dos de sa main, alors qu'ils étaient à un stop. Il ne savait pas trop quoi dire à l'instant, alors c'était tout ce qu'il avait trouvé pour la soutenir.

Le couple arrivé dans la chambre, Carso laissa sa compagne s'installer, tandis qu'il partait faire chauffer de l'eau. La chambre avait le confort minimum pour quelqu'un de passage et c'était ce qu'avait toujours été notre aventurier. La suite, risquait bien de le sédentariser quelque peu. Alors que l'eau chauffait, la voix de Sveda se fit entendre, il s'approcha alors d'elle, pour se retrouver accroupit près d'elle. Lui caressant doucement les joues de ses mains.

- Sveda... tu dois te reposer un peu... on parlera demain. Mais elle ne semblait pas prête à l'écouter, elle continua sur sa lancée, lui balançant alors une nouvelle, qui ne manqua pas de le sonner un instant. Il plantait son regard dans le sien, sans trop être certains d'avoir parfaitement compris ce qu'elle venait de dire. ...

L'homme se redressa alors, reculant d'un pas ou deux, en se passant les mains dans les cheveux, comme pour reprendre un peu ses esprits. Certes, cette information découlait logiquement vu ce qu'il se passait entre eux mais... ce n'était pas non plus la première fois qu'une telle chose lui arrivait. Mais père, il ne l'avait été que très peu souvent et avec des mortelles.

- Wow...
mais un petit sourire venait pourtant se poser lentement sur ses lèvres, tandis qu'il ne quittait pas des yeux sa compagne. Il se sentait heureux, le bonheur de la future mère le frappait un peu de plein fouet, ne pouvant que le rendre plus heureux encore.

Jamais Dante n'avait réellement ressenti le besoin d'avoir des enfants. Il n'avait jamais eu cet instinct paternel que d'autres avaient. Sans compter sa peur profonde, de leur faire du mal d'une façon ou d'une autre et celle... de perdre un jour, le fruit d'un amour réciproque. Pourtant, aujourd'hui, dans cette chambre d'hôtel, aux côtés de cette femme qu'il aimait profondément, il oubliait ses craintes. Quand elle lui demanda s'ils pouvaient le garder, un sourire, profond et lumineux marqua ses traits.

- On le garde.
Ses mains venaient prendre son visage en coupe, pour l'embrasser avec une tendresse infinie. Il posa son front contre le sien, son regard plonger dans le vert de ses yeux. Fêtons ça! Pas d'alcool, mais un bon jus de fruit? Je vais trouver quelque chose! Et te faire couler une bonne douche chaude. Tu en as besoin.

Si ce loup était souvent déjà aux petits soins avec cette lionne, ne doutez pas que maintenant, ce serait encore pire, après tout, elle portait leur enfant. Un trésor qu'il allait chérir et protéger avec hargne.

Codage par Libella sur Graphiorum
Caleb
Sphère Savoir
avatar

Messages : 139
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Sam 19 Nov 2016 - 23:20

Non, bien sur qu'elle ne pouvait pas attendre le lendemain pour dire ce qui se passait. C'était trop énorme. Enfin, ça allait le devenir plus vite qu'ils ne le pensaient. Sveda secoua la tête et lui attrapa les mains, pour les serrer, avec une force étonnante vue son état. L'excitation faisait briller ses yeux d'une lueur intense. On sentait qu'elle trépignait intérieurement.

« Non non pas demain, maintenant. Il faut vraiment que je te dise quelque chose. »

Bombe humaine lâchée.

Pour le coup, on aurait pu croire que Carso était celui des deux, qui avait besoin de s'asseoir. Ca va aller « papa ». La belle du désert ne quittait pas son sourire. Au fond elle était déjà certaine que son compagnon la suivrait dans cette aventure humaine. Dante et elle partageaient, en plus d'un profond respect de la vie, des sentiments sincères. Fonder une famille était un projet qu'ils auraient conçu tôt ou tard. Cela arrivait seulement un peu plus tôt, que tard, dans leur histoire.

« On le garde. » Sveda répétait cette phrase magie d'une voix intense. Elle échangea un regard passionné avec Dant'. Oui, il était heureux. ILS l'étaient. « Oui. Je suis tellement heureuse ! »

La bouilloire électrique commença à siffler. Sveda lança un bref regard en direction de la cuisinière sans plus s'y attarder. L'eau pouvait attendre. Eux vivaient un moment unique. La blonde resta près du loup, savourant leur joie partagée. Elle le prenait délicatement par les épaules pour offrir sa tendresse. Elle se doutait que ça ne devait pas forcément être évident pour lui. Soudain le rire de la rose s'envola.

« Oui tout ça c'est parfait. ! Merci Dant'. » L'énergie protectrice de Caleb avait un effet positif sur Tohum et la crevette calée dans le creux de ses entrailles. D'ailleurs, un peu de couleurs revenaient sur son visage. « C'est une belle surprise... tu ne trouves pas ? »

Mains entremêlées comme les chaînons d'une vie.

L'excitation sous-jacente de la prodige était difficile à refréner. Sveda avait envie de partager son bonheur avec tous ceux qu'elle aimait. La nouvelle lui faisait même éclipser la situation compliquée avec son fils. Kim. Elle avait l'impression de planer dans un autre espace-temps. Une euphorie qui était sûrement amplifié par son désir d'effacer ce qu'elle avait fait au mariage. Et l''adrénaline faisait fonctionner son cerveau en vitesse accélérée. Sveda ne pouvait plus s'arrêter de penser.

« Mat me fera les premiers examens demain. Les signes vitaux sont bons. C'est déjà un costaud visiblement ! »

Peu de le dire, quand on repense à ce à quoi ils ont échappés tous les deux. Mais enfin, c'était fait. Tohum aurait agit autrement si elle avait su qu'elle était enceinte. Maintenant, le plus important à ses yeux, était de protéger le petit être qu'ils avaient conçu. La lutte contre les forces obscures devraient attendre. Ils allaient faire par étape. D'abord elle avait envie de brûler ces vêtements.

« Tu nous trouves ce jus ? »

Sveda attrapa son téléphone, cette fois pour écrire à Lohen de chez Caleb, et le prévenir qu'ils étaient bien arrivés. Une fois encore elle hésita à prévenir le Grand mais écarta de nouveau cette envie. Elle abandonna le téléphone sur le lit et adressa un sourire à son compagnon quand il revint. Après un petit toast la belle goûta une gorgée et finit finalement le verre d'une traite. Son corps devait être chargé en vitamine. Elle posa son verre prés du téléphone et alla se nicher contre Dante, tant pis si cela tirait un peu sur ses fils, pour poser sa tête sur son épaule.

« Plus de chasse aux sorcières. Rien toi, moi, et les enfants... qu'est-ce que tu en dis ? »

Une lionne qui se prépare à la maternité. Un bébé, voilà bien la seule chose qui pouvait écarter la Rose de sa quête de Justice. Je ne vois pas bien comment s'y opposer. Bien joué Carso.
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 819
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Lun 16 Jan 2017 - 21:37
Dante aurait pu s'inquiéter de ce qu'avait à lui dire Sveda, mais il sentait dans ses émotions que ce n'était rien de négatif, bien au contraire. Alors il l'avait laissé parler et il avait bien fait. Cette nouvelle le mettait dans un état proche d'une paix intégrale et d'une certaine peur aussi. Parce qu'il se demandait s'il serait vraiment à la hauteur et surtout, il n'avait pas tout dit à sa compagne. Comment le prendrait-elle? C'était quelque chose d'assez grave et elle pouvait parfaitement le prendre comme une marque de non-confiance en elle, de sa part à lui.

