[CLOS] Un amateur d'art et un peintre se retrouvent dans une pièce... - Iron Will

 :: Édimbourg :: Old Town :: National Museum of Scotland Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 26 Juin 2016 - 23:56
***** Premier Post *****


La ville d’Édimbourg organisait une grande exposition temporaire au Musée de la ville sur les artistes contemporains et Zephyr faisait partie des heureux élus qui avaient été choisi pour montrer leurs œuvres. Ses peintures n'étaient généralement exposées que dans de petites galeries et il ne participait jamais aux vernissages, lui qui préférait éviter la foule. Personne ne connaissait réellement l'artiste, mais la rumeur avait bientôt couru que c'était un jeune homme autiste qui colorait de manière délicate et subtile ces simples toiles vierges auxquelles il donnait une vie saisissante. N'importe qui d'autre aurait été honoré de figurer parmi une liste d'éminents acteurs de la sphère artistique, mais pour l'employé de l'animalerie, cela n'était qu'une occasion comme une autre d'exhiber son travail. Il n'en retirait pas de satisfaction particulière de les voir ainsi accrochées à des murs blancs sous un éclairage adapté. Son contentement venait du fait qu'il avait pu, grâce à ses tableaux, extérioriser ses sentiments et ainsi faire le point dans les tourments qui l'habitaient. Il n'était pas simple de vivre dans un monde qui ne vous ressemblait pas et qui semblait parfois vous agresser sans raisons. Leon avait beau être un homme adulte bien bâti et qui ne connaissait pas la douleur, il réagissait parfois avec fragilité et innocence, comme un enfant que l'on aurait jeté dans une fosse aux lions. Malgré tout, il n'avait pas hésité lorsqu'un employé du musée l'avait contacté quelques mois plus tôt pour lui parler du projet d'exposition. Il avait dit oui, demandé quelles peintures ils souhaitaient montrer et les leur avait fourni.

Il y eut toutefois une demande qui le chiffonna quelque peu et qu'il ne fut pas sûr de pouvoir remplir. En effet, les artistes devaient produire une œuvre originale et il lui était difficile de garantir une telle chose étant donné son processus créatif. En règle générale, il se mettait à composer ou à peindre lorsqu'il avait besoin de faire le point et il faut dire que le calme relatif qui régnait dans sa vie à ce moment-là ne lui demandait pas de faire une telle chose. Heureusement pour tout le monde, il avait rejoint l'Organisation XIII et avait pu goûter à nouveau aux exquises sensations de douleur de ses congénères. Bien que ceci lui fit un bien fou, il se retrouvait de plus en plus en manque de sa came si spéciale et c'est tout naturellement qu'il se tourna vers l'art pour se sortir ce besoin des veines, ne fut-ce que pour les quelques heures ou jours de création. Il avait donc peint plusieurs nouveaux tableaux et avait choisi celui qu'il considérait comme le plus réussi, à savoir un magnifique mélange de formes et de couleurs dans les teintes bleutées qui mesurait 1m50 sur 1m50. Rien de très pratique à transporter, mais il aimait apporter ses travaux lui-même et ce fut tout naturellement qu'il amena sa dernière création au musée comme il avait été convenu.

Son contact l'avait prévenu à la dernière minute qu'il ne pourrait être là pour l'accueillir, ce qui ennuya beaucoup Zephyr qui n'aimait pas que des changements soudain viennent bousculer ses plans initiaux. Il devait donc à la place prévenir le gardien de la raison de sa présence afin qu'il lui ouvre la salle promise à l'exposition qui devait être inaugurée quelques jours plus tard. Il n'aurait plus qu'à déposer sa peinture et repartir comme il était venu, en toute discrétion. Il fit donc comme il avait été convenu : il bafouilla son nom au vigile, le suivit dans un dédale de couloirs puis passa la porte et se dirigea vers l'endroit qu'on lui indiquait pour se décharger de son fardeau. Un bruit de porte lui indiqua que l'homme était parti en le laissant se débrouiller, ce qu'un coup d’œil lui confirma. Lorsqu'il fit volte-face, il remarqua qu'il n'était pourtant pas seul dans la pièce. Un jeune homme qui devait avoir à peine quelques années de moins que lui était assis par terre et regardait autour de lui avec attention. Si Leon avait pu définir son expression, il aurait dit qu'il semblait admiratif, mais il y avait parfois certaines subtilités qui lui échappaient encore malgré ses récents progrès. Cette présence était quelque peu incongrue dans cette salle en pleine préparation d'une exposition, mais Zephyr n'était pas là pour poser des questions. Sans une parole envers la personne qu'il avait peut-être dérangé, il alla déposer délicatement son tableau sous ses autres peintures qui pendaient déjà délicatement au mur, lançant au passage un regard intrigué à cet homme au comportement si étrange. Avait-on idée de s'asseoir par terre au milieu d'une pièce ainsi ? Et après c'était lui, le vendeur en animalerie, que l'on qualifiait d'étrange ? Allez donc comprendre comment les gens fonctionnaient ! De plus, à force de le scruter, il sentit que ce visage ne lui était pas inconnu. Mais où avait-il bien pu le voir auparavant ? Mystère...
Zephyr
Sphère Artistique
avatar
Messages : 65
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Dissociation de molécules - Asymbolie à la douleur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 27 Juin 2016 - 1:32


