Let's have a break guys ! JB,Rylee&Zac

 :: Édimbourg :: New Town :: New Scotland Yard Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 9 Déc 2018 - 21:23

Let's have a break guys !

JB, Rylee, Marlon, & Zac



Les vendredi soir de la Strike Team. Quand Zac m'en parlait à ses débuts j'étais amusée et un peu jalouse. La façon qu'il avait de parler de vous... JB par ci. Marlon par là. « Et Rylee Iza, tu sais elle est cool sous ses airs de Misanthrope. » Il a commencé à sortir des phrases. L'équipe c'est une famille. On se sert les coudes. On fait les conneries ensemble. On assume ensemble.
Tout un tas de trucs qui me faisait penser aux docu qu'on voit sur le câble qui parle de l'Armée. D'ailleurs il s'était laissé prendre pendant l'école de flic. Je lui disais de faire gaffe. Lui il m'envoyait chier.

C'est au bout d'un an, quand Zac a déconner la première fois, que j'ai vue ce que ça voulait dire « La famille » pour vous. Vous avez assumé. Il n'est pas allé en taule. De là, j'ai arrêté, je ne vous ai plus jamais critiqué devant lui. Je me suis intéressée à vous. Je vous appelle la meute.
Quatre loups torturés. Ça vous vous êtes bien trouvés. Y en a pas un qui soit plus équilibré que l'autre. Même si Jean-Baptiste tu es sans aucun doute l'imperturbable du quatuor. La façon que tu as de considéré cette équipe me rassure. Je sais que mon frère n'a rien à craindre avec vous.
Dommage que je n'ai pas eu la même chance que lui. J'aurais pu te parler de mes ennuis. Ou à Rylee. Mais si Zac avait su.

Souvent c'est lui qui lance l'appel à la troupe. Mais pas ce soir. Là c'est le Tank. A sa tête... une façon de retarder le moment de rentrer au bercail. Il y a de l'eau dans le gaz avec sa dame. En tous cas c'est ce que Zac m'a sous-entendu deux trois fois en parlant de lui.
Selon la motivation vous allez au bar qui est au coin de la rue. Mais étant donné la fatigue générale je sais que vous allez rester dans votre QG. Il est mal isolé. Ça fait dix ans que Zac se plaint de ça quand arrive l'hiver. Il a fini par ramené trois quatre potes du bâtiment pour faire une isolation maison. Ce n'est pas parfait. Mais il n'a plus de bronchite au 15 janvier. Pareil pour monter des étagères en plus derrière le bar. De quoi vous donner de la place pour stocker.

« Regardez ce que mon pote m'a filé ! » Sanders expose alors une bouteille de Grand Marner.

Le marché noir, le petit trafic, ça a toujours été sa came. Il a réseau dans Édimbourg et même dans les arches voisines. Il joue sur la corde raide depuis des années.
Malgré ça... il n'a pas capté que j'entrais moins aussi dans ce monde. Je me demande comment il a fait pour ne rien voir. Vous, je ne vous en veut pas les gars. Mais lui, putain, avec le recul, il aurait pu cramer le truc des dizaines de fois.

Les quatre verres sont alignés sur le comptoir. Il verse une rasade à la suite. Il a fait barman dans sa prime jeunesse. Ça se sent. Il a l'aisance dans le mouvement. Quoique même sans ça... avec toutes les soirées de dingues qu'on a fait quand on vivait en coloc tous les deux. Il était toujours celui qui tenait le plus longtemps. Honnêtement, je me demande comment son foie fait pour tenir.
Non Rylee tu ne rêves pas. Il évite de te regarder. Votre altercation de l'autre jour est encore dans un coin de son crâne. Ça peut turbiner longtemps.

