[CLOS] Au royaume des Enfants. [ Riley & Sahar]

 :: Édimbourg :: Westside :: Autres lieux Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 1 Juil 2016 - 23:19

ÉLIAS


ABYGAEL KIM NATACHA


FRANC0IS



    Il avait été décidé que la réunion familiale se déroulerait à l’appartement d’Aurore. Un lieu neutre pour discuter. Plus que celui de la prétendue disparue. Prétendue parce que la libération de Natacha avait été le signe direct que Catherine Kent était en bonne santé tandis qu'elle menait un plan d'action en secret. Les raisons exactes de son silence demeurent elles aussi un mystère. Surtout pour ses enfants. Enfants pour qui les intrigues de Sveda finissaient par peser et plus encore fâcher.

    Alors que cette femme les avait éduqués, sur les bases de la confiance et de la solidarité, elle ne jugeait pas nécessaire de les appliquer. Pourquoi ? La menace de l’antique Prodige nommée (actuellement) Strega était-elle une raison valable, pour maintenir ce voile qu’elle leur imposer depuis maintenant des semaines ? J’ai bien quelques réponses, mais je vous laisserais les découvrir en temps et en heure.

    Dressons notre casting.

    Abigaël et François avaient fait le trajet ensemble. Rappelons que la première est la mère du second. Né en 1980, à Paris, il avait pris son indépendance très tôt. Probablement parce qu’il avait compris que sa vie à lui serait plus courte. Cela faisait 8 ans qu’il vivait avec sa compagne Valentine. C’était la perspective de mettre les enfants à Potentiel Home qui les avaient encouragés à migrer sur l’arche. Ils venaient d’avoir une seconde fille. Ce qui nous intéresse ici, c’est qu’il fait officiellement office de hacker dans la tribu. D’ailleurs, Tohum lui avait demandé des informations très spécifiques avant de disparaître. [Tadam !]

    - … Val voudrait qu’on achète.

    - Si vous avez besoin d’un apport ?

    - Non ce n’est pas ce que j’ai voulu dire. Ce que je veux dire, c’est est ce que ça vaut le coup ? Rien ne dure… Un dicton dit sur un ton bien trop solennel pour un père de famille comblé.


    Elias et Ava étaient directement arrivés de l’aéronef. Un bus les avait déposés dans le quartier. Le reste se ferait à patte. Le jeu était surtout d’éviter les bancs de touristes. Il y en avait en continu maintenant. Et ce serait probablement comme ça jusqu’à la fin des festivités. Elias n’était pas certain que ce voyage avait été productif pour sa jeune sœur. Mais, il ne lui en toucha pas mot. À vrai dire, pour le moment d’autres choses le préoccupaient. Il cogitait sec depuis leur retour.

    - Y a une rumeur. La guerre de 99, ce seraient des Prodiges qui l’auraient financée… pour semer le chaos. Ce qu’il ne disait pas à voix haute c’était ce qu’avait déclenché ce conflit dans l’esprit de la Nomade.


    De son côté, Natacha était déjà dans la cage d’escalier. Elle avançait lentement parce qu’elle avait le nez penché sur son téléphone. En théorie, elle aurait déjà dû rentrer à Moscou. Au labo. Mais à l’appel de sa tante (Sahar), elle avait fait ce détour par Édimbourg. Ce n’était peut-être pas une si mauvaise chose. Cela faisait une éternité qu’elle n’avait pas revu Ava ou même Kim. L’occasion était trop belle. Non, le plus dérangeant, concernait surtout, tout ce qu’elle devait taire. Pendant qu’elle longeait le couloir, elle eut une pensée pour son père. Son père Joachim. Que lui avait-il dit déjà : « Il y a qu’une chose qui pourrait noircir le cœur de Tohum. Le deuil. Je plains celui qui empoisonnerait notre Rose. »


    Enfin, il y avait Kim, le beau et sombre Kim. Lui était déjà sur place. En fait, il était arrivé avec un bon quart d’heure d’avance sur l’horaire. Il avait pas mal le trac. Il n’avait jamais disparu de la circulation, comme Ava. [Elle a le record !] Mais, il était très distant avec la famille en général. Il ne sortait de sa retraite que pour une et une seule raison… L’imminence d’une bataille. Car il en avait maintenant la certitude, sa mère avait l’intention d’affronter Wang.

    - Et quand est-ce que tu l’as vue pour la dernière fois ?


    Un coup à la porte. Natacha.

    - Saluuut vous deux ! Ah ça fait plaisir de vous revoir ! La rescapée s’avançait pour embrasser sa tante.

    - Nat’ ! Ferme pas, on est là ! Hello ! Le sourire d’Aby se ternit un tantinet quand ses yeux croisèrent ceux de son grand frère. El m’a envoyé un message, ils ne vont pas tarder.

    - Salut Aby…

    Migration dans la salle principale. Le plus gros rassemblement de la dynastie des sables.

    - François ! T’es toujours aussi beau. Comment va Val’ ? Non pas que Miss Nabov soit particulièrement disgracieuse ! Aucun d’eux ne l’était vraiment…

    - Merci Natacha. Elle va bien. Elle garde les petites. Elle aurait aimé vous voir. Elle nous a fait des cookis ! Sahar, où je peux poser « ça » ? Demanda-t-il en sortant une énorme boîte en plastique.

    - Salut Kim. … Sahar, je peux t’emprunter des toilettes ? La petite blonde disparaissait déjà.

    - Je suis impatiente de voir Ava… Soupira Natacha tout en s’asseyant sur le canapé. Elle devait malgré tout se ménager encore un peu.

    - Elle se fait appeler Riley maintenant. Kim ne parvient pas longtemps à maintenir le regard devant sa nièce. Il n’était pas fier. Natacha…

    - Ah… D’accord ! Tu fais bien de me le dire. « Riley ». Je note. Elle l’arrêta d’un petit sourire rassurant. C’est bon Kim. On en parlera plus tard. Ok ? Le malaise se dissipa en partie. Chacun était conscient que tout n’était pas noir ou blanc. Ils allaient en discuter. Mais posément.

    - Est-ce que l’archéologue vient finalement ? Rien de tel qu’une question bateau pour relancer une conversation ! Good Job Francis.

    - Un archéologue ? … Bon ! Il allait falloir une mise à jour générale avant d’organiser quoi que ce soit.

    - Dante ? Sve… J’en sais rien. Ça fait peut-être beaucoup pour lui.

    - Et puis bon… c’est une réunion de famille à ce qui paraît. Cette fois Aby réussi à mettre un froid momentané. Vous savez quoi ? Je suis impatient de voir la suite !


Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 880
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil
Revenir en haut Aller en bas
Mar 12 Juil 2016 - 19:56


SAHAR


Sahar terminait de mettre en ordre son appartement avant l’arrivée de la fratrie, ce qui ne consistait pas en un immense travail, puisque l’endroit était par nature toujours bien rangé et ordonné. Puisqu’elle n’y vivait rarement plus que quelques semaines par année, restant la majorité du temps dans une vieille ferme rénovée en France, le logement était simplement meublé. Toutefois, la propriétaire avait pris soin de le décorer avec goût, créant une atmosphère apaisante et cosy. Quelques souvenirs de ses différents voyages et de ses différentes vies autour du monde trônaient ici ou là, et témoignaient du caractère cosmopolite de l’hôtesse du jour. Un piano occupait une partie du salon, ainsi qu’une table qui avait été aménagée pour l’occasion afin de recevoir tout ce beau monde. Un plateau avec une théière marocaine et un thermos de café, ainsi qu’une sélection de pâtisseries orientales et françaises accueilleraient les invités, quoiqu’ils ne fussent pas réunis pour simplement prendre le thé.

A l’arrivée de Kim, Aurore l’accueillit avec plaisir, le serrant affectueusement contre lui avant de l’inviter à entrer avec un sourire. Même s’ils n’avaient pas l’occasion de se croiser régulièrement –et, c’était également le cas pour le reste de la famille, à l’exception d’Aby et d’Elias-, Sahar était sincèrement ravie de le revoir. De tous les revoir. Aussi mettait-elle tout en œuvre pour que chacun se sente à l’aise, affichant un air calme et un sourire tendre. Même si dans le cas de Kim, elle comprenait que cela n’était pas des plus évidents. En attendant l’arrivée des autres, elle prit des nouvelles de son frère (elle n’employait jamais le terme demi, ni ne considérait sa famille qu’étant autre chose), s’interrogeant sur leur dernière rencontre.

"Maman ? Il y a quelques mois, je crois bien…" lui répondit-elle, l’air légèrement songeur. Elle menait sa vie depuis plusieurs siècles maintenant, mais lorsque l’occasion se présentait, elle ne manquait pas de croiser sa mère, avec qui elle avait gardé contact. Ce n’était pas le cas de son père, du moins pas aussi régulièrement, mais sans doute mentionnerait-elle les messages qu’ils s’étaient échanger quelques jours auparavant.

Elle accueillit tout aussi chaleureusement Natacha, heureuse de la voir saine et sauve, ainsi qu’Aby et François. Elle avait davantage l’occasion de voir ces deux derniers, lorsqu’elle séjournait en France entre ses différentes tournées musicales.

