L'Héritage du Pélerin [Iron Will]

 :: Édimbourg :: Leith :: Balance Point Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 15 Juil 2016 - 14:18
Aux yeux des habitants de l'Arche -et du reste du monde- l'aéronef Balance Point qui gravitait en vol stationnaire au-dessus du port d’Édimbourg n'était autre que le siège de la société d'Arkadia. On y trouvait les bureaux principaux, les réunions officielles importantes, ainsi que les bases de données sensibles. En réalité, le vaisseau avait été conçu aussi bien pour impressionner que pour faire office de base mobile à la partie officieuse de l'entreprise. Celle qui se déployait dans les coulisses, grandissant dans l'ombre du monde afin de préserver ce dernier le plus possible. Prototype dernier cri issu des chantiers navals d'Arkadia il y a quelques années, l'appareil était sans cesse révisé et amélioré, pourvu des meilleures technologies actuelles. Ses lignes élégantes cachaient une puissance insoupçonnée : blindage et protections hautement résistants, moteurs de pointe lui permettant de prendre la fuite en cas de besoin, et armement dissimulé redoutable que la plupart des engins de la flotte militaire lui auraient envié. L'aéronef était une véritable forteresse volante, un symbole de la force d'Arkadia aussi bien dans la lumière que dans les ombres. Pour y accéder, trois moyens possibles : via un véhicule aérien personnel, via une des navettes de l'entreprise, ou via la grande et mince tour de verre qui faisait office d'ascenseur prévu à ce seul effet.

Quelle que soit la manière de s'y rendre, une fois arrivé sur place les visiteurs étaient invariablement dirigés vers l'accueil, sur le second pont du vaisseau. A l'intérieur, l'esthétique était étudiée de manière à presque faire oublier aux arrivants qu'ils se trouvaient à bord d'un engin volant. Du moins jusqu'à ce qu'ils puissent contempler la ville en contrebas à travers les grandes baies vitrées prévues à cette effet. Les coursives étaient spacieuses, un luxe pour un aéronef, et bourdonnaient d'activité : des employés et des agents ne cessaient de les parcourir en long et en large, des objectifs précis en tête. Des plantes et des œuvres d'art aussi bien anciennes que d'artistes en vue actuellement décoraient les cloisons, et des hauts-parleurs diffusaient régulièrement une musique de fond allant du classique à l'opéra aussi bien ancestrales que contemporaines. L'atmosphère était hautement professionnelle, et tout était étudié pour faire primer l'efficacité. Des agents de sécurité patrouillaient un peu partout, et le vaisseau n'avait nullement cherché à camoufler ses caméras et autres services de sécurité, du moins pour les plus classiques ; de nombreux systèmes disséminés dans tout le vaisseau étaient bien plus discrets... Autant dire qu'il était pratiquement impossible de s'y rendre sans rendez-vous.

Quand Kevin Scoltly s'annonça à l'accueil, un réceptionniste souriant lui indiqua le chemin pour se rendre au pont supérieur, où le directeur d'Arkadia avait son bureau. Le jeune homme put ainsi prendre un des ascenseurs internes, et prendre place dans une petite salle d'attente aux fauteuils confortables. Quelques minutes plus tard, à l'heure pile du rendez-vous, la porte s'ouvrit et une jeune femme blonde lui fit signe d'entrer. Vêtue d'une chemise blanche, d'une jupe et de collants noirs, elle avait noué ses cheveux en un chignon serré et tout chez elle témoignait d'un professionnalisme certain. Elle se déplaçait avec la grâce discrète de quelqu'un qui avait un contrôle total sur le moindre de ses mouvements, et son regard observait Kevin avec intensité tandis qu'elle le jaugeait. A l'intérieur de la pièce, le jeune prodige put découvrir un véritable bureau à l'ancienne. Les cloisons étaient lambrissées d'un bois doux et élégant, recouvertes de plusieurs étagères et bibliothèques chargées de bouquins, de dossiers et de bibelots anciens. Une antique mappemonde datant d'avant le cataclysme trônait sur un coin du bureau, et une petite boite en verre contenait plusieurs stylos plumes anciens. Un téléphone noir à cadran côtoyait un descendant plus moderne, et les lampes rappelaient celles des bibliothèques. Elles étaient éteinte, la lumière provenant d'un grand hublot situé dans le dos de l'homme qui le recevait. Perceval Rose se leva dès que Kevin et son accompagnatrice entrèrent. Il portait un de ses éternels costumes sur mesure qui faisaient chez lui office de seconde peau. Il fit le tour de son bureau pour venir gratifier Kevin d'une solide poignée de main, avant de lui indiquer un fauteuil en face. La blonde se percha sur le coin d'une commode, croisant les bras sur sa poitrine, aussi silencieuse qu'attentive.

« Bienvenue, monsieur Scoltly. C'est un plaisir que de faire enfin votre connaissance, votre père ne tarit pas d'éloges à votre sujet. Prenez place, je vous en prie. Désirez-vous un rafraîchissement ? » Percy retourna s'asseoir, et croisa les mains sur son bureau, un sourire cordial sur les lèvres. « Comment vous sentez-vous ? J'espère que vous vous êtes remis de vos...péripéties. Gordon était très inquiet à votre sujet ; le soulagement qu'il a éprouvé en vous sachant hors de danger faisait plaisir à voir. Quant à ces attaques, je peux vous assurer qu'Arkadia fera tout son possible pour en remonter la piste. Mais c'est vous qui avez tenu à me voir, et si j'en suis ravi, j'avoue que cela aura piqué ma curiosité. Que puis-je faire pour vous ? »
Percy
Sphère Economique
avatar

Messages : 532
Etat Civil : veuf
Pouvoirs : mémoire parfaite - intelligence améliorée - résistance mentale - Immortalité


Thème: Everybody Wants To Rule The World - Lorde




"Chaos is found in greatest abundance wherever order is being sought. It always defeats order, because it is better organized." Terry Pratchett
Revenir en haut Aller en bas
Ven 15 Juil 2016 - 15:53


« Le brouillard du matin n'arrête pas le pèlerin. »


Pour cet entretien, Kevin s'était mis sur son trente et un, comme s'il allait passer un entretien d'embauche même si cela n'était pas l'objet du rendez-vous. Il voulait être irréprochable car il avait mesuré o combien son père vouait une certaine admiration à l'égard du directeur d'Arkadia. Il s'impatientait de cette rencontre car son esprit bouillonnait des questions depuis que son père lui avait appris son appartenance à cette organisation qu'est Arkadia. Il avait besoin également d'être rassuré car par deux fois on avait voulu le tuer. Il était certain que cela avait lien avec son "vrai" père scientifique, assassiné lorsqu'il n'était qu'un enfant. Il avait toujours pensé que ses parents avaient fait l'objet d'un crime raciste maintenant il en était moins sûr...

Dire qu'il était impressionné était un doux euphémisme. Il montait pour la première fois dans un aéronef. Et pour cette première, il le faisait avec le high tech qu'on puisse trouver. Toute cette haute technologie et ces mesures de haute sécurité en disaient longs sur l'homme qu'il allait rencontrer.

Lorsqu'il rentra dans son bureau, il se sentit apaisé par l'ambiance du lieu, dans lequel il se sentit plus familier que le cadre de haute technologique de l'aéronef. En effet, l'endroit respirait l'histoire et le savoir, ce que Kevin partageait depuis presque toujours avec son père. Le jeune homme dut comme d'habitude faire face à son éternel problème lorsqu'il rencontre quelqu'un : le serrage de main. Il ne pouvait tout simplement ne pas faire ce simple geste de politesse. Il devait se justifier car cela pouvait être interprété comme un grave affront. Il le fit avec l’honnêteté dont il fait toujours preuve.


- Monsieur, je suis fort honoré de ce rendez-vous. Veuillez tout d'abord accepter mes excuses si je ne puis vous saluer par ce simple geste de serrage des mains. Je souffre en effet d'haptophobie mais ce n'est pas la seule raison. Je suis un prodige dont l'un des pouvoirs est de lire les pensées de celui que je touche. Ce pouvoir, je ne le maîtrise pas. Il m'est inconcevable de lire les pensées de quelqu'un à son insu. J'espère que vous ne m'en porterez pas ombrage.

Il s'assit au fauteuil désigné, jetant un bref regard à la jeune femme blonde perchée sur le coin d'une commode. Son regard d'ébène fut un moment captivé par la mappemonde datant d'avant le cataclysme. L'historien qu'il est ne pouvait qu'être admiratif. Il s'imposa de se concentrer sur son interlocuteur.