« Pizzas ? » Zac vire le pull noir à colle roulé. Il est encore mal rasé. Une odeur rence de sueur plane autour de lui. Il est claqué en vérité. La semaine a été hard pour lui. Mon dossier lui bouffe le cerveau. Il vide son verre sans sourciller. Et là, il pense à moi une seconde et son regard s’assombrit. Les gars, faites nous une bonne diversion. Qu'il décompresse.
Zac Sanders
Sphère Militaire
Zac Sanders
Messages : 48
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Bouillir les liquides
Revenir en haut Aller en bas
Mer 12 Déc 2018 - 16:36
Let's have a break guys !
Rylee Byrd&Zac Sanders&Jean-Baptiste Lemoine

Est-ce qu'il arrive une seule fois qu'une semaine ne soit pas longue? C'était bien la question que pouvait se poser la Strike Team. En tous les cas, le chef d'équipe avait l'impression que ça ne s'arrêtait jamais vraiment. Pas que cela le dérangeait vraiment, fallait bien avouer que dans sa vie, il n'y avait que son boulot, ou presque. Il appréciait parfois ces petits moments entre eux, quand on décrochait du boulot et qu'ils profitaient simplement de boire un verre. Les liens dans cette petite équipe étaient ce qu'il y avait de plus solide et qu'il fallait garder consolider comme cela. Une vraie famille, avec ses hauts et ses bas, ses engueulades comme ses rires. Ils vivaient plus souvent entre eux qu'avec les leurs, c'était sans doute cela que devait reprocher le plus sa femme à Marlon. Pourtant, elle les connaissait, elle était aussi inclus dans le groupe, quelque part, les proches des membres de la troupe l'étaient. Parce qu'il était difficile de faire autrement et on cachait le moins de secrets possibles, parce que tout le monde se soutenaient. C'était ainsi que cela marchait.

JB était en train de terminer un rapport. Quand ils n'étaient pas en train de courir dans tous les sens sur le terrain, c'était derrière un bureau qu'ils finissaient. Pas la partie la plus fun du job, mais il fallait bien la faire. Surtout que ça pouvait avoir une fâcheuse tendance à s'accumuler et qu'ensuite, tout le monde râlait pour faire sa part. Alors lui, tentait, tant bien que mal, de faire le plus rapidement possible sa part. Surtout que c'était vers lui que convergeait tous les dossiers qui passaient entre leurs mains, puisqu'il se devait d'y apposer sa signature de chef de groupe. Et oui, les galons ça va souvent de pair avec ce genre de responsabilité. Mais ce n'était pas lui que cela dérangeait le plus.

Il laissait donc le soin à ses équipiers de préparer l'apéro. Suivant les mouvements de chacun d'une oreille, un fin sourire en coin, tandis qu'il signait le dernier document de la journée. Il reculait la chaise dans un mouvement, avant de se lever pour rejoindre le bar, d'un geste habituel, il posait sa main un instant sur l'épaule de Rylee, une sorte de démonstration d'affection de sa part pour la part féminine du groupe, il la voyait comme sa petite sœur, qui n'avait certes pas tant besoin que cela d'être protégée mais pourtant... chacune des trois personnes présentes dans cette pièce, valaient, à ses yeux, d'être protégées. Contre vents et marées. C'était ça, aussi, son rôle de leader. Avant qu'il ne se pose sur l'un des tabourets, face à Zac, attrapant la bouteille pour la voir de plus près.

- Pas mal, il a changé de fournisseur ton pote? D'un ton un peu taquin.

Que personne ne se leurre, le français connait tous les petits accords, tous les petits à côté de ses camarades. Comme ils connaissent les siens. On s'arrange bien comme on peut et c'était ça aussi, la confiance. Totale et presque aveugle. Comment faire autrement? Ils allaient au feu ensemble, lui était prêt à prendre une balle pour chacun d'entre eux, voilà pourquoi ils étaient transparents les uns pour les autres.

Même si tout le monde souhaitait sans aucun doute décompresser, Lemoine - en prenant son verre - sentait pourtant bien les quelques tensions dans la pièce, sans comprendre d'où cela pouvait bien venir. Et il n'aimait pas cela. Après fallait pas s'appeler Einstein pour se rendre compte que Zac avait une sale tronche, qu'il sentait pas la rose et que par conséquent, soit il n'avait pas de rencard avec une gonzesse pendant le weekend, soit quelque chose le travaillait suffisamment pour qu'il en oublie le reste. Il hochait de la tête pour la question sur la pizza, autant se remplir un peu le bide. Avant de lancer, presque comme si de rien n'était.

- Y a un truc dont je suis pas au courant? A l'adresse des trois flics, un sourcil haussé, les regardant tour à tour, il y en aurait bien un qui finirait par dire quelque chose. Santé hein. Prenant ensuite une gorgée.