"Merci François, tu passeras le bonjour à ta famille et tu remercieras Valentine." Elle prit l’immense boîte de cookies pour aller la poser sur la table. "Bien sûr Aby, au fond du couloir à droite."

La musicienne invita ensuite tout le monde à venir prendre place autour de la table élégamment dressée, et proposa à chacun de les servir en boisson. D’une main experte, elle versa le thé à la menthe, puis les autres commandes, en parfaite hôtesse. Son sens de l’hospitalité trahissait des origines plus lointaines que son nouveau patronyme français pouvait laisser croire, un royaume de sable et de soleil qui semblait bien éloigné du climat froid de l’arche d’Edimbourg.

Silencieuse et discrète, elle n’en suivait pas moins les conversations, qui allaient bon train en l’absence d’Elias et de Riley. Elle avait eu vent de ce fameux archéologue, et même si sa curiosité à ce sujet était attisée, elle garda cela pour plus tard. Suite à l’intervention d’Aby, elle s’éclaircit doucement la voix pour dissiper le léger malaise et reporter momentanément l’attention sur elle.

"J’en ai déjà parlé à Elias, mais nous avons une série de concerts prévus à Edimbourg pour les festivités de l’exposition universelle. Et vous y êtes tous cordialement invités, si cela vous intéresse." Aurore de Villier n’était peut-être pas un nom particulièrement connu –et c’était volontaire- mais ceux qui avaient eu l’occasion d’écouter chanter Sahar savait que c’était une expérience musicale riche et unique. Elle offrit un nouveau sourire apaisant et doux à ses frères et sœurs, qui pouvait peut-être leur rappeler celui de leur mère par certains égards, avant d’ajouter : "Je suis en tous cas ravie de vous revoir. Merci d’avoir accepté l’invitation."

Ne manquait plus que les deux derniers invités pour que son bonheur et la petite assemblée soit au complet.
Wairua
Sphère Savoir
avatar
Messages : 139
Etat Civil : Veuf
Pouvoirs : Réincarnation, illusions, prédictions
Revenir en haut Aller en bas
Mar 26 Juil 2016 - 13:06


Lieu :

Appartement d'Aurore

Date de l'événement :

Juilet 2016

Participants :

Les enfants de la Rose

Précédemment :

Fallait bien se croiser un jour

A suivre :

Portes Ouvertes



LE ROYAUME DES ENFANTS

♦ ♦ ♦

---------------------------------------------------

L'escapade anglaise avait été éprouvante. Plus qu'elle ne l'aurait imaginé.
La demeure de Tauton, propriété de la Rose, était un lieu qu'elle avait ressenti chargé d'histoires et de souvenirs. Comme ces endroits où chaque meuble, chaque objet, avait sa place précise et sa raison de se trouver là. La maison lui était alors apparue comme une sorte de sanctuaire paisible dans lequel les enfants de Sveda pouvaient venir trouver refuge en toute quiétude. Une terre d'accueil, en quelque sorte, lieu serein et accueillant pour qui venait en ami.
Mais elle... elle, s'était sentie aussi mal venue et inappropriée en cette demeure qu'une intruse. Comme si l'endroit avait pu sentir la menace qu'elle représentait pour la tranquillité du lieu mais aussi de la tribu. Pour la lignée de la Rose en générale. Elle avait, dès son arrivée, ressenti l'hostilité du lieu à son égard. Dans les courants d'air glaciaux qui la traversait parfois de part en part sans raison inexpliquées – elle qui chérissait pourtant le froid! - dans le murmure effrayant du vent dans les rideaux. Elle avait l'impression de l'entendre lui souffler l'effrayante malédiction de son enfance. La prophétie funeste était-elle sur le point de se réaliser ? Ou devenait-elle seulement folle ? A moins que ce ne soit la sensation de manque qui la faisait céder à la paranoïa...
Elle avait erré, telle une âme en peine, dans cette maison qui n'était pas la sienne. Un voyage, au final plus néfaste que bénéfique et qui l'avait, un peu plus, plongée dans la culpabilité.

Elle était restée silencieuse et distante pendant l'intégralité du voyage en aéronef. La bouche pâteuse, les mots coincés dans sa gorge. Était-ce cela le goût de la trahison ? Le faible éclat de ses yeux sombres avait totalement disparu, en même temps que ces regards, de plus en plus fuyant. Comment aurait-elle pu encore oser soutenir le regard des « siens » ?
Elle avait gardé à tout instant son petit sac collée contre elle pendant tout le trajet. Il contenait ses maigres possessions, dont son mp3 qui diffusait dans son casque, constamment ancré sur ses oreilles, de la musique. Mais il contenait également les précieux travaux de recherche de sa génitrice, qu'elle avait, d'une façon ou d'une autre, réussit à subtiliser. Elle-même ne savait trop bien comment elle avait réussit à s'y prendre, évacuant de façon presque volontaire le souvenir pénible de son forfait.

Elle regrettait un peu, tandis qu'elle suivait silencieusement Elias dans les rues d’Édimbourg, d'avoir accepté l'invitation de Sahar. La belle Sahar. Elle l'avait trouvé rayonnante sur les photos que lui avait montré son frère pour lui rafraîchir la mémoire. Selon les dires du viking, les deux femmes n'avaient pas eut l'occasion de se côtoyer très longtemps et les effluves de l'héroïne s'étaient chargées d'effacer les souvenirs qu'elle avait pu avoir en commun avec cette sœur. Demi-sœur. Mais voilà, elle les avait invité et, sur le moment, Riley avait été prise par l'envie d'en profiter pour renouer avec les siens. Mais voilà, c'était avant. Avant... avant quoi ? Elle fut tirée de ses pensées par son aîné, qui s'était, semblait-il, adressé à elle. Ou parlait-il seul ? Avait-il mentionné les prodiges ? Et le chaos ? Elle cligna des yeux quelques instants, ne répondant rien. Ils étaient, de toute façon et semblait-il, arrivés à destination.
Le cœur battant, elle suivit alors son grand frère dans les escaliers. Tout le monde serait là...
Et tout le monde était là... Riley lança un regard à la ronde. Elle n'avait pas le moindre souvenir d'être entrée dans l'appartement d'Aurore, ni même d'avoir choisi une place à côté de Kim. Présence rassurante. Il y avait Abygael et François. Elle détourna rapidement les yeux pour ne pas croiser ceux, déterminés, de la belle blonde. Une petite voix dans son esprit lui avait soufflé que si leur yeux se croisaient, elle allait savoir. Il y avait aussi Natasha qui semblait se porter bien et leur hôte, évidement. Elias était un peu plus loin.
Et puis second réflexe, elle se rendit compte que son sac n'était plus près d'elle. Se relevant comme un ressort, elle jeta un coup d’œil à la ronde pour trouver le précieux contenant. Son cœur manqua un battement et ses joues de porcelaine s'empourprèrent.
Riley
Sphère Economique
avatar

Messages : 116
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Indéfinis(ables)
Revenir en haut Aller en bas
Mar 26 Juil 2016 - 21:20
[justify]

ÉLIAS


ABYGAEL KIM NATACHA


FRANC0IS



    - Ah les voila ! Hellow ! Salua la Russe en voyant les deux derniers entrer.

    - Hey Nat’ ! T’as l’air en forme. Ça fait plaisir !

    Nabov fit une rapide embrassade à son oncle le Viking. La plupart d’entre eux ne s’étaient pas revus depuis l’enterrement de Joachim. Il fallait au moins un événement de cette ampleur pour rameuter cette famille aux ramifications internationales. Et encore, on n’a là que les fils et filles de Tohum. La famille de la Rose devait compter aujourd’hui des dizaines de membres plus ou moins directs. Natacha s’était ensuite tournée vers la petite Ava. Dernière née et dont Sveda lui avait longuement parlé dans l’hélicoptère qui leur faisait quitter Londres.

    Natacha, toujours, but volontiers une gorgée de thé. La saveur sur son palais lui évoqua une sensation agréable. Un peu à la madeleine de Proust. Son père lui avait longtemps préparé le thé quand elle était une enfant. Elle reposa la tasse sur la table. En se redressant, elle croisa le regard insistant d’Abigaël. Elle ne faisait qu’exprimer ce qu’ils ressentaient tous.

    - Alors je commence ? Bon d’abord, je sais que vous vous êtes tous inquiété pour ma petite personne. Qui comme vous le voyez va très bien ! Je vous remercie. Je vais aller à l’essentiel à ce sujet. Ensuite on passera à autre chose. Et on est bien d’accord que pour la sécurité de grand-mère vaut mieux pas ébruiter tout ça. Jao a envoyé ses hommes. Ils m’ont détenue, je l’ais appris plus tard en Angleterre pour obtenir des infos. J’ai bien peur d’avoir lâché quelques trucs… Mais même avec ça il faudrait encore des mois avant que…

    - Ca va Riley ?

    Le comportement d’Ava fini par attirer l’attention de l’ensemble du groupe. La conversation fut suspendue. François fixa plus intensément la jeune femme sans pour autant intervenir directement. Il se considérait comme extérieur à la génération d’avant.

