[CLOS] Rien ne sert de crier au loup. [Mr Carso, venez.]

 :: Édimbourg :: New Town :: Dean Village Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 27 Juil 2016 - 13:36
Rien ne sert de crier au loup.

Feat. Caleb


Édimbourg était traversé par un fleuve. Celui-ci facilitait la circulation des cargots de marchandises et des plaisanciers aventureux. Une vie foisonnante existait aux abords du canal. Des petits cafés dont les terrasses se remplissaient aux premières heures du jour. Un chemin qui longeait le canal particulièrement affectionné par les coureurs. Des bancs sur lesquels se retrouvaient les vieux habitués.

La matinée était à peine avancée, lorsqu’une longue silhouette féminine se dessina dans le paysage. Elle était grande, mince et très chic. Les cheveux d’un gris blanc éclatant étaient coiffés simplement. Un rouge à lèvres valorisait une bouche aux lèvres fines. Le tailleur rouge rubis, visiblement fait sur mesure, scindait une taille de guêpe. La dame avait dépassé les soixante-dix ans depuis un moment. Pour autant son élégance rendait grâce à une étrange beauté.

À sa droite marchait un animal à quatre pattes. Une chienne, grande, massive, aux poils lustrés, dont il aurait été difficile de donner un âge. Elle suivait sa maîtresse de son pas tranquille et chaloupé, tout en observant les passants. Un duo très coordonné, même harmonieux, qui aurait pu inspirer quelques nouvelles Anglaises. Elles ralentirent pour s’arrêter sur un banc et patienter.

Cnossos repéra l’aura de l’homme bien avant qu’il ne lui soit visible. Elle retient un sourire à la découverte d’un élément de poids. En quelques secondes le mécanisme de protection s’activa pour priver l’inconnu de ses fabuleux dons. La chienne assise sur ses pattes arrière aboya à l’instant où Dante Carso s’approcha d’elles.

Ne craigniez rien Mr Carso. Elle mord seulement quand on le lui ordonne.

Après avoir laissé planer un court silence, la Duchesse Lampeduza indiqua du regard, la place libre sur sa gauche.

Installez-vous. L’invita-t-elle d’un malin sourire.

Aucune hâte ne semblait habiter cette vieille dame. Elle observait le chemin de promenade comme quelqu’un qui a du temps à perdre. Immobile comme une statue de sel, Strega dégageait une force indéfinissable. Comme si sous cette vulnérable carrure se cachait un puissant dragon. Un cobra, aux longs crocs acérés, qui attendait que sa proie baisse la garde. Mais l’impression s’évanouissait dès qu’elle se mit à bouger et à parler.

Ainsi donc, au téléphone vous me parliez d’une expédition sur la croûte terrestre. Dites-m’en un peu plus. Quelles sont vos estimations en termes de temps ? Avez-vous commencé à former une équipe ?

La fortune du couple sicilien était régulièrement investie dans des projets de recherches. Un excellent moyen d’avoir la main mise sur les résultats. Il était néanmoins plus rare qu’ils financent des expéditions terrestres. Les dernières expériences avaient été un fiasco autant pour l’équipe que pour les mécènes. Aussi Nikolas avait ses propres raisons d’accepter une entrevue avec cet archéologue.
Strega
Sphère Artistique
avatar

Messages : 306
Etat Civil : Mariée au Duc Lampeduza
Pouvoirs : Inibition du gène x chez autrui
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 28 Juil 2016 - 16:46
Rien ne sert de crier au loup

<< Un peu de bonheur

Dante avait donc mis à exécution ce qu'il avait prévu, avec Sveda. Il s'était permis de prendre contact avec les Lampeduza, pour leur demander s'ils seraient d'accord de prendre part au financement de sa prochaine expédition. L'avantage, c'était bien le fait qu'il n'avait guère besoin de mentir à ce niveau. Il recherchait vraiment de l'argent, ce serait des gens en moins à voir lors d'une soirée en costard-cravate. Quoi que... enfin, il préférait toujours rencontrer les gens dans des endroits plus sympathiques.

