[CLOS] La vie est courte. [Nikiya]

 :: Édimbourg :: New Town :: Autres lieux Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 8 Juin 2016 - 23:23


Kim Wang

Le temps n'a d'autre fonction que de se consumer : il brûle sans laisser de trace.
d'Elsa Triolet


Music
一粒沙子


    Le fou rire d’une jeune femme éclata dans l’air, aussi cristallin que le bijou qui reposait sur sa gorge. Ses yeux plissés par le rire s’arrêtèrent sur le visage de Kim Wang. A dire vrai, il aurait été difficile de donner un âge à cet homme. « 33 ans » selon ce qui était indiqué sur le carton d’invitation, qu’ils avaient reçu. Mais, quand on prenait le temps de le regarder, on pouvait avoir cette étrange impression, qu’il était plus vieux, beaucoup plus vieux. La demoiselle lui adressa un sourire puis retourna à son opération de séduction auprès du mania de l’électricité assit à sa droite.

    Kim n’aimait pas célébrer des anniversaires. Arrivé à son âge, le vrai, cela perdait du sens. Dix années en paraissaient une. Mais, il fallait maintenir la grande illusion. Sous son identité actuelle, Kim jouait à l’homme d’affaires, attardé dans la jeunesse. Un homme qui aimait faire la fête. Pourtant, l’euphorie collective glissait sur lui comme de l’eau. Il n’arrivait pas entrer dans la fête, sa propre fête, quelle ironie.

    Trop de pensées se bataillaient dans sa tête. Tohum avait été à Londres. Natacha avait été libérée. Son père était furieux. Il avait bien failli s’en prendre à Abigaël sur-le-champ en représailles. Kim avait dû user de toute sa ruse pour le dissuader d’agir. Il n’avait fait que repousser l’inévitable. Le désir de vengeance de Jao dépassait l’entendement. Ni Kim, ni Xin, n’arrivaient à en comprendre les véritables raisons. Mais, pour une fois, ils étaient d’accord cette guerre ne pouvait pas continuer.

    Kim s’évertua à disperser ces sombres idées. Pour le moment, il ne pouvait rien faire de plus. À quoi bon se torturer ? Le mieux qu’il pouvait faire était de profiter de cette fête organisée pour lui. Il adressa un sourire à son voisin, en tentant de reprendre le fil de la conversation. Contrairement à ce que suggérait son attitude, Kim aimait s’amuser, rire et se distraire. Il tenait ça de sa mère sans doute. Mais vivre dans le Clan Wang avait tendance à rendre sérieux, trop sérieux.

    À force de plaisanterie et de cocktails, son humeur connut une nette amélioration. Il retrouva son sourire et sa bonhomie naturelle. Très vite, il délaissa les bavardages pour investir la piste de danse improvisée au milieu des convives. Sveda lui avait appris à danser. Kim aimait danser. Il aimait bouger au rythme d’un son, sentir un corps bouger contre le sien, sentir cette étrange symbiose.

    Au coin de son œil, une silhouette attira son attention. Il la reconnut rapidement. L’Étoile qui s’était cachée dans son club quelques semaines plus tôt. La coïncidence le fit sourire, car il avait eu plusieurs fois envie de la recontacter après ça. Il s’était abstenu par prudence. Mais, rien ne lui interdisait de profiter de cette occasion pour l’approcher. Il délaissa sa cavalière en douceur le temps de disparaître dans la salle. Patient, comme un félin il se fondit dans la foule du bar pour arriver dans le dos de la danseuse.

    - A croire que vous aimez mon petit Paradis.

    D’après les médias, et sûrement sa belle-mère, Kim Wang était beaucoup trop accaparé par son travail pour avoir une relation sérieuse avec une femme. Il n’en demeurait pas moins un grand admirateur du beau sexe, tout comme des plaisirs partagés. Les demoiselles qui avaient eu la chance de le séduire parlaient toujours de lui avec étrange douceur dans le fond de leur voix, comme si elles étaient encore sous le charme du souvenir laissées.

    - Venez prendre un verre. Ce soir, c’est mon anniversaire.