    - … Ava, tu pourrais rester en place plus de cinq minutes s'il te plaît.

    - Pas la peine de prendre ce ton Aby. Intervient alors Kim sur un ton sec. Il avait une attitude clairement hostile maintenant qu’on s’en prenait à Riley.

    - Quel ton ? Abigaël ne fit aucun effort pour dissimuler son agacement. Elle se renfonça dans le canapé avec humeur et croisa les bras. Braquée. La tension revint dans le salon. Elias ne se priva pas de fusiller sa sœur du regard. Quoi ?! C’est quand même hallucinant ça. Il suffit que mademoiselle se montre pour que vous soyez de nouveau comme une gamine. Non mais réveillez-vous les garçons. Elle a 50 ballets votre princesse !

    - Et toi t’as quel âge rappelle-moi ? Remballe un peu ta jalousie. Tout le monde a biiiiien compris le fond de ta pensée. Okay ? On est là pour maman.

    - Justement ! Ça ne t’est jamais venu à l’esprit que c’était un peu gros que leurs pères soient à Édimbourg en même temps ? Comme par hasard, quand mademoiselle revient tel l’enfant prodige dans les bras de maman ?

    Aie.

    - Kim, poings serrés, se leva d’un bond. Il persifla. Va jusqu’au bout de ta pensée.

    - Kim… Ne rentre pas dans son jeu.

    - Aby ! S’égosilla Natacha avec une pointe de colère.

    - Tu sais très bien ce que je pense. Si t’avais eu le courage d’affronter ton père…

    - Vas-y dis-le. Wang n’avait plus rien à voir avec sa mère à présent. Il était aussi froid et menaçant que celui qui lui avait donné son nom.

    Non dit et compagnie se faisaient la part belle. Mais c’était le risque en réunissant autant de fortes têtes sous le même toit. Ce n’était pas uniquement de la responsabilité de Tohum. Les frères et sœurs avaient fait ce qu’ils voulaient de leur relation. Le long passif entre certain avait créé des conflits aussi vieux que le monde.

    Elias s’interposa entre les plus jeunes. Dieu qu’il regrettait l’absence de son frère aîné en cet instant. Joachim avait été celui qui savait éviter ce genre de dispute.

    - Lâche-le avec ça. On sait bien qu’il n’y a pour RIEN.

    - Il a raison m’an…

    - Sveda perd son immortalité. C’est pour ça qu’elle a créé « Enée ». Elle veut s’assurer que ça ne vous arrivera pas. La théorie c’est que…

    - Quoi ? au moins, Aby ne s’intéressait plus à son frère. Ses yeux bleus dardés sur la scientifique. Natacha était l’une des plus proches confidentes de Sveda depuis quelques années. Elles travaillaient ensemble.

    Un certain calme régnait de nouveau dans la pièce. Chacun sous pesa les paroles de Natacha. Un nœud de l’intrigue qui entourait Tohum venait de se desserrer. Mais il amenait d’autres questions. Étrangement, dans l’assistance François paraissait calme. Comme si cette nouvelle ne le surprenait pas vraiment. Kim détourna enfin son regard furieux d’Abigaël pour se concentrer sur Riley.

    - La théorie c’est qu’au bout d’un certain temps les mutations initiales évoluent à nouveau. Ça peut se manifester sous des formes très variées. Mais c’est un processus très lent ! Dans son cas, elle s’en ai rendu compte quelques années après Armageddon. Il lui reste environ un siècle devant elle pour comprendre ce qui se passe au juste. Ca vous donne une idée de l’importance du sérum… Je n’étais pas sensée vous en parler. Mais comme ça vous comprenez l’enjeu.

    - Nikolas Cnossos cherche à s’en emparer depuis plus d’un an. Voilà qui donnait une perspective. Merci Franki !
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 880
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Lun 15 Aoû 2016 - 17:01


SAHAR


Sahar accueillit les deux derniers arrivant en leur offrant la même accolade et le même sourire qu’aux autres, avant de les inviter à se joindre au reste de la famille. Les embrassades se poursuivirent, mais l’hôte de la réunion ne manqua pas de remarquer le malaise et la distance d’Ava lors de son arrivée. Une nouvelle fois, elle ne fit aucune remarque, fidèle à son rôle de discrète observatrice. Elle n’avait pas eu l’occasion de croiser beaucoup la dernière fille de la Rose, et n’imaginait ainsi pas pouvoir comprendre la raison de cette attitude, du moins pas tout de suite. Néanmoins, elle n’en ressentait pas moins de l’affection pour sa jeune sœur, comme pour tous les autres, et à défaut de pouvoir en apprendre plus, elle se contenta pour l’instant de lui envoyer des regards et sourires doux et encourageants. Après tout, une telle réunion de famille avait de quoi impressionner.

Elle se tut cependant pour écouter le récit de Natacha. Son expression calme se transforma légèrement lorsqu’elle fronça des sourcils à la mention de ce que la Russe avait vécu et du rôle de Wang. Elle avait beau n’avoir pas souvent rencontré le père de Kim, elle n’en savait pas moins à quel point cet homme pouvait être dangereux. Cependant, le discours fut interrompu et tous les regards convergèrent vers Riley, dont le comportement devenait étrangement agité.

Ce fut l’étincelle qui mit le feu aux poudres de conflits trop longtemps non-résolus. A l’instar de François, Aurore observa l’affrontement, ne souhaitant pas prendre parti pour l’un ou pour l’autre. Elle tenta cependant de calmer le jeu, lançant de temps à autre des coups d’œil à Elias qui essayait également d’apaiser les tensions, notamment entre sa sœur et Kim.

"Aby, Kim ; s’il vous plaît, ce n’est pas le moment de…"

Mais la dispute reprit de plus belle. Même si elle était d’ordinaire calme et réservée, Dawn avait, du haut de ses presque 600 ans, assisté à de nombreux conflits. Y compris familiaux. Et malgré sa douceur, mieux fallait ne pas la pousser dans ses retranchements comme commençaient à le faire ses frères et sœurs. Ses sourcils se froncèrent pour afficher une expression agacée qu’on lui voyait peu, mais elle inspira profondément pour retrouver son calme et tenter une dernière fois d’empêcher que cette dispute aille trop loin. Ce qui la forcerait à intervenir de manière plus définitive, ce qui ne plairait sans doute à personne et surtout pas à elle.

Elle s’installa entre les deux avec Elias pour les séparer, et posa une main sur l’épaule de Kim, doucement mais fermement.

"Kim, s’il te plaît. Ça ne sert à rien de nous monter les uns contre les autres maintenant, et comme tu l’as dit, nous sommes là pour maman…"

L’intervention de Natacha, puis de François, réussit cependant à calmer tout le monde. Le poids de la nouvelle tomba sur chacun, et tout le monde prêta une attention nouvelle à la Russe, oubliant toute trace du conflit qui venait d’avoir lieu. La mention d’un nom alarma particulièrement Sahar, qui se mit à réfléchir, une expression concernée sur le visage.

"Ani… mon père, il s’est rapproché de cette femme dernièrement. Je ne sais pas ce que ça veut dire…" Elle leva son regard pour dévisager ses frères et sœurs. "Il faut qu’on fasse quelque chose, pour aider maman et empêcher que ce sérum ne tombe entre de mauvaises mains. Mais il faut qu’on le fasse ensemble."

Son regard tomba en particulier sur Abygael et sur Kim, et était significateur. Quels que soient les conflits entre eux, ils allaient devoir les régler, et maintenant qu’elle sentait le danger qui pesait sur la famille, sa délicatesse laissait place à une détermination plus sévère. Finalement, Dawn reporta son attention sur la plus jeune, et lui demanda, sur un ton plus doux :

"Riley, quelque chose semble te préoccuper. Est-ce qu’on peut t’aider ? Tu es ici chez toi, et entre amis, alors, n’hésite pas."

Elle termina sa phrase d’un léger sourire encourageant, espérant au moins parvenir dire à sa jeune sœur qu’elle pouvait lui faire confiance.
Wairua
Sphère Savoir
avatar
Messages : 139
Etat Civil : Veuf
Pouvoirs : Réincarnation, illusions, prédictions
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Aoû 2016 - 9:27
Clignant des yeux, Riley avait la désagréable impression de sortir d'un rêve avec cette sensation étrange de ne plus savoir, pour une seconde, où elle se trouvait, ni même avec qui elle était. Comme au réveil, dans un lieu inhabituel. Il lui avait fallu quelque temps pour remettre les pièces du puzzle de son esprit en place. La réalité était moins paisible que ses songes. 
La prodige se serait gardée de se lever si elle avait imaginé un instant que son mouvement allait engendrer un conflit aussi virulent.
Elle avait entrouvert les lèvres pour tenter une justification qui lui était resté dans la gorge. A la place, elle avait contemplé, avec un certain effroi, la situation dégénérer en moins de temps qu'il ne fallait pour le dire. Elle aurait voulu intervenir, prendre sa propre défense, s'opposer aux dures paroles de son aînée, se révolter contre l'attitude injuste qu'elle adoptait à son égard. Mais elle n'en avait la force. À quoi bon.

