[CLOS] La chance sourit aux audacieux

 :: Édimbourg :: Old Town :: National Museum of Scotland Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 19 Mar 2016 - 21:33
AUDACES FORTUNA JUVAT



Dans quelques heures, Kevin serait aux côtés du professeur Motic pour présenter aux journalistes une découverte extraordinaire concernant les récits de Tite-Live, un livre disparu de l’œuvre de Tite-Live, intitulée Ab Urbe condita libri (en français : Histoire de Rome depuis sa fondation). Seuls quarante cinq livres sur cent quarante deux avaient été trouvés auparavant. Maintenant, il y en avait un de plus dont le contenu était photographié et enregistré sur la tablette informatique avec laquelle Kevin s’attelait actuellement à la traduction avant d’être interrompu par la visite de deux personnes : Alexander Feuerbach, PDG de la Feuerbach Corporation et Arturo Cavalieri, Président de la Fondation Feuerbach, organisme de mécénat pour la culture et la solidarité.

Le jeune homme fut très surpris car il ne s’attendait pas du tout à cette rencontre dont une initiative audacieuse de sa part en était la cause. En effet, depuis quelque temps, Kevin cherchait un travail complémentaire pour augmenter ses revenus. Il ne pouvait pas que compter sur son père adoptif et il avait envie lui aussi à sa façon de participer aux finances du Potential Home. Il avait envoyé plusieurs candidatures spontanées dans les plus grandes entreprises locales et à chaque fois il avait fait chou blanc. La même réponse lui était faîte : pas de diplôme pas de travail. C’était désespérant à un tel point qu’il avait poussé l’audace à écrire une lettre de candidature en latin au PDG Alexander FEUERBACH. Il le savait érudit et qu’ainsi il aurait peut être une chance sur mille qu'il soit touché ou intrigué par son audace. Sa présence montrait que cette audace avait été payante mais il ne fallait pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué.

Kevin fut d’abord désarmé par cette rencontre inattendue, ne comprenant pas exactement où l’entretien menait. Il était déjà exclu qu’il intègre la Feuerbach Corporation. Plus bavard que la normale, il dévoila un événement auquel il n’avait accordé grande importance jusqu’à ce qu’il raconte mots à mots ce qu’il lui était arrivé. Et à lire la réaction du PDG, c’était grave. Kevin avait lu les pensées d’un espion qui tentait de voler le savoir technologique de la Feuerbach Corporation.

L’italien reprit à son compte la conversation. Il faut dire aussi qu’il y avait un meilleur feeling entre eux. Le jeune homme était sensible au charisme naturelle de l’Italien mais encore plus par son origine qui n’était pas sans rappeler celle de sa mère sicilienne. Mots à mots, voici ce qu’Arturo lui proposa :

« Ainsi que la mentionné monsieur Feurerbach un peu plus tôt, il n'y a pas vraiment de postes qui semblent approprié à votre profil au sein de ses entreprises. C'est pour cette raison que nous ne vous proposons pas de travailler pour la Corporation mais directement pour son PDG. Il possède un patrimoine d'œuvres d'art et d'antiquités plutôt conséquent. Par manque de temps, il ne peut plus le gérer lui même et c'est pourquoi il vous propose cette opportunité. Bien entendu, il ne vous demande pas d'avoir déjà l'œil d'un expert, mais tout au moins de tenter d'identifier et de répertorier les œuvres en sa possession. Et pourquoi pas, dans le futur, fournir une pré-expertise d'œuvres et d'artefacts à acquérir ? Mais je pense qu'il sera plus à même de vous décrire ce qu'il attend exactement, si vous veniez à accepter sa proposition. De plus, vous pourriez, si vous le désirez, garder votre travail, ici au musée. Si vous vous sentez capable d'assumer un tel planning. Pour le reste, soyez assuré qu'à la suite à cette alternance, vous n'aurez aucun mal à trouver un travail digne de vos espérances partout où vous irez frapper. Nous y mettons un point d'honneur. »
Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 386
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Sam 19 Mar 2016 - 21:37
Lorsqu'il entendit la proposition de l'italien, il n'en crut pas ses oreilles. L'expression qui avait sur son visage pouvait se lire aussi bien que dans un livre. Il est clair q'une fois passé l'étonnement il avait un sourire sincère de joie et le regard éberlué. Il n'en revenait pas. Il aurait payé pour avoir le droit d'être les gardiens d'objets historiques et rares. D'ailleurs en parlant de revenus, Kevin n'était vraiment pas un homme d'affaires et cupide. Ce qu'il comptait le plus à ses yeux, c'était le contenu et notamment la chance qu'il aurait d'avoir un travail qui correspond à sa passion. Mais serait-il vraiment à la hauteur ? Comment avaient-ils pu juger avec ce bref entretien qu'il avait le profil pour y prétendre ? D'ailleurs cet entretien n'était qu'une formalité puisque cette proposition ils l'avaient déjà en tête avant de venir le voir. Il est vrai que le PDG avait toutes les ressources requises pour enquêter sur Kevin, ce qu'il avait sans doute fait.

