Do you remember the seaside? [Audrey]

 :: Édimbourg :: Leith :: Water of Leith Walkway Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 2 Sep 2016 - 19:41


"I come alone here." Promise - Ben Howard

____________________________________________________________________

Est-ce que tu te souviens du port, Hailey ? Nous nous étions promenées sur la jetées, la première fois que nous étions venues sur l'Arche. Quand j'y pense, c'était notre première fois en Europe. Enfin, si l'appellation d'Europe a encore un sens maintenant que tout est éparpillé dans le ciel. L'aéronef venait à peine de se poser le long de la jetée -quel modèle était-ce, déjà ? Un sigma 3, je crois, un des fleurons de Mesa à l'époque. Ils en sont au douzième maintenant. Tu dorerais – que nous nous étions éclipsées sur la promenade. C'était peu après la révélation des portails au reste du monde. L'effet que ça avait fait, ni toi ni moi ne nous en étions rendues compte. Pour nous, c'était...un projet, quelque chose de fun sur lequel bosser. Qui aurait cru que la possibilité de se déplacer instantanément d'un point à un autre aurait à ce point captiver les gens ? On se déplace tout le temps pourtant, je ne vois pas pourquoi on en ferait un fromage. Mais le succès... C'était le tiens, avant tout. C'étaient tes portails. Ils le sont toujours : chacun d'entre eux, c'est un peu comme une partie de toi, de l'énergie que tu y a mise. Parfois, quand j'en ouvre un, je crie ton nom ; j'espère toujours qu'un jour, tu finiras par me répondre. C'est idiot, je sais, mais...ça fait du bien. L'espoir, je veux dire. Sans ça...sans ça, je ne sais pas ce que je serais devenue.

Pourtant, je ne m'en tire pas trop mal. Enfin je crois. J'ai continué nos recherches bien sûr, comment aurais-je pu faire autrement ? C'est le seul moyen que je connais d'avoir une chance de te ramener un jour, aussi infime soit-elle. Le docteur Horst, Mesa...ils pensent tous que tu es perdue. Mais même sans l'Entité, le système des portails continue de fonctionner. Voilà dix ans que des centaines de milliers de personnes les utilisent tous les jours. En as-tu croisés, des fois ? L'un d'entre eux est-il arrivé jusqu'à toi ? Mais je m'égare. Je fais souvent ça, je pense, je pense, et je ne fais plus attention où mon esprit se dirige. Mieux vaut ça que se cogner dans un mur, même si j'ai parfois l'impression d'être un rat dans labyrinthe. C'est un peu ça la vie sans toi, Hailey : un labyrinthe dont je n'arrive pas à trouver la sortie. Mais je ne m'arrête pas pour autant, j'en suis incapable. On dit qu'il faut toujours tourner à gauche, que c'est un moyen infaillible de trouver la sortie. Alors quand je pense très fort, je penche la tête sur la gauche, des fois que ça marche ; pour le moment, ça m'aide surtout à me déboucher les oreilles après un voyage en aéronef. Mais je parlais du port, je crois. Il pleuvait, mais cela nous était égal. Nous nous étions assises sur la jetée, à regarder les mouettes et les goélands, des éclairs blancs sur fond de ciel gris. Le vent ramenait tes cheveux contre ton visage ; j'avais remonté mes lunettes de travail sur la tête, pour tenir les miens. Et on ose me dire que je n'ai pas l'esprit pratique... On avait cherché Saturne, aussi. Comme à chaque fois qu'on découvrait un endroit, pour en faire notre point de repère. Une promesse, afin de s'y retrouver si on se perdait. Sur le port en Écosse, ou ailleurs. Mais cette fois-ci, tu n'es jamais venue. Ou plutôt, je ne t'ai pas trouvée. Pas encore.