Quand l'autiste rencontre l'haptophobe


Depuis sa dernière agression, Kevin n'était plus du tout dans son assiette. Il était passé à deux doigts de la mort : cela marque un homme. Au premier coup d’œil, il était toujours le même, souriant et gentil. Mais au fonds de lui, il y avait encore une cicatrice non refermée qui attristait son cœur. Par cette agression, il avait revu le visage du mal comme la fois où il avait revécu la violence sur ses parents d'origine. Il ne comprenait pas la haine, c'était pour lui un sentiment inconnu. Et puis, son nouveau père lui cachait des secrets, alors qu'on lui avait inculqué toute sa vie des valeurs de sincérité et honnêteté.

Il avait besoin de se vider la tête. Cette exposition de peinture tombait à pic. A travers l'art, il y trouvait une compagne invisible avec laquelle il pouvait échanger et transmettre des émotions. Depuis qu'il prenait quelque cours de danse, il commençait à effleurer cet étrange voyage mystique que la beauté inspire.

Son regard d'ébène était happé par la peinture. C'est pourquoi, il mit quelque temps à s'apercevoir qu'un jeune homme l'avait rejoint. Kevin l'ignora presque, à part un franc sourire pour le saluer. Il y avait une bonne raison à cela. Il n'avait d'yeux que pour le tableau que le jeune homme venait de poser. C'est avec un ton chaleureux et doux qu'il s'adressa à lui comme s'il parlait dans une église.

- Incroyable ce tableau. J'ai l'impression que c'est le ciel qui épouse la mer. Le bleu est à la fois aérien et océanique, apaisant et passionné. C'est une invitation à faire voyager nos âmes. C'est un vrai chef d'oeuvre.

Comme toujours, Kevin parlait sans retenue, avec la sincérité qui le caractérisait. Il remarqua l'air étonné de l'homme qui devait avoir à peu près son âge. C'est vrai que de voir quelqu'un au sol en train de regarder des tableaux ça pouvait paraître bizarre.


- Pardon, si je peux vous paraître si étrange. Beaucoup regardent les tableaux de haut, mais moi je pense que la modestie et le respect qu'on leur doit c'est de le regarder ici bas. Ce tableau est magnifique. Je ne sais pas qui en est le créateur mais il n'y a qu'une belle âme pour magnifier autant le bleu

Kevin n'imagina pas une seconde que le créateur en question se tenait devant lui. Il pensait que c'était tout simplement un livreur.

- Je suis assistant au musée, ce qui m'accorde quelque passe droit comme celui de pouvoir admirer ces tableaux avec intimité, loin des foules agitées et des lumières saisissantes. Vous pouvez rester un peu, si vous aussi avez envie de regarder ces tableaux, même me rejoindre par terre vous verrez que d'ici bas on y a la meilleure vue !


Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 386
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Mer 13 Juil 2016 - 22:39
Le jeune homme semblait particulièrement intéressé par la peinture de Leon et lui en fit une critique toute personnelle que l'artiste écouta avec un visage poli, mais peu d'intérêt. Que les autres trouvent ses œuvres intéressantes ne lui faisait ni chaud ni froid car il ne les peignait que pour lui. Les seules analyses qu'il écoutait et prenait en considération étaient celles de sa sœur. Parce qu'il avait l'esprit bien plus au clair en sa présence mais surtout parce que son avis lui était précieux et l'aidait à s'améliorer. L'important restait malgré tout de pouvoir exorciser ce qui le rongeait, même si l'esthétisme de ses toiles n'était pas laissé au hasard et qu'il ne les montrait que s'il estimait qu'elles étaient abouties. En cela il ne pouvait contredire son vis-à-vis car en toute modestie, il considérait que ce qu'il venait de déposer contre le mur était un chef-d’œuvre. C'était une peinture qui reflétait avec une exactitude saisissante ce qu'il avait ressenti au moment de sa création. Il avait réussi à mettre en forme avec brio ce qu'il avait pu sortir du chaos qui régnait dans son esprit à ce moment-là et il n'en était pas peu fier. Les différentes teintes de bleu s'entrecroisaient, se mélangeaient et se confondaient dans une danse subtile et envoûtante. Il aurait pu le regarder des heures durant et revivre chaque coup de pinceau un millier de fois qu'il ne s'en lasserait pas. C'était comme une extension de lui, une version améliorée et épurée de ce qu'il était et ressentait.

