[CLOS] You again ... ? [ De Lascelle ]

 :: Édimbourg :: Eastside :: Autres lieux Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 7 Déc 2016 - 11:58
Zenon eut un petit sourire à la menace d'Amélia. Oh, il ne doutait pas une seule seconde du sérieux de ces menaces. Pourtant, ce n'était vraiment pas ce que comptait faire le comte. Tout au plus, ils passeraient tous les deux une bonne soirée, entre danse et discussion, au mieux, ils ne se feraient sans doute, que du bien, ou si mal il y avait, c'était sur une entente des deux partenaires. Bref. Head se faisait sans doute du souci, pour rien. L'homme leva la main, pour lui faire un petit salut, signe aussi, qu'il avait parfaitement entendu et enregistrer la menace. Aucunement besoin de revenir dans une discussion qu'aucun des deux ne gagneraient et comme il l'avait fait remarqué, verre vide et air froid, finissaient par ne plus faire bon ménage.

La chaleur de la pièce où il entra, dû, un instant, rendre ses joues rouges, contraste marquant avec le frais extérieur. Il retrouva donc bien rapidement la française, qui, comme on pouvait s'en douter, attirait quelques regards et intérêts. Il fût un chevalier servant à la sortir ainsi de sa conversation. Elle avait l'air ravie de le voir en tous les cas.

- Mais je suis là pour ça, madame. Dans un sourire charmeur, avant de l'amener sur la piste, saluant son mari d'un signe de la tête.

De Lascelle n'était pas un homme jaloux, surtout pas avec les femmes mariées. Comment était donc Charpentier? Voilà quelque chose qu'il découvrirait sans doute très vite. En tous les cas, monsieur ne semblait pas si inquiet que cela de retrouver son épouse au bras d'un libertin qui assumait pleinement les rumeurs qui courraient sur sa personne. Ce dernier reporta bien rapidement toute son attention sur la dame, engageant alors un pas de danse.

- Ce n'est pas moi qui mords le plus fort dans nos échanges. Mais je crois qu'elle est partie fâchée. Pourtant, il s'en amusait plus qu'autre chose. Et j'ai pu comprendre qu'elle tenait à vous plus qu'elle n'est prête à le montrer. Mais parlez-moi plutôt de vous.

Clark avait eu assez d'attention pour la soirée, maintenant qu'elle n'était plus présente, il était de bon temps de passer à autre chose. Madame Charpentier avait tout pour l'intéresser, à n'en pas douter.
Hunter
Sphère Dirigeante
avatar

Messages : 54
Etat Civil : Divorcé
Revenir en haut Aller en bas
Lun 19 Déc 2016 - 22:52
You again ... ?



100x100

Laure

Mrs Charpentier, décoratrice d’intérieur de bureau. Elle est aussi très impliquée dans le bénévolat. C’est une figure du milieu. Son mari est l’Ambassadeur de l’Arche de Paris.


Bons danseurs. Ils parvinrent au centre de la piste. Les basses plus sourdes. La voix chaude d'une chanteuse noire étouffa le patriotisme écossais. La lumière un peu plus frêle. Rien de plus pour apaiser la salle.

Madame Charpentier posa sa main sur l'épaule de De Lascelle.

- Ah ! Tant de choses qu'elle garde pour elle... Un doux reproche planna.

Laure aurait aimé avoir la même complicité qu'à leur adolescence. Clark avait rapidement rendu la chose impossible. Comme elle n'avait rien à partager. Ou comme elle soupçonnait trop à dissimuler. Mais la pensée passa aussi vite. Zenon avait raison.

Le sourire de Charpentier se fit plus vif. Ils dansaient. Ils dansaient même bien. Déchargés de tentions. Sous les regards envieux des quelques dames qui avaient entendu parler du libertin. Sous le regard d'un époux et de ses compatriotes francophones. Charles observait le couple en fumant le cigare. Un air placide. Un esprit sagace. Celui du fauve.

De moi ? Que voulez-vous savoir Comte ?

