[CLOS] Armageddon! [TOHUM-EDGE-CASTIEL]

 :: Édimbourg :: Westside :: Zoo Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 11 Juil 2016 - 14:30
Castiel passait une bonne journée. Excellente, même. Il y avait peu de choses meilleures au monde que de passer du temps en compagnie d'être chers. En bonne compagnie, tous les soucis du monde paraissaient soudain bien plus légers quand on était finalement jamais vraiment seul pour les porter sur les épaules. Aujourd'hui, ils n'avaient pas à s'inquiéter d'un terrible complot, d'une attaque ou de tous les malheurs qui continuaient d'affluer dans les cieux de cette terre nouvelle. Non, cette escapade au zoo était une véritable bouffée d'air frais, et le reste pouvait attendre encore un peu. Avec tout le travail qu'il avait à faire, James réalisait qu'il avait perdu l'habitude de se permettre de prendre un peu de temps pour lui. Avec toutes les personnes qu'il avait à aider, toutes celles qui comptaient sur lui, c'était comme s'il avait peur de les décevoir en prenait ne serait-ce qu'un peu de recul. Mais il avait lui aussi besoin d'un peu de répit, de temps en temps. De souffler un peu, afin de recouvrer ses forces et de lui permettre de reconnecter avec sa foi retrouvée en l'humanité.

Aussi était-il particulièrement heureux d'explorer le zoo en compagnie de ses amis. Il était ravi d'avoir retrouvé Dante, son vieux compagnon. Quant à Sveda, il gouttait encore au soulagement de la savoir en vie, un sentiment dont il ne se laissait pas un seul instant. Et puis il y avait Charlie, qu'il connaissait depuis peu, mais avec qui il se sentait déjà une véritable affinité, touché par sa joie de vivre et sa gentillesse. Il pensa à Alex, espérant que son ami réussissait lui aussi à trouver le temps de souffler un peu. Le directeur de la PH croulait sous le travail, l'institution n'étant pas une mince affaire à gérer. Il se consacrait à elle sans hésiter, et réalisait un travail admirable malgré le stress et le poids des responsabilités. Castiel se promit d'aller lui parler prochainement, et d'autre chose que du boulot ; Dastan méritait lui aussi un peu de répit.

Le guérisseur se gratta derrière l'oreille, en délogeant un fil de sucre rose, qu'il enroula pensivement autour de son doigt. Charlie ne lui avait pas sauté dessus pour en dévorer les restes, aussi s'estima-t-il plutôt chanceux dans sa maladresse. Il continua de se dépêtrer de toute cette barbe à papa, l'amalgament en une nouvelle boule qu'il proposa aussitôt à la petite blonde. La vue du pingouin qui se dandinait à sa suite le fit sourire ; il pouvait sentir l'enthousiasme de la petite bête, ravie d'être libre et en compagnie de la jeune femme. Il y avait des liens assez solides pour ne plus jamais se rompre dès l'instant même de leur création, et celui qui unissait désormais femme et pingouin en faisait assurément partie. De même, le couple que formait Sveda et Dante lui réchauffait le cœur. Il était ravi pour ses vieux amis, et la relation qu'ils partageaient aujourd'hui lui semblait être une conclusion on ne peut plus logique. Deux âmes douces et anciennes, qui s'accordaient parfaitement l'une avec l'autre. A cette pensée, l'humeur de Castiel se teinta d'un bref accès de mélancolie, voilà bien longtemps qu'il n'avait pas partagé une telle connexion avec qui que ce soit. Il avait toujours été délicat pour lui de gérer sa vie sentimentale, son don d'empathie se révélant à la fois un avantage et un inconvénient. Mais même lorsqu'il réalisait que cela lui manquait, cela ne suffisait pas à réellement baisser son humeur. Après tout, sa vie était déjà bien remplie, et ce à sa grande satisfaction.

Il était plongé dans la contemplation d'un scorpion -toute forme de vie apparaissait à ses yeux comme magnifique en son genre, et digne d'un profond intérêt- quand Sveda mentionna les orques. L'idée lui plut, d'autant que ces créatures étaient devenues bien rares ; leur milieu naturel avait été profondément bouleversé lors du cataclysme, et on ne pouvait les contempler qu'en captivité dans les airs, aucune mer ne flottant dans le ciel... Les spécimens actuels descendaient de ceux que des individus courageux s'étaient efforcer de sauver d'une manière ou d'une autre lors du cataclysme. Castiel se demandait si certains de leurs congénères s'étaient adaptés à la surface, dans les océans contaminés par l'ouragan Armageddon. Il se tourna vers Caleb, qui en savait peut-être plus sur la question : « Est-ce que tu sais si on trouve encore des orques, en-bas ? Eux, ou des dauphins, des baleines, d'autres cousins... J'espère que la vie continue d'y trouver son chemin malgré tout. »

