[CLOS] Fallait bien se croiser un jour. [RILEY]

 :: Édimbourg :: New Town :: Calton Hill Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 19 Mar 2016 - 22:30
Drowing in our dreams


<< Croiser un vieil ami

Le soleil commençait juste à se lever sur l'Arche. Il y avait un endroit plutôt sympathique pour en apprécier toute la splendeur. C'était aussi un moment qui permettait de remettre tranquillement ses idées en place.

Dante appréciait d'être seul sur le haut de Calton Hill, pour observer le soleil pointer le bout de son nez. Il ne dormait pas beaucoup en ce moment, alors au lieu de tourner dans son lit, il préférait se rendre sur cette colline et observer le réveil de la nature, ainsi que celui de la ville. Les mains dans les poches, il marchait d'un pas plutôt soutenu, pour arriver à son spot d'observation.

Il ne fût pas surpris, mais curieux de voir qu'une silhouette était déjà présente. Pour une fois, il ne serait pas seul dans le coin. Mais plus il s'approchait, plus il lui semblait que la personne plus loin, était dans une fâcheuse position. Comme si elle souhaitait sauter en bas d'un muret. Sauf que de l'autre côté, il savait pertinent que ce n'était pas la pente sympathique d'une colline recouverte d'herbe, mais bien un truc abrupte où il était possible de se faire bien mal.

- Madame? Est-ce que tout va bien?
Fit-il d'un ton calme, mais suffisamment fort pour qu'elle l'entende, sans vouloir non plus, lui faire peur. Ce n'était franchement pas le moment de la faire sursauter et qu'elle ait un accident.

Codage par Libella sur Graphiorum
Caleb
Sphère Savoir
avatar

Messages : 160
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Dim 20 Mar 2016 - 0:37


Lieu :

Hauts de Calton Hill

Date de l'événement :

Mars 2016

Participants :

Caleb

Précédemment :

Portée disparue

A suivre :

Au royaume des Enfants



IL FALLAIT BIEN SE CROISER UN JOUR

♦ ♦ ♦

---------------------------------------------------

Le soleil ne pointait pas encore à l'horizon. Seulement la teinte violine du ciel, juste avant qu'il ne rosisse et que l'astre du jour fasse son apparition. Une palette complexe de couleurs mouvantes aux rythmes lancinants de la musique dans ses oreilles. Le volume au plus bas, seulement un murmure au creux de son oreille, comme la caresse de la brise sur sa peau. Le moment le plus froid de la journée, son préféré. Sur ses bras nu de très légers frissons, le plaisir de la fraîcheur.

La jeune femme avait déambulé une partie dans la nuit dans les rues déserte de la ville. Peu importait où ses pas l'amenaient. Elle ne gardait qu'un souvenir flou de ses pérégrinations nocturnes.
Le sommeil l'avait quitté depuis que sa mère était partie. A cette pensée, elle sera les dents,. L'évacua de son esprit.
Elle avait monter lentement les chemins entretenus de Regent Gardens pour monter sur Calton Hill. La vue y était imprenable et paisible. Un lieu parfait pour se perdre dans ses pensées., pour pouvoir arrêter le temps et les idées sombres qui tournaient sans répit dans son esprit.

Sans réfléchir, elle était montée sur le petit muret qui séparait le chemin du vide en contrebas. Son habitude était plutôt de s’asseoir sur le banc, un peu plus loin, mais aujourd'hui, elle avait besoin de hauteur. Elle voulait jouer avec le vertige du sol sous ses pieds, se sentir plus vivante encore, lorsqu'un pas, un seul, la séparait probablement de la mort..

Son regard, fixé sur un point au loin trahissait des questionnements qui l'habitaient. Faire le point. Enfin, l'astre rond flamboyant, se levait. Elle le fixa plusieurs secondes, jusqu'à ce que sa rétine l'imprime, comme un demi cercle blanc.
Elle allait détourner les yeux, lorsqu'une voie s'éleva non loin. Étrangement, elle ne fut pas surprise, probablement la douceur du timbre qui s'accordait aux paroles traînantes du chanteurs dans ses écouteurs, elle retira doucement le casque de ses oreilles, tourna le regard vers l'homme qui s'était adressé à elle.
Elle le fixa un instant, mais elle ne voyait que le demi cercle blanc du soleil qu'elle avait fixée trop longtemps. Il s'estompa doucement. Comme une excuse, Riley lui sourit, un sourire triste.

-Je pensais être seule.

Elle descendit de son perchoir avant de s'asseoir sur le muret d'où elle s'était érigée. Les mains dans les poches.

-J'étais venue voir le soleil se lever. C'est le meilleur endroit sur la ville.

Elle ne répondait pas à sa question simplement parce qu'elle ne savait comment y répondre. Elle ne savait si tout allait bien, si, au fond d'elle, quelque chose ne s'était pas brisé malgré la colère et la rancœur.
Riley
Sphère Economique
avatar

Messages : 118
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Indéfinis(ables)
Revenir en haut Aller en bas
Dim 20 Mar 2016 - 9:46
Caleb ne serait guère étonné d'arriver à un moment où il empêcherait le pire, après tout, c'était assez dans sa chance habituelle de tomber sur ce genre de situation, même quand il ne les cherchait pas. Mais à sa voix, la jeune femme, termina par porter son regard sur lui. Elle lui rappelait quelqu'un... mais qui? Intérieurement, il eut un petit soupir de soulagement, elle n'était pas là pour sauter, pas aujourd'hui en tous les cas.