    Kim attrapa délicatement la main de la jeune femme pour l’amener jusqu’au bar. Il s’installa tranquillement, un petit sourire aux lèvres. Ses yeux sombres se posèrent sur elle sans timidité. Il remarqua la façon dont elle était maquillée. Il aima la coiffure qui retenait ses cheveux. Il se demanda si elle avait quelqu’un dans sa vie.

    - Je vous ais vue danser. Vous êtes très belle quand vous dansez.
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 814
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Mar 21 Juin 2016 - 23:58
La vie est courte

Lieu :

Club

Date de l'événement :

Juin 2016

Participants :

Kim Wang

Précédemment:

Un parfum d'autrefois

A suivre:

Exposition Universelle - Partie 1



***


Une fois encore, la douce ballerine c'était métamorphosée en Reine de la Nuit. Elle avait quitté ses pointes pour des talons vertigineux et le blanc des tutus pour le noir d'une robe moulante griffée d'un grand couturier. Adieux chignon sage et tiré, ses cheveux avait été relevés en torsades complexes. Quelques mèches volontairement laissées rebelles tombaient sur son cou élancé. Le phare d'un bleu profond qui parait ses yeux d'ambre agrandissait son regard et lui prêtait des airs d'oiseau de proie. 
Odette était devenue Odile. 

Elle avait fermé les yeux et se laissait porter par la musique, son rythme, la sensualité de ses accents langoureux. Peu importait si elle dansait seule, il n'y avait qu'elle et ce rapport privilégier aux sons et à son corps. 

Ce soir là, le club était particulièrement calme. La notion était évidemment relative, mais la sélection à l'entrée avait été beaucoup plus magnanime qu'à l'accoutumée. Et pour cause, le club accueillait une soirée privée dont l'entrée se faisait sur liste et les invités avaient été triés sur le volet.
Du reste, l'ambiance n'avait en rien cet air survoltée comme de coutume, d'ailleurs, une partie de la salle était réservée aux invités de qui restreignait l'espace. Lotte ne trouvait d'ailleurs pas cette situation désagréable, il y avait beaucoup moins de monde, la musique était plus calme, les privilégiés s'attardaient davantage aux tables et aux banquette avec leurs bouteilles de champagne. 

Nikiya n'avait pas eu à poser beaucoup de questions pour apprendre les raisons de ce changement.

Lorsqu'une voix se glissa à son oreille, elle rouvrit doucement les yeux sans s'arrêter de danser. Un petit sourire s'était dessiné sur ses lèvres. 

-Peut-être bien, en effet... Rétorqua-t-elle presque du tac au tac. Elle aurait reconnu cette voix chaude et profonde entre milles. 

Elle se retourna alors, non sans une certaine sensualité, pour faire face à cet interlocuteur mystérieux. Le visage de la ballerine s'illumina et elle plongea son regard dans les deux charbons qui la dévisageaient.

-Votre anniversaire ? Elle le fixa avec cette assurance parfois déroutante de détermination. Bon anniversaire, alors, lui souhaita-t-elle avec une voix particulièrement charmeuse. Elle reprit avec un ton un peu plus moqueur. 

-Et par conséquent, vous préférez m'offrir un verre plutôt que de profiter de la soirée, votresoirée, avec vos invités ? 

Son ton narquois s'accompagnait d'un sourire amusé, légèrement provocateur. 
 
-Vous faites donc partie de ces gens qui fuient leur propre fête... Que doit-on en déduire ? Elle avait prie un ton légèrement dubitatif mais tout cet échange n'était qu'un jeu, une comédie, une parade, même.
L'étoile rit avec franchir à son compliment. 

-Et préférez-vous me voir danser sur scène, ou dans votre club ? Avait-elle demandé avec un sourire un rien provocateur. Peut-être devrais-je vous faire parvenir une place pour vous remercier de votre attention de la dernière fois ? J'ai apprécié votre geste, pour mon amie. Ou deux ? Peut-être viendriez-vous accompagné ? La question était habilement posée. Je voulais vous remercier plus tôt, mais je n'ai jamais eut l'occasion de vous croiser à nouveau. Ce n'est pas faute de venir toutes les semaines. 