- C'est vraiment.... woah. Plonger dans son regard. Et moi donc. Tu n'as pas idée. Avec un petit sourire. Ces rares moments de bonheur, c'était là qu'il voulait pouvoir transmettre ses émotions lui aussi, ne pas être le seul à ressentir ce que son interlocuteur vivait. Que ce soit totalement partagé. Un jour peut-être, y arrivera-t-il.

Même s'il voulait aller chercher le jus, il ne se sentait pas, pour le moment, de lâcher les mains de sa belle. Elle non plus à voir d'ailleurs, il profitait seulement d'être là, en sa compagnie. Le reste du monde n'existait décidément plus.

- Magnifique oui. Avec un petit sourire, charmé, heureux. Il l'embrassa alors sur le front, avec tendresse. Avec ce que tu as vécu ces derniers temps, il ne peut être qu'un costaud. Comme sa maman.

Ses priorités allaient donc changées. Après tout, il allait devoir s'occuper de la mère et de leur petit. Il ne se permettrait plus de partir des mois en expédition, il se le jurait. Mais sera-t-il tenir cette parole? Lui qui aimait tant voyager et partir en exploration? C'était la suite qui nous le dira. Surtout qu'il avait une mission à faire pour Strega, qu'importe les dangers, il était curieux de savoir ce qu'elle lui avait demandé de retrouver. Simplement parce que s'il pouvait lui mettre des bâtons dans les roues, il le ferait.

- J'y vole! Il se leva avec enthousiasme et alla chercher du jus d'orange dans son frigo, attrapa deux verres et les servi avec assez de volume. Puis tendit le verre à sa belle. A cette petite crevette. En portant donc son toast, avant d'en boire un peu.

Installé sur le lit, Caleb laissait sa belle venir vers lui, posant un bras autour d'elle pour être au plus proche d'elle, il revenait l'embrasser sur la tempe, son nez se collant contre ses cheveux, juste bien là.

- Un programme plus qu'intéressant. Mais est-ce que tu seras vraiment capable de ne plus vouloir te battre avec elle? Caressant son bras doucement. Comment va ta blessure? On prend cette douche?

Toujours au petit soin pour sa lionne. Il se leva, pour tranquillement aller à la douche et lui en faire couler une bonne chaude, comme il le lui avait promis.

Codage par Libella sur Graphiorum
Caleb
Sphère Savoir
avatar

Messages : 139
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Dim 29 Jan 2017 - 1:15

Ahhh Guerre et paix version Écossaise ! Voila nos deux jolis nomades qui savouraient l'idée de leur prochaine parentalité. Mignons.

« Comme son père aussi... » Lui précisait-elle complice. Car Tohum était consciente que Caleb au-delas de son immortalité, était un homme fort et combatif. Ils avaient partagés des souvenirs de leurs vies passées. Même s'ils étaient des pacifistes convaincus, ils avaient tous les deux connus des batailles. Les civilisations naissaient dans le sang. Elles mourraient aussi comme ça d'ailleurs. Mais puisque tout n'est qu'un éternel recommencement, il n'y avait pas de vrai souci à se faire.

« Oui notre petite crevette. » Premier enfant, depuis quoi ? 50 ans ! C'est bien ça ? Mais, c'était une expérience que Sveda revivait avec une intensité égale à chaque fois. Comme si chaque fois était la première. Elle se trouvait chanceuse, car malgré tout ce que la vie lui prenait, elle lui en rendait tout autant. La balance continuait de s'équilibrer. « On lui montrera ce monde. » Murmura-t-elle. C'était cette capacité à l'émerveillement qui la sauvait de la décrépitude.

Sveda lança un regard vers Dante. Un sourire répondit à sa question. Il l'avait cernée. Elle et son inépuisable quête. Ce n'était pas faux de dire que Tohum était inépuisable.

« Oui. Oui ? J'en parlerais demain avec Natacha. Je vais mettre le projet en pause. Je vais... je ne sais pas. Redonner des cours ? Quelque-chose de calme. Prendre soin des enfants. … Ava a encore besoin de moi. Et la crevette. Elle va être entourée d'amour ! »

Kent se laissa faire sous la douceur de Dant'. Elle sentait la pression accumulée au cours des dernières semaines qui s'en allait.

« J'ai connu pire. » La blessure la plus douloureuse n'était pas dans la chair de la nomade, mais dans son esprit. Une marque au fer rouge qui mettrait du temps à s'effacer. « Oui ! »

Clopin, clopant, ou presque la belle se rendit donc dans la salle de bain. Elle ouvrit le bouton du pantalon avec précaution pour ne pas toucher son bas ventre. Le pansement posé par Mat recouvrait une bonne partie du ventre. Elle fit de même pour le haut. En sous-vêtements Sveda pris le temps de s'épier en détail. Ses doigts effleuraient délicatement un hématome noir au niveau des côtes basse. Coupures et écorchures retraçaient les échanges pendant le combat. Le sang séché n'avait pas complètement disparu.

Un flash de Jao qui s'écroulait au sol la fit vaciller. Elle retira ses derniers habits d'un geste nerveux et s'engouffra dans la cabine de douche. Un puissant jet d'eau arriva sur son crâne. L'eau changea instantanément de couleur, rouge du sang versé. Sveda trouva refuge contre le corps solide de Caleb. L'eau brûlante sur sa peau lui faisait du bien. La tension, qui ne l'avait pas quitté depuis le début de la soirée s'évacuait lentement. Des larmes de soulagement et de honte se mirent à couler de ses yeux. Elle avait besoin que cela sorte, vider son cœur, pour pouvoir avancer.

« J'ai voulu renoncer. » Les images den la bataille venaient sous ses paupières. Le son des lames qui entrent en collision. Les cris des soldats qui tombaient au sol. La guerre... une autre. « J'ai voulu renoncer. » Lui répéta t-elle encore plus bas. Le cri de désespoir de Kim revint hanter son ouïe. « Je suis une meurtrière. » Sveda se colla à son amant comme si cela aurait pu effacer ce qu'elle avait fait.

Une fois les sanglots apaisés la fatigue vint brutalement écraser les épaules de la nomade. Trop de surcharge émotionnelle pour une seule âme. Entre le deuil et la joie. La haine et l'amour. La peur et le soulagement. Le corps aspirait au repos. La blonde glissa ses bras autour de la taille de Carso et respira plus posément. Son esprit éloigna les images d'horreur. Une fois encore, Tohum réalisa le bienfait d'avoir quelqu'un sur qui se reposer. Elle s'abandonnait à cette force protectrice à laquelle elle avait peu souvent eu accès.

« Je voudrais que notre bébé ne connaisse jamais la guerre. Qu'il grandisse dans un endroit paisible. » Un sourire rêveur embellissait le visage de Tohum. Ce qu'elle avait toujours espéré pour ses enfants avait une chance de se concrétiser. Dante l'aiderait. « On lui donnera une belle et longue vie. » Cet enfant-là aurait deux parents complices, aimants, il aurait toutes les chances. Sveda se battrait corps et âme pour ça.