- Ces deux agressions ont laissé plus de traces psychologiques que physiques. Mais je fais plus de soucis pour mon père dont l'âge supporte de moins en moins de contrariétés. Il est fragile physiquement et s'inquiète beaucoup pour moi autant que moi je m'inquiète pour lui. J'ai été très déçu d'apprendre qu'il m'avait caché certains secrets comme son appartenance à Arkadia. J'ai réfléchi et je me suis fait finalement une raison de ne lui plus en vouloir. Il l'a fait pour me protéger.

Il marqua un temps de pause afin de structurer ses propos.

- J'ai deux requêtes : la première est celle de connaître Arkadia, la scène et ses coulisses. Mon père en parle avec admiration.




Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 400
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Mer 20 Juil 2016 - 14:38
Comme à son habitude, le directeur d'Arkadia avait pris le soin de se renseigner sur son rendez-vous. Kevin James ou Scoltly, le jeune homme ne lui était certainement pas inconnu, et voilà longtemps qu'il s'était intéressé à son cas. Ne serait-ce que parce qu'il avait été élevé par un de ses anciens agents ; quant à ses véritables origines, elles valaient également la peine qu'on se penche dessus. Percy se demandait d'ailleurs si c'était l'une des raisons qui avait poussé le garçon à lui demander un entretien. Il décida de voir s'il allait aborder le sujet par lui-même, avant d'y faire la moindre référence. Il échangea un bref regard avec Miranda, ce qui lui suffit pour comprendre qu'elle ne considérait pas leur invité comme un danger. Le contraire l'aurait étonné, mais son bras droit ne plaisantait pas avec la sécurité. Les propres enfants du patron n'auraient sans doute pas pu arriver jusqu'à lui sans se plier à un examen complet. Du moins, s'ils avaient eu des enfants désireux de le voir ; ce n'était pas son fils qui risquait de débarquer un jour dans son bureau... Rick venait d'avoir vingt ans, et leurs relations ne s'étaient guère améliorées depuis la disparition de sa mère. Il chassa cette pensée, se concentrant sur Kevin ; aujourd'hui, il s'occuperait du fils d'un estimé collaborateur, et il ferait de son mieux pour l'aider.

« Il n'y a pas de mal. Nous sommes tous affligés d'un revers de la médaille, qu'ils concernent nos don ou autre chose. La restreinte dont vous faites preuve est tout à votre honneur ; je connais bien des gens qui ne feraient pas preuve des même scrupules à l'idée de découvrir les secrets qui se cachent dans l'esprit d'un autre. »

L'honnêteté de Kevin était rafraîchissante ; sa candeur était appréciable, d'autant qu'elle ne se confondait pas avec de la naïveté. De plus, Perceval s'était attendu à une telle réaction. Les pouvoirs de Kevin ne lui étaient pas inconnus, et figuraient dans son dossier. S'il lui avait tendu la main l'air de rien, c'était avant tout parce qu'il était curieux de voir quelle serait sa réaction. Il savait que le jeune homme ne la lui prendrait pas, et il avait simplement voulu voir comme il l'expliquait de lui-même. Le moindre détail pouvait en révéler long sur quelqu'un lorsqu'on le rencontrait en personne.

« Je crois que vous connaissez déjà Miranda. »
dit-il en indiquant la femme d'un geste. « La Potential Home semble vous réussir. »

« Lucy vous admire, même si elle n'est pas douée pour le montrer. Se lier aux autres n'est pas facile pour elle. Merci de vous en occuper comme vous le faites. » Ce qui, de la part de Miranda, relevait du plus haut compliment. Même si, dans son regard, se lisait clairement l'avertissement du « je vous ai à l’œil ». Elle pouvait difficilement s'en empêcher, et moins encore lorsque sa sœur était concernée. Elle avait tout de même tenu à remercier le prodige de visu.

« Les séquelles de l'esprit sont parfois bien plus profondes que celles du corps. Mais vous m'avez tout l'air d'un jeune homme équilibré, et je suis certain que vous allez vous en remettre. Quant à votre père... Vous avez eu raison de cesser de lui en vouloir. Je comprends qu'il n'est pas agréable qu'un proche nous cache un tel secret, mais il pensait agir pour le mieux. Votre père vous aime, c'est une évidence. Et il avait terriblement peur de vous perdre. Gordon était un bon agent, et il reste un homme et un érudit d'exception. Quels que soient les besoins de son âge ou du reste, Arkadia y pourvoira de son mieux, vous avez ma parole. Nous prenons soin des nôtres. Et de leurs proches. »

Les mains en clocher sous le menton, Percy s'interrompit quelques instants, le temps d'observer Kevin plus attentivement encore. Il se demandait ce qui allait bien pouvoir ressortir de cette conversation. Voilà quelques années que le profil de Kevin correspondait à ce qu'il pouvait attendre d'un agent, mais il n'avait jamais jugé bon d'aller le débaucher, par égard pour Gordon. Mais s'il décidait finalement de venir à lui, voilà qui était tout autre chose.

« Arkadia est une organisation qui possède de nombreux visages, dont la plupart ne sont que des masques pour d'autres visages. Voyez la société comme une sorte d'oignon : chaque couche en cache une autre, et ce jusqu'à son cœur, réservé à mes collaborateurs les plus fiables. D'un point de vue binaire, il y a l'Arkadia officielle et l'Arkadia officieuse. L'officielle, c'est celle que vous côtoyez tous les jours : le commerce, les recherches publiques, les sociétés et organisation de tous types. Toutes tournées dans le but d'améliorer la vie du peuple, de travailler pour lui, pour son bien plutôt que de se considérer au-dessus. L'officieuse... L'officieuse a les mêmes objectifs, mais à un niveau à la fois plus philosophique et plus pragmatique. C'est le niveau qui nous permet de lutter contre ceux qui œuvrent dans l'ombre. Notre but n'est pas le contrôle ou le pouvoir en soi, mais l'équilibre. Plus précisément, que tous puissent en bénéficier. Que le monde continue de tourner sans craindre les querelles des puissants qui l'ignorent, tout en favorisant les talents de chacun. Je serai curieux de savoir ce que votre père vous en aura raconté ; cela me permettra de mieux situer ce que j'ai encore à vous apprendre. Quant à la quantité et la précision des informations que je peux vous donner...et bien, j'imagine que cela dépendra de vous, et de ce que vous attendez exactement d'Arkadia. Ce qui m'amène à vous demander quelle est votre seconde requête... »
Percy
Sphère Economique
avatar

Messages : 532
Etat Civil : veuf
Pouvoirs : mémoire parfaite - intelligence améliorée - résistance mentale - Immortalité


Thème: Everybody Wants To Rule The World - Lorde




"Chaos is found in greatest abundance wherever order is being sought. It always defeats order, because it is better organized." Terry Pratchett
Revenir en haut Aller en bas
Sam 23 Juil 2016 - 23:08


« Le brouillard du matin n'arrête pas le pèlerin. »


Le visage de Kevin s'illumina lorsqu'il entendit le mot "Lucy". Il la considérait comme une petite sœur. Le courant passait super bien entre les deux. Ils se complétaient, Lucy avec son caractère de feu et Kevin avec celui de l'eau calme et serein. Ainsi donc la personne posée sur la commode était donc la soeur de Lucy. Kevin, sans aucune retenue, posa son regard ténébreux sur la jeune femme pour la détailler des pieds à la tête. Lui aussi avait entendu parler d'elle et bien-sûr qu'en bien. Il hocha la tête pour marquer son acceptation du compliment même si lui trouvait quelque part normale d'aider les plus jeunes que soient. Il se tourna ensuite vers son principal interlocuteur. Son visage revint des plus sérieux. Kevin avait besoin de se faire une opinion par lui-même d'Arkadia. Chaque mot et chaque expression seraient décortiqués et analysés même si Kevin était déjà convaincu à 90% du bien fondé de l'organisation car il vouait une totale confiance à l'égard de son père. La première requête qu'il avait formulée était quelque part qu'une formalité, un peu comme celle du directeur qu'il avait voulu tester la réaction de Kevin en voulant lui serrer la main.

Le jeune homme inspira fortement. Il était devenu plus tendu lorsque le directeur d'Arkadia lui avait tendu la perche pour lui demander qu'elle était sa deuxième requête. Il posa sa main sur sa poitrine, de façon presque religieuse. Et puis, soudainement, les traits de son visage exprimèrent une force de conviction. Il n'y avait plus de doute et d'hésitation.

Sa main remonta jusqu'à son col, pour y passer deux doigts en dessous. Il y extirpa une clef attachée à une chaîne d'argent. Il la retira et la posa sur la table.