La duchesse lui avait proposé un coin au bord de l'eau, il n'avait pas été contre. Bien au contraire, si elle était aussi dangereuse qu'avait semblé lui dire sa compagne, mieux valait qu'il ait tous les points de fuites possibles, si les choses venaient à se compliquer. Mais il n'avait pas pour attention de vendre le pourquoi principal de leur rencontre. Il allait vraiment vendre son projet et tenter d'avoir un nouveau financement. C'était ainsi qu'il pourrait, ainsi, doucement mais sûrement, acquérir une confiance de la part de son interlocutrice. Au pire, il se baserait sur ses sentiments pour savoir quoi faire.

Il l'aperçu de loin, la vieille prodige dégageait quelque chose d'impressionnant, quelque chose qu'il n'aimait guère, en fait, pourtant, il n'arrivait pas totalement à se calquer sur ses sentiments. Ce qui était étrange. Certes, il avait encore ses écouteurs dans les oreilles - ayant découvert récemment, que la musique apaisait un peu les émotions qu'il ressentait, comme si elle devenait une sorte de canalisateur - mais ce n'était pas pour autant que cela lui bloquait tout.

L'archéologue avait tenté de faire un peu bonne figure, il avait donc fait l'effort de s'habiller un poil mieux qu'à son habitude, il s'était même rasé pour l'occasion, enfin pas totalement, mais il n'était plus aussi hirsute qu'à son arrivée sur l'Arche. Ouvrant un bouton de son col, trop serré, il s'approcha alors, avant de s'arrêter, tandis qu'il se faisait aboyer dessus. Il avait normalement un bon feeling avec les animaux, encore plus canidés, mais ce chien-là, semblait faire exception.

- Tant mieux pour moi alors. En tentant de garder un air détaché et amusé. Merci de me recevoir Duchesse.

Il s'installa à l'invitation, perturbé d'un coup, il avait la nette impression d'être seul sur terre, comme si toutes les émotions alentours, ne le touchaient plus. C'était presque inquiétant. Est-ce que cette impression venait de son interlocutrice? Caleb observa un instant son profil, avant qu'elle ne reporte son attention sur lui et n'entre dans le vif du sujet.

- Oui, exactement. Il y a des endroits que l'on peut encore aller étudier. Il se frotta la joue. Mes expéditions durent toujours entre six mois et un an. Mais je n'ai pas besoin de millions, juste ce qu'il faut pour pouvoir survivre sur place. Avec un léger sourire. Je travaille seul, une équipe ne ferait que me ralentir et je vais dans des endroits où il vaut mieux que seul ma vie soit mise en danger.

A ce niveau, Carso était reconnu comme étant un aventurier solitaire. Il ne voulait demander à personne de prendre de tels risques à le suivre et aussi, il gardait certaines de ses trouvailles jalousement. Il avait suffisamment à faire avec la bande de mercenaires de Von Berger qui ne manquait jamais de venir le pourrir et lui piquer ses affaires quand elle le pouvait.

- En fait, je ne reviens de mes expéditions, que si j'ai trouvé ce que je cherche... voilà pourquoi elles peuvent prendre du temps. Surtout sur des terres aussi hostiles. Il n'y a pas que la nature qui aime vous mettre des bâtons dans les roues.

Quand on l'entendait parler, on pouvait sentir tout le bagou et l'expérience qu'il avait concernant ses aventures. Depuis le temps qu'il faisait cela... et puis... même dans ses vies "antérieures", certaines avaient déjà eu des fonds d'aventure, que ce soit sur un bateau pirate ou dans les plaines américaines.

Codage par Libella sur Graphiorum
Caleb
Sphère Savoir
avatar

Messages : 160
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Mer 17 Aoû 2016 - 0:41
Rien ne sert de crier au loup.

Feat. Caleb



Strega ne démontra aucune surprise quand lui fut exposé le fonctionnement de l’expédition. Elle s’était suffisamment renseignée au préalable, pour comprendre de quoi il en retournait. Son homme de main, Maurice Pelletier, avait également fait une enquête de fond. Cela avant même que Nikolas ait accepté un rendez-vous avec cet individu.

Aussi se contenta-t-elle en premier lieu de souligner l’ineptie de certains comportements.