Ce fut donc avec un certain étonnement qu'il entendit l'homme assis par terre lui parler de « belle âme », car les tourments qui l'agitaient n'avaient rien de beau, bien au contraire, et c'étaient eux qui étaient à l'origine de cette peinture. Zephyr se considérait certes comme une bonne personne, mais il ne s'était jamais réellement posé la question en ce qui concernait son âme. D'ailleurs le concept même lui passait quelque peu au-dessus. Une âme était-elle liée à tout son être, à ses pensées, à sa manière de vivre, à ses actions ? Dans ce cas, pouvait-il envisager que cet étranger ait raison ? Cette réflexion méritait certainement un approfondissement, en l'occurrence impossible pour le moment. Pas que l'artiste ait pu se gêner de se perdre dans ses pensées en pleine conversation, mais celui qui avait soulevé cette intéressante question continuait à parler, ce qui le déconcentrait passablement. Leon se résolu donc à l'écouter et à lui répondre de manière concise.


- C'est m-m-moi qu-qui l-l'ait p-p-pei-eint.

Il n'était pas question de se faire mousser avec cette réponse mais simplement de donner une information que l'assistant semblait vouloir apprendre. Comme l'avis des autres sur ses peintures ne le touchait pas, il ne retirait aucune gloire par ce geste. D'ailleurs il n'avait pas attendu une quelconque réaction avant de se détourner et de regarder un peu plus en détails autour de lui comme il avait été invité à le faire. D'un pas silencieux et souple, sans un bruit dans cette salle immense, il parcouru les diverses toiles d'un regard appréciateur, se détournant de celles qui ne le touchaient pas ou qu'il trouvait laides pour se réfugier dans celles qui attrapaient son regard. Ses grands yeux azur allaient et venaient au rythme de ses enjambées qui le ramenèrent bientôt à son point de départ. Il n'avait pas prononcé le moindre mot et resta silencieux lorsqu'il s'assit à côté du jeune homme. Maintenant qu'il avait regardé les peintures comme il pouvait le faire d'habitude, pourquoi ne pas essayer cette manière quelque peu étrange de faire ?

Les genoux relevés sous le menton, les bras entourant ses jambes et les mains s'accrochant à ses épaules, il fixa le tableau accroché devant lui et se détendit. Cette position fermée était celle qu'il adoptait lorsqu'il entrait dans sa bulle, mais à cet instant c'était plus par confort qu'il l'avait adopté. Son esprit cependant était tellement habitué à l'associer à un sentiment de sécurité qu'inconsciemment ses muscles s'étaient relâchés et qu'il avait légèrement baissé sa garde. Il était de bonne humeur aujourd'hui et cet étranger avait raison, on avait une perspective intéressante dès que l'on regardait une peinture depuis le sol. Zephyr tourna son visage vers l'assistant et lui fit un grand sourire avant de se tourner petit à petit vers les autres toiles qui l'entouraient, ses fesses toujours vissées sur le beau parquet qui n'avait jamais été lustré de cette manière !
Zephyr
Sphère Artistique
avatar
Messages : 65
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Dissociation de molécules - Asymbolie à la douleur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 16 Juil 2016 - 16:42


Quand l'autiste rencontre l'haptophobe


L'artiste peintre n'était décidément pas très bavard. Mais cela ne gênait en rien Kevin qui lui aussi était assez décontracté dans cette pièce. Lorsque l'artiste bégaya pour révéler que c'était lui l'auteur du tableau bleu, Kevin ne marqua aucun signe de moquerie, tout au contraire. Son visage exprimait un "whaou", trop content d'être en présence l'auteur de l'oeuvre qu'il trouvait exceptionnelle.

Il élargit son sourire lorsqu'il vit le jeune homme fait la toupie sur ses fesses. Ce sourire n'était pas un signe de moquerie mais plutôt un signe de sa bonne humeur de trouver quelqu'un qui partage son côté "étrange". Il l'imita également car c'est vrai que cette façon de faire était des plus pratiques.

- Je suis content de trouver quelqu'un qui partage pour une fois mon point de vue. Par contre ce tableau je le déteste...

Il le montra du doigt. Ce tableau était en effet très étrange avec des formes d'ombres menaçantes et des éclats de sang écarlate.

-Il est sinistre et agressif...

Kevin se leva ensuite, avec un sourire toujours aux anges aux lèvres. Il invita également son comparse à se lever.