- Je comprends tout à fait votre prudence et sagesse à ne pas en dévoiler plus sur votre organisation. Mon père n'a pas été non plus très prolixe, insistant surtout sur les valeurs et les buts de l'organisation. Je ne prétends pas non plus à devenir un de ses membres. Je n'en ai pas l'étoffe ni le profil. Et puis je travaille pour l'un de vos concurrents...Cela serait malsain et je ne peux pas renier mes engagements et ma parole... Ma deuxième requête est d'accepter ce présent. Il s'agit d'une clef que mon père, "de sang", m'a donné avant de mourir. Un chiffre y figure dessus. J'ai toujours cru que c'était qu'un porte bonheur. Je sais maintenant que non. Cette clef doit cacher, je ne sais quel secret, d'autant que mon père était un illustre scientifique et généticien. Mais il est sûr que certains la convoitent et sont prêts à tuer pour l'avoir. Comme j'ai confiance en vous, que vous avez la puissance pour porter sur vos épaules les découvertes qu'elle renferme et que nous partageons les mêmes valeurs, je vous prie de l'accepter.




Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 400
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Sam 30 Juil 2016 - 16:56
Arkadia gardait toujours un oeil attentif sur la Potential Home, ne serait-ce que parce qu'elle y avait quelque peu investi. Il s'agissait avant tout d'en surveiller l'évolution et les progrès, plutôt que de réellement l'espionner ou y exercer un véritable contrôle. Ce n'était pas le but de Percy, qui considérait l'école comme une très bonne idée, ainsi qu'une opportunité formidable pour les nombreux jeunes prodiges qui bénéficiaient d'un véritable encadrement promouvant la maîtrise de soi, le bien-être et l'intégration. L'école avait d'ailleurs fait des émules, comme l'Institut de NéoSéoul, chaque institution promouvant un style particulier d'apprentissage. Et puis ces endroits étaient éminemment utiles pour dénicher de nouveaux talents, des esprits exceptionnels qui pourraient servir avec talents les intérêts d'une société d'Arkadia, les officiels comme les officieux. La société proposait diverses bourses et programmes aux étudiants qui sortaient de l'école, et plus d'un étaient devenus des éléments prometteurs de l'organisation, voire des agents. Aussi le directeur était-il au fait de ce qui s'y passait, et il était satisfait de savoir que la sœur de Miranda s'adaptait petit à petit à un tel environnement. Percy avait naturellement offert à Miranda tout son soutien, ainsi que toutes les ressources d'Arkadia, pour permettre à Lucy d'avoir la meilleure vie possible au vu des circonstances. Qu'elle en soit venue à admirer quelqu'un comme le jeune Scoltly était une bonne chose ; de ce qu'il avait pu rassembler sur le jeune homme, celui-ci était un modèle des plus sains. Et il savait que Miranda appréciait également ce fait, même si elle surveillait la situation avec l'attention d'une tigresse protégeant sa famille. Les deux Lockhart partageaient un puissant lien depuis leurs retrouvailles, malgré les difficultés. Maintenant que Miranda avait retrouvé sa jeune sœur, elle se révélait plus protectrice que jamais.

De fait, le bras droit de Percy considérait leur invité avec un certain respect bienveillant, chose qu'elle n'accordait généralement qu'au compte-goutte. Percy lui-même ne pouvait s'empêcher d'avoir une bonne opinion du jeune homme, renforcée par cette première rencontre. Malgré les complications liées à la nature de son don, et à la tragédie qui l'avait frappé enfant, il était devenu un homme au sens moral certain, doté d'une profonde gentillesse et d'un enthousiasme sincère. D'autres auraient laissé l'amertume les gagner il y a bien longtemps, et là où certains voyaient dans la gentillesse une marque de faiblesse, Percy y décelait au contraire une grande force. D'autant que cette qualité n'était nullement automatiquement doublée de stupidité ou de faiblesse de caractère. A la mention de son employeur rival, Percy se lamenta intérieurement une fois de plus à l'idée qu'un talent aussi prometteur ait mis ses capacités au service d'Alexander Feuerbach. Percy n'irait pas jusqu'à dire qu'il était entre ses griffes, décidant d'accorder assez de crédit à Kevin pour reconnaître qu'il savait ce qu'il faisait. Non, il était surtout un peu déçu de ne pas avoir pu le recruter avant. Pourtant, son dossier piquait son intérêt depuis plusieurs années, mais il avait rechigné à le contacter par égard envers Gordon. La vie d'un agent d'Arkadia n'était pas de tout repos, et il n'avait pas eu envie d'ajouter des soucis au Pèlerin. Mais ce qui était fait était fait, et il était inutile de se lamenter sur la question.

« Arkadia a de toute façon le chic pour se dévoiler aux yeux de ceux qui y ont une place, et je ne doute pas qu'elle aurait fini par le faire pour vous. Vous ne le pensez peut-être pas, mais je suis persuadé que vous auriez fait un excellent agent. Vous en avez l'étoffe, en tout cas, et sachez que je ne dis pas ce genre de choses à la légère. Je suis un peu jaloux de monsieur Feuerbach, qui aura su vous débaucher avant que je ne me décide, pour être honnête. Avec un autre, j'aurais sûrement tenté de vous convaincre de devenir un atout dans ma manche, mais je ne crois pas me tromper en disant que le double-jeu n'est pas dans votre nature, et que votre intégrité est à toute épreuve. Ce que je respecte, et qui renforce mon impressions de vos capacités. Sachez en tout cas que si d'aventure vous vous retrouviez à la recherche d'une nouvelle aventure au cours de votre carrière, et libre de toute obligations, une place vous attend chez nous. »


Après tout, cela ne coûtait rien de le dire, et qui sait ce que l'avenir pouvait bien leur réserver à tous. Percy croyait au pouvoir du choix, et à la liberté de pouvoir le faire à tout moment. Il décidait en outre de retourner sa franchise à Kevin, ce qui lui semblait la moindre des choses. Décidément, il aurait voulu avoir plus d'agents de cette trempe ; quelque part, il se disait que le monde ne s'en porterait que mieux. Il écouta attentivement la suite de ce que le jeune homme avait à dire, et prit quelques instants pour passer l'information en revue avant de répondre.

« La tragédie qui a frappé vos parents ne m'est pas inconnue. Les recherches de votre père ont toujours été dignes d'un grand intérêt de ma part, et Arkadia s'est toujours intéressées aux individus de talents. Et votre père n'en manquait pas. J'ai envoyé une équipe sur place à l'époque, dès que j'ai appris la nouvelle, afin d'enquêter sur les circonstances de leur mort. La simple théorie de la haine m'avait parue bien trop pratique, et c'est encore le cas aujourd'hui. Seulement, mes investigateurs se sont heurtés à un mur, et n'ont pas pu faire le moindre progrès. Peu de murs auront su résister ainsi à mon organisation, et j'avoue que ce cas irrésolu m'aura toujours laissé une impression désagréable. Parce que je n'aime pas avoir à faire à des mystères qui me résistent ainsi -ils n'augurent rien de bon pour personne la plupart du temps- et aussi parce que vos parents méritaient mieux. Je l'ai dit à Gordon, et maintenant je vous le dis à vous : sachez que vous pourrez toujours compter sur Arkadia, et ce quoi qu'il arrive. Et si vous souhaitez un jour que nous réouvrions l'enquête, nous le ferons. Mais le choix est vôtre : il n'appartient qu'à vous de décider quoi faire de votre passé. »

Percy se saisit délicatement de la clef que Kevin avait posé sur la table. Il la tourna dans tous les sens avec adresse, en mémorisant chaque détail, comme pour chercher à en devenir les secrets. Il conservait une attitude neutre, mais sa curiosité avait été éveillée ; peut-être était-ce là la pièce du puzzle qui avait manqué à ses agents toutes ces années auparavant.