Verser des larmes lui avait fait du bien. Catherine se sentait étrangement calme. Elle s'ébroua alors sous un frisson de fatigue. Morphée l'appelait.
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 819
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil
Revenir en haut Aller en bas
Mar 31 Jan 2017 - 19:56
Ce fût avec un sourire qu'il accueillit le "aussi". Oui, ils avaient tous les deux une forte personnalité. Finalement, ce petit partait avec tous les bons gènes directement. Sans doute son orgueil de père qui parlait. Ce qui l'étonna aussi. Car voilà bien la première fois qu'il était vraiment heureux d'une grossesse. Il n'avait été père que peu de fois, s'assurant toujours de faire attention, ne voulant pas mettre au monde des enfants, qu'il verrait sans doute mourir sans pouvoir rien faire. C'était quelque chose qu'il s'était toujours défendu de voir. Mais avec Sveda... tout pouvait être différent. Après tout, ils étaient tous deux immortels. Avec un peu de chance, cet enfant naîtrait avec le même gène. Ce qui ferait qu'il ne le verrait pas vieillir et mourir... il se savait incapable de voir ça. Voilà pourquoi il avait souvent disparu de la vie du peu d'enfants qu'il avait eu, quand ils étaient en âge d'être adulte. Pour ne pas en savoir plus. Lâche, oui, mais il n'avait jamais vu comment faire autrement.

Avec cette lionne, tout serait différent.

- Un truc calme, ce serait pas mal en effet. Surtout que tu finiras par ne plus pouvoir faire grand-chose. Avec un petit sourire. Il se rassurait de la voir prête à lâcher sa croisade contre Strega.

Ils se retrouvèrent donc dans la salle de bain. Caleb était attentif à ce qu'il voyait sur le corps de sa compagne. Peut-être ne fallait-il pas mettre tout cela sous l'eau. Il alla chercher du papier plastique pour le mettre sur le pansement, afin de le protéger, ensuite, ils se retrouvèrent sous la douche. Lentement et avec douceur, il passa le pain de savon sur son corps, pour la laver, tout en l'acceptant contre lui, quand elle eut besoin de sa force.

Caressant ses cheveux, il la laissait pleurer contre lui. Elle avait dû faire le pire, pour le bien de tous. Il comprenait que c'était dur.

- Chuutt, ne dis pas ça, tu devais le faire. C'était un mauvais homme... tu n'es pas une meurtrière... ou alors nous le sommes tous. Fit-il avec un petit sourire, alors qu'il embrassait son front, essuyant quelques larmes.

Dante l'aidait à se sécher, calme et paisible, pour qu'elle ressente la même chose. Quand ils se retrouvèrent couchés, il la gardait tout contre lui, caressant lentement ses cheveux, l'écoutant avec un petit sourire.

- Sans guerre, ce sera difficile à mon avis. Mais on pourrait trouver un endroit tranquille pour grandir. C'est vrai que la paix ne ferait pas de mal.
L'embrassant sur la tête. [color=sienna]La plus belle des vies oui. Dors maintenant, tu as besoin de repos ma rose.

Codage par Libella sur Graphiorum
Caleb
Sphère Savoir
avatar

Messages : 139
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Lun 6 Fév 2017 - 16:14

Tohum rendit son sourire à Caleb, amusée elle aussi. Chaque grossesse était une joie pour elle. Un peu comme si son être trouvait enfin toute sa fonction en portant la vie. Elle aimait sentir son corps changer pour permettre à l'enfant de grandir. Elle supportait les désagréments avec philosophie. Cela faisait partie du jeu, pour pouvoir mener à terme un processus merveilleux.

« Oui, jusqu'au printemps. A peu près. »

Sveda considéra cette chambre avec un sourire attendrit. Elle aimait cet endroit. L'antre de Carso était un refuge dans laquelle elle se sentait en sécurité. Seulement, celle-ci allait être un peu petite pour accueillir un bébé, en plus du duo. A moins qu'ils décident de quitter l'Ecosse avant que cela ne pose un problème ? Notre blonde ne savait pas encore ce qui serait le mieux. Ils allaient bien voir comment les choses se présentaient dans les mois à venir.

Le passage sous l'eau avait été bénéfique. La rose des sables avait besoin d'exprimer ses remords. Surtout devant un homme qui la connaissait, elle, et ses convictions les plus profondes. Cet acte de barbarie avait été motivé, par des élans protecteurs, la peur aussi. Si Aby s'était faite enlevée à son tour... Si cette sorcière s'en était pris à un autre étudiant de la PH ? Toutes ces personnes innocentes qu'ils connaissaient...

« J'ai peur d'avoir perdu Kim en même temps... »

Ce moment de calme et de paix était, en grande partie, possible grâce à Caleb. La belle pouvait une fois encore apprécier la force de ses dons. Elle se sentait gagnée par une douce sérénité. Plus rien ne semblait pouvoir l'atteindre. C'était comme si, un rayon de soleil venait se poser sur son âme, pour la réchauffer. Alors, Sveda se lovait contre Dant' totalement détendue.

« Mmm. Oui. » La chaleur du corps de Carso réchauffait le sien. Elle fermait les yeux s'impregnant de sa présence, de l'odeur de sa peau, de la force tranquille de ses bras. Songeant que leur enfant hériterait peut-être de ce fantastique don. Elle l'espérait. « Elle donnera de la lumière. »

Le dernier mot ne fut qu'un soupir de relâchement. La respiration de la nomade indiqua qu'elle venait de rendre les armes. Dans l'abandon du sommeil son visage gardait les signes d'une joie confuse. Malgré ses quelques 800 ans, Sveda demeurait une simple femme. Cette nuit-là, l'expérience, la vie, ne l'avait pas protégée de tout. Elle avait été vulnérable et elle le serait à nouveau. C'était la contrepartie pour ne pas quitter l'humanité... être atteint par elle.

La belle aux roses dormantes émergea environ six heures plus tard. Le soleil était à son zenith. Il frappait la chambre, que les persennes ne protégeaient pas de la chaleur montante. Les bruits de la rue étaient affaiblis par les fenêtres closes. La chambre était silencieuse et paisible. Sveda se retourna lentement dans le lit et se rappela trop tard de faire attention. Elle s'arrêta immédiatement et passa une main au niveau de la blessure. Les fils posés par Emerson étaient encore tous là. Ils tiraient sur sa peau dorée. Elle tenta de se redressée une seconde fois en faisant attention. Son ventre protesta instentanément et la rose comprit qu'elle avait faim. Ce qui était bon signe.

Yeux plissés la belle fouillait la pénombre. Elle retrouva ses repères. Elle observa le corps au repos de Dant' et sentit un sourire fendre son visage. Elle résista à l'envie de caresser sa tignasse et se leva tranquillement du lit pour aller entrouvrir l'un des volets.