Même si ses sentiments semblaient un peu confus, il n'y avait rien de trop fort, qui poussait à un désespoir si insoutenable, qu'on ne pouvait qu'en finir une bonne fois pour toute avec la vie, afin de s'en débarrasser. Il eut un petit sourire, un peu désolé, de l'avoir dérangé ainsi, par une simple inquiétude stupide.

- Je ne voulais pas vous déranger, excusez-moi.

Si elle le lui demandait, il partirait bien rapidement, mais elle s'expliqua sur sa venue ici. Tiens, ils étaient donc deux à vouloir voir le lever du soleil, sur le meilleur point de vue de la ville.

- Drôle de coïncidence, je venais faire exactement la même chose. Je peux? Il se permit alors de s'approcher tranquillement, pour s'asseoir à son tour sur le muret, gardant une distance entre eux. Il ne souhaitait pas qu'elle pense qu'il était un de ces gros lourds qui allaient imposer sa présence. L'archéologue partirait sans doute rapidement, dès que la vue serait devenue plus banale.

- C'est un bon moyen de commencer la journée. Observer le soleil se lever. Ça apporte une sorte de sérénité. On pourrait être prêt à tout ensuite.

La nature avait toujours eu cet effet sur lui. Elle lui donnait cette énergie de continuer, toujours. Même quand il ne pouvait voir un lever de soleil, parce qu'il était coincé sous d'épais feuillage, ou qu'il dormait profondément dans un lit douillet, en bonne compagnie. Les empêchements pouvaient, bien évidemment, variés.

Caleb garda alors ensuite le silence, ne voulant pas trop déranger son interlocutrice et profiter un peu du lever de soleil. Son regard accrocha un aéronef qui s'en allait déjà vers d'autres Arches. Édimbourg était devenue une mégapole qui ne dormait presque jamais. C'était étrange à voir, quand on avait connu cette ville, des siècles plutôt.

Codage par Libella sur Graphiorum
Caleb
Sphère Savoir
avatar

Messages : 160
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Dim 27 Mar 2016 - 12:34
Elle était venue de nouveau poser son regard sur l'horizon. Bien qu'elle pouvait sembler s'être détournée de son interlocuteur, il n'y avait cependant, dans ce geste, aucun désir de fermer la discussion. Seulement, ses yeux étaient irrémédiablement attirés par la vue presque onirique que leur offrait la nature.

-Vous ne me dérangez pas, dit-elle doucement pour le détromper.

Son casque était demeuré posé autour de son cou et elle avait coupé la musique. La rumeur naissante de la ville tirée de sa torpeur nocturne, sa propre respiration, constituait une nouvelle mélodie.
La compagnie de la gênait nullement. Du moins, celle-ci en particulier. Il y avait dans la présence de cet homme, une aura réconfortante. Le calme de sa voie, les précautions de ses gestes.
Lorsqu'il lui avoua qu'il était venu en ce lieu pour les mêmes raisons que notre héroïne, celle-ci esquissa un sourire. Elle hocha doucement la tête pour l'inviter à partager le bout de muret qu'elle avait investi ce matin là. Elle tourna de nouveau la tête vers l'homme lorsqu'il reprit la parole. Il avait raison, ses mots, qui semblaient exprimer exactement ce qu'elle-même pouvait ressentir, lui tirèrent un nouveau sourire empreint d'une mélancolie qu'elle ne voulait pas cacher.

-Vous avez raison...

Pour quelques secondes, les deux âmes se perdirent dans la contemplation silencieuse du levé du jour. Riley ne pouvait cesser de s'étonner de la beauté qui naissait des contrastes. La nature et la civilisation n'étaient peut-être pas deux entités aussi incompatibles qu'on voulait le croire, puisque l'une semblait fusionner avec l'autre avec une aisance déroutante.
La lumière du jour nouveau venait baigner la ville avec une douceur apaisante, le soleil à peine entier réchauffait déjà la pierre grise des antiques bâtiments, collés les uns aux autres. De là où ils se trouvaient, Riley imaginait Edimbourg comme un animal encore endormi, se prélassant au première rayon du soleil.

-Ça vous dérange si je fume ? Demanda-t-elle avec toujours autant de douceur dans la voix.

De l'une de ses poches, elle avait tiré un vieux paquet de cigarette bien froissé et un briquet. Elle avait légèrement tendu le paquet vers l'étranger qui partageait avec elle ce petit bonheur matinal, pour l'inviter à en prendre une s'il le désirait.

-Au fait, je m'appelle Riley. Ajouta-t-elle sans vraiment réfléchir.

Peut-être pouvait-on tirer un plaisir particulier de l’anonymat des Hommes. Rencontres sans engagement, sans jugement. La jeune femme n'aurait su dire pourquoi elle avait voulu se présenter. Peut-être justement pour dépasser tout ça...
Riley
Sphère Economique
avatar

Messages : 118
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Indéfinis(ables)
Revenir en haut Aller en bas
Lun 28 Mar 2016 - 15:11
Heureusement, cette jeune femme ne semblait pas plus dérangée que cela de sa présence. Parfait, il pourrait ainsi, lui aussi, profiter du paysage. Il comprenait parfaitement que l'attention de son interlocutrice était plutôt attirée par le lever du soleil que par sa tête. Il ne lui en voulait pas du tout. Son regard faisait pareil, souvent à se porter plus sur l'horizon que sur l'humaine à ses côtés. D'un petit sourire, il la remerciait de le laisser venir se poser pas loin d'elle.

