[CLOS] Qu'il parle maintenant ou se taise à jamais ! [Scénario]

 :: Monde :: Vers d'autres arches :: Europe Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 6 Jan 2017 - 18:48
Une douleur sourde pulsait contre ses tempes. Elle avait froid. De ce genre de froid glacial qui faisait contracter tous ses muscles et la mordait jusqu'aux os. Pourquoi avait-elle si froid ? Et cette douleur qui battait sous son crâne ?
Elle s'était sentie comme tirée d'un sommeil de plomb. Noir, profond et sans rêve. Un sommeil qui n'avait rien de naturel et qui brouillait tout ses repaires. Où était-elle ? Que s'était-il passé ? Et pourquoi ? Battant des paupières, elle essayait de se tirer de cet état léthargique. La nausée au bord des lèvres, elle se tourna légèrement sur le côté. Chaque parcelle de son organisme semblait vouloir protester contre cet effort tandis que son corps éliminait peu à peu les toxines qui l'avaient plongé dans un sommeil forcé.

Le jardin. Le souvenir était revenu sous forme de flash. Le sang noir et brillant dans le clair de lune et tous ces corps inertes au sol. Son corps était parfaitement silencieux, son don avait été annihiler. La peur et l'horreur se disputait dans son ventre.
La ballerine se redressa d'un coup, mécanique. Une décharge d'adrénaline l'avait tout à fait tirer de sa somnolence et son cœur battait maintenant à tout rompre. Ses yeux se posaient sur les alentours inconnus.
Xin, furieuse, tigresse. Les hommes de son frère et d'Arkadia comme un seul homme contre l'asiatique et Miranda. Machine à tuer, précise.
Un nouveau flash derrière ses paupières. Douloureux. La tête lui tournait sous la douleur lancinante.
Et puis il y avait cette femme qui s'était glissée derrière elle, elle revoyait ses yeux sombres et sentait sa main ferme contre sa gorge. Le noir.
Kevin était là, à côté d'elle, il avait posé sa veste sur ses épaules et tentait de la réchauffer, mais elle tremblait encore. Elle avait du mal à distinguer la réalité des souvenirs indistincts que sa mémoire lui renvoyait par bribe.
Dahlia ?
Non, c'était impossible.
Pourtant, elle se revoyait dans ses bras, et ce jeune homme, que disait-il déjà ?Elle avait cru voir Kim, était-il revenu ou était-ce seulement le fruit de son imagination et de ses désirs ? C'est à ce moment là que Kevin l'avait récupéré et elle n'avait pu lutter plus longtemps contre les effets du filtre et sombrait dans l'inconscient.

A présent, les questions se bousculaient dans son esprit encore embrumé mais elle ne tardèrent pas à être balayées par la crainte. La crainte qu'il n'y ait eu davantage de blessés ou de morts. Elle n'avait qu'une obsession, retourner là-bas. Elle le devait. Kevin tenta de lui expliquer les raisons de son acte mais elle n'entendait rien. Une boule s'était formée au creux de son estomac. L'incertitude la rendait folle. Elle articulait avec peine :

-Pourquoi... Il faut que je... Que... où sommes... elle peinait à faire une seule phrase cohérente. En partie parce qu'elle était encore fortement sous l'emprise de la drogue.

Elle avait d'ailleurs tenté de se relever mais son corps avait refusé et elle avait titubé dans les bras du garçon. Elle lui en voulait. Elle comprenait son geste et son inquiétude, mais elle lui en voulait de l'avoir enlevée de cette façon. Elle se rassit. Exténuée. Tremblante. Blanche. Ses yeux étaient tombés sur le bas de sa robe maculée de rouge. Elle ne pourrait se le pardonner si quoi que ce soit était arrivée à Xin ou à qui que ce soit d'autre. Elle frappa le sol de rage et d'impuissance, comme une enfant capricieuse, laissant s'échapper un cri étouffé par sa mâchoire serrée. Deux larmes roulaient sur son visage.