Un nouveau sourire malicieux se posa sur ses lèvres. Difficile de dire si elle était, ou non sérieuse, mais il aurait été aisé d'apprendre  que l'étoile fréquentait l'établissement très régulièrement, qu'elle y avait d'ailleurs ses habitudes, comme celle de ne commander que du champagne, de venir la plupart du temps avec d'autres danseurs - souvent les deux mêmes jeunes hommes - et de repartir généralement au bras d'une jolie fille... Toujours différente. Mais ça, c'était lorsqu'elle ne s'introduisait pas discrètement dans des zones d'accès rétreint pour s'occuper -en toute chasteté - de demoiselles en détresse et à deux doigts de la syncope.

Avec un air un peu mutin, elle sortit un petit sachet en plastique dans lequel reposaient deux pilules. 

-Je connais la politique de la maison, mais je ne dirais rien si vous ne dites rien... Elle posa un cachet violet dans la main de l'homme. Elle ne prendrait le siens que s'il faisait de même.
Nikiya
Sphère Artistique
avatar

Messages : 397
Etat Civil : Mariée
Pouvoirs : Conscience et contrôle du fonctionnement physiologique de son corps


Et v’la que je te fous la main sur le sein!
Revenir en haut Aller en bas
Ven 24 Juin 2016 - 12:27


Kim Wang


    Le jeu de séduction instauré par la jolie demoiselle tira un léger sourire sur les lèvres de la métisse. Il n’était pas réellement surpris. Les échos qu’il avait eus des chefs de salle, tout comme du beau monde édimbourgeois corroborait avec sa première impression. Kim adopta sans difficulté une attitude similaire et entra dans la partie avec une réplique aussi charmeuse que sincère.

    - Peut-être que je préfère la compagnie des étoiles à celle des requins ? Car si l’héritier des Wang devait être honnête, avec lui-même, les intrigues de son père l’avaient lassé depuis longtemps.

    Oui, il était las de ce monde de secret et de danger. Il trouvait cette vie plutôt insipide. En particulier depuis qu’il avait perdu Violet. Mais, contrairement à ce que les gens pouvaient s’imaginer, l’immortalité ne donnait pas tous les pouvoirs.

    Une lueur s’alluma dans le fond de ses yeux noirs. La fraîcheur de cette jolie femme lui faisait du bien. Il apprécia de l’entendre rire. C’était un son qu’il chérissait. Le son du bonheur partagé. Il aurait voulu l’entendre plus souvent. Pourtant, tout le monde autour de lui paraissait jouer faux. Kim se figurait qu’il était peut-être trop vieux. Il se demandait quelques fois, comment son frère Joachim avait pu vivre aussi longtemps sans perdre la tête. Mais, à l’instant, il songeait plutôt à abuser de son statut du jour pour réclamer quelques pas de danse.

    - Hum. Pourquoi choisir ? Quand vous faites les deux sans que j’ai as le demander ? La taquina-t-il tranquillement . Lotte était bien différente de ce à quoi on pouvait s’attendre, lorsque l’on connaissait sa famille. Elle avait la grâce des femmes enfants.


    - Deux oui. Je connais quelqu’un qui pourrait apprécier la beauté du spectacle. Avec un petit sourire en coin, car il n’était pas dupe, quand à la réellement question de son interlocutrice.

    Kim avait plus ou moins saisi que sa cadette était partie en déplacement avec Elias. Mais le voyage ne semblait pas prévu pour durer. A leur retour peut-être accepterait-elle qui l’emmène voir ce ballet.

    - Ah ah. Ce pourrait être amusant… Wang attrapa le cachet et l’avala sans hésiter. Oublier la réalité pour une poignée d’heures ne pouvait pas lui faire de mal.

    Avant que le produit ne commence à faire effet, Wang eu la présence d’esprit d’éteindre son téléphone. De toute façon, il y avait au moins trois de ses hommes dans le club en train de le surveiller. Il adressa un sourire à sa complice en lui libérant les mains, pour s’en saisir et la conduire vers la piste. La foule s’écarta devant le roi de la soirée. Kim s’arrêta au centre de la piste. Il leva une main vers le plafond pour faire un geste de reconnaissance.

