Entre la vie et la mort

 :: Édimbourg :: Westside :: Edinburgh public hospital Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 16 Mai 2016 - 11:29
Un croissant dans une main, un café dans l'autre, ses amis autour de lui, voilà qui plaisait à Castiel. De savoir que Kevin allait s'en remettre était le meilleur sentiment de tous, et il était touchant de voir tous ces gens rassemblés autour de lui. La Potential Home était plus qu'une institution : c'était une véritable famille. Le jeune homme aurait tout le soutien dont il aurait besoin. D'autant que la situation était difficile pour lui, le guérisseur pouvait le sentir. Il pouvait percevoir la souffrance et l'angoisse qui agitaient la lueur d'âme de son ami. Ce dernier n'appréciait vraiment pas de se retrouver ainsi cantonné à un lit d'hôpital, et le cœur de Castiel souffrait avec le sien.

« Courage, Kevin. Je sais que ce n'est pas facile pour toi, mais tu n'auras pas à traverser ça seul. Nous serons avec toi jusqu'au bout. L'important, c'est que tu récupères. Et lorsque tu seras sorti, nous irons voler. Et si je peux faire quoi que ce soit pour accélérer ta guérison, tu n'as qu'à le demander. Je ne te l'imposerai pas, mais sache que je le ferai sans hésitation. »

James trempa distraitement son croissant dans le café, avant d'en avaler une nouvelle bouchée. Il se disait qu'une des pâtisseries de Feuerbach aurait convenu à merveille pour l'expérience, mais il ne lui en restait plus. L'infirmière et le médecin ne tardèrent pas à les faire sortir. Rassuré par le calme qui émanait du docteur, Castiel adressa un dernier sourire encourageant à Kevin avant de suivre les autres à l'extérieur. Ils n'étaient pas loin, et Kevin le savait.

« Ne vous inquiétez pas, monsieur Scoltly. » dit Castiel au père de Kevin. « Votre fils est fort, et il peut compter sur nous tous. »

Tandis qu'il prenait place sur un des sièges, il épousseta les miettes accrochées à son manteau. Il était toujours en chaussons, qui s'avéraient étonnamment confortables. Peut-être bien qu'il ne s'embarrasserait plus de chaussures après ça ; et puis c'était compliqué à attacher, les lacets. Surtout quand il s'y coinçait le doigt parce qu'il pensait à autre chose. Ils n'avaient plus qu'à attendre, maintenant ; au moins étaient-ils en bonne compagnie. Lorsque le médecin sortit une heure plus tard, ce fut pour les rassurer aussitôt. Il ne restait plus qu'à l'infirmière d'effectuer les derniers soins, et... Lorsque la femme réapparut, se dirigeant vers la chambre, Castiel sut tout de suite que quelque chose avait changé. La lueur d'âme de la femme avait changé, comme si elle s'était tordue, sa couleur devenue atroce ; il put presque sentir une odeur nauséabonde à ses narines, qui lui soulevait le cœur.

En un instant, le prodige avait jaillit, ses ailes étendues derrière lui, plaquant l'infirmière contre le mur. Les yeux de Castiel avait l'éclat de l'orage, et toute trace de sa confusion habituelle avait disparue. Il était impressionnant et terrible, une facette de lui qui ne remontait à la surface qu'en cas de nécessité. Comme lorsqu'un individu aussi néfaste risquait de menacer l'un de ses amis. Il ne se souciait nullement des réactions des autres, ne pensant qu'à Kevin.

« Qui êtes-vous ? » lui demanda-t-il, menaçant et impérieux. Puis, à Dastan et Kender : « Quelque chose a changé chez cette femme. Son âme est...mauvaise, dangereuse. Je peux le sentir. »
Castiel
Sphère Savoir
avatar

Messages : 108
Etat Civil : célibataire
Pouvoirs : immortalité - ailes (vol) - empathie - guérison/évacuation - empreinte
Revenir en haut Aller en bas
Mer 25 Mai 2016 - 19:43
L’intervention de Kender mit visiblement Kevin dans une situation d’inconfort. La directrice de la House Social avait beau être compréhensive, l’inquiétude et le manque de sommeil suffisaient à lui faire monter les tours. Même envers le blessé. Elle se tourna pour poser son regard noir sur la personne qui avait posé une main sur son épaule, mais elle oublia immédiatement sa colère lorsqu’elle croisa le regard du père de Kevin. Elle s’écarta, hochant légèrement la tête, une expression mi-honteuse mi-épuisée. Elle s’excusa en un murmure auprès de Kevin et de son père pour son attitude, tout en poussant un soupir de soulagement et de fatigue. J’en profitais pour proposer le café et les croissants que nous avions apporté, afin de clore cet incident.

"Bonjour Kevin. Tu nous as fait sacrément peur, mais je suis content de voir que cela semble se remettre. Ne force pas trop, quand même…" Je lançais un regard à Kender, hochant doucement la tête pour lui signifier ma compréhension. Après tout, elle s’était démené sans repos depuis hier, et connaissait assez bien le caractère têtu de son assistant. Je souris face à la demande du jeune homme, et même si l’infirmière vint couper termes à ses rêves, je lui répondis néanmoins : "Si tu es en mesures de sortir après que le docteur soit passé, on t’emmènera prendre un vrai brunch dehors. Ça vous va tout le monde ?"

Le dinner d’Angie en avait vu d’autres, après tout. Et je savais d’expérience qu’on y servait un excellent petit-déjeuner. De quoi requinquer notre malade. Le médecin se fit heureusement assez optimiste, nous promettant qu’il en avait pour une heure. Confiant, je sortis avec les autres de la chambre, et leur proposais le café ainsi que les croissants pour patienter. Je proposais à Kender de rentrer pour se reposer, ce qu’elle refusa avec force, se contentant de somnoler sur un siège. Je hochais la tête pour signaler mon approbation face aux paroles sages de James, et passait le reste de l’heure à envoyer des messages et à m’éclipser quelques instants pour téléphoner à l’école, histoire de voir comment tout se passait là-bas et pour donner des nouvelles. Beaucoup seraient certainement ravi de savoir que Kevin semblait sorti d’affaire.