Tout était de sa faute.
Nikiya
Sphère Artistique
avatar

Messages : 397
Etat Civil : Mariée
Pouvoirs : Conscience et contrôle du fonctionnement physiologique de son corps


Et v’la que je te fous la main sur le sein!
Revenir en haut Aller en bas
Ven 6 Jan 2017 - 19:26
Les dés étaient jetés et Feuerbach n'avait pas le moindre doute quant à l'issue de la partie. Après tout, le plan était né de son esprit génial. Aucun contre contre-temps ne pourrait changer la donne et chacun de ses coups avait été calculé de façon à ce que, ni l'imprévisibilité de sa cadette, ni les renaclements de la Duchesse ne viennent perturber le cours désormais immuable des événements. Alexander était confiant. D'une part, parce que Perceval Rose jouait exactement le rôle qui était attendu de lui, de l'autre, parce qu'il n'avait aucun doute quant à la détermination de celle qui serait la main exécutrice. Après tout, elle était venue le trouver, lui. Une immortelle comme elle n'aurait jamais fait ce choix audacieux si elle n'avait été prête à aller jusqu'au bout. Mais puisque le génie n'était pas de ceux qui laissait la moindre place au doute où au hasard, il s'était tout de même assuré d'avoir quelques hommes prêts à terminer le travail dans le cas où la Rose du Désert venait à se trouver dans l'incapacité de finir sa tâche.
Il n'y avait aucune autre issue que celle qu'il avait soigneusement pensé.

Aussi, il avait observé avec une mine contrariée le jeune Scoltly s'éclipser comme l'avait fait Lotte quelques secondes auparavant. Pourquoi étaient-ils, l'un comme l'autre, incapables de s'en tenir à des conseils avisés ? Oh, il ne craignait pas pour l'étoile, il savait que rien ne pourrait lui arriver. Après tout, ses hommes, ainsi que les agents d'Arkadia, quadrillaient le parc et on l'informait que les sbires de l'asiatique avaient été maîtrisés ou éliminés. Seulement, il aurait préféré qu'elle se tienne à l'écart du carnage et du sang.

Arturo s'était doucement glissé dans son dos et était venu poser une main dans la sienne. Si le geste était plein de douceur, le regard noir que le méditerranéen avait plongé dans celui de son amant trahissait une inquiétude mêlée d'une colère contenue. L'italien n'était pas dupe et l'arrivée d'une escouade armée d'une agence non gouvernementale à la table de la duchesse de Lampeduza n'avait fait que renforcer ses doutes. Il ne pouvait pas cautionner ce qui était en train de se dérouler, pas au mariage de Lotte et d'Anna. Et pourtant, il restait silencieux. Sa parole n'aurait aucun poids. C'est alors avec un brin de surprise qu'il sentit la main du milliardaire se resserrer un peu plus contre la sienne.
Les deux hommes se dévisagèrent encore quelques secondes. Dans son oreillette, Alexander avait le compte rendu en direct des différents événements dans le jardin. Cnossos avait envoyé un sbire pour soutenir la femme de Wang mais sa manœuvre, bien que très habile, ne serait suffisante et déjà, la Sorcière était escortée par son mari à l'extérieure de la propriété. Peu importait, elle ne changerait plus le cours des choses, plus maintenant. Wang était sur le point de tomber.

Les ordres avait déjà été donnés et un hélicoptère était prêt à évacuer Sveda. On informa Feuerbach qu'elle était aidée par miss Anderson, qui l'avait conduite jusqu'à l'air de décollage, qu'elle semblait blessée mais qu'elle refusait les soins sur place. Il fallait la faire fuir le plus rapidement possible avant que la Lampeduza ne puisse la localiser ou qu'un invité n'ayant pas pris part à l'opération ne l'aperçoive sur la propriété. Elle avait, semblait-il également échangé quelques mots avec Rose avant de s'envoler.
Alexander haussa imperceptiblement un sourcil surpris lorsqu'on lui rapporta que la mariée avait été enlevée par un jeune homme. Il pinça très légèrement les lèvres sous la contrariété. Ce garçon était décidément d'une inconscience extrême... Aussi, il devait s'occuper de lui et laisserait le directeur d'Arkadia gérer le corps du Samouraï. Il doutait que Perceval Rose lui fasse le plaisir de récupérer la dépouille de l'immortel. Mrs Wang, pour sa part, s'était volatilisée, mais au moins avait-il la priorité sur la métamorphe inconsciente et abandonnée qui s'en était prise à sa sœur...

En parlant de cette dernière, il soupira. L'industriel jeta un coup d’œil à sa montre. S'il savait qu'un agent d'Arkadia avait suivit les fugitifs à distance, il envoya par la terre une douzaine de ses propres hommes pour la ramener en sécurité. Il avait un dernier point à régler avant de faire quoi que ce soit d'autre.
Il avait sorti un téléphone - volé plus tôt dans la soirée - de la poche de son costume.