Sans le vouloir vraiment, il s'était connecté à ses émotions et ce qu'il en ressortait, le rendait un peu nostalgique. Pas besoin de plus, pour savoir que la demoiselle n'était peut-être pas la plus heureuse du monde, en ce moment. Il observait alors sans trop abuser, son profil, tandis qu'elle lui répondait, avant de lui proposer une cigarette, qu'il refusa poliment, il n'était pas vraiment un grand adepte de la fumée.

- Faites seulement, nous sommes dans un lieu public. Je n'ai pas le pouvoir de vous en empêcher. Fit-il avec humour. Mais merci de vous en inquiéter.

Ce n'était pas vraiment tous les jours que les fumeurs demandaient la permission de fumer, alors qu'ils étaient à l'extérieur. Les présentations, ils y arrivaient. Carso n'aurait rien eu contre garder l'anonymat.

- Enchanté Riley, je suis Dante. Tout en lui tendant une main franche. Vous venez souvent ici? Autant profiter de la petite ouverture pour discuter et en savoir plus sur la demoiselle. Après tout, ses sentiments qui l'envahissait, lui donnait envie d'essayer de l'aider d'une façon ou d'une autre et puis... elle n'arrêtait pas de lui rappeler quelqu'un. On ne se serait pas déjà croisé, par hasard?

Avec sa mémoire, il pouvait parfois oublier certaines choses. Pourtant, si ce visage avait été plus marquant dans son passé, il ne l'aurait pas oublié.

Codage par Libella sur Graphiorum
Caleb
Sphère Savoir
avatar

Messages : 160
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Mar 29 Mar 2016 - 19:36
La jeune femme porta, avec un geste distrait, une cigarette à ses lèvres. Elle observait, mi-amusée, mi-intriguée, l'inconnu à ses côtés lui rappeler sur un ton plus léger que véritablement sérieux, qu'elle avait le droit de faire comme elle le voulait.
Elle sourit. Baissa les yeux sur son briquet, et puisqu'il ne semblait pas en être dérangé plus que celà, elle alluma d'un geste mécanique, habitué, le bâton de nicotine. Elle rangea briquet et paquet racorni dans la poche de son gilet.

Tirant avec délectation sa première bouffée de la journée, elle ferma pour une seconde les yeux, comme si le plaisir en était augmenté. 
Elle s'autorisait, contre toutes les recommandations qu'on avait pu lui faire en désintox, ce plaisir un peu coupable. Après tout, qu'est-ce que ça allait bien changer ? 

Sveda était partie. Les paroles de Kim résonnaient depuis, narquoises, dans son esprit. Elle avait refusé d'écouter son aîné, espérant que son retour changerait la donne. Elle avait même commencé à croire que Pietro s'était trompé au sujet de sa génitrice.
Sveda si aimante. Si attentionnée. Si attachée à ce désir de lui faire retrouver une place au sein de sa tribu... 
Mais elle était tout de même partie. Laissant derrière elle un mot qui ne voulait rien dire. L'évidence ne sautait que d'autant plus aux yeux... Son retour n'avait pas été suffisant pour la retenir. Et sans Sveda, elle n'avait aucune place dans cette famille. 
Kim le lui avait pourtant répété. Lui qui avant elle, en avait fait la cuisante expérience. Et maintenant, comment continuer les recherches... 
L'avenir semblait, aux yeux de notre triste héroïne, dénué de sens. 

Elle avait cependant fait le choix de s'enfermer dans une bulle, loin des questionnements. Une relative tranquillité offerte par cette parenthèse, ce moment suspendu, pendant lequel l'astre du jour faisait son apparition mais qui ne durerait que le temps où elle continuerait à ignorer les appels en absences qui commencer à s'accumuler dans son téléphone. 

Riley serra la main tendue, hochant doucement la tête à ce retour de présentation. Reprenant sa clope entre ses doigts, elle ajouta un faible "Enchantée", pour retourner à Dante la politesse. 
Elle sembla alors réfléchir un instant à la réponse qu'elle allait donner, légèrement distraite. Fréquentait-elle souvent cet endroit ? Que pouvait-on entendre par "souvent" ? Était-elle déjà venue par réflexe, sans vraiment sans rendre compte ni en garder un souvenir précis ? Probablement. Cela comptait-il ? 

-Plutôt, finit-elle vaguement par répondre. Lorsque je ne trouve pas le sommeil... Avait-elle ajouter sans vraiment réfléchir. Elle avait retenu un "j'imagine", qui en aurait dit un peu trop long sur l'état de sa conscience au quotidien. A vrai dire, elle ne savait pas bien. Le sommeil, la fatigue, la faim aussi, lui était des concepts bien étranges. 

-Et vous ? 

Ils n'avaient jamais eu l'occasion de se croiser auparavant en ce lieu, lui semblait-il. Elle allait préciser sa question lorsqu'il lui demanda, un peu à brûle pourpoint, s'ils ne se connaissait pas. 
Riley resta silencieuse pendant quelques secondes, aussi surprise que désarmée par la question, alors même qu'elle venait de supputer le contraire.
Elle observa alors avec une attention redoublée les traits de son interlocuteur, sa physionomie, ses expressions. La lueur de son regard. Le calme de sa voix. Elle essaya de faire appel à sa mémoire fragmentée, mais rien ne lui venait. Elle avait beau chercher elle avait surtout l'impression de se heurter à des portes fermées. Elle baissa les yeux, un peu honteuse...

-J'suis désolée, j'pourrais pas dire... 