*En français dans le texte
©️ 2981 12289 0
JB Lemoine
Sphère Militaire
JB Lemoine

Messages : 23
Etat Civil : Célibataire endurci
Pouvoirs : Endort les gens
Revenir en haut Aller en bas
Ven 11 Jan 2019 - 13:10


❝Let's have a break guys !❞
Strike Team
Vendredi soir. Rylee est en train de faire ses dossiers pour pouvoir boire un coup tranquille avec l’équipe avant d’aller à la salle de boxe si elle en a le temps puis dormir un peu. Une fin de semaine fort ritualisée pour la flic donc le solitude s’est bien installée dans sa routine. Cela lui permet même de se rendre compte que ça lui fait bizarre de ne pas avoir les sms d’Iza et elle se demande ce que fait Zac sur cette histoire mais il est tellement incapable d’être objectif quand il s’agit de sa frangine qu’elle préfère laisser passer la tempête. Enfin laisser passer jusqu’à ce que ça la fasse chier et qu’elle trouve qu’il ne fait que de la merde et là elle lui mettra la pression et peut être une bonne droite au passage histoire de mettre les choses bien au clair. En attendant elle est en train de finir ses dossiers quand elle sent la main de JB sur son épaule et lui fait signe qu’elle arrive d’un geste de la tête avant d’enregistrer ce qu’elle était en train de travailler et elle va fermer son pc, son dossier et fouiller dans ses poches pour se prendre une clope et l’allumer. Un apéro sans fumer ce n’est pas un apéro pour Rylee.

Ce petit rituel de la strike team c’est un peu le seul moment où Rylee est sociable. La team c’est sa famille, la seule chose qui importe pour elle parce qu’elle sait qu’elle fera tout pour eux comme ils feront toujours tout pour elle. Elle n’avait jamais vraiment connu ce qu’était l’esprit de famille avant de les rencontrer, elle n’avait en exemple que son père qui était bien plus intéressé par sa carrière que par sa fille et son don avait déjà eu le temps de l’éloigner des gens. Quand on ne ressent rien, on finit par ne pas avoir besoin des autres. C’est un cercle vicieux mais c’est comme ça. Les rares sentiments qu’elle veut bien ressentir sont pour Jb, Marlon et Zac parce qu’ils sont au dessus de toute chose pour elle. Pas besoin de plus de gens. Enfin ce n’est pas totalement vrai mais il ne l’avouera clairement pas. Elle passe son bras autour du cou de Marlon qui a clairement des soucis avec sa femme en ce moment et celui-ci lui adresse un petit sourire avant de lui montrer Zac qui l’évite du regard. Oui elle sait.

Quand JB relève l’information elle tire sur sa clope avant de déclarer « Zac a découvert que je couchais avec sa sœur. » se contente t’elle de dire avec franchise comme si elle annonce la météo. C’est ça de fouiller dans les affaires de sa frangine, on apprend des choses qu’on ne voulait pas savoir. Elle regarde Zac un court instant parce que c’est à lui de parler ou pas ce qu’il est en train de rechercher, elle ne dira que la partie qui la concerne. A son avis c’est mieux de partager ce genre d’informations mais il est grand, il choisit comme un grand. A lui de voir s’il veut que la Strike Team lui file un cou de main ou pas. Marlon en tout cas a étouffé un petit rire en mettant le dos de sa main devant sa bouche, impossible de savoir si c’est la situation, la franchise de Rylee ou le fait qu’il était au courant qui le fait se marrer mais il va lever son verre à son tour « Allez santé hein ! » « Rylee prend son verre et le lève sans rien dire.


©️ Pando
Rylee Byrd
Sphère Militaire
Rylee Byrd

Messages : 64
Etat Civil : Une clope, un whisky, rien de plus
Pouvoirs : Supression sentiments / pensées / douleurs sur elle-même
Revenir en haut Aller en bas
Sam 12 Jan 2019 - 17:40

Let's have a break guys !
JB, Rylee, Marlon, & Zac



La Strike s'est faite sur le même modèle qu'une mafia. C'est peut-être pour ça qu'ils arrivent à pas avoir d'emmerdement avec cette espèce de criminel ? Peut-être aussi qu'ils ont ça dans la peau. Notre mère a toujours dit que le « Mal » était implanté en nous à notre naissance. Et que notre seule vériable obligation c'était de ne pas y céder. Pauvre maman. Si elle savait comment ont tourné leurs petits.
Je pense que c'est Rylee la plus sobre dans ce domaine. Même le bon petit père de famille est trempé dans des affaires pas reluisantes du tout. Son vice c'est le jeu. Combien de fois j'ai entendu Zac gueuler sur le sujet. Aucun d'eux n'est clean. Ce qui porte à réfléxion.