Les mots étaient simples, sans alternative.

« Ne considérez pas revenir sur cette Arche, ni à Édimbourg. Je ne serai pas aussi clément la prochaine fois. »

Au même instant, il recevait la confirmation de la position de la jeune mariée et l'un de ses hommes apparu à ses côtés. Arturo lui serra une dernière fois la main avant de lui assurer qu'il s'occuperait de gérer la fin de la soirée. Furtivement, l'allemand posa ses lèvres sur celles de son amant avant de disparaître en un battement de cil.

Le génie usait rarement de moyens de locomotion peu conventionnels. D'un part, parce qu'il calculait avec une précision suffisamment juste chaque événements pour ne jamais avoir à se déplacer dans la précipitation et d'autre part, parce qu'il détestait profondément lesdits moyens peu conventionnels. Il haïssait les nausées que pouvait lui donner les transports sans parcours physique et l’inconfort de la rematérialisation, pas plus qu'il n'appréciait le contact induit par les prodiges capables de ce genre d'exploit défiant les lois de la physique moderne.

Il porta son mouchoir à ses lèvres, le temps de reprendre ses esprits. Il se trouvait maintenant dans la cour d'une ferme anglaise. Le manoir était loin, plus au sud. Trois 4x4 blindés venaient de s'arrêter à quelques pas de là pour laisser sortir une dizaine d'hommes en tenue d'intervention qui fouillait maintenant méthodiquement la propriété, stratégiquement dirigés par Lars.
Les échappés furent retrouvés dans une grange et le jeune homme à l'origine de leur fuite fut tenu en respect le temps le garde du corps de Feuerbach accompagné d'un médecin récupèrent la ballerine dans sa robe blanche. Cette dernière tenta de protester mollement mais elle en avait à peine la force. Oh, qu'elle se rassure, il n'arriverait rien à Kevin, seulement une petite confrontation avec le frère de la mariée.

Alexander était alors à son tour entré dans la grange sans même poser son regard sur sa cadette. Non, pour le moment, il dévisageait Scoltly d'un regard glacial. Son visage était dénué d'expression mais son œil sombre était suffisant pour faire baisser de quelques degré la température de la pièce. Il considérait le jeune homme sans rien dire ni rien montrer. Ils n'avaient pas de temps à perdre en paroles inutiles, aussi il se garda d'exprimer son exaspération profonde quant au comportement téméraire et tout à fait imprudent du jeune assistant. Prendrait-il seulement un jour conscience des conséquences de ses actes ?
D'un geste de la main, l'allemand ordonna que les armes se baissent et les hommes s’exécutèrent dans la seconde.

-Ne refaites plus jamais ça. Les mots avec claqué dans l'air avec une froideur d'où pointait une menace sous-jacente.

Si Kevin avait un peu de plomb dans la cervelle, il comprendrait son intérêt à respecter les paroles du génie.
Au même instant, l'industriel avait perçu dans son dos l'arrivée du dernier protagoniste. Au moment le plus à propos.

Si Lotte n'était plus sur les lieux du mariage, Miranda Lockhart pouvait compter sur Feuerbach pour retrouver son amie. Seulement, elle n'avait guère envie de dépendre entièrement de l'allemand sur la question. Aussi avait-elle attendu l'opportunité d'infiltrer l'un des véhicules mobilisés, se joignant au cortège après avoir disposé des occupants, qui retrouveraient sans doute leurs esprits à temps pour faire face aux remontrances de leur chef. Une fois arrivée à destination, elle resta un instant à l'écart avant de sortir de la voiture pour se diriger vers la grange, où Alexander terminait de fustiger Kevin Scoltly.
Ainsi, c'était lui qui s'était assurée de la sortie de Lotte. L'intention avait été maladroitement exécutée, mais restait louable, et Miranda était reconnaissante au jeune homme d'avoir voulu ravir la danseuse à toute cette agitation.