La question de Charlie lui apparut elle aussi plaisante ; il avait beau ne pas sentir à l'aise en milieu aquatique, ses ailes l'handicapant sérieusement dans l'eau, mais nager avec de telles créateurs devait être presque aussi fantastique de voler avec les oiseaux. Il se rappelait d'un voyage en mer, pendant la guerre de sécession, quand il avait aperçu des dauphins nager avec les bateaux, le long des côtes du nord. Encore un tableau qu'il ne pouvait plus que contempler dans sa mémoire... Mais le monde actuel leur réservait lui aussi bien des beautés, et il était déterminé à profiter de ce que le présent avait à lui offrir plutôt que de s’appesantir sur le passé. Quand Charlie lui tira le bras, il se laissa joyeusement entraîner hors du vivarium, et les deux compères se dirigèrent vers l'enclos des émeus, un certain pingouin sur leurs talons. Face à la barrière, Castiel tendit le cou pour mieux voir les volatiles, charmé par leur démarche. On aurait pu s'attendre à des créatures maladroites d'oiseaux privés du ciel, mais les animaux bougeaient avec une certaine grâce, leurs mouvements puissants et mesurés. Levaient-ils parfois la tête vers le ciel, en se demandant pourquoi la nature avait jugé bon de les clouer au sol quand d'autres espèces fendaient les airs au-dessus d'eux ? Ou étaient-ils satisfaits de leur sort, estimant qu'ils n'avaient rien perdu ? Mais un détail fascinait James encore plus que les autres, et il ne put s'empêcher de le mentionner, ravi.

« Quand on y pense, ce sont des dinosaures modernes... » Et la pensée avait de quoi le réjouir. Il avait toujours adoré ces créatures anciennes, et ressentait toujours une pointe de tristesse en songeant à l'anéantissement quasi total de leur espèce. S'il avait eu le don de Dastan, nul doute qu'il aurait déjà essayé d'aller à leur rencontre dans le passé, inconscient des risques encourus. Mais il n'était pas le seul à ne pas se soucier des risques : voilà que Charlie escaladait la barrière. Castiel se demanda évidemment s'il devait l'en empêcher mais, en toute honnêteté, brûlait de l'envie de faire de même. Il avait de profiter de toutes ces bestioles d'un peu plus près, plutôt que de se contenter de les observer de l'autre côté du grillage. Et puis des émeus ne pouvaient pas être bien dangereux, si ? C'étaient des gentils dinosaures, pas des tyrannosaures en chasse. L'instinct de professeur qu'il essayait de cultiver depuis qu'il avait rejoint la Potential Home l'auraient poussé à mettre fin à un tel projet si des élèves avaient été impliqués, mais Charlie était une collègue après tout, pas un jeune à charge. Et puis la recherche, c'était son domaine, elle devait sûrement savoir ce qu'elle faisait, du moins à un degré minimum. Qui était-il pour l'en empêcher ? Au moins pouvait-il l'accompagner, s'assurer qu'elle ne courait pas de danger. Voilà qui lui paraissait hautement raisonnable. Alors qu'elle franchissait l'obstacle, il s'envola d'un puissant battement d'ailes, se demandant si un émeu montrerait de l'intérêt à découvrir les joies du vol... Il se mit à tourner au-dessus d'eux, heureux de se retrouver dans les airs, suivant Charlie du regard...et percuta de plein fouet un poteau dressé contre l'extérieur de l'enclos, un de ceux dotés de hauts-parleurs pour les annonces du parc. Sonné, il atterrit avec fracas sur le dos d'un émeu qui bondit aussitôt en avant. Encore un peu étourdi, ses ailes froissées laissant une traînée de plumes dans son dos, Castiel se laissa emporter par l'animal, s'accrochant du mieux qu'il pouvait.

Charge, petit dinosaure, charge !
Castiel
Sphère Savoir
avatar

Messages : 117
Etat Civil : célibataire
Pouvoirs : immortalité - ailes (vol) - empathie - guérison/évacuation - empreinte
Revenir en haut Aller en bas
Lun 25 Juil 2016 - 22:28
Quelque part, Sveda verrait bien qu'elle n'aurait guère le choix de demander un peu d'aide à son amant. Carso n'allait pas la laisser seule dans sa guerre. Ce n'était pas son genre, encore moins quand c'était sa belle qui était concernée. Depuis longtemps, il évitait les conflits, les guerres, et tout ce qui s'en rapprochait, parce qu'il estimait en avoir fait assez dans sa longue vie. Pourtant, pour cette femme-là, il était prêt à reprendre les armes... autant dire, que cela démontrait son attachement.

- Ok. Ne pense pas que j'oublierai entre temps.

Même si pour le coup, avec tout le bordel qui se passait dans le zoo, il pourrait bien mettre de côté cet élan chevaleresque, pour s'occuper des deux gamins qui les accompagnaient. Car oui, c'était vraiment ce qu'ils étaient pour le coup... en pire bien entendu, car ils étaient tous les deux dans des corps d'adultes, censé être responsables. Et il préférait insister sur le "censé".

Tandis qu'il était Charlie à se remettre sur ses pieds, voilà que Castiel débarquait en étant recouvert de barba papa. Caleb l'observa interloqué, se demandant comment diable il avait pu faire une chose pareille. Et puis ce pingouin. Est-ce que les gardiens faisaient au moins correctement leur job dans ce zoo? Sveda lançait une nouvelle idée, pas certains que ce soit la meilleure, ce qui attira directement l'attention des deux zouaves. Au moins, il quittait la salle où le gardien entrait, à force, ils allaient vraiment se faire mettre à la porte.