    La musique changea automatiquement de style. En un instant l’atmosphère de la salle s’adapta au choix du patron. Les lumières imposèrent les prémisses d’une transe. La foule poussa un cri ravi. La soirée était engagée.

    - Danse avec moi princesse. Susurra-t-il soudain beaucoup moins gentlemen.

    Kim avait grandi, entouré par des sorciers africains, pour qui la danse était le moyen de communiquer avec les dieux. Malgré tout, une grande part de lui restait influencée, par ce qu’il avait appris dans le désert avec sa mère. De plus, il avait vraiment besoin de relâcher la pression. Un corps à corps commençait qui n’était pas dénué, de sensualité, ni de désir.

    Il ne fallut pas plus d’une chanson, pour que son esprit se soit complètement déconnecté du réel et du présent. Puis, pas beaucoup plus encore, pour que sa bouche parte à la recherche de celle de sa belle partenaire. Il en avait eu envie la dernière fois, ce soir, rien ne lui interdisait de le faire. Peu importait les conséquences, ils verraient ça plus tard.

    - Tu me plait. Lui confia-t-il avant de la caresser du regard. La danse devint un peu plus intime.


Music
一粒沙子
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 814
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 28 Juil 2016 - 9:15
Le cœur battant, les pupilles légèrement dilatées sous l'effet de l'ecstasy maintenant dans son organisme, Lotte avait répondu aux baisers venues avidement chercher ses lèvres. Électrisée par la promiscuités de leurs deux corps brûlants, elle s'était rapidement laissée aller aux sensations qui l'envahissaient.
Seuls au milieu de la foule.
Elle avait cette étrange mais agréable impression d'être extérieur à son corps et pourtant, d'en avoir une conscience décuplée. Laissant ses sens ressentir à la place de son esprit, elle dansait tout contre lui, les yeux presque fermés.
Elle avait envie de lui.

Alors l'étoile avait glissé sa main dans celle de son partenaire de danse comme il avait pu le faire plus tôt lorsqu'il l'avait entraîné sur la piste de danse. Elle l'emmenait maintenant à l'écart de la foule, de la piste, du monde.
Un petit sourire carnassier sur les lèvres, elle l'avait conduit dans l'un des salons privés du club. Au moins ne craignait-elle pas d'être rappelée à l'ordre par le patron pour détourner les règles. Une fois la porte refermée derrière eux, elle l'avait poussée sur l'une des larges banquettes mais ne l'avait rejoint tout de suite. Elle avait préférée continuer à se mouvoir doucement, sur un rythme à présent beaucoup plus lascif :

-Ça te dit de voir une toute autre danse ? Avait-elle murmuré en passant une main dans ses cheveux.

Ses doigts fins était venu, tout doucement, retirer une à une les épingles qui maintenaient en place sa choiffure aux reflets d'acajou. Sa chevelure tomba finalement en une cascade de boucle brune sur ses épaules. Continuant de se dandiner, sensuelle, elle avait commencée à retirer son haut qu'elle laissa choir au sol avec une négligence calculée.
Son sourire était mutin.
Du bout des ses doigts, elle caressait sa peau de lait.

Puis, elle était venue se placer sur les genoux du prince de la soirée et, lui passant une main sur la nuque, l'embrassa avec fougue. Entre deux baisers, elle souffla :

-Je peux être ton cadeaux, si tu le veux...