« Monsieur Scoltly a fait de son mieux pour agir dans l'intérêt de Lotte. Il y a ici des personnes qui se soucient réellement d'elle en un jour pareil, Feuerbach, plutôt que de réfléchir à comment ils pourraient l'utiliser. »

Ignorant l'allemand, elle se dirigea vers Lotte et Kevin, un sourire rassurant sur les lèvres. Elle hocha la tête à l'attention de Kevin, et posa une main sur le bras de la mariée, avec une douceur qu'on voyait rarement chez la blonde :

« Comment te sens-tu ? Tu peux rentrer avec moi, si tu veux. Ou avec Kevin. Même avec lui, si c'est ce que tu souhaites. » Elle désigna Alexander sans même le regarder, restant concentrée sur Lotte. « L'important, c'est ce que toi, tu veux. »

Quoi que Lotte décide, Miranda serait à ses côtés : seule son amie lui importait, et elle était prête à tout pour l'aider. Peu importe ce que pouvait en dire Feuerbach.

Celui-ci avait reçu les paroles de l'agent alpha sans même sourciller. Il s'était contenté de la considérer du regard l'espace de quelques secondes sans laisser transparaître le moindre sentiment. A se demander s'il avait ne serait-ce qu'entendu les reproches à peine dissimulés.
De marbre, et sans ajouter mot, l'allemand avait alors tourné les talons, estimant que son rôle était ici terminé. Il avait d'autres chats à fouetter et, comme il avait pu s'y attendre, il venait d'être informé qu'Arkadia s'était saisie de l'occasion propice pour lancer, de par le globe, une série de frappes sur les territoires du chinois.
L'empire allait se disloquer avant de disparaître et c'était là que tout commencerait. Un vide resterait à combler. Les réseaux étaient une vaste toile, en détruire une partie revenait à créer une nouvelle ramification, plus loin, dans un recoin encore plus obscure. Malgré tous les efforts, cela ne changerait jamais, pas tant qu'il y aurait des marchandises à vendre et des hommes pour les acheter.
Alexander ne pouvait se permettre de louper une telle occasion, aussi, il avait bien l'intention d'offrir, dans un futur plus ou moins proche, sa protection et ses services à tout ceux qui, cette nuit, subiraient les dommages collatéraux engendrés par la chute de l'asiatique.

Installé dans l'un des véhicules blindés, Alexander pianotait frénétiquement sur son smartphone. Ses hommes se repliaient déjà vers les véhicules et Lars, laissant la protégée de Feuerbach aux mains de l'agent d'Arkadia, s'était installé au volant, attendant que l'étoile prenne sa décision. Son employeur semblait bien certain du choix que ferait sa cadette et le scandinave avait appris avec le temps qu'il se trompait rarement.

Au contact de cette main sur son bras tremblant, Lotte, à bout de force, était venue se blottir contre la belle blonde. Elle avait - un peu naïvement sûrement - craint pour sa vie, mais elle était là maintenant, à ses côtés et visiblement en pleine forme. Qu'en était-il des autres ? Avait-elle écoutée sa prière de laisser Xin en dehors de tout cette histoire ? Et Kim, comment était-il revenu au manoir ? La ballerine avait enfouit sa tête et ses larmes dans la chevelure d'or de son amie, murmurant des excuses inintelligibles.
Piteuse, elle avait doucement relevé le visage pour croiser le regard de Miranda. Elle aurait voulu lui dire clairement qu'elle n'avait pas vraiment la force de faire un tel choix à ce moment précis. Aussi, elle jeta un petit coup d’œil à la voiture qui les attendaient.

Quelques minutes plus tard, nos quatre protagonistes faisaient route vers l'aéroport qui les ramèneraient à Edimbourg. Nikiya s'était blottit contre Miranda, sa présence lui était rassurante et bénéfique. Guettée par le sommeil, elle s'excusa une dernière fois à l'oreille de son amie :

-Je suis désolée... elle hésita un instant avant d'ajouter, plus bas encore pour qu'elle soit la seule à pouvoir saisir ses paroles. Je t'en prie, ne lui tient pas trop rigueur... à Alexander... C'est moi qui ait demandé de prendre des mesures contre Wang.

Baisant les yeux, trop honteuse pour affronter le regard de l'agent d'Arkadia, elle vint fixer son regard vers l’extérieur où la nuit avait tout obscurcit. Quelques minutes plus tard, elle sombrait dans le monde des rêves.