Peut-être oui, l'avait-elle croisé dans son errance mais si tel était le cas, elle était incapable de se souvenir des circonstances. 
Ce qui aurait dû la rassurer était le fait que l'homme en face d'elle, à une autre échelle, n'avait pas forcément des souvenirs plus clairs que les siens sur son passé.
Riley
Sphère Economique
avatar

Messages : 118
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Indéfinis(ables)
Revenir en haut Aller en bas
Sam 2 Avr 2016 - 11:02
Caleb respectait le silence de Riley, il la laissait profiter pleinement de sa cigarette, se concentrant un peu plus sur le paysage devant lui. Edimbourg était quand même devenue une mégapole impressionnante. Il se souvenait encore de ce à quoi elle ressemblait quelques siècles auparavant, avant la grande fissure, avant que tout n'explose et que les continents deviennent des îles volantes, ça avait été une expérience assez unique à vivre. Maintenant, il voyait des aéronefs s'envoler pour d'autres arches, le métro aérien de la ville ne dormait jamais, les rames faisaient des allers-retours pour transporter les habitants de la ville vers aller savoir quoi. Vu l'heure, leur travail sans doute. Cette ville ne semblait jamais réellement dormir de toute façon.

Et concentré ainsi sur ce qu'il voyait, il ressentait un peu moins ce qui émanait de la jeune femme à ses côtés. Mélange de nostalgie, rancœur, incompréhension, un beau mélange qui pouvait s'avérer explosif si on ne faisait rien pour désamorcer le tout. Mais Dante se voyait mal poser des questions plus intimes, alors qu'ils ne se connaissaient ni d'Eve, ni d'Adam. Surtout que la demoiselle pourrait se braquer bien rapidement, à voir un intrus poser des questions sur des sujets qui ne le regardait sans doute pas. Sans compter qu'il ne tenait pas à expliquer comment il pouvait sentir que quelque chose n'allait pas.

Sa réponse l'intrigua un peu plus. Il remarqua dans son regard qu'il y avait quelque chose d'un peu... perdu. Comme si elle n'était pas totalement certaine de ce qu'elle lui disait. Il garda un sourire amical.

- Souvent. Quand je peux en fait et que je suis dans le coin, bien évidement. Ne voulant pas non plus raconter sa vie à quelqu'un qui pouvait totalement s'en foutre, il n'alla pas plus loin.

Surtout qu'il était plus curieux de savoir si elle aussi, avait l'impression de le reconnaître ou s'il hallucinait totalement. Elle sembla honteuse de ne pouvoir lui répondre réellement. Il haussa légèrement un sourcil et garda son sourire amical, presque prêt à lui mettre une main sur l'épaule pour la rassurer, mais préféra ne pas la toucher, ne sachant pas trop ce qu'il pouvait se permettre ou non avec son interlocutrice.

- Ce n'est pas grave Riley. Vous devez ressembler à quelqu'un que je connais. Après tout, dans cette ville, on rencontre tellement de visages différents.
D'un ton calme, pour lui montrer qu'il ne fallait vraiment pas trop se prendre la tête avec cela. Et qu'est-ce que vous faites dans la vie?

Autant reprendre la conversation sous un autre angle, pour lui faire oublier ce petit malaise. Et lui, aurait peut-être quelques indices pour savoir où il aurait pu la croiser, si tel avait été le cas.

Codage par Libella sur Graphiorum
Caleb
Sphère Savoir
avatar

Messages : 160
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Dim 17 Avr 2016 - 0:53
Le geste était mécanique.
Porter la cigarette à ses lèvres. Inspirer. Inhaler. Expirer. La banalité de l'enchaînement n'avait, en soit, aucun intérêt. Seulement, il y avait le goût que laissait sur la langue le tabac, la caresse chaude et râpeuse de la fumée dans la gorge, l'odeur du tabac blond qui flottait dans l'air et qui, en restant sur les doigts prenait une odeur de noix. Autant de petit détails que de petits plaisirs. Qui rendait l'envie de décrocher difficile. 
Chaque cigarette était un instant suspendu dans le temps. Autant de minutes à soi où le monde pouvait bien s'arrêter, ou même continuer, sans avoir aucune emprise sur la jeune femme. Plaisir un peu égoïste de la rupture. Riley était consciente que ces moments n'était que des palliatifs, qu'un autre moyen de fuir. Elle n'avait connu que ça, le manque ne pouvait pas qu'être chimique.

Le bout incandescent de la cigarette qu'elle écrasa sur le muret émit un grésillement discret mais caractéristique, puis le mégot partit rejoindre une poubelle non loin.
Apaisée par les sourires de l'homme à ses côtés, son visage s'ouvrit un peu plus. Aucun engagement, aucun jugement, aucun enjeu derrière cette rencontre. La prodige retrouvait une certaine sérénité dans cet affranchissement des contraintes.

-Il fallait que l'on se croise alors... répondit-elle comme pour elle-même, avec un petit sourire au coin des lèvres, satisfaite de l’œuvre du destin.

Elle hocha doucement la tête, rassurée que ce ne soit un oublie de sa part. Édimbourg était une ville immense, fourmillante, trop bruyante, trop rapide aussi. Sauf dans ses instants volés au point du jour. Le nombre des rencontres se multipliait avec les années, d'autant plus lorsque leur nombre s'étirait anormalement. La conversation se poursuivit sur un autre sujet, empêchant la jeune femme de trop se perdre dans ses réflexions sur les années filantes et les rencontres oubliées. D'une façon ou d'une autre, elle savait qu'elle n'était pas la seule sur cette colline à avoir parfois perdu la notion du temps.