La tête lourde, elle s'était rassise comme elle était levée, dans l'espoir que le mouvement inverse calme les cœurs et apaise les esprits. Les yeux brillants, elle observait ses frères et sœurs se déchirer. Elle n'aurait pas dû venir. Revenir. Elle en avait maintenant l'intime conviction. La vieille femme l'avait pourtant mise en garde. Depuis son retour parmi les siens, la malédiction qui l'entourait lui semblait de plus en plus présente. Elle était bel et bien l'objet de la discorde et ce terrible constat pesa sur des frêles épaules.
De plus, la fatigue du voyage semblait démultiplier les effets de son pouvoir incontrôlé. Elle avait du mal à rester concentrer. Ne pas perdre le fil. Et l'agitation provoquait en elle ce désir de fuir. Chercher une échappatoire. Elle observa alors le temps s'étirer dans sa longueur jusqu'à se figer, arrêtant sur le visage de chacun, les émotions qui les animaient. Colère, agacement, ressentiment, impuissance.

Lorsqu'elle reprit pied dans la réalité, la conversation s'était calmée. Tous étaient redevenus graves et silencieux. Natacha avait pris la parole et la prodige au cheveux de neige tenta d'accrocher son attention à son discours, de se raccrocher à des bribes d'informations. Elle parlait des enjeux du sérum, des cents années qui restaient à leur mère. Se concentrer sur les enjeux qui étaient censés les unir plutôt que de s'arrêter sur les détails qui les divisaient.
Riley frissonna. L'idée que sa mère puisse perdre son immortalité laissait dans sa bouche un goût étrange. Elle avait alors tourné les yeux vers leur hôte qui s'était adressée à elle avec délicatesse. Elle était venue fixer ses grands yeux bruns dans ceux de cette sœurs à la fois si forte et si douce, la plus âgée de toute.

-Je suis désolée, avait répondu dans un murmure la jeune immortelle, je crois que le voyage... que le voyage m'a fatiguée. Est-ce que je peux me rafraîchir à la salle de bain, s'il te plaît ? Puis, observant autour d'elle, elle ajouta. Je ne sais pas ce que j'ai fait de mon sac...

Un peu d'eau sur le visage lui ferait le plus grand bien.
Riley
Sphère Economique
avatar

Messages : 116
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Indéfinis(ables)
Revenir en haut Aller en bas
Mar 30 Aoû 2016 - 15:07

ABYGAEL KIM NATACHA


FRANC0IS



    L’intervention de la belle Aurore eut un impacte sur Kim, qui ne put s’empêcher de reconnaître leur mère à travers ces paroles et ce geste. Il fixa ses yeux noirs sur Dawn et l’écouta. L’expression de son visage changea. Il s’apaisa.

    - Oui. Concentrons-nous.

    François acquiesça avec solennité aux paroles de la musicienne. Elle avait tout à fait raison. Leur seule chance était d’agir en groupe, en meute, comme l’aurait dit Sveda. La question était de savoir comment faire. Avaient-ils les moyens de l’aider en réalité ?

    L’attention se porta sur Ava. Kim et Elias en particulier observèrent la jeune femme. Le second fouilla la pièce des yeux et vit où se trouvait ce qu’elle cherchait. Il se leva pour aller le ramasser et le déposa sur les genoux de sa sœur. Il lui adressa un sourire complice et lui indiqua où se trouvait la salle de bain. Il la suivit du regard dans ses mouvements. Puis, il reprit le fil de la discussion

    - Ouais et ce n’est pas le seul à s’être frotté à la Sorcière. Lança-t-il, en observant Abygael avec insistance.

    Il avait encore mauvaise le coup qu’elle avait fait en infiltrant directement la soirée de Strega. Sans l’intervention de Wairua justement, dieu seul sait comment Aby aurait fini sous les crocs de l’immortelle. Abigaël était une vraie tête brûlée. C’était parfois difficile de la suivre. Plus encore de la protéger. Elle avait beau avoir un siècle elle restait, elle aussi, leur petite sœur.

    - T’avais mieux sous le coude peut-être ? Rétorqua celle-ci avec humeur.

    - Reconnais que tu as eu de la chance qu’il soit sur le lieu, m’man. Souffla François pour essayer de lui ouvrir les yeux.

    C’était bien beau de critiquer l’inconséquence de Tohum quand on faisait la même chose. Enfin, ce n’était pas le sujet.

    - Peut importe, s’est fait. Je crois que Sahar a raison. Wairua n’interviendra pas de façon directe. On ne peut pas compter sur lui. Si sur papa. Ce qui nous laisse…

    - Alex ? Il est directeur maintenant. Il a des connexions et des moyens.

    - Oui, mais dans le domaine scientifique ?

    Un silence répondit. Le temps que chacun pense aux ressources qu’il avait de son côté. Il y avait bien quelqu’un sur cet Archipel susceptible dès les aides. D’autant que le souci qui touchait Tohum concernait tout un pan de l’humanité. Il y avait plus de Prodiges que les recensements ne l’annonçaient. Mais, Sveda ne s’était-elle pas déjà chargée de contacter ces personnes ?

    - Daisuké Sakamoto est encore le directeur d’Ivory Owl ? Il n’a pas travaillé avec grand-mère ?

    - Peut importe. On verra ça quand on l’aura retrouvée non ? Natacha ? Elle ne t’a rien dit ? Même pas le plus petit indice ?

    - Je suis sûre qu’elle est encore sur l’Arche. Elle ne serait pas partie, alors qu’on est tous là… ou presque.

    François échangea un regard furtif avec sa cousine. Ils étaient les plus jeunes de l’assemblée. La troisième génération. C’était eux que Sveda était venue trouver quand elle avait décidé de mettre en place un plan de sécurité. Maintenant, ils étaient bloqués, entre la loyauté qu’ils devaient à Tohum et celle qu’ils devaient aux autres.

    - Elle est en contact avec Alexander Feuerbach, le milliardaire.

    - Franc… Le murmure tendu de Natacha alerta l’attention des Blonds.

    - Je ne suis pas convaincue que l’on peut faire confiance à cet homme.

    - C’est un adversaire de Jao. Pour moi, c’est déjà un gage d’intelligence. Jugea l’héritier de Wang avec un regard sombre. Il eu une fugace pensée pour sa belle-mère et serra les dents. Celle-là était probablement aussi nocive que le Cobra. Mais s’était bien pour cela que Jao l’avait choisie.

    - Et après ? Pourquoi ce type nous aiderait ? L’avocat du Diable, vous connaissez ?

    - Ava est toujours dans la salle de bain ? Bonne question le Viking. La benjamine n’aurait-elle pas profité de inattention pour se carapater ?
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 880
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 15 Sep 2016 - 18:14


SAHAR


La belle avait beau être dotée d’une grande patience, cette dernière n’était toutefois pas sans limite. Heureusement, un rappel à leur situation ainsi que l’intervention de Natacha dissipa les tensions naissantes, et tous se concentrèrent sur les informations qui venaient de leur être dévoilées. Non sans inquiétude. Sahar offrit un doux sourire à Riley, et lui proposa de l’accompagner jusque devant la salle de bain. Cette dernière avait beau être sobrement remplie, on voyait clairement l’influence orientale dans le peu de décoration et de matériel qui la composait.

"Si tu as besoin de quoi que ce soit, n’hésite pas." Elle hésita quelques instants, puis ajouta : "Ne t’en fais pas pour Aby et les autres. Nous sommes tous un peu à cran, mais ce n’est pas de ta faute."

Après un dernier sourire rassurant, elle lui laissa ensuite un peu d’intimité pour retrouver les autres. La discussion portait justement sur son père, et Aurore se sentait légèrement impuissante à ne pas pouvoir donner davantage d’informations. Ni à savoir elle-même le rôle que son paternel avait dans toute cette affaire. Elle espérait simplement, qu’à défaut de pouvoir les aider, il ne se trouvait pas dans une fâcheuse situation… Au moins avait-il effectivement aidé Aby à se sortir d’un mauvais pas, même si là encore, il était difficile de savoir pourquoi et comment. Elle n’ajouta cependant rien, laissant ses frères et sœurs s’occuper de sermonner une nouvelle fois la tête brûlée, sachant que la leçon avait été acquise. Peut-être.

A l’instar des autres, Sahar profita du silence pour chercher à quels alliés elle pouvait bien s’adresser pour les soutenir dans cette histoire.

"Je connais quelques personnes au Moyen-Orient et en Grande Perse, des descendants de Maman. Je les contacterai. La PH est une bonne idée, Maman y a sûrement encore des alliés prêt à l’aider. J’ai quelques contacts qui y travaillent, mais pas beaucoup… Elias, Aby ? Vous connaissez des gens de confiance là-bas ? Qu’on puisse au moins les consulter ?"

Elle connaissait la plupart des autres personnes citées, même si pas toujours personnellement. La réputation de certains les précédait toutefois.

"Il faudrait voir quels sont les intérêts de Feuerbach dans cette affaire, il semble fonctionner ainsi. On n’a pas à devenir proche, simplement savoir si on peut compter sur lui. Mais si Maman le fait, alors… Pourquoi pas." Elle se tourna vers Natacha : "Et les personnes qui ont participé à ton sauvetage ?"