Finalement, le médecin revint, et nous annonça qu’il en avait presque terminé. Il ne restait plus que quelques derniers soins. Soulagé, je me tournais vers mes camarades pour partager cette bonne nouvelle. Mais la joie fut de courte durée. Avant même que je ne le réalise, James s’était précipité vers l’infirmière pour l’immobiliser, se montrant étonnamment menaçant et sur la défensive. Je le regardais avec stupéfaction, lançant un regard à Kender, qui s’était réveillée d’un coup et était désormais sur le qui-vive, mais tout aussi perplexe que moi.

Mon regard s’assombrit lorsque Castiel nous expliqua que quelque chose clochait chez cette infirmière. La réaction de Kender ne se fit pas attendre, et en un bond, elle rejoignit l’ange pour saisir la gorge de l’infirmière en la fixant d’un regard sombre et inflexible. Vu la force que la directrice pouvait avoir, la sommation de parler était plus qu’évidente pour l’intruse, si elle souhaitait garder un quelconque apport en oxygène. De mon côté, je tâchais de me mettre entre cette femme et le reste du groupe, tout en signalant au reste du corps médical de ne pas intervenir. Je ne savais pas ce qui était en train de se passer, mais la façon dont avait réagi James me laissait entendre que c’était extrêmement sérieux. On avait après tout déjà essayé d’attenter à la vie de Kevin, et cela n’était pas impossible que la tentative échouée ne soit retentée à nouveau.
Dastan
Sphère Technique
avatar
Messages : 596
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps



Don't waste your time or Time will waste you



Don't click... unless you wanna be blinded (a)

Revenir en haut Aller en bas
Lun 30 Mai 2016 - 23:35
Elle pensait n'être là que par devoir de citoyenneté, être restée à son chevet en guise de simple reconnaissance. Elle se savait trop peu altruiste pour se sentir concernée du bonheur et du malheur des inconnus. Elle n'était donc pas ici au titre d'amie mais seulement par moralité et éducation. Tout du moins c'est ce dont elle fut certaine jusqu'à ce que ses yeux se posent sur ses lèvres souriantes. Elle les observa s'étirer avec malice et tendresse, formant une jolie facette asymétrique sur sa joue droite. Il souriait de travers, une particularité qui sembla toucher son cœur ignare. Son regard glissa jusqu'au sien pour s'y arrêter le temps d'une longue seconde. Elle aimait cette tendresse infinie qui en émanait généreusement mais elle se sentit soudainement assaillit pas un puissant sentiment de culpabilité. Elle ne lui aurait jamais sauvé la vie au détriment de la sienne. Elle tenta de se convaincre qu'elle représentait la normalité et lui la déviance mais sa conscience resta meurtrie car Mylénia savait pertinemment que la bonté du jeune homme finirait par la persuader de n'être faite que de vices. Rapidement revint au centre de la conversation les motivations des agresseurs. Pour la jeune mutante il était évident que leur haine ne lui avait pas été destinée car trop de personnes étaient au courant de sa mutation et aucune n'avait de mauvaise intention à son égard. Naïve ou encore galvanisée par le sentiment d'immortalité et d'infaillibilité que ressentaient les adolescents, elle ne pouvait concevoir que l'on porte atteinte à sa vie.


-Personne ne me fera du mal. Je ne dérange pas l'ordre des choses. Je n'ai aucun rôle. Dit-elle sincèrement.


Sa mutation était invisible, discrète et inoffensive ce qui suffisait jusqu'alors à la protéger des extrémistes trop ambitieux et des racistes haineux, elle se savait insignifiante dans la guerre des idéaux qui soulevait les Hommes. Si on n'en venait à s'attaquer à elle, ses blessures ou sa mort ne pouvaient être qu'un dommage collatéral, pensa-t-elle avec ferveur. Elle savait cependant, et elle avait comprit cette nuit à quel point ce garçon était prodigieux et pourquoi il était au centre de la bataille. Il était puissant, exagérément talentueux et porteur d'espoir pour leur race. Kevin incarnait le génie de la mutation, il était une cible à atteindre, un modèle à anéantir.


Elle se recula pour laisser le champ libre à tout ces autres venus accueillir le nouveau souffle de Kevin. De sa place, elle les observa, goûta à la magie de l'amitié et se sentie effroyablement seule en voyant se défiler de proches soupirer de joie, s’émerveiller et s'entraider comme une seule famille. Elle n'y vit rien d'injuste, il était bon, bienveillant et profondément altruiste, il ne pouvait en être autrement, mais là encore elle sentit la faille séparer leur deux êtres. Elle se força à chasser ses pensées solitaires, et revint au présent. Elle aperçu une femme à l'allure frêle et raffiner dans l’entrebâillement de la porte et dans un réflexe incontrôlé elle se pencha légèrement pour mieux discerner son visage. Une jolie créature aux cheveux noisettes. Elle l'observa un temps à la dérobée, se demandant qu'elle lien elle pouvait entretenir Kevin avec elle. Une amie, une sœur, un amour, une amante ? L'idée que bientôt elle n'aurait plus sa place dans leur univers la glaça et elle se perdit une fois encore dans les méandre de son esprit tortueux. Mylénia quitta la pièce et regagna le couloir pour laisser un temps d'intimité aux autres arrivants.