Oui. Je suis au courant de la guérilla qui sévit au sein de votre profession. La chasse au trésor reste un jeu pour beaucoup d’hommes. Le dédain suintait de chacun de ces mots.

Quoi qu’il en soit l’argent n’est pas ma préoccupation ici. De même, vos états de service parlent en votre faveur. Mis à part quelques incidents sporadiques inhérents au conflit que je viens d’évoquer.

La Duchesse portait ce titre depuis un demi-siècle. Elle faisait partie des privilégiés de ce bas monde. Elle en faisait partie depuis le commencement. Voilà comment il aurait été aisé de traquer Cnossos. Princesse, dame de compagnie des rois, amantes des présidents, elle avait tenu tous les rôles d’influences. Tout en pervertissant les hommes Strega avait semé les graines de son empire. Un empire aussi vaste que les océans pollués.

La question est de savoir si vous êtes un homme auquel nous pouvons nous fier ? La chienne obliqua pour observer l’archéologue.

Les mains posées sur ses genoux Nikolas attendaient une réponse. Elle se demandait sans doute ce qui avait pu échapper à son garde du corps. Pourquoi n’avait-il pas retrouvé de trace de ce Dante Carso dans les dossiers concernant les Prodiges ? De plus, l’aura de cet homme, lui faisait une drôle d’impression. Elle aurait été incapable de dire laquelle exactement. Ce qui provoquait chez elle une vive irritation.

Commençons par une question simple. Qui êtes-vous ? Lui demanda-t-elle avec un étrange sang froid.

Le désir de récupérer quelques objets de l’en bas n’était pas suffisamment puissant pour faire oublier à cette âme sa paranoïa. Il faudrait la convaincre. Tout loup qui voulait approcher sa meute devait d’abord montrer patte blanche.

Strega
Sphère Artistique
avatar

Messages : 306
Etat Civil : Mariée au Duc Lampeduza
Pouvoirs : Inibition du gène x chez autrui
Revenir en haut Aller en bas
Sam 27 Aoû 2016 - 14:46
Même si Caleb se méfiait de Strega, il constatait qu'ils pouvaient avoir des idées convergentes. Il était assez d'accord avec elle concernant ces pilleurs de tombes, ces voleurs de trouvailles, qui n'étaient là que pour lui pourrir la vie. Pourtant, Van Berger contre qui il se battait souvent, ne faisait pas cela par jeu. Mais bien par appât du gain.

- En effet. Mais ce ne sont pas les plus dangereux. Certains ne font pas cela par jeu...


Et sans doute, que la femme à ses côtés, faisait partie de cette catégorie. Après tout, si elle lui demandait de revenir avec des reliques spécifiques, il se retrouvait dans la position des mercenaires engagés par son ennemi pour lui voler ses trouvailles. Serait-il prêt à aller jusqu'au bout avec elle? Il faudrait voir comment aller se dérouler la suite de l'entretien.

A l'entendre, Carso pouvait croire que l'affaire était presque dans la poche. Il tentait pourtant d'en savoir plus sur ce que ressentait cette femme, mais sans succès, comme s'il avait perdu tout sens empathique, ce qui ne manquait pas de le dérouter. Il n'allait pas faire une crise de panique pour autant, mais c'était comme se sentir nu et c'était inquiétant, car il pouvait parier que cela venait de son interlocutrice. Il resta pourtant concentré sur leur échange.

- Je suis un homme de confiance, madame la duchesse. Je ne me moque jamais de ceux qui investissent dans mes recherches. Je ne fais pas cela pour garder l'argent pour moi et croyez bien que si je n'avais pas besoin de toujours venir en quémander, je me porterai encore mieux.

Au moins était-il honnête. Il n'aimait pas demander de l'argent, mais la situation l'exigeait. Toujours. Il aurait pu faire des économies, mais cela aurait fini par être suspect. Peut-être qu'avec la technologie avançant, il trouverait le moyen de se faire un compte à durée indéterminée, sans que jamais il ne soit inquiété.

La question le laissa silencieux quelques instants, il observait la dame d'un air quelque peu intrigué. Cette question, en posait pas mal d'autres, plus silencieuses, il fallait savoir ce qu'elle attendait de la réponse.