Au point où ils en étaient, toute aide était la bienvenue. Mais ils marchaient également sur des œufs, et si même leur mère préférait se cacher pour ne pas trop s’exposer, c’était un signe révélateur du danger de la situation. Sahar avait confiance en Tohum, mais il était vrai qu’elle doutait que les tenir tous à l’écart soit une bonne idée. Comme l’avait montré l’exemple d’Abygael, ils étaient loin d’être en sécurité et ne comptaient pas rester en dehors des conflits. Leur mère était certes un modèle, et l’une des personnes les plus lumineuses qui soient, mais elle n’en restait pas moins humaine. Plus d’une fois, elle avait fait des erreurs ou connu des faiblesses, même en voulant bien faire. C’était inhérent à leur nature, même pour des immortels.

La remarque d’Elias sur Ava la sortit de sa réflexion, et elle se leva, expliquant qu’elle allait voir si tout allait bien pour leur benjamine. D’un pas léger, elle s’approcha de la porte de la salle de bain, et toqua doucement.

"Riley, tout va bien ? Est-ce que tu veux un café ? Ou t’allonger quelque part ?"

L’aînée commençait à s’inquiéter pour la jeune fille aux cheveux blancs, qui ne semblait décidément pas dans son assiette. Peut-être faudrait-il interroger Elias sur leur fameux voyage, s’était-il passé quelque chose de spécial ? Peut-être n’était-ce rien, après tout, tout le monde était assez tendu au vu de la situation. Mais tout de même…
Wairua
Sphère Savoir
avatar
Messages : 139
Etat Civil : Veuf
Pouvoirs : Réincarnation, illusions, prédictions
Revenir en haut Aller en bas
Mer 5 Oct 2016 - 10:30
C'était avec une certaine dose de soulagement que la jeune femme aux cheveux de neige avait récupéré son sac. Un petit sac de toile un peu miteux dont l'une des bandoulières était tellement usée qu'elle avait cédé. Aussi ne pouvait-elle plus porter son petit sac à dos que sur l'une de ses maigres épaules. Peu importait à vrai dire. Ledit sac ne contenait jamais grand chose. Un strict minimum. Riley avait toujours vécu chichement et ne possédait presque rien. Pas assez pour remplir un sac, visiblement. Mais plus que d'habitude encore, ce bout de tissus informe, troué, rapiécé, effiloché, avait une préciosité hors du commun. En règle générale, parce qu'il était une sorte de repère, d'ancrage dans la réalité. Aujourd'hui, parce qu'il contenait quelque chose qui la dépassait totalement. Une chose dont elle ne savait pas quoi faire, une chose qui pourrait être sa ruine comme son salut.Elle avait posé un regard distrait sur son aîné qui, il semblait, venait de lui indiquer le chemin de la salle de bain, comme demandé. Elle avait loupé l'information. Perdue dans ses pensées. Concentre-toi. Reste attentive...

Heureusement, Aurore s'était approchée et l'avait amené à sa suite jusqu'à la pièce demandée. Elle avait été douce et avenante. Elle aimait son ton et son regard. Calme et patient. Elle avait aussi quelque chose de leur mère qu'elle n'avait pas saisi au premier regard. Elle l'avait remercié d'un sourire et d'un murmure. Avant de s'enfermer quelques minutes.Un soupire. La réunion familiale avait été de trop. Le voyage en Angleterre avait été de trop. Les ultimatums de son père étaient de trop. Le manque. Et la boule au ventre. Elle se pencha au dessus du lavabo et s'aspergea le visage d'eau fraîche pour faire passer la nausée. Puis elle s'était assise sur le rebord de la baignoire. Du sac, elle avait tiré une petite clef usb. Elle aurait pu la jeter, là, dans les toilettes. Alors on en aurait plus jamais parlé. Mais elle hésitait. Pietro serait fou. Et maman. Maman aussi peut-être.Alors elle avait glissé le petit appareil dans sa poche. Elle ne voulait pas retourner se confronter aux conversations sérieuses, aux reproches sous tendus, aux colères des uns et des autres.

Pour plusieurs minutes, elle était restée là. À l'abri. Curieuse de découvrir les petits détails du quotidien de sa demi-soeur, elle avait observé les quelques produits posés au dessus du lavabo. Elle débouchait avec précaution les flacons, humait les odeurs ancestrales. Il y avait la rose de damas et le camphre. Dans des petits pots, des hennés et argiles du bout du monde, des huiles précieuses...Riley ferma les yeux et se laissa porter dans cet ailleurs qu'elle ne connaissait pas mais qui était propre à l'imagination.
Probablement ne s'était-elle pas rendu compte du temps qui avait filé. Combien ? Suffisamment pour que leur hôte ne vienne frapper doucement à la porte et s'enquérir e son état. La jeune immortelle avait ouvert la porte avec lenteur, comme honteuse d'être restée si longtemps. Déjà Aurore lui proposait un café ou de s'allonger. Oui, elle se serait bien couchée pour pouvoir éviter tout cela... Fuir dans le sommeil lui apparaissait toujours comme une bonne solution. Mais à la place, elle avait secoué du chef en signe de négation, faisant onduler ses boucles blanches.

-Merci, ça va mieux. Je veux bien juste un verre d'eau s'il te plaît. Elle s'était apprêtée à retourner dans le salon. Une grande inspiration pour se donner du courage. Mais elle avait soudainement sursauté, on frappait avec insistance à la porte d'entrée. Non, elle se faisait des idées.On frappa à nouveau.Sa main, dans la poche de son gilet de laine trop grand, s'était serré très fort sur un petit objet.
Riley
Sphère Economique
avatar

Messages : 116
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Indéfinis(ables)
Revenir en haut Aller en bas
Dim 16 Oct 2016 - 15:38

ABYGAEL KIM NATACHA


FRANC0IS



    Entre tintement de tasses, frôlement de coussins et silences, la famille de Sveda continuait de rassembler les données. Mais, elle devait faire face à une réalité, la nomade n’avait rien laissé au hasard. Il allait leur falloir plus qu'une conversation autour d’un thé pour résoudre toute l’énigme.

    - Pas vraiment non, j’donne un coup de main de temps en temps. Je crois que toute ma génération n’est plus là depuis un bail.

    Les Tanit avaient été très présents au moment de la création de l’école pour prodige. Ensuite chacun avait repris sa route. Elias vers l’arche de São Paulo et sa sœur à Paris. Ils étaient revenus ici sur la demande de leur mère moins d’un an auparavant.

    - Ça ne sert à rien de réfléchir comme ça.

    - Arkadia… J’y ai pensé oui. Ils sauraient peut-être quelque chose. Mais voudront-ils le partager ?

    Le doute de Natacha était perceptible rien qu’à sa façon de poser la question. Elle se tourna vers son cousin comme pour lui demander son accord. François détourna le regard. On sentait qu’il était divisé. Sa femme, la première, comprit que quelque chose n’allait pas. Elle posa une main sur son épaule dans un geste de réconfort. Val n’eut pas besoin de parler pour convaincre son compagnon de parler. Un impérieux désire d’honnêteté l’envahissait. Il libéra sa parole.

    - Elle est installée dans le parc naturel. Enfin, elle l’était jusqu’il y a deux jours.

    La révélation provoqua une sorte d’offuscation générale. Et pour cause, les plus jeunes avaient jalousement gardé un secret qui aurait pu éviter des ennuis à Aby. C’était aussi pour cela que François lâchait enfin le morceau. Il ne voulait pas qu’un autre membre de la famille risque sa vie pour retrouver la Rose du Désert.

    - Tu ne pouvais pas le dire plus tôt ?

    - … Tu nous laisses nous inquiéter depuis des jours. Rétorqua sa mère d’un ton peu amen.

    Valentine darda un regard de reproche sur sa belle-mère. Elle s’apprêtait à rétorquer, mais se fit couper la chique par la fille de Joachim.

    - Il n’y est pour rien Aby. Grand-mère nous a demandé de ne rien dire.

    - Nous ?

    - Nat et moi… On… Zut alors, pile au mauvais moment.

    Si ce n’est pas malheureux ces interruptions permanentent. Eh oh il y en a qui essayent de jouer aux héros ici. Les coups résonnèrent contre la porte d’entrée.


    ***



    Pietro Kassianov


    Kassianov n’était pas venu seul. Wang lui avait cédé une douzaine d’hommes pour couvrir la mission. La Duchesse avait sûrement exercé un point de pression sur lui aussi. Plus les mois allaient et plus la vieille devenait nerveuse. Enfin, pour autant que Pietro pouvait en juger… Les gars avaient été triés sur le volet. Ils savaient tout ce qu’il y avait à savoir sur la progéniture de Sveda. Cette fois, rien ne serait laissé au hasard. Riley allait devoir rendre des comptes à son paternel.

    Il lança un regard à son reflet dans le miroir du hall d’entrée. Une petite trentaine en apparence, le Russe tutoyait gentiment les quatre-vingt-dix ans. Il était un prodige. Oui, mais, il ne faisait pas parti de la cliques des immortels. Non. Sa jeunesse, il la conservait grâce à un petit tour de passe-passe quantique. Sa spécialité à lui c’était le temps. Le temps avec un grand T. « Timekeeper » le surnommait ses collègues sans savoir combien ils avaient raison.