La proposition de Dastan la sortit de son introspection. Il invitait les siens à venir se restaurer loin de cet hôpital. Elle avait beau être admirative de leur fraternité et de leur dévotion, les entendre et les voir suffisait à lui faire comprendre qu'elle n'était pas des lueurs. Ils n'étaient pas des monstres, mais ils étaient bien trop différents d'elle. La vision des ails de James lui renvoyait quelque chose de contre nature. Aussi majestueux et bienfaisant pouvait-il être, il n'appartenait pas aux Humains et elle doutait d'être capable de marcher à leur côté. Elle n'était pas certaine de pouvoir s'assimiler à leur difformité. Les mutations physiques étaient pour elle bien plus difficile à accepter car elles dévoilaient à tous qu'ils étaient des anomalies, des erreurs.


Alors que l'infirmière s'approchait de la chambre de son patient pour lui prodiguer les derniers soins, la voix de James gronda et indiqua à l'occupant de la chambre ainsi qu'à ses compagnons de la présence d'un nouveau danger. Aussitôt Mylénia profita de l'agitation pour se faufiler dans l’entrebâillement de la porte. Rapidement elle se rapprocha de Kevin. Elle détestait que l'on pénètre dans son espace privé et pourtant en y regardant de plus près on vit son bras effleurer celui du garçon, puis sa main venir chercher la sienne. Elle pressa ses doigts entre les siens et recula de quelques pas pour augmenter la distance de sécurité entre eux et à la menace. Elle guetta d'un œil rapide la baie vitrée. Elle continua à lui demander silencieusement de s'en rapprocher sans quitter une seule seconde la porte des yeux.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 6 Juin 2016 - 23:33
La gracieuse ballerine s'était tenue, par égard pour les proches, en retrait de toute l'agitation des retrouvailles. Dans ses mains de porcelaine, elle faisait délicatement tourner sur elle-même la boite de chocolats qu'elle avait apporté pour encourager le rétablissement de Kevin. Lisant et relisant les quelques mots imprimés d'or sur le carton qui protégeait les confiseries - Teuscher. Fine chocolate. 1932. Switzerland. - elle tentait de faire passer les minutes qui s'égrainaient avec une lenteur provocatrice. De ses doigts fins, elle lissait le ruban d'organza blanc qui enserrait la boite brune, perdue dans ses pensées.
La démarche de cette visite lui apparaissait à présent passablement futile. Le jeune homme était très bien entouré et le personnel soignant n'avait probablement pas besoin d'un autre visiteur encombrant le couloir du service de réanimation.
Elle s'était donc levée, laissant sur une table basse de la salle d'attente les chocolats qu'elle avait pris soin d'acheter, et s'apprêta à quitter l'hôpital. Elle se trouvait aux niveaux des portes donnant sur le parking des ambulances, qui s'ouvrirent à son approche.

-Monsieur, le corps sans vie d'une infirmière a été retrouvé dans une réserve du troisième étage. Le ton était neutre, professionnel.

Elle venait de surprendre une phrase échangée entre l'allemand et son garde du corps. Ce dernier s'était d'ailleurs prestement retourné vers elle en entendant coulisser les portes.
D'instinct, Nikiya s'était figée.
Feuerbach la dévisagea pour une seconde avec une intensité déroutante, avant de hocher la tête à l'attention de son employé qui, aussitôt, s'éloigna de quelques pas afin de donner une suite d'ordres courts et précis, probablement via l'oreillette qu'il devait porter.

-Un métamorphe, précisa alors la montagne de muscle à son patron sans plus se soucier de la présence de l'étoile.

Cette dernière avait fait volte face. De là où elle se trouvait, elle pouvait voir le couloir où s'était rassemblé, devant la porte du blessé, ses proches. Elle observa, ébahie, la scène qui se déroulait sous ses yeux. Un homme - un prodige plutôt, puisque doté de deux ailes impressionnantes – barrait le chemin d'une infirmière qu'il avait l'acculé contre au mur, menaçant. Lotte ne pouvait saisir d'aussi loin les paroles échangées, mais les attitudes étaient suffisamment significatives. Déjà un petit bout de femme avait prit l'aide soignante au col et semblait demander des explications.
En quelques mots, l'homme d'affaire avait ordonné à Lars le renforcement de la sécurité autour de la chambre.

-Que se passe-t-il ? Demanda-t-elle, interloquée, dans un murmure.

-Vous feriez mieux de rentrer chez vous, rétorqua le milliardaire en guise de réponse. Un conseil qu'elle aurait peut-être dû suivre...

Mais resta plantée là encore quelques secondes, tandis que Feuerbach entrait à nouveau dans les urgences pour rejoindre le service de réanimation, toujours suivit de près par Lars.

Spoiler:
 
Nikiya
Sphère Artistique
avatar

Messages : 397
Etat Civil : Mariée
Pouvoirs : Conscience et contrôle du fonctionnement physiologique de son corps


Et v’la que je te fous la main sur le sein!
Revenir en haut Aller en bas
Mar 7 Juin 2016 - 18:55

Ailes déployés, Castiel s’était dressé devant l’infirmière pour l’empêcher d’entrer dans la chambre où Kevin se reposait. Elle parut sincèrement surprise de cette réaction, poussant un petit cri, puis reprenant de l’aplomb, elle lui montra son badge d’infirmière dont la photo était copie conforme à son portrait. Mais à peine elle eut le temps de se justifier, que Kender bondit sur elle pour lui saisir la gorge. Qui connait la force de la directrice sait qu’il ne faut pas plaisanter avec elle quand elle est furieuse. Mais ce ne fut pas l’effet escompté car la peau de l’infirmière était glissante et lisse sans accroche, et son cou semblait mou et sans os. Kender crut voir sortir une langue fourchue de sa bouche et n’eut pas le temps d’esquiver une projection d’un étrange liquide. Mécaniquement, Kender mit ses mains sur son visage pour se protéger. Au contact du liquide, elle sentit une brûlure atroce aux yeux, l’aveuglant complètement. Avec la souplesse d’un serpent, l’infirmière se déplaça en exécutant quelques acrobaties vers la fenêtre donnant sur l’extérieur. Elle chopa au passage un siège qu’elle jeta sur la fenêtre qui brisa en mille morceaux. Et d’un bond elle plongea à l’extérieur. Les plus rapides et curieux qui s’approchèrent de la fenêtre purent la voir fondre l’air se dirigeant vers le sol qu’elle n’atteignit jamais. Elle venait de déployer des ailes, reprenant de l’attitude et disparaissant de vue en contournant l’immeuble. Ceux qui ont le regard affûté auraient juré qu’il s’agissait de Castiel en plein vol… C’était maintenant évident qu’il s’agissait d’une mutante avec des capacités de métamorphose.