- Je m'appelle Kevin Scoltly. Ne soyez pas vexé que je ne te salue pas en te serrant la main. Je suis haptophobe. C'est une phobie qui consiste à redouter le toucher des autres. Mon nom te dit peut être quelque chose...J'ai malheureusement fait la une des journaux suite à l'agression dont j'ai été victime...Je m'en suis vite remis, fort heureusement. On vite dans un drôle de monde, je trouve...

Le visage du jeune homme se durcit pour la première fois car il repensa machinalement aux derniers événements. Physiquement, il n'avait plus de séquelles. Par contre, mentalement, il était secoué. Il en faisait même des cauchemars, revivant la scène même en la revisitant avec une mort horrible de Mylénia et de Verstand, et parfois ceux ci prenaient le visage de ses parents d'origine. Pourquoi avait il fallu qu'il en reparle à ce jeune homme ?

- Normalement, le musée devrait fermer et les visiteurs sont interdits...Moi je peux rester et je devrais pouvoir convaincre les gardiens que tu puisses rester avec moi. Tu n'as pas une tête d'Arsène Lupin...Alors ça te dit d'avoir une visite guidée du musée ? C'est en échange de m'avoir laissé admirer ton tableau. Bon le musée est immense, on ne pourra pas tout voir. Tu as envie de visiter quelle période historique ?



Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 386
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Ven 29 Juil 2016 - 15:40
Zephyr balayait du regard les différentes peintures élégamment éclairées par des spots à la lumière douce. La nouvelle perspective qu'offrait sa position assise sur le sol lui permettait d'entre-voir des détails qu'ils n'avaient pas remarqué. Il trouvait à présent de la beauté dans certaines toiles qu'il n'avait pas aimé et confirmait son avis sur d'autres, qu'il soit positif ou négatif. Lorsque son interlocuteur lui pointa du doigt un tableau en particulier, il ne put qu'être en désaccord avec son ressenti. Certes les couleurs et les coups de pinceaux lui donnaient un côté dur et inquiétant, mais cela n'était pas pour déplaire à l'artiste. Au contraire, il se retrouvait dans cette composition, c'était lui dans ses moments les plus sombres, les plus sanguinaires. Lorsqu'il partait en mission et que rien ne pouvait l'arrêter. Il aurait pu peindre cette toile s'il avait eu l'opportunité de le faire dans de tels moments, ce qui n'était franchement pas sa priorité. Il préférait de loin accomplir sa tâche et se procurer au passage sa dose de douleur si délectable.

Il aurait volontiers passé plus de temps à contempler cette peinture, mais l'homme assis à ses côtés se leva et l'invita à en faire de même. Leon pensait qu'il s'agissait là d'une invitation à s'en aller et c'est à contre-coeur qu'il s'exécuta. Cependant il avait mal interprété ce geste qui s'avéra être une présentation en bonne et due forme. Le visage de l'artiste s'éclaira lorsqu'enfin il comprit où il avait déjà vu Kevin. Bien sûr, l'agression dont avait parlé tous le journaux ! Il n'était certes pas du genre à se tenir au courant de l''actualité, mais ce fait divers avait été relaté en de nombreuses occasions. Il n'y avait pas prêté particulièrement attention et ne se souvenait pas des détails, mais la photo de son vis-à-vis avait tellement circulé qu'il le reconnaissait à présent. Certains auraient été surpris par cette drôle d'entrée en matière, mais Zephyr n'y voyait qu'une information utile dont lui avait fait par son interlocuteur, tout comme lui-même l'avait fait quelques minutes plus tôt en lui révélant qu'il était l'auteur de la peinture bleue. Quand au fait qu'il ne lui serre pas la main, ce n'était pas lui qui allait lui jeter la pierre ! Il n'aimait que très peu les contacts physiques lui-même, surtout avec les étrangers. Seuls ses proches pouvaient espérer une étreinte.

Il ne comprit pas pourquoi le visage de Kevin s'était assombri de la sorte et décida de ne pas poser de questions mais plutôt de lui répondre le plus cordialement possible. Il aimait bien ce type qui paraissait sympathique et n'était pas trop intrusif. Il lui fit un geste de la main pour lui dire bonjour et se présenta à son tour.


- L-Leon G-G-Godwinn.

Il écouta ensuite attentivement Kevin lui proposer de rester avec lui et faire un tour du musée. Il n'avait aucune idée de qui était cet Arsène Lupin. Apparemment une personne indésirable dans ce genre de lieux. Pourquoi ? Il n'en avait aucune idée. Il se demandait ce qu'il' avait bien pu faire pour se retrouver dans cette situation. Ce serait une question à poser à l'occasion, mais il sentait que ce n'était pas le bon moment. Il réfléchit plutôt à ce qu'il aimerait voir et c'est sans aucune hésitation qu'il répondit, un large sourire lui barrant le visage.