- Dante Carso, humble aventurier, en recherche de fond. J'ai commencé par faire des études en théologie, avant de me rendre compte que je préférais étudier l'histoire de l'humanité, même si c'est deux façons de l'aider. Et puis, finalement, partir découvrir le monde était, à mes yeux, le meilleur moyen de le faire. Et... hum... c'est tout. Je n'ai rien à cacher.

Bon ce n'était pas vraiment vrai. Mais il fallait bien qu'il tente sa chance, non?

Codage par Libella sur Graphiorum
Caleb
Sphère Savoir
avatar

Messages : 160
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Mar 30 Aoû 2016 - 19:03
Rien ne sert de crier au loup.

Feat. Caleb


Une expression pleine de fourberie transperça le marbre du vieux visage de la femme. Elle adorait se jouer des faiblesses de l’espèce humaine. Elle en prenait un plaisir presque jouissif. Mais c’était un fait qu’elle prenait garde à dissimuler derrière son attitude placide.

Mmm. Des cowboys de l’archéologie. Le désir de richesse a été le moteur de beaucoup de découvertes.

Strega songea à l’opiniâtreté des conquistadors de la grande Isabelle d’Espagne. L’Amérique, en son temps, avait été découverte par des hommes de cette trempe. Il en allait de même en science. Les guerres étaient motivées par l’argent aussi. Le monde encourageait à cela. Les personnes comme la Duchesse n’avaient plus qu’à actionner les bons leviers.

C’est un métier dangereux que vous faites. Si ce n’est pas pour l’argent, pour quoi ?

Les recherches du Français avaient permis de dresser le profil de l’homme de recherche. Probablement du fait de son métier, Dante Carso ne s’était pas marié. Il n’avait pas d’enfants non plus. Il correspondait à ce que l’on pouvait attendre d’un homme comme lui. L’homme de main lui avait trouvé quelques connexions avec la Potential Home. Rien, cependant, qui permettrait de savoir quel était son talent particulier.

Croyez-vous en Dieu Mr. Carso ? Dieu.

La Duchesse Lampeduza n’avait jamais revendiqué aucune croyance religieuse. Elle s’était mariée dans une église. La fille qu’elle avait eue avait été baptisée. Mais, cela était plus à mette sur le compte de la filiation de son époux avec la chrétienté. Tout comme elle demeurait officiellement neutre en politique, Nikolas ne participait pas à la charité religieuse. Cependant, ses relations naviguaient dans ces deux sphères et elle s’en servait volontiers.

Voyons Mr. même une nonne à des secrets. Se moqua la dame.

Elle évacua ce détail d’un geste de la main.

Mais je puis être disposée à les ignorer. Si encore je suis sûre de vous. Jusqu’où seriez-vous prêt à aller pour trouver ce que vous cherchez ? Le mensonge servait sa cause depuis l’éternité. Strega n’hésitait donc jamais à l’employer à bon escient.

Les paroles flottaient dans l’air du matin comme une question mystérieuse. Parlait-elle de l’expédition ou bien d’autre chose ? Le regard de Strega était posé sur le nomade. Elle laissait planer le doute. Il était souvent intéressant de laisser l’imagination de l’interlocuteur faire le travail. Cela permettait de suivre son cheminement de pensée et de l’analyser.

Puis, la dame eut un sourire plus léger. Elle gardait ainsi l’homme en alerte pour qu’il demeure mobilisé, car elle sentait qu’il se posait beaucoup de questions. Il lui sembla qu’il lui dissimulait un élément important.

Certains disent que le sol pourrait redevenir habitable dans moins de vingt ans. Vous qui êtes allé sur place, dites-moi ? Est-ce vrai ?

Strega
Sphère Artistique
avatar

Messages : 306
Etat Civil : Mariée au Duc Lampeduza
Pouvoirs : Inibition du gène x chez autrui
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 1 Sep 2016 - 18:59
Dante ne manqua pas l'expression de son interlocutrice, il put alors constater ce qu'avait dit sa compagne, oui, madame Lampeduza avait quelque chose de dangereux. Il marchait donc sur des oeufs, et avait intérêt à faire très attention à la suite de cet entretien. Il avait intérêt à bien réfléchir ce qu'il disait, avant de le dire à haute voix.