Dans sa chambre, Kevin attendait sagement mais impatiemment son infirmière. En simple caleçon, il commençait déjà à se rhabiller passant ses jambes dans son pantalon de sport tout propre que son père avait ramené. Il faillit presque tomber par terre lorsqu’il vit Mylénia rentrée comme une voleuse et lui enserra la main. Un flot de pensées l’envahit. C’est peut être le danger ou l’adrénaline mais ce contact physique, il le supporta. Avec force mais aussi délicatesse, il poussa Mylénia contre le mur de son lit et se détacha de sa main. Le jeune homme n’avait plus son habituelle expression de joie et de gentillesse sur son visage. Son regard était devenu sévère et menaçant. Les poings serrés, il matérialisa une aura de force d’un bleu électrique tout autour lui. Ses pieds décollèrent de quelques centimètres du sol comme s’il lévitait. Et d’un éclair, il se projeta sur la porte, ne prenant même pas le temps de l’ouvrir. Elle ne résista pas à l’impact. Il s’arrêta net aux côtés de Castiel et de Kender.

Ce n’était plus le même Kevin qui se tenait à leur côté. Il dégageait une vraie force qui se renforça en voyant Kender souffrir. Il était en colère comme jamais. En voyant la fenêtre brisée, il s’y approcha tout en lévitant, prêt à sauter dans le vide s’il voyait l’agresseur, sans pour autant être sûr de maîtriser parfaitement ses pouvoirs pour y parvenir. La colère avait pris le pas sur son intellect.

Au même moment, des hommes en arme surgissent de toute part. Des lasers rouges ciblèrent tout le monde au cœur de la pièce…



Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 345
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Dim 19 Juin 2016 - 20:40
Observant la scène avec appréhension, j’essayais de me mettre entre le reste du groupe et l’infirmière. Ma main glissa pour attraper discrètement mon téléphone, envoyant ainsi un signal à Spender pour qu’elle vienne avec des renforts, le tout sans quitter des yeux Kender, James et l’intruse. Voyant Mylénia avancer, je fis un pas pour tenter de l’arrêter avant de renoncer en voyant qu’elle se rendait vers la chambre de Kevin. Mon attention revint juste à temps sur le trio pour voir une étrange substance être projetée sur Karen. Cette dernière poussa un cri surpris, laissant s’échapper sa prisonnière pour s’effondrer au sol, les mains sur le visage.

D’un bond, je fus à ses côtés pour lui porter assistance tandis que la fausse infirmière ne perdit pas une seconde et brisa la fenêtre la plus proche pour s’échapper. Je sortis mon portable pour joindre l’équipe de la PH qui s’était mise en route et leur indiquer qu’ils avaient à se mettre à la poursuite d’un prodige métamorphe qui semblait avoir pris l’apparence de James. Je me concentrais ensuite sur Kender, qui était en train de jurer violement en danois, avant de regarder autour de nous pour trouver un médecin ou une infirmière. Une vraie, cette fois.

A cet instant, la porte de la chambre d’Iron Will vola littéralement en éclats pour laisser le jeune homme apparaître à nos côtés. Entouré d’une aura bleue, il affichait une expression de colère noire inhabituelle chez lui. Il s’approcha ensuite de la fenêtre brisée, et je craignais alors qu’il ne se lance à la poursuite de l’agresseur.

"Kevin, arrête !"

Un nouveau juron de la part de Kender redirigea mon attention sur elle. Mais avant que je puisse faire quoi que ce soit, des hommes armés surgirent de toute part. Je ne laissais la surprise me tétaniser qu’une seule seconde, et à mon tour je sentis la colère m’envahir. Les lampes clignotèrent de manière fébrile et l’air se dilata soudainement. Les hommes qui venaient de faire irruption se figèrent d’un seul coup, et restaient désormais immobiles comme des statues.

"Ça suffit !" criai-je d’une voix forte d’où transparaissait clairement mon humeur. La sécurité de mon équipe et de mes résidents était ce qui m’importait le plus, et l’irruption de ces homme ne venaient qu'ajouter de l'agitation inutile. De même, j’avais envoyé des personnes à la suite de l’attaquante, j’avais donc d’autres priorités présentement. "Nous avons une blessée qui a besoin de soin, TOUT DE SUITE !"

Je me tournais vers James, espérant qu’il puisse faire quelque chose. Autrement, j’entendis le personnel médical sortir de sa léthargie et s’affairer autour de nous, non sans observer avec stupeur les hommes armés immobilisés dans le temps. Je relevai le regard vers Iron Will, et lui déclarai sur un ton légèrement plus calme mais tout aussi direct :

"Kevin, une équipe est en train de traquer cet individu. Il n’y a rien que tu puisses faire désormais, et nous avons besoin de toi ici. " Je désignais ensuite les hommes armés, toujours statufiés dans d’étranges poses et les désignai du bras : "Et peut-on savoir ce que tout ce foutoir signifie ?"