-Je suis serveuse. Alors qu'elle allait retourner au silence, elle cru de bon ton de poursuivre un peu plus pour ne pas couper court aux tentatives de communication de son interlocuteur. Elle avait tendance à se montrer taciturne et malgré les apparences, cette attitude n'avait rien de misanthrope.

-Je travaille dans un diner. Chez Reggie. Vous devriez passer un jour. C'est... rétro, comme on dit.

L'idée la fit sourire intérieurement.

-Et vous ? Fit-elle en retournant une nouvelle fois la question. Elle imaginait quelque chose qui lui prenait beaucoup de temps, d'énergie peut-être aussi, pas un job de bureau – trop décontracté, pas assez stressé.
Riley se plaisait à laisser courir son imagination. La réalité était souvent plus banale que les fantasmes. A vrai dire, la réalité était souvent décevante, les gens qui la peuplait aussi... elle détourna le regard pour chasser les pensées qui revenaient en boucle et contre sa volonté.
Riley
Sphère Economique
avatar

Messages : 118
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Indéfinis(ables)
Revenir en haut Aller en bas
Dim 17 Avr 2016 - 17:38
- Un ami m'a dit que rien ne se faisait par hasard, oui. Fit-il avec un sourire pour toute réponse à l'affirmation de la jeune femme. Qui l'avait, il fallait bien le dire, surpris un instant. C'était sorti tellement naturellement, qu'il ne voyait pas quoi dire pour aller à son encontre. Sans compter, qu'il n'en avait pas vraiment envie.

Dante l'observait un instant terminer sa cigarette, avant qu'elle n'accepte de répondre à sa question. Il espérait ne pas donner l'air d'être un flic dans un interrogatoire, mais cette jeune femme l'intriguait, alors il tentait, lentement et doucement, de créer le contact. Rien ne pressait. Le soleil se levait encore gentiment. Ses rayons venaient réchauffer les deux lèves-tôt.

- Oh, un diner, pourquoi pas. Je ne connais pas chez Reggie. Il faudra me dire où il se trouve. Qu'est-ce que vous y servez de bon?

Quoi? C'était tenir la conversation d'une façon ou d'une autre, non? Surtout qu'à force, ils n'auraient plus grand chose à se dire et un silence gênant n'était pas vraiment ce que Carso souhaitait vivre. Elle s'intéressa alors à lui.

- Je suis archéologue. Je cherche des civilisations perdues et je me balade un peu partout sur ce globe détruit pour en trouver des traces. Il y a de quoi faire. Mais je ne vais pas vous ennuyer avec mes histoires de vieilles pierres, ne vous inquiétez pas.
Tout en gardant un petit air amusé.

Il savait à quel point il pouvait devenir pénible quand on le laissait partir sur ses délires. Et ce n'était pas le moment d'ennuyer cette jeune femme avec ses histoires, encore moins si tôt le matin.

Les émotions qui émanaient de Riley étaient vraiment étranges, il la regardait sans doute avec un petit air interloqué, cherchant ce qui pouvait la mettre dans cet état. Enfin, le mal être n'avait jamais réellement besoin d'une origine concrète. Certains étaient faits ainsi.

- Je... vais me mêler de ce qui ne me regarde sans doute pas, mais vous me semblez un peu... hum... lointaine. Est-ce que tout va bien? Marquant une pause. Pas que je veuille m'en mêler ou autre, mais si au moins je peux illuminer un peu votre journée, je le ferai. A commencer par un café?

Ca risquait bien de lui paraître bizarre, mais il ne donnait vraiment pas l'impression d'être un sale type qui tentait une approche de drague naze. Non, il souhaitait vraiment qu'elle se sente un peu mieux. Au moins pour quelques heures. Et quoi de mieux que de le faire en bonne compagnie?

Carso était ainsi, voulant aider son prochain, son côté bon samaritain qui ressortait, comme souvent.

Codage par Libella sur Graphiorum
Caleb
Sphère Savoir
avatar

Messages : 160
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Dim 24 Avr 2016 - 16:39
Riley rendit à l'homme son sourire. "Rien ne se faisait au hasard". Elle médita un instant ces mots exprimés non sans une certaine forme de sagesse. Tout avait donc un sens, une raison d'être. Même les événement les plus pénibles ? 

L'intérêt, feint ou non, qu'il porta ensuite au diner la toucha. Elle notait les efforts qu'il faisait pour entretenir avec elle une conversation polie. Elle n'avait pas la moindre idée de ce qui pouvait bien le motiver mais elle était consciente que d'autres personnes n'auraient jamais pris la peine de s'approcher en premier lieu, ou non pas sans arrière pensée. Mais cet homme lui semblait sincère, dans ses mots comme dans son comportement naturellement attentionné, et paraissant ne rien attendre. Était-elle en train d'avoir une conversation normale, avec une personne normale ? Mine de rien, dans son monde, cela restait une exception.

-Le diner est dans Southside. L'extérieur paie pas vraiment de mine mais l'endroit est vraiment chaleureux et la gérante adorable. Elle fait le meilleur café italien de la ville ! Il y a pas vraiment de spécialité, sauf si les petits déj' copieux sont une spécialité.