Une belle lumière d'été perça le noir. Tohum jetta un coup d'oeil à l'extérieur. Tout semblait normaL Elle attrapa un bas de jogging, posé sur le dos d'une chaise, et le passa avec précaution. A pas de lionne, elle alla récupérer son portable sur l'une des table et alla dans le coin cuisine pour chercher le jus d'orange. Elle prépara son verre et un autre pour Dant'. Une première envie la poussa à descendre trouver une boulangerie. Mais, une petite voix lui souffla d'écouter son médecin. Aussi trouva-t-elle le téléphone de la chambre pour faire monter de quoi manger.

Cela étant fait Kent attrapa son verre de jus d'orange pour savourer une première gorgée. Elle consultat rapidement le GSM. Il y avait déjà quelques appels en absence. Le plus urgent était de rassurer les enfants. Le reste pouvait attendre. Sveda passa par Elias. Le Viking se chargerait de partager la nouvelle avec ses frères et sœurs. Ils se verraient un peu plus tard.

Un message de Kussi le médecin chaman de son ancien village poussa Kent à faire une exception. L'Africain répondit tout de suite. A croire qu'il savait déjà qu'elle allait l'appeler. Sveda parlait d'une voix détonnée et très basse pour ne pas déranger le sommeil de son compagnon. Ils communiquèrent dans le dialecte du sorcier.

« Kussi. Les plans ont changé. Je t'expliquerais. Viens me voir demain. Non... atteend. Plutôt ce soir. Je voudrais te présenter quelqu'un. Ne dit rien à Alex pour le moment. Il faut qu'on... s'organise. » Le sourire dans la voix de Tohum mit la puce à l'oreille. Mais l'ami ne demanda rien.

En attendant l'arrivée du petit déjeuner la rose retourna s'étendre prés de son chevalier. Elle passa la couverture au-dessus d'elle et le regarda dormir avec la sensation que tout irait bien.

« Je sais que tout s'arrangera. Je le sens. » Heureuse, Tohum écoutait le souffle d'un homme serein.

Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 819
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil
Revenir en haut Aller en bas
Ven 17 Fév 2017 - 12:09
Si Tohum était prête à poser les armes, il fallait espérer que la sorcière ferait de même. En tous les cas, Caleb serait prêt à l'obliger s'il le fallait. Puisqu'il allait partir en expédition pour elle, il serait prêt à échanger le précieux objet qu'elle voulait, contre la sécurité de sa compagne et de leur enfant en devenir. Il les défendrait, jusqu'à la mort, si cela était nécessaire. Et cette pensée, lui fit prendre pleinement conscience de ce qu'était Sveda pour lui.

- Hum, on aura le temps de penser à ce qu'on fera après alors. Une chose à la fois. D'un ton tranquille.

Dante préférait ne pas aller trop vite, ne pas penser trop loin, en tous les cas, les concernant eux. Même s'il y avait quelques décisions à prendre, notamment à voir à ... déménager. Une chambre d'hôtel, n'était vraiment pas ce qu'il fallait pour un enfant. Peut-être leur faudrait-il trouver un appartement, ou en tous les cas, quelque chose de plus grand. Et si sa compagne voulait changer de pays, il ne verrait sans doute pas d'inconvénient à la suivre. Peut-être, aussi, pourrait-il voir à proposer son pied à terre sur l'Arche Helvétique. Puisque c'était là, que se trouvait toute sa vie. Ou en tous les cas, une grande partie des souvenirs de sa vie.

- Peut-être que si tu lui parles... il comprendra?

Les relations humaines étaient compliquées, réellement. Encore plus quand il y avait une filiation, un attachement de sang. Comment un enfant pouvait bien réagir en voyant un de ses parents tuer l'autre? Là était bien tout le nœud épineux de la question et malheureusement, Dante ne connaissait pas le jeune asiatique pour savoir comment aider sa compagne. Pourtant, il estimait que la communication était à la base de toute relation - il pouvait parler tiens - surtout entre une mère et ses enfants. Sveda n'aurait sans doute rien à perdre à tenter - au moins un peu - de s'expliquer avec son fils.

Pour le moment, ce qui était le plus important, c'était bien qu'elle reprenne des forces. De toutes les façons, il n'eut pas besoin d'insister, que le souffle de la belle des sables se faisait déjà plus lent, signe qu'elle s'était endormie sans demander son reste. Rassurant ainsi son homme. Il resta de longues minutes, voir heures à l'observer dormir, caressant lentement ses cheveux. Réfléchissant encore et toujours à la suite. Quelque chose était encore caché entre eux et notre explorateur se demandait comment il allait réussir à aborder le sujet. Parce qu'il fallait bien qu'il lui en parle et il espérait que ce ne serait pas un don qu'il passerait à cette petite crevette.

Sur ces pensées, il finit par rejoindre Kent dans son sommeil, dormant on ne peut mieux à ses côtés. Ce pourquoi il ne se réveilla pas de suite, alors qu'il y avait un peu de mouvement autour de lui. Etalé sur le ventre, il semblait dormir profondément. Ce fût un peu plus tard qu'il ouvrit doucement les yeux, pour remarquer la lionne à ses côtés qui l'observait. S'étirant légèrement, tout en baillant un peu, son sourire fût le premier mouvement qu'il eut pour sa belle.

- Salut. Mettant ses bras sous le coussin. Bien dormi?

Elle semblait être en forme. Ce qui n'était pas négligeable. La nuit leur avait fait du bien, à tous les deux. Maintenant, il fallait juste que la blessure se cicatrice correctement et que le futur bébé, soit chouchouté.

Codage par Libella sur Graphiorum
Caleb
Sphère Savoir
avatar

Messages : 139
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Lun 20 Fév 2017 - 21:05

La promesse, de jours plus doux, accompagna la rose dans le royaume de Morphée. La voix sereine de Carso était son guide. Elle se laissait amadouer par sa douceur avec reconnaissance. Enfin, Tohum se sentait le droit de déposer les armes sans se sentir en faute. Elle serait forte plus tard. Quand les forces lui seraient revenues. Elle ferait tout pour que son fils accepte de lui parler, revienne vers elle, elle prendrait soin d'eux comme elle le faisait depuis qu'ils étaient sortis de ses entrailles. Jusqu'à la fin des temps, oui, Sveda serait là pour ces êtres exceptionnels que la Vie avait accepté de lui donner.

« Oui... peut-être. »

Ses paupières se baissaient sur le visage de son garçon. Elle descendait une main protectrice sur son ventre. Kim n'était pas le seul des enfants à faire faire du souci à leur mère. Riley arrivait juste après. Tohum savait qu'elle avait compliqué leur relation, en les séparant, si peu de temps après leurs retrouvailles. Mauvaise conjoncture temporelle. Mais difficile d'aller dire « temps-mort » à son ennemie. Surtout avec cette vieille carne de Cnossos. Enfin les enfants du Désert finiraient par écouter leur cœur.

Caleb se mit à bouger peu après que sa belle l’eus rejoint dans la langueur. Il sortait du sommeil avec des airs de félin paresseux. Un lion, tout droit venu de sa savane, dans le monde moderne. Mais pour combien de temps ? Il était fait pour l'aventure, l'adrénaline, le mouvement. Allait-il aimer une vie rangée dans une ville européenne ? Sveda sentait qu'ils avaient tous les ingrédients pour conquérir un bonheur infini. Oui, c'est bien dit, je sais. Le lyrisme de la romantique déteint parfois sur moi.