Déjà, elle laissait courir ses deux mains dans son dos pour venir dégrafer son soutient-gorge.
Puis elle avait pris la main de l'homme dans la sienne et vint la faire glisser, soupirante, sur son sein ainsi mis à nu.
Toute les sensations étaient décuplées par la drogue. Dans son bas ventre, la flamme du désir semblait la dévorer. Impatience fébrile, elle s'employait néanmoins à faire durer chacun ses gestes.
Nikiya
Sphère Artistique
avatar

Messages : 397
Etat Civil : Mariée
Pouvoirs : Conscience et contrôle du fonctionnement physiologique de son corps


Et v’la que je te fous la main sur le sein!
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 28 Juil 2016 - 22:22


Kim Wang

Music
一粒沙子


    L’euphorie s’empara de Kim à une vitesse fulgurante. C’était l’entrée dans l’état second. Il se laissa guider par la lumière que dégageait le petit astre. Un rire s’échappa de ses lèvres tandis qu’ils disparaissaient de la soirée. De toute façon, il n’avait pas envie de faire la tête avec les autres. Lotte lui offrait une jolie porte de sortie sans même le savoir. La porte du salon, elle, se referma dans un bruit mat derrière eux. Ils n’entendaient plus que les basses de la discothèque. La pièce était faiblement éclairée. Elle favorisait la promiscuité et de fait !

    Kim se laissa tomber sur le sofa totalement captivé par le jeu de sa partenaire. Il l’observait se mouvoir d’un regard déjà brûlant d’une passion décuplée par la drogue. Il se sentait perdre pied avec une délicieuse impression de vertige. Quelle liberté, il y avait de se laisser entraîner par ses instincts les plus simples. Lotte lui apparaissait sous les traits d’un ange évanescent. Il lui sourirait l’accueillant sur ses genoux. La perception du temps et de l’espace se diluait, alors qu’il découvrait la douceur de sa peau…

    Ce fut la soif qui extirpa le Prodige de l’inconscient. Il battit lentement des paupières. Les lumières halogènes lui agressèrent les pupilles. Il ferma de nouveau les yeux. Il fallut quelques secondes pour que ses neurones fassent les connexions logiques. Sa mémoire projeta des flashs de la nuit sous ses paupières. Il tourna la tête pour voir la jeune femme assoupie à ses côtés. Lotte dormait comme une princesse. Kim la trouva jolie. Il se redressa lentement et s’assit au bord du sofa, avant de masser sa nuque. Ils s’étaient endormis ici sans se préoccuper du lendemain. Cela ne lui était pas arrivé depuis longtemps.

    Kim enfila rapidement son caleçon et alla se chercher une bouteille d’eau gazeuse dans le minibar. La fraîcheur du frigo l’aida à reprendre un peu ses esprits. Il partit à la recherche de son téléphone pour le rallumer. Il avait déjà deux appels en absence et il était en retard à son premier rendez-vous qui avait démarré il y a un quart d’heure. Alors, le fêtard rassembla ses vêtements et se rhabilla en silence. À mesure qu’il se réveillait, il reprenait pied dans la réalité.

    Il s’asseyait ensuite au bord du sofa pour enfiler ses chaussures. La vue de la ballerine en train de dormir le fit soudain se stopper. Il ne put retenir un sourire charmé à la voir si belle abandonné dans les bras de Morphée. Il alla délicatement embrasser l’épaule de la jeune femme et lui chuchota.

    - Lotte, je dois aller bosser. Merci pour le cadeau. Je dirais à un des gars de t’appeler un taxi. Dors tranquille.

    L’envie de s’attarder dans les bras de la belle faillit l’emporter, mais son GSM se mit à vibrer pour le rappeler à la réalité. Quelqu’un se chargeait de brimer ses accès romantiques. Sans doute était-ce mieux. Kim se faufila donc hors de la pièce. Il décrocha dans un russe un peu sec. Il claqua des doigts pour attirer l’attention de son garde du corps. Pendant une pause dans la discussion, il informa son employé.

    - Veille sur elle jusqu’à son réveil. Donne-lui tout ce qu’elle demandera. Et dis à Hun d’effacer les enregistrements de cette nuit.

    Kim jeta un dernier regard vers le salon VIP. Il espérait que la danseuse avait passé une aussi bonne nuit que lui. L’anniversaire était terminé. Mais il n’était pas impossible qu’ils se recroisent plus tard. L’un de ses hommes l’aborda lui tendant un paquet en lui parlant de la matinée, qui avait déjà pris du retard. L’Asiatique l’écoutait d’une oreille plus intéressée par le paquet que par l’emploi du temps. La surprise le stoppa sur place.