Toute cette histoire était devenue désagréablement agitée. Surtout pour un hôpital.
Dastan
Sphère Technique
avatar
Messages : 596
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps



Don't waste your time or Time will waste you



Don't click... unless you wanna be blinded (a)

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 23 Juin 2016 - 13:46
La surprise qu'afficha l'infirmière ne trompa pas Castiel une seule seconde. Il pouvait sentir via son don d'empathie l'intention de nuire qu'elle cachait en elle, et il était bien décidé à l'en empêcher. Tant qu'il sera présent, personne ne fera du mal à Kevin, à un autre de ses amis ou à la moindre présence innocente dans cet hôpital. Et il n'était pas le seul à le penser, comme en témoignait la réaction de Kender. La jeune femme avait beau ne pas avoir l'air très impressionnant de prime abord, elle pouvait se révéler terrifiante lorsqu'elle se mettait en colère, et sa force n'était pas à prendre à la légère. Mais elle n'eut pas l'occasion de s'en servir, lâchant soudain prise pour porter ses mains à son visage en jurant profusément. La fausse infirmière en profita pour se dégager...et s'élancer à travers la fenêtre. Déjà, des témoins s'écriaient en constatant qu'au lieu de s'écraser, elle s'était élevée dans les airs après un long piqué, des ailes déployées dans le dos. James se retrouvait face à un choix : il pouvait se lancer dans les airs à sa poursuite, ou rester pour aider les siens. Sentant la douleur de Kender, sa décision fut vite prise : il se précipita à ses côtés, et maintient l'arrière de son crâne d'une main ferme tandis que l'autre lui recouvrait doucement le visage. Il ne lui laissa pas le temps de discuter, se concentrer pour faire affluer son pouvoir de guérison. Une chaude lumière recouvrit la peau de la professeur, et il suffit de quelques secondes pour faire disparaître toutes traces de brûlures. Une nouvelle plume noire garnissait ses ailes, mais Castiel n'en avait cure.

« Tout va bien ? » demanda-t-il à son amie, l'aidant à se relever. Concentré sur son ouvrage, il n'avait pas tout de suite remarqué l'irruption de Kevin, ainsi que celle du personnel de sécurité. Il resta un instant étonné de voir ces hommes figés, mais ne tarda pas à comprendre qu'ils étaient victime du pouvoir d'Alex sur le temps. C'était la première fois que le guérisseur était témoin d'un tel usage de ce don, et il ne put s'empêcher de le trouver particulièrement impressionnant. Avoir un tel contrôle sur cet aspect de l'univers... Voilà qui ouvrait autant de questions que de possibilités, mais ce n'était ni le moment ni le lieu pour s'y attarder. Il se joignait aux efforts du directeur pour tenter de calmer Kevin : « Alex a raison, il vaut mieux que tu restes ici avec nous. Il ne servirait à rien de t'exposer plus en avant tant que nous n'aurons pas une meilleure idée de la situation... »

« Écoutez vos amis, monsieur Scoltly. » La voix était nouvelle, neutre mais ferme, d'un ton qu'on devinait habitué à donner des ordres sans pour autant avoir besoin de le hausser plus que ça. Un homme se tenait aux côtés du père de Kevin, un gobelet de café en carton dans une main. Entre quarante et cinquante ans, il portait ses cheveux coupés courts, et un regard acéré derrière ses lunettes à la monture d'écailles. Son costume sur mesure était impeccable, et il se dégageait de lui une forte aura de compétence et de professionnalisme. « Je suis le Concierge. Un...ancien collègue de votre père. Gordon, ravi de vous revoir. » Il hocha la tête à l'intention du père de Kevin. « Le directeur a jugé bon de me faire venir en personne dès que vous l'avez contacté au sujet de votre fils. Une équipe est en train de sécuriser discrètement l'hôpital et les alentours, vous n'avez rien à craindre. D'autant que je doute qu'elle soit la seule à s'y employer ; autant dire que vous êtes entre de bonnes mains. Je ne pense pas que vous ayez vraiment à craindre de ces agents de sécurité, d'autant qu'il y a bien quelqu'un qui va s'arranger pour rassurer l'administration, qu'il s'agisse de mes hommes ou d'autres. Et vous avez encore moins à craindre de moi, monsieur Novak pourra vous le confirmer. »

« Euh... » lâcha un Castiel confus, qui essayait de se rappeler s'il connaissait cet homme qui l'appelait ainsi par son nom. Son visage ne lui disait rien, mais il pouvait au moins confirmer qu'il ne mentait pas. « Je ne ressens rien de négatif de sa part à notre égard, c'est vrai. »

Ce à quoi le Concierge lui adressa un très bref sourire, avant de boire une longue gorgée de son café.
Castiel
Sphère Savoir
avatar

Messages : 108
Etat Civil : célibataire
Pouvoirs : immortalité - ailes (vol) - empathie - guérison/évacuation - empreinte
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 14 Juil 2016 - 14:20
Alexander était particulièrement contrarié. Contrarié par la tournure des événements, contrarié par le fait qu'un petit quelque chose, dans ce schémas pourtant clair, ne semblait pas vouloir coller avec le reste. Dans son esprit parfaitement organisé, ce détail était semblable à une fausse note dans une partition écrite au diapason. Et pourtant, il était incapable de discerner quelle note était dissonante.
Toute cette mise en scène n'était qu'une distraction. Mettre autant d'effort pour éliminer un jeune homme qui ne détenait pourtant aucune information crucial était une perte de temps, une mise en œuvre de moyens démesurés et une prise de risque bien élevée... Mais dans quel but ? Pour le détourner de quoi ?
Il avait étudié toutes les hypothèses, des plus crédibles aux plus obscures, établie les probabilités et agis en conséquence, mais rien ne venait.
Feuerbach ne pouvait plus qu'en tirer une seule conclusion. Une conclusion très simple, qui le contrariait plus que tout encore, parce qu'il s'était fait avoir à son propre jeu. Il n'y avait rien à attendre. Tout cela n'était qu'un test. Observer ses réactions.
L'allemand s'arrêta. Surpris, son garde du corps l'imita et se tourna vers ce dernier pour le dévisager. Sur le visage du milliardaire, un rictus étrange. Celui d'une satisfaction malsaine, d'une idée tordue qui germait dans son esprit génial et Lars n'aima pas du tout cela.