« Bonjour... Oui. Ma meilleure nuit depuis une semaine. Grâce à toi. Et toi ? Une main dans les cheveux hirsutes, déjà. Deux coups. Le garçon de l'hôtel, avec son petit uniforme bordeaux. Il avait l'air jeune. Un étudiant qui faisait des heures sup' sûrement. J'y vais. »

La peau tira légèrement en bas de la nouvelle cicatrice. Le corps se chargeait de la mettre en garde. Heureusement pour nous, hein Caloup. Le petit chariot roula au milieu de la pièce. Catherine fit la conversation pendant que le jeune homme installa le plateau sur la table. Charmante, douce, avec ce petit truc de bienveillance maternelle, elle s'évertuait à laisser un bon souvenir. Elle sortit deux livres en pourboire et referma la porte avec un dernier sourire.

« Je me suis dit que ce serait plus simple comme ça. Tu as faim ? »

Une odeur de café chaud montait dans la pièce. La brioche avait l'air appétissantes. Les dates étaient mûres et grosses. Exactement ce que Tohum avait besoin pour bien commencer la journée. Elle attrapa un bol, pour y transvaser un assortiment de fruits, avant de revenir s'allonger sur le lit. Elle caressa distraitement la zone blessée avant de rouler sur le côté pour croiser le regard de Carso.

« Et si...» Sveda se rapprocha pour coller ses pieds. « On traînait au lit toute la journée ? »

Notre blonde appliquait les directives de Lohen à la lettre. C'était aussi un très bon moyen pour repousser le moment de la confrontation avec les siens. Une petite lâcheté qu'on était prêt à lui pardonner ? On ne peut pas être une héroïne 24h/24h. Tohum avait surtout envie de profiter de la sa nouvelle grossesse, de Dant', de leur paix. Un sourire malicieux venait trahir ses pensées égoïstes. Elle caressait la barbe de son homme en se demandant de quelle couleur seraient les cheveux de la petite crevette. La main remontait sur les cheveux.

« J'espère qu'elle aura tes cheveux !»

Un baiser volé du bout des lèvres. Un doux rayon de soleil caressait le haut de son dos. Les bruits étouffés de la ville avaient quelque-chose de rassurant. Malgré les horreurs de la veille, le monde, les hommes, tout continuait dans ce éternel cycle.
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 819
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Sam 1 Avr 2017 - 18:49
Au moins les deux tourtereaux avaient bien dormi. Caleb pouvait le dire, cela faisait bien longtemps qu'il n'avait plus eu l'occasion de dormir si bien, en bonne compagnie. Sveda, même blessée, dans un état qui pouvait inquiéter le loup, avait un effet plus qu'apaisant sur sa personne et il appréciait cela à sa juste valeur. De plus, maintenant, savoir qu'ils allaient devenir parents, aidait à se sentir au mieux. Il serait un père protecteur, sans aucun doute, même si parfois, son besoin de partir à l'aventure se ferait sentir. Il ferait en sorte d'être toujours là pour eux. Sa belle n'aurait pas droit à un énième amant, qui l'abandonnerait sans plus de regret.

- Aussi. Avec un petit sourire heureux, bien qu'encore à moitié endormi. Ouvrir les yeux sur une vision aussi magnifique, valait bien la peine. Il tendit la main pour lui caresser les lèvres. Mmmrrrr.... ok. Alors qu'il s'étirait en plantant sa tête dans le coussin, pour tenter de bouger un peu.

Laissant sa compagne discuter avec le garçon d'étage, il se redressa alors pour s'asseoir tranquillement dans le lit, s'adossant contre le dossier, se passant une main dans les cheveux, pour tenter de les recoiffer comme il le pouvait.

- C'est pas une mauvaise idée! Lui faisant la place, pour l'accueillir près de lui. Un peu affamé ouais. Il n'avait rien mangé le jour précédent, et ça commençait sérieusement à se faire sentir. Il observait sa belle s'occuper des fruits, son petit sourire continuait de flotter sur ses lèvres, il était heureux et ça se voyait. Il ressentait aussi à quel point sa belle était bien, malgré tout et ça... ça ne pouvait que le faire rayonner un peu plus. Comment va ta blessure? S'enquit-il quand même, alors qu'elle revenait vers lui.

Il attrapa le bol et embrassa la tête de sa compagne, avant d'attraper une date, pour la manger avec appétit.

- Hum... je pense que le doc' ne serait pas contre cette idée, n'est-ce pas? Riant un peu, avant de lui donner un quartier d'orange. Et va falloir que je m'occupe de toi, n'est-ce pas? Avec ce petit pétillement au fond du regard. Le simple fait qu'elle lui mettait la main dans les cheveux, lui faisait du bien, il en aurait ronronné de plaisir. MMm.... et moi tes yeux. Taquin, avant de répondre au baiser, tout tendre. Qu'est-ce que tu voudrais le plus? Une fille ou un garçon? Mangeant encore une fois un fruit.

A y réfléchir, de son côté, Caleb se disait qu'il se moquait bien du sexe de son enfant. Les choses seraient, bien entendu, différentes, si c'était un garçon ou une fille. Il se demandait s'il allait se comporter différemment et qu'est-ce qu'il apprendrait de différent à l'un et à l'autre... ou alors, ce serait pareil. Que des questions dont il n'avait pas encore la réponse, mais il savait en tous les cas, que sa compagne serait sans aucun doute, une mère de rêve.

- Je vous emmènerai tous les deux dans mon petit paradis. Avec un air mystérieux.

Codage par Libella sur Graphiorum
Caleb
Sphère Savoir
avatar

Messages : 139
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Mar 18 Avr 2017 - 19:40

La belle déposa un baiser sur l'arrière du crâne blond, amusée de le voir enfouir sa tête dans l'oreiller aussi vite. Leur tranquillité mutuelle lui donnait presque envie de chantonner. L'annonce d'une belle journée d'été sans aucune obligation à l’horizon lui procurait une joie presque enfantine.

« J'irais faire des courses dans l'après-midi, qu'on soit tranquille pour quelques jours. »

Sveda baissa les yeux sur le pansement qui lui scindait les cotes. Elle pouvait ressentir le tiraillement de la peau au travail. Une douleur sourde et continue persistait. Mais, c'était supportable. Lohen avait été efficace. Et avec de l'auto-médication la blessure ne devrait pas mettre plus d'un mois à disparaître. La cicatrice, aussi allait disparaître au bout du compte. Comme toutes les autres elle ne serait plus qu'un souvenir dans la mémoire sans fond. Elle sourit au loup au baiser et lui répondit rassurante :

« C'est un peu douloureux. Mais rien de grave. Et puis j'ai une bonne constitution. Le gène amplifie mes capacités régénératrices. Comment tu te sens toi aussi ? Je sais bien que ça n'a pas été confortable pour toi non plus.»

Les bleus les plus léger avaient déjà disparu de sur la peau dorée. Dans quelques jours, Tohum aurait entièrement récupéré. Elle serait apte à retourner à la vraie vie. La Potentiel Home avait toujours besoin de professeurs de sciences, ou d'histoire, ou de langues. Une immortelle de huit cent ans avait bien assez de connaissances pour satisfaire la curiosité de jeunes étudiants. Elle remercia Dante et rit avant de croquer dans le fruit.

