Rencontre avec la danse

 :: Édimbourg :: New Town :: Edimburg Opera House Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 19 Juin 2016 - 18:38


«Les grands danseurs ne sont pas grands à cause de leur technique, ils sont grands à cause de leur passion.»


Leur premier cours de danse avait été annulé suite à l'agression dont Kevin avait été victime. Il avait frôlé la mort de peu. Pourtant, il avait insisté pour que dès que possible faire ce premier cours. Il était très motivé, désireux de se vider la tête et quelque part de vivre quelque chose d'intense.

La danseuse étoile lui avait donné rendez vous à l'opéra, vers 19 heures. Ce soir, il n'y avait aucune représentation. Les coulisses de l'opéra étaient un vrai labyrinthe pour celui qui n'y était pas familier. Kevin croisa deux ou trois danseuses sortant de leur entraînement qui eut la gentillesse de l'orienter. Il faut dire aussi qu'il était encore terriblement sexy, tout vêtu de blanc, avec sa chemise entrouverte de deux trois boutons à hauteur du col, sa barbe virile d'une journée, et son pantalon ample en lin.

Il passa devant la grande scène qui l'attira comme le chant d'une sirène. D'un bond, il monta dessus. Il toucha le sol comme un footballeur caresse le gazon du stade avant d'attaquer son match. Il se dressa ensuite de toute sa hauteur pour voir les gradins des spectateurs. Il était impressionné et charmé. Et puis, il eut ce coup de folie. Une telle opportunité ne se représenterait jamais. En deux trois mouvements, il sortit son baladeur mp3 de son petit sac sport. Il règle le son à fond avec avant de choisir le morceau qui lui conviendrait. Il hésita entre du classique, du moderne ou de la pop. Et puis, il tomba sur le titre "It's probably me" qui lui fit aussitôt l'appel du pied. C'était un morceau de choix !

Il ferma les yeux, laissant la musique imprégner son esprit et son corps. Sans aucune pudeur, il laissa son corps se mouvoir, ondulant d'abord les bras , puis les hanches. Prenant de plus en plus confiance, il fit quelques tours sur lui même et exécuta quelques passes d'acrobates dont il avait le secret en tant que gymnaste. Ses mouvements étaient amples et sincères. Il donnait parfois l'impression de danser avec une personne invisible. C'était brouillon, improvisé, mais pure. Même quand il dansait, on sentait sa noble force d'âme.

Tout dans le sens du rythme, le jeune homme se positionna au début de la grande diagonale de la scène. Il prit son élan, s'aidant de l'impulsion d'une pirouette pour faire un bon d'une hauteur extraordinaire et surhumaine, car il avait manifesté son champs de force télékinétique centrée sa main droite. Il apprenait de mieux en mieux la maîtrise de son pouvoir, notamment à des endroits spécifiques de son corps.

Il se réceptionna au sol par une roulade au même moment que la musique prit fin. Il y resta encore quelque seconde, reprenant son souffle ou plutôt conscience au monde réel. C'était donc cela le pouvoir de la danse, transcender l'âme dans le royaume du bonheur...

Relevant la tête, il découvrit les yeux de la danseuse étoilée le fixer, à quelques mètres de la scène. Il se releva, avec un sourire aux anges sur le visage, ébouriffant ses cheveux signe de sa confusion.

- Bonsoir, suis en retard ?






Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 345
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 7 Juil 2016 - 20:38
Rencontre avec la danse

Lieu :

Opera House

Date de l'événement :

Juillet 2016

Participants :

Iron WIll

Précédemment:

Exposition Universelle - Partie 1

A suivre:

Quand les arts se croisent



***


Lotte avait quitté le studio de répétition où elle s'était entraînée une partie de l'après-midi, peu avant l'heure de son rendez-vous. Elle avait promis de donner quelques cours de danse à un jeune homme rencontré d'une façon tout à fait particulière. Autour d'un café, dans une cuisine, elle avait émis l'idée et il avait accepté.
Seulement, depuis un événement tragique, la ballerine était légèrement réticente. En effet, le jeune homme en question sortait de l'hôpital et avait frôlé de peu la mort après une attaque à l'arme blanche. La danseuse ne voulait pas qu'un effort ne le fatigue inutilement ou que la plaie ne se rouvre en profondeur - elle n'était pas forcément au courant de l'intervention du guérisseur auprès de Kevin. Pourtant, ce dernier avait insisté, lui assurant qu'il se portait au mieux.
Au final, la jeune femme n'avait pas su se montrer ferme en lui imposant du repos et après quelques rendez-vous repoussés - aussi bien pour gagner du temps sur le rétablissement de l'athlète qu'à cause de son emploi du temps surchargé en vue d'un nouveau spectacle grandiose pour l'ouverture de l'exposition universelle - les deux protagonistes étaient parvenus à trouver quelques heures dans leurs plannings respectifs.

Quoi qu'il en soit, Nikiya avait écourté de quelques minutes un cours particulier pour avoir le temps d'une douche glacée et d'un changement de tenue. Elle avait passé un nouveau pantalon de survêtement sur un justaucorps avant de se rendre à la loge de l'opéra, à la recherche de son "élève".
Quelle fut sa surprise lorsque l'hôtesse d'accueil l'informa que le jeune homme avait déjà été enregistré comme visiteur et qu'il avait été guidé par un danseur. La française resta franchement perplexe. Guidé ? Mais, guidé où ? Était-ce une mauvaise blague qu'on lui avait faite d'aiguiller au hasard son élève dans les dédales de l'immense bâtiment ? En plus de pouvoir s'y perdre avec une facilité déconcertante, Lotte pourrait bien passer des heures à le chercher... À la fois ennuyée, soucieuse et étonnée, elle tourna les talons et se dit qu'elle n'avait plus qu'à prospecter.