Dante avait une patience olympique, heureusement pour lui. Il répondit sans trop de problème à son ami, qui s'inquiétait de savoir si ces animaux aquatiques étaient encore trouvable sur les terres désolées, il secoua légèrement la tête.

- Je n'en ai pas croisé. Bon, je ne vais pas non plus dans les endroits où ils étaient à l'époque, mais je crois que... enfin, je n'en sais rien. J'irai me renseigner. Avec un petit sourire.

L'aventurier s'intéressait moins à l'écosystème des endroits où il se rendait que les monuments historiques qu'il cherchait, en fait. Même si parfois, le tout pouvait se compléter.

- Elle trouve toujours le moyen, Jimmy.

Il remarqua alors Sveda, captivée par un serpent, il s'approcha doucement d'elle, pour observer l'animal, ce n'était vraiment pas ses plus grands copains. Dans la jungle, il ne lui laissait aucune chance. Une morsure d'une seule de ses saloperies, pouvait le faire tomber raide mort.

- Tu m'en diras tant... ça me rappelle la fois où je me suis retrouvé nez à nez avec une de ces saletés, au levé quand...
il tourna alors la tête, remarquant que les deux autres n'étaient déjà plus dans la salle. Euh... Sveda? Tu as vu où sont partis James et Charlie?

Tournant la tête dans toutes les directions, il était prêt à parier que la demoiselle avait filé de l'endroit, pour ne plus avoir à faire aux sales bestioles à huit pattes. Mais pour aller où finalement? Voir les orques comme prévu? Ou faire pire que de sauter dans la fosse à ours? Sans être inquiet, pas encore, il préférait quand même garder un œil sur les deux terreurs.

Ni une, ni deux, il était sorti du vivarium, pour tenter de trouver où ils étaient partis. Finalement, ce fût les cris de la foule qui l'attirèrent rapidement sur le lieu du nouveau crime... il resta un peu con de ce qu'il voyait, se facepalmant bien correctement en voyant ce qui était en train de se passer. Pour la discrétion, ils pouvaient tous repasser.

- C'est pas vrai...
pour le coup, il ne voyait pas quoi faire pour arrêter le massacre. Les appeler comme des gamins qu'on engueule? A quoi bon? Il soupira en jetant un regard presque désespérer à sa compagne, peut-être qu'elle, aurait une idée.

Codage par Libella sur Graphiorum
Caleb
Sphère Savoir
avatar

Messages : 152
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Mar 26 Juil 2016 - 16:07

DIANE GEYER



Tohum suivait d’une oreille distraite la discussion des garçons. Évidemment, en étudiant l’être humain elle avait souvent été amenée à observer l’environnement. Elle avait lu plusieurs théories concernant l’écosystème et son évolution. La planète Terre avait survécu à Armageddon. Elle serait là bien longtemps après que l’espèce humaine se soit éteinte. Cela avait de quoi rassurer Sveda.

Un petit sourire aux lèvres, elle imagina Dante au beau milieu de la jungle à affronter un serpent. Elle n’avait aucun doute que sous ses dehors tranquilles, ce nomade était un grand débrouillard. Elle aimait aussi cela chez lui. Il était capable de partir au bout du monde, comme elle, d’aller explorer des endroits hostiles. Ce n’était pas si courant parmi les Immortels.

« Mmm, oui ? Ah non… Je croyais que James était avec toi ? »

Visiblement pas. Edge et Castiel avaient atteint un âge mental qui avoisinait les 7 ans. Et encore je suis gentille. À croire qu’ils fissent le concours de celui qui ferait le truc le plus fou ? Ca ne vous donne pas un peu cette impression ? Il n’y avait qu’à suivre le chaos. Après avoir perturbé les pingouins, c’était au tour des émeus. Une foule s’était agglutinée devant l’enclos pour voir le « spectacle ». L’envol de Jimmy fut capté par une bonne dizaine d’écrans. Pas franchement la discrétion incarnée !

« Dant’… ce n’est pas très prudent de se faire remarquer comme ça je… »

Comme pour lui donner raison deux agents de sécurité faisait déjà reculer les spectateurs. Ils étaient grands, musclés, l’air peu commode. Ils étaient arrivés plus rapidement encore que dans le vivarium. Et pour cause, ils suivaient les deux fléaux sucrés à la trace. Nos deux gamins avaient déjà fait de sacrés dégâts sur leur passage. L’équipe de sécurité était sur les dents maintenant. L’objectif était clairement de les faire sortir de la cage pour les mettre dehors. Le plus vite serait le mieux.

Un dresseur pénétra dans l’enclos.

« Merde… » Quatre policiers municipaux arrivaient dans leur direction. Visiblement la direction du zoo avait décidé de passer à la vitesse supérieure. Sveda se décala pour rester dans l’ombre de l’archéologue. Elle suivait le déplacement de ces hommes en chuchotant. « Straga a des contacts dans la police. »

Pendant que le dresseur cherchait à calmer le troupeau à plume, les agents de police attendaient à la sortie de l’enclos. Ça ne sentait pas bon cette affaire. Les deux allaient être bons pour une garde à vue… Quoiqu’ils l’avaient cherché. Dire que ça ne devait être qu’une sortie à deux au zoo au départ. Tohum, le mieux, là se serait de t’éclipser, avant que ces messieurs demandent des comptes aux adultes.