- L-l'im-p-p-ressioni-isme.

Il adorait ce courant artistique aux coups de pinceaux et aux couleurs doux. Il admirait particulièrement Monet, Renoir et Sisley et espérait que le musée ait en sa possession quelques-unes de leurs œuvres, ou tout du moins des reproductions. Zephyr ne savait pas vraiment ce qui avait pu être sauvé à la création des Arches, il ne s'était honnêtement jamais intéressé à la question. Maintenant qu'il y pensait, il y avait certaines toiles qu'il aurait trouvé dommage de ne pas pouvoir admirer en vrai, mais si le musée disposait d'une collection sur ce courant, même réduite, il serait déjà heureux de pouvoir s'y perdre quelques instants. Il n'attendait plus qu'un signe et il suivrait Kevin dans les méandres des couloirs dépeuplés à cette heure-ci.
Zephyr
Sphère Artistique
avatar
Messages : 65
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Dissociation de molécules - Asymbolie à la douleur


Revenir en haut Aller en bas
Mar 2 Aoû 2016 - 11:43


Quand l'autiste rencontre l'haptophobe


Kevin resta de marbre face aux bégaiements du peintre alors que d'autres auraient été moqueurs ou impatients.

- Enchanté Léon...Ce n'est pas commun comme prénom qu'on trouve plutôt en France ou en Italie. Il provient du mot latin Leo, qui veut dire Lion. Il y eut un pape célèbre Léon I....

Kevin s'arrêta net, levant les yeux au ciel. Il prit conscience qu'il était une vraie encyclopédie parlante.

- Je présente mes excuses. Je peux m'avérer être un vrai moulin à paroles lorsqu'il s'agit d'histoires. Ce n'est pas souvent que j'ai l'opportunité de croiser quelqu'un comme toi de notre âge, curieux et patient.


Lorsqu'il entendit le choix du jeune homme sur ce qu'il avait envie de voir, Kevin montra quelques signes de surprise. Ce n'était pas vraiment à ce quoi il s'attendait. Il pensait plus à des œuvres plus historiques qu'artistiques, quoique les deux soient parfois associés.

L'impressionnisme...Kevin ne s'attendait pas en effet à cette réponse. Voilà qui était un défi intéressant. Il se frotta le menton puis au bout de quelques secondes, il fit un clin d'oeil au jeune artiste et l'invita à le suivre. Avant, il prévint par téléphone les gardiens qu'il resterait une petite heure avec un visiteur. Zephyr put entendre que cette visite n'était pas acquise car les gardiens n'aimaient guère les imprévus et les inconnus. Kevin dut âprement négocier. C'était là une grande faveur que lui faisait le jeune homme.

- Bon il n' y a pas de Monet, Renoir ou du Pissaro au Muséum mais j'ai mieux à te faire voir. Connais tu Jean-Baptiste Camille Corot ? Certains disent que c'est le premier Impressionniste alors que d'autres le dernier Néoclassique...

Tout en lui parlant, Kevin l'emmena dans les dédales du musée. Il était comme chez lui, dans sa deuxième maison. L'endroit avait de quoi éblouir les yeux de ceux qui aiment l'histoire et l'art. Toutes les époques de l'histoire y étaient représentées au grand Pharaon à aujourd'hui.

Ils entrèrent dans une grande pièce dédiée au 19 ième siècle. Ils y avaient des grandes machines à vapeur, relatant la révolution industrielle, des armes et costumes de guerre des batailles de Napoléon, des cartographies relatant les premières conquêtes coloniales, des grands écrits sous verre de grand auteur tels que Victor Hugo ou Charles Dickens, et encore bien d'autres objets témoignant cette période de l'histoire. Et puis, au mur, de façon intimiste, sous verre, une peinture saisissante de réalité y est posée. Elle représente une fermière assise aux abords des bois.

Kevin s'assit au sol pour l'examiner, libre à Zephyr de faire comme lui.

- Je trouve cette peinture plus réaliste qu'une photo...C'est incroyable comment le peintre a réussi à capter la lumière du jour. Il rend l'ordinaire, beau.




Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 386
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 11 Aoû 2016 - 2:04
Le jeune homme paraissait détenir à la fois une capacité de divagation et de concentration élevées et égales. Son discours sur l'origine de ce prénom n'avait pas réellement intéressé le principal concerné mais Kevin semblait être un passionné et si Leon avait pu aisément faire des parallèles, il aurait sûrement comparé cet enthousiasme avec celui qui le prenait parfois lorsqu'il composait ou peignait. La seule différence étant que ses divagations à lui se transposaient en notes et couleurs et non pas en mots. Hormis ce détail, on pouvait très certainement se dire qu'une fois lancé, chacun dans son domaine, ils ne s'arrêtaient pas tant qu'ils pouvaient continuer. C'est peut-être cela que l'artiste ressenti plus qu'il ne le comprit et qui fit qu'il trouva définitivement son interlocuteur sympathique. S'il s'était posé quelques questions à ce sujet, il aurait remarqué qu'ils semblaient posséder certains points en commun et qu'il était rare que cela arrive quand on était aussi spécial que lui. De plus l'historien posait un regarde neuf et sans jugement sur lui, ce qui était appréciable. Car même si Zephyr ne faisait que peu de cas de l'avis des autres à son sujet, instinctivement, il se braquait moins quand s'il sentait que son vis-à-vis était ouvert d'esprit.