À cette heure, un soir de relâche, la maison était presque déserte, abandonnée de ce qui faisait, d'autres jours ou d'autres soirs, toute sa vie bouillonnante. Elle déambulait dans le silence de ce grand vaisseau, fantôme en ces circonstances. Il n'y avait dans les couloirs sombres, ni techniciens accrochés à leurs talkies, entretenant des conversations très étranges qui, semblaient-elles, étaient unilatérales tandis qu'ils montaient et descendaient des cintres au plateau et vis et versa. Ni danseurs concentrés, visages fermés, projetés dans leur effort à venir, s’entraînant à la barre sur les rambardes des escaliers en attendant les grands ascenseurs qui les conduiraient au plateau. Il n'y avait pas non plus ces larges portants garnis de costumes chatoyants, poussés par les habilleurs avant d'êtres distribués dans les loges ou placés en coulisses.
Juste un silence vide, où résonnait le frottement caractéristique des sur-chaussons de la ballerine sur le sol en bois, ce -frutt-frutt qui annonçait de loin l'arrivée d'un danseur.

Elle devait cependant avoir une certaine dose de chance dans son "infortune" puisqu'elle croisa rapidement deux danseuses dans un corridor qui était le "couloir des cent pas" de l'opéra d’Édimbourg. Du moins c'est ainsi que se targuaient de l'appeler certains, mais pour avoir arpenté le vrai des centaines de fois au quatrième étage du palais Garnier, Nikiya pouvait assurer qu'il ne ressemblait en rien à l'original -exiguë, orange délavé au mur, parquet craquant, à peine si l'on pouvait se croiser sans se toucher.
Elle ne laissa pas longtemps son esprit vagabonder au gré de ses souvenirs de l'institution dans laquelle elle avait eu l'impression de grandir.
Les deux jeunes femmes, quadrilles -si elle ne se méprenait pas- parlaient à voix basse mais on sentait leur outrage à leur traits agacés et leur ton condescendant.
À sa hauteur les deux quadrilles lui firent un sourire avant de reprendre leur fustigations à propos d'un type sans gène qui faisait des cabrioles sur le plateaux. "Même pas un danseur" furent les quelques mots qui poussèrent Lotte à se figer. Elle ne voyait pas là une coïncidence et se dépêcha de rejoindre le plateau. Poussant la porte anti-bruit, elle se retrouva dans les coulisses à jardin. De la musique s'élevait de ce qui devait être un petit appareil, au son étouffé qui s'en dégageait.
Elle longea le haut du plateau, apercevant enfin Kevin à travers les pendrillons. Elle descendit sur la scène inclinée pour se retrouver à sa hauteur et l'observa, sans rien dire, exécuter ses dernières figures tandis que la musique prenait fin.

Elle ne savait ni quoi dire ni penser. Elle ne fit donc ni l'un ni l'autre, gardant le silence jusqu'à ce qu'il prenne conscience de sa présence. Lorsque ce fut fait, elle laissa un petit sourire mystérieux naître sur ses lèvres et répondit, laconique :

-Non, c'est moi.

Elle le jaugea encore quelques secondes avant de reprendre.

-Allons trouver un studio plutôt, avant de se faire attraper par un technicien.

Son ton n'était ni sévère ni aux reproches. Au contraire, il semblait presque un peu amusé. Elle n'imaginait pas que le jeune homme ait été motivé par une forme d'audace, mais plutôt par une spontanéité insouciante, peut-être presque naïve ?

-Comment te sens-tu ? Demanda-t-elle pour s'enquérir de son état alors qu'il laissait le plateau et la salle vide derrière eux pour monter au plus haut du bâtiment, sous ce qu'ils appelaient la coupole. Là se trouvait un studio de répétition, exacte réplique de la scène quelque part 25 mètres sous leur pieds.
Nikiya
Sphère Artistique
avatar

Messages : 397
Etat Civil : Mariée
Pouvoirs : Conscience et contrôle du fonctionnement physiologique de son corps


Et v’la que je te fous la main sur le sein!
Revenir en haut Aller en bas
Dim 10 Juil 2016 - 22:57


«Les grands danseurs ne sont pas grands à cause de leur technique, ils sont grands à cause de leur passion.»


Lorsque la présence de la danseuse étoile fut confirmée, le visage de Kevin s'illumina. Son regard d'ébène était également un peu taquin comme un gamin qui s'est fait prendre le doigt dans la confiture.

- J'espère qu'on ne m'en voudra pas d'avoir profané cette scène mythique où les dieux vivants de la danse se sont transcendés. Cela a été plus fort que moi. Et j'avoue qu'on y éprouve une joie sans nom. C'est comme si l'âme se servait du corps comme une plume pour écrire des mots. Bon je sais que je suis loin d'être un poète des planchers !

Tout doucement, il s'approcha d'elle, à une quasi distance de trente centimètres, sans jamais la quitter des yeux. Il était touché qu'elle s'inquiète de lui. Il voulut la rassurer. Il leva les bras et tourna tout doucement sur lui-même pour laisser le temps à la danseuse de l'inspecter sur tous les angles.

-Tu vois bien ? Je n'ai plus aucune blessure, ni même cicatrice. Il ne faut pas t'inquiéter pour moi. J'ai l'impression d'avoir les yeux de mon père braqué sur moi. S'il pouvait, il m'enfermerait dans un donjon. Lorsque je peux activer mon pouvoir, comme toi tu m'as déjà fait voir, je peux me guérir tout seul. Je ne connais pas la limite de ce pouvoir. Je peux même récupérer d'un long effort physique !

Si physiquement tout allait bien; il en était autrement dans sa tête. Savoir qu'on avait voulu le tuer avait de quoi le traumatiser. Mais il n' y avait pas que cela. Il apprenait des choses sur sa vie et sur son entourage, notamment l'appartenance de son père à une étrange organisation. Mais il n'était pas là pour parler de cela. C'était même le contraire. Il voulait évader son âme.

- Fais moi plaisir. Qu'on ne parle plus de cela. Alors en quoi va consister ce premier cours de danse ? Comment vas tu transformer le pingouin que je suis ?

Kevin la suivit, avec un sourire toujours aux anges sur son visage. Son regard se perdait parfois dans les lieux, avec admiration. Il ne dit plus un mot, prêt à obéir aux doigts et l'oeil aux moindres instructions de l'Etoile pour qui il avait tant d'admiration. Il mesura toute la chance qu'il avait de pouvoir avoir un cours particulier avec une Etoile d'une si grande renommée. Les mots de son père lui revinrent à l'esprit.