« Je vous remercie de votre confiance, monsieur Scoltly. Je vous promets d'en prendre grand soin, et de tout faire pour en percer les secrets...si c'est vraiment ce que vous voulez. En tous les cas, elle sera en sécurité avec moi. Mais si je peux me permettre... Vous n'êtes sûrement pas sans savoir de quels fabuleux moyens dispose votre employeur ; pourquoi ne pas l'avoir présenté à monsieur Feuerbach ? »
Percy
Sphère Economique
avatar

Messages : 532
Etat Civil : veuf
Pouvoirs : mémoire parfaite - intelligence améliorée - résistance mentale - Immortalité


Thème: Everybody Wants To Rule The World - Lorde




"Chaos is found in greatest abundance wherever order is being sought. It always defeats order, because it is better organized." Terry Pratchett
Revenir en haut Aller en bas
Sam 30 Juil 2016 - 17:49


« Le brouillard du matin n'arrête pas le pèlerin. »


Kevin se sentit flatté par le directeur par sa proposition d'intégration. S'il avait eu tous les éléments dans sa main à l'époque où il cherchait un travail , il aurait peut être pris une toute autre décision. D'un autre côté, il aimait son travail chez le milliardaire allemand et appréciait la confiance qu'il lui avait témoignée alors qu'il n'avait même pas un diplôme pour attester ses capacités à gérer son patrimoine d’œuvres historiques et artistiques. Mais Kevin n'était pas dupe sur sa relation avec lui. C'était son patron, un point c'est tout. Cela n'avait rien à voir avec la relation qu'entretenait son père Gordon et le directeur d'Arkadia. Son père le traitait presque comme un membre de sa famille. Il avait une totale confiance en lui. Kevin ne connaissait pas assez l'allemand pour prétendre à une telle relation d'autant que celui-ci se montrait aussi froid qu'un bloc de glace.

Le jeune homme écouta le directeur, sans l'interrompre une seule fois. Son visage resta neutre malgré la nouvelle qu'Arkadia n'eut pas découvert l'origine de la mort de ses parents. Cela le réconforta dans sa thèse : celle de son père dont ses recherches scientifiques étaient sur du lourd, du très lourd même...

- Monsieur, je ne suis pas animé par l'esprit de la vengeance. Bien sûr que si la justice pouvait être faîte, j'en serai heureux. D'ailleurs peut être que j'ai des informations enfouies dans ma mémoire...J'ai revécu la scène de l'agression de mes parents en touchant mon père juste avant sa mort. C'est probablement la cause par laquelle je ressens chaque contact comme une brûlure.

Son visage était devenu grave. A l'époque du soit disant incendie accidentelle, il n'était qu'un enfant. On pouvait facilement comprendre le traumatisme de s'être retrouvé mentalement revivre leur mort...

- J'ai un tout autre but qui est celui de m'assurer que la mort de mes parents ne sera pas vaine. Ses recherches ne doivent pas tomber dans de mauvaises mains. Vous me posez la question de savoir pourquoi je n'ai pas fait cette demande à Monsieur Alexander Feuerbach. La raison est simple. Je ne le connais pas suffisamment pour lui accorder ma totale confiance. Je suis de nature bienveillante mais pas naif. De plus nous n'avons qu'une relation de patron à employé. Avec vous, c'est tout différent. Mon père vous idéalise. Il a une confiance ultime envers vous. Il m'a raconté tout ce que vous avez fait pour lui, pour nous et même pour mes parents. Je vous en suis redevable. De plus, je me fie à mon intuition.

Il tourna sa tête vers Miranda à cette dernière phrase comme si sa décision avait également été motivé par sa présence, mais il n'en dit rien de plus.

- Si vous aviez besoin un jour d'aide ou d'un service, je vous le rendrai sans hésitation parce que vous le méritez et qu'il y a des actes qui n'ont pas besoin d'être guidé par l'argent ou le pouvoir pour être réalisés. Je crois profondément à la bonté et à ses bienfaits.




Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 400
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Ven 5 Aoû 2016 - 17:04
« Renoncer à la vengeance est la preuve d'une grande force d'âme, et une raison de plus qui me fait croire que vous auriez fait un excellent agent. Aujourd'hui, Arkadia a besoin d'individus comme vous, déterminés à rendre le monde meilleur plutôt qu'y ajouter de la noirceur. L'offre restera toujours sur la table en ce qui vous concerne, et vous aurez toujours une place parmi nous. »

Oui, quel dommage que le jeune Scotlty se soit affilié à Feuerbach. Voilà qui semblait un véritable gâchis de ses talents aux yeux de Percy, d'autant qu'il imaginait mal quelqu'un comme Kevin tremper dans les affaires plus louches de l'allemand. Car même lorsque ses manigances aidaient les autres, ce n'était qu'au service de ses besoins personnels. Il n'avait pas d'autre plan que celui de les servir, et d'aller toujours plus loin. Mais être le meilleur s'avérait très vite bien creux, quand c'était là le seul but recherché. Percy s'en était aperçu -pas trop tard, il l'espérait- et il se demandait si Alexander le verrait un jour. Il était encore jeune, après tout, et méritait qu'on lui accorde le bénéfice du doute ; tout en restant incroyablement prudent, bien entendu.

« La justice... Voilà un concept bien délicat, surtout quand les officiels se retrouvent pieds et poings liés. En tous les cas, je vous promets qu'Arkadia continuera de faire tout ce qui en son pouvoir pour faire la lumière sur cette affaire. Vos parents le méritent, c'était des gens biens. Destinés à de grandes choses, capables de changer le monde pour le meilleur. A titre plus personnel, j'ai horreur qu'on gâche ainsi du talent : ils avaient encire tellement à offrir... Si vous pensez avoir des souvenirs enfouis concernant leur mort, je dispose d'agents prodiges dont les dons sur la psyché et la mémoire seraient peut-être capable de les faire remonter à la surface ; un agent, en particulier, est particulièrement doué pour ce genre de choses. Mais je conviens qu'il doit être difficile de faire remonter un tel traumatisme à la surface, et jamais je ne vous forcerai à le revivre. Le choix vous appartient, là aussi. Et quelque part, je crois que je vous envie : mes propres pouvoirs m'empêchent d'oublier quoi que ce soit, même si je le voulais. Rien n'est enterré, dans ma tête : chaque souvenir, aussi infime, aussi terrible soit-il, est à ma portée pour que je le revive encore et encore, comme si j'y étais. »

En disant cela, Percy se massa machinalement une tempe du bout des doigts ; ses migraines étaient quotidiennes, et douloureuses. Souvent, il se demandait si un esprit humain -même modifié comme le sien- avait des limites aux nombres de souvenirs qu'il pouvait emmagasiner. Plus il prenait de l'âge, et plus ils s'amoncelaient, remontant aussi loin que le jour où il avait pris conscience de son existence. Les analgésiques n'aidaient que modérément, d'autant qu'il y résistait de plus en plus, nécessitant toujours de plus grosses doses. Comme pour tout ce qui avait trait aux effets secondaires liés aux dons de prodiges, la recherche médicale était encore bien en mal de les expliquer, ou de les traiter. Même la Head Division et toutes ses ressources n'était toujours pas capable de maîtriser le processus. Il rangea ces pensées dans un coin de sa tête, continuant d'y réfléchir tout en se concentrant sur sa conversation avec Kevin ; son esprit pouvait s'attaquer à plusieurs tâches à la fois, c'était au moins un de ses avantages.

« La clef sera en sécurité avec moi, je vous le promets. De même que les recherches de votre père, si nous finissions par les percer à jour. Je vous assure que je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour honorer sa mémoire. Quant à Feuerbach... Et bien, je vais être direct, mais vous avez raison de ne pas lui faire confiance. Alexander est un homme brillant, je ne le mets pas en doute ; c'est même sans doute un des esprits les plus brillants de sa génération. Mais il s'intéresse avant tout à son intérêt personnel, et celui-ci a toujours guidé son sens des affaires comme son sens de l'éthique. S'il se montre altruiste, ce n'est que parce que ça l'arrange. Je ne le crois pas fondamentalement mauvais, du moins je l'espère, mais il pêche par orgueil. Comme je le faisais encore moi-même il n'y a pas si longtemps. Mais je ne doute pas qu'il puisse offrir un environnement et des opportunités stimulantes à quelqu'un comme vous ; tout ce que je vous demande, c'est d'être prudent. »

La suite du discours de Kevin fit naître un sourire sur les lèvres de Percy. Il observa la réaction de Miranda, qui avait légèrement levé les yeux au ciel. Depuis sa reconversion, Percy avait senti naître en lui un idéalisme nouveau que son bras droit ne partageait que très modérément. Il y avait des jours où il la soupçonnait d'être bien plus cynique que lui. Quant au fils de Gordon, il aurait pu le taxer de profondément naïf, mais il n'y voyait là aucun intérêt. Kevin était intelligent, et il avait certainement un sens des réalités de ce monde. Ce qui rendait son optimisme encore plus admirable, quelque part.