« Dante… » Sveda pris son visage entre ses mains. Elle approcha ses lèvres pour capturer les siennes avec possessivité. Elle écarta doucement sa bouche de la sienne tout en caressant sa barbe. Un sourire désolé éclaira son visage solaire. « Je ferais mieux de partir avant qu’ils viennent vers nous. » Elle disait cela à la fois pour s’excuser et à la fois pour avoir son approbation, car au fond, elle avait surtout envie d’être avec lui. « Viens me voir bientôt ? » Le sourire de la Rose se fit plus complice. Les doigts sur la joue de Caleb étaient plus caressants. « On sera plus tranquille. »

Proches du cataclysme...

Le ton monta soudainement au niveau de l’enclos. Aller on arrête ses petits messages à l’eau de rose et on se bouge Tohum. Tout le monde sait bien que vous aurez tout le temps qu’il faut pour vous retrouver dans quelques jours ! Pour sortir, il fallait traverser le quartier des volatils. Il ne faut pas traîner. On y va !

« Ils risquent de les emmener au poste avec tout le chaos qu’ils ont mis. Ce sera peut-être le seul moyen de les calmer. » Tenta-t-elle de les rassurer tous les deux. « Tu leur diras que j’ai dû partir ? C’est dommage, vraiment, qu’on n’est pas eu plus de temps. La prochaine fois on se retrouve dans un endroit plus calme ? Je suis désolée, je n’aime pas partir comme une voleuse comme ça, mais… »

Une tension serra sa mâchoire. Voyant qu’un agent avançait dangereusement vers Charlotte, Sveda fit s’envoler une gerbe de sable pour obstruer sa vision, le temps que l’animal recule. Elle opéra de même, pour créer un nuage de sable entre eux et les policiers. Elle embrassa une dernière fois son amant, le cœur un peu lourd de devoir partir si vite. Ils n’avaient pas été aidés.

Aléas.

« Fais attention à toi. … »

Tohum garda au bord des lèvres ses derniers mots et profita plutôt de la diversion pour se faufiler dans la foule. Le sable se dissipait déjà et un homme en uniforme venait vers Carso. Il voulait savoir si les deux dérangés là-bas étaient bien ceux avec qui il avait approché la cage aux lions, un peu plus tôt. C’était peut-être juste une vérification de base. Ou peut-être pas. Notre nomade approchait déjà de la sortie de toute façon.

C’était moins une les enfants ! Bon et si on calmait le jeu ? Avant que ce soit réellement Armageddon ?
Tohum
Sphère Savoir
avatar

Messages : 880
Etat Civil : En couple avec Caleb
Pouvoirs : Contrôle du sable, contrôle du sommeil



"Le bonheur c'est mieux quand on le partage."


Revenir en haut Aller en bas
Mar 2 Aoû 2016 - 23:18


Armageddon!

Si aider son prochain, c'est cool, c'est encore mieux quand y a de la barbe à papa impliquée dans l'affaire. Je débarrasse donc Jimmy de son coton rose, à grandes poignée, mais sans lui sauter dessus. Ce qui, de ma part, demande un grand effort, comme tout le monde sait. Mais là la récompense pour ma patience a l'air de plutôt valoir la chandelle : une grosse boule de barbe à papa! Je la tiens quelques secondes au-dessus de ma tête comme un artefact sacré et l'avale aussi vite qu'elle m'a été tendue. C'est dire tout rond. Mais vu que ça fond dans la bouche, l'air me manque pas longtemps. Mmmmm. Si les nuages étaient aussi sucrés, je lui aurais tout de suite demandé un baptême de l'air!

Mais le chemin qu'on emprunte est au moins aussi amusant. Le tirant par le bras, un petit pingouin sur les talons, je les entraîne vers les émeus. Des braves bêtes, qui ne bougent pas d'un pouce en me voyant escalader. Et, le pied coincé dans un des maillages du grillage, je l'entends lancer une pensée. Les dinosaures modernes? Oui c'est pas faux!

▬ Tu crois qu'ils tiennent des Raptors ceux-là ? Que je demande, en me balançant de l'autre côté de la grille.

...Pour atterrir comme une patate de l'autre côté, mon lacet m'aillant fourbée. Je me relève au moins aussi vite que j'ai dû tomber, je gueule un « Tout va bien! » et je retire un peu la poussière avant d'aller récupérer ma tennis pendouillant gaiment sur la clôture. Faut que je me tortille sur un seul pied pour réussir à la remettre à sa place, mais j'y arrive. Sans me vautrer façon tortilla cette fois ci. Success!

Voyant le petit pingouin derrière la grille, j'y passe ma main pour lui caresser le crâne. Je reviens tout de suite! Mais d'abord... Je me retourne pour les observer un peu. Et finalement je me lance, avec les bras imitant un t-rex. Peut-être qu'approcher en tant que cousin sera plus facile pour pas les effrayer. Une théorie qui vaut en tous cas la peine d'être explorée. Pour sûr. Et la recherche n'attend pas!