Cependant, même en étant ouvert il était difficile de se mettre dans sa peau, encore plus de comprendre les dédales qu'empruntait son esprit. Ces derniers l'amenèrent donc à penser qu'en parlant de courant historique, Kevin se référait bien évidemment à la peinture et non à toute la société qui l'entourait. La surprise qu'il lut sur les traits du jeune homme lui firent comprendre sa méprise et il rougit imperceptiblement. C'était là l'une des rares occasions où, détendu et se sentant en confiance, il avait été capable de réaliser une de ces bourdes. Il n'eut cependant pas le temps de réctifier le tir ni même d'être déçu étant donné que, loin de se laisser déstabiliser, son guide personnel avait pris la balle au bond et prévénait déjà qu'ils allaient rester un peu dans le musée, à l'apparente grande joie des gardiens. Leon ne voyait pas où pouvait bien résider le problème à le laisser rester ici après la fermeture, d'autant plus qu'il venait de déposer l'une de ses oeuvres qui allait à présent dormir entre ces murs pendant quelques mois. Mais apparemment, cela n'était pas du goût de tout le monde et après une négociation serrée, il leur fut finalement donné l'autorisation de se promener dans les couloirs.

Lorsqu'ils traversèrent ces derniers, Zephyr posa son regard de tous côtés, émerveillé par ce sur quoi ses yeux tombaient. L'authentisme qui se dégageaient des collections qui l'entourait était si saisissant, la laideur et la beauté si véritables qu'il tournait frénétiquement la tête afin de capter et de s'imprégner de ce qu'il pouvait. Leur marche ne fut pas longue et elle apparue beaucoup trop rapide pour l'artiste qui aurait volontiers déambulé au hasard de ses envies. Cependant ils avaient atteint leur destination et le tableau qu'avait mentionné Kevin se trouvait au fond d'une salle impressionnante et riche en objets divers. Leon n'avait pas prononcé un mot depuis qu'ils avaient quitté la salle de leur rencontre, trop absorbé par les richesses du Musée. A présent, il suivait son guide en silence et, tandis que ce dernier s'asseyait, il resta debout, en retrait, et examina le tableau avec beaucoup d'intérêt. Finalement, au bout de longues minutes, il s'approcha, rejoignit l'historien par terre et prit la parole de sa voix douce et bégayante.


- J-je c-c-conn-connais C-cor-rot. C-c'est un m-magn-gn-gnifique t-tab-b-bleau. M-merci d-d-de m-me l'av-voir mon-ontré.

Un large sourire se dessina sur son visage et après avoir repris sa position de bulle, il se perdit complètement dans la contemplation de l'oeuvre fixée au mur. Kevin avait raison, le peintre avait rendu d'une beauté saisissante une scène des plus ordinaires. On avait le sentiment en regardant cette toile de jeter un oeil par la fenêtre d'une maison de campagne et d'assister à la scène telle qu'elle avait été figée par les coups de pinceaux. C'était une chance incroyable pour Leon de se retrouver devant un tableau tel que celui-ci et il avait le sentiment d'apprendre à chaque fois que ses yeux se posaient sur un détail qu'il n'avait pas encore remarqué jusque-là. Il n'avait jamais pris de leçons de peinture, et malgré le fait qu'il possédait un certain talent inné, son sens de l'observation lui avait permis de s'améliorer, d'apprendre des techniques jusqu'à ce qu'il puisse ensuite jouer avec elles, les déformer et au final s'en affranchir et trouver sa propre manière de s'exprimer. Il était autant en pleine contemplation qu'en plein cours donné par un professeur de talent et l'on aurait pu entendre une mouche voler dans cette immense salle.
Zephyr
Sphère Artistique
avatar
Messages : 65
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Dissociation de molécules - Asymbolie à la douleur


Revenir en haut Aller en bas
Dim 21 Aoû 2016 - 13:39


Quand l'autiste rencontre l'haptophobe


Ce tableau était un chef d'oeuvre. Kevin n'avait pas le regard expert du jeune peintre qui semblait comme hypnotisé devant la peinture. Kevin aurait bien aimé qu'il donne son opinion mais il préféra garder le silence pour conserver cet esprit de communion et presque religieux entre l'artiste peintre et la découverte de ce tableau.