« Il est agréable d'apprendre qu'il y a encore des gens qui croient au bien, monsieur Scoltly. Gardez la tête froide, et rappelez-vous que tout le monde n'est malheureusement pas capable de pensez comme vous, mais ne perdez jamais cette qualité. J'ai dans l'idée qu'elle pourra servir, dans ce nouveau monde, et j'espère qu'elle sera un jour le modèle auquel se mesurer. Votre proposition ne tombe pas dans l'oreille d'un sourd ; je n'hésiterai pas à faire appel à vous si j'estime un jour avoir besoin de votre aide. Et j'ose espérer que vous ferez de même. »
Percy
Sphère Economique
avatar

Messages : 532
Etat Civil : veuf
Pouvoirs : mémoire parfaite - intelligence améliorée - résistance mentale - Immortalité


Thème: Everybody Wants To Rule The World - Lorde




"Chaos is found in greatest abundance wherever order is being sought. It always defeats order, because it is better organized." Terry Pratchett
Revenir en haut Aller en bas
Ven 5 Aoû 2016 - 23:39


« Le brouillard du matin n'arrête pas le pèlerin. »


Le milliardaire allemand avait été rhabillé pour l’hiver par le directeur d’Arkadia. Kevin garderait en mémoire ses avertissements même s’il préférait juger par lui-même l’allemand. Il n’était pas à exclure aussi que son interlocuteur parlait avec un peu de jalousie ou qu’il grossissait les traits de ses défauts car ils sont concurrents. Mais il est vrai aussi que cela avait fait mouche dans l’esprit du jeune homme qui avait été étonné que l’allemand l’embauche aussi facilement. Y avait –il derrière un plan machiavélique en lien avec le passé de ses parents ? C’était maintenant une hypothèse à ne pas exclure vu les récents événements. Mais Kevin prendrait son temps et n’excluait pas de poser directement la question à Verstand. Il sourit lorsque Perceval avoua son péché de jeunesse par la phrase suivante « Comme je le faisais encore moi-même il n'y a pas si longtemps. »

- Monsieur Feuerbach est peut être le portrait exact tel que vous l’avez décrit. Mais rien n’est immuable, comme vous venez de l’avouer pour votre compte. Il a le droit aussi à rencontrer des personnes qui peuvent le changer et lui montrer d’autres voix. L’intelligence est peut être le plus lourd des fardeaux si elle n’est pas couplée à la patience et à l’empathie. Je peux comprendre que de ne rien oublier peut être un vrai fardeau. Il faut une vraie force d’âme pour ne pas perdre son humanité. J’adore l’histoire et j’aurai eu tendance à vous envier de pouvoir tout vous souvenir mais je comprends très bien que cela ne soit pas si simple…

Perceval forçait l’admiration par son pouvoir ou son handicap. Kevin ne préféra pas insister car à ses yeux l’oubli est une des conditions de la vie humaine…
Lorsqu’il parla de ses motivations et quelque part de sa philosophie de vie, il sentit qu’on le prenait un peu pour un naïf ou un fou, notamment par la réaction oculaire de Miranda. Il n’en prit pas ombrage. Les conseils de Perceval lui rappelèrent ceux d’une vielle dame fortunée qu’il avait rencontrée lors d’une exposition sculpturale.

- Vous êtes la deuxième personne à me tenir ce même discours de prévention. J’avais rencontré lors d’une exposition une duchesse italienne à qui j’ai servi de guide puis avais dû lui prêter main forte suite à sa malencontreuse chute. Elle m’a d’ailleurs remercié en m’offrant une pièce de monnaie historique que j’ai donnée au Muséum. Je dois avoir écrit sur le front « naïf ». Pourtant je connais assez l’histoire pour connaître quelles horreurs l’homme est capable de faire. Et je sais aussi que c’est seul l’espoir et l’optimisme qui n’ont pu permettre à l’humanité d’avancer.

Kevin élargit son sourire, non pas que le fond de ses paroles l’amusait mais parce qu’il parlait un peu comme son nouveau père. Il l’admirait et ne serait jamais reconnaissant de ce qu’il avait fait pour lui. Le jeune homme était maintenant rassuré de savoir que sa clef était dans de bonnes mains même si déjà il sentit un manque affectif car l’objet était avant tout un lien avec son premier père.

- Je veux bien essayer cette expérience de me rappeler ce passé douloureux. Je le dois à mes parents. En suis-je capable c’est une toute autre question…

Même s’il progressait sur sa phobie du contact humain, il était encore loin d’être guéri. Qui pouvait comprendre qu’il pouvait ressentir un contact comme une brûlure à vif ?


Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 400
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Sam 13 Aoû 2016 - 13:17
Que Kevin ait décidé de conserver une part de naïveté dans un monde qui ne s'y prêtait guère n'échappait pas au directeur d'Arkadia. D'autant plus que le jeune homme ne pêchait nullement par stupidité, et ne donnait pas l'impression d'être aveuglé par sa bonté. Cette dernière était chez lui naturelle, et il avait fait le choix conscient de s'y abandonner, quelles que soient les conséquences. C'était quelque part admirable, et Percy ne pouvait s'empêcher d'être impressionné. Il aurait voulu faire preuve d'une même fougue dans la défense de ses idéaux ; non pas qu'il les serve à moitié, mais le cynisme de l'âge le poussait souvent à considérer les choses avec une dérision qui relevait de la déformation professionnelle. Au contact de Kevin, il se sentait ragaillardi ; le fils de Gordon partageait naturellement son enthousiasme, une qualité de plus qu'il l'aurait rendu très efficace sur le terrain, au sein d'une équipe. Un jour, peut-être : le futur n'était pas écrit dans la pierre, après tout.

« Je ne pense pas qu'Alexander Feuerbach soit un homme fondamentalement mauvais. Du moins, pas encore. Son ambition peut le rendre dangereux, mais elle peut aussi le pousser à faire de grandes choses. Mon avertissement n'a pas pour but de dicter votre opinion. Et vous avez raison : les gens changent. » Bon, pour être honnête, il n'était pas sûr que cela puisse s'appliquer à l'allemand, mais Percy avait encore assez de latitude pour lui accorder le bénéfice du doute. Après tout, lui-même avait fini par dépasser l'arrogante et vaine ambition née dans sa jeunesse. Feuerbach était jeune, il avait encore du temps devant lui pour prendre de la bouteille ; il ne restait qu'à espérer qu'il ne cède pas avant à ses plus noirs instincts.

« Vous êtes bien placé pour savoir que la plupart des dons ont un revers de la médaille, monsieur Scoltly. Il ne tient qu'à nous de porter cette croix, sans pour autant nous laisser définir par elle. J'aime à croire qu'elle peut nous pousser à nous surpasser. Et ma mémoire a ses bons côtés. J'ai assez de regrets à revivre pour une éternité ou deux mais, parmi tous les mauvais souvenirs, il y a aussi les bons. Des triomphes de l'histoire auxquels j'ai eu la chance d'assister, ou des événements plus personnels. Je suis de toute manière enclin à penser que rien ne doit être oublié : il est important de se rappeler du passé. Ne serait-ce que pour en garder une trace. »

Après tout, chaque instant de sa vie avait contribué à faire de lui l'homme qu'il était aujourd'hui. S'il avait changé les choses, agi différemment -et ce même pour le mieux- peut-être n'aurait-il pas été en position d'agir comme il l'était maintenant. Son parcours lui avait permis de faire d'Arkadia une organisation dédiée à l'équilibre, et s'il regrettait bien des choses, il ne pouvait que se dire que c'était mieux ainsi. Il ne pouvait pas réécrire le passé, de toute façon ; autant se concentrer sur la suite, et apprendre de ses erreurs.

« Je ne considère pas votre bonté comme un défaut. Que vous l'ayez choisie en dit long sur votre caractère, et c'est tout à votre honneur. Le monde aurait besoin de plus d'hommes comme vous. Du moment que vous restez vigilants, et que vous ne vous laissez pas aveugler, vous n'avez pas à changer qui vous êtes. Il est important de croire que le monde n'est pas que noirceur, et qu'il a le potentiel de changer. » La mention de l'italienne ne manqua pas de faire froncer les sourcils à Percy ; se pourrait-il que... ? Il ne croyait que moyennement aux coïncidences. « Dites moi, cette femme dont vous me parler, s'agirait-il de la duchesse Lampeduza, par le plus grand des hasards ? » Si c'était le cas, il se devait de mettre en garde le jeune homme, plus encore qu'au sujet de Feuerbach. La femme qui se faisait appeler Strega était l'un des êtres les plus dangereux de l'Arche. Quant à cette histoire de déblocage de mémoire...