Pour répondre à son interlocuteur, il eut quelques difficultés à trouver ses mots, preuve renouvelée de sa surprise. Et puis, ça vint naturellement en puisant dans le verbe italien. Son accent était parfait.

-[Italien] Mamma mia ! Veuillez excuser mon étonnement. Je suis des plus honorés par cette proposition qui comble toutes mes espérances. Vous pensez vraiment que je serai à la hauteur ? Evidemment qu'oui...mais je dois y réfléchir tout de même...

Il laissa quelques secondes de suspens pour montrer un temps de réflexion symbolique.

- SI SI SI !

Le jeune homme n'était pas du genre à cacher ses émotions. Il était heureux comme jamais. Il s'imagina en train de lire des ouvrages anciens et rares, se perdre dans la contemplation des tableaux de la renaissance. Il pensait déjà comment il allait s'atteler à l'ouvrage, s'il allait ranger par thème ou par chronologie.

- Je pense que ce travail se complémentera parfaitement avec celui du musée. Vous pouvez compter sur mon sérieux et mon engagement au travail. Je souhaite juste qu'il me reste un peu de temps libre pour participer à la vie du Potential Home.
Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 386
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Dim 27 Mar 2016 - 18:17


AUDACES FORTUNA JUVAT

Lieu :

Département de l'art grecque et romain.

Date de l'événement :

Mars 2016

Participants :

Iron Will - Arturo (PNJ) - Lars (PNJ)

Précédemment :

Premier post

A suivre :

Entre la vie et la mort





Une fois l'appel téléphonique terminé, Alexander avait replacé son smartphone dans la poche intérieur de sa veste. Une ride s'était creusée sur son front pâle Ses yeux noirs brillaient d'une lueur étrange, dangereuse - c'était un regard carnassier, presque animal, mais intelligent et froid. Il demeura ainsi encore quelques secondes, pensif, alors que sous son crâne, son esprit calculateur préparait un plan de riposte. Les premiers ordres avaient été donnés pour endiguer l'intrusion des espions au sein de l'une de ses entreprises, mais il s'agissait maintenant de remonter le jeu de piste et de trouver qui s'était aventuré inconsciemment dans ce petit jeu. Il finit tout de même par classer en arrière plan cette préoccupation nouvelle pour revenir aux enjeux du moment, qui n'étaient pas moindre.

L'allemand prit donc le soin de revêtir sur ses traits la neutralité qui lissait habituellement son visage et rejoignit alors les deux hommes qu'il avait abandonné quelques minutes plus tôt. Le claquement de l'extrémité métallique de sa canne sur le dallage en pierre du sol, résonnait avec une régularité parfaite dans les galeries, encore vide à cette heure, du musée et donnait une emphase dramatique à sa démarche claudicante.
 
Dans la salle des antiquités, l'atmosphère était à l'enthousiasme. Le sourire sur les lèvres du jeune Kevin, ainsi que son verbiage en italien ne laissait que peu de doute quant à la décision que le jeune prodige allait prendre. Alexander devait en déduire que son partenaire avait su trouver les mots justes pour lui faire revoir sa position.
Tant mieux.
Voilà donc que notre homme d'affaire se retrouvait avec un nouvel assistant. Soit. 
 
De nouveau aux côtés d'Arturo, le PDG lui lança un petit regard, alors que le jeune assistant confirmait avec exaltation son engagement.

-Vous nous voyez ravis de cette décision. Avoua l'italien au jeune homme avec un sourire. Pour lui, c'était une nouvelle réussite de la Fondation ainsi qu'un pas en avant pour l'avenir de ce jeune homme. Tout en jetant un petit coup d’œil à l'allemand, il fut presque surpris de lui voir prendre à son tour à la parole :

-En effet.

Réellement ravi ou non, Feuerbach n'en montrait rien. D'ailleurs, comme toujours, la froideur du ton contrastait avec ses dires. Mais, il ne fallait pas en doute, Alexander était parfaitement satisfait de l'issue de cette rencontre.
D'une poche intérieur il tira un porte carte duquel il sortie un petit carton dont le grain épais mais sobre était couleur ivoire et sur lequel, à l'encre noire, était finement écrit son nom, son prénom et un numéro de téléphone.

Il tendit la carte de ses longs doigts fins à leur interlocuteur tout en précisant : 

-Prenez contact avec mon assistante. Elle réglera avec vous toutes les formalités administratives entre l'université, le musée et nous. Une fois cela fait, elle vous fixera une date pour un premier rendez-vous afin de vous faire découvrir la collection. Je vous expliquerez ce que j'attends de vous. Du reste, il vous faudra savoir être autonome, si cela vous convient ?

La question était, on l'aura compris, purement rhétorique.
Avant que Kevin ne puisse se saisir de la carte du PDG, Arturo la saisi, sortant déjà de l'autre main, un stylo.

-Je veux également que vous sachiez qu'au besoin, je suis là et que le dialogue est ouvert. 

Il griffonnait dessus un numéro avant de tendre à nouveau le carton en direction du prodige. Il ajouta :

-N'hésitez pas. 

Il était sincère. Car ce n'était pas avec Alexander que Kevin pourrait réellement communiqué s'il avait le moindre soucis.
Verstand
Sphère Economique
avatar

Messages : 123
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Intelligence hors du commun
Revenir en haut Aller en bas
Sam 2 Avr 2016 - 10:36
Kevin fit l'effort de paraître des plus sérieux, disons même de remettre pieds sur terre. Il n'eut pas trop de mal car l'attitude du jeune allemand contribua facilement à refroidir toute ardeur de joie. Il contrastait tellement avec l'Italien. La glace et le feu ! D'un autre côté, il était peut être très contrarié et soucieux du témoignage de Kevin sur un potentiel espionnage dans sa société. Kevin aurait aimé savoir si tout cela allait s'arranger mais il ne se voyait pas poser la question dans le contexte. Quelque part cela ne le regardait pas. Au moins il avait fait son devoir en le prévenant.

Une vraie palissade, le visage de l'allemand. En fait, il ne savait même pas si Verstand était satisfait de cette embauche ou pas. Il espérait qu'oui sinon il ne serait pas venu jusqu'ici à moins que cela ne fut que pour faire plaisir à l'Italien. Kevin évita finalement de se poser trop de questions, la principale était "est ce que le job lui plaisait ?". Et la réponse était évidente.

Le regard de Kevin passait d'un homme à un autre, un peu comme s'il assistait un match de tennis. Il ne put s'empêcher d'esquisser un sourire lorsque l'italien chaparda la carte pour y mettre son numéro de téléphone. Il avait compris le message : ne pas compter sur Verstand pour lui faire part de ses états d'âme. D'un autre côté, ce qui comptait, c'était la mission que le jeune homme allait servir qui importait. Il se voyait déjà au cœur d’œuvres rares et belles comme jamais. Quel enseignement historique, il pourrait en tirer ? C'était exaltant !

- Monsieur Verstand, je prendrais contact avec votre assistance sans tarder car j'ai hâte de découvrir votre collection. Concernant l'autonomie, elle me va comme un gant car c'est ainsi que j'aime travailler. D'ailleurs, vous êtes à même de le constater ici présent car comme vous pouvez l'observer je suis livré à moi-même pour traduire une oeuvre historique des plus rares, une preuve de confiance que me fait la direction du muséum.

Il évita de rajouter qu'en fait il aimait plutôt travailler seul pour se concentrer et ne pas penser tous les cinq minutes à la peur qu'on le touche. Et avoir un petit chef tout le temps sur le dos, cela aurait vite fait de l'énerver.

Il prit la carte que lui saisit Arturo avec prudence, pour éviter tout contact physique. On n'est jamais trop prudent !

- Merci je prends bonne note de votre numéro. Je veillerais à ne l'utiliser que dans le cas d'extrême urgence. Monsieur Verstand et Monsieur Arturo, je vous remercie pour la confiance que vous me témoigniez et j'aspire à y montrer des plus dignes.

Il hocha la tête comme signe de remerciement et également de salutation car il était hors de question qu'il leur sert la main...Allez savoir pourquoi...
Iron Will
Sphère Savoir
avatar

Messages : 386
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Tactile télékinésie et télépathie, Biokinésie (sur lui-même)
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: Old Town :: National Museum of Scotland-