Le silence s'imposa un moment avant qu'un nouveau garde fit son apparition. Kevin mit son doigt à sa bouche pour lui faire signer de ne pas déranger le peintre. Le garde avait l'air irrité et impatient, montrant sa montre. Le jeune homme vint à sa rencontre et échangea quelques mots avec lui en chuchotant. Il soupira fortement, signe qu'il n'avait plus trop le choix. Un grand sourire illumina son visage, pour remercier tout de même le garde car il appréciait les concessions que celui-ci lui avait faîte en accordant quelques temps dans cette salle sensée être fermée à cette heure. Il y avait des objets précieux. Le musé ne plaisantait pas avec la sécurité d'autant avec la présence d'un visiteur étranger.

Kevin revint à la hauteur du peintre, sans gestes brusques, un peu comme un parent qui va réveiller ses enfants avec douceur

- Léon, j'espère que mon choix a été judicieux en te montrant ce tableau. Je suis désolé d'interrompre ton observation mais le garde ne peut plus m'accorder de répit pour la sécurisation des lieux. Il faut qu'on quitte les lieux.

Kevin se frotta le menton, observant le peintre. Il avait une idée qu'il n'aurait jamais envisagée avant. A cause de sa phobie, il s'était longtemps isolé du monde. N'ayant pas connu l'école, il n'avait pas d'ami de son âge. Depuis peu grâce aux effets positifs du Potentiel Home, il prenait confiance en lui même s'il y avait parfois des hauts et des bas. Les cours de danse qu'il prenait avec Nikiya l'aidaient également beaucoup, en lui procurant une certaine force positive. Alors pourquoi ne pourrait il pas se faire des amis ? Léon lui semblait quelqu'un intéressant et il comprendrait sans mal l'originalité de Kevin.

- Ca te dit d'aller manger quelque chose ? J'ai un gratin de macaroni au jambon tout prêt. Je fais toujours de grosses portions. A mon avis, tu en auras mangé d'aussi bon. Je l'ai préparé moi même selon une recette familiale ancestrale. Les pâtes se sont des vraies, fait maison, pas celle chimique qu'on trouve en commerce. Il y aura de quoi manger pour trois. Mon père a de toute façon un appétit d'oiseau. S'il est de bonne humeur, tu auras peut être le droit à une de ses histoires chevaleresques. On peut y aller à pied, en une demi heure on y sera ou prendre un taxi, comme tu veux.





Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 386
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 29 Sep 2016 - 21:01
Une réelle harmonie semblait entourer Leon qui se perdait dans la contemplation du tableau. Le monde autour de lui n'existait plus, il était comme hypnotisé et ne remarqua même pas l'arrivée du gardien, ni que son compagnon s'était levé pour aller le rejoindre. Il se sentait bien dans ce silence, imperceptiblement brisé par les murmures derrière lui. Il s'était réfugié si profondément dans sa bulle pour que le léger bourdonnement qui lui parvenait aux oreilles ne le dérange pas. Il était inspiré, cela ne faisait aucun doute. Il entre-voyait déjà ce à quoi pourrait ressembler sa prochaine peinture et sans s'en rendre compte, sa main s'était élevée dans les airs et mettait des coups de pinceau invisible à une toile que seul lui pouvait voir. Il ferma les yeux et se concentra pour s'imprégner de ce moment. Il en aurait besoin plus tard afin de retrouver les sensations qu'il vivait à cet instant. Lorsqu'il rouvrit ses paupières, il remarqua Kevin à ses côtés qui lui parlait et il dut faire un effort afin de revenir à la réalité et l'écouter. Ils devaient partir à présent, ce qui le peinait passablement. Il aurait pu rester ici des heures, mais toute bonne chose ayant une fin, il devrait revenir un autre jour aux heures d'ouverture. Aurait-il le droit de s'asseoir ainsi par terre ? Probablement pas, mais cela lui était bien égal, ce n'est pas comme si les conventions sociales lui importaient.

Il se releva lentement et s'approcha de la sortie, tentant d'apaiser sa frustration en pensant qu'au moins en rentrant, il pourrait peindre ce qu'il avait en tête. Il ne travaillait pas le lendemain, il pourrait donc y passer la nuit s'il le voulait. Toujours plongé dans ses pensées, il sursauta presque à la proposition de l'homme qui l'accompagnait. Ils avaient beau avoir rapidement sympathisé, Zephyr n'arrivait pas à imaginer un scénario dans lequel il accepterait de se rendre chez un inconnu pour dîner. Il n'était pas effrayé par ce qui pourrait se passer. Il se connaissait assez pour savoir qu'il était capable de se défendre tout seul s'il se retrouvait dans une situation dangereuse. Non ce qui le terrorisait, c'était d'avoir un contact social un peu plus intime avec un étranger. Certes un dîner n'était qu'un repas, il en prenait trois fois par jour comme tout le monde, mais généralement, il était seul dans ces moments ou avec des personnes qu'il considérait comme proches. La panique devait se lire sur les traits de son visage et s'est en bégayant plus fort que jamais qu'il répondit à cette invitation inattendue.