Cas s’envole d'ailleurs pour une observation aérienne; le tout pour se prendre le premier poteau venu. L’atterrissage catastrophe se fait sur le dos d'un émeu qui démarre tel un bolide de course. Wouhouuu ! Et si l'idée de base était aussi peu... orthodoxe, la vue d'un émeu dans un triste état change mes plans radicalement. Pas qu'il ait une plaie béante ouverte mais il a l'air étrange. Presque malade. Alors je m'approche doucement et l'oiseau semble même pas me remarquer. Pour des créatures nées pour fuir le danger à tous bonds, c'est étrange. Tant pis pour la révérence polie. Tant pis pour la course. Je me penche pour l'ausculter, prête à le laisser pincer ma main si c'est ce qu'il faut, mais pas de réaction. Si je parlais l'émeu, je mettrais ma main à couper qu'il pleurerait. Et pas à cause de mon accent!

Je me retourne donc pour voir si je peux pas aller rattraper Jimmy dans sa course folle, pour qu'il voit ce qu'il peut faire - puisqu'entre collègue à plumes faut bien se soutenir -, mais c'est sur le garde que mes yeux se posent. Prêt à fondre sur moi comme l'aigle royal. Et il a pas l'air content.

▬ Mademoiselle, éloignez-vous immédiatement ! qu'il m'ordonne, enragé.

▬ Mais, il est malade! je réponds, en levant les mains par réflexe. Vous devriez vous occuper de lui et vite.

Pourtant, s'il continue d'approcher c'est clairement pas pour régler le cas de la bête... Et moi je bougerai pas tant que ce sera pas une idée prise en compte. C'est ma résolution, quitte à avoir des problèmes. Tant pis. Je croise donc mes bras, les pieds ancré dans le sol. La santé des animaux qu'on se permet d'enfermer en cage doit être la priorité! Ce qui pourrait paraître un comble quand on voit qu'on a perturbé plusieurs endroits aujourd'hui, mis à part l'ours qu'était un accident somme toute notable mais involontaire. Pourtant, a bien y regarder, les pingouins sont des animaux qui vivent assez bien la présence de l'homme et sont nourrissables à certains heures par des inconnus. Excepté pour mon nouveau coupain, aucun autre pingouin n'a été touché. C'est plutôt eux qui se sont approchés. Donc pas près des couveurs tardifs et des bébés. Pour l'ours, l'intervention a plutôt été bénéfique bien qu'accidentelle. Et si la barrière des émeus était aux normes, elle, toute approche se serait faite dans le respect de l'animal. La chute de Castiel, c'était un imprévu. On serait étonné de voir à quel point les animaux peuvent accepter de faire des choses cool quand on prend le temps de demander.

Je pourrais donc pu m'éclipser, en utilisant le nuage de sable sorti de nulle part comme bombe ninja mais non. Je reste droite dans mes chaussures en toile. Avant de me faire chopper par le col. Je proteste de mes petits poings en essayant d'attirer l'attention sur l'oiseau mais rien y fait. Il finit de me tirer dans le sas en attendant son responsable. Puis il retourne chercher l'autre ailé.

Miguel débarque à son tour par l'autre côté et vient se coller contre mon mollet. Parfois, j'ai l'étoffe d'une Princesse Disney! Mais l'illusion féerique disparaît quand je suis rejointe par Castiel et Dante, pas de leur propre gré. Un petit monsieur furibond sur les talons du dernier. Gloups. Il remonte ses lunettes.

▬ ...Miss Edgeworth! il mugit, en se facepalmant Pourquoi ne pas avoir simplement montré votre pass ?

▬ Désolé Mr. Cheney! C'est que je l'ai oublié... je ris mais c'est nerveux. J'en passe même ma main derrière ma nuque.

Son air se fait un peu sévère. Il redresse des lunettes sur son nez et demande à ses gorilles de nous amener dans sa salle d'attente. Oui, c'est le directeur. Mais je sais qu'il étudiera la situation s'il me laisse lui expliquer, et c'est ce qu'il fait. On en ressort après une vingtaine de minutes lessivantes. Il attend un moment puis il se met à parler.

▬ Vous savez que votre comportement a été irresponsable ? A tous les trois! il lance, en nous regardant chacun notre tour, pas vraiment prêt à se laisser interrompre. Vous. il commence en désignant Castiel. En dédommagement, vous travailler pour nous quelques temps. J'ai cru comprendre que vous étiez doué pour vous occuper des animaux. Deux semaines, minimum. Et vous... en regardant Dante. Nos sincères excuses. Nous veillerons à remonter la barrière, merci d'avoir secouru Miguel. Parfois les méthodes peu orthodoxes fonctionnent. Votre dédommagement sera discuté ensemble. Il retire ses lunettes pour les nettoyer avec sa chemise, le front humide. Quand à vous, jeune fille. Je suspendrai bien vos droits quelques temps mais Delaware me tuerait. Vous allez donc entrer dans le programme eSPer, dont je vous ai parlé, puisqu'il semblerait que ce pingouin se soit pris d'affection pour vous. Remettant ses lunettes. Bien, sur ce, veuillez m'excuser il semblerait qu'un homme est décidé de se prendre pour le petit des Kangourous. Décidément....

Il quitte la place à grandes enjambées, nous laissant tous les trois. Libres de partir quand on le souhaite.

▬ Eh beh.

Edge
Sphère Savoir & Militaire
avatar
WEEEEEE UNICORNS!!! OWO
Messages : 324
Etat Civil : Veuf
Pouvoirs : Reverse



If opposites attract we must be the exact same person.
 