- En effet, ce fût aussi la porte ouverte à pas mal de destruction. Je suis parfaitement conscient que tout n'est pas rose en ce bas monde...

Ce qui était bien dommage à ses yeux, il restait un éternel optimiste, la bonté pouvait parfaitement être capable de faire reculer l’obscurantisme, mais pour cela, il faudrait que les gens apprennent à ne plus se croire le centre du monde. Autant dire que c'était sans doute un combat perdu d'avance, mais il ne pouvait pas s'empêcher d'espérer.

La question de la duchesse était pertinente, il se frotta le menton.

- J'estime qu'il est important de ne pas oublier l'Histoire, d'où l'on vient, ce qui fait de nous ce que nous sommes aujourd'hui. Je suis avant tout un chercheur et ce qui les motivent, me motive de la même manière. Et puis, j'aime voyager, l'aventure, les rencontres qui sortent de l'ordinaire. Toutes ces choses que jamais je ne pourrais vivre assis derrière un bureau. Finit-il avec un petit air amusé.

Ce que lui demanda ensuite Strega, aurait pu le faire rire, oui parce que si l'on connaissait son passé, il avait cru en Dieu, et profondément. Il y croyait toujours, peut-être plus de la même façon, mais quand même. Un petit mouvement de la tête, marqua sa réponse. Après tout, elle posait cette question à un ancien inquisiteur.

- Oui. Pourquoi me demandez-vous cela?

Un fin sourire marqua ses traits. Cette femme était loin d'être stupide, il hocha à nouveau de la tête.

- Vous avez raison. Mais je ne suis pas un criminel, si c'est cela que vous souhaitez savoir.
Enfin, tout dépendait du point de vue, quand on savait comment il gardait son immortalité, on pouvait le traiter d'assassin. Loin. Je ne tuerai personne pour ce que je cherche, mais ... enfin, tout dépend ce que l'on me propose. La fixant d'un air sérieux et curieux. Quelles seraient vos exigences?

S'adossant alors au dossier du banc, il passa un bras dessus pour l'y reposer, tout en observant un instant les gens qui passaient devant eux. Toujours dérangé de ne ressentir aucune émotion, si ce n'est, les siennes.

- Je n'en suis pas certains. Pour le moment, je traiterai ces gens de menteur. Le sol n'est vraiment pas fait pour que l'homme revienne y habiter. Et puis, il n'a rien à nous offrir. Les Arches sont mieux pour vivre. Rien que l'air y est difficilement respirable, alors imaginez le reste.


De toutes les façons, jamais rien ne serait comme avant, mieux valait que les humains se contentent pour le moment, de ce qu'ils avaient.

Codage par Libella sur Graphiorum
Caleb
Sphère Savoir
avatar

Messages : 160
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Lun 5 Sep 2016 - 23:05
Rien ne sert de crier au loup.

Feat. Caleb


La noble dame écoutait attentivement les réparties de l’aventurier. Elle cherchait les émotions dans chacune des inflexions de sa voix. Elle épiait les expressions de son regard. Elle était douée pour décrypter les autres. Ce qui lui était plus utile que tous les dons qu’aurait pu lui donner la Nature.

Le temps allant, la mémoire lui faisait parfois défaut. Nikolas avait donc pris l’habitude d’enregistrer les entretiens dont elle voulait garder une trace. Le recrutement de M. Carso en faisait partie. Elle pourrait donc revenir sur tout cela, même après l’avoir quitté. La technologie avait cela de pratique qu’elle gommait les petites défaillances mécaniques. Celle-ci faisait aussi une arme puissante pour contenir d’éventuels rebelles.

Seul un véritable croyant parvient à garder foi en l’humanité, comme vous sembler le faire.

Strega regarda un couple passer sur le chemin de promenade. À peine 30 ans, pleins d’amour et de projets, ils marchaient sans se préoccuper du reste du monde. Ce couple lui rappelait celui qu’ils avaient formé avec le peintre qui partageait sa vie. La Sorcière était bien placée pour savoir que rien ne durait réellement éternellement. La Terre avait été détruite. Les Hommes étaient encore là, à croupir en attendant le prochain cataclysme.