    Deux hommes se postèrent de chaque côté de l’entrée, armé. Costume noir, arme au poing, expression robotique… Ils ne donnaient pas envie. Le scientifique attendit qu’on vienne lui ouvrir. Une expression maligne éclaira son visage.

    - Le « viking », ça fait longtemps.

    Elias ne bougea pas d’un cil méfiant. Les contacts avec le Russe étaient rares. D’autant plus depuis que Sveda et lui s’étaient séparés. Ce n’était jamais un bon signe quand il était dans les parages. Qu’il se ramène ici maintenant avait largement de quoi alerter le grand frère protecteur qu’il était. Il le fit entrer.

    Pietro apparut sur le seuil du salon dans le plus grand calme. Ses yeux fouillaient la pièce pour accrocher la silhouette de sa chère fille. Son attention se porta ensuite sur l’hôtesse. À ses yeux Dawn était celle qui avait hérité le plus de Tohum. Il avait toujours gardé un œil sur sa carrière.

    - Tu ressemble de plus en plus à ta mère Sahar. Abygaël…

    - Qu'est-ce qu’il fait ici ? La Tanit darda un regard furieux sur sa cadette. La logique voulait en effet que Riley soit la responsable de cette intrusion.

    Sans un mot, Wang quitta sa place pour rejoindre Ava et se mettre devant elle. D’une main il la maintenait en arrière. L’autre alla piocher dans la poche de son jeans un téléphone portable. Il le décrocha et prononça quelques mots en mandarin d’une voix sèche. Un sourire s’étirait lentement sur les lèvres de Pietro à mesure que le regard de Kim prenait une couleur furieuse.

    - Il est sous la protection de mon Père ....

    - Un homme charmant ce Samouraï. Mais je ne vous en fais pas. Nous ne sommes pas là pour nous battre. Je viens seulement récupérer quelque chose qui m’appartient.

    - Vous perdez votre temps. La formule n’est plus ici. Lui indiqua Nat avec un regard glacial.

    Le sourire de Kassianov prit une teinte maléfique. Dans son regard brillait une jouissance malsaine. Son petit tour était sur le point de réduire les efforts d’Ava à néant. Elle allait s’effondrer. Et il serait là pour récoler les morceaux…

    - Hum. J’en n’en suis pas si sûr. Pas vrai « Riley » ? Si tu me donnais ce que tu caches dans ta main.

    - Ava ? De quoi il parle ? Elias fixait sa sœur sans comprendre.

    Kim s’interposait de façon plus insistante entre la jeune femme et les autres. Il découragea Aby ou qui que ce soit d’autre d’approcher. Aux yeux du réprouvé ces histoires n’avaient aucune importance. Seule Ava comptait. Il n’allait pas laisser faire cette fois, pas avec elle. Quitte à s’opposer au Patriarche.

    - Peu importe. Cet homme n’a rien à faire ici … Elias, fais le sortir.

    Au moins, la tension virait de bord.
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 880
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Ven 28 Oct 2016 - 14:55


SAHAR


Après avoir accompagné Riley aux toilettes et s’être assuré que sa jeune sœur trouverait de quoi se reposer un peu, Sahar s’en était retournée avec les autres, essayant de trouver une solution. Et surtout, des alliés pour affronter cette dangereuse situation dans laquelle s’était précipitée leur mère. Ce n’était certes pas la première fois, mais cela ne voulait pas non plus dire que cela ne pouvait être la dernière. Malgré cela, la musicienne tâcha de garder son calme afin de ne pas tracasser davantage les autres, et surtout de réfléchir le plus posément possible. Pour l’heure, elle y réussissait plutôt bien.

"Mais cela vaut la peine d’essayer, nous n’avons rien à perdre. Et sûrement qu’ils n’ont pas oublié Maman ?" demanda-t-elle avec un ton qui suggérait plutôt l’affirmation que la question. Elle croisa le regard d’Aby, puis d’Elias, avant de se reporter sur Natacha. Le nom d’Arkadia ne lui était pas inconnu non plus, aussi se permit-elle d’ajouter : "Là aussi, on doit tenter le coup."

Situation désespérée ? Dawn essayait de se persuader que non. Au point où ils semblaient être, rassembler le plus de monde était ce qu’ils leur restaient à faire. Qu’avaient-ils à y perdre ? Au pire, un refus. Mais cela valait mieux que de ne rien faire, et d’attendre en croisant les bras ? Sahar ne s’illustrait généralement pas dans l’action, préférant la médiation et la résolution des conflits par la parole. Mais lorsque cela était nécessaire, elle n’hésitait cependant pas à se retrousser les manches pour que les choses soient faites. Elle avait maintenant vécu assez pour savoir que cela était malheureusement inévitable.

Trouvant que Riley s’était absentée depuis un long moment, Aurore alla s’enquérir de son état, laissant les autres au moment où une révélation cruciale était faite. Alors que la jeune femme ouvrait la porte, Sahar se demandait si elle ne devait pas proposer à Riley de l’endormir quelques instants. Ses pouvoirs pouvaient procurer un sommeil régénérant et réparateur, ce qui pourrait peut-être aider sa jeune sœur, à en croire l’état dans lequel elle semblait se trouver.

"Bien sûr Riley, je vais aller te chercher ça tout de…"

Mais une nouvelle interruption sous la forme de coups à la porte vint tirer nos protagonistes de leur discussion. Dubitative, mais pas forcément rassurée, Sahar s’éclipsa pour aller ouvrir, mais fut devancée par Elias. Cependant, en découvrant le nouvel arrivant, la musicienne se renfrogna immédiatement, et les traits doux de son visage se durcir pour croiser ceux du russe. Expression qui s’accentua encore plus lorsqu’il posa son regard sur elle. Instinctivement, elle s’avança pour se mettre entre l’intrus et ses invités.

"Et tu n’as pas changé, Pietro."

Le ton sombre laissait bien témoigner que ce n’était pas vraiment un compliment. Elle ne s’était jamais vraiment mêlé de la vie sentimentale de sa mère, et n’avait croisé le russe qu’à quelques reprises. Mais de ce qu’elle pouvait comprendre, sa présence ici n’augurait rien de bon. Surtout avec les hommes qui l’accompagnaient, à la solde de Wang, d’après ce que Kim laissait entendre. A la mention de Riley, ce dernier s’interposa entre sa sœur et le russe, dissuadant les autres d’intervenir.

Mais, peu importe ce que Riley avait à faire dans cette histoire et avec son père, la maîtresse de maison n’allait pas rester sans rien faire, surtout si ses frères et sœurs étaient menacés sous son propre toit. Son regard d’une fureur froide et inhabituelle chez elle fixait Kassianov avec force.

"Pietro, tu n’es pas le bienvenue chez moi. Encore moins pour menacer ma famille. Pars, avant que je ne t’oblige à le faire." Elle le quitta des yeux pour fixer l’entrée, et la porte encore ouverte. Avec une voix forte, chantante, puissante, elle déclara : "Lâchez vos armes, maintenant."

L’injonction se fit immédiatement suivre par un bruit métallique, preuve que l’ordre avait été suivi. Sahar n’usait que rarement de son don de persuasion, répugnant particulièrement à manipuler autrui. Mais dans les cas comme celui-ci, elle n’hésitait pas un seul instant. Il lui suffisait d’énoncer l’ordre sur une hauteur tonale bien précise et particulière, qui correspondait à un demi-ton que la musicalité occidentale ne connaissait que très peu. Mais qui n’avait désormais plus de secret pour elle. Reportant son attention sur Pietro, elle le fixa avec encore plus d’insistance, loin de la douce jeune femme qu’elle était habituellement. Et cela, elle le tenait autant de sa mère que de son père.
Wairua
Sphère Savoir
avatar
Messages : 139
Etat Civil : Veuf
Pouvoirs : Réincarnation, illusions, prédictions
Revenir en haut Aller en bas
Sam 12 Nov 2016 - 15:07
-Non, non non non, non.... Riley murmurait ces quelques mots pour elle-même.

Avant même que la porte ne soit ouverte, elle avait su. Elle avait pu le sentir. Tel un automate, elle avait suivit sa sœur dans salon et avait vu Elias ouvrir la porte. Elle aurait fait tout en son pouvoir pour l'empêcher de faire cela. Elle aurait donné tout au monde pour que l'homme qui se trouvait sur le seuil ne puisse faire un pas de plus dans l'appartement.

Son cœur battait tellement fort dans sa poitrine qu'il en était douloureux. Elle respirait mal, l'angoisse l'étouffait. Pas lui, pas maintenant, surtout pas ici. L'immortelle aux cheveux de neige avait reculé de quelques pas pour mettre le plus de distance possible entre elle et son géniteur. Pourtant, elle ne pouvait détacher son regard de Pietro. Ses yeux d'aciers fixés sur elle étaient terrible et la figeait sur place, anéantissant tous ses désir de fuir. Il avait tout prévu. Sa venue était parfaitement calculé et maintenant il allait détruire ce qu'elle avait péniblement tenter de reconstruire avec les membres de sa famille. Non, il n'allait que l'exposer. C'était elle, qui avait tout détruit. Au moment même où elle avait accepté de revenir. Elle avait tenter de renouer sur la base de la trahison, c'était de sa faute... La voix de Pietro s'immissait dans son esprit.