La jolie rousse était la fille d'un éminant diplomate français. Charpentier père occupait un poste important à Baltimore, en Amérique. Il avait offert à ses deux filles une excellente éducation. Une éducation de bon catholique. Pourtant, c'était sans aucun remord, que la cadette des filles s'était écartée du chemin. Rebellée.
Alors qu'elle avait les capacité d'aller à l'université de Saint John de New-York, Laure avait choisi de suivre une formation artistique à l'autre bout de l'arche Américaine. Tempérament de feu qui n'avait pas tardé à chambouler la vie du prestigieuse établissement.
Convocations, renvois, n'avait fait que forgé sa légende. Elle avait obtenu le diplôme de fin d'étude avec les honneurs. Sans suite. Car le beau Charles Charpentier lui avait offert la seule chose qu'elle désirait vraiment. La liberté.

- Vous avez une réputation. Est-elle justifiée ?

Une pirouette rapprocha la Française de l’Écossais. Ils se retrouvèrent presque collés l'un à l'autre. Laure recula d'un petit pas. La main toujours fermement pressée contre le dos du danseur. Un sourire traversa le visage de la femme. Comme si tout était déjà convenu entre eux.
Le pacte passé au moment où le comte était revenu dans le manoir.

- Etes-vous déjà allé en France Comte ?

Non pas Paris mais plus loin au Sud. Là où le soleil caresse la terre. Où les valons sont verts toute l'année. Rien à voir avec cette arche humide et grise. Laure était une fille du printemps. Elle n'était jamais aussi heureuse que dans ses chers champs de lavande bleue. Une terre magique diraient les anciens. Celle où était le petit paradis des Charpentier et de leurs amis.

- Vous devriez venir nous voir en Provence, un jour prochain. Invitation généreuse. Loin d'être innocente.

Seuls ceux qu'Ils voulaient tester étaient invités à la Maison des Mesanges.
Head
Sphère Economique
avatar

Messages : 174
Etat Civil : Divorcée
Pouvoirs : /
Revenir en haut Aller en bas
Mar 17 Jan 2017 - 20:18
Zenon ne touchait pas sa partenaire plus qu'il n'en fallait. Une main dans sur le haut de ses reins, l'autre tenant celle qu'elle avait posé dans la sienne. Il semblait qu'il connaissait plutôt bien les bons codes de la piste. Après tout, le comte était un habitué de ce genre de soirée. Et il lui semblait, que sa partenaire de danse aussi. Peut-être avaient-ils plus en commun, tous les deux, que ce qu'il avait pu penser au début.

- Une cachotière. Même avec ses amis aurait-il pu rajouter. Mais il était suffisamment galant, pour ne pas le dire.

Aucunement besoin d'enfoncer le couteau, mais le ton de reproche de la française avait parfaitement été noté par l'écossais. A croire que tout n'était pas rose, même dans l'entourage de Clark. Elle défendait ses proches, mais n'était pas prête à totalement leur faire confiance. Ce n'était pas très étonnant, vu ce qu'il connaissait de la dame. Enfin, nos deux danseurs passaient à autre chose, et ce n'était pas si mal. Les oreilles d'Amélia arrêteraient de siffler ainsi.

- Tout. Avec un sourire des plus charmeurs. Il ne la connaissait finalement que très peu. De réputation aussi, une réputation plutôt positive. A croire que cette femme était une sainte ou cachait parfaitement ses petits secrets. Je suis un homme curieux.

Ils continuaient à danser avec facilité sur cette piste, suivant la musique qui marquait chacun de leur pas. Un léger rire marqua la question de la dame.

- Oh... tout dépend de la réputation à laquelle vous faites référence.

Comme il venait de le dire, il était curieux, et là, sa curiosité était de savoir ce qu'elle avait pu entendre. Sans doute sa réputation de Don Juan à n'en pas douter, mais... savait-on jamais. Peut-être que d'autres rumeurs courraient sur lui. Son regard se plongea un instant plus profondément dans celui de sa partenaire, alors qu'ils étaient tout proches.

