Pirate Meeting [Rackham]

 :: Édimbourg :: Leith :: Balance Point Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 17 Déc 2018 - 10:04
Miranda Lockhart déposa la boîte vide, et contempla le service à thé qu'elle avait contenu. Les tasses, les soucoupes et les cuillères trônaient autour de la délicate théière en porcelaine. L'ensemble avait appartenu à un tsar de Russie qui datait d'avant le cataclysme qui avait détruit la surface de la Terre et élevé les arches dans les airs. Toutes les pièces y avaient miraculeusement survécu, et avait traversé les ans sans être ne seraient qu'esquintées. Une trouvaille relativement incroyable, il fallait bien en convenir. Mais une trouvaille dont la jeune femme n'aurait pas songé se soucier un jour...si cela n'avait pas été une des dernières acquisitions de Perceval Rose. Faite avant sa mort, mais pas arrivée à temps. Concentrée, elle remit en place le sucrier, le déplaçant d'à peine un ou deux millimètres pour que l'ensemble soit aussi parfait que le patron l'aurait voulu. Une manière pour elle de conserver Percy à ses côtés, sans doute. Elle n'avait pas spécialement envie d'y réfléchir, pas maintenant, pas encore. Mais elle aimait passer du temps dans ce que l'ancien directeur appelait la salle des artefacts. Toute une cabine du Balance Point, dédiée à la collection d'antiquités et de curiosités qu'il avait amassée à travers les décennies. Éclectique, on y trouvait aussi bien un sabre de la cavalerie prussienne qu'un petit mammifère empaillé aujourd'hui disparu, ainsi qu'une collection de capsules de bouteilles affichées dans un cadre de verre.

« Votre rendez-vous est arrivé. » La voix de Judah la tira de ses pensées, et elle se retourna pour le voir ramasser le carton abandonné. Elle n'aurait pas su dire depuis combien de temps il était là ; il pouvait se montrer tellement discret que même l'agent qu'elle était pouvait ne pas remarquer tout de suite sa présence. Ce qu'elle ne pouvait s'empêcher de trouver un peu troublant... Elle avait cependant très vite appris à lui faire confiance, même si elle ne s'était toujours pas habituée au fait qu'elle avait son propre gardien. Elle n'avait besoin de personne pour se défendre, elle n'en démordait pas, mais son nouveau poste ne lui laissait guère le choix, les autres directeurs le lui avaient bien fait comprendre, le Concierge en tête. Elle acceptait cependant l'aide inestimable que lui apportait Judah dans son rôle de secrétaire de direction : là, elle ne pouvait pas nier qu'il lui facilitait immensément la vie.

« Merci, Judah. Faites le entrer. » L'homme hocha la tête et sortit dans la coursive, la boîte sous le bras. Miranda avait prévu de recevoir l'homme dans son bureau, mais le colis était arrivé et elle avait préféré s'en occuper de suite. Et puis il y avait quelque chose de presque poétique dans l'idée de recevoir un homme d'un autre temps dans une pièce qui l'était tout autant. Lockhart sourit à cette pensée ; le patron avait peut-être déteint sur elle plus qu'elle ne l'aurait cru...

« Directeur Rackham. » fit-elle à l'intention du nouvel arrivant, s'adressant à lui par son titre au sein d'Arkadia. Elle croisa les mains dans son dos, le toisant d'un air neutre. Elle portait une chemise blanche, une paire de jeans, et ses cheveux blonds étaient ramenés en chignon, l'ensemble typique d'une journée dans un nouveau boulot auquel elle avait encore de la peine à croire. Derrière elle, sur l'une des cloisons, on pouvait voir le gouvernail d'un navire qui datait d'une époque où les bâtiments fendaient encore les océans. Et ce gouvernail ne venait pas de n'importe lequel : il s'agissait de celui du Queen's Anne Revenge, du légendaire Barbenoire en personne. Probablement l'un des objets les plus inestimables qu'on pouvait trouver dans la pièce.

« Vous vouliez me voir, me voici. Que puis-je faire pour vous ? »
Alpha
Sphère Militaire
Alpha

Messages : 126
Etat Civil : célibataire
Pouvoirs : capacités physiques améliorées, résistance mentale


Thème: Canta Per Me - Yuki Kajiura




“There’s no way things should be. There’s just what happened and what we do.” Terry Pratchett
Revenir en haut Aller en bas
Mer 9 Jan 2019 - 13:15
Très tôt ce matin j’avais appris par le réseau de renseignement d’Arkadia que le Harrington partait, le lendemain, en mission Secret Défense (comme quoi tout est relatif). Il me fallait absolument être de la partie. Les routes qu’il allait emprunter n’étaient pas sûr du tout. En dehors des eaux territoriales, les pirates avaient le champ libre. D’autant plus que là, ils utilisaient une route de traverse, peu fréquentée, non balisée et remplis de petits ilots non visités pour la plupart. Du coup un vrai coupe-gorge. J’avais donc appelé Balance Point immédiatement pour avoir un rendez-vous d’urgence avec Lockhart, notre nouvelle directrice depuis la mort de mon ami. Mort que je n’avais toujours pas digérée d’ailleurs. J’étais en mission à ce moment-là. Beaucoup trop loin pour faire quoi que ce soit. A croire qu’il m’y avait envoyé exprès… Je n’étais pas non plus rentré à temps pour la cérémonie. Et je n’étais toujours pas allé sur sa tombe… Y aller signifiait que j’acceptais qu’il soit passé de vie à trépas et ça je n’y arrivais toujours pas. Je suis du genre têtu et cette réalité là je n’en veux toujours pas.