-Rentrons, ordonna le génie d'une voix neutre dans laquelle une subtile modulation laissait transparaître une certain contentement.
Ils n'avaient plus rien à faire ici. Arkadia n'allait pas tarder à prendre la relève et il n'était pas sans savoir que la PH avait également quelques moyens suffisants pour prendre soin des siens. Ils arriveraient bien, à eux tous, à arrêter un prodige en cavale.

Mais le raffut, les cris de douleurs de la directrice de l'une des maisons de la Potential Home, attira la curiosité inquiète d'une danseuse étoile qui, normalement, n'aurait rien eu a faire dans un tel endroit, dans de telles circonstances. Déjà, des hommes de la sécurité de la clinique se précipitait vers la chambre de la jeune victime et la ballerine s'était engagée à leur suite.
Alexander avait retenu un soupire et s'était contenté d'un :

-Faites raccompagner mademoiselle chez elle... A l'attention de Lars, qui, en deux mouvements, s'était plantés devant miss Hoffmeister et, d'un regard sombre, l'avait dissuadé d'aller plus loin.

-Pour votre sécurité... avait assuré le géant de muscle, tandis que la danseuse lui lançait des éclairs.
Il l'invita avec une cordialité relative à un homme d'un mètre quatre vingt dix et de cent cinquante kilo. Elle se laissa alors faire, non pas moins contrarié. Elle aurait voulu poser mille questions mais un taxi était déjà là pour la ramener chez elle, ou à l'opéra selon son désir.

>>
Verstand
Sphère Economique
avatar

Messages : 118
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Intelligence hors du commun
Revenir en haut Aller en bas
Sam 23 Juil 2016 - 14:03

La colère du jeune homme l'animait avec force. L'idée que ses amis soient en danger l'avait mis hors de lui. Il était à deux doigts de se jeter à la poursuite de l'agresseur. Fort heureusement, les mots tranchants du directeur de Potential Home firent mouche. Kevin tenait trop en respect le directeur pour lui désobéir. Il fut totalement convaincu lorsqu'il apprit que Kender avait été blessée. Il était devenu blanc comme un linge, cherchant aussitôt du regard la directrice de sa section. Son aura avait disparut sur le champs. L'inquiétude venait de remplacer sa colère en apprenant que Kender venait d'être blessée au visage. Sans réfléchir, d'instinct, il attrapa les mains de la jeune femme pour la rassurer. Oui vous avez bien lu..."attraper les mains". Dans le cas présent, sa peur et sa compassion vis à vis de la souffrance de son amie surpassaient sa phobie du toucher. Il la rassura du mieux qu'il pouvait, le temps que Castiel accomplisse son miracle de guérisseur. Ce miracle avait un prix ce que Kevin savait. L'apparition d'une plume noire sur les ailes de Castiel lui arracha une petite grimace de contrariété. Il se rappela la promesse qu'il s'était faite depuis qu'il avait réussi à blanchir une plume de Castiel lors de son apprentissage de vol.

Rassuré, Kevin lâcha la main de son amie, pour prendre connaissance de l'inconnu, qui s'appelait "le concierge" et prétendait d'être un collègue de son père. Sa première réaction fut d'être méfiant jusqu'à ce qu'il croise le regard de son père qui confirma la véracité de ces propos.

Les gardes rebroussèrent chemin comme l'avait prédit le prénommé "concierge". Ils informèrent que l'infirmière de Kevin avait été retrouvée inconsciente dans le placard à balais. Son agresseur avait donc le pouvoir de métamorphose et de prendre l'apparence de n'importe qui voilà n'était pas rassurant. D'ailleurs, en dépit des efforts de surveillance et de poursuite de la PH et d'Arkadia, elle avait disparu en plongeant dans la mer sans jamais y remonter.

Kevin fit la moue en voyant la porte de sa chambre détruite. Quelle mouche l'avait elle piquée pour le mettre dans état. Il laissa son père gérer la suite. Là il y avait trop de choses qui le dépassaient. Il se concentra sur un seul objectif en revenant dans sa chambre pour rassurer Mylénia qui était venue le prévenir du danger. Elle avait fait preuve d'un certain courage et signe d'affection à son égard en venant jusqu'à lui.

Il revint ensuite au palier de la porte, silencieux comme une tombe pour écouter les conversations. Il n'avait qu'une envie maintenant, s'échapper de cet endroit et de tout oublier de ces deux derniers jours.





Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 345
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Mer 3 Aoû 2016 - 11:47
James s’était précipité aux côtés de Kender, s’activant pour la soigner. Elle serra les dents lorsqu’il passa une main par-dessus son visage, le laissant toutefois faire en toute confiance malgré la douleur. De mon côté, je continuais à suspendre le temps pour les membres de la sécurité -visiblement de l’hôpital- qui venaient de débarquer sans grande finesse, ainsi que de calmer Kevin qui était prêt à poursuivre la fausse infirmière. Il n’était pas rassurant de voir la colère déformer ce visage habituellement si souriant et serein, aussi essayais-je de me montrer ferme et directif. Néanmoins, la mention de Karen sembla le ramener à la raison, et il finit par se rendre à son chevet, lui attrapant même la main pour la soutenir.

Bien rapidement, les pouvoirs de Castiel firent effet et les brûlures disparurent. Encore un peu sonnée, la directrice se releva cependant, avec l’aide des deux hommes. Elle observa d’abord Kevin, puis, rassurée de le voir indemne, lui offrit un sourire rassurant avant de serrer un peu plus sa main.

"Merci Kevin, merci James. Ça va mieux…" Elle leur adressa un regard chaleureux, avant d’amener son attention sur le nouvel arrivant, comme nous tous. James nous assura rapidement que cet homme n’était pas dangereux. Je n’étais pas certain de comprendre tout ce dont il parlait, mais il connaissait visiblement le père de Kevin. Je préférais donc les laisser s’entretenir, libérant les gardes de leur immobilité temporelle pour m’approcher de Castiel, ayant bien remarqué la nouvelle plume noire sur ses ailes. "Tout va bien ?"