Aujourd'hui, je suis venue sur l'Arche pour l'exposition universelle. Cecil a insisté sur l'importance de ma présence pour la présentation de Mesa à la foire aux inventions, prévue dans quelques semaines. Il paraît que je suis une figure de proue, une « poster child ». Même si je n'avais vu ma tête sur le moindre poster. Cela ne me dérange pas plus que ça, au fond. J'aime bien les foires, j'aime biens les inventions, et j'aime bien l'Arche. La dernière fois que j'y suis venue doit remonter à au moins deux ans. Une série de conférences à l'université d’Édimbourg et à la Potential Home, ou presque rien n'a explosé cette fois-ci. J'aime bien cette ville, cette arche : je m'y sens bien. C'est différent de l'Institut de Néo-Séoul où tu m'avais trouvée, et c'est bien plus vivant que la froide arche de Singapour où Mesa a son quartier général. Il fait plus frais ici, et c'est agréable. Le vent, les embruns, l'odeur de l'eau salée qui cascade au bord de l'Arche. C'est une vision magnifique, dont je ne me laisserai jamais. J'aurais juste préféré que tu sois là pour la voir avec moi. On se serait assises sur la même jetée, on aurait mangé des frites et du poisson frit enrobés dans du papier journal, et on aurait parlé de Ramon. Il nous aurait sûrement rejoint, plus tard, et Cecil et Carlos aussi, après leur promenade en amoureux.

Mais là, je suis toute seule. Ramon s'occupe de superviser le déchargement de l'équipement, Carlos supervise les chercheurs, et Cecil fait sa communication. Heureusement qu'il est là ; la communication, ça n'a jamais été mon fort. La communication officielle, tout du moins. Je ne sais jamais ce qu'il faut dire et ne pas dire ; tu étais bien meilleure que moi pour ça, ma grande... C'est pas plus mal d'être seule, ceci dit. Après le voyage, ça me fait du bien ; souvent, j'ai besoin de calme, de m'éloigner des gens. De ne plus entendre sans cesse leurs voix quand j'ai de la peine à entendre la mienne. Alors je profite de mes retrouvailles avec la ville, avec le port. J'ai les pieds qui se balancent au-dessus de l'eau, assis au bord du ponton ; il pleuvine, presque comme la première fois, mais en moins fort. J'en profite aussi pour bricoler Bob, ou du moins Little Bob, son interface portable. Bob, c'est... je ne sais pas comment te le décrire. Je travaille dessus depuis presque dix ans, j'ai commencé le projet peu après ta disparition. Je ne sais pas si c'est un ordinateur, une machine à penser, un organigramme ou une sorbetière ; je crois que ça dépend des jours. Je le modifie sans cesse, même si j'ai l'impression que c'est lui qui se modifie à travers moi. Je peux l'entendre, tu sais, et plus clairement encore que les autres machines. C'est presque une partie de moi. Une partie que je peux monter, démonter et remonter à loisir. Little Bob ressemble à une sorte de boîtier cuivré dont dépassent tuyaux, rouages et pièces diverses ; il ne reste jamais pareil très longtemps. Parfois, un mince jet de vapeur me brûle la main, mais je m'y suis habituée. C'est une des manières qu'il a de communiquer. Je l'installe sur mes genoux, je le branche à mon bloc poignet (Samantha, que j'ai conçue moi-même), et je le triture avec Elvis (un de mes tournevis). Je vois qu'il fonctionne moins bien sans l'ourse en peluche, mais j'ai dû le laisser avec l'interface principale pour éviter la panne.

« Qu'est-ce que tu racontes, mon grand ? »
que je lui dis ; il semble récalcitrant, je peux le sentir. Peut-être que... Mais bien sûr, Goumi ! J'aurais dû y penser avant ; Hailey, tu vas me prendre pour une véritable idiote ! Je pose Elvis, et je fouille dans la poche de ma chemise, que je porte à carreaux avec une paire de shorts en jeans et des collants, le tout avec mes fidèles grosses chaussures. La poche gigote, et Goumi en jaillit pour filer ventre à terre sur la jetée.

« Goumi, reviens ! » que je crie au rat blanc qui finit par s'arrêter quelques mètres plus loin, son museau frétillant tandis qu'il inspecte ce nouvel environnement. Je ne m'inquiète pas trop, parce que Goumi est un rat plutôt prudent, et que j'ai encore du cracker et du fromage dans une autre poche, entre deux bananes. J'espère surtout qu'il ne prendra pas peur ; ce serait compliqué de me mettre à lui courir après, Little Bob sous le bras... Je soupire, et tend le bras au point de presque m'en tordre l'épaule, des fois que j'arrive à l'attraper par la queue. Puis j'avise une promeneuse qui passe à portée, et c'est avec mon plus grand sourire poli que je lui demande : « Est-ce que vous pourriez me passez ce rat s'il vous plaît ? Il s'appelle Goumi, il est très gentil. »
Saturn
Sphère Savoir
avatar

Messages : 41
Etat Civil : célibataire
Pouvoirs : compréhension innée des machines
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: Leith :: Water of Leith Walkway-