Je veut que vous me rapportiez un objet spécifique. Je vous donnerais sa description et ses coordonnés le moment venu. Son contenu seul est ce qui m’importe. Vous pourrez l’étudier. Il a une valeur archéologique.

Madame Lampedusa acquiesça ensuite. Elle n’était nullement surprise. Le mythe de la planète bleu était celui des poètes et des philosophes. Le mal était fait. Aucune science ou magie ne serait assez puissante pour défaire celui avait été fait.

Oui, j’imagine.

Un mouvement d’air souleva les fleurs qui jonchaient le sol de l’autre côté du chemin. L’été était beau et fort cette année-là. Il embaumait l’atmosphère du parfum des fleurs. Nikolas pouvait sentir la chaleur du soleil sur ses mains. Elle n’avait guère le temps d’être contemplative. Cette expédition était plus importante qu’elle ne laissait voir à cet homme. Le modeste inconnu ne pouvait encore se figurer, vers quel trésor il était sur le point de s’élancer.

Bien. Mr. Carso. Un acompte de 100 000 livres sterling a été viré sur votre compte personnel il y a dix minutes. Je vous laisse maître de la date de votre départ. Néanmoins, j’attends que cette expédition commence avant la fin de l’automne. Vous n’aurez alors aucun compte à nous rendre. Jusqu’à votre retour, à la suite duquel, nous conviendrons ensemble de votre réussite ou non. Bien entendu si vous vous retrouviez en difficulté pendant le voyage une équipe vous portera assistance. Je tiens à ce que ce projet demeure au secret pour le moment. Je ne tolérerais aucune fuite médiatique. De même, je vous sais gré de ne pas partager les informations avec vos collègues.

Hécate dirigea alors son regard sur l’homme.

Je ne serais que trop vous conseiller de respecter les termes de cet accord. Ainsi que l’engagement que vous êtes sur le point de prendre. La menace était limpide comme l’eau des anciens océans.
Strega
Sphère Artistique
avatar

Messages : 306
Etat Civil : Mariée au Duc Lampeduza
Pouvoirs : Inibition du gène x chez autrui
Revenir en haut Aller en bas
Lun 19 Sep 2016 - 16:28
La répartie de cette vieille noble le fit sourire un instant, en effet, il fallait être un croyant pour vouloir croire encore en l'humanité. Chose parfois bien difficile, quand on y pensait. Il se passa une main à l'arrière du crâne.

- Même les scientifiques sont capables de croire en Dieu, madame. Avec un léger sourire, en rien moqueur.

C'était juste une remarque comme une autre. Parfois, certains de ses collègues, surtout dans les chercheurs, avaient des zones d'ombre tellement importantes, qu'ils ne pouvaient s'empêcher de se dire que oui, il devait bien y avoir une force plus haute que tout, qui avait été à l'œuvre pour créer cette étincelle de vie.

Caleb acquiesça, écoutant avec attention les informations qu'on lui donnait. La dame savait parfaitement ce qu'elle voulait, c'était un fait.

- Bien madame. Il était curieux d'en savoir plus, mais l'aventurier avait bien compris qu'il n'obtiendrait rien, s'il posait trop de question. Mieux valait laisser à son interlocutrice, la possibilité de penser contrôler la conversation, jusqu'au bout.

Dante fût pourtant surpris par la suite. Finalement, cette conversation n'avait sans doute été qu'une excuse, voilà qu'il se retrouvait avec bien plus d'argent qu'il n'en avait vraiment besoin. A croire que cette femme, tenait à réellement mettre la main sur cet objet. Ce qui risquait d'attiser encore plus la curiosité de notre homme, sur ce qu'il était.

- C'est très... généreux de votre part. Duchesse. Je n'en demandais pas tant. Avec autant d'argent, je peux partir dès demain, sans en chercher plus. Je pense pouvoir me débrouiller seul. Se frottant tranquillement la barbe. Bien entendu, je ne suis pas du genre à crier ce que je fais sur les toits. Vous pouvez compter sur ma discrétion. Souriant, poli et avenant.