***

Le mariage n'avait pas vraiment pris fin comme chacun aurait pu l'imaginer. Les mariées semblaient avoir disparu - partie prématurément en lune de miel ? Il fallait l'espérer ! et l'intervention d'agents armés n'avait été loupée par aucun des invités présents à ce moment là dans la salle de réception, et même si la sécurité du couple Lampeduza avait été mise en avant, une vague de suspicion s'était rependue parmi les convives.
Pourtant, malgré ces curieux événements, la fête s'était prolongée jusqu'à l’épuisement des fêtards qui n'avaient rien remarqués ou, qui s'ils avaient cru voir une agitation étrange du côté du parc, ne se rappelleraient, de toute façon, plus de rien une fois rentrés chez eux.
En effet, on avait pris le soin d'engager comme maîtres d’hôtel et hôtesses d'accueil des prodiges aux dons de persuasions. Ces derniers, en rendant sac, manteaux et clés de voiture aux vestiaires, en profitait pour suggérer habilement aux invités sur le départ que la soirée avait été des plus belles et des plus festives. Aussi tout les convives gardèrent les plus beaux souvenirs de cet événement mondain de l'année.
Verstand
Sphère Economique
avatar

Messages : 118
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Intelligence hors du commun
Revenir en haut Aller en bas
Mer 11 Jan 2017 - 21:09




Kevin laissa la danseuse se jeter dans ses bras, malgré sa phobie. Un flot d'émotions et de pensées l'envahit, du fait de son pouvoir de télépathie. Nikiya dans l'émotion avait peut être oublié ce détail ou tout simplement dans son état elle s'en moquait totalement. Il avait encore les bras levés au ciel lorsqu'il se résout enfin à entourer la danseuse pour la consoler tel qu'un frère ou un meilleur ami l'aurait fait. La tristesse et la culpabilité de l'Etoile lui fit totalement oubliée sa phobie. Le jeune homme ressentait la même tristesse qu'elle car pour lui un mariage devait être un moment d'amour, de partage et une fête heureuse qui marque à jamais la vie des mariés. C'est avec douceur qui lui susurra des paroles rassurantes. Il ferait ce qu'elle voudrait. Il pensait tout de même qu'il avait bien fait de soustraire son amie de ce chaos. Lorsqu'il découvrit qu'ils n'étaient plus tout seuls car des soldats le braquaient avec des armes, il mit aussitôt Nikiya derrière son dos, pour la protéger. Il était à deux doigts de manifester son pouvoir lorsque Verstand se présenta à eux. Certes, Kevin n'était pas un combattant expérimenté mais il ne fallait pas sous estimer son pouvoir et surtout sa volonté à protéger les siens. Ce n'était plus le Kevin timide du Muséum que le patron millionnaire allemand avait face à lui.

- Je protégerai Nikiya coûte que coûte...

Son regard d'ébène chercha celui de son amie pour savoir ce qu'elle voulait. Il avait nullement l'intention de la laisser aux mains de l'allemand si son amie ne le souhaitait pas. Fort heureusement, Miranda fit son apparition. Kevin lui faisait une totale confiance car c'est la sœur de Lucy pour qu'il a une très grande affection. Ses paroles furent rassurantes. Kevin n'eut pas besoin de lui parler pour lui faire comprendre qu'il agirait selon ses instructions et qu'il serait à ses côtés pour protéger leur amie commune.

Lorsque Nikiya prit sa décision, Kevin repartit comme il était arrivé, soit par la voie des airs. C'était sa façon à lui d'aller évacuer sa colère et sa frustration car il pensait que la danseuse avait pris une mauvaise décision. Mais il n'allait pas faire ce qu'il reprochait à Verstand, c'est à dire lui imposer ses quatre volontés.

D'ailleurs, à ce sujet, il devrait réfléchir à savoir s'il devait continuer ou non son travail avec l'allemand. Il préférait encore un peu attendre avant de prendre une telle décision même si en son for intérieur il le savait déjà. Il était passionné par son travail. Il ne comptait pas ses heures. En plus, il gagnait bien sa vie. Mais pour Kevin, sa liberté et ses valeurs n'ont pas de prix. Il y avait aussi Arturo dans la balance, qui était probablement un homme bon. Il serait sans doute déçu s'il apprenait que Kevin se retire. Chaque chose viendra en son temps

Le jeune homme accéléra pour s'enivrer de la vitesse et de l'adrénaline que lui procurait son vol aérien. Il avait envie de se vider l'esprit et d'être seul...





Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 345
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Monde :: Vers d'autres arches :: Europe-