“& without the bad, there would be no good.”
Revenir en haut Aller en bas
Mer 10 Aoû 2016 - 13:29
Contrairement à ce qu'on aurait pu penser, James Novak était plutôt bon cavalier. Il avait toujours été doué avec les animaux, son empathie lui permettant de mieux comprendre et anticiper leurs besoins, et de réagir au quart de tour. Et comme les bestioles faisaient le gros du travail en terme d'actions de déplacement, elles n'étaient guère sujettes à sa maladresse et combattaient même sa distraction en faisant preuve du bon sens qui lui manquait (1). Il avait monté son lot de chevaux, au cours de sa vie, et il avait toujours apprécié le lien qui se tissait entre l'homme et sa monture. Pendant la guerre de sécession, il s'était plus d'une fois sorti d'une situation délicate grâce à une jument gris tachetée particulièrement intelligente. Mais force était d'admettre que les émeus, c'était tout autre chose. Premièrement, ils n'étaient vraiment pas fait pour que l'on s'asseye dessus. Deuxièmement, ils n'avaient aucune envie de se balader avec qui que ce soit sur le dos. Troisièmement...et bien, c'étaient des émeus, et les émeus n'avaient pas besoin d'autant de raisons. Celui-ci n'appréciait vraiment pas de se voir imposer un passager indésirable, aussi ruait-il dans les brancards, ses jambes puissantes le propulsant au-dessus du sol, tandis que Castiel s'accrochait désespérément à son poitrail de peur de lui abîmer son long cou gracile. Et, tout au fond de lui, le guérisseur ne pouvait s'empêcher d'éprouver une exultation certaine : il était en train de chevaucher un dinosaure, bon sang !

Mais la course fut de courte durée : l'émeu décida de changer de tactique et s'arrêta net, baissant la tête. Déséquilibré, Castiel se retrouva projeté en avant pour finir la tête encastrée dans une mangeoire. Il lui fallut l'aide d'agents de sécurité pour se dégager, tandis que d'autres venaient alpaguer Charlie. Enfin, il se retrouva amené dans un bureau en compagnie de la jeune femme, de Dante et d'un petit pingouin toujours aussi décidé à les suivre. Le volatile avait un air étrangement satisfait, du moins autant que c'était possible pour un pingouin. Tandis qu'il se dégageaient une graine de l'oreille, Castiel écoutait les remontrances de l'homme en charge, qui n'avait visiblement pas apprécié tout ce cirque. James se sentait plus confus que piteux, d'autant qu'il s'était bien amusé, même s'il comprenait qu'il valait mieux ne pas en faire la remarque. Et puis il se rendait bien compte que la situation n'était pas des plus facile à gérer pour les responsables, qui avaient bien de la peine à s'occuper correctement de leurs bestiaux si des visiteurs pareils venaient ficher le boxon. Mais à la mention de sa « punition », le visage de Castiel s'éclaira, et c'est avec un large sourire qu'il répondit : « Avec grand plaisir ! Vous êtes sûr que deux semaines suffiront ? En revoyant mon emploi du temps, je devrais pouvoir venir plus longtemps... Charlie m'a dit qu'un émeu semblait malade, je pourrai commencer par lui. Et il faudrait que j'examine tous les animaux un à un, des fois que des diagnostics vous auraient échappé ; on est jamais trop prudent ! Je vous remercie pour cette fantastique opportunité, monsieur le directeur, vous pouvez compter sur moi Mince alors, je n'aurais pas pu rêver mieux ! »

L'aspect punitif de la chose avait totalement échappé à Castiel, qui avait les yeux plein d'étoiles en imaginant tout ce qu'il allait pouvoir découvrir sur nos amies les bêtes en les observants d'aussi près. Deux semaines ? Oui, elles lui paraissaient déjà bien trop courtes. Il lui faudrait vraiment revoir son emploi du temps, mais il n'allait certainement pas laisser passer une telle occasion. Aussi, c'est avec le cœur léger et les ailes droites qu'il sortit en compagnie de Dante, Charlie et Miguel.

« Waouw, deux semaines, vous vous rendez compte ? Je verrai avec Alex et miss Novak pour alléger un peu mon programme, et ça sera jouable. Dante mon ami, merci encore pour cette sortie, c'était génial ! Tiens, Diane est partie ? » En effet, leur amie était absente ; peut-être avait-elle profité du chaos pour s'éclipser avant qu'on risque de s'attarder sur elle. Castiel avait un instant oublié la situation délicate dans laquelle elle se trouvait, et s'en voulu de lui avoir potentiellement fait courir des risques inutiles. « Pardon, j'aurais dû être moins...moi, faire plus attention. J'espère que tout ça ne vous a pas trop gâché la sortie, à Diane et toi. »

Puis, avisant le petit pingouin qui était officiellement devenu la mascotte de Charlie, il se pencha pour le gratter derrière la tête : « Bienvenue dans la bande, Miguel. Charlie saura très bien s'occuper de toi, elle est super ! Au fait, Charlie ? C'est quoi le projet eSPer ? »

Et tandis qu'ils babillaient, le zoo continuait sa petite vie, finalement à peine troublé par les événements. Il en avait vu d'autres. Et entouré de ses nouveaux amis, Miguel le pingouin pouvait à peine contenir son excitation : il était libre, et une nouvelle vie d'aventures l'attendait. Et du poisson, ajouta-t-il après réflexion, il espérait aussi qu'il y aurait beaucoup de poissons.