« Une courageuse décision de votre part. Sachez que rien ne vous forcera à aller jusqu'au bout si l'expérience vous est trop difficile. Souhaitez-vous procédez maintenant ? Je peux faire venir mon agent, je crois savoir qu'il est actuellement disponible. Ou nous pouvons convenir d'un autre moment, pour que vous puissiez y réfléchir. C'est comme vous le sentez. »
Percy
Sphère Economique
avatar

Messages : 532
Etat Civil : veuf
Pouvoirs : mémoire parfaite - intelligence améliorée - résistance mentale - Immortalité


Thème: Everybody Wants To Rule The World - Lorde




"Chaos is found in greatest abundance wherever order is being sought. It always defeats order, because it is better organized." Terry Pratchett
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Aoû 2016 - 10:41


« Le brouillard du matin n'arrête pas le pèlerin. »


Kevin buvait les paroles du directeur d'Arkadia comme du petit lait. Quel dommage que cette rencontre n'ait pas eu lieu avant car le jeune prodige aurait probablement intégré avec plaisir l'organisation dont il semblait partager les valeurs.

Apparemment, la personnalité italienne que Kevin avait rencontrée et aidée lors d'une exposition n'était pas inconnue au directeur d'Arkadia. Le jeune homme comprit à l'expression de son visage que Percy ne l'appréciait guère... Dans quel nouveau guêpier s'était-il fourré ? Ou plutôt nids à serpents...

- Il s'agit bien de la duchesse Lampeduza. Je ne la connaissais pas avant cette rencontre. C'est une femme d'autorité, de pouvoir et très énigmatique. Elle a fait une sacrée chute, en glissant sur une flaque d'eau après avoir été bousculé par un enfant. J'ai dû la porter, moi qui ne touche jamais personne. Elle m'a lancé une mise en garde sur ma bonté...Vous semblez la connaître et pas en bien ?

Kevin se demanda un instant s'il n'avait pas le don de s'attirer à lui les dangers en tout genre. En un mois, il avait du affaire de façon directe ou indirecte aux personnes les plus dangereuses de l'Arche : l'allemand, le chinois, et l'italienne. Il ne manquait plus qu'un russe pour toucher le gros lot !

Il fut pris de court lorsque le directeur lui proposa de faire intervenir son agent immédiatement. Il ne s'attendait pas à autant de réactivité. Est ce qu'il était prêt à faire remonter à la surface ces souvenirs si douloureux ? Kevin n'en savait rien. Il ne l'était d'ailleurs probablement pas mais de toute façon le serait-il un jour ?

Réfléchir, réfléchir...A quoi bon ? Pour que la peur soit encore plus forte ? Parfois il ne faut pas réfléchir mais foncer car le doute dans l'esprit installe la peur dans le cœur des hommes. Il s'en voudrait à jamais de refuser une telle opportunité. Plus vite il comprendrait son passé, plus vite il pourrait écrire des nouvelles pages de son avenir. Il se le devait de le faire pour ses parents. Il lui répondit donc avec gravité car sa décision était prise.

- Votre agent est disponible...C'est en effet une étape très compliquée à franchir. Réfléchir ne me ferait que me fondre dans la peur. C'est donc décidé. J'accepte votre proposition. Que dois je faire ?

Kevin inspira fortement pour canaliser sa peur. Il ne voulait pas non plus la faire paraître à ses interlocuteurs car le directeur pourrait changer d'avis, jugeant l'expérience trop dangereuse ou traumatisante pour le jeune homme.




Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 400
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Lun 22 Aoû 2016 - 11:54
Si Percy s'empêchait de grimacer physiquement à la seule mention de la vieille femme, il ne manquait pas de le faire intérieurement, comme si son âme s'allongeait à la manière d'un smiley triste envoyé sur un téléphone. Mais il devait avouer que la description que Kevin avait faite de Nikolas Cnossos n'était pas sans mérite. En fait, il y voyait là tous les ingrédients ou presque d'un petit-déjeuner façon Lampeduza : un toast beurré à l'autorité, tartiné de pouvoir, le tout avec une tasse d'énigme bien forte. Et peut-être le cœur d'une vierge innocente en guise d’œuf à la coque, mais c'était un détail. Au moins Percy pouvait-il se conforter dans l'idée que malgré toute sa puissance, la duchesse ne restait qu'une femme : même elle n'était pas à l'abri d'une chute. Que le jeune Scoltly se soit précipité à son secours ne l'étonnait guère. L'homme aurait-il agi différemment s'il avait su qui était vraiment l'aristocrate ? Quelque part, Percy pensait que cela n'aurait rien changé : quelqu'un avait eu besoin d'aide, et il avait agi, voilà tout. Ce qui était tout à son honneur. Maintenant, il n'avait pas envie de le forcer à adopter son point de vue, mais il ne pouvait pas non plus ne pas l'avertir...

« Nikolas Cnossos est une femme de pouvoir. D'un grand pouvoir, même. Et antique, à plus d'un titre. C'est aussi l'un des individus les plus dangereux de l'Arche. Si je vous conseille de faire attention quant à Feuerbach, ce n'est rien à côté d'elle. Peu de personnes sont capables de me faire peur, mais elle en fait assurément partie. »

C'était aussi simple et concis qu'il pouvait faire sans entrer plus en avant dans les détails et se mettre à vitupérer sur le compte de la duchesse. Il vit que Miranda le regardait ; elle savait que c'était pour lui un sujet sensible. Il se demanda -et pas pour la première fois- ce qui avait bien pu se passer à la soirée organisée par Cnossos. La blonde y avait eu son entrée, et il la connaissait trop bien pour savoir qu'elle ne reviendrait pas sur son accord de non divulgation. Il rechignait à user de la technique visant à sonder sa mémoire sans qu'elle ne le sache, même si elle avait depuis longtemps donner son accord à une telle possibilité. Ne pas savoir ce que tramait la vieille était une chose, mais violer l'intimité de son bras droit en était une autre, même si Miranda y souscrivait. L'ancien Percy n'aurait pourtant pas hésité un seul instant ; l'actuel se demandait si ne pas encore avoir cédé était une bonne chose, ou une chose dangereuse...

« Prenez sa mise en garde à cœur, du moins en ce qui la concerne. Ceci dit...je me dois d'avouer qu'il s'agit d'une femme de parole, à sa façon. Elle n'oubliera pas que vous l'avez aidée. Seulement...restez prudent. »

Il pouvait difficilement insister sur la question sans se montrer trop contrôleur, et c'était quelque chose qu'il souhaitait vraiment éviter avec Kevin. Si seulement il l'avait approché plus tôt, avant qu'il ne travaille pour Feuerbach... Là encore, le Percy d'il y a quelques années n'aurait jamais fait preuve d'une telle considération pour un ancien employé comme Gordon. Le Percy d'aujourd'hui espérait que cela ne finirait pas porter préjudice à l'un des concernés. Bah, pour le moment, il ne pouvait pas y faire grand chose, et puis l'avenir n'était pas écrit dans la pierre. Il était même tout le temps en mouvement ; le truc, c'était d'analyser passé et présent afin de prédire les possibilités les plus à même de se produire. Et d'en saisir la moindre opportunité.

« La décision vous appartient. Je vais faire venir l'agent en question, mais sachez que vous aurez à tout moment le droit de mettre fin à l'expérience. » Il fit un signe de tête à Miranda, qui s'éclipsa aussitôt. Quelques minutes plus tard, elle revint en compagnie d'un grand homme chauve à la peau noire et au regard pénétrant.

« Gus, merci d'être venu. Je vous présente monsieur Scoltly. Monsieur Scoltly, voici Gus, l'homme dont je vous ai parlé. Son emprise sur la mémoire est un don que je n'ai encore jamais vu ailleurs ; si la vôtre cache un secret quant à la morte de vos parents, il le trouvera. Vous avez ma parole qu'il ne cherchera rien d'autre. »

« Et la mienne. » ajouta Gus. « Le procédé est simple. Miranda m'a dit que vous n'aimiez pas être touché. Je peux faire sans, ce n'est pas un problème. Je m'excuse d'avance pour les désagréments : si je trouve ce que nous cherchons tous ici, vous allez le revivre viscéralement, probablement comme si vous y étiez. Je peux arrêter à tout moment, alors n'hésitez pas. »

Gus positionna ses mains autour de la tête de Kevin, chacune se tenant à un ou deux centimètres de ses tempes. Il riva son regard dans celui du jeune homme, qui put alors ressentir une curieuse sensation, comme si une sonde mentale avait été lancée à la dérive dans son esprit.

Il ne restait plus qu'à savoir ce qu'elle allait trouver.