Tremblante, elle avait l'impression que ses jambes peinaient à porter son poids. Le regard assassin d'Abygael était un coup de couteau mais Kim était venu se poser devant elle en rempart. Sa gorge serrée l'empêchait de formuler la moindre justification, pourtant la tension grandissait autour d'elle. Elle aurait dû dire quelque chose. Désamorcer la situation.
Les larmes aux yeux, elle ne sentait même plus les ongles qu'elle se plantait dans la chair, elle serait tellement la clé dans sa main que du sang s'était mis à perler dans sa paume. Tout ça pour cette petite chose. Un si petite chose. Maintenant les questions de son grand frère. Elle aurait voulu pouvoir lui jurer qu'elle n'avait rien dans sa main. Qu'elle n'avait rien fait du tout.

Heureusement, Aurore lui tint tête. Elle n'avait pas peur de lui. Elle pouvait le sentir. Elle n'avait pas peur de cet homme, peut-être allait-elle le faire déguerpir et elle n'entendrait plus parler de lui. Aussi Sahar intima aux hommes de Wang de lâcher leurs armes, ce qu'ils firent contre leur volonté, mais Pietro ne semblait pas le moins du monde impressionné par la démonstration de son don. Au contraire, il souriait avec cet air profondément mauvais, cet air qui la faisait trembler des pieds à la tête.

-Sahar... tu ressembles tellement à ta mère lorsque tu es énervée. Si... sauvage. Dans sa bouche, c'était un compliment. Et non, tu ne me forceras pas à partir. Pas sans Riley. Pas sans ma petite Riley. Parce qu'elle a quelque chose qui m'appartient et que si elle ne me le donne pas, si elle ne vient pas avec moi, il risque de se passer des choses très graves pour elle.

Sans s'en rendre compte, la jeune immortelle s'était rapprochée de son père, si satisfait d'avoir une telle emprise sur elle. Avec un air faussement contrarié, il avait reprit :

-Partir comme ça, toute une semaine, sans ton traitement... tss tss. Alors maintenant, tu me donnes ce que tu as dans la main, parce que c'est pour ça, n'est-ce pas, que tu as demandé à ton frère de t'emmener à Tauton
Riley
Sphère Economique
avatar

Messages : 116
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Indéfinis(ables)
Revenir en haut Aller en bas
Sam 19 Nov 2016 - 23:13

ÉLIAS


ABYGAEL KIM NATACHA


FRANC0IS



    La meute de la Rose ne disposa pas d'assez de temps pour trouver une solution miracle au(x) probléme(s) révélé(s) par Natacha. Mais, plusieurs pistes étaient proposées et ils allaient certainement se mettre au travail. Cependant, le temps n'était pas le seul adversaire contre lequel les louveteaux de Sveda devraient faire face aujourd’hui. L'ennemi qui se présenta à la porte de Dawn était lui tout à fait concret.




    Pietro Kassianov


    Le Russe était tout à fait conscient qu'il était désaventagé d'un point de vue purement physique. Mais Pietro n'était de toute façon ni un militaire, ni un guerrier. Il en comptait pas sur ses muscles mais sur sa ruse. Pour ça tout ce dont il avait besoin c'était une langue. Aussi, et cela malgré la menace d'Aurore, il alla à la rencontre de sa fille chérie pendant que la fratrie commençait à s'écharper.

    … Je l'avais dis. Oui ou non ?

    Bien entendu Abygaël en supportait pas ce qui était en train de se passer. Elle fulminait. Pour autant chacun était conscient qu'ici les enfants de Tohum avait de quoi l'emporter. Il n'y aurait pas de combat. A moins que le Monnayeur de temps veuille y laisser sa peau. Mais, vous comme moi savons, que ce n'était pas lui qui allait finir dans les bras de la Faucheuse.

    Il y a une explication. Voyons ! Tu connais Pietro aussi bien que moi. Il est en train de nous manipuler. Je en te crois pas Pietro. Le Viking avait vraiment l'air furieux. Sans doute parce qu'il avait lui-même sentit que quelque chose n'allait pas avec Ava pendant ce voyage.

    Dis à ceux qui restent de partir. Maintenant. Lui ordonna le Chinois en retenant sa sœur prés de lui.

    Kim ne s’intéressait pas aux trafics de données de sa mère et de ses ex. Il avait déjà donné dans le domaine. La seule chose qu'il avait en tête c'était la sécurité des membres de sa famille, aussi bizarre soit-elle. Il baissa alors les yeux sur la main de Riley et remarqua le sang. Lentement et avec délicatesse il l'obligea à desserrer ses doigts. Il vit la clé.

    Ava, arrêtes tu te fais du mal. Wang fils attrapa l'objet pour en décharger la jeune femme.

    François, Valentine et Natacha s'étaient regroupés à proximité de leur plus jeune tante. Ils étaient apparemment prêts à en découdre s'il le fallait. Nabov et n'avait aucune compétence en affrontement au corps à corps, mais ça en l'arrêterait pas. Aby s'avança avec autorité près de son fils dont elle connaissait les tendances de justicier.

    Toi je t'interdit de jouer les héros. Compris ! Il dégageait d'ailleurs son bras de l'emprise de Tannit.

    Pas question que je laisse tante Ava aux mains de ce fou...

    Le rire de Pietro, que ces chamailleries amusait beaucoup, brisa le début de dispute d'un coup sec. Kim et lui n'était maintenant plus qu'à un mètre l'un de l'autre. Il émanait d'eux une rivalité purement masculine. Kassianov avait du mal à supporter les privileges accordés au Samouraï. Il n'aurait surement pas été contre une petite vengeance sur le fils.

    Je n'y peux rien. Votre mère n'a pas respecté sa part du marché. Elle devait rester neutre. Je veux seulement la clé.

    Va au diable...

    Oh non ... vous d'abord. L'une des mains de Pietro surgit pour se plaquer contre la poitrine du jeune immortel. En une poignée de secondes il absorbait l'équivalant de plusieurs mois du capital vie du “gamin”. Veux-tu vraiment découvrir si tu es immortel Kim ?

    Elias bondit comme un tigre et percuta le Russe de plein fouet pour rompre le contact physique. Les deux immortels furent séparés. Kim s'appuya un peu sur sa sœur le temps que la sensation de vertige se dissipe. Pendant ce temps là le Viking avait plaqué le scientifique sur le sol. A califourchon au-dessus de lui il le martelait de coups de poing au visage. Il transpirait la haine et la rage. On avait du mal à le reconnaître. Pietro avait beau lui tenir le bras et aspirer son temps de vie El semblait incapable de s'arrêter.

    J'aurai du te tuer la première fois que t'as lever la main sur elle. Connard. Je vais te pulvériser.

    EL ! STOP ! ARRETE ! Sarah fait quelque chose je t'en prie, ils vont se tuer!! Abygaël s'approchait déjà pour tenter de retenir le poing vengeur de son frère.
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 880
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Ven 2 Déc 2016 - 16:07


SAHAR


La situation avait pris un tournant imprévu et dangereux, avec l’arrivée de Pietro. Sahar avait vu bien d’autres individus de son genre pour se montrer intimidée ou désarçonnée par son sourire mauvais. La seule différence, c’était que cet homme était le père de l’une des leurs. Mais s’il se permettait de la menacer ou de la manipuler, alors la musicienne estimait ne rien devoir lui céder. Tout comme lui, d’ailleurs. Malgré les avertissements de la propriétaire des lieux, il ne bougea pas d’un pouce. L’expression de la jeune femme se durcit encore un peu plus devant son refus et ses menaces, et son regard plein de défiance fixa l’intrus, comme pour le mettre au défi de la tester.

Aby s’enflammait à nouveau, et Elias tentait de la calmer, tandis que Kim protégeait toujours Ava, cette dernière semblant paralysé par la présence de son père. Et cela, plus que la raison pour laquelle le Russe se trouvait ici, inquiétait davantage Sahar. Elle esquissa un pas pour rejoindre Kim et se mettre entre Riley et Pietro, refusant que ce dernier approche davantage. Le reste de la fratrie fit de même, même si les tensions subsistaient, au grand amusement du Russe.

Ensuite, tout se passa extrêmement rapidement. Pietro commença à aspirer le temps de vie de Kim, et avant que Sahar puisse réagir, Elias était sur lui, le jetant à terre pour le maîtriser et l’asséner de coups. Et ce, même si le Russe lui aspirait du temps. Et il ne fallut pas attendre la demande d’Aby pour que l’aînée intervienne.

"Elias et Pietro, arrêtez-vous, TOUT DE SUITE ! Ne bougez plus et taisez-vous, TOUS !" hurla-t-elle en sortant pour la première fois de ses gonds, sans même un état d’âme pour la manipulation qu’elle leur faisait subir. Le silence retomba dans la pièce. Alors qu’ils furent obligés de se stopper sous ses ordres, elle ajouta, sur un ton glacial et autoritaire : "Tous les hommes qui accompagnent Pietro, partez loin d’ici, maintenant."