"Tu sais Kevin, soit tu as tapé dans l’œil de cette jeune femme, soit elle veut obtenir de toi quelque chose car je trouve bizarre que l’une des plus grandes étoiles du monde vienne te donner pour tes beaux yeux des cours particuliers…"

Il les chassa rapidement de sa tête pour se concentrer totalement.



Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 345
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 28 Juil 2016 - 10:55
La danseuse étoile observait son élève avec un petit sourire au coin des lèvres, l’œil pétillant, elle écoutait le jeune homme avec cet air amusé derrière lequel elle dissimulait souvent ses véritables pensées. Il semblait véritablement transporté par cette petite expérience et Nikiya se remémora la première fois qu'elle était montée sur le plateau du Palais Garnier, à neuf ans, pour son premier spectacle de l'école de danse. Son petit cœur avait battu très fort, elle avait eu du mal à contrôler son bonheur mais elle avait su, en apparence, garder sa sérénité de petite fille bien sage. Devant la salle remplis des parents des petits rats et probables futures étoiles, elle s'était prise à s'imaginer être une très grande danseuse, pour qui des gens du monde entier se déplaceraient. Les applaudissement avait été le déclic. Elle avait su alors, qu'elle n'aurait plus jamais pu se passer de cette reconnaissance du public et s'était jurée d'être la meilleure, pour recevoir les applaudissement les plus forts.
A ce souvenir, la ballerine esquissa un sourire pour elle-même. Repenser à la petite Lotte qu'elle avait été ne lui était pas arrivée depuis des années. S'était-elle seulement déjà remémorée cette première fois ?
Au moins comprenait-elle le jeune homme. Ce plancher avait été porteur d'efforts incomparable, humidifier par la sueur des plus grands, mais aussi de leur larme de joie extrême, mais aussi de certaines douleurs et blessures, graves parfois.

L'étoile observa Kevin s'approcher d'elle, presque surprise de réduire d'autant la distance entre eux. Elle n'en montra évidemment rien, se contentant de rester dans son rôle et de le dévisager d'un œil inquisiteur tandis qu'il lui offrait de l'observer sous tous les côtés. Un corps d’athlète. Des muscles fermes et bien dessinés. Elle ne détourna à aucune moment le regard.

-Je vois ça... murmura-t-elle comme pour elle-même, tandis que le jeune homme lui avouait les même préoccupation de son père. Il était compliqué, pour qui n'avait pas d'enfant, de comprendre l'inquiétude presque maladive et surprotectrice des parents.

Kevin lui avoua alors l'une des autres facette de son don et la danseuse haussa légèrement un sourcil, pensive. Elle se tira de ses réflexion en se détournant sans prévenir de garçon. Faisant volte face, elle alla préparer la musique pour débuter le court. Elle en profita pour lancer par dessus son épaule :

-C'est normal que les gens qui tiennent à toi, s'inquiètent pour toi.

Il la pria alors de ne plus aborder les sujets et elle hocha la tête, reprenant sur un ton plus dur, plus autoritaire :

-Alors finit les bavardages et au travail.

Le visage de la ballerine avait retrouvé une neutralité très concentrée, celle qu'elle abordait en travail, un sérieux qu'on ne pouvait lui connaître lorsque l'on ne la côtoyait qu'en dehors de la danse. Elle pouvait se montrer intransigeante, exigeante même. La danse pouvait être un plaisir, mais elle était aussi un don de soi, la repousse de ses propres limites.

-On va d'abord s'échauffer correctement, dit-elle en lançant la musique. Parce que ce n'est pas avec trois cabrioles que ton corps est prêt.

Son ton pouvait paraître sec, mais au fond, la remarque se voulait sans jugement, elle énonçait simplement un fait.
Elle se plaça à la barre et commença un enchaînement assez rythmé, une fois que Kevin l’eut retenu, elle se plaça à ses côtés pour l'observer sous toutes les coutures, le corrigeant mainte fois, toujours sans le toucher, préférant lui montrer avec son propre corps là où elle voulait qu'il corrige certaines de ses positions.
Elle ne lui laissait absolument rien passer. Mais si elle restait ferme, elle était aussi très patiente. Et il ne s'agissait que de l'échauffement...
Nikiya
Sphère Artistique
avatar

Messages : 397
Etat Civil : Mariée
Pouvoirs : Conscience et contrôle du fonctionnement physiologique de son corps


Et v’la que je te fous la main sur le sein!
Revenir en haut Aller en bas
Dim 31 Juil 2016 - 19:40


«Les grands danseurs ne sont pas grands à cause de leur technique, ils sont grands à cause de leur passion.»


Comment un si petit bout de femme pouvait elle se montrer tel un tyran lorsqu'il est question de danse ? Il est vrai que tous les tyrans n'ont ni sa grâce et sa beauté. Et puis son intransigeance était signe qu'elle ne prenait pas à la légère cette leçon, ce que Kevin apprécia. C'est pourquoi il ne prit pas à la légère les instructions que la danseuse lui demandait d'exécuter, d'autant qu'il pouvait totalement se concentrer aux gestes sans craindre qu'elle essaie de le toucher. Les limites avaient été fixées et il ne doutait pas qu'elle ne les respecterait pas.

Jamais, il n'avait cru que la danse ait pu être aussi technique. Il fit donc des erreurs mais il remarqua qu'il avait un bon professeur patient mais qui ne lâchait rien. Cela lui convenait parfaitement car Kevin ne faisait jamais rien à moitié. C'est un perfectionniste. Alors, son visage resta toujours neutre et sérieux. Il la regardait faire avec une certaine admiration tant que cela paraissait naturelle et facile pour elle.

A défaut de technique, fort heureusement, Kevin avait pour lui de vrais dispositions physiques : la souplesse et la puissance. C'était un gymnaste accompli, qui aurait pu être professionnel s'il avait souhaité l'être.

Au bout d'une demi heure d'échauffement, des premières gouttes de sueurs commencèrent à perler sur son front et sur sa chemise. Sans aucune pudeur, il retira donc sa chemise blanche, révélant un large buste musculeux en V, fruit des heures passées à s'entraîner sur les différents agrès du gymnaste. Libéré de cette chemise, il se sentit plus à l'aise pour réaliser ses ports de bras que lui demandait de faire l’Étoilée.