J’accompagnais ensuite Kevin pour récupérer Mylénia dans la chambre, remarquant alors que la jeune femme inconnue était accompagnée vers l’extérieur par les hommes de Feuerbach. Et quel que soit le rôle de ce dernier dans cette affaire, sa présence ici ne faisait qu’accroître ma méfiance vis-à-vis de lui, même si visiblement il avait plutôt apporté son aide. Ressortant de la chambre, je vis Kender, retrouvant peu à peu sa forme, rester auprès de James pour s’assurer que tout allait bien, le forçant même à s’asseoir pour se reposer, à la limite de la menace. J’observais Kevin, manifestement fatigué et inquiet après ces derniers événements, et lui déclarai avec un petit sourire :

"Bon, et si on allait prendre ce petit déjeuner ? Il est largement temps de quitter cet endroit, je crois que ça nous changera les idées. Je vous invite." Je posais mon regard sur James et Karen, ainsi que sur Mylénia et le père de Kevin, qui était également le bienvenu s’il le souhaitait. Je me concentrais ensuite sur l’homme mystérieux qui se nommait Le Concierge, m’approchant de lui en prenant un air plus sérieux, quoique toujours amical : "Qui que soit votre directeur, j’aimerais bien qu’il me contacte à l’occasion pour discuter de tout cela. Quand cela touche la sécurité de l’un des nôtres, j’aime autant être concerné et au courant de tout ce qui se passe, ainsi que de tous les intervenants concernés."

Ceci étant dit, je le saluais d’un hochement de tête, invitant les autres à me suivre. Pour ce qui concernait les détails administratifs, je signalais au personne qu’il pouvait contacter la PH. Je sortis ensuite mon téléphone pour demander à ce qu’un véhicule de l’école vienne nous chercher pour nous amener Chez Reggie. Après toutes ces péripéties, j’avais besoin d’un thé. Et de redonner un peu d’énergie à mon corps fatigué par cette nuit et ce début de matinée.

Kender, tout en nous suivant, jeta un œil aux alentours, remarquant l’absence de Verstand. Elle ne manquerait pas de le contacter afin de tenir sa promesse, et d’avoir le fin mot concernant le poison. Mais pour l’heure, elle aussi sentait son estomac crier famine, et mieux valait ne pas le faire attendre trop longtemps.
Dastan
Sphère Technique
avatar
Messages : 596
Etat Civil : Coquinou en couple
Pouvoirs : Maîtrise du temps



Don't waste your time or Time will waste you



Don't click... unless you wanna be blinded (a)

Revenir en haut Aller en bas
Mer 3 Aoû 2016 - 14:31
Comme à chaque fois qu'il utilisait ses pouvoirs pour aider un proche, Castiel se sentait vaguement coupable. Pas de les avoir soignés, mais de savoir qu'ils allaient eux-mêmes probablement culpabiliser en sachant la contrepartie. Voilà pourquoi il essayait de ne pas dévoiler se secret à trop de monde, préférant mettre dans la confidence seulement ceux avec qui il se sentait le plus en confiance. Cela ne lui serait jamais venu à l'idée de le préciser lors de ses séances au cabinet, par exemple, où il ne voulait pas que sa situation décourage les personnes qui avaient vraiment besoin de lui. D'autant qu'il avait encore de la marge, les plumes blanches restant largement majoritaires. Il aurait de toute façon dû se montrer très ferme pour qu'il ne s'occuper pas de la blessure de Kender, incapable comme il était de laisser une amie souffrir alors qu'il pouvait y faire quelque chose.

Fort heureusement, personne d'autre n'avait été blessé. La véritable infirmière avait été retrouvée, avec plus de peur que de mal, et l'individu qui avait attaqué s'était bel et bien évaporé dans la nature. James se demandait toujours pourquoi quelqu'un tenait autant à s'en prendre à Kevin. Le jeune homme était d'une gentillesse à toute épreuve, et il ne semblait pas du genre à se faire des ennemis. Cependant, pour qu'on en arrive là, la situation devait être d'une grande gravité. Castiel, Dastan et Kender n'avaient pas besoin de se concerter pour se mettre d'accord sur un point : ils allaient tout faire pour protéger leur élève et ami, bien décidés à ne laisser personne s'en prendre à l'un des leurs.

« Tout va bien, ne t'inquiète pas. » répondit-il à Alex le sourire aux lèvres, tandis qu'il se passait une main dans les cheveux. « Je suis encore bien loin du compte, je n'ai pas fait une folie. »

Il avait suivi les événements restants avec une curiosité confuse, ce qui ne le changeait pas beaucoup de l'habitude. Il ne ressentait toujours aucune animosité de la part de l'homme à lunettes qui était intervenu, pas plus que de duplicité lorsqu'il réagit à Alex : « Le directeur Rose vous contactera au plus vite, je n'en doute pas. Je crois savoir que vous avez dû le croiser une fois ou deux concernant les affaires de votre école. Il se coordonnera avec vous pour la suite si besoin ; en attendant, en son nom et celui d'Arkadia, sachez que nous ferons de notre mieux pour protéger monsieur Scoltly et éviter qu'un nouvel incident se reproduise ainsi. »

L'homme hocha la tête, avant de s'en retourner dans le couloir dont il avait surgi, décrochant déjà son téléphone. Il restait les gens de l'école, ainsi que le père de Kevin. Quant à ce dernier, il semblait anormalement sombre, ce que Castiel comprenait au vu des circonstances. Il espérait surtout que son ami n'aurait pas à retraverser une pareille expérience ; et le cas échéant, James ferait tout on possible pour l'épauler le moment venu. Il adressa un sourire chaleureux à Kevin, pour lui témoigner tout son soutien. Enfin, il était temps de sortir de l'hôpital, et de s'offrir un bon petit-déjeuner : Castiel n'était pas contre un ou deux cafés bien sucrés, ainsi que de quoi remplir un peu ses batteries. De plus, ils avaient tous bien besoin de profiter d'un bon moment ensemble après toutes émotions...
Castiel
Sphère Savoir
avatar