Gus:
 
Percy
Sphère Economique
avatar

Messages : 532
Etat Civil : veuf
Pouvoirs : mémoire parfaite - intelligence améliorée - résistance mentale - Immortalité


Thème: Everybody Wants To Rule The World - Lorde




"Chaos is found in greatest abundance wherever order is being sought. It always defeats order, because it is better organized." Terry Pratchett
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 1 Sep 2016 - 21:03


« Le brouillard du matin n'arrête pas le pèlerin. »




****Un matin d'automne***

Je regardais par la fenêtre de la classe, les feuilles portées par le vent d'automne. Ce matin là, j'avais une boule au ventre, pourtant il n'y avait encore aucune raison à cela. C'était un cours de mathématique dans lequel je m'ennuyais ferme. On frappa à la porte. Tout le monde se leva en découvrant la présence du directeur, de l'assistance social et d'une policière. Tous les trois tiraient une tronche d'enterrement.

- Kevin James ?

Un peu surpris, je levai la main pour signaler ma présence. Le directeur me demanda de les suivre et me conduit dans une salle privée pour m'apprendre la mort de ma mère et l'hospitalisation de mon père dans un état critique. La cause : un incendie au restaurant. Le monde s'était arrêté pour moi. J'avais envie de fermer les yeux et de me dire que ce n'était qu'un cauchemar qui cesserait en les ouvrant.

Rapidement, la policière me conduisit au chevet de mon père. Il y avait des tas de machine autour de lui. Il y avait des bandeaux tout autour de lui comme une momie. Mais je reconnus le regard d'ébène de mon père. Ma bouche n'arrivait pas à sortir les mots pour exprimer ma compassion. Mon visage n'était plus qu'un terrain vague creusé par mes larmes. Mes mains entourèrent la sienne encore épargnée par les bandelettes. J'avais envie de crier à mon père "courage, je t'aime". Ma gorge était toujours nouée. Pourtant, je sentis une petite réaction de sa main comme s'il avait entendu mes pensées. Et puis d'un coup les machines s'emballèrent avec des bips partout. Les infirmières me demandèrent de sortir mais la main de mon père ne pouvait plus lâcher les miennes. Un flot d'images m'envahit alors. Mon père me regardait partir prendre le bus. Ma mère commençait à dresser les tables du restaurant avec des belles nappes rouges toute propres. Et puis la porte d'entrée claqua, laissant rentrer des hommes cagoulés et armés de chaîne, de batte de base balle, et de couteau. Mon père s'interposa mais se prit un uppercut au menton qui le fit valser par terre. Ma mère hurla mais fut rapidement bâillonnée. Papa fut relevé et attaché à une chaise. Une armoire à glace se dressait devant lui. Apparemment c'était le chef de la bande. Il voulait de mon père qu'il lui remettre ses recherches génétiques. Il refusa. Il le tabassa. Il releva ses manches pour se mettre à l'aise dans sa séance de torture. Il avait un tatouage d'un cobra entrelaçant deux fusils en croix.

Mon père refusa encore et encore. Ils le menacèrent de s'en prendre à ma mère : une horreur. Il céda, enfin il leur laissa croire, les emmenant dans les cuisines. Il était hors de question que ses recherches sur les prodiges tombent dans de mauvaises mains. Ma mère avait le même esprit de détermination, connaissant l'importance des recherches. Elle profita d'un instant de répit pour dévoiler ses pouvoirs de télékinésie. Dans le chaos du combat, un début d'incendie avait pris naissance et se développait à grande ampleur. La chaleur et la fumée devinrent vite étouffantes. Mon père bravait les flammes pour chercher sa femme. La souffrance était intenable. Il la trouva enfin mais au coeur d'un brasier d'horreur.....

*******

Plus Kevin avança dans son récit, plus son agitation devint forte. Au mot "horreur", il poussa un cri de détresse à effrayer la mort en personne. Il se leva d'un bond et devint totalement fou se ruant par terre comme s'il voulait éteindre des flammes. Il étouffait maintenant, se tenant la poitrine, allongé au sol. Un esprit intelligent comme Percy put analyser que le jeune homme revivait de façon quasi réelle ce que son père avait subi. Il fallait faire vite quelque chose....





Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 400
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Mer 14 Sep 2016 - 14:03
Voir Gus à l’œuvre était toujours quelque chose d'impressionnant. Il n'y avait pourtant rien de visuellement particulier dans l'utilisation de ses pouvoirs, mais l'intensité qu'il dégageait ne pouvait être manquée. Son regard donnait l'impression de scruter les tréfonds de votre âme, et il n'avait guère besoin de faire des efforts pour se révéler intimidant. Pourtant, l'homme était une force tranquille, doté d'une douceur infinie et d'une grande compassion ; des qualités appréciables chez un prodige capable de se plonger dans la mémoire d'autrui. L'agent était une recrue de valeur, et Percy se félicitait régulièrement de l'avoir déniché, puis intégré à Arkadia. Gus s'était révélé être un agent des plus utiles, à la valeur inestimable. Le directeur n'avait jamais trouvé un prodige doté des mêmes talents, ce qui le rendait d'autant plus unique et précieux pour la cause. S'il y avait quelqu'un capable de faire rejaillir à la surface les souvenirs de Kevin Scoltly, c'était bien lui.

Assis dans son fauteuil, les mains en cloche sous le menton, Perceval Rose observait la scène avec attention. Adossée au chambranle de la porte, les bras croisés sur sa poitrine, Miranda était tout aussi attentive. Elle s'était elle-même livrée à l'expérience lorsque Arkadia était partie à la recherche de sa sœur, espérant faire remonter la mémoire d'événements passés capables de les mettre sur la bonne piste. Revivre certains instants passé avec son père avaient été particulièrement pénibles, et elle se rendait bien compte de la difficulté de l'expérience. Elle appréciait le courage du jeune homme, pour qui elle avait déjà une certaine estime vu l'aide qu'il apportait à Lucy.

Rapidement, Kevin se mit à narrer les souvenirs qu'il revivait. Il avait l'air absent, comme en transe, le regard rivé sur quelque chose que lui seul pouvait voir. Toujours debout face à lui, les mains autour de son visage, Gus se concentrait, les yeux fermés. Il partageait les souvenirs de ceux sur qui il utilisait son don, et il lui avait fallu des années pour maîtriser une telle capacité. Il se contentait de débloquer le processus, laissant par la suite son patient naviguer les affres de sa mémoire ; souvent, une fois le bon fil tiré, il finissait par se dérouler de lui-même. Percy gravait dans son propre esprit chacune des paroles du jeune homme, dans le but de mieux les analyser plus tard. D'abord anodines, elle devinrent de plus en plus précises et vivaces au fur et à mesure qu'ils se rapprochaient de l'instant fatidique. Malheureusement, il n'y avait pour le moment guère de détails permettant d'en savoir plus sur les agresseurs, mais tout était bon à prendre. Peut-être que Percy et ses divisions pourraient en apprendre quelque chose plus tard, en recoupant les informations.

Soudain, Kevin poussa un effroyable hurlement, avant de jaillir de son siège pour se laisser tomber sur le sol, se roulant par terre comme pris d'une atroce souffrance. Il revivait viscéralement ce qu'avait traversé son père, et sa détresse était un spectacle presque insurmontable. C'était le risque d'un tel scan de mémoire, certains patients s'y révélant particulièrement sensibles. Miranda se précipitait déjà à ses côtés, tandis que Percy se levait d'un bond pour faire le tour de son bureau.

« Ne le touchez pas, cela pourrait empirer la situation!» l'avertit-il. Il s'accroupit au côté de Kevin, s'adressant à Gus, qui grimaçait sous la tension : « Transférez moi les souvenirs ; un partage de mémoire devrait calmer la situation. »

L'agent hésita un bref instant ; s'il était capable de partager la mémoire entre plusieurs personnes, l'expérience pouvait se révéler dangereuse. Les nouveaux receveurs risquaient de vivre aussi intensément que le donneur les souvenirs douloureux, et l'esprit humain n'était pas fait pour un tel traumatisme. Mais le directeur était lui-même un spécialiste de la mémoire, et il avait eu plus de deux cents ans pour vivre avec un tel fardeau. Gus hocha la tête, et libéra une de ses mains pour la diriger contre la tête de Rose. Ce dernier, qui avait mis un genou à terre, serra les dents ; il avait l'impression d'être frappé de plein fouet par un véhicule lancé à toute allure. Les souvenirs traumatiques de Kevin l'assaillaient par vagues, mais il tint bon. Se concentrant de toutes ses forces, ignorant la migraine qui lui déchirait le crâne, il rangea soigneusement chacun de ses terribles instants dans un recoin de son esprit, qui faisait alors office de coffre-fort. Comme il le faisait depuis toujours pour calmer ses propres souvenirs douloureux. Kevin pouvait voir la présence de Percy dans sa mémoire, qui l'aidait à reprendre le contrôle. Petit à petit, tandis qu'il partageait l'expérience de Kevin, le jeune homme pouvait sentir ses souvenirs revenir sous contrôle, devenant de plus en plus diffus. Enfin, grâce aux efforts de Gus et de Percy, le calme pu revenir dans son esprit, jusqu'à ce que l'agent puisse couper définitivement le lien. Miranda s'approcha aussitôt de son patron, qui lui fit signe qu'elle n'avait pas à s'inquiéter. Il s'assit par terre et s'appuya contre son bureau, reprenant son souffle.