Pour quelqu'un qui avait pris un coup de couteau dans la poitrine, il n'y avait plus aucune cicatrice, preuve que Kevin n'avait pas menti. Mais qui le connait bien, sait qu'il ne ment jamais.

Il s'obligea à ne plus regarder ses pieds ou ses bras, fixant son regard droit devant lui, même si parfois il fut tenté de regarder les réactions de la jeune femme. Il mit un peu de temps afin de se familiariser avec ce qu'elle attendait de lui mais finalement il trouva rapidement le pli, preuve qu'il avait un bon professeur.

Le jeune homme même s'il avait le visage concentré avait l'air d'aimer ce qu'il faisait et ce qui était vraiment le cas. Il n'avait plus qu'à penser aux gestes. Tous ses soucis et ses récents ennuis s'étaient volatilisés. Son professeur pourrait lui ordonner de faire cent milles fois les gestes, il le ferait sans rechigner.



Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 345
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Mer 17 Aoû 2016 - 16:38
La danseuse avait pour elle cette capacité de pouvoir réguler avec efficacité son corps pendant l'effort, aussi, en ce début d'échauffement, elle semblait encore aussi fraîche que si elle sortait d'une douche glacée. Certes, elle ne se donnait pas non plus autant que son jeune élève, les bases qu'elle lui inculquait, elle les avait intégrés depuis la plus jeune enfance et ses mouvements étaient comme ancrés en elle. Ils ne lui demandait pas plus d'effort qu'un battement de cil ou une inspiration.

Elle enchaîna les exercices sans ménager le jeune homme qui s'en tirait plutôt pas mal pour une première fois. Il avait l'avantage de sa musculature et sa souplesse. Pas une seule fois il ne laissa échapper un mot ou une plainte, ne fit aucune grimasse et seul un air parfaitement concentrer assombrissait son front. Elle devait lui reconnaître sa persévérance et sa résolution, deux qualités indispensable si l'on aspirait à bien danser.
Elle l'avait fait lâcher la barre pour un travail de pliés et de saut au milieu. Des petits exercices qui lui permettaient de juger de ses facilités et du niveau qu'elle pouvait lui accorder. A plus d'une reprise, elle dut s'empêcher de le corriger, avortant un mouvement vers le jeune homme. Elle s'évertuait à la place, à refaire le mouvement, en décrivant au mieux là où il devait s'améliorer.

Sans rien dire, elle l'observa se défaire de sa chemise, se laissant légèrement distraire par les muscles de son torse et de ses bras qui se bandaient à chaque mouvement qu'elle lui imposait. Elle en oubliait presque ses propres mouvements avant que sa raison ne la rappelle à l'ordre. Une petite voix intérieure qui lui soufflait d'arrêter de baver sur ce corps d’apollon à peine majeur.
De retour dans la réalité, elle mit fin à l'échauffement en félicitant Kevin et en s'enquérant de son état :

-Comment tu te sens ?

Elle était allée leur chercher deux bouteilles d'eau enrichie et en tendit une à son élève avant de boire largement à la sienne.

-C'est pas trop mal, on tirera quelque chose de toi, le taquina-t-elle avec un petit sourire malicieux.

Ses yeux étaient venus, pour une fraction de seconde, accrocher la clé en pendentif autour de son cou. Elle avait bu une autre gorgée d'eau avant de se détourner. Elle était allée chercher dans son sac un petit holographe mécanique qu'elle remonta en tournant doucement la poignée. Le mécanisme émis un petit clic lorsqu'il fut entièrement remonté et la lentille diffusa une image en 3D d'un enregistrement de répétition. On y voyait danser, jeune homme, le très célèbre Rudolph Noureev, âgé probablement d'une quinzaine d'année sur une musique légèrement éraillée :

-Il s'agit d'une des toutes premières vidéos de Noureev... Elle était tout excitée, elle ne voyait cet enregistrement que pour la seconde fois seulement. Un petit trésor comme il n'en existait plus beaucoup, retrouvé dans un vieux grenier oublié du Bolchoï. Cadeau précieux. Malheureusement, les bobines de cuivre ont souffert et la qualité n'est pas exceptionnelle, mais je crois que c'est une vision rare de la perfection.

Elle soupira tandis que l'image s'évanouit. S'il fallait entretenir le mécanisme, un visionnage trop important viendrait à bout de le gravage et ferait disparaître à jamais ces images d'archives.

-Prêt à tenter la même chose ? Demanda-t-elle à l'athlète avec une part d'amusement et une autre de sérieux. Revigorée par la vision de son modèle masculin, elle chantonna en rythme la petite musique qui restait dans la tête, tout en essayant de retrouver la chorégraphie qu'ils venaient de voir.
Nikiya
Sphère Artistique
avatar

Messages : 397
Etat Civil : Mariée
Pouvoirs : Conscience et contrôle du fonctionnement physiologique de son corps


Et v’la que je te fous la main sur le sein!
Revenir en haut Aller en bas
Ven 19 Aoû 2016 - 22:47


«Les grands danseurs ne sont pas grands à cause de leur technique, ils sont grands à cause de leur passion.»


Une pause ! Elle arrivait à pic pour reprendre un peu de force car l'Etoile ne ménageait pas son élève, même s'il ne laissait paraître aucune souffrance ou plainte. Il la remercia d'un sourire lorsqu'elle lui tendit une bouteille d'eau qu'il but d'une traite.

- Je vais parfaitement bien ! C'est aussi passionnant que je me l'imaginais. Il faut dire aussi que j'ai un professeur du top de chez top...Merci de ta patience pour corriger mes erreurs tout en prenant garde de ne pas me toucher. Je ne saurais jamais comment te remercier.

Le jeune homme avait le ton vraiment reconnaissant et admiratif. Il appréciait à sa juste valeur ce que la danseuse consentait pour lui. Son regard d'ébène, séducteur malgré lui, ne la quittait pas des yeux. Lui aussi était captivé par le charisme de l'Etoile. Lorsqu'elle prépara son visionnage, le regard de Kevin changea totalement avec des grands yeux ronds de l'enfant qui va pour la première fois au cinéma. Il était comme hypnotisé par l'image du danseur.