Bien évidemment, le comte savait que le mari de cette dernière se trouvait dans la pièce, mais il n'avait jamais été jaloux.

-Quelques fois oui, cette Arche a un charme tout particulier.

La bouffe était bonne et les femmes... surtout les femmes en fait. Il avait un attrait particulier pour elles. Mais qui était encore surpris de l'apprendre? L'invitation ne manqua pas, par contre, de le surprendre lui. Voilà qui était... intéressant.

- Comment dire non à cette invitation, madame? Ce sera avec plaisir. Dans un sourire convenu.

Et encore, De Lascelle ne se doutait pas de la moitié des surprises qu'il pourrait bien découvrir chez les Charpentier.
Hunter
Sphère Dirigeante
avatar

Messages : 54
Etat Civil : Divorcé
Revenir en haut Aller en bas
Dim 29 Jan 2017 - 20:40

100x100

Laure

Mrs Charpentier, décoratrice d’intérieur de bureau. Elle est aussi très impliquée dans le bénévolat. C’est une figure du milieu. Son mari est l’Ambassadeur de l’Arche de Paris.


Que l'on s'intéresse à sa petite personne ne déplaisait pas à Laure. Elle appréciait qu'un homme -ou une femme- lui démontre de l'attention. Cela était souvent prometteur de moments on ne peut plus agréables. Ce sur quoi, la jolie rousse, avait quelques expériences.

- Tout ! Haha ! Mmm. Je m'occupe de décorer des maisons. Quand je travaille. Sinon, je m'occupe aussi de mon petit garçon. Il s'appelle Paul. Il a 4 ans.

Les Charpentier avait eu un enfant sur le tard. Surtout parce que Charles en voulait un d'ailleurs. Laure le lui avait concédé. Bien sur elle aimait cet enfant. Mais le rôle de mère n'était assurément pas sa priorité. Aussi le petit Paul était livré au soin d'une horde de nourrisse. Enfant avait vécu plus malheureux que lui.
C'était Miss Clark qui était sa marraine. Occupée, comme elle l'était, Amélia ne le voyait pas souvent. Elle se rattrapait, en lui envoyant des cartes postales, chaque fois qu'elle allait dans une nouvelle ville. Des photos. Des cadeaux. Autant d'attention pour lui montrer qu'elle pensait à lui.

- J'aime beaucoup peindre, des aquarelles surtout, des paysages. Aller aux casino aussi c'est amusant. Dépenser tout cet argent dont on n'a pas besoin. Je préfère les jeux où il y a du bluff. C'est plus excitant. Le poker. Charles et moi participons souvent à des tournois. Vous jouez ?

Charles avait été le professeur de Laure. Aux jeux.
Il était un excellent joueur. Dommage que ses responsabilités de diplomate l'aient toujours empêché de faire une carrière professionnelle. Sa femme n'était pas mauvaise. Mais, elle ne prenait pas assez le jeu au sérieux pour gagner. Elle avait ainsi fait manquer une belle victoire à l'Américaine et le Français, quelques années plus tôt.

- Je parles de celle qui vous prête les allures d'un bourreau des cœurs. Les femmes d'ici parlent de vous. Les deux amies ne participaient pas aux bavardages des dames. Elles étaient d'accord pour trouver ce genre de cancan rabaissant pour la gente féminine. Mrs Charpentier ne s'y serait guère plus intéressée si sa chère Clark n'avait pas quitté la soirée aussi contrariée. C'est vrai, Amélia n'était pas souvent perturbée par un homme. Une raison de piquer la curiosité de la libertine. J'aurai tôt fait de dire qu'il faut profiter de cette vie. C'est la seule que l'on aura !

Un sourire entendu trahit leur ressemblances cachées. Là où Charles savourait les raretés humaines. Laure était une grande appréciatrice des buffets. Elle n'avait de cesse de croquer cette vie à pleine dents.

- De belles femmes surtout. Un rire plein d'éclat fit entrevoir les blanches canines de la rouquine. Elle le taquinait, sans vergogne, en femme de peu de retenue. Aussi exubérante que son époux était effacé. Ils formaient l'un des couples mystérieux du milieu bourgeois. - Justement vous ne pouvez pas. Très bien. Vous viendrez aux cet automne.