    - Qui t’a donné ça ?

    L’homme de main fixa son patron décontenancé par la question, totalement hors contexte. Il baissa les yeux sur ce qu’il avait entre les mains. Protégé sous une petite cloche de verre, un dragon de sable battait lentement des ailes. Un murmure d’admiration se fit autour de l’Immortel. Il dévissa délicatement le dôme. L’animal fantastique s’envola vivement pour aller virevolter autour de lui. Il feula près de son oreille.

    Une fois l’étonnement passé le Prodige se débarrassa de la boîte. Il scruta la création de sa mère d’un œil colérique. L’animal vint se poser dans sa paume à la recherche de ses caresses. Kim grogna doucement. Agacé, il écrasa la statuette entre ses mains. Elle se désintégra pour délivrer un petit billet sur lequel avait été calligraphié un seul idéogramme. Kim déchira alors vivement le papier et se remit en mouvement. Il devait vraiment aller travailler. Ce qui n'allait pas être évident après cette folle nuit dans les bras d'une fée.
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 814
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Ven 29 Juil 2016 - 0:26
Le réveil avait été pénible. Probablement provoqué par la douleur qui pulsait à un rythme régulier derrière ses tempes, il avait tout de même fallu à la ballerine de longues minutes pour se tirer de sa léthargie. Elle se sentait faible, nauséeuse. La déshydratation, assurément, qui avait fait son effet au cours des quelques heures de sommeil qu'ils s'étaient accordés. Une main sur les yeux, pour pouvoir supporter la luminosité, pourtant faible de la pièce, elle avait cherché du regard le prince de la soirée.
Mais elle était seule. Envolée l'euphorie et son partenaire d'une nuit. La descente était particulièrement pénible. Elle s'était tout de même levée, avec précaution, la tête lui tournait et elle devait éviter les mouvements trop brusques. Elle avait trouvée une bouteille d'eau minérale, qu'elle but d'un trait pour satisfaire son corps en demande, et força son organisme à chasser les dernières trace du narcotique de son organisme.
Elle était restée quelques minutes assise, son œil embrassant la pièce. Quelle heure pouvait bien t-il être ? Si Kim s'était éclipsé, il était probable que la journée ait déjà largement commencée. Elle espérait seulement ne pas rater toute une répétition.
Une fois légèrement remise de ce réveil, elle avait rassemblé ses affaires et s'était rhabillée. Elle avait ensuite chercher son sac et son téléphone, introuvable. Elle pesta, chercha partout mais finit par abandonner :

-Et merde ! Avait-elle soufflée, agacée. Elle n'avait ni papier, ni argent, ni téléphone pour prévenir qui que ce soit, et encore moins, de quoi la booster pour démarrer un peu mieux la journée.

Elle finit par sortir du petit salon et déjà, un homme vint vers elle. Elle avait hésité, n'osant croiser son regard. L'endroit était presque silencieux, seule une légère musique d'ambiance prévenait du silence totale. L'homme s'adressa immédiatement à elle, lui demandant si elle voulait un taxi ou tout autre chose. Lotte hésita, avant de répondre :

-Un taxi, oui, merci... elle sembla encore hésiter une seconde avant de reprendre. Et... auriez vous, par hasard, un numéro, où je peux joindre votre patron ?