Quelque part, même si on lui avait dit de se méfier de cette dame, il ne pouvait s'empêcher d'être content d'avoir une telle somme d'argent à sa disposition, car oui, il voyait aussi les possibilités que cela amenait pour son travail.

Mais, car oui, il y avait toujours un mais, s'il promettait de rester discret, il en parlerait quand même à une personne. Sveda. Après tout, il lui avait dit qu'il l'aiderait du mieux qu'il pourrait. Et peut-être que cet objet que Nikolas cherchait tant, pourrait aider sa compagne.

- Est-ce une menace que vous me faites là, madame? Avec un petit sourire amusé.

Quoi? Mieux valait prendre cela un peu avec le sourire, non? Même s'il comprenait parfaitement la menace et voyait toujours un peu plus se dessiner le profil qu'était véritablement cette femme.

Codage par Libella sur Graphiorum
Caleb
Sphère Savoir
avatar

Messages : 160
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Lun 26 Sep 2016 - 16:04
Rien ne sert de crier au loup.

Feat. Caleb


Un sourire mystérieux flotta sur les lèvres de la Duchesse Lampeduza. Elle dodelina du menton, en toute discrétion, pour accorder le bon mot à son interlocuteur. De même, la chienne avait l’air d’écouter la discussion des humains, si l’on peut dire.

La pudeur Cnossos fit preuve ne correspondait en rien à son tempérament naturel. Elle donnait plutôt l’impression de ne pas vouloir s’attarder sur le sujet qu’elle ne considérait pas comme essentiel. Elle cherchait visiblement plus à faire dire une chose à son interlocuteur. Nikolas avait rencontré plus de scientifiques qu’à son compte. Elle connaissait les gens de cette espèce.

Fort bien. Je tiens à avoir l’exclusivité première pour les données que vous ramènerait de cette expédition. Vous me les montrerez avant d’en aviser vos paires. Je me garde le droit d’en interdire la diffusion. Vous travailler avant tout pour nous. Est-ce bien clair ?

Strega sourit. Elle restait de toute façon au plus près de l’authenticité. Ce qui était plus efficace. Elle ne dissimula donc pas la vérité sur le point suivant.

Tout a fait.

Car son homme de main avait fait les recherches de façon consciencieuse. Ils savaient à présent dans quel hôtel se domiciliait l’archéologue. Toute menace proférée par la dame pouvait être suivie d’acte. La sorcière était bien moins une aristocrate contemporaine, qu’une guerrière antique. Elle avait fait exécuter des milliers de personnes, au cours de ses obscurs règnes. Ses intrigues ne cessaient d’entraîner mort et chaos. Un mot d’elle et Dante Carso n’aurait plus de tête sur les épaules.

D’autres questions ? Demanda-t-elle comme s’ils venaient de parler d’un détail.

Un clocher sonna Tierce le troisième office de la journée. Cnossos porta son regard gris en direction du toit le l’église. Le temps d’une inspiration, elle entendit un vieil écho des bavardages à la sortie des messes. Elle pouvait presque sentir l’odeur du jasmin que les filles glissaient dans leurs cheveux. À Édimbourg le culte le plus rependu à présent s’adressait à un dieu beaucoup plus ancien que celui des chrétiens. La catastrophe survenue au sud du grand archipel, quelques semaines auparavant avaient réveillé les passions extrémistes. L’Écosse vacillait progressivement. Strega attendait.

Alors, une silhouette apparut en haut du chemin de flânerie. Grand, mince, les cheveux très courts, il marchait avec une décontraction bien trop appuyée. Il portait un costume noir, dont un renflement au niveau de la taille, laissait deviner la présence d’une arme à feu. Il se posta à une dizaine de mètres du banc où se trouvaient Caleb et Strega.

Tenez-nous informés du jour de votre départ. Je vous fournirais alors les informations complémentaires. Si vous aviez de nouvelles questions, n’hésitez pas à me rappeler. Autrement… eh bien bon voyage, M. Carso. Nikolas lui tendit une main aux veines protubérantes.