« Haha oui. Je sens bien que je lui ai donné du tracas à ce pauvre Matthew. Je chercherais un moyen de me faire pardonner. Et j'irais voir James, juste au cas où. »

Ce n'était pas encore la priorité de notre Rose. Elle se laissait charmer par la paix de son amant. Cela lui faisait du bien de ne plus être dans la réserve, mais ici, avec Dante. Elle souriait en songeant que la fin de l'été allait être beaucoup plus paisible qu'il n'avait débuté.
[
/i] « De moi, de toi, et de cette petite-chose. Une nouvelle aventure... Je suis sûre que tu vas faire ça très bien ! » [i] Lança-t-elle les yeux plissés par la malice.

Caleb en père et compagnon protecteur, voilà un rôle qui intriguait Tohum. Elle avait été admirative de l’altruiste de cet homme. Elle était attendrie par les fêlures qu'elle avait deviné chez lui. Et à présent elle se demandait ce que ce loup solitaire allait faire dans la peau d'un père. Sveda avait une bonne intuition.

« Je n'ai pas de préférence. Un enfant en bonne santé c'est tout ce que je veux. Et toi ? Tu as une préférence ?»

Elle croqua dans une date, curieuse d'avoir sa réponse. A chaque rencontre les aspirations et les attentes avaient étés différentes. Jao avait eu un fils sans l'avoir attendu. Quand la famine avait empêché le père de Joachim d'avoir cette famille nombreuse qu'il avait désiré. Mais, avec le recul, chacun avait eu son content de bonheur. Donner la vie ensemble procurait tant de joies.

« Ta maison sur l'arche helvétique ? Oh oui, j'aimerais beaucoup la découvrir, « L'antre de Caleb ». Quand ? »

Elle tendit une main pour saisir la tasse de café tiède et la proposer à l'archéologue avec un petit sourire complice. Elle attrapa ensuite la seconde qui contenait uniquement un lait chaud et la porta à ses lèvres. Le lait était un peu fade pour ses papilles en éveil. La rose se dit qu'ils achèteraient de la cannelle plus tard. Un soupir d'aise remonta à ses lèvres.

« J'ai l'impression d'être en vacances. Sveda s'installa en tailleur et posa la tasse entre ses cuisses. Elle passa une main dans ses cheveux clairs. Elle bailla et s'étira lentement et sans forcer, gagnée par la détente. Mmmm ! Ah les cloches ! Quelle heure est-il ? Et puis non on s'en fiche ! » Clama-t-elle en allant ronronner dans le cou du nomade.
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 819
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil
Revenir en haut Aller en bas
Dim 7 Mai 2017 - 18:18
Le baiser sur le crâne ne manqua pas de lui tirer un petit sourire de contentement. La douceur de Sveda lui faisait tellement de bien. Le savait-elle au moins? Le ressentait-elle? C'était dans ces moments qu'il souhaitait pouvoir transmettre ses propres émotions aux gens, plutôt que simplement le ressentir. En tous les cas, le bien-être de sa compagne lui faisait du baume au cœur.

- Hum... c'est une idée ça. Je vais venir avec toi, pas que tu décides de prendre des trucs lourds et que tu blesses un peu plus. Tête de mule! Se redressant un peu et l'embrassant sur la joue.

Heureusement que le médecin avait bien fait son travail et que la plaie de sa belle était bien refermée. Qu'elle la tiraille était normale, tant que les points ne sautaient pas, c'était le plus important. Il fallait que cette saleté guérisse, vite et bien. Sveda avait cet avantage de pouvoir guérir un poil plus vite que la moyenne grâce à ses gênes immortels. Grand bien lui fasse.

- Bien, bien. L'observant, de son regard amoureux. Humm... Ça va, j'ai bien dormi. L'important c'est que vous alliez bien tous les deux. Et puis, j'ai intérêt à être en forme pour les prochains mois. Taquin. Oui, James pourra t'aider, c'est toujours utile d'avoir un guérisseur comme lui dans ses contacts.

Seulement si la blessure ne se refermait pas correctement. Mieux valait ne pas utiliser le pouvoir de leur ami à outrance, surtout en sachant les conséquences. D'ailleurs, il leur faudrait réfléchir à comment aider Castiel. Comment il pourrait se débarrasser de toute la mauvaise énergie qu'il emmagasinait en aidant les gens. Décidément, même les meilleurs dons, avaient des revers de médaille détestable. C'était encore plus rageant quand cela touchait à des gens, comme leur ami ailé, qui ne voulaient que le bien de leur prochain - si on omettait le passage à vide de ce dernier, mais Caleb et Tohum étaient du genre à pardonner et ne voir que le bien chez les autres... ou presque -.

- Je ferai tout pour vous deux. Sans m'épuiser, promis. En faisant un petit signe de croix sur son cœur. Il savait qu'il serait idiot de sa part, de s'épuiser. Cela n'amenait à rien de bon. On verra, j'ai jamais réellement été père. Et c'était presque inquiétant en fait, mais avec une compagne comme Sveda, pourquoi avoir peur?

- Non... je crois pas... peut-être une fille? Ou un gars...
Secouant la tête, amusé. J'en sais rien. Les deux me vont, tant qu'il/elle sera en bonne santé, en effet. Et qu'on arrive à lui offrir la meilleure des vies. Tu crois que ce sera faisable? Au pire... on ira dans un coin loin de tout, pour avoir la paix!

Caleb le misanthrope. Oui c'était quelque chose qu'il savait faire parfaitement. D'un côté, ses expéditions, en étaient une preuve. Sa maison sur l'arche suisse aussi d'ailleurs. Peu de personne, voir personne n'était réellement au courant qu'elle existait. C'était là qu'il gardait tous les souvenirs de ses nombreuses vies. Il n'y allait que quand il n'en pouvait plus de côtoyer les gens, surtout quand les émotions étaient trop fortes et le rendaient malades.

- Oui! Riant un peu, l'embrassant avec tendresse. Quand tu voudras. Caressant doucement son ventre. Ou on attend la venue de cette petite crevette?

Accueillant avec plaisir la tasse de café, l'archéologue en bu une gorgée avec plaisir. Le café lui brûla un peu la gorge, mais ce n'était vraiment pas désagréable. S'asseyant à son tour près de sa belle et lui caressa doucement la joue, alors qu'elle venait ronronner dans son cou.