« Les Siciliens ! » Pour un bon produit, il faut aller vers les bons vendeurs. C'est l'une des premières choses que nous a enseigné notre oncle. On peut dire qu'on a retenu la leçon. Sanders a pu se faire des purs shoots à l'héro. A sa tête, je me demande s'il est retombé. Tu t'es fait une picouse hier soir Zac ?
Dans le coin, qui ne sont pas trop regardant, y a les Lampeduza. Je crois bien que JB en sait quelque-chose. « J'ai peut-être un plan avec la Soeur. Je suis en train de voir si c'est safe. »

« Super. Rylee. Fine comme d'hab. » Il attrape son verre, ressert du marnier pour se le mettre cul sec. Tout en te fusillant du regard ma belle. Évidément. Tu dis. Mais tu sais bien que c'est pile ce qui le fait réagir. Une chance qu'il t'aime. Sinon, je pense que le verre serait partie directement vers toi.
Et puis même. Il y a moi. La disparition de moi. Et ça te fait chier Zac. Pourtant, elle a raison. JB doit savoir. C'est plus que ton patron. C'est Jean. Tu sais, le mec qui t'a aidé quand tu es descendu en pente raide.

« Ca te fait marrer toi ! Tu savais ? » Il balance au Tank, en reposant son verre vide, dans un geste d'humeur.
Sur sa main il y a les marques du dernier round souterrain. Il est allé vers un match à la Fight-Club. S'il n'a rien sur son minois de mauvais garçon c'est parce qu'il est teigneux comme un Scotish devant le facteur. Heureusement que Brown n'était pas là pour te refaire le portrait. « Je pensais pas que tu serais son genre. » C'est quoi cette pique de merde. Tellement de mauvaise fois en plus, Sanders. Qu'est-ce que je t'ai dis la première fois que tu m'as présenté à l'équipe. Hein. Qu'est ce que j'ai dis ? (Je lui ai dit que tu étais très sexy.) Enfin...

« Vas-y pour la peine commande... » Toute façon, tu mangeras rien. Pas vrai ? Non... à la place tu vas boire comme un sac-à-vin. Finir avec la gueule de bois et un peu plus de mauvaise humeur. Génial ton plan. Je ne suis pas sûre que Lemoine te laisse faire. Mais je ne t'apprend rien sur ça non plus. Si seulement tu apprenais à gérer ta contrarié chéri. Tu t'en porterais beaucoup mieux. Nous avec...
Tu vois... déjà sur le Sky. Je sais à quoi tu penses. Ça ne sera ni constructif ni totalement défouloir. Mais bon c'est toi qui est là. Pas moi. Moi je ne fais que vous regarder. « Et ta femme ça va ? » Quoi ? On compte les points ? C'est ça que tu veux ? Et aller encore un verre. Tu bois à ma santé j'espère ?

Zac Sanders
Sphère Militaire
Zac Sanders
Messages : 48
Etat Civil : Célibataire
Pouvoirs : Bouillir les liquides
Revenir en haut Aller en bas
Ven 18 Jan 2019 - 11:32
Let's have a break guys !
Rylee Byrd&Zac Sanders&Jean-Baptiste Lemoine

Bien entendu, Zac était le plus filou, il avait rapidement compris les tenants et les aboutissants de faire des affaires avec les criminels après lesquels il courait. Le fait qu'il nomme les Siciliens, fit hausser légèrement un sourcil à JB. Ce n'était pas une chasse gardée, ce n'était pas que son terrain, mais il savait à quel point il fallait se méfier de ce genre de personnage. Faire avec la mafia, c'était mettre la main dans un panier de crabe, qui avait tendance à ne plus vous lâcher. Et s'ils le faisaient, c'était avec les pieds dans le béton et un aller simple pour l'atmosphère de ce qui restait de l'ancienne Terre. Rien de très folichon quoi.