Mon dieu, pour qui elle allait passer. Le type lui avait pas laissé son numéro, il était évidement que tout cela n'était qu'un coup d'un soir. Est-ce que les autres nanas qui devaient sortir de ce salon d'autres matins comme celui-ci demandaient au videur le numéro de son patron ? Elle soupira, elle voulait juste savoir, au cas où ils retrouvaient son portable dans son club, il y avait, mine de rien, une bonne partie de sa vie, dans ce machin.
L'homme de main s'éloigna après l'avoir invité à attendre au bar que le chauffeur soit là. Elle s'était installée sur l'un des tabourets haut et avait sourit au barman qui s'affairait à ranger des bouteilles d'alcool fraîchement livrées, derrière le comptoir. Il lui rendit un sourire charmant. Dents blanchies, silhouette musclée et bronzée, cheveux légèrement gominé... un stéréotype. Puis, la danseuse jeta un coup d’œil au reste de la salle, que l'on préparait déjà pour le soir suivant. Le lieux étaient étrangement vastes, une fois vide, sans tous ses danseurs frénétiques et ses lumières stroboscopiques.
Elle aperçut alors un petit groupe d'hommes en costumes, les mines sérieuses, sortant d'une arrière salle. Ils entretenaient une conversation dans une langue qu'elle ne comprenait pas, mais qui lui semblait être du mandarin. Personne dans la boite de nuit ne le prêtait attention et Nikiya détourna le regard pour faire de même.
Nikiya
Sphère Artistique
avatar

Messages : 397
Etat Civil : Mariée
Pouvoirs : Conscience et contrôle du fonctionnement physiologique de son corps


Et v’la que je te fous la main sur le sein!
Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Aoû 2016 - 10:44

Jao Wang


    Quatre hommes venaient d’entrer par l’une des portes du fond. L’un d’eux parlait avec emphase. Il battait des mains au rythme de ses intonations. Deux autres donnaient l’impression de lui tenir tête. Le dernier n’avait pas prononcé un mot. Il écoutait ses collaborateurs avec attention. Ils se ressemblaient, minces, costumés, rasés de près. La peau saine, les ongles manucurés, la posture, chaque détail de leur personne, indiquait qu’ils faisaient parties des privilégiés de ce monde morcelé.

    Ils traversaient la salle sans faire attention aux autres. Mais l’un d’eux avait ralenti l’allure. Il sortit du groupe et prit une direction différente. Si Kim avait de la prestance et du charisme, cet homme-là en avait plu, beaucoup plus. On pouvait sentir tout autour de lui son aura naturelle. Celle du guerrier, du Samouraï, du conquérant, qui avait fait trembler l’Asie.

    Jao Wang faisait partie de ces Prodiges sans âge. Il avait connu la chute de plusieurs empires orientaux. Pour ceux qui auraient quelques bases en Histoire… La dynastie Sui l’avait employé la première. Le monde moderne lui avait fait poser son sabre et son armure. Pourtant, sa grâce féline trahissait une agilité sans faille. Et il avançait vers Lotte Hoffmeister.

    D’un regard il ordonna au barman de quitter son poste. L’employé ne discuta pas. Preuve si besoin que Wang père possédait des droits sur tout ce qui se trouvait en ce lieu. Il attrapa son cellulaire dans la poche droite de son pantalon et pianota quelques secondes. Puis, il passa derrière le bar, et prépara une boisson énergisante. Ses mains étaient vives, précises dans chacun de leurs mouvements, comme si elles dansaient. Il déposa le verre devant la danseuse et d’un regard lui ordonna d’en boire le contenu.

    À base de fruits frais, cette décoction épurait l’organisme de plusieurs toxines, dont la drogue. Une recette vieille comme le monde qui continuait de faire ses preuves. Jao patienta le temps que la danseuse boit l’intégralité de la préparation. Il s’adressa ensuite à elle d’une voix extrêmement claire et calme.

    - Contentez-vous de distraire Xin. Oubliez mon fils. Vous n’êtes pas faite pour lui.

    Jao quitta le derrière du comptoir, comme si tout était dit. D’ailleurs, il n’attendait aucune réplique de la part de cette enfant. Il l’observa une dernière fois des pieds à la tête.

    - Passez mon bonjour à votre frère.
    La silhouette du Samouraï s’éloignait déjà.