Elle rit sans grand éclat et parlait avec une sorte de détachement. Elle appréciait énormément l'endroit, autant qu'Angie, la propriétaire, Hernando, les habitués et les habitudes. C'était une chance que ce travail, seulement, elle se sentait à mille lieues des réalités. Elle était davantage un automate qui exécutait des tâches répétitives, des sourires collés aux lèvres, il y avait cet air de bonne humeur qui flottait toujours sur le petit restaurant. Elle était toujours plus légère les jours où elle y travaillait. Seulement, elle ne savait dire si réellement elle était à sa place.

Heureusement pour eux, la conversation prit un tour beaucoup plus intéressant lorsque Dante l'éclaira sur son métier à lui.
Archéologue. Notre héroïne restait bouche bée. Un métier peu commun, auquel elle n'aurait jamais pensé, mais qui, tout bien réfléchit, lui allait comme un gant. Elle l'imaginait aventurier, parcourant des jungles tropicales inhospitalières, explorant des ruines oubliés renfermant milles trésors, ou encore brossant délicatement des os millénaires figés dans la terre.

-Alors vous voyagez d'Arches en Arches, j'imagine ? Et... Vous descendez à la surface ? Demanda-t-elle dans un souffle impressionné. 

À quoi pouvait bien ressembler la surface depuis qu'une partie de la terre s'était élevée ? Les témoignages parlaient d'un lieu hostile, changeant, en proie à la violence des éléments. 
Elle avait bien du mal à ce rendre compte de ce que pouvait bien représenter la chasse de civilisations perdues, voire même, englouties. Comment pouvait-on savoir où chercher quelque chose qui n'existait plus ? Comment être sûr que cette chose avait existé et que l'on ne cherchait pas en vain ? Autant de questions qui resteraient sans réponse si elle n'osait les poser. Mais elle avait peur de paraître bien naïve en formulant ses pensées. 
Il avait peur de l'ennuyer mais il avait, au contraire piqué sa curiosité. L'idée d'un ailleurs, du voyage et de la découverte apparaissait comme un fantasme. Un désir profond et caché. Celui de la fuite en quelque sorte. Toujours profondément ancré.

Son regard s'assombrit légèrement lorsque Dante reprit la parole. Il avait mis le doigt sur son attitude un peu détachée et elle s'en voulait de laisser transparaître son mal être.
Elle vient fixer son grand regard brun dans celui de son interlocuteur grisonnant avec un sourire triste. Il prenait toutes les précautions pour tenter de ne pas l'importuner et il ne la dérangeait pas. Elle voulait croire à cette honnêteté qui émanait de sa douceur. Elle avait croisé les lourds, les pervers, les dérangés, les paumés en marge de cette société, mais il ne lui inspirait rien de tout ça. 

-Cette rencontre à déjà aidé à illuminer ma journée, lui assura-t-elle, sincère. Je suis désolée si je vous paraît lointaine, ce n'est pas mon intention. Juste quelques soucis familiaux, assura-t-elle, pragmatique. Rien d'insurmontable... j'imagine. 

Réfléchissant un instant, elle reprit, haussant les épaules

-Un café, pourquoi pas. Après tout, ça ne coûtait rien -ou presque- et n'engageait à rien de plus. Si vous me racontez ce que vous cherchez. Ajouta-t-elle comme une condition sine qua none pour le suivre.
 
Riley
Sphère Economique
avatar

Messages : 118
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Indéfinis(ables)
Revenir en haut Aller en bas
Dim 1 Mai 2016 - 22:22
Caleb notait donc, mentalement, où se trouvait ce fameux diner. Il serait curieux de s'y rendre un jour, ne manquant pas d'avoir un petit sourire amusé, quand la jeune femme lui vendit alors le café, semblait-il fameux, de sa patronne.

- Un café italien? Vraiment? Moi qui me disais qu'on ne buvait que du jus de chaussette par ici! D'un air un peu taquin. Mais attention, je suis un expert en la matière, n'est pas italien qui veut! Bien entendu, il ne faisait que de l'humour, même s'il ne mentait pas sur son origine. Hum, quelques pancakes en plus, ne seront jamais refusés. Avec un petit clin d'œil, puisqu'elle riait, autant en profiter pour garder cette bonne humeur non?

- Vous imaginez juste, je parcours les Arches à la recherche de leurs "trésors" cachés. Hochant de la tête. Cela m'arrive, mais plus rarement, les terres sont réellement inhospitalières et il faut avoir une vraie raison pour vouloir y descendre. Bon, beaucoup dise que je dois être quelque peu suicidaire pour faire une telle chose. Mais quand il n'y a pas le choix... et puis... c'est aussi là en bas, qu'il y les vestiges les plus intéressants des civilisations ayant vécues avant le craquèlement de notre planète.

Surtout qu'il avait eu l'avantage de connaître la Terre, avant qu'elle ne soit constituée d'arches. Il trouvait important que les générations futures et même celle d'aujourd'hui, n'oublient pas, qu'à une époque, la terre était réellement un globe. Le souvenir devait rester et quoi de plus parlant, que des preuves matérielles de ces anciennes civilisations? Même s'il était, aussi, capable d'en retrouver dans des jungles profondes et ayant survécu à l'ouragan.

Caleb voyait bien que revenir sur le sujet - sans doute plus problématique - qui dérangeait son interlocutrice, plomberait l'ambiance. Mais il n'aimait pas sentir que quelqu'un allait mal. Il fût soulagé de voir qu'elle ne prit pas mal son impertinence, qu'elle lui assura même qu'il avait réussi à illuminer déjà un peu sa journée.