____________________________________________________________________

(1) Voilà qui expliquait en grande partie pourquoi Castiel ne conduisait pas de véhicules ; il avait trop peur des accidents dont sa distraction légendaire pouvait se révéler capable. Il avait une fois basculé par-dessus la barrière d'une arche après un accident de vélo ; heureusement qu'il n'avait pas oublié de se servir de ses ailes...
Castiel
Sphère Savoir
avatar

Messages : 117
Etat Civil : célibataire
Pouvoirs : immortalité - ailes (vol) - empathie - guérison/évacuation - empreinte
Revenir en haut Aller en bas
Mer 10 Aoû 2016 - 22:39
Au moins, une chose était certaine, ce ne serait pas demain la veille que cette histoire serait oubliée. Les deux plus... adultes du groupe, regardaient les deux autres sans vraiment savoir quoi faire. Sveda semblait tout aussi perdue que son amant. Le fait qu'ils attirent, pour de bon, l'attention de la sécurité, n'avait rien pour leur plaire à tous les deux. Sa compagne, parce qu'elle craignait pour sa propre sécurité, justement, et Dante, parce que cela la faisait fuir, alors qu'il aurait voulu passer du temps avec elle.

- Strega?

Il ne savait pas encore trop de qui elle parlait, mais c'était sans doute l'une des personnes à qui elle tentait d'échapper et l'une des explications de sa disparition. Son regard chercha alors des issues de secours, la laissant l'utiliser comme moyen de cachette, avant que son pouvoir ne se déclenche, pour lui permettre de filer à l'anglaise. Il répondit au baiser, tendre, bien qu'un peu déçu que tout se finisse déjà.

- File, je m'occupe de faire diversion... n'oublie pas de m'envoyer un mot pour me dire comment te trouver. Je n'attendrais pas 3 semaines... fais attention à toi.

Autant dire qu'elle avait intérêt à ne pas trop le faire poireauter longtemps. Il sentait le besoin de la voir. Puis la laissa filer. Tentant de calmer les différentes émotions qui venaient s'écraser sur lui. Avec tout ça, il commençait à se sentir méchamment exposé. On l'attrapa aussi par le col, puisqu'il semblait être un des mecs qui étaient avec les deux zouaves dans l'enclos. Il répondit par la négative sur la question qu'une autre femme avait pu les accompagner. Ils n'avaient été que trois...

Pour que tout ce beau monde se retrouve devant - sans doute - le directeur du zoo. Ce qui n'étonna pas Caleb, c'était bien le fait que Charlie était connue ici. Après tout, c'était un peu son boulot, non ? D'étudier les animaux. Il pouvait comprendre le facepalm de leur interlocuteur. Il fera le même sans doute après. Surtout que finalement, ils ne furent pas si emmerdés que cela par le bordel qui avait été mis dans le zoo. Tant mieux quelque part.

- Je n'ai pas besoin de dédommagement, merci.
Avec un sourire poli. Gardez-le pour rattraper les bêtises de ces deux gamins. En montrant Castiel et Charlie, qui semblaient chacun ravis de la tournure des événements.

Ils finirent par être à nouveau à trois. James remarqua alors que Sveda avait disparue et que cela pouvait sans doute poser un problème à son ami archéologue, ce qui était le cas. Il était venu pour passer du temps avec elle, sans avoir tout gâché, ses amis n'avaient pas été d'une grande aide. Il mit les mains dans les poches.

- Ça aurait pu être pire.
Fit-il un peu philosophe, quoi qu'on puisse sentir qu'au fond, il était peut-être amer. Son regard se porta un instant sur le pingouin, puis sur ses amis. Je vais vous laisser... essayez de vous tenir un minimum, ok? Et de faire attention, surtout.

L'envie d'être au zoo n'avait plus trop de sens et pour le moment, il préférait se retrouver seul. Déjà pour quitter cette zone remplie de monde et donc d'émotion, afin de pouvoir reprendre un peu le contrôle sur les siennes propres. Il y en avait assez eues pour la journée. Et puis, Cas' et Charlie avaient un nouveau compagnon, autant les laisser en profiter.

L'aventurier s'éclipsa alors à son tour, pour rejoindre la sortie et disparaître dans les rues d'Édimbourg, à la recherche d'un endroit calme, en espérant, que sa belle le contacterait suffisamment tôt.

>> Vieille connaissance

Codage par Libella sur Graphiorum
Caleb
Sphère Savoir
avatar

Messages : 152
Etat Civil : En couple avec Tohum
Pouvoirs : Empathie aiguë - Drainage de la force vitale des gens
Revenir en haut Aller en bas
Dim 4 Sep 2016 - 20:21


Armageddon!

C’est censé être des punitions. Pourtant, on a le sourire, avec Cas. Grand et bien visible sur nos visages. Je vais être intégrée à un projet trop cool et il va travailler ici quelques temps. Il est tellement content de la nouvelle qu’il commence déjà à en demander plus. Parce que deux semaines, ce sera clairement pas assez ! Et je le comprends tout à fait. Le Pr. Cheney un petit peu moins. Il en est déjà à son deuxième facepalm de la conversation. Ses lunettes commencent à en prendre un sacré coup.