La musique commença à baisser.
Mrs Charpentier ôta ses mains des épaules du Comte. Un air rieur lui dessinait des petites pattes d'oie au coin des yeux. Elle remarqua que Charles venait à leur encontre au milieu de la foule. Il devait probablement vouloir la prévenir de son départ. Monsieur était venu seul à la soirée puisque sa dulcinée avait préféré accompagné Head.

Avant que le Français ne soit assez proche pour les entendre Laure souffla complice.

- Je vous enverrez une invitation. Nous organisons souvent des soirées... entre nous.
Head
Sphère Economique
avatar

Messages : 174
Etat Civil : Divorcée
Pouvoirs : /
Revenir en haut Aller en bas
Mer 1 Fév 2017 - 10:47
Zenon savait faire la conversation, encore plus quand il se retrouvait en face de quelqu'un qui l'intéressait. Il y avait quelque chose chez cette française qui lui plaisait. Et cela semblait réciproque. Et dire qu'il avait cru qu'elle ne pouvait le supporter. Comme quoi, il était facile de se tromper. Finalement, Clark avait réussi à faire se croiser deux personnes, qui allaient sans doute s'entendre encore longtemps. Il écoutait donc, attentif aux réponses que lui offrait Laure.

- Je vois, je pourrai donc faire appel à vous, la prochaine fois que je change mon intérieur.

Vu la maison qu'il avait, Laure aurait assurément, pas mal de travail. Surtout que cet homme n'était pas non plus le plus chiant en ce qui concernait la déco intérieure. Tant qu'il était à l'aise chez lui, c'était bien tout ce qui comptait. Son ex avait été celle qui s'en occupait.

- Une maman doublée d'une artiste. Et vous arrivez à tout faire? D'un ton taquin. Il était pourtant bien loin de se moquer. Au contraire. Parfois oui, mais j'ai arrêté de perdre ma fortune aux jeux. D'un sourire. Plus jeune, il avait fait des folies, qui n'avaient vraiment pas aidé la fortune familiale.

Un rire ne manqua pas de passer ses lèvres.

- Oh, celle-ci. Elle l'est. Il avait toujours été honnête et ne s'en cachait aucunement. C'était un homme qui ne s'attachait pas, un libertin. Il allait dans les lits de ceux qui le voulaient, sans plus se poser de question. Après tout, la vie valait la peine d'être vécue, si elle l'était pleinement. Et à voir, madame Charpentier était d'accord avec lui. Nous avons la même vision, très chère.

Le comte n'allait pas nier que l'arche française avait son lot de belles femmes, en effet. Il eut un sourire complice, alors qu'elle le précisait, avant de bien évidement, lui confirmer qu'il n'avait guère le choix d'accepter cette fameuse invitation.

- Et bien, je viendrai.

L'homme n'avait pas l'air plus ennuyé que cela, il était maintenant curieux de voir ce qui pourrait bien l'attendre dans cette maison de Provence. Il lâcha tranquillement sa partenaire de danse, alors que la musique s'arrêtait, pour reprendre sur un autre rythme, qui ne correspondait pas à deux personnes qui venaient de se croiser et dont l'une était mariée. Le dit mari, d'ailleurs, s'approchait d'eux. Un petit mouvement de tête accueilli la confidence.

- Parfait.

Saluant le français d'une poignée de main franche.

- Charles, n'est-ce pas? Je disais justement à votre femme qu'elle avait un talent particulier pour la danse. Vous êtes un homme chanceux. D'un sourire amusé. Mais je vous la rends. Saluant alors Laure d'un baisemain de gentleman. Madame, un grand merci pour ce moment. Monsieur. Avant de s'éclipser, pour retrouver son verre et boire un coup, avant qu'une autre femme ne lui mette le grappin dessus.

Décidément, il était difficile d'avoir un moment pour soit dans ce genre de soirée. Comme si cela le dérangeait vraiment.