- Ah ah! Oui c'est mieux. L'embrassant sur le front. Mais malgré tout ce bonheur, il lui fallait pourtant oser faire un pas, un pas difficile, il fallait que Dante soit capable d'oser avouer un secret qu'il gardait enfouis au plus profond de lui, mais, si avec cette femme, il décidait de faire sa vie, d'accepter l'enfant, elle devait tout savoir de lui. Même cette ombre noire, mais cela lui faisait peur, il avait peur qu'elle le quitte. Sveda... j'aimerai.... il faudrait que je te parle d'un truc. C'est pas vraiment... ça m'embête de noircir un peu ce tableau vacancier mais c'est important. Prenant une longue inspiration, déballant alors sa confession d'une traite, pour ne pas qu'elle le coupe d'abord et qu'ensuite, qu'il ne perde pas son courage en l'avouant. Je t'ai jamais vraiment dit comment ça marchait l'immortalité chez moi. Et franchement, c'est pas très reluisant, mais... en fait.... j'ai... hum... Reprenant une nouvelle inspiration, ne sachant pas comment mettre les mots sur ses actions. Il me faut de l'énergie, l'énergie d'un être vivant, humain, c'est le seul moyen que j'ai de rester ainsi. Et... je ne peux pas le contrôler, c'est comme si j'avais une bête en moi qui se réveillait et ne voulait surtout pas disparaître. Me poussant donc à trouver une victime et lui prendre sa vie pour garder la mienne. Baissant les yeux, ses doigts venant doucement frotter les infimes marques qui marquaient son poignet. Heureusement c'est une fois tous les 80 ans... mais... quand même...Peur et honte se mêlait un peu. Personne n'est au courant. J'estime que tu as le droit de savoir avec qui tu t'engages, jusqu'au bout et j'en suis désolé. Vraiment.

Son cœur battait la chamade, il craignait vraiment de la dégouter, qu'elle ne veuille plus le voir, que l'enfant ne puisse jamais le connaître, bref, une réaction qu'il estimait normale et compréhensible, mais qui - bien évidement - ne pouvait que l'angoisser au plus haut point. Ce qui démontrait à quel point Carso, tenait à cette belle blonde.

Codage par Libella sur Graphiorum
Caleb
Sphère Savoir
avatar

Messages : 139
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Lun 15 Mai 2017 - 12:10

Paradis sur Arche.

« Oui, j'espère que Natacha va réussir à comprendre ce qui cloche dans la formule. » Camille n'avait pas encore accepté d'entrée dans la partie. L'idée lui viendrait un peu plus tard de le lui proposer.

On peut clairement dire que Tohum était une exception dans son genre. Peu d'immortels transcendaient les lois temporelles pour maintenir des liens avec des personnes connues il y a des siècles de là. D'ailleurs, on pouvait se demander pour quoi ? C'est vrai, dans quel but conserver de l'affection, de l'amitié, pour des personnes qu'on ne voyait plus ? La même question pouvait se poser à propos de la descendance. Au bout de sept cent ans, combien d'être était nés des premiers enfants de Sveda ? Hum. Combien de vies qui étaient reliées à la sienne ?

« Tu n'es jamais resté... »

Que disais-je à propos de l'exception ? Sveda constatait sans condamner une seconde. Elle était lucide. Quelque part, entendre Caleb se projeter dans sa toute nouvelle paternité suffisait à la rassurer. Il n'était pas un homme à faire des promesses qu'il ne pouvait pas tenir. S'il évoquait leur avenir commun c'est qu'à son tour, il faisait exception. Alors, oui peut-être n'avait-il pas choisi la compagne la plus... inconnue. Mais, rien n'indiquait encore qu'ils ne seraient pas capables de fonder cette famille en devenir, en création même.

« Avec toi, oui, je crois que c'est possible. Je sais qu'on arrivera à trouver le mode de vie parfait, pour elle et pour nous. J'ai confiance. »

Dans cette perspective, le couple devait parler de choses plus pragmatiques. Kent n'avait plus d'appartement depuis plusieurs mois puisque le propriétaire avait résilié ses droits. Carso n'était pas destiné à resté dans cette ville plus de quelques semaines. Pourtant, ils devaient imaginer l'année à venir, au minimum. Alors, oui, le temporaire pouvait avoir ses limites, même pour des nomades.

« Ce serait mieux. Je voudrais m'assurer qu'Ava et Kim ont trouvé leurs marques ici avant de partir... si cela te va ? »

C'était à force d'imaginer cet avenir commun que Caleb du ressentir le besoin de passer à la confession.

D'abord, assimiler. Carso avait parlé vite, trop vite. Comme toute personne pressée de se délester de son lourd secret. Sveda le regardait bouger prés d'elle, tandis qu'elle cherchait à mettre de l'ordre dans ses idées. C'était un fait, elle n'avait pas été cherché plus loin, concernant les dons de Caleb. Elle était partie du principe que... Qu'ils étaient pareils. Après tout, ils étaient pareils sur beaucoup de points ! Elle le fixa à nouveau, essayant à présent de déterminer son âge physique actuel. Quel âge avait le corps de l'archéologue ? Moins de 40 ans... Oui.

« Je... » A son tour Tohum remplissait ses poumons d'air pour trouver un peu de contenance. L'effarement, la peur, lui brouillait le cerveau. Ren, ne remettait en cause les sentiments qui l'animait, elle. Combien de Prodige vivaient avec des malédictions ? Et combien en avait-elle aidé ? « Merci.»

Tohum connaissait le prix d'un tel aveux. N'avaient-ils pas tous été placé face aux dilemmes cornéliens toute leur vie durant ? L'éternité n'était pas gratuite. A ça, il n'y avait pas d'exception. Caleb devait payer plus cher que les autres. Les cicatrices, que la rose avait si souvent caressé avec tendresse, prenaient leur sens à présent. Dante avait probablement essayé avec une méthode radicale pour briser ces cycles. Mais, heureusement pour eux, ça n'avait pas fonctionné.

« Je n'imagine sans doute pas à quel point c'est... » La main de la belle se posa sur la sienne pour la presser avec force. Démonstration d'un soutien qui allait bien audelas de leur connexion amoureuse. C'était celui d'un prodige à un autre. « Dante... je suis vraiment désolée. » Une flamme vive embrasa ses yeux clairs. « Ça ne change rien de ce que j'éprouve. Rien du tout. »

Lentement, ses bras doux et protecteurs vinrent le prendre en coupe.

« On finira par trouver un moyen pour que tu n'es plus à le faire, ensemble. »

D'ici à ce que survienne le prochain « baiser de la mort » Kent avait le temps de rassembler ses troupes scientifiques. Une raison de plus pour poursuivre son travail avec le sérum. Mais, ce n'était pas sur ça que la rose voulait se concentrer. Tandis qu'elle consolait son amant, sa voix chuchotait :

« J'ai découvert mon don dans la peur... je n'avais aucun contrôle sur lui. Personne pour me guider ou m'enseigner comment faire. Pendant très longtemps, il y a eu des accidents. Horribles. J'ai tué beaucoup de personnes sans le vouloir. Je sais que ça pourrait encore arriver. » A votre avis, pourquoi était-elle devenue professeur ? « Je sais qui tu es Dante. Et tu es un homme bon. »
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 819
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Sam 27 Mai 2017 - 18:02
- Hum... oui. J'aimerai bien que tu fasses attention avec tout ça Sveda. On en a déjà parlé, mais tu sais que c'est dangereux....

Caleb espérait vraiment que toute cette histoire ne finirait pas plus en bain de sang que ça l'était déjà. Il ferait tout pour protéger sa compagne et leur bébé en tous les cas. Mais si Sveda pouvait éviter les problèmes quelques temps, ça ne serait pas plus mal en fait. Mais la dame n'était pas au bout de ses surprises, elle allait découvrir quelques faces cachées du loup, qu'il gardait soigneusement dans le coin de son esprit, des souvenirs lointains et presque oubliés depuis le temps. A sa question, il l'observa quelques instants, caressant ses joues, ses cheveux, secouant doucement de la tête.