-Noureev c'est un monstre sacré de la danse. Je le revois encore exécuter le célèbre "Pas-de-deux du Corsaire". En plus d'être un grand danseur, c'était un grand homme qui a surmonté la pauvreté, les préjugés et le communisme

Il écarquilla les yeux lorsque l'Etoile lui lança le défi d'exécuter les mêmes gestes du maestria de la danse. Mais il n'allait pas se dégonfler, d'autant que Kevin aimait relever les défis. Il se mit alors en plein milieu de la scène. Il ferma les yeux un instant pour trouver sa concentration. Son buste se souleva après une longue inspiration. A la douce voix de la danseuse, il se mit à danser. Il eut quelque mal à trouver les bons gestes. Forcément, ce fut laborieux au début car son esprit était fixé à répéter la gestuelle. Cela avait l'air simple avec Noureev mais en fait c'était loin de l'être dans la réalité. C'est toute la magie de la danse qui est de transgresser les lois du réel en faisant croire que c'est naturel et simple. Mais Kevin faisait la dure expérience que cela n'était pas le cas. Pourtant il n'en faudrait plus pour faire plier sa détermination. Il répéta encore et encore, jusqu'à enfin trouver le fil de la danse et pouvoir se libérer de la technique. Il s'imagina alors être pied nu sur un tapis de neige où le fragile équilibre du jeu de jambes rendait toute la beauté des mouvements.



Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 345
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Mer 24 Aoû 2016 - 13:02
Un sourire charmant s'était dessiné sur les lèvres de la danseuse tandis que le jeune homme lui confiait son ressentit sur cette première leçon. Elle lui avait lancé un petit clin d'œil tandis qu'il la complimentait :

-On verra ça plus tard, avait-t-elle répondu en glissant volontairement un sous-entendu dans son regard alors qu'il parlait de la remercier.

Elle s'amusait toujours de laisser planer un soupçon de doute sur ses paroles ou son comportement. Mais, au fond, elle était surtout soulagée de voir que Kevin appréciait cette première approche. Elle avait douté, pour un temps, de ses qualités de pédagogue et c'était la première fois qu'elle donnait véritablement un cours, particulier, qui plus est.

Elle-même surexcitée par le visionnage des bobines d'enregistrement, elle était ravie de voir que son élève était tout aussi emballé qu'elle. Elle hocha avec sérieux de la tête tandis qu'il parlait du meilleur danseur au monde. L'un des rêves de l'étoile aurait été d'avoir la chance de le rencontrer, malheureusement, cette « rencontre » n'avait eu lieu qu'au cimetière russe de Paris lorsqu'elle était allée visité sa sépulture, bien des années en arrière.
L'heure suivante avait presque été entièrement consacrée à retrouver et reproduire différents mouvements et différents enchaînements exécutés par le très célèbre danseur russe. Nikiya cherchait en même temps que son élève, proposant quelques variante afin de lui montrer de nouveaux mouvements.
Au final le premier cours avait duré un peu plus longtemps que la danseuse de ne l'avait imaginé mais l'athlète avait beaucoup de ressources et ils avaient pu étendre un peu la séance, la soirée était donc déjà bien avancée lorsqu'elle lui annonça que ce serait tout pour aujourd'hui :

-Bien, c'était très sympathique cette première séance, non ? Il faudrait que je vois si on peut fixer des cours régulièrement, elle resta un instant pensive, comme si elle cherchait à se remémorer son agenda. En rangeant ses affaires, elle reprit :

-Si tu as un peu de place chez toi, tu peux au moins t’entraîner régulièrement à l'échauffement. Ensuite, mon planning devrait s'alléger pendant les vacances. 

Elle fouilla dans son sac :
 
-Ah ! J'allais oublier. Elle lui tendit deux places pour le spectacle d'ouverture de la nouvelle saison en septembre. Je ne sais pas encore si je danserais ce soir là, mais ça promet d'être vraiment incroyable. Tu pourras y aller avec ton père comme ça, ou... Mylénia ? C'est ça ? La jeune femme avec qui tu étais à l'exposition universelle. Elle a l'air vraiment charmante.

Le compliment était sincère, quoi que tinté d'une petite note de... retenue ? Après tout, elle ne l'avait aperçu que deux fois et en des occasions toutes particulières. Elle était certes, un peu curieuse de connaître la nature de leur relation, à ces deux là.

-Il faudra que tu me la présente, on pourra aller boire un verre tous les trois, conclut-elle.
Lotte avait passé un serviette autour de ses épaules et s'apprêtait à rejoindre les vestiaires.

-Si tu veux prendre une douche, tu peux. Elle-même se dirigeait déjà vers lesdites douches. Mais c'est mixte, précisa-t-elle avec un certain détachement naturel, couplé à une lueur amusée dans son regard qui laissait à douter du sérieux de ses paroles, le menait-elle en bateau ?

Sans pudeur, elle s'était déshabillée avant de se glisser dans une cabine, sous le jet d'eau glacée qu'elle affectionnait tout particulièrement après une répétition. Depuis la stalle, elle avait élevé un peu la voix pour couvrir le bruit de l'eau coulant à flot sur le carrelage :

-Je peux demander au taxi qui vient me chercher de faire un détour pour te déposer chez toi, si tu veux.
Nikiya
Sphère Artistique
avatar

Messages : 397
Etat Civil : Mariée
Pouvoirs : Conscience et contrôle du fonctionnement physiologique de son corps


Et v’la que je te fous la main sur le sein!
Revenir en haut Aller en bas
Mar 6 Sep 2016 - 2:53


«Les grands danseurs ne sont pas grands à cause de leur technique, ils sont grands à cause de leur passion.»


Il faillit crier "c'est déjà fini" tellement qu'il avait apprécié ce cours mais il se ravisa car il savait déjà apprécier toute l'honneur et la chance d'avoir un cours personnel avec la plus grande danseuse de la décennie.