Mon rendez-vous m’avait été accordé. Je n’avais toujours pas rencontré officiellement Miranda depuis qu’elle avait reçu sa promotion. On se connaissait assez elle et moi. Plus de 10 ans que j’étais dans le service, que je la côtoyais. On n’était pas forcément toujours d’accord sur la politique d’Arkadia ou sur ma façon de faire mon travail mais on se respectait mutuellement. Je suis peut-être un pirate mais je ne suis pas misogyne. Elle était une professionnelle très efficace et une femme aussi belle qu’intelligente. Une chose assez rare que je respectais beaucoup. En plus de son caractère très affirmé, elle s’était révélée bien meilleur que la plupart des bonshommes avec lesquels j’avais travaillé. De ce fait je me devais d’être présentable. J’ai donc passé un certain temps sur mon accoutrement. Elle me savait pirate mais ici je venais en tant que Directeur de Division. Je devais onc tenir mon poste. Pour une fois, je laisse tomber le flamboyant et les couleurs trop fortes : Pantalon de corsaire noire, longue veste noire à boutons dorés brodé d’or dans un motif élégant, bottes de pirate noires et cirées. Ma seule touche de couleur aujourd’hui était ma chemise en flanelle d’un rouge profond. Rasé de frais mais les cheveux indisciplinés, je termine par un léger noir aux yeux et quelques bijoux qui me quittent rarement : bagues, collier, boucles d’oreilles. Je ne me surcharge pas non plus. Une fois convaincu par mon reflet dans le miroir, je passe mon épée de parade de capitaine à ma taille en l’attachant avec son harnais.

Avant de partir, je fais un détour par la calle du navire où j’entrepose les trouvailles que nous faisons lors de nos voyages et dont Arkadia n’a pas besoin. C’est un peu notre rémunération de pirate officieuse. Ca a toujours été comme ça. A vrai dire c’était une de mes conditions d’embauche dès le départ : tout ce qu’Arkadia n’avait pas besoin ou que Percy ne voulait pas dans sa collection personnelle, nous pouvions en disposer comme bon nous semblait. Je vais y chercher un petit coffret taillé dans de l’orme et relevé de gravures en argent. A l’intérieur se trouve un jeu de coiffure de l’époque Louis XIV en argent. Il est composé d’une brosse à cheveux en crins de cheval, d’un peigne finement ciselé représentant une succession de Lys et un peigne de décoration pour cheveux en Argent et Diamants représentant toujours des fleurs de Lys. J’ai supposé que cet ensemble décoratif avait appartenu à une Dame de la Cour du Roi, peut-être même une favorite étant donné que le Lys était exclusivement réservé à l’entourage royal. Une fois remonté de la calle avec mon présent sous le bras, j’embarque Banshee au passage et nous voilà partis pour Balance Point.

Quand j’arrive au QG d’Arkadia, ce bon vieux Judah nous accueille et nous introduit dans la salle d’attente du bureau de Percy. Je l’avais vu de nombreuses fois cette salle d’attente en dix années de bons et loyaux services envers Arkadia. Et ma visite était un peu celle où soit mon équipage et moi-même disons au revoir à ‘organisation soit celle où nous jurons de nouveau notre allégeance. Quand Judah revient, je suis étonné qu’il nous emmène vers la salle d’exposition. Je laisse Banshee dans la coursive. Je sais qu’il saura s’occuper. En entrant je salue Miranda en m’inclinant. Directrice Lockhart. En me redressant je remarque la tenue sobre n’en était pas moins saillante. Elle avait relevé ses cheveux en chignon ce qui lui dégageait le visage et lui donnait un air si sérieux que cela me fit sourire. Derrière je reconnus sans mal le gouvernail du bateau de Barbenoire. Le fameux Queen’s Anne Revenge. Je l’avais bien connu ce Pirate sanguinaire. Mon regard se perd un temps dans des souvenirs encore bien vivants. Oui en effet. Je viens vous voir dans un premier temps pour vous féliciter pour votre intronisation au poste avec ceci. Je lui tends le petit coffret de bois et attend un peu avant d’enchainer. Ensuite je viens vous demander le soutien d’Arkadia pour escorter de manière discrète et en secret le Harrington dans sa mission. Je ne faisais pas de détour. Les ronds de jambes n’étaient pas ma spécialité.