« Tout va bien, Miranda. Merci à vous, Gus, vous avez fait de l'excellent travail. Kevin, comment vous sentez-vous ? Je suis sincèrement désolé, si j'avais su que l'épreuve vous serait aussi douloureuse, je ne l'aurais jamais suggérée... »

Au moins, le pire avait été évité.
Percy
Sphère Economique
avatar

Messages : 532
Etat Civil : veuf
Pouvoirs : mémoire parfaite - intelligence améliorée - résistance mentale - Immortalité


Thème: Everybody Wants To Rule The World - Lorde




"Chaos is found in greatest abundance wherever order is being sought. It always defeats order, because it is better organized." Terry Pratchett
Revenir en haut Aller en bas
Mer 21 Sep 2016 - 22:31


« Le brouillard du matin n'arrête pas le pèlerin. »



Sans l'intervention de Perceval, qui sait ce qu'il serait advenu de Kevin qui était persuadé d'être au coeur d'un restaurant en flammes. Pour lui c'était une réalité. La cause c'était son pouvoir télépathique qui lui avait fait revivre exactement la souffrance de son père pendant l'agression. Depuis, il ne supportait plus qu'on le touche car il avait à chaque fois l'impression d'être exposé à une violente brûlure.

Le jeune homme était en état de choc. Il avait pris la position d'un fœtus sur le sol. La question de Perceval ne trouva pas tout de suite une réponse. Le silence est pesant. Il était totalement désorienté, ne comprenant guère où il est et avec qui. L'enfant renfermé qui était tombé dans un mutisme total lors de la mort de ses parents était de retour. Il en était sorti grâce à un effort constant et acharné de son père adoptif. A défaut de pouvoir parler, il n'était pas non plus envisageable de le toucher pour le réconforter. Cela aurait même l'effet contraire. Il fallut attendre une réaction avec grande patience.

Fort heureusement, le jeune homme qu'il était devenu était plus fort que l'enfant de l'époque de ce triste événement. Il avait encore son père adoptif et plein de nouveaux amis pour trouver un encrage positif qu'il le ramène de sa léthargie et lui donne une force de vivre.

Il releva donc la tête, apercevant Perceval qui lui aussi semblait éprouvé, assis également au sol.


- Je pourrais avoir un verre d'eau s'i vous plaît ?


Kevin mourrait de soif, ayant l'impression d'avoir la gorge complètement desséchée. C'est seulement après avoir bu d'un trait un verre d'eau qu'il reprit la parole.

- Je ne pensais pas que cette épreuve serait aussi éprouvante. Sans votre intervention, je ne sais ce qui aurait pu se passer. J'espère au moins que cela permettra d'avancer sur un début d'enquête sérieuse. Et vous, vous semblez également éprouvé par l'expérience ? J'espère que je ne vous ai pas causé de torts

C'était tout Kevin de s'inquiéter des autres avant lui même. Pourtant, cette expérience qui venait de lui faire revivre un passé des plus douloureux aurait forcément des conséquences sur son futur.

- Cette expérience est étonnante même effrayante. J'ai tout revécu comme l'époque. Je comprends encore plus pourquoi gamin j'ai été traumatisé.

Ses nerfs craquèrent. Il ne parvint plus à retenir ses larmes, prenant conscience ce que ses parents avaient du subir. Il en avait plus qu'une idée car à cause de son pouvoir télépathique c'est comme s'il avait été à la place de son père.

Si Kevin avait eu le pouvoir de se téléporter, il l'aurait fait car il avait l'impression de donner une image de lui d'une loque. Il inspira fortement pour retrouver un peu de calme. Il essuya ses larmes d'un revers de manche et se releva.

- Je crois que j'ai déjà fort abusé de votre temps et de votre gentillesse.



Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 400
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Sep 2016 - 14:50
Vivre par procuration les souvenirs de quelqu'un d'autre n'était pas une expérience très plaisante, et ce quelle que soit la nature des souvenirs en question. Ce n'était pas la première fois que Perceval avait eu recours à cette technique depuis qu'il avait recruté Gus, mais il essayait de l'éviter le plus possible. Non seulement il revivait avec elle ce dont l'autre personne se souvenait, mais ces nouveaux souvenirs venaient à jamais se loger dans sa bibliothèque mentale avec tous les siens. Parfois, il se demandait s'il n'allait pas finir par confondre sa mémoire avec celle d'autrui ; ce n'était encore jamais arrivé, mais qui sait ce que le futur lui réservait ? L'esprit devait bien finir par arriver à cours de place pour stocker tout ça, même un esprit comme le sien, non ? Il ne savait pas ce qui l'effrayait le plus : ça, ou son contraire...

Mais pour l'heure, c'était bel et bien Kevin qui avait souffert le plus ; le directeur pouvait encore sentir sa peine et sa terreur, cette atroce sensation de se retrouver piégé par les flammes... A la demande du jeune homme, Miranda s'était penché à ses côtés pour lui offrir une petite bouteille d'eau fraîche qu'elle était allée chercher dans le minibar. Elle en lança une à son patron, qui la réceptionna avant de se fendre d'un petit signe de tête reconnaissant. Il avait lui-même la gorge sèche et, pour une fois, il n'avait pas vraiment envie d'un scotch... Il but quelques gorgées, soulagé par leur effet, écoutant ce que Kevin avait à dire. Gus s'était reculé de quelques pas, silencieux.

« Revivre des souvenirs -surtout aussi traumatiques- peut se révéler très intense quand on n'en a pas l'habitude. Moi-même, j'ai mis de longues années avant d'être capable de m'en dissocier le plus possible. »
Décidément, le jeune Scoltly était assurément une bonne âme ; voilà qu'un de ses premiers réflexes était de s'excuser auprès de Percy malgré tout ce qu'il avait subi. « Ne vous excusez pas, monsieur Scoltly. C'est plutôt à moi de vous présenter mes excuses, pour vous avoir soumis à un tel procédé. Ne vous en faites pas pour moi : j'ai l'habitude de gérer les souvenirs difficiles. »

Devant la soudaine détresse de Kevin, Percy ne savait trop comment réagir. Il n'osait toucher son invité, de peur de l'incommoder encore plus.

« Vous avez fait ce qu'il fallait. » intervint Miranda. « Pour vous, et pour vos parents. Ils seraient fiers de vous. Parfois, la seule manière de réellement affronter un souvenir difficile, c'est de s'y confronter à nouveau. Vous en ressortirez plus fort, vous verrez. »

Le jeune homme se releva, et Percy fit de même ; il s'adossa à son bureau, réfléchissant déjà à la suite : « Il se peut que ces souvenirs aient de quoi faire avancer notre investigation. Gus me les a transféré, aussi pourrai-je les examiner à loisir, afin d'en faire la meilleure analyse possible. Si un indice déterminant s'y cache, je le trouverai, vous avez ma parole. Je vous remercie, monsieur Scoltlty. Ce que vous avez fait était très courageux. Non seulement vous avez l'étoffe d'un excellent agent, mais d'un excellent homme. Mais je pense que nous avons vécu assez d'émotions pour aujourd'hui. Votre clef est entre de bonnes mains avec moi, et je vous avertirai de tout ce que je pourrai découvrir. Et... et bien, il me semble que je dois au moins vous le proposer : Gus peut également effacer les souvenirs qu'il fait remonter à la surface. Je pense que vous avez eu raison d'agir ainsi, et qu'ils n'appartiennent qu'à vous ; mais je tiens à ce que vous soyez au courant de toutes les options. »

Percy hocha gravement la tête à l'intention de Kevin, avant de lui sourire : « Vous serez toujours le bienvenu à Arkadia, monsieur Scoltly. N'hésitez jamais, si vous deviez avoir besoin de quoi que ce soit. Ou si vous deviez changer d'orientation un jour. »
Percy
Sphère Economique
avatar

Messages : 532
Etat Civil : veuf
Pouvoirs : mémoire parfaite - intelligence améliorée - résistance mentale - Immortalité


Thème: Everybody Wants To Rule The World - Lorde




"Chaos is found in greatest abundance wherever order is being sought. It always defeats order, because it is better organized." Terry Pratchett
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: Leith :: Balance Point-