- En rentrant, je vais tout noter sur mon journal pour répéter ce que tu m'as appris. J'ai de la place pour faire de la gymnastique alors pour la danse aussi. Tu es vraiment un super professeur. N'as tu jamais songé à écrire tes propres chorégraphies ? Les sujets ne manquent pas. Tiens, pourquoi pas l'histoire d'une rencontre entre un gymnaste timide et exclu avec une danseuse charismatique et sociable qui à travers la danse va lui apprendre à s'ouvrir aux autres... En tout cas, je me sens le cœur léger. La danse est le meilleur remède pour s'évader des maux de ce monde. Toi tu as l'air toujours joyeuse et pétillante...

Kevin se tût car depuis peu il avait appris qu'il fallait se méfier des façades, derrière elles peuvent se cacher bien toute autre chose. La danseuse devait aussi avoir ses peines comme tout le monde et parfois ceux qui les cachent souffrent le plus.

Voilà que la danseuse le questionna sur Mylénia. Il dût réfléchir avant de répondre car à vrai dire il ne savait pas trop où il en était.

- Avec Mylénia c'est compliqué. J'avance en terrain inconnu. Elle me fascine. En sa présence, je perds tous mes moyens. Je n'arrive pas non plus à savoir de ce qu'elle pense de moi. Parfois, je me demande si je ne lui fais pas peur. A l'exposition, j'ai du la raccompagner chez elle car elle avait une peur bleue de toute cette foule. Elle est peut être encore sous le traumatisme de notre agression. Moi qui pensait lui faire plaisir en l'emmenant, alors que je m'étais préparé à affronter tous les démons de ma phobie, je n'avais pas envisagé qu'elle ne souhaitait pas y être. Je crois que j'ai été égoïste ou un grand idiot.

Kevin lâcha un grand soupir car les pensées noires et tristes qu'il avait laissé au palier de la scène de danse revenaient vite au galop.

Il suivit Nikiya jusqu'aux douches et ne remarqua même pas les taquineries de la danseuse. En effet, sa phobie avait étouffé tout désir et son esprit était ailleurs depuis que Mylénia avait été évoquée. Ce n'est pas pour autant qui resta de marbre devant la beauté nue de la danseuse. Son regard était admiratif. Il lui fit un compliment sincère comme si cela était naturel sans aucune intention de séduction déguisée.

-Tu es belle comme les légendaires elfes de lune qui dansent près des lacs sous la lumière des étoiles.

Lui aussi se déshabilla sans pudeur, se retrouvant rapidement sous la douche. Il appréciait le contact de l'eau comme si elle était un baume à ses maux. Et puis l'eau cachait ses larmes et sa tristesse. Il ferma les yeux un instant, les rouvrant en entendant la danseuse parler.

- Oui, si tu veux, on peut faire un bout de chemin ensemble.



Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 345
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 29 Sep 2016 - 23:21
Un sourire s'était dessiné sur le visage de la danseuse tandis que son élève s'interrogeait de savoir si jamais elle ne s'était imaginée chorégraphe. Son regard rieur laissait entrevoir son amusement, décidément le jeune homme était pleins d'idées et n'avait jamais peur de les exprimer avec la plus grande aissance. Peu sembler lui importer ce que l'on pourrait bien penser de ses paroles. Ou peut-être que cette assurance lui venait de leur entente ? Mais à vrai dire, Lotte avait eu cette image d'un garcon entier dès leur première rencontre...
Pour en revenir à la question de passer d'étoile à chorégraphe, l'idée avait, en effet, déjà effleuré son esprit. Plus qu'effleurer son esprit,en fait. Il arrivait parfois de coucher dans un carnet les bribes d'idées qui lui passait par la tête. Souvent, elle entendait un morceau, une musique et se disait, "un jour, je ferai quelque chose sur ça". Seulement, son statut d'étoile ne lui avait jamais donné l'occasion de se mettre réellement à quelque chose de plus concret que cela. Elle laissait donc cela pour des jours où sa carrière lui permettrait de se diversifier... Si tant es qu'elle aille jusque là...
Aussi, elle n'avait rien répondu et s'était contentée de hocher doucement du chef aux propositions de l'athlète, toujours en souriant. Que pouvait-elle faire d'autre ?

Et puis elle avait écouté avec attention les explications de Kevin au sujet de sa relation avec la jeune femme. Relation qui semblait compliquée sous bien des aspects. Elle regrettait que, l'un comme l'autre, ait autant de démons à devoir combattre, mais il était vrai que l'ouverture de l'exposition universelle avait, si ce n'est magnifique, au moins éprouvante. Elle ne s'étonnait pas qu'elle n'ait pas été des plus excellentes pour ces deux jeunes gens avec qui le sors n'avait pas vraiment été très clément.


-Malheureusement, tout le monde ne gère pas les situations de la même façon, surtout lorsqu'il s'agit d'événement aussi traumatiques... Mais je suis sûre qu'elle ne t'en veut pas et elle même doit-elle se sentir mal d'avoir réagit comme ça. C'est une histoire de confiance qu'il faut réapprendre à donner et c'est loin d'être facile. Donnez-vous du temps.


Surtout dans l'environnement dans lequel ils pouvaient parfois évoluer. Le calme paisible de l'Arche apparaissait à la française de plus en plus comme une façade.

Mais se préoccupations revinrent sur le jeune homme qui s'était visiblement rembruni et Lotte s'en voulu un peu d'avoir ramener à lui toutes ces pensées négatives. Au moins espérait-elle qu'une douche permettrait d'évacuer et de retrouver un peu de sérénité.

La spontanéité de Kevin l'avait de nouveau fait sourire mais il lui en fallait un peu plus pour la faire rougir. La demoiselle avait plutôt une assurance d'acier en toute circonstances.

Pour la danseuse, ce passage sous l'eau -glacée de préférence- l'avait revigoré et elle s'était glissée dans des vêtements propres, comme prête pour une nouvelle journée. Il fallait dire que son don n'était pas étranger à cette récupération extrêmement rapide. Elle en était même à hésiter intérieurement à passer la soirée et sûrement une partie de la nuit dehors. Par envie, par défi aussi, elle serait bien retourné au Taiyang. Tenter de croiser le propriétaire et peut-être même s'enfuir avant qu'il ne puisse lui mettre la main dessus. Un petit jeu comme un autre. Et puis elle repensant à sa rencontre avec le patriarche et un estomac se nouait.
Elle n'avait pourtant pas l'intention de céder aux pressions de l'immortel. Son frère la jugeait inconsciente mais, depuis leur dernière entrevue, elle lui avait interdit d'intervenir dans sa vie et il se tenait-il à l'écart pour le moment. Peut-etre par réelle inconscience ou par excès d'assurance, elle refusait de montrer de la peur envers l'asiatique. Peut-être parce qu'elle se sentait protégé, après tout, il n'oserait jamais rien contre elle. Elle n'était pas un simple assistant de musée signifiant peu pour Feuerbach.