Hunter
Sphère Dirigeante
avatar

Messages : 54
Etat Civil : Divorcé
Revenir en haut Aller en bas
Lun 13 Fév 2017 - 23:20

50x50

Laure

Mrs Charpentier, décoratrice d’intérieur de bureau. Elle est aussi très impliquée dans le bénévolat. C’est une figure du milieu. Son mari est l’Ambassadeur de l’Arche de Paris.

Joindre l'agréable et l'utile convenait à la jolie rousse.
Elle n'avait techniquement aucun besoin financier. Le travail relevait davantage d'une occupation qu'autre chose. Laure ne courait donc pas après la clientèle. Contrairement à son époux, ou même à son amie l'Américaine, elle n'était pas du tout compétitive. Les fois n'étaient pas rares, où elle bradait ses prix pour quelqu'un qu'elle appréciait. Ou au contraire une hausse imprévue survenait, quand on l'avait contrariée.
Aussi elle ne suivait, ni l'offre, ni la demande, ni les prix du marché.

- Oui, en effet ! Je vous donnerais ma carte. N'hésitez pas.

Aux jeux des sous-entendu, Mrs Charpentier n'était pas en reste. Elle voyait que son interlocuteur s'amusait plus qu'il ne moquait. De quoi énerver certains esprits. Dont un en particulier.

- La plupart du temps. Pousuivit la belle sur le même ton.

Reconnaissance des paires.

- Voilà qui est une bonne chose. Je trouve que nous manquons de gens ouverts d'esprits sur cette îlot. La France me manque parfois pour cela. Songeuse avant de revenir à son idée.

L'expression de Mme Charpentier se fit un tentinet plus farouche. Elle fit écho au noble avec un :

- Parfait. La présence de Monsieur Charpentier modifia sensiblement la posture de la dame. Aimantée.


50x50

Charles

Mr Charpentier, ambassadeur de l’Arche de Paris.


- Zenon. Le Français inclina du chef, serrant la main tendue. La poignée sûre. Sans domination. Charles était un homme à la force tranquille. Le tempérament plutôt sympathique. La diplomatie forme à devenir un animal social. Un homme facile à aimer. Une compagne, comme Laure, achève le formation. L'homme affichait un sourire. Amusé. Loin de l'orgueil d'un homme propriétaire. Lui et elle échangèrent un regard. Laure a de nombreux talents oui.

Tendre l'oreille pour entendre la promesse murmurée.
Le couple n'était ni exubérant, ni secret, quant à leur mode de vie. Il le chérissait et le partageait. Parfois. Mais uniquement avec les personnes fiables. Ils refusaient d'en faire une affaire sur la place publique. Jamais, la presse n'avait réussi à avoir ne serait-ce qu'un indice de cette double-vie. De la prudence et beaucoup de complicité les avaient jusqu'ici protégés d'un scandale.
Charles ne devait pas être éclaboussé.

- Oui c'était agréable. J'espère que vous n'hésiterez pas à venir me saluer à notre prochaine soirée. La Française adressa un flamboyant sourire au comte. Déjà complice avec ce beau diable.

- Lord.

Les deux amants se rassemblèrent pour étudier De Lascelle dans sa retraite. Ils appréciaient la démarche féline. La ligne du dos.

- Hum.

- Je connais ce regard. Souligna-t-il sachant d'or et déjà la rèflexion de son épouse.

- Je suis sûre qu'il lui plait.

- Ce ne sont pas tes affaires Laure.

- Je l'ais invité ! Ainsi évita-elle avec adresse d'avoir à répondre à cette mise en garde. Laure avait tendance à vouloir « aider » Amélia. Ce qui avait déjà déclenché des petites disputes.

- Bien sûr que tu l'as invité. Il offrit son bras. Ils s'éloignèrent en direction de la sortie du salon.

-Cela promet une belle soirée.

- Encore une fois.
Head
Sphère Economique
avatar

Messages : 174
Etat Civil : Divorcée
Pouvoirs : /
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: Eastside :: Autres lieux-