Rackham
Sphère Savoir
Rackham
Messages : 81
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Immortalité, Énergie cinétique, Mémoire visuelle parfaite et Orientation infaillible
Revenir en haut Aller en bas
Dim 13 Jan 2019 - 14:25
La salle des artefacts avait quelque chose d'apaisant, Miranda s'en rendait un peu plus compte à chacune de ses visites. Avant, quand elle y accompagnait Percy, elle n'y accordait qu'un intérêt modéré. Maintenant qu'elle en était responsable, c'était... différent. Comme si le patron lui avait transmis quelque chose de plus sans vraiment le savoir. Elle s'y sentait bien, parmi tous ces anciens objets ; tous uniques, ils avaient une histoire riche, même les plus anodin. Le vase en terre cuite d'une maison pauvre pouvait avoir un passé aussi important qu'un vase de chine dans un palace, au fond. Il en allait de même des gens. Au milieu de toutes ces trouvailles d'une autre époque, c'était comme si le temps était arrêté. L'espace d'un instant qui s'apparentait à l'infini, Miranda pouvait réfléchir sans que le monde ne continue de tourner à toute vitesse.

Mais elle savait parfaitement que ce n'était pas vraiment le cas. Que pendant le temps qu'elle prenait à installer correctement ce service à thé, la vie continuait partout. Les arches continuaient de tomber, Mesa n'arrêtait pas ses machinations pour autant, et la haine contre les prodiges continuait de grandir. Ceci dit, elle avait besoin de ce genre de moments, d'un sanctuaire dans lequel se retirer ne serait-ce qu'un instant, pour permettre à son esprit de faire le point. Elle n'avait peut-être pas l'intelligence augmentée de Rose, ni la mémoire parfaite qui allait avec, mais son cerveau n'en tournait pas moins à toute allure. Si elle ne prenait pas le temps d'adoucir sa course de temps en temps, elle ne ferait pas long feu. Et il n'y avait guère que deux endroits où elle pouvait se permettre de s'abandonner un peu : ici, au milieu des artefacts, où dans une salle de sport sur un tapis de combat, un adversaire à sa mesure en face. A cette pensée, elle sentit naître un sourire ; peut-être qu'elle allait contacter Kreizler pour un entraînement prochainement, voilà qui lui semblait une bonne idée. En attendant, elle avait son rendez-vous à recevoir...

« Maintenant que les salutations sont faites, je pense que nous pouvons nous permettre d'être moins formel, Jack. A moins que vous préfériez que je vous appelle mon capitaine ? » Elle haussa un sourcil, esquissant un sourire amusé. « En tous les cas, appelez moi Miranda. »

Elle ne voyait pas de raison de s'embarrasser du protocole, surtout avec un homme comme Jack Rackham. Les pirates n'étaient pas reconnus pour leur souci des convenances, après tout. Ce qui ne la dérangeait pas, les convenances étant souvent une perte de temps, une manière déguisée de s'adresser à quelqu'un d'autre qu'elle trouvait généralement inutile. Et puis il n'y avait pas besoin des convenances pour faire preuve de respect, et seul ce dernier importait.

« Merci. » répondit-elle simplement à ses félicitations. Elles ne les trouvaient pas vraiment fondées, étant donné la manière dont elle avait hérité du job, mais elle n'allait pas lui en vouloir. Elle comprenait le sentiment. Et puis surtout, elle savait à quel point le patron avait compté pour cet homme. Le flibustier était l'un des rares individus que Rose avait considéré comme un ami, et l'un des premiers qu'il avait gagné à sa cause. Leur relation avait été profonde et sincère, et Miranda espérait qu'elle arriverait à construire sa propre relation avec Rackham. Aujourd'hui était un jour comme un autre pour commencer. Elle prit délicatement le paquet qu'il lui tendit, et le déposa sur un coin de table libre, entre un chandelier allemand du quinzième siècle et un présentoir à encens chinois bien plus vieux encore.

« Ils sont magnifiques. » dit-elle en découvrant les objets. « Je leur trouverai une place de choix dans la collection, le patron aurait adoré. Merci. Comment est-ce que vous les avez trouvés ? » Connaissant Rackahm, peut-être qu'il y avait une sacrée histoire là-derrière, du genre que le pirate aimait bien raconter un verre de rhum à la main. Quoi qu'il en soit, elle lui était reconnaissante du geste. Puis il fut temps de passer aux choses sérieuses...

« Je vois. Vous n'êtes pas du genre à laisser une information vous échapper. C'est censé être une mission de routine, histoire de tester les capacités du Harrington au long cours, de voir comment le bâtiment et le commandant vont s'en sortir, justement. Avez-vous une raison particulière de vous en inquiétez, pour faire une demande pareille ? » Elle croisa les bras, sans pour autant se montrer hostile. Elle était sincèrement curieuse, et elle était prête à écouter son directeur.
Alpha
Sphère Militaire
Alpha

Messages : 126
Etat Civil : célibataire
Pouvoirs : capacités physiques améliorées, résistance mentale


Thème: Canta Per Me - Yuki Kajiura




“There’s no way things should be. There’s just what happened and what we do.” Terry Pratchett
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: Leith :: Balance Point-