L'étoile fut tirée de ses pensées lorsque son élève sorti de la douche et qu'ils se retrouvaient tous deux prêts à sortir.
Devant l'impressionnant bâtiment de l'opéra était garée une berline noire aux vitres teintée.Les voitures avaient ce côté rétro que Nikiya préférait amplement aux VAP qui sillonnant le ciel. Ils étaient peut-être le signe du progrès, la jeune femme appréciait mille fois plus être au sol, dans une circulation qui s'était fluidifié depuis l'ouverture de l'espace aérien aux véhicule personnels.
A peine étaient-ils donc sortis qu'un chauffeur était venu leur ouvrir la portière et, se tournant vers Kevin, elle lui fit un petit signe de la main :


-Après toi.

Elle jeta préalablement son sac de danse et son sac à main dans le coffre spacieux avant de rejoindre dans le véhicule. Reconduire le gymnaste ne serait qu'un petit détour.

-Victoria Street, c'est ça ?

Le chauffeur s'insera tranquillement dans le trafic pour rejoindre Old Town. Confortablement installée, elle observait la ville défiler au dehors.

-Et sinon, comment se passe le reste ? Le travail au musée ? La gymnastique ?

Autant meubler un peu le trajet.



Nikiya
Sphère Artistique
avatar

Messages : 397
Etat Civil : Mariée
Pouvoirs : Conscience et contrôle du fonctionnement physiologique de son corps


Et v’la que je te fous la main sur le sein!
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 27 Oct 2016 - 22:00


«Les grands danseurs ne sont pas grands à cause de leur technique, ils sont grands à cause de leur passion.»


Les paroles de la danseuse concernant son amie Mylénia l'avaient rassurées. Elle avait raison sur le fait que la patience s'imposait. Combien de temps il avait fallu à Kevin pour faire quelques progrès face à sa phobie ? Beaucoup. L'Etoile était pleine de sagesse.

Il l'accompagna jusqu'au véhicule terrestre, une berline noire. Son visage exprima un peu de surprise en voyant la voiture et le chauffeur. La danseuse devait avoir de sacrés revenus pour se permettre un tel luxe. Il lui vint à l'esprit qu'il n'avait jamais envisagé d'apprendre à conduire que cela soit sur terre ou dans les airs. L'envie ne s'était jamais fait sentir. Il s'assit presque accolé à la fenêtre pour regarder le paysage urbain défilé lors de la trajet. Un rien fascinait le jeune homme. Dans cette voiture, il se sentait protégé de la foule et des contacts physiques. Il pouvait ainsi avoir ce regard d'observateur sans risque. Mais rapidement, ses pensées prirent une autre direction, tout en écoutant la danseuse. Il avait envie de se débarrasser d'une interrogation que son père n'arrêtait pas de l’asséner au sujet de la danseuse. Et puis Kevin aimait les relations franches et directes.

- Je ne vais plus au gymnase car ma présence n'y est plus autorisée depuis l'incident lors de ta visite. Mais ce n'est pas grave. Je peux m'entraîner ailleurs. Et puis de toute façon, j'ai un planning très chargé avec mon travail au musée, celui d'archiviste pour Monsieur Feuerbach, celui d'assistant à la Potential Home et des cours que j'y prends pour apprendre à maîtriser mes dons. En voilà, je suis un acharné du travail. J'aimerai te parler de quelque chose qui me pèse un peu. J'aime la franchise et je ne serai pas fâché de la réponse quelque soit.

Les yeux ébène étaient plongés dans ceux de la danseuse comme s'ils cherchaient à lire son âme. Il avait marqué un temps de silence mais d'une suspens dans la fameuse question qu'il allait poser.

- Mon père me demande d'être méfiant à ton égard car il trouve que mes qualités ne suffisent pas à expliquer à elles seules pourquoi une Etoilée si notable s'intéresse un jeune homme, à un tel point qu'elle lui donne des cours particuliers de danse alors qu'il y a des jeunes danseurs qui se plieraient en quatre pour avoir cette chance. Il pense donc que cette gentillesse n'est pas gratuite et qu'elle cache quelque chose. Alors qu'en penses tu ? Avant que tu répondes à cette question, j'aimerai que tu saches que quelque soit la réponse je ne serai pas contrarié ni fâché car je pense que tu es quelqu'un de profondément gentil. La perfection n'existe pas. On a tous des défauts. Je peux comprendre et pardonner. Si tu avais besoin de quelque chose de moi, je ferai de mon mieux pour t'aider. J'ai peu d'amis et j'accorde beaucoup d'importance à des relations franches. Alors qu'en penses tu ?

Kevin était conscient que sa question pouvait fâcher son interlocutrice. Mais il préférait se libérer de ce poids une fois pour toute, crever l'abcès quitte à prendre le risque que la danseuse ne souhaite plus le revoir.




Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 345
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Sam 12 Nov 2016 - 12:46
Quittant le paysage qui défilait sous leurs yeux, Lotte vint reporter son regard sur le jeune homme tandis qu'il répondait à ses questions.

-Oh... je suis désolée de l'apprendre, avait-elle murmuré en apprenant que Kevin n'était plus vraiment le bienvenu au gymnase. La danseuse se sentait responsable de cette interdiction. Elle avait été idiote, aussi se dit-elle qu'elle veillerait à faire ce qu'elle pourrait pour que cette situation change et que le jeune Scoltly puisse y retourner.