- Il n'y a pas de quoi s'excuser, Riley.
Dans un petit sourire toujours rassurant. Je comprends, on ne choisit pas sa famille, n'est-ce pas? Tenta-t-il pour dédramatiser un peu. Sans savoir qu'il parlait à l'une des filles de Sveda, qui la croyait - tout autant que lui, pour le moment - disparue.

- Très bien! Se frappant légèrement les mains, avant de rester un instant silencieux, ne sachant pas trop à quoi faisait référence la question. Ce que je cherche? Dans mes expéditions ou avec vous? Peut-être paraissait-il un peu con avec cette question, mais Carso préférait être sûr de son coup et ne pas répondre à côté.

Codage par Libella sur Graphiorum
Caleb
Sphère Savoir
avatar

Messages : 160
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Sam 14 Mai 2016 - 23:15
Il avait fallut la bonne humeur et les répliques un peu taquines de l'archéologue pour que notre prodige retrouve enfin un sourire plus franc, plus naturel. Il illuminait son visage, faisait pétiller son regard d'un éclat nouveau. Les rayons encore timides du soleil venait déjà se refléter dans sa chevelure blanche. Elle irradiait. Comme quoi, un sourire pouvait tous changer et une banale conversation, faire oublier les tourments.
Les préoccupations qui hantaient son esprit s'était envolées pour un temps. Les recherches pour retrouver Tohum, les pressions incessantes de Pietro, les reproches tacites qu'on ne manquait jamais de lui faire...
Il fallut quelques seconde à Riley pour comprendre ce que ne faisait que sous-entendre l'homme aux cheveux grisonnant tandis qu'il lui lançait un clin d'œil entendu, elle le dévisagea sans se départir de son sourire. Elle se surprit mêle à tenter d'imaginer à quoi pouvait bien ressembler l'Italie. L'archipel. Mais à vrai dire, elle n'avait pas beaucoup d'imagination. Probablement que toutes les villes devaient se ressembler. Les bas-fonds, d'une métropole à l'autre étaient les mêmes. Qu'en était-il du reste ? De quoi était fait les paysages italiens ? on parlait l'oliveraie, de coteaux et de soleil. Et le reste du monde, si vaste, si diversifié. Elle se rappelait de la neige, mais à quoi ressemblait les plages de sable et la mer ? Les forêts tropicales ?
Combien d'arches au juste s'étaient élevées ? Elle avait bien dû l'apprendre un jour à l'école. Aujourd'hui ce nombre lui échappait. 
Dante appuya sur le fait que la surface n'était pas un endroit très sympathique mais qu'il n'avait pas hésité à y mettre les pieds. 
Riley sourit, il avait un peu des allures des aventuriers modernes, sans peur aucune.

Elle eut un alors un moment d'absence. Qu'est-ce qui avait bien pu provoquer se décrochage de la réalité contre son gré?
Elle cligna plusieurs fois des yeux comme pour reprendre consistance dans le réel avant de jeter un coup d'œil aux alentours et à l'homme face à elle. Il n'avait duré que quelques secondes mais cela avait été bien suffisant pour déstabiliser notre héroïne. 
Que venait-il de dire ? Elle se força à chercher dans son esprit. Tohum lui avait assuré par le passé que sa mémoire devait tout de même enregistrer les événements, qu'elle devait se concentrer pour y faire appel et trouver les fragments manquant. Alors, sur les conseils de sa mere elle fit un effort pour se concentrer.

Il lui semblait que Dante avait parlé de la famille. Qu'on ne la choisissait pas.
Ils étaient prêt à se mettre en mouvement lorsque l'homme posa sa question. Riley fronça légèrement les sourcils avec un sourire mais un air un peu interloqué. Qu'avait-il compris ? Mi-amusé, mi-intrigué par cette situation de quiproquo, elle précisa :

-Je parlais de vos recherches archéologiques.

Elle était d'autant plus perplexe.

-Ce que vous chercher avec moi ? 

Elle semblait ne pas comprendre, mais fut soudainement méfiante. Inconsciente, elle fit un petit geste de retrait. Méfiance. 
Riley
Sphère Economique
avatar

Messages : 118
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Indéfinis(ables)
Revenir en haut Aller en bas
Sam 21 Mai 2016 - 17:02
Au moins, l'humeur devenait bonne, il le sentait. L'avantage de son pouvoir, quand il n'était en présence que d'une personne. Il savait mieux gérer les émotions qu'il ressentait et finissait par emmagasiner. Et puis, quand c'était de bonnes ondes, c'était plutôt agréable. Encore plus quand il savait que c'était lui qui réussissait à faire changer ainsi un interlocuteur, quel qu'il soit.

C'était donc avec un sourire heureux qu'il s'était levé et attendait que la demoiselle le suive. Caleb senti pourtant qu'il eut comme une déconnexion de la part de cette dernière, sans pour autant comprendre d'où cela pouvait venir. Elle semblait tout aussi surprise que lui d'ailleurs, ayant perdu le fil de leur conversation. Il rebondissait pourtant sur sa réponse.

- Bien sûr, bien sûr, suis-je bête.
Toujours avec son petit sourire, pourtant, il ne put que sentir la barrière qui venait de se lever entre eux et ne manqua pas de se traiter de tous les noms. Rien, rien du tout. Ce n'était qu'une blague Riley, maladroite, je le concède. Je n'avais pas à dire cela. Excusez-moi. Tentant de lui faire un sourire rassurant.

Ce n'était vraiment pas le moment de la faire courir loin de lui quand même. Faisant un petit signe de la main en direction du chemin.