- Non, presque jamais, ou en tous les cas, jamais jusqu'au bout. Parce que je ne voulais pas devoir donner des explications au pourquoi de mon non-vieillissement. Mais honnêtement, à part un fils en France il y a de ça plus de 90 ans, je pense ne pas avoir réellement d'enfants. J'ai toujours fait attention à ça. Et je ne suis pas un très grand... coureur de jupon. Dans un petit sourire qui se voulait taquin. Avec toi c'est différent. J'ai l'impression... non je veux juste l'avoir avec toi. Le voir grandir, te voir maman. C'est tout. Tu me changes un peu, moi qui ne voulait plus d'attaches. Tendre, allant l'embrasser sur le front.

Oui, il l'aimait cette femme et de toute son âme. Et leur confiance en leur avenir balayait rapidement tous les autres doutes.

- Tu as raison. Je te fais confiance. D'un air malin. Bien entendu que cela me va. Je serai là pour t'aider si besoin est.

Si bien entendu, leur amour, leur couple survivrait à son aveu. Car ils étaient maintenant bien trop loin dans leur histoire, pour qu'il cache encore longtemps son plus lourd secret. Ce fût donc dans l'expectative, le cœur battant, qu'il attendait une réponse de Kent. Espérant que les émotions qu'il ressentait venant d'elle, n'allait pas tout foutre en l'air. Mais tenu, sous la peur et le choc, il le ressentait, cet amour qu'elle avait pour lui et sans doute, que tout ceci le rassurait. Pourtant il continua de frotter ces marques sur son bras, non pas signe d'une tentative quelconques de mettre fin à sa vie, non, c'était une marque indélébile des âmes qu'il avait sacrifié pour sa propre survie. Un souvenir incrusté dans sa chaire, pour ne pas qu'il oublie. Jamais.

Les mains chaudes sur les siennes, il les serra de toute sa force, son regard planté dans le sien. Il comprenait, rapidement, qu'elle comprenait, qu'elle lui pardonnait et plus important que tout, l'aimait encore et resterait avec lui.

- Merci... ému aux larmes, parce qu'enfin, il pouvait partager, il se sentait compris et savait que ce soutient indéfectible, serait là pour toujours. Dans un mouvement, quand elle le prit dans ses bras, il la serra fortement contre lui, enfouissant son nez dans son cou, calmant les battements de son cœur en respirant son odeur. L'écoutant, attentif. Caressant lentement son dos. Je serai là aussi pour t'aider. Il se reculait un peu pour prendre à son tour son visage en coupe, se plongeant dans son regard. Je t'aime Sveda. Capturant ses lèvres pour un baiser d'amour, finalement ce fût un petit sourire qui revint sur ses lèvres quand ils se séparèrent. Merci, vraiment.

Cette reconnaissance qu'il avait pour elle, la lionne pouvait la lire dans ses yeux, sans doute la ressentir même. Une chose était sûre, il ferait tout pour elle et pour mériter, chaque jour, ce cadeau qu'elle lui faisait. Se passant une main sur les yeux pour faire disparaître ces marques d'émotions.

- Encore du jus d'orange? D'un ton plus léger, il était temps qu'ils reprennent ces vacances et en profite, comme les futurs nouveaux parents qu'ils étaient.

>> Aider un ami

Codage par Libella sur Graphiorum
Caleb
Sphère Savoir
avatar

Messages : 139
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Sam 3 Juin 2017 - 21:16

Sveda rendait sourire pour sourire. Sans compter. Les mots de Dante avaient de quoi la combler. Si elle avait redouté leurs instincts solitaires, ou indépendantistes, tout était effacé. Tohum songeait elle aussi à l'impacte de cette rencontre sur son existence. Après, disons-le crûment, l'échec d'avec Pietro, elle avait mit du temps à accepter ne serait ce que l'idée d'être de nouveau charmée. Carso s'était présenté sur son chemin alors qu'elle n'envisageait plus vraiment de relation amoureuse.

« Je ne m'attendais pas à te rencontrer. Et encore moins à avoir un bébé. Maintenant que c'est là, qu'on y est, je sens que je suis complète. »

Kent n'avait pas de doute non plus concernant l'engagement de cet homme, dans son soutien et son appui. Nous l'avons dit, ils sont du même bois. C'est pleinement que chacun s'engage dans la vie de l'autre, avec tout ce qu'elle peut avoir de bon et de moins bon. Ils étaient mûrs, expérimentés, forts de leur sagesse. Une vie de couple, était comme un voyage, avec des surprises tout du long. Ce serait le monde extérieur, surtout, qui allait les mettre à l'épreuve.

« Pour que ça fonctionne, on doit continuer à se parler. »

La mise en application avait été instantanée. Caleb faisait un pari sur l'avenir et il avait raison. Mais cet acte de courage et d’honnêteté, la rose du désert saurait le respecter. Qui aurait-elle été pour condamné un homme ? D'autant que cet immortel avait très souvent prouvé son humanité. Il n'était pas cruel comme certains prodiges. Il se battait pour être une personne de bien et de devoir. Sveda avait perçu tout cela et plus. Cette force avait aussi participé à ce qu’écorent des sentiments amoureux.

Des larmes arrivèrent au coin des yeux de notre blonde à cause de l'émotion. Elle était heureuse que Caleb se soit sentit prêt à faire cet aveu. Mais aussi triste pour cet homme qui devait tuer pour vivre. Elle lui caressa le crâne tandis qu'il reprenait force et confiance dans ses bras. En son for intérieur, Tohum su en cet instant précis, qu'ils pourraient affronter toutes les tempêtes. Tous les trois.

« Nous serons deux. OuI. » Tel l'écho de ce que ce grand loup solitaire affirmait. Les yeux de la belle brillaient. Elle souriait émue à son tour. Elle se savait aimée, ça oui. C'était si bon, si fort. « Je t'aime aussi ! »

Après le passage de la main, la lionne allait déposer des baisers sur le visage du loup. Ses doigts effleuraient la barbe de trois jours, complices. Dans ses yeux se lisaient toute la confiance d'une femme amoureuse et aimante. Les drames de la nuit précédente lui avait au moins ouvert les yeux sur une chose, la Rose ne voulait pas que sa vie soit un combat pour l'éternité.

« Je veux bien, merci. »

Le petit déjeuner dura beaucoup plus longtemps que les autres jours. N'ayant rien qui les presse Sveda et Dante pouvaient enfin partager un moment simple. L'un des premiers, et sans aucun doute des nombreux autres, qui allaient faire leur histoire commune. Pendant la progression du soleil d'été Tohum gagna en énergie, telle une fleure alimentée par les rayons UV.

Du lit elle passa au transat sur le balcon de la chambre, le ventre blanc exposé à la douce chaleur du soleil. A l'exception de la partie bandée. On aurait vraiment dit, une lionne qui était au repos. Dans cette agréable somnolence des échos du cauchemar revenaient se manifester une nouvelle fois.

« Non... Arrête. KIMMMM ! » Une douleur cuisante réintégra la rose au présent, avec le cœur battant.

Même au Paradis il y avait des ombres. Mais, un simple sourire, un regard, et elles s'éloignaient.
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 819
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: New Town :: Autres lieux-