Le jeune homme semblait en effet extrêmement actif, entre ses différentes occupations. Elle allait commenter son emploi du temps chargé, mais le ton de la conversation changea légèrement et le jeune homme vint plonger son regard dans le sien. Le silence s'était fait pour quelques longues secondes qui pouvait paraître une éternité mais pendant lequel Lotte n'avait pas détourné le regard de celui de son interlocuteur. Seule une petite ride s'était glissée entre ses sourcils froncés tandis qu'il lui avoue qu'une question semblait le tarauder. Incertaine de ce qui allait suivre, la lueur dans son œil d'ambre était devenue grave et son air, des plus sérieux. Plus de sourire mutin pour illuminer ses lèvres ou de sourire espiègle au coin de ses yeux.

Le jeune homme finit par mettre en mot ses préoccupations et la ballerine l'écoutait avec une attention toute particulière sans pour autant laisser transparaître la moindre émotion ou la moindre surprise. Elle eut l'impression que Kevin tourna un temps autour du pot, mais ne le pressa pas le moins du monde. Aussi, lorsqu'il formula enfin sa veritable pensée, elle ne pu empêcher un petit sourire en coin de se dessiner sur ses lèvres roses. Rassurée par la nature des interrogations de son élève, elle se détourna, brisant ainsi la tension qui avait pu se former dans l’intensifié de leurs regards échangés. Sur ses traits étaient de nouveau venus se poser une décontraction naturelle, une désinvolture qui lui correspondait davantage.
Tout dans cette nouvelle attitude semblait vouloir dire « Oh, ce n'est que cela ? ». Alors, elle ne tarda pas une seconde et répondit avec une aisance sans complexe :

-J'en pense que ton père est un homme sage et plein d'expérience. Venant reporter son regard dans celui de Kevin, elle continua. J'en pense qu'il a parfaitement raison. Cette gentillesse n'est pas gratuite, avoua-t-elle avec autant de simplicité que si elle avait commenté le temps qu'il faisait dehors. Mais puisque ce n'est pas à toi qu'il revient de payer l'addition, tu devrais te contenter d'en profiter, tu ne crois pas ?

L'accent de sa voix changea alors légèrement tandis qu'elle reprit :

-Donc pour répondre à la véritable question : je n'attends absolument rien de toi -si ce n'est de te donner à fond à chacun des cours, bien entendu. Cela te rassure ? De savoir que ce n'est pas de moi dont tu dois de méfier ?

Kevin voulait son honnêteté, il l'avait.

-Notre rencontre n'est peut-être pas un hasard et ces cours un acte désintéressé. Mais je les apprécie l'un comme l'autre. La question maintenant est de savoir si tu es prêt à accepter les choses comme elles sont. Elle avait accompagner ses dernières paroles d'un petit sourire doux. Si tout autour d'eux avait été orchestré et était faux, au moins devait-il savoir que le sentiment d'amitié qu'elle avait pour l'athlète était sincère.

-Et sans autres questions sur le sujet. Finit-elle par ajouter. Elle ne pourrait rien lui dire de plus, parce qu'elle n'en savait pas beaucoup plus que lui.

La voiture s'était immobilisée à cet instant même. Ils se trouvaient au pied du petit immeuble où vivait Kevin avec son père. Lotte, était de nouveau souriante. Cette conversation n'était qu'une formalité.

-On se revoit la semaine prochaine ?
Nikiya
Sphère Artistique
avatar

Messages : 397
Etat Civil : Mariée
Pouvoirs : Conscience et contrôle du fonctionnement physiologique de son corps


Et v’la que je te fous la main sur le sein!
Revenir en haut Aller en bas
Dim 4 Déc 2016 - 13:44


«Les grands danseurs ne sont pas grands à cause de leur technique, ils sont grands à cause de leur passion.»


Kevin ne savait pas sur quel pied danser avec la réponse Nikiya. Elle était très énigmatique. Son père avait donc raison dans le fait que tout cela est donc intéressé. Il était franchement déçu que la danseuse qui incarnait pour lui l'expression de la liberté se laisse manipuler ou forcer à faire quelque chose qu'elle ne souhaitait pas faire.

Le jeune homme préféra positiver car l'amitié de la danseuse semblait sincère. Il ne pouvait lui en vouloir d'avoir dit la vérité. Sa contrariété se lisait sur son visage car Kevin ne parvenait jamais à cacher ce qu'il éprouve. Kevin n'aimait guère les relations compliquées car il avait déjà du mal à avoir des relations tout court.

- Nikiya merci de ta franchise même si je ne suis pas si sûre de bien tout comprendre. Peut être d'ailleurs que je ne veux plus en savoir plus. Il est vrai que je suis heureux avec ses cours de danse et que je pense que cela va m'aider à m'ouvrir aux autres. C'est une sorte de thérapie. Et puis je t'apprécie même si parfois j'ai l'impression d'avoir affaire à deux femmes, la femme danseuse sincère et libre sur la scène et la femme de société au cœur des intrigues. Machaviel a peut être raison : qu'il faut être renard pour éviter les pièges et lion pour faire fuir les loups. Vivons le temps présent et on verra ce qui arrive.

Kevin lança un long soupir comme pour souffler et chasser ses pensées négatives. La raison aurait voulu qu'il coupe net à cette relation avec la danseuse. Mais son coeur ne lui dictait pas la même chose. Et Kevin était plus le genre à suivre ses sentiments qu'à suivre la raison. De toute façon, il était convaincu qu'il avait le pouvoir de changer positivement les gens et de transcender ce qu'ils ont de bon en eux.

- On peut remettre cela prochainement. Je vais m'entraîner en répétant ce que tu m'as appris. Je ne te cache pas que j'ai un calendrier de ministre, surtout avec la préparation des journées de portes ouvertes au Potentiel Home. Je vais essayer optimiser mon temps. Bien, encore merci pour ce cours. A la semaine prochaine ! Nikiya, prends bien de toi. Ah j'oubliais de te donner cela. Ce sont des petits cakes aux amandes et au miel. C'est du fait maison.

Kevin sortit de son sac, une petite boîte en plastique dans laquelle des petits cakes très gourmands et appétissants étaient conservés. Il confia la boîte à la danseuse avant de quitter la voiture. Il lui décrocha son plus beau sourire lunaire pour lui dire aurevoir. Le jeune homme rayonnait de gentillesse. La danseuse serait elle capable un jour de le poignarder dans le dos et même au sens figuré ? L'avenir nous le dira...

SUJET CLOS



Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 345
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: New Town :: Edimburg Opera House-