- Vous acceptez toujours l'idée d'un café, avec un idiot?
L'observant, sans aucune arrière-pensée. Et vous pourrez me poser toutes les questions que vous souhaitez sur mes recherches.

Peut-être qu'en remettant le doigt sur ce qui avait pu l'intéresser, il lui ferait oublier sa façon maladroite de faire de l'humour.

Codage par Libella sur Graphiorum
Caleb
Sphère Savoir
avatar

Messages : 160
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Ven 10 Juin 2016 - 0:53
De ses grands yeux bruns, elle était venu dévisager son interlocuteur, avant de fixer son regard interdit dans le sien. Il s'excusait platement d'une maladresse et, pour quelques secondes, dans ce qui était censé être le miroir de l'âme, elle chercha à lire ses intentions. Ses véritables intentions. A déchiffrer l'homme. Le mystère.
Inexplicablement, elle voulait le croire. Lui accorder sa confiance. Il avait quelque chose dans le sourire, dans l'éclat de ses pupilles, dans la très fine ride aux coins de ses deux yeux pleins de générosité. Son aura était rayonnante. Positive. Son instinct pouvait le sentir et il lui soufflait au creux de l'oreille d'aller vers lui. De profiter de son influence bénéfique. Contrairement à certaine relation de son entourage, il ne lui serait pas toxique.

Riley dérida son front. Elle secoua doucement la tête en souriant et s'excusant timidement de réagir au quart de tour.
Elle en avait croisé, des types bizarres. Néfastes ou profondément mauvais. Pervers. Dérangés. Tout cela était derrière elle maintenant, pourtant, elle ne pouvait se défaire de certains réflexes. 
Il l'invita alors à la suivre, si le café était de mise. Elle se contenta de sourire et hocha la tête en signe d'approbation.
Se remettant sur ses deux pieds, elle jeta un dernier coup d’œil au paysage. Le soleil était maintenant une grosse boule ronde au dessus de la ligne d'horizon. Le ciel d'un bleu si clair qu'il était presque blanc. La miss glissa ses mains dans ses poches et suivit celui qui s'était présenté comme Dante.

-Je suis très curieuse, il se peut que j'arrive à venir à bout de votre patience, dit-elle doucement avec un sourire qui laissait entendre qu'elle tentait un trait d'humour.

-Vous avez un domaine de prédilection ? Enchaîna-t-elle. A vrai dire, tout cela l'invitait à rêver. A s'échapper dans d'autres réalités, d'autres histoires. Elle fantasmait un ailleurs. Un ailleurs où elle n'aurait pas été Riley, ou Ava. Peut-être que ça lui aurait plu, d'appartenir à une civilisation disparue.

Nos deux protagonistes descendirent tranquillement la colline de Calton. La prodige aux cheveux de neige laissait courir son regard à droite et à gauche, les yeux toujours captivé par un détail, une beauté, une lueur ou une ombre. Comment pouvait-elle être en désir d'un autre mode quand elle avait l'impression d'être en constante découverte de celui qui l'entourait. Comme s'il n'avait jamais fini de la surprendre et de l'émerveiller. 
Riley
Sphère Economique
avatar

Messages : 118
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Indéfinis(ables)
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 23 Juin 2016 - 14:19
Dante était bien loin de prendre mal la réaction de Riley, qu'il avait trouvé plutôt normale. Après tout, c'était à lui de faire attention. Les femmes subissaient suffisamment d'emmerdement, pour ne pas en rajouter. Il avait été stupide de faire cette blague, encore plus avec une inconnue. Alors il garda son sourire pour la rassurer, elle n'avait rien fait de mal, il était en faute et pour cela, elle aurait droit à un café offert ce matin. C'était bien la moindre des choses qu'il pouvait lui offrir.

Un rire fin se fit entendre, alors qu'elle parlait d'user de sa patience. Il eut un regard malin pour elle, tout en marchant à ses côtés. Profitant de l'air frais du matin.

- Oh, vraiment? Je suis, moi aussi, curieux de voir ça. Peut-être réussirez-vous là où mes étudiants semblent lamentablement échouer. D'un ton amusé.

Comme il venait de dire, il était curieux de nature, alors il appréciait particulièrement de rencontrer des gens qui l'étaient aussi. Après tout, cela offrait des échanges plus intéressants et puis, il était presque intarissable quand on le lançait sur les sujets qui lui tenaient à cœur. Notamment son métiers, ses expéditions, ses recherches. Il en devenait sans doute, même, saoulant, à force.

- Hum, pas vraiment, je m'éparpille trop rapidement parait-il. Mais en ce moment, je suis en plein travail sur la Mésoamérique, ce qui correspond aujourd'hui, aux arches de l'Amérique du sud. C'est pas les endroits les plus sûrs mais leur Histoire est tellement riche! Et puis, c'est surtout dans les forêts les plus touffues que je fais mes recherches.

Notre homme marchait d'un bon pas. On pouvait sentir que le sujet le rendait plus énergique. Ils arrivaient près d'un café en bas de la colline et il se permettait d'aller lui ouvrir la porte.

- Madame. Avec un air joueur. Ce n'était qu'une façon de la faire sourire, voir rire, pour qu'elle se détende complètement avec lui. Qu'est-ce qui vous ferait plaisir? Alors qu'il se posait devant le comptoir pour observer la carte affichée sur des écrans derrière le barista.

Codage par Libella sur Graphiorum
Caleb
Sphère Savoir
avatar

Messages : 160
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: New Town :: Calton Hill-