- Qu'est-ce que tu voudrais foutre avec la sœur? Mmm? Il préférait être mis au courant, toujours. Parce que si Sanders faisait les trucs dans son coin, sans prévenir personne, c'était le coup à disparaître aussi, sans laisser de trace. Et pas de connerie hein... que ce soit affaire ou coucherie d'ailleurs... Oui, il le connaissait bien, son Junior.

Il suffisait d'une question pour tout faire partir en une seconde. JB s'en rendit parfaitement compte au moment où il demandait ce qu'il se passait. Les regards des deux protagonistes semblaient lancer des éclairs. Autant ces deux-là pouvaient s'entendre comme jamais et être les meilleurs enquêteurs de terrain avec qui il avait bossé, autant quand il y avait de l'eau dans le gaz c'était... tendu et compliqué. Parce que les caractères explosifs... enfin, Zac était explosif, il avait été le jeune chien fou de l'équipe, il avait dû se faire recadrer une fois ou deux, pour éviter que les emmerdes dans lesquelles il se jetait ne retombe sur toute la team, mais cela ne l'avait pas plus assagi. Même s'il faisait plus attention. Rylee... Rylee c'était autre chose encore, pas de patience, prête à foutres des coups à la moindre contrariété et fallait bien avouer que son crochet du droit, pouvait vous mettre KO. Alors quand c'était ces deux têtes de mule qui se prenaient le bec.... combien de fois Marlon et lui avait dû les retenir de ne pas se sauter à la gorge? Une dynamique parfois explosive quoi. Et là... il se demandait s'ils n'étaient pas posés sur une cocotte-minute. Crever l'abcès permettrait peut-être de remettre un peu de calme dans l'équipe.

Et ce n'était pas un petit caillou que jetait Rylee dans la mare. Vu comment réagissait son interlocuteur. Lemoine resta un instant silencieux. Bien sûr qu'il le savait. Il était difficile de lui cacher les choses, c'était un fin observateur et Iza n'était pas non plus du genre à ne pas montrer qu'elle était intéressée. Sanders avait bien dû être le seul à être aveugle comme ça. Mais il ressentait sa colère de ne pas l'avoir su.

- Ah ça. Il attrapait des cacahuètes dans le bol posé sur le bar. Y a que toi qui semble tomber des nues, Zac. Ca se voyait pourtant autant que le nez au milieu de la figure. Pourquoi ça te fout autant en rogne, elle fait bien ce qu'elle veut ta frangine. Tout comme Rylee d'ailleurs. L'attaque gratuite du plus jeune risquait bien de faire déraper les trucs. Wow oh... du calme Junior. D'un ton un poil plus dur. Il fallait désamorcer la situation.

N'étant pas au courant de toute l'affaire, le français ne pouvait pas comprendre d'où venait toute cette rage que contenait difficilement son homme. Il jetait un regard à Marlon qui semblait ne pas tout savoir non plus, il fallait donc compter sur les deux protagonistes de cette montée de grogne. La pizza pourrait calmer les nerfs... ou pas... voilà que le tank se faisait viser.

- Bordel, Zac! Il lui prenait la bouteille des mains, qu'il ne commence pas à se mettre une mine et cherche des noises à tout le commissariat. Faisant un mouvement de la main vers Marlon pour éviter que ce dernier ne l'attrape par le col et ne lui fasse l'oeil au beurre noir qui lui manquait avec son look de mauvais garçon. On est là pour se détendre ou se foutre sur la gueule? Parce que j'ai l'impression de pas avoir reçu le bon mémo là... C'est quoi ton problème?!

Et voilà, on pensait avoir droit à un moment de détente et c'était le chef qui devait reprendre tout en main et calmer son petit monde. Heureusement que JB en avait l'habitude. Ce n'était pas la première fois qu'il devait canaliser l'énergie négative du plus jeune de l'équipe.

*En français dans le texte
©️ 2981 12289 0
JB Lemoine
Sphère Militaire
JB Lemoine

Messages : 23
Etat Civil : Célibataire endurci
Pouvoirs : Endort les gens
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Arche :: Édimbourg :: New Town :: New Scotland Yard-