Messages : 108
Etat Civil : célibataire
Pouvoirs : immortalité - ailes (vol) - empathie - guérison/évacuation - empreinte
Revenir en haut Aller en bas
Dim 7 Aoû 2016 - 22:01
Son dos heurta la paroi du mur sans qu'elle n'ait engendré le moindre mouvement. Bien plus surprise que douloureuse, Mylénia suivit Kevin du regard, abasourdie par l'impulsivité de sa réaction. L'homme était déjà inaccessible parce que trop rapide et maintenant hors de contrôle. Ses yeux glissèrent jusqu'aux jointures de ses mains qui sous la pression avaient blanchit, privées de sang et galvanisées par la colère. Cet événement pouvait paraître relativement anodin pour ces mutants expérimentés mais pour la jeune muse qui n'était absolument pas habituée à vivre ce genre de scène, la vision était effrayante. Kevin s'abandonna à sa haine et explosa, hypnotisé par sa rage. Elle ne bougea plus, pensant à présent à sa simple sécurité. Elle se savait impuissante et n'était pas suffisamment altruiste pour se mettre en danger, l’inaction lui semblait donc être la plus sage des actions, tout du moins l'était-t-elle pour sa petite personne. Son cerveau rassura le peu de culpabilité qu'elle pouvait encore ressentir, lui rappelant qu'ils étaient pour la plus part ''des modifiés'' aguerris et talentueux. Elle ne croisa pas son regard, mais elle n'avait guère besoin de cela pour se rendre compte de sa métamorphose. Plus rien ne faisait véritablement écho au jeune homme qu'elle connaissait, ou plutôt, plus rien ne correspondait pas à l'image qu'elle s'était faite de lui. Elle resta spectatrice et ne semblait être plus qu'une paire d'yeux remplis de stupeur. Saisie par sa violence, Mylénia épieait la suite de ses réactions avec appréhension. Se sont les autres qui prirent le relais pour aider Kevin à reprendre ses esprits et le contrôle de ses émotions et durant tout ce temps, la jeune femme resta toujours figée contre le mur. Elle n'était pas paralysée par la peur même si sa passivité pouvait très certainement être apparentée à de la profonde terreur, elle était en réalité choquée et encore coite par le déploiement de violence de son camarade. Lentement ils le rappelèrent à la raison et c'est tout aussi doucement qu'elle récupéra ses affaires et s'éloigna de la chambre comme si elle craignait de réveiller de nouveau sa violence. Elle écouta les dernières nouvelles, jeta quelques regards discrets et soucieux au jeune homme avant d'annoncer son propre départ. Elle salua Kevin en dernier, ces derniers mots furent bienveillants mais cruellement simples et expédiés. La jeune femme voulait visiblement s'éloigner d'eux, pour le moment tout du moins. Ils étaient différents, bien plus puissants, et bien plus dangereux qu'elle ne le serait jamais. Effrayée par leur monde, elle avait besoin d'un temps pour assimiler tout ces événements.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Sam 13 Aoû 2016 - 11:24

Kevin ne se fit pas prier deux fois lorsque le directeur du Potential Home invita tout le monde à prendre un petit déjeuner à l'extérieur de l’hôpital. Le jeune homme détestait ce lieu qui lui rappelait trop la fois où il avait assisté à la mort de son père. Il se rhabilla en un éclair. Il fit déçu de voir Mylénia partir aussi rapidement, hésitant à la retenir mais il sentit que la jeune femme avait besoin de se retrouver seule. Quant à Kevin, pour une fois, il était heureux d'avoir tout ce petit monde autour de lui, d'autant que maintenant il s'agissait de sa famille et de ses plus proches amis. Il apprit que l'Etoilée était venue le voir mais suite à la dernière tentative d'agression le milliardaire allemand l'avait reconduite. Étonnant de la part de l'allemand, non ? Que ce qu'ils disent que celui-ci ne pense qu'à sa petite personne sont peut être des mauvaises langues, après tout.

Tout en dévorant des croissants au beurre et en observant d'un regard amusé Castiel boire un sucre au café car c'est sans doute le café où il y a plus de sucre que de liquide), Kevin repensa aux derniers événements. Il avait eu vraiment de la chance de s'en sortir. Il espérait que le directeur de la PH arriverait à mettre la main sur son agresseur métamorphe mais apparemment la tâche allait s'avérer très compliqué car un métamorphe peut prendre l'apparence de n'importe qui ou quoi. Il devrait comprendre pourquoi on avait essayé par deux fois de le tuer. Si physiquement tout semblait opérationnel, il y avait des blessures invisibles qui seraient plus longues à cicatriser.

Il tourna sa tête, avec un léger sourire, vers son père. Il semblait si fatigué...Kevin s'interdit de l'assommer de questions pour l'instant sur son lien avec le concierge de cette étrange organisation. Mais il n'y couperait pas.

Une heure plus tard, Kevin remercia chaleureusement tous ses proches avant de pouvoir rentrer chez lui. Il dut toutefois reporter d'une heure son départ car la police avait des tonnes de questions à lui poser. Il n'avait pas envie de remettre cela à plus tard. Ce qui est fait est fait. Le jeune homme reconstitua au mieux les événements. Il prit conscience encore de la violence qu'ils avaient vécue. Il ne put s'empêcher de penser à Mylénia, inquiet de savoir comme elle allait. Elle avait l'air si choquée lors de son départ à l’hôpital. En fin de matinée, il envoya un petit sms à Mylénia pour prendre de ses nouvelles...

FIN



Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 345
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: Westside :: Edinburgh public hospital-