- M-m-m-m-mer-r-rci, m-m-m-mais.... J-j-j-je d-doid r-r-r-ent-t-trer ch-ch-chez m-m-m-m-mmoi.

Il espérait sincèrement que Kevin ne le prendrait pas mal, mais il lui était impossible de dire oui. Il ne le connaissait que depuis une heure et il n'avait jamais rencontré son père. En acceptant, il se mettrait volontairement dans une situation ingérable pour lui.

- J-j-j-j-e v-v-vai-ais y a-a-al-ll-er.

Et sans demander son reste il fila hors de la pièce en passant devant le garde qui le suivit jusqu'à l'entrée principale. Leon avait été ravi de cette rencontre et il espérait pouvoir revoir le jeune homme un de ces jours. Il serait sûrement là pour l'inauguration de l'exposition, se serait un plaisir d'avoir une personne connue parmi les invités. Bien sûr il comptait également demander à sa sœur de l'accompagner, étant donné qu'il allait être son cavalier à un mariage, elle pourrait sûrement lui rendre la pareille. Sans compter qu'elle avait toujours montré son soutien quand à son art et serait, il l'espérait, ravie de l'accompagner et de découvrir l'une de ses meilleures œuvres. Et en parlant de peinture, une fois dehors il fila dans les rues d'Edimbourg pour rentrer aussi vite que possible chez lui afin de s'atteler à l'idée qui avait émergé dans son esprit en contemplant le tableau de Corot. Alors qu'il parcourait les rues il se promit de montrer le résultat à Kevin un jour, histoire de faire amende honorable pour sa visite guidée et pour l'avoir ainsi planté.
Zephyr
Sphère Artistique
avatar
Messages : 65
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Dissociation de molécules - Asymbolie à la douleur


Revenir en haut Aller en bas
Ven 7 Oct 2016 - 21:02


Quand l'autiste rencontre l'haptophobe


Kevin ne fut pas vexé que le peintre refuse son invitation. Il gardait toujours son sourire au visage. Lui même, il aurait sûrement refusé d'accompagner quelqu'un qui venait d'à peine de rencontrer. Il ne pouvait pas demander aux autres d'être plus ouvert socialement que lui ne pourrait. Kevin avait encore du mal à apprécier ce qu'il faut faire ou ne pas faire.

Malgré tout, il espérait de nous le revoir. Il ne faisait nullement cas de l'handicap du jeune homme avec son bégaiement. Kevin ne s'arrêtait pas à ce genre de détail, lui-même souffrant d'une phobie des plus handicapantes.

- Léon, j'espère que nous aurons d'autres occasions de nous rencontrer. Si tu as besoin à tout moment de découvrir et d'apprécier d'autres ouvrages du musé, il ne faudra pas hésiter à me solliciter. Ca me fera plaisir de te faire découvrir d'autres trésors. J'espère que tu me feras également partager tes peintures et m'aider à les comprendre et à les apprécier.

Kevin le salua d'un signe de la tête, content de s'être fait peut être un futur ami. Aurait-il le même sentiment s'il apprenait comment Léon peut se montrer des plus violents et cruels ? Avec Kevin, rien n'est jamais sûr car il a toujours l'espoir de faire changer les gens.

Il appela un taxi pour rentrer chez lui. Comme d'habitude, il passa un petit moment avec son père pour lui raconter sa journée. Il se mit rapidement au fourneau pour préparer leur repas. Il adorait cuisiner. Il tenait cela de sa mère, qui gérait autrefois un restaurant italien avant ce terrible événement de l'incendie. Jamais, il n'oublierait le bruit crépitant et l'odeur de l’appétissante pizza cuire dans le fournil. Quelque part, dans la cuisine, il perpétuait le souvenir de sa mère.

Tout en cuisinant, il pensa à sa journée de demain. Il se rappela qu'il devait à la boutique de Madame Richards pour qu'elle lui confectionne son costume de mariage de Nikiya. Il appréhendait un peu mais il savait que la maman de Colm prendrait toutes les précautions du monde face à sa phobie du contact.

Il était loin de se douter qu'il retrouverait Léon lui aussi à ce mariage. Que le monde est petit !

FIN DU SUJET




Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 386
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: Old Town :: National Museum of Scotland-