    Dés que Wang se trouva hors de la vue de la ballerine, l’homme de main de son fils pénétra dans la pièce. Il se posta en vigile devant la porte d’entrée. Il ne décocha pas un mot, rien. Deux minutes plus tard, une voix vrombissait dans son oreillette de service. Il s’avança pour venir escorter avec déférence la jeune femme hors du club.
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 814
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Mer 17 Aoû 2016 - 18:35
L'étoile avait reconnu l'un des hommes en complet. Jao Wang. Elle avait détourné les yeux, imaginant qu'il passerait sans même lui porter un regard.
Il ne lui avait jamais été donné de rencontrer l'homme sans la compagnie de sa femme, mais elle avait le souvenir d'un individu impressionnant et froid, posant un regard sombre et sans filtre sur son environnement. Le genre de regard à vous glacer... Mais Lotte avait suffisamment de prestance et d'assurance en public pour donner le change, d'autant plus aux côtés de son amie.

Mais les circonstances étaient ici toutes autres. Du coin de l’œil, elle avait vu le chinois se détacher du petit groupe pour se diriger vers elle. Les battements de son cœur s'était légèrement emballé et elle avait instinctivement retenue sa respiration.
En silence, le barman avait laissé sa place au comptoir pour vaquer à d'autres activités et l'immortel était venu se planter devant elle, sans décrocher le moindre mot. La gorge légèrement serrée, elle avait relevé les yeux vers le prodige, tandis que naissait au creu de son ventre une sensation étrange et désagréable.

Sans qu'aucune parole ne soit échangée, elle avait observé chacun des gestes précis de l'homme, sans jamais quitter ses mains des yeux alors qu'il préparait avec minutie une décoction qu'il finit par faire glisser vers elle sur la surface parfaitement lisse du bar. Un frisson avait parcouru sa nuque pâle. Sur son visage, elle s'évertuait à conserver les traits détendu d'une neutralité légèrement surjoué pour compenser le profond malaise qui s'était emparé d'elle depuis l'entrée du mafieux. Elle sentait son regard de charbon posé sur elle, ne lui laissait aucun autre choix que de boire le nectar présenté. Elle s'exécuta toujours sans rien dire, portant avec une certaine appréhension le verre à ses lèvres.

Le mélange n'avait pas un goût particulièrement marqué, un peu vert, mais pas non plus imbuvable, cependant, la jeune femme pouvait en sentir les effets presque immédiats et positifs sur son organisme. Elle hocha doucement la tête en guise de remerciement, mais il ne semblait en avoir cure. Il s'était contenter de rompre le lourd silence pour s'adresser à elle avec un calme glacée qui la pétrifia. Le ton était sans réplique. Elle resta abasourdit de cette intervention, alors que tout son être aurait voulu protester à cet ordre aussi injuste que dégradant. Sa raison la retint de répondre quoi que ce soit ou même de montrer son désaccord. Elle se contenta de serrer les dents. Ressassant pour elle-même qu'on ne lui avait jamais dit quoi faire...

Wang avait quitté le bar et s'apprêtait à l'abandonner là mais non sans un dernier regard scrutateur qui la mis profondément mal à l'aise. Les quelques mots dont il finit par la gratifier la laissèrent aussi muette qu'immobile. Elle le regarda s'éloigner et lorsque sa silhouette eut disparu, elle reprit sa respiration, comme sortie d'une longue apnée. Sous l'émotion, elle avait étouffée un sanglot. Comment savait-il ? Une seule réplique qui tournait en boucle dans son esprit confus, avec un accent de panique. Elle passa, tremblante, une main sur son front pour se reprendre. Elle s'en voulu de s'être montrée si impressionnable, mais elle frissonnait encore de revoir le regard qu'il avait dardé sur elle.

Lorsque le vigile vint la chercher pour l'accompagner jusqu'au véhicule qui l'attendait, elle était toujours profondément silencieuse. Elle le remercia à demi mot et s'engouffra dans la voiture. Elle en avait totalement oublié de demander le numéro de Kim. Elle sembla hésiter l'espace d'un instant, alors qu'elle allait donner l'adresse de l'Opéra, elle changea d'avis et de plan, et, à la place, avait donnée une adresse dans Old Town.

[Sujet clos]
Nikiya
Sphère Artistique
avatar

Messages : 397
Etat Civil : Mariée
Pouvoirs : Conscience et contrôle du fonctionnement physiologique de son corps


Et v’la que je te fous la main sur le sein!
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: New Town :: Autres lieux-