La chienne s’avança de quelques pas sur le chemin avant de s’arrêter pour attendre sa maîtresse. La noble dame prit le temps de rajuster le col de son manteau avec élégance. Elle adressa un signe de tête à son interlocuteur, comme pour solder leur rencontre. Après quoi, la dame s’éloigna sans un mot, discrètement rejoint par son garde du corps personnel. Le bouclier de Strega se rétracta progressivement rendant toutes ses capacités à l’Immortel. Elle s’adressait au Français d’une voix atone.

Faites le suivre pendant les prochains jours. Les secrets du nomade finiraient par lui être révélés.

Strega
Sphère Artistique
avatar

Messages : 306
Etat Civil : Mariée au Duc Lampeduza
Pouvoirs : Inibition du gène x chez autrui
Revenir en haut Aller en bas
Lun 3 Oct 2016 - 12:31
Mais Caleb ne se considérait pas comme un scientifique. Il était même bien loin de l'être. C'était un historien, un aventurier. Il ne s'amusait pas à aller changer les codes génétiques des êtres humains. Il faisait juste d'essayer de comprendre ce qu'ils faisaient ici-bas et pourquoi certains pouvaient muter ou pas. Mais dans l'Histoire de l'Humanité, pas dans ses gènes.

- Aussi clair que de l'eau de roche, madame.

Il se demandait dans quoi il était en train de se lancer. Qu'est-ce que cette femme convoitait, pour mettre autant de condition sur cette expédition? De toutes les façons, il n'était pas homme à crier sur les toits ce qu'il pouvait trouver dans ses recherches. C'était plutôt un mec qui tentait d'être le plus discret possible. Son combat contre la fondation lui avait appris à ne rien faire d'inconsidéré, et surtout, de ne pas être le centre de l'attention.

Au moins la Duchesse était honnête, sur un point.

- Mmm... je ne suis pas du genre à m'écraser face aux menaces. Parce que vous n'avez pas besoin de m'en faire.

Il n'était pas inquiet. Il ferait attention certes, mais elle ne l'inquiétait pas. Pas encore, diront sans doute certains. Mais parfois, notre ami pouvait être une tête brûlée. C'était ainsi et ce n'était pas pour rien qu'il était capable de descendre sur la Terre.

- Non, j'attends vos informations et je vous tiendrai au courant de ma date de départ.

Ils n'avaient pas besoin de plus tirer sur le temps de leur rencontre. Dante avait tout ce dont il avait besoin pour le moment, il avait bien compris que les informations arriveraient au compte goutte, il ferait donc avec.

Carso s'était relevé en même temps que la vieille immortelle et lui serrait la main avec une certaine franchise, qui trahissait sans doute son caractère plutôt bon et loyal. Enfin, qu'importe, il était ainsi, il n'allait pas se changer. Il hocha de la tête, ils étaient d'accord sur la forme. Son regard se posa sur l'homme qui attendait un peu plus loin. Un garde du corps, l'ancien inquisiteur savait parfaitement ce qu'il s'était passé quelques jours plus tôt.

Tohum avait agi, sans mettre personne au courant, Strega devait se sentir un peu menacée. C'était même une certitude.

- Bonne journée, Duchesse.

Puis la laissant partir de son côté, il eut l'impression d'un coup de massue, quand son pouvoir repris totalement possession de tous ses sens. Les émotions l'assaillirent en une fraction de seconde et il tituba quelques instants, comme s'il avait beaucoup trop bu. Une main portée à sa tête, il poussa un grondement sourd, le coup était vraiment peu agréable. Ce qui confirmait ce qu'il avait cru comprendre, la dame avait le pouvoir d'annuler ceux des autres, lui qui avait voulu pouvoir se connecter à ses émotions, l'échange avait été raté pour cela.

Maintenant, il fallait voir comment agir pour la suite. Sveda et lui, devaient avoir une conversation. Sans savoir qu'il risquerait sans doute, d'être surveillé.

>> S'inquiéter et pas pour rien

Codage par Libella sur Graphiorum
Caleb
Sphère Savoir
avatar

Messages : 160
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: New Town :: Dean Village-