Elle s’approcha ensuite d’Elias et de Pietro, dévisageant ce dernier avec une colère froide et terrifiante.

"Pietro, sors de chez moi et ne reviens jamais. Laisse Riley tranquille et ne t’approche plus de ma famille. Va-t’en !"

La durée des injonctions de Sahar ne lui permettait pas de faire durer de tel ordre indéfiniment. Cependant, c’était assez pour que la personne obéisse au moins quelques jours. Ceci étant fait, elle fixa sa famille quelques instants, avant de soupirer. Peu à peu, la colère s’en alla, et elle retrouva une expression plus calme, quoique toujours concernée.

"Désolée de m’être emportée, vous pouvez tous bouger et parler à nouveau." Elle se laissa tomber sur le canapé, calant sa tête contre sa paume pour se calmer un peu plus. Inspirant profondément, elle ajouta, en particulier en direction d’Elias, de Kim et de François. "Aby a raison, ce n’est pas le moment de jouer les héros. Nous devons rester ensemble et nous concerter avant d’agir pour ne pas inquiéter les autres. Et aussi…" Elle fixa cette fois-ci Abygaël, toujours aussi sévère, mais sans jugement. "Aby, ça ne sert à rien de t’acharner sur Riley. Si tu étais dans sa situation, nous ferions pareille pour toi. Nous sommes une famille, nous devons nous soutenir, pas nous tirer dans les pattes."

Ayant retrouvé des forces, elle se releva et s’approcha de sa jeune sœur aux cheveux clairs, et posa une main douce et réconfortante sur sa tête. Son air se fit plus calme et rassurant.

"Riley, cet homme n’a pas le droit d’agir ainsi avec toi. Même si c’est ton père, tu n’as pas à lui obéir. Et s’il te menace, nous trouverons des solutions, ensemble." Elle se baissa légèrement pour être à la hauteur de son visage, et sortit un mouchoir de sa poche pour éponger le sang sur ses mains. "Si tu nous racontais ce qu’il s’est passé ? Promis, personne ici ne te jugera. Nous faisons tous des erreurs, et il n’est jamais trop tard pour le reconnaître et demander de l’aide."

Elle passa une main pour caresser avec douceur la joue de sa jeune sœur. Une légère chaleur s’échappa de ses doigts pour aller directement vers Riley, pour l’apaiser quelque peu. Les pouvoirs de régénérations de Sahar marchaient mieux lorsque la personne était endormie, mais elle pouvait déjà prodiguer un peu de calme intérieur à sa sœur après ces événements. Et pour la suite, elle n’excluait pas d’en faire davantage pour elle, et le lui proposa justement

"Et tu auras besoin de te reposer, surtout. Je peux t’aider pour ça aussi, si tu le souhaite."

Elle esquissa un léger sourire. La proposition valait d’ailleurs pour toutes les personnes présentes, et Dieu sait combien certains en avaient besoin après ce qu’il venait de se passer.
Wairua
Sphère Savoir
avatar
Messages : 139
Etat Civil : Veuf
Pouvoirs : Réincarnation, illusions, prédictions
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 12 Jan 2017 - 16:27
Deux grosses larmes coulaient sur ses joues de porcelaine. Avec toute la douceur du monde, son aîné était venu prendre sa main dans la sienne et l'avait obligé à ouvrir ses doigts profondément ancrés dans sa chair. En prenant son fardeau, elle aurait dû se sentir plus légère, mais le poids de la culpabilité était plus lourd que celui de ses responsabilités.
Son cœur battait à tout rompre dans sa poitrine. Elle reculait d'un pas à chaque nouvelle avancée de son géniteur. La peur de ne pouvoir lui échapper était irrationnelle. Kim, puis Aurore, étaient venus faire rempart de leur corps pour la protéger de la folie de son père. Tout irait bien.

Mais Pietro n'avait pas la moindre intention de renoncer, aussi, d'un geste preste il avait posé sa main sur le torse de son aîné et usait de son effroyable de don et Riley avait laissé s'échapper un cri d'horreur. Elle s’apprêtait à intervenir pour l'empêcher de faire plus de mal. Elle était prête à tout pour l'empêcher de s'en prendre à sa famille.
Mais Elias s'était montré plus preste. Et plus violent. Il avait plaqué le russe au sol. Riley n'eut le temps d'intervenir, de leur intimer d'arrêter, elle se précipita sur son autre frère qui vacillait. Le soutenant comme elle le pouvait, l'aida à s'installer dans le canapé le plus proche. Kim était pâle et sa rencontre avec le pouvoir de Pietro n'avait pas dû être des plus agréables. Elle s'effondra à son tour sur le sofa à ses côtés.
Elle s’apprêtait à le prendre dans ses bras en lui demandant pardon, mais la voix de la plus âgée d'entre eux résonna avec cet accent impératif.
Une sensation des plus étrange s'empara de chacune des cellules de son corps. Elle n'avait pas spécialement « envie » de faire ce que leur demandait Aurore à travers son ordre inflexible, seulement en avait « besoin ». Comme si elle ne pouvait pas faire autrement,physiologiquement. Elle « devait » s'exécuter. Aussi, elle ne bougeait d'un cil, ses mots étaient restés bloqués dans sa gorge. La sensation était particulièrement désagréable. Elle n'avait jamais eu l'occasion d'expérimenté le don puissant de Sahar. Elle s'en serait passé.

Au moins, son pouvoir s'était révélé des plus efficaces et le calme était retombé sur l'appartement de leur grande sœur. Pietro était parti sans se retourné, ainsi que les hommes de Wang.
Bientôt, tout le monde retrouva ses esprits et sa volonté propre. Riley eut l'impression de sortir d'un rêve ou d'une apnée, elle respira à plein poumon en regardant autour d'elle, un peu hébétée. Elle retenait ses larmes, de soulagement mais aussi de honte.
Même si Pietro n'avait pas récupéré ce qu'il était venu chercher, il avait obtenu exactement ce qu'il voulait. Il avait révélé à ses frères et sœurs leur lien. Et si certains semblaient aptes à lui pardonner, ce n'était pas le cas de tous.
Inconsciemment, Riley avait glissé sa main dans celle de son frère. Elle avait du mal à se concentrer sur les paroles d'Aurore. Elle repensait en boucle à ce qui venait de se passer, à ce qu'elle avait fait, à la façon catastrophique dont ça aurait pu se finir... Elle revoyait Pietro faisait fasse à Kim alors qu'il aspirait son énergie vitale et Elias frappant son père à répétition. Elle se tira de ses pensées comme d'un rêve glacé lorsque Sahar vint se placer près d'elle.
La fille de l'hiver se laissa faire. Elle avait baissé le yeux, incapable pour le moment de faire face à la fratrie réunie. Sahar prenait soin d'elle avec délicatesse et l'invita avec autant de douceur à leur parler. De la même façon qu'elle s'était sentie incapable de bouger et de parler, elle se sentait maintenant apaisée, une simple caresse la ramenait maintenant dans le présent, lui faisant oublier ce qui venait de se passer.

Sa voix était à peine plus élevée qu'un murmure :

-Je ne sais pas comment il m'a retrouvé, je n'était pas censée le voir avant demain...

Au moins avouait-elle qu'elle avait un contact avec le Russe. Elle n'en était pas fière mais l'heure n'était plus aux mensonges.

-Je devais lui donner la clé qu'il m'a demandé de récupérer. Je ne pensais pas qu'il viendrait la chercher ici. Mais j'imagine que c'était, pour lui, l'occasion idéale...

Elle sentait le regard de ses frères, sœurs, neveux et nièces se poser sur elle. Elle aurait voulu prendre ses jambes à son cou, fuir encore une fois pour ne pas avoir à les affronter, à affronter son passé.

-Il y a presque deux ans maintenant, Pietro m'a retrouvé. Il m'a aidé à sortir de la situation dans laquelle j'étais et pendant une année entière, je suis restée dans une institution pour laquelle il payait les frais. Sa voix était légèrement éraillée.

-Lorsque je suis sortie, il m'a parlé de ses travaux et de la façon dont maman l'avait manipuler pour les lui voler. Il m'a dit que je pouvais l'aider. Et je lui étais redevable de ce qu'il avait fait pour moi, alors je ne voyais pas comment lui dire non. Alors j'ai fait mon retour et je suis rentrée à la maison. La disparition de maman a accéléré les choses...

Riley avait fixé son regard sur le sol pour éviter les désapprobations.

-Rapidement, je me suis rendue compte qu'il n'avait pas l'intention de me donner le choix. Il n'arrêtait de me rappeler qu'il pouvait vous révéler mon secret à tout instant. Aussi, il m'avait promis qu'une fois qu'il aurait récupéré ce qu'il voulait, il nous laisserait définitivement tranquille.

Elle était exténuée.
Riley
Sphère Economique
avatar

Messages : 116
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Indéfinis(ables)
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: Westside :: Autres lieux-