▬ Vous êtes conscient que c’est une punition et que vous ne serez pas payé, pendant ces deux semaines, Mr. Novak ? qu’il précise, pour être sûr que l’Ange a tout bien compris.

Mais même si je le connais pas depuis super longtemps, je pourrais facilement mettre ma main à couper que c’est pas ce qui l’intéresse. Pas quand on voit son lien avec les animaux ! L’argent face à la possibilité d’approcher des boules de poils et de plumes d’aussi près, c’est peanuts !

De son coté, Dante explique simplement qu’il a pas besoin de dédommagements. Qu’il faudrait mieux utiliser l’argent pour rattraper nos bêtises. Je baisse un instant les yeux. J’ai beau être assez insouciante, je reconnais mon erreur pour le coup. Quand bien même le résultat fini par aller en notre faveur, malgré le savon. J’éviterai de recommencer. Ce qui a l’air d’être tout à fait du gout du Directeur, qui doit filer régler une affaire de poche de kangourou. Et d’un homme qui tente de s’y réfugier.

On tarde pas non plus à quitter le bâtiment. Y a moins de risque comme ça, surtout qu’on se dirige vers la sortie du zoo. Et on préfère se concentrer sur les résultats plutôt que sur toutes les boules de poils potentiellement huggable du coin. C’est compliqué, mais c’est notre devoir. Il faut bien ça, pour éviter d’ajouter des bêtises à notre palmarès. Semblerait qu’on en a un peu trop fait pour cette fois. C’est ça le problème des gens qui se donnent toujours à 100%.

Quoiqu’il en soit, l’ange est content de son sort, et je suis contente pour lui.

▬ Tu verras, c’est trop cool de bosser ici ! que je lance, sur le chemin. Tu vas tous pouvoir les voir de super près, même si apparemment vaut mieux éviter de caliner les tigres. Une leçon très importante dont tu devras te souvenir.

Sur ma dernière phrase, je lève l’index et je prends l’air pompeux d’un professeur d’université. La veste en tweed en moins. Et si je plaisante sur la forme, ce serait quand même mieux qu’il évite sur le fond. Parce que prendre les joues d’un de ces gros chats pour leur faire putututut, c’est signer son arrêt de mort. En belles lettres, et en bien gros. Impossible à rater.

Bref, on finit par arriver vers le grand portail et je vais pour remercier Dante aussi, quand Cas me fait enfin réaliser que Diane n’est plus avec nous. Lui, apparemment, était déjà au courant, et il prend cet air. Celui qu’on voit parfois dans ses yeux, quand il est concentré sur ses souvenirs. Le raffut l’a fait fuir alors que c’est elle qu’il voulait réellement voir, pas nous. J’ai beau ignorer pourquoi elle a quitté le navire, autre que d’échapper aux gardiens, je sens sa peine m’envahir. Il philosophe, prétendant que ça pourrait être pire, mais je les sens déjà monter. Les torrents au bord de mes yeux. Alors je pince mes lèvres pour faire de la rétention, et quand il se retourne pour partir, je le rattrape à la volée.

▬ Attends, Dante. je le serre fort dans mes bras, mais pas trop longtemps. Je sens qu’il veut être tout seul. Désolée.

Ma dernière parole est presque silencieuse mais je le pense pas moins. Y a rien de pire que de faire de la peine à ceux qu’on aime, même si c’était pas ce qu’on visait. Il m’ébouriffe les cheveux. Il ne m’en veut pas, il aimerait juste que les choses se soient passé autrement. C’est décidé, je réparerais mon erreur. Je retrouverai cette Diane et… Et je leur trouverai des autorisations pour qu’ils soient tranquilles au Musée, tiens ! Quoiqu’il en soit, je le laisse rapidement filé et Miguel vient se pelotonner contre mon mollet. Après la détermination, je retrouve le sourire.

On a un nouveau dans l’équipe et Jimmy lui souhaite la bienvenue. Avant de ma demander ce qu’est exactement ce programme qui nous lie, le petit pingouin et moi. Le projet eSPer.

▬ Des scientifiques pensent qu’y aurait pas que les Humains qui seraient réceptifs aux Orages. Les animaux aussi pourraient être des prodiges, d’une autre forme, mais des prodiges quand même. Et vu le comportement du petit Miguel, juste ici, ils voudraient que je l’étudie. je lâche un peu mon sérieux de professeur, pour avoir des étoiles pleins les yeux. Et du coup, je compte en profiter pour m’amuser avec lui !

Parce qu’il faut toujours faire de chaque instant un chouette souvenir ! Et c’est donc avec en trio, une naine, et deux ailés, qu’on finit par quitter le zoo. La journée aura été forte en rebondissements. C’est le moins qu’on puisse dire. Mais étrangement, l’Armageddon a été évitée. Pour cette fois, en tous cas ! L’avenir nous dira pour le reste…

Edge
Sphère Savoir & Militaire
avatar
WEEEEEE UNICORNS!!! OWO
Messages : 324
Etat Civil : Veuf
Pouvoirs : Reverse



If opposites attract we must be the exact same person.
 

“& without the bad, there would be no good